Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d’archéologie

Le décor architectural de la basilique de Baelo Claudia

Contribution à la connaissance de la chronologie de l’édifice
Djamila Fellague
p. 273-296

Texte intégral

Introduction

  • 1 Elle est communément dénommée la « place dallée » ou la « place méridionale ». Voir Sillières, 19 (...)
  • 2 Fincker, Sillières, 1999, pp. 264 et 271 ; Sillières, 1995, pp. 57-59 et 2006, pp. 44-45. Plus pré (...)
  • 3 Pourtant, François Didierjean considérait que le macellum ne semblait « pas avoir été victime d’u (...)

1De 1972 à 1982, les vestiges d’une basilique sont mis au jour à Baelo Claudia au sud de la place du forum, entre le decumanus maximus et une place dallée1. Les murs étaient conservés sur une hauteur de 1,50 m à 4 m tandis que toutes les colonnades ont été trouvées effondrées. La ruine de l’édifice a été expliquée par un tremblement de terre2, qui aurait dévasté toute la cité3 au milieu du iiie siècle apr. J.-C., plutôt que par une destruction volontaire. Le bâtiment de 35,83 m de long sur 19,95 m de large (hors œuvre), qui était composé intérieurement d’une colonnade entourant un espace rectangulaire et se développant sur deux niveaux, constituait un des édifices majeurs du centre monumental de cette petite cité du détroit de Gibraltar. Aujourd’hui encore, avec une partie de ses colonnes remontées et le moulage d’une statue de Trajan dont l’original est conservé au musée archéologique de Cadix, la basilique présente des signes de romanité manifestes qui en font un monument impressionnant pour le visiteur.

  • 4 Ney, Paillet, 2006.
  • 5 Que Pierre Sillières, qui nous a sollicité pour cette étude, ainsi que le directeur de la Casa de (...)

2L’article le plus complet sur l’édifice a été publié récemment par l’architecte et chercheur Jean-Louis Paillet, en collaboration avec Claude Ney4. Une monographie sur la basilique, qui paraîtra dans le prochain volume de la collection Belo de la Casa de Velázquez (La basilique. Belo IX), est en préparation, sous la direction de Patrick Le Roux et Pierre Sillières. Dans le cadre de ce projet de publication, nous avons été chargée de mener une étude stylistique des éléments d’architecture de l’édifice. Nos observations sur le site ont débuté en février 2010, grâce à une bourse accordée par la Casa de Velázquez5. Les conditions d’observations n’ont pas toujours été idéales cet hiver (pluies abondantes ; boue dans le dépôt de blocs à l’extérieur). En outre, l’enchevêtrement des blocs empêche un examen minutieux de toutes les faces et il n’était pas concevable, en si peu de temps, de faire déplacer des milliers de blocs. De nombreuses observations devront être vérifiées sur le terrain, de même qu’il serait souhaitable de disposer de temps pour poursuivre l’analyse comparative. Les résultats préliminaires que nous livrons ici seront développés dans la monographie, et nous espérons qu’il sera possible d’aller plus loin dans la réflexion grâce à une collaboration avec Jean-Louis Paillet. Des échanges de points de vue avec le chercheur qui connaît le mieux la basilique sont indispensables et conduiront sans doute à des modifications de cet article, qui n’est qu’une étape dans la réflexion.

Brève description des ordres de la basilique

  • 6 En réalité, il doit y en avoir un peu plus puisque des blocs avec les numéros d’inventaire 1546, (...)
  • 7 Seule la position des blocs du théâtre qui ont été rangés dans ce dépôt est connue grâce à l’équi (...)
  • 8 Malheureusement, ce ne sont que des photocopies recto des fiches, qui étaient aussi écrites au ve (...)

3Au moins 1188 blocs ont été découverts lors du dégagement de l’édifice6. Les pièces sont aujourd’hui dispersées entre la basilique, le forum et un dépôt de blocs situé au nord-ouest de la ville antique où l’on a entreposé des pièces de diverses provenances, sans dresser un inventaire avec la position de chaque bloc7. Quelques éléments sont par ailleurs au musée de Baelo, dont une colonne du premier ordre qui est exposée. Les blocs de la basilique sont documentés par des fiches déposées au musée par Jean-Louis Paillet8. Pour de nombreux blocs, les numéros d’inventaire inscrits sur des pastilles de mortier ne sont plus visibles, ce qui ne facilite pas leur identification.

  • 9 Il présente une nervure centrale, qui peut affecter la forme d’une flèche à l’envers ou d’un fer (...)
  • 10 Ney, Paillet, 2006, pp. 118-120.
  • 11 Didierjeanet al., 1986, pp. 238-243. Une solution identique a été adoptée pour les temples du Capi (...)
  • 12 Ney,Paillet, 2006, p. 118.

4Cette masse abondante de pièces a permis à Jean-Louis Paillet de restituer une basilique à deux niveaux de vingt colonnes chacun avec un premier ordre composé de bases attiques sans plinthe ; de fûts lisses ; de chapiteaux ioniques à balustres, qui sont pour l’instant les seuls chapiteaux ioniques de Baelo ; et d’un entablement avec des corniches modillonnaires. Le décor des modillons, dont on ne connaît que la forme ébauchée dans la pierre, paraît original9. Pour expliquer l’absence apparente de véritables architraves en pierre à Baelo, des architraves en bois ont été restituées au-dessus des chapiteaux10, comme au macellum11. Toutefois, aucun bloc de liaison en pierre entre les architraves en bois restituées n’a été identifié et cette solution ingénieuse n’explique pas les décrochements nombreux que l’on observe sur les blocs de « pseudo-architraves »12 qui prenaient place entre les chapiteaux et la frise.

  • 13 Le Roux, 1973, pp. 764-765 ; Le Roux, 1975, p. 199.
  • 14 Gutiérrez Behemerid, 1992, pp. 175 sq.
  • 15 Ney,Paillet, 2006, fig. 18 p. 117 ; voir aussi la coupe fig. 19 p. 118.
  • 16 Ibid., 2006, fig. 16, 17, 23, 31.
  • 17 Voir aussi la photographie publiée en couverture de l’ouvrage sur le macellum (Didierjeanet al., (...)
  • 18 Pour le bloc nº 1086 au contraire, une partie du lit d’attente est encaissée à cet endroit.

5Les colonnes du deuxième ordre, superposées à celle du premier, étaient constituées de bases attiques sans plinthe ; de fûts lisses, dont quelques-uns présentent des traces de retaille ; et de chapiteaux particuliers, identifiés dès leur découverte à des chapiteaux composites13, mais qui présentent une échine ionique surmontée d’hélices et de volutes. Ces pièces ont été dénommées chapiteaux composites inversés par Jean-Louis Paillet à cause de l’inversion des registres ; ils sont aussi appelés chapiteaux mixtes par María Ángeles Gutiérrez Behemerid14. L’entablement de cet ordre se terminait par des corniches lisses sans modillons composées de deux doucines entre listels. Après examen du plan des blocs effondrés jointifs15, on peut douter que les bases de l’ordre supérieur reposaient directement sur les corniches du premier ordre, comme cela a été retenu dans la restitution16. « L’ensemble nº 5 » montre une superposition de l’entablement du premier ordre avec quatre assises de blocs parallélépipédiques qui sont surmontées de corniches à double doucine attribuées au deuxième ordre17. Les quatre assises et les couronnements lisses pourraient plutôt faire partie du parapet au-dessus des colonnes du premier ordre. On remarquera d’ailleurs que ces couronnements présentent un ressaut au lit d’attente qui pouvait servir de stylobate18. Ceci pose alors la question du type de corniches de l’entablement du deuxième ordre. En dépouillant très rapidement les fiches d’inventaire, on se rend compte qu’il y a en réalité au moins deux types de couronnement à double doucine. Des blocs d’une hauteur de 35 à 59,5 cm (le plus souvent la hauteur est comprise entre 38 et 46 cm), et qui comportent un ressaut sur le lit d’attente en bordure de la face postérieure, seraient restituables en couronnement du parapet. Des blocs au lit d’attente complètement horizontal, avec une hauteur inférieure (28-32 cm le plus souvent), peuvent être attribués à l’entablement du second ordre.

6Les composantes des ordres de la basilique, comme d’ailleurs celles de tous les édifices de Baelo, étaient revêtues de stuc. Une partie de la décoration architecturale nous échappe, même si la décoration pouvait être ébauchée dans la pierre et que les couches de stuc suivaient plus ou moins le profil des blocs. Heureusement, les vestiges de stuc sont assez importants pour les chapiteaux ioniques et ils attestent l’existence d’une sculpture en stuc d’une qualité remarquable, ce qui n’est pas vrai pour toutes les pièces en stuc de Baelo. Ainsi, quelques témoignages de la décoration stuquée des chapiteaux composites inversés montrent une qualité bien inférieure.

Chronologie

  • 19 Sur le statut de la cité, voir Sillières, 1995, p. 29 et Goffaux, 2003, pp. 145-146.
  • 20 Le Roux, 1973, p. 768 et 1975, p. 205 ; Remesalet al., 1976, p. 496.
  • 21 Remesalet al., 1976, pp. 476 et 496-497.
  • 22 Bonnevilleet al., 1981, p. 430.
  • 23 Le Rouxet al., 1983, pp. 421 et 425 : « On aura noté le décalage chronologique entre les données d (...)
  • 24 Fincker, Sillières, 1999, p. 270 ; Bonnevilleet al., 2000, p. 202 ; Dardaineet al., 2008, pp. 47-4 (...)
  • 25 Bonnevilleet al., 1981, pp. 427-430 ; Le Rouxet al., 1983, p. 424 ; Ney, Paillet, 2006, pp. 127-13 (...)
  • 26 Gros, 1996, p. 248.

7Dès la première année du dégagement de la basilique, on envisageait l’hypothèse d’une construction de l’édifice sous le règne de Claude, en mettant en relation la promotion juridique de la cité19 à cette époque et une impulsion de l’urbanisme de Baelo20. Un premier sondage réalisé sous la place dallée avait mis au jour un matériel homogène qui semblait concorder avec une telle datation et l’hypothèse aurait été confirmée par des sondages effectués en 197521, puis en 198022. Après des sondages entrepris en 1982, la construction a été placée sous le règne de Néron, en raison de la découverte d’une monnaie frappée en 63-66 apr. J.-C., qui fournie une datation légèrement différente de celle apportée par la céramique23. Quoi qu’il en soit d’une datation claudienne ou néronienne, l’édification de la basilique a été placée vers le milieu du ier siècle apr. J.-C. Après avoir mis en avant l’accès au rang de municipe de citoyens romains sous Claude pour expliquer cette construction, on a invoqué une reconstruction de la ville suite à un tremblement de terre, dont l’existence est possible, mais reste à prouver. Une basilique – comme d’autres édifices du centre monumental – aurait été construite à l’époque augustéenne et détruite par le tremblement de terre. Après son arasement, une nouvelle basilique aurait été bâtie sous Claude ou Néron. Tous les monuments reconstruits, avec ou non le même plan, mais avec la même fonction, auraient alors soit remployés des éléments d’architecture du premier état soit imités les pièces d’architecture antérieures24. Des maçonneries de grande épaisseur découvertes dans des sondages réalisés sous l’ambulatoire méridional de la basilique ont d’ailleurs été interprétées comme des vestiges de la première basilique augustéenne (fin ier siècle av. J.-C.)25. Ce monument, que l’on peut appeler l’édifice 1 ou la supposée basilique 1, avait la même orientation que la basilique (édifice 2), mais il n’était pas situé au même emplacement, puisqu’il se développait, pour l’essentiel, sous la place méridionale. Malheureusement, on ignore le plan précis de cette éventuelle première basilique. On peut simplement constater que le plan de la basilique qui aurait été construite sous Claude ou Néron (édifice 2) est caractéristique du schéma des plus anciennes versions de basilique dans les provinces occidentales, au début de l’Empire26.

  • 27 Sillières, 1995, pp. 57, 75 et 81-82 ; Fincker, Sillières, 1999, pp. 265-268 et 2006, pp. 45-46.
  • 28 Dardaineet al., 2008, pp. 48-49.
  • 29 Ibid., pp. 74-76.
  • 30 Fincker, Sillières, 1999, p. 267 ; Sillières, 2006, p. 45.
  • 31 Dardaineet al., 2008, pp. 127-135, 152 et 202.
  • 32 Pfanner, 1990, pp. 72-73 ; Fincker, Sillières, 1999, pp. 268-270 ; Gros, 2006, pp. 81 et 83 ; Sill (...)
  • 33 Gros, 2006, pp. 87 et 90.
  • 34 Fincker, Sillières, 1999, p. 270.
  • 35 Gros, 2006, p. 84.
  • 36 Didierjeanet al., 1986, pp. 90-94.

8On se souvient que l’idée du tremblement de terre qui aurait ravagé la ville vers le milieu du ier siècle apr. J.-C. est née : de l’observation de l’enceinte, qui a été reconstruite sur une grande partie de son pourtour ou qui a subi des réparations partielles27 ; de l’hypothèse que d’autres constructions augustéennes ont pu être arasées pour être reconstruites à partir du milieu du ier siècle (le sanctuaire d’Isis28 ; le « Capitole »29 ; la basilique ; des maisons30) ; mais aussi et surtout de l’apparente discordance entre les datations stratigraphiques et les datations stylistiques des éléments d’architecture, telle qu’elle a été décelée aux temples du Capitole31 ou au macellum32. Pour une grande partie des édifices publics, la stratigraphie oriente vers le milieu du ier siècle apr. J.-C. ou l’époque flavienne tandis que les datations stylistiques ont été placées au début de l’époque julio-claudienne. Nous avons eu l’occasion d’intervenir au dernier colloque de Bélo (avril 2010) sur cette question et nous avons montré, à la suite d’autres chercheurs, la difficulté de se baser sur le style des éléments décoratifs à Baelo pour fonder des datations33. Les ateliers ont reproduit des formes identiques à des époques différentes et des éléments qui ont servi comme indices chronologiques d’époque augustéenne sont des traits d’atelier qui ont perduré durant au moins deux ou trois siècles. Pour plusieurs édifices, la discordance entre les datations stylistiques et la stratigraphie n’existe pas et l’hypothèse du tremblement de terre perd donc une partie de sa raison d’être originelle puisque cette discordance est présentée comme le fondement de cette théorie34. D’autres fragilités de l’argumentation surgissent. Comme le soulignait récemment Pierre Gros35, le macellum n’est pas un bon exemple pour appuyer cette théorie d’édifices augustéens détruits au milieu du ier siècle et reconstruits à l’identique, avec la même fonction, juste après. Le macellum (état 4) a été daté de l’extrême fin du ier siècle apr. J.-C. L’état précédent au macellum a été placé au plus tôt sous Néron, après 60 et, si cette construction de l’état 3 avait même orientation, il ne s’agissait pas pour autant d’un précédent macellum, mais elle répondait aux contraintes de l’urbanisme orthonormé de la ville. Au contraire, on a pensé à des constructions privées, mêlant l’habitat aux activités artisanales36.

9Pour la chronologie de la basilique en particulier, presque rien n’a jusqu’ici été déduit des éléments des ordres exhumés en grand nombre ou des motifs ornementaux, il est vrai assez rares et délicats à analyser. C’est l’objectif de cet article. Nous laisserons de côté volontairement les considérations stylistiques sur les caractéristiques du ou des ateliers qui ont travaillé à la décoration de la basilique, leur inventivité, l’origine des modèles utilisés, etc. pour nous concentrer ici sur la question de la chronologie de l’édifice. Nous nous intéresserons seulement aux éléments qui apparaissent significatifs pour ce débat : les bases du premier ordre, les chapiteaux du deuxième ordre, puis les chapiteaux ioniques du premier ordre. Nous avons choisi de présenter les chapiteaux du deuxième ordre à la suite des bases du premier ordre car, aussi bien pour les bases que pour les chapiteaux composites inversés, nous avons pu distinguer deux types et des pièces d’un même type ont été sciées et remployées dans la basilique.

Les bases du premier ordre

Nombre de bases mises au jour et restauration imprécise

  • 37 Voir Ney, Paillet, 2006, p. 113, fig. 15, 18 et le tableau de p. 113 avec les numéros des blocs d (...)
  • 38 Nous avons gardé l’ordre de la numérotation des colonnes qui a été adopté par Jean-Louis Paillet, (...)

10Le plan de localisation des blocs effondrés dressé lors du dégagement de l’édifice et les indications apportées par Jean-Louis Paillet dans la dernière publication informent que dix-huit ou dix-neuf des vingt bases du premier ordre ont été mises au jour37 : dix-sept bases étaient en place ; la base de la colonne IX38 a été repositionnée par les soins de Jean-Louis Paillet et Claude Ney ; tandis que la base de la colonne XIV faisait défaut. « Malgré quelques incertitudes », le bloc nº 420 a été attribué à la base de colonne XVII. Nous n’avons pas identifié le bloc en question qui a dû être réutilisé dans l’anastylose après une restauration, mais un croquis des fiches d’inventaire montre que le bloc 420 est une demi-base ou une base qui a été sciée sur toute une moitié de sa circonférence. Dans ces conditions, il est douteux que le bloc ait fait partie d’une colonne dans le dernier état de la basilique ; il pouvait s’agir d’une des bases sciées remployées (voir infra).

  • 39 Ibid., fig. 7 p. 100.

11Aujourd’hui, à l’emplacement des colonnes XIV et XVI, il ne subsiste que les blocs de stylobate de plan carré alors que la base de la colonne XVI a été trouvée in situ (bloc nº 1160). Certes, une colonne du premier ordre a été remontée au musée. Il n’en reste pas moins que le remontage des blocs par les restaurateurs présente des erreurs. La comparaison des dessins de profil39 avec les bases sur le site permet par exemple de constater que le profil dessiné de la base de colonne XVI correspond aujourd’hui à la base de colonne XV. De même, le dessin de la base XV se réfère probablement à l’actuelle base de colonne XVIII ; le dessin du profil de la base XVIII est celui de la base de l’actuelle colonne XVII, qui n’est nullement le bloc nº 420. Ces erreurs ou imprécisions du remontage ne facilitent pas l’identification des blocs, d’autant moins que les numéros d’inventaire n’ont pas été inscrits sur les blocs remontés, sauf quelques exceptions. Ainsi, dans la suite du texte, lorsque nous évoquerons une colonne, identifiable par son numéro (de I à XX) sans autre indication, il s’agira de la colonne visible aujourd’hui, telle qu’elle a été remontée, et non pas nécessairement de la colonne dans sa position d’origine.

Description

  • 40 Ibid., pp. 100 et 113.

12De manière générale, les bases attiques sans plinthe, qui sont taillées avec la partie inférieure du fût, sont assez grossières (fig. 1-2, p. 280), ce qu’avait bien noté Jean-Louis Paillet40. Il existe de grandes irrégularités dans les profils et les dimensions des moulures, même au sein d’une même pièce. On note aussi des différences importantes dans la hauteur des bases : les hauteurs, du scamillus au tore supérieur, sont comprises entre 31 et 40,5 cm, la base la plus petite étant la base de colonne XII. Enfin, tout aussi importante est la variation dans les hauteurs du tronçon du fût solidaire de la base, mais ceci n’a pas d’incidence sur les proportions des éléments de la colonne.Pour beaucoup d’exemplaires, la partie du fût qui a été taillée avec la base a une forme générale tronconique, qui semble parfois mal s’adapter avec le reste du profil de la colonne. Ce détail contribue à renforcer l’aspect relativement grossier des bases.

Fig. 1. — Base de la colonne V

Fig. 1. — Base de la colonne V

(photographie D. Fellague)

Fig. 2. — Base de la colonne XI

Fig. 2. — Base de la colonne XI

(photographie D. Fellague)

  • 41 Des bases avec une scotie haute et droite apparaissent aussi dans les temples du Capitole (temple (...)

13Plus précisément, au-dessus d’un scamillus, les bases comportent deux tores qui encadrent une scotie verticale. La hauteur particulièrement haute de ces scoties verticales distingue les bases de la basilique des bases de plusieurs édifices de Baelo41. La mouluration des tores est souvent assez plate au milieu. Quelques exemplaires offrent cependant une moulure avec un véritable profil semi-circulaire, comme le tore inférieur de la base de colonne III.

14Les deux tores peuvent avoir des hauteurs similaires ou identiques (I, V, XV). Dans d’autres cas, le tore supérieur est moins haut (III, VII, IX, X, XII, XIX) et il arrive que ce soit le tore inférieur qui possède une dimension moindre (XVII, XX). La taille étant assez grossière, sur la même base – telle la base de colonne II – la hauteur du tore supérieur peut à la fois être inférieure, équivalente ou supérieure à la hauteur du tore inférieur, selon les endroits !

15Les tores sont soit plus ou moins tangents au même nu (V, IX, X, XV, XVII, XIX, XX) soit au contraire le tore supérieur est en retrait, léger ou prononcé (I, III, IV, VII, XI, XII, XIII, XVIII). Pour la base de colonne VIII, le tore supérieur paraît à un endroit légèrement en avancée par rapport au tore inférieur. Toutefois cette partie a été restaurée, ce qui empêche une vérification de cette particularité, et ailleurs sur cette base, le tore supérieur est au même nu voire en retrait.

16La scotie est encadrée par des listels, mais il arrive que le listel du dessus soit mal taillé ou absent. Au-dessus du tore supérieur prend place un listel correspondant à la première moulure du fût. Le congé qui devrait assurer la transition avec la partie verticale du fût est souvent peu prononcé voire absent.

Distinction de deux types de bases

17Si, de manière générale, les moulurations des bases sont grossières, aussi bien par leur profil, leur variation de dimensions et leur irrégularité, au moins une base se distingue du lot : la base de colonne XII (fig. 3, p. 282). Cette base présente une hauteur plus faible ; elle est moins grossière que les autres pièces ; le profil des moulures est net et régulier ; le tore supérieur est en retrait prononcé par rapport au tore inférieur ; les tores ont un profil semi-circulaire ; tous les listels sont sculptés ; il existe un véritable congé de raccord du fût et le fût ne paraît pas tronconique.

Fig. 3. — Base de la colonne XII

Fig. 3. — Base de la colonne XII

(photographie D. Fellague)

  • 42 Ménanteau et al., 1983, p. 128.

18Une distinction entre deux types de bases peut être faite en utilisant un autre indice qui saute aux yeux car il ne repose pas sur le détail de la mouluration, mais sur la nature du matériau et sa couleur. La majorité des bases du premier ordre sont sculptées dans un calcaire jaunâtre, alvéolaire, riche en fossiles et en coquillages, tandis que la plupart des tambours du fût et tous les blocs de stylobates sont taillés dans une calcarénite sableuse de couleur gris clair, qui comporte moins de coquillages que la pierre précédente et qui est de plus grande densité. La calcarénite jaune riche en fossiles correspond probablement à la caliza tosca ou alvero décrite dans l’ouvrage Belo et son environnement42. Il ne serait pas inutile d’examiner les blocs de tous les édifices de Baelo afin de déterminer si ce matériau est fréquent et s’il peut servir d’indices chronologiques pour la construction de la cité.

  • 43 Si la base de colonne XX est moins riche en fossiles, elle est nettement plus claire que les tamb (...)

19Au total, on relève l’utilisation de bases grossières en calcaire jaune pour au moins quatorze colonnes — les colonnes actuelles I à XI et XVIII à XX43 — tandis que pour trois bases, on peut hésiter sur la nature du matériau (les bases des colonnes XIII et XV et la base exposée au musée). La base de colonne XVII comporte aussi une mouluration grossière, mais elle n’est pas en calcaire jaune. Elle est sculptée dans un calcaire foncé, qui est toutefois très alvéolaire.

20Une base est clairement sculptée dans une calcarénite grise non alvéolaire, qui est de même nature que la majorité des tambours. Ce n’est certainement pas un hasard s’il s’agit de la base de colonne XII. La grossièreté de la mouluration des bases en calcaire jaune riche en fossiles s’explique peut-être en partie par le fait que ce matériau se taille moins bien que la calcarénite sableuse de couleur grise. On aurait pu imaginer que les bases ont été taillées dans ces deux calcaires d’aspect différent à la même époque s’il n’y avait pas d’autres éléments qui permettent de penser que les deux types de bases ont appartenu à deux états de la basilique.

Les bases sciées

  • 44 Ces bases sont mentionnées dans Ney, Paillet, 2006, p. 111. Plus précisément, il s’agit des blocs (...)

21Neuf bases de colonnes considérées jusqu’ici comme étrangères à la basilique ont été sciées verticalement pour être remployées dans l’édifice (fig. 4)44. Toutefois, il semblerait que les bases sciées soient du même type que les bases de colonnes du premier ordre et qu’elles aient des dimensions proches. Ce sont des bases attiques sans plinthe, qui ont un diamètre d’environ 70 cm au lit de pose (scamillus), équivalent à celui de certaines bases de colonnes du premier ordre. En effet, selon les fiches d’inventaire, les diamètres des bases du premier ordre sont compris entre 68,3 cm et 75,3 cm et huit blocs ont un diamètre compris entre 68,3 et 71 cm. Les bases sciées se rapprochent davantage de la base de colonne XII que des autres pièces : elles sont taillées dans une calcarénite grise et, lorsque l’état de conservation permet de le préciser, on remarque que le profil est régulier, avec des tores semi-circulaires, un tore supérieur en net retrait par rapport au tore inférieur et des listels présents.

Fig. 4. — Base de colonne sciée, nº 117

Fig. 4. — Base de colonne sciée, nº 117

(photographie D. Fellague)

22Ces bases, alors non sciées, pourraient appartenir au premier état de la basilique 2. Dans un deuxième état, la plupart des bases auraient été remplacées par des pièces de même type général et de dimensions équivalentes, mais qui étaient plus grossières et réalisées dans un matériau différent, ce calcaire jaune riche en coquillages. Quelques bases du premier état auraient toutefois été conservées, comme la base de colonne XII. Ce qui complique les possibilités, c’est que l’on pourrait aussi imaginer que les bases proviennent de la basilique 1 et qu’elles ont été sciées dans l’état 1 de la basilique 2 ou encore dans le deuxième état de cet édifice.

Les chapiteaux « composites inversés »

Les blocs attribuables à la basilique

  • 45 Ibid., p. 111.

23Dix-sept chapiteaux « composites inversés » ont été découverts lors du dégagement de la basilique. Nous avons pu en retrouver seize et, malheureusement, il manque la fiche d’inventaire de deux pièces, dont certainement le bloc qui nous fait défaut. Un des blocs — la pièce nº 756 — n’a pas été retenu par Jean-Louis Paillet car le diamètre au lit d’attente serait nettement plus grand que celui des autres pièces. Le chercheur précise que le diamètre de ces chapiteaux attribués à la basilique est compris entre 42,5 et 46,4 cm45 et que leur diamètre moyen au lit d’attente est de 42,8 cm alors que le diamètre au lit d’attente du bloc nº 756 est de 50 cm. Nous n’avons pas pris de mesures des blocs au lit d’attente, mais la pièce nº 756 ne paraît pas démesurément plus importante que les autres. Son diamètre au lit de pose est de 42 cm, soit de même ordre de grandeur que les diamètres au lit de pose que nous avons pu mesurer sur d’autres blocs, et il ne représente pas le diamètre le plus important. De même, la pièce ne se distingue pas des autres par les hauteurs particulières du chapiteau. Dans ces conditions, nous n’avons pas de raison d’exclure le bloc nº 756.

Description générale

  • 46 On pourrait néanmoins considérer, comme pour les chapiteaux du macellum, que l’astragale apparten (...)

24Les blocs sont solidaires de la partie supérieure du fût, qui se termine par un listel et un astragale de perles et de pirouettes46. Un listel fait la transition avec une échine ionique, flanquée de feuilles d’angle, et qui est surmontée d’un registre où se développent des hélices et des volutes assez schématiques. L’abaque est simple puisqu’il ne comporte qu’un bandeau orné au centre d’un fleuron inscrit dans un rectangle. Ces chapiteaux atypiques, qui ont aussi été employés au macellum voisin, sont une des originalités de l’architecture de Baelo et dénotent une inventivité des ateliers locaux qui, dans le même temps, ont reproduit inlassablement des formes anciennes. En dehors de leur intérêt typologique que nous ne développerons pas ici, de même que nous ne rentrerons pas dans le détail de la description des motifs, ces pièces fournissent un autre indice qui accrédite l’hypothèse d’un remploi d’éléments d’architecture appartenant à un premier état de la basilique.

Blocs sciés

  • 47 L. (entre les deux faces latérales) : de 37 à 39 cm ; ht. : ca 50 cm.

25Parmi les seize chapiteaux étudiés, au moins deux blocs ont été remployés. La pièce nº 167 a été sciée verticalement sur trois faces qui sont désormais lisses47. Le bloc nº 40 (fig. 5) a été scié sur une face, bûché sur une autre face tandis qu’une troisième face, qui était prise dans le mortier, a été bûchée de manière grossière. D’autres blocs sont tellement dégradés qu’ils pourraient aussi avoir été remployés, sans qu’il n’y ait aucune certitude.

Fig. 5. — Chapiteau « composite inversé » de colonne scié, nº 40

Fig. 5. — Chapiteau « composite inversé » de colonne scié, nº 40

(photographie D. Fellague)

Distinction de deux types

  • 48 Précisons que les différences de couleur et de matériaux sont difficiles à apprécier sur des bloc (...)

26La calcarénite dans laquelle ont été taillés ces chapiteaux du deuxième ordre ne présente pas un aspect homogène sur toutes les pièces : les couleurs sont un gris plus ou moins clair ou foncé ; la concentration de cailloux diffère selon les pièces ; et le calcaire est inégalement alvéolaire. Malgré tout, à la différence des bases, nous n’avons pas pu distinguer très nettement des types de chapiteaux en fonction du matériau et il ne semble pas que le calcaire jaunâtre riche en fossiles ait été employé48. En revanche, on peut distinguer deux types de chapiteaux en fonction de l’aspect de l’ovolo de l’échine ionique.

27Neuf chapiteaux comportent une échine ionique dont chaque face présente trois oves séparés par des fers de lance et six pièces n’ont véritablement qu’un ove central, jouxté par deux espèces de fers de lance. Le type à un ove est une schématisation du type à trois oves : les deux motifs de chaque côté de l’ove central remplacent le fer de lance ainsi que la coquille des oves latéraux, alors que ces derniers ne sont que timidement ébauchés (fig. 6).

Fig. 6. — Chapiteau « composite inversé » de colonne, nº 406

Fig. 6. — Chapiteau « composite inversé » de colonne, nº 406

(photographie D. Fellague)

  • 49 Précisons seulement que sur une des pièces, le bandeau ne semble pas avoir été sculpté de perles (...)

28D’autres différences existent entre les deux types de chapiteaux composites inversés ou, si l’on veut être plus précis, entre les deux types de blocs composés de la partie supérieure du fût et du chapiteau. Les pièces à trois oves pour lesquelles la sculpture est suffisamment conservée présentent un véritable astragale de perles et de pirouettes en partie inférieure. Sur tous les exemplaires à un seul ove, cet astragale est remplacé par un bandeau avec des perles et pirouettes schématiques, où les perles ont fusionné avec les pirouettes49. Il y a au moins deux exceptions car le bandeau de perles et pirouettes schématiques se rencontre aussi sur deux chapiteaux à trois oves : sur la pièce nº 942 et sur le chapiteau nº 756, sur lequel le rang d’oves est très grossier et maladroit (fig. 7).

Fig. 7. — Chapiteau « composite inversé » de colonne, nº 756

Fig. 7. — Chapiteau « composite inversé » de colonne, nº 756

(photographie D. Fellague)

  • 50 Ney, Paillet, 2006, p. 101.

29Nous excluons l’idée que les deux types sont contemporains, que ces différences dénotent simplement le travail maladroit d’une partie des sculpteurs, et que les deux chapiteaux sciés ont été remployés à un moment de réaménagement tardif de l’édifice alors en partie en ruine, de la même manière qu’un chapiteau ionique du premier ordre a été réutilisé dans le bouchage de la porte centrale nord50. Ce serait oublier les neuf ou dix bases sciées qui s’ajoutent aux bases du premier ordre trouvées presque au complet.

30Dans la mesure où les deux blocs qui ont été remployés sont du type à trois oves, il est légitime de supposer que les chapiteaux du deuxième ordre présentaient à l’origine un astragale de perles et de pirouettes et une échine à trois oves. Dans un deuxième état, une partie de ces chapiteaux auraient été remployés et remplacéspardes chapiteaux plus simplifiés à un ove ou des chapiteaux similaires à trois oves, mais avec des perles et pirouettes schématiques (pièces nº 942 et 756).

  • 51 Le Rouxet al., 1983, p. 418 ; NeyetPaillet, 2006, p. 101 et fig. 8 p. 102.
  • 52 Ney, Paillet, 2006, p. 107.

31Est-ce que d’autres pièces de la supposée basilique précédente ou d’un premier état de la basilique 2 ont pu être remployées dans l’édifice ? On se souviendra que le piédestal de la statue de Trajan a été réalisé avec au moins six corniches de remploi, de même profil, qui appartiennent donc à un même monument51. Ces corniches, qui présentent seulement une doucine entre listels et un bandeau, n’ont aucun rapport avec les corniches modillonnaires du premier ordre ou les corniches à double doucine de l’ordre supérieur et du parapet. Il faudrait néanmoins les comparer avec d’autres corniches ou couronnements à une seule doucine qui ont été attribués à la basilique, par exemple les couronnements du mur nord qui servaient d’appuis à une niche intérieure52.

Les chapiteaux ioniques

Nombre de chapiteaux découverts et anastylose imprécise

  • 53 Ibid., p. 111 et tableau p. 113 avec la liste des numéros d’inventaire. Le plan de situation des b (...)

32La quasi-totalité des chapiteaux qui prenaient place au sommet des colonnes du premier ordre ont été mis au jour puisque l’on mentionne la découverte de dix-neuf chapiteaux ioniques53. Nous n’avons pu retrouver que dix-huit pièces : onze ont été utilisées dans l’anastylose de l’édifice ; un chapiteau est visible au musée, sur la colonne remontée ; six pièces sont disposées parmi un tas de blocs à l’est de la basilique. La pièce manquante doit probablement être recherchée parmi les milliers de blocs enchevêtrés au nord-ouest du site.

33L’anastylose n’a pas respecté l’emplacement originel des chapiteaux tel qu’il était connu par les architectes et les archéologues. Ainsi, la colonne V, dont le chapiteau n’a pas été trouvé en fouille, est aujourd’hui pourvue d’un chapiteau. Un autre exemple est fourni par le bloc nº 771 qui a été attribué à la colonne X et qui est actuellement au sol : il n’a donc pas été replacé au sommet de la colonne qui comporte pourtant un chapiteau aujourd’hui. Les blocs remontés dans l’anastylose n’ayant pas été marqués, il n’est pas aisé de connaître leur identité précise.

Description générale des chapiteaux ioniques

  • 54 Il faudra cependant s’en assurer par une comparaison de détail de chaque élément.

34Malgré plusieurs variations de détail du décor dans la pierre et dans le stuc, dont nous ne donnerons pas le détail ici, dix-sept chapiteaux ioniques sont relativement homogènes et paraissent contemporains (fig. 8)54. Ils sont taillés dans une calcarénite grise, du moins pour ce que l’on peut en juger avec les pièces qui ne sont pas recouvertes de stuc. Les chapiteaux sont solidaires de la partie supérieure du fût qui se termine, sans congé intermédiaire, par un bandeau – matérialisé seulement dans le stuc – et par un astragale de perles et de pirouettes, qui était, le plus souvent, déjà sculpté dans la pierre.

Fig. 8. — Chapiteau ionique de la colonne IX

Fig. 8. — Chapiteau ionique de la colonne IX

(photographie D. Fellague)

35Pour les six blocs que nous avons pu mesurer facilement, le diamètre au lit de pose est compris entre 60 et 61 cm pour une hauteur de 40,5 à 44,9 cm. L’échine ionique des chapiteaux, dépourvue de palmettes, présente un ovolo de trois oves séparés par des fers de lance ou par des pointes de flèches. L’ovolo était aussi le plus souvent sculpté dans la pierre avant d’être recouvert de stuc. Un espace sépare le sommet de l’échine ionique du canal de volute. Ce dernier est constitué d’un bandeau horizontal taillé dans la pierre, qui était recouvert de deux listels en stuc, dont le second était en ressaut. Les volutes reposent sur le même plan horizontal que la partie inférieure de l’échine, selon une disposition qui n’est pas la plus courante, mais dont on connaît des parallèles. Elles décrivent deux révolutions autour d’un fleuron sculpté en stuc. Le plus fréquemment, les balustres sont ornés au centre d’un baudrier formé simplement de deux torsades, d’où s’échappent des feuilles d’eau horizontales et des palmettes dont la forme était en général en partie ébauchée dans la pierre. À la différence des autres pièces, le chapiteau de la colonne X comporte des balustres avec un décor de feuilles d’acanthe ; le baudrier est aussi différent par la présence d’un bandeau strié entre deux orles torsadés (fig. 9, p. 290). Pour les dix-huit chapiteaux, le tracé des balustres n’est pas droit, mais il accuse une courbure convexe au centre entre deux parties concaves. Dans la pierre, la sculpture de l’abaque était constituée d’un premier listel suivi d’un deuxième listel en ressaut, lui-même séparé d’un troisième listel par un vide. L’espace était rempli par du stuc et le second listel devait aussi être recouvert de stuc, de telle manière que la mouluration stuquée de l’abaque comportait un bandeau entre deux listels, avec le premier listel en retrait.

Fig. 9. — Chapiteau ionique de la colonne X

Fig. 9. — Chapiteau ionique de la colonne X

(photographie D. Fellague)

Réfection d’un chapiteau ionique

36Nous le répétons, tous les chapiteaux ne sont pas identiques, mais une pièce se distingue particulièrement des autres, à la fois par son matériau et par son décor. Le bloc nº 356, qui n’a pas gardé des vestiges de sa décoration en stuc, est taillé dans une calcarénite de couleur foncée et la mouluration présente des simplifications notables (fig. 10).

Fig. 10. — Chapiteau ionique de colonne, nº 356

Fig. 10. — Chapiteau ionique de colonne, nº 356

(photographie D. Fellague)

37En partie inférieure, au-dessus du fût, le bloc comporte une mouluration qui ressemble simplement à un cavet sur une partie du pourtour et qui se rapproche d’un bandeau surmonté d’un astragale irrégulier ailleurs. Les perles et les pirouettes n’ont pas été sculptées sur cet astragale grossier. De la même manière, l’échine ionique et les volutes sont restées lisses, à moins que, sur une face, l’ovolo ait été timidement ébauché. Sur une face, le canal de volute est à peine matérialisé par un mince bandeau qui ne se détache pas du sommet de l’échine ionique et qui n’est pas relié directement aux volutes. Sur l’autre face parallèle, le canal est absent. Le décor des balustres n’a pas été esquissé et leur tracé est simplifié puisque, en coupe horizontale, il est presque droit. Enfin, l’abaque ne semble être constitué que d’un bandeau.

38Cette pièce, qui est plus schématique que les autres et qui est taillée dans une calcarénite différente, atteste probablement une restauration partielle des chapiteaux ioniques.

Datations stylistiques

  • 55 Fellague, en cours de préparation. D’autres chercheurs n’ont pas manqué de souligner l’archaïsme d (...)

39La datation des bases par le simple examen des profils n’est pas possible ici. Évidemment, les bases qui sont dépourvues de plinthe, dont les tores peuvent avoir des hauteurs équivalentes et qui sont solidaires de la partie inférieure des fûts, sont bien connues à la fin de la République et au début de l’époque augustéenne. Toutefois, à Baelo, cette typologie n’a pas de valeur chronologique55. En ce qui concerne le détail de la scotie verticale haute, on trouvera aussi bien des exemples anciens que des comparaisons récentes, en particulier parmi les bases avec des plinthes.

40Il ne faut espérer aucun élément chronologique des fûts ni même des corniches lisses de l’ordre supérieur et du parapet. Les corniches modillonnaires lisses pourraient éventuellement fournir quelques indices si l’on trouvait des comparaisons bien datées au décor particulier des modillons.

  • 56 Didierjeanet al., 1986, p. 214-217. Pierre Gros a souligné la non-pertinence des comparaisons prop (...)
  • 57 Ibid., p. 213.
  • 58 Ibid., pp. 202 et 211, fig. 151 et 154.
  • 59 Ibid., 1986, note 68 p. 262.

41Le cas des chapiteaux composites inversés est très délicat. Nous n’avons pas grand espoir de régler la question de la chronologie avec les motifs décoratifs qui sont, de manière générale, assez grossiers, et nous manquons de parallèles pour élaborer des datations typochronologiques. Les comparaisons qui ont jusqu’ici été proposées ne sont pas assez proches56. Ce type de chapiteau de la basilique, avec une échine ionique flanquée de feuilles et surmontée d’un registre composé d’hélices et de volutes schématiques, n’est connu véritablement qu’à Baelo, au macellum. Dans ces conditions, seules des comparaisons internes sont possibles pour le type de chapiteau, mais il n’est pas si aisé d’établir une chronologie relative entre les pièces du macellum et celles de la basilique. On a considéré que les chapiteaux du macellum étaient une imitation grossière de ceux de la basilique, à cause d’une sculpture moins soignée et d’une disparition des hélices et des volutes, au profit de feuilles57. Ceci n’est pas évident car la sculpture des chapiteaux de la basilique n’est pas réellement soignée, même pour les blocs du premier type, et l’évolution des hélices et des volutes n’est peut-être pas si linéaire. En effet, un bloc du macellum comporte de véritables volutes au registre supérieur (nº 1466)58, et sur quatre exemplaires de la basilique – dont au moins trois appartiennent au deuxième type – la rencontre des volutes d’angles amorce la forme d’une seule feuille. L’existence de deux types de chapiteaux composites inversés à la basilique complique les tentatives d’établissement d’une chronologie relative. Le type 1 des chapiteaux composites de la basilique est peut-être antérieur aux pièces du macellum, qui seraient elles-mêmes antérieures aux chapiteaux du type 2 de la basilique. Nous aurions aimé examiner le chapiteau composite inversé qui a été attribué à un édifice public inconnu de Baelo et qui a été aperçu, il y a trente ou quarante ans, dans l’ancien Cuartel de la Guardia Civil59. Il pourrait constituer un maillon pour comprendre l’évolution de ce type de chapiteau, mais nous l’avons cherché en vain sur le site.

  • 60 Von Hesberg, 1990, p. 349 (à propos des chapiteaux du macellum).

42Quoi qu’il en soit, nous ne croyons pas, à la différence de Henner Von Hesberg, que ces chapiteaux composites inversés de Baelo présentent toutes les caractéristiques typologiques de pièces du troisième quart du ier siècle av. J.-C.60.

  • 61 Ibid., p. 348.
  • 62 Gutiérrez Behemerid, 1992, nº 84-90, pp. 32-33.

43L’examen des chapiteaux ioniques pourrait apporter les renseignements chronologiques les plus intéressants, voire les seuls renseignements chronologiques stylistiques. Aussi bien Henner von Hesberg61 que María Ángeles Gutiérrez Behemerid62 ont daté ces chapiteaux précocement, respectivement de la fin de la République et du début de l’époque julio-claudienne, sans une argumentation assez approfondie. Les comparaisons évoquées ne paraissent pas suffisantes pour établir une datation, d’autant plus que l’on sait qu’à Baelo on a continué pendant des décennies à s’inspirer de formes anciennes.

44Il y a pourtant bien un élément des chapiteaux ioniques sur lesquels les spécialistes de décoration n’ont pas insisté et qui fournit un terminus post quem : les rangs d’oves avec leurs flèches reliées aux coquilles par un tenon horizontal semblent difficilement antérieurs à l’époque flavienne. Ces pointes de flèches montrent une assez grande diversité. Il existe des flèches assez simples dont la pointe est un triangle assez grossier sculpté dans la pierre et dans le stuc. Plus élégantes sont les flèches dont la pointe dessine des bords concaves, comme sur le chapiteau de l’actuelle colonne X. On compte aussi des motifs qui ressemblent à des fers de lance, mais qui peuvent êtres considérés comme des flèches atrophiées, et qui se distinguent des véritables fers de lance aussi présents sur certaines faces des chapiteaux.

45Ce type d’oves peut se rencontrer aussi bien à l’époque flavienne qu’au iie siècle apr. J.-C. voire au début du iiie siècle. Les feuilles d’acanthe qui ornent les balustres du chapiteau X orienteraient plutôt vers la fin du ier siècle ou le iie siècle apr. J.-C.

Conclusion

46L’observation des blocs moulurés de la basilique montre que l’histoire de l’édifice est plus complexe que ne pourrait le laisser croire l’apparente homogénéité du matériel. La basilique semble avoir subi un remaniement important des colonnades comme l’atteste l’examen des bases du premier ordre et des chapiteaux composites inversés. À une époque qu’il faudra déterminer, les bases de colonnes du premier ordre ont été refaites plus ou moins à l’identique, mais avec des moulurations plus grossières et dans un matériau différent. Une partie des bases du premier état ont alors été remployées dans la maçonnerie de la basilique. Peut-être à la même époque, certains chapiteaux du deuxième ordre ont été remployés et l’on a taillé des chapiteaux similaires, mais plus schématiques. D’autres blocs des colonnades ont pu subir des modifications, que nous n’avons pas encore mises en évidence.

  • 63 Bergmann 1997, p. 142. Nous remercions Maria-Pia Darblade-Audoin pour cette référence. Le nouvel e (...)

47Les chapiteaux ioniques du premier ordre datent probablement du premier état de la basilique dont on voit les vestiges (édifice 2). La construction de la basilique devrait donc être placée à partir de l’époque flavienne et l’on serait tenté de la mettre en relation avec l’érection d’une statue de Domitien, du moins si le portait de Trajan est bien une tête de Domitien retaillée, comme l’a proposé Marianne Bergmann63.

  • 64 Sur le rapport entre la promotion juridique et la monumentalisation des cités hispano-romaines, v (...)
  • 65 Dardaineet al., 2008, p. 50.
  • 66 Sillières, 1995, p. 144 (chronologie de 60-70) ; Gros, 2006, p. 89. La mise en évidence, grâce aux (...)
  • 67 Sillières, 1995, p. 96.

48Comme dans les autres villes occidentales, il semblerait que ce soit à l’époque flavienne et dans la première moitié du iie siècle qu’il faille placer les grands travaux de Baelo, et non pas immédiatement au moment de la promotion juridique de la cité sous Claude64. La construction du sanctuaire d’Isis a été située vers 60-70 apr. J.-C.65 ; le théâtre ne serait pas antérieur aux années 60-75 apr. J.-C.66 ; la construction de la terrasse du forum est datée de 65-75 apr. J.-C.67 ; le macellum a été daté de l’extrême fin du ier siècle. La basilique pourrait aussi avoir été élevée à cette époque, à la fin du ier siècle ou dans la première moitié du iie siècle, en remplacement d’une basilique située plus au sud. On pourrait d’ailleurs se demander si les bases et les chapiteaux composites inversés remployés appartiennent au premier état de la basilique mise au jour (édifice 2) ou à la supposée basilique précédente, décalée vers le sud (édifice 1). Dans la première hypothèse, ces blocs témoigneraient alors d’un remaniement des colonnades au iie ou au iiie siècle Quant à la restauration du chapiteau ionique nº 356, elle n’a pas obligatoirement eu lieu à la même époque que les autres transformations. Pour un édifice qui a vécu au moins jusqu’au iiie siècle, l’existence de réparations successives n’aurait rien de surprenant.

49Eu égard aux orientations actuelles de la recherche sur l’architecture à Baelo, beaucoup ne manqueraient pas de se demander si la construction d’une nouvelle basilique ou encore la réfection des colonnades de celle-ci est liée à une catastrophe, tel un tremblement de terre. Dans la plupart des villes occidentales, nul n’a été besoin d’invoquer un tremblement de terre pour justifier les campagnes de restauration et de construction qui caractérisent l’époque flavienne et le début du iie siècle Il est certain que le remaniement des colonnades ne s’explique pas par une volonté de remettre au goût du jour une décoration puisque les bases et les chapiteaux composites inversés du deuxième type ont été sculptés à l’image des pièces d’un premier état. Toutefois, dans une ville où l’on a continué de sculpter durant toute l’époque impériale des bases, des chapiteaux et des corniches dont le modèle n’était plus en vigueur dans une grande partie de l’Empire après l’époque augustéenne, l’imitation d’un décor précédent peut-elle suffire à accréditer l’hypothèse d’un tremblement de terre ? En outre, si le remaniement des colonnades n’a pas remployé des blocs du précédent édifice, mais des pièces du premier état de la nouvelle basilique, il ne peut être utilisé pour assurer un tremblement de terre sous Claude ou Néron. Dans l’hypothèse inverse où les blocs proviendraient d’une précédente basilique, il y aurait un problème de méthode à se servir de cet argument pour accréditer l’hypothèse de l’existence du tremblement de terre du milieu du ier siècle apr. J.-C. Cette hypothèse est née en partie pour expliquer l’archaïsme du décor architectural ; l’archaïsme de l’ornementation ne peut à son tour servir de preuve à l’existence de ce tremblement de terre, qui n’en reste pas moins possible. Un séisme qui aurait imposé la construction d’une nouvelle basilique n’est pas exclu, que les bases et les chapiteaux sciés proviennent du premier ou du second monument. Toutefois, d’autres scénarios sont envisageables et le nombre élevé des possibilités n’autorise pas, pour l’instant, de retenir une hypothèse plutôt qu’une autre.

Haut de page

Bibliographie

Bergmann, Marianne (1997), « Zu den Porträts des Trajan und Hadrian », dans AntonioCaballos Rufino, PilarLéon (éd.), Itálica MMCC. Actas de las Jornadas del 2200 Aniversario de la Fundación de Itálica (Sevilla, 8-11 noviembre 1994), Séville, pp. 137-154.

Bonneville, Jean-Noël, Dardaine, Sylvie, Didierjean, François, Le Roux, Patrick, Sillières, Pierre (1981), « La quinzième campagne de fouilles de la Casa de Velázquez à Belo en 1980 (Bolonia, Province de Cadix) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 17, pp. 393-456.

Bonneville, Jean-Noël, Fincker, Myriam, Sillières, Pierre, Dardaine, Sylvie, Labarthe, Jean-Michel (2000), Belo VII. Le Capitole, Collection de la Casa de Velázquez, 67, Madrid.

Dardaine, Sylvie, Fincker, Myriam, Lancha Janine, Sillières, Pierre (2008), Belo VIII. Le sanctuaire d’Isis, Collection de la Casa de Velázquez, 107, Madrid.

Didierjean, François, Ney, Claude, Paillet, Jean-Louis (1986), Belo III. Le macellum, Collection de la Casa de Velázquez, 5, Madrid.

Fellague, Djamila (en préparation), « Le décor architectural de Baelo Claudia. Problèmes de datation », dans Actas II jornadas internacionales de Baelo Claudia. Nuevas Investigaciones, 14-15 avril 2010, Université de Cadix, Conjunto arqueológico de Baelo Claudia. Colloque International organisé par le Conjunto arqueológico de Baelo Claudia, l’Université de Cadix et la Casa de Velázquez.

Fincker, Myriam, Sillières, Pierre (1999), « À propos du réemploi d’éléments architectoniques lors de reconstructions antiques : quelques exemples à Belo », dans Jean-Marie Paillet, Pierre Moret (éd.), Mélanges Claude Domergue, t. 2, Pallas, 50, 1999, pp. 263-283.

Goffaux, Bertrand (2003), « Promotions juridiques et monumentalisation des cités hispano-romaines », Saldvie, 3, pp. 143-161.

Gros, Pierre (1996), L’architecture romaine. 1. Les monuments publics, Paris.

Gros, Pierre (2006), « Le centre monumental de Baelo Claudia : bricolage archaïsant ou actualisation d’un modèle ancien ? », dans Actas I Jornadas Internacionales de Baelo Claudia : Balance y perspectiva (1966-2004), Cádiz, 25, 26 y 27 de octubre de 2004. Séville, pp. 79-92.

Gutiérrez Behemerid, María Ángeles (1992), Capiteles Romanos de la Península Ibérica, Studia Archaelogica, 81, Valladolid.

Le Roux, Patrick (1973), « Chronique. La VIIe campagne de fouilles à Belo (Bolonia, Province de Cadix) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 9, pp. 755-769.

Le Roux, Patrick (1975), « Las excavaciones de la Casa de Velázquez en Belo (Bolonia, Tarifa, Cadiz). Campaña 1972 », Noticiario Arqueologico hispanico, Arqueologia, 3, pp. 195-205.

Le Roux, Patrick, Lancha, Janine, Rouillard, Pierre (1983), « La dix-septième campagne de fouilles de la Casa de Velázquez à Belo en 1982 (Bolonia, Province de Cadix) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 19, pp. 401-432.

Ménanteau, Loïc, Vanney, Jean-René, Zazo Cardeña, Caridad, Dardaine, Sylvie (1983), Belo II. Historique des fouilles. Belo et son environnement (Détroit de Gibraltar). Étude physique d’un site antique, Paris, Publications de la Casa de Velázquez, série archéologique fasc. IV.

Ney, Claude, Paillet, Jean-Louis (2006), « La basilique de Baelo-Claudia : étude architecturale », dans Actas I Jornadas Internacionales de Baelo Claudia : Balance y perspectiva (1966-2004), Cádiz, 25, 26 y 27 de octubre de 2004. Séville, pp. 93-136.

Pfanner, Michael (1990), « Modelle Römischer Stadtenwicklung am Beispel Hispaniens une der Westlichen Provinzen », dans W. Trilmich, P. Zanker (éd.), Stadtbild und Ideologie. Die Monumentalisierung hispanischer Städte zwischen Republik und Kaiserzeit. Colloque de Madrid du 19 au 23 octobre 1987, Munich, pp. 59-116.

Remesal, José, Rouillard, Pierre, Sillières, Pierre (1976), « La dixième campagne de fouilles de la Casa de Velázquez à Belo en 1975 (Bolonia-Province de Cadix) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 12, pp. 471-502.

Sillières, Pierre (1993), « Vivait-on dans des ruines au iie siècle ap. J.-C. ? Approche du paysage urbain de l’Hispanie d’après quelques grandes fouilles récentes », dans Ciudad y comunidad cívica en Hispania (siglos ii y iii después d. C.). Cité et communauté civique en Hispania, Actes du colloque organisé par la Casa de Velázquez et par le Consejo Superior de Investigaciones Científicas Madrid, 25-27 janvier 1990, Madrid, pp. 147-152.

Sillières, Pierre (1995), Baelo Claudia, une cité romaine de Bétique, Collection de la Casa de Velázquez, 51, Madrid.

Sillières, Pierre (2006), « Investigaciones arqueológicas en Baelo : balance, interpretación y perspectivas », Actas I Jornadas Internacionales de Baelo Claudia : Balance y perspectiva (1966-2004), Cádiz, 25, 26 y 27 de octubre de 2004. Séville, pp. 37-60.

Von Hesberg, Henner (1990), « Baurnament als Kulturelle Leitform », dans W. Trilmich, P. Zanker (éd.), Stadtbild und Ideologie. Die Monumentalisierung hispanischer Städte zwischen Republik und Kaiserzeit. Colloque de Madrid du 19 au 23 octobre 1987, Munich, pp. 341-366.

Haut de page

Notes

1 Elle est communément dénommée la « place dallée » ou la « place méridionale ». Voir Sillières, 1995, pp. 125-126.

2 Fincker, Sillières, 1999, pp. 264 et 271 ; Sillières, 1995, pp. 57-59 et 2006, pp. 44-45. Plus précisément, la fin de l’utilisation de la basilique a été datée du début du iiie siècle par une monnaie de Septime Sévère (frappée en 194-195) trouvée dans une première couche de démolition de l’édifice. La pièce est signalée sous une corniche (Le Rouxet al., 1983, p. 417) ou sous un tambour de fût de colonne (Sillières, 1993, p. 148). Suite à l’effondrement des colonnes, une destruction lente a pu durer jusque vers le milieu du ive siècle et l’édifice a été en partie arasé et réoccupé (Sillières, 1995, p. 114).

3 Pourtant, François Didierjean considérait que le macellum ne semblait « pas avoir été victime d’une de ces destructions brutales, par incendie, séisme ou éruption […] [et qu’il] resta longtemps debout, inutilisé, dépouillé de tous les équipements qui pouvaient être utilisés, et même probablement de sa parure ornementale » (Didierjeanet al., 1986, p. 98).

4 Ney, Paillet, 2006.

5 Que Pierre Sillières, qui nous a sollicité pour cette étude, ainsi que le directeur de la Casa de Velázquez (Jean-Pierre Étienvre) et son directeur des études anciennes et médiévales (Daniel Baloup) trouvent ici l’expression de notre gratitude. Nous remercions toute l’équipe du musée de Baelo et son directeur Ángel Muñoz, pour leur accueil un mois cet hiver. Nous sommes enfin reconnaissante envers Jean-Charles Moretti et Myriam Fincker pour leur lecture critique.

6 En réalité, il doit y en avoir un peu plus puisque des blocs avec les numéros d’inventaire 1546, 1551 et 1552 ont été attribués à la basilique (voir infra les chapiteaux composites inversés et les chapiteaux ioniques). Le nombre précis de blocs découverts qui provient de la basilique est difficile à fournir car des pièces inventoriées sont étrangères à la basilique et, pour plusieurs blocs, l’attribution est incertaine (attribution à la basilique ou à la place dallée voisine pour les pièces nº 1168-1197, 1533).

7 Seule la position des blocs du théâtre qui ont été rangés dans ce dépôt est connue grâce à l’équipe qui étudie l’édifice, sous la direction de Myriam Fincker.

8 Malheureusement, ce ne sont que des photocopies recto des fiches, qui étaient aussi écrites au verso, et les fiches de plusieurs blocs manquent. L’inventaire que nous avons consulté s’arrête à la fiche 1197 et reprend avec les numéros 1504-1531 et 1533, mais il devait se poursuivre au moins jusqu’au bloc 1552.

9 Il présente une nervure centrale, qui peut affecter la forme d’une flèche à l’envers ou d’un fer de lance, et des extrémités divisées en deux parties renflées ; le motif peut ainsi faire penser à la forme générale d’un papillon.

10 Ney, Paillet, 2006, pp. 118-120.

11 Didierjeanet al., 1986, pp. 238-243. Une solution identique a été adoptée pour les temples du Capitole (Bonnevilleet al., 2000, p. 173).

12 Ney,Paillet, 2006, p. 118.

13 Le Roux, 1973, pp. 764-765 ; Le Roux, 1975, p. 199.

14 Gutiérrez Behemerid, 1992, pp. 175 sq.

15 Ney,Paillet, 2006, fig. 18 p. 117 ; voir aussi la coupe fig. 19 p. 118.

16 Ibid., 2006, fig. 16, 17, 23, 31.

17 Voir aussi la photographie publiée en couverture de l’ouvrage sur le macellum (Didierjeanet al., 1986). En faisant le lien entre le plan de blocs effondrés jointifs (Ney, Paillet, 2006, fig. 18), le plan de situation de l’ensemble des blocs effondrés (Ibid., fig. 14) et les fiches d’inventaire déposées au musée, on peut s’assurer qu’il s’agit de corniches à double doucine (nº 1084 à 1088).

18 Pour le bloc nº 1086 au contraire, une partie du lit d’attente est encaissée à cet endroit.

19 Sur le statut de la cité, voir Sillières, 1995, p. 29 et Goffaux, 2003, pp. 145-146.

20 Le Roux, 1973, p. 768 et 1975, p. 205 ; Remesalet al., 1976, p. 496.

21 Remesalet al., 1976, pp. 476 et 496-497.

22 Bonnevilleet al., 1981, p. 430.

23 Le Rouxet al., 1983, pp. 421 et 425 : « On aura noté le décalage chronologique entre les données de la numismatique et les données de la céramique. On mesure par là la marge d’imprécision des datations et le résultat de plus significatif de cette campagne est sans doute de placer l’inauguration de la basilique au cours du règne de Néron, car l’as retrouvé témoigne aussi bien de la première occupation que de l’installation proprement dite ».

24 Fincker, Sillières, 1999, p. 270 ; Bonnevilleet al., 2000, p. 202 ; Dardaineet al., 2008, pp. 47-48.

25 Bonnevilleet al., 1981, pp. 427-430 ; Le Rouxet al., 1983, p. 424 ; Ney, Paillet, 2006, pp. 127-130, fig. 24 et p. 128.

26 Gros, 1996, p. 248.

27 Sillières, 1995, pp. 57, 75 et 81-82 ; Fincker, Sillières, 1999, pp. 265-268 et 2006, pp. 45-46.

28 Dardaineet al., 2008, pp. 48-49.

29 Ibid., pp. 74-76.

30 Fincker, Sillières, 1999, p. 267 ; Sillières, 2006, p. 45.

31 Dardaineet al., 2008, pp. 127-135, 152 et 202.

32 Pfanner, 1990, pp. 72-73 ; Fincker, Sillières, 1999, pp. 268-270 ; Gros, 2006, pp. 81 et 83 ; Sillières, 2006, p. 56.

33 Gros, 2006, pp. 87 et 90.

34 Fincker, Sillières, 1999, p. 270.

35 Gros, 2006, p. 84.

36 Didierjeanet al., 1986, pp. 90-94.

37 Voir Ney, Paillet, 2006, p. 113, fig. 15, 18 et le tableau de p. 113 avec les numéros des blocs de base en gras. Dans Ney, Paillet, 2006, p. 99, il est mentionné la découverte de seulement seize bases en place alors que plus loin on mentionne, à juste titre, dix-sept bases en place (p. 113).

38 Nous avons gardé l’ordre de la numérotation des colonnes qui a été adopté par Jean-Louis Paillet, avec une numérotation dans le sens horaire en partant de la colonne de l’angle nord-est (Ibid., p. 99). Nous avons aussi conservé les chiffres romains pour la désignation des colonnes, afin d’éviter les confusions avec les numéros des blocs.

39 Ibid., fig. 7 p. 100.

40 Ibid., pp. 100 et 113.

41 Des bases avec une scotie haute et droite apparaissent aussi dans les temples du Capitole (temples B et C : Bonnevilleet al., 2000, p. 112), au forum, et au sanctuaire d’Isis (salle P3 : Dardaineet al., fig. 69 p. 133), mais pas de manière aussi systématique.

42 Ménanteau et al., 1983, p. 128.

43 Si la base de colonne XX est moins riche en fossiles, elle est nettement plus claire que les tambours du fût.

44 Ces bases sont mentionnées dans Ney, Paillet, 2006, p. 111. Plus précisément, il s’agit des blocs nº 117, 119, 250, 343, 409, 419, 427, 456 et 825. À cette liste, peut-être faut-il ajouter le bloc nº 420, même s’il n’a pas été scié de la même manière (voir supra).

45 Ibid., p. 111.

46 On pourrait néanmoins considérer, comme pour les chapiteaux du macellum, que l’astragale appartenait au chapiteau (Didierjeanet al., 1986, pp. 209-211).

47 L. (entre les deux faces latérales) : de 37 à 39 cm ; ht. : ca 50 cm.

48 Précisons que les différences de couleur et de matériaux sont difficiles à apprécier sur des blocs isolés. Il est plus facile de comparer les matériaux quand les pièces sont disposées côte à côte ou l’une sur l’autre, ce qui est le cas des bases qui ont été replacées sous les fûts de colonnes.

49 Précisons seulement que sur une des pièces, le bandeau ne semble pas avoir été sculpté de perles et de pirouettes.

50 Ney, Paillet, 2006, p. 101.

51 Le Rouxet al., 1983, p. 418 ; NeyetPaillet, 2006, p. 101 et fig. 8 p. 102.

52 Ney, Paillet, 2006, p. 107.

53 Ibid., p. 111 et tableau p. 113 avec la liste des numéros d’inventaire. Le plan de situation des blocs effondrés de l’ordre ionique (ibid, fig. 15 p. 112) ne montre que dix-huit chapiteaux ioniques : aucun chapiteau n’est attribué à la colonne V et à la colonne XVI. Le bloc nº 1519 a pourtant bien été attribué à la colonne XVI (ibid, p. 113).

54 Il faudra cependant s’en assurer par une comparaison de détail de chaque élément.

55 Fellague, en cours de préparation. D’autres chercheurs n’ont pas manqué de souligner l’archaïsme de la décoration de cette cité (Gros, 2006 ; Ney, Paillet, 2006, p. 132).

56 Didierjeanet al., 1986, p. 214-217. Pierre Gros a souligné la non-pertinence des comparaisons proposées (Gros, 2006, p. 85).

57 Ibid., p. 213.

58 Ibid., pp. 202 et 211, fig. 151 et 154.

59 Ibid., 1986, note 68 p. 262.

60 Von Hesberg, 1990, p. 349 (à propos des chapiteaux du macellum).

61 Ibid., p. 348.

62 Gutiérrez Behemerid, 1992, nº 84-90, pp. 32-33.

63 Bergmann 1997, p. 142. Nous remercions Maria-Pia Darblade-Audoin pour cette référence. Le nouvel examen du togatus et de la tête par cette spécialiste de sculpture apportera probablement des informations utiles à la chronologie, en plus des informations stylistiques essentielles à la connaissance de la statuaire.

64 Sur le rapport entre la promotion juridique et la monumentalisation des cités hispano-romaines, voir Goffaux, 2003.

65 Dardaineet al., 2008, p. 50.

66 Sillières, 1995, p. 144 (chronologie de 60-70) ; Gros, 2006, p. 89. La mise en évidence, grâce aux matériaux, de deux phases au théâtre ne contredit pas pour l’instant cette chronologie car rien n’indique que la première phase est augustéenne. Au contraire, l’étude céramologique en cours de M. Bustamante (Université de Cadix) du matériel qui provient des derniers sondages (2009, 2010) indiquerait l’existence de deux phases dont la première serait tardo-néronienne ou du début d’époque flavienne et la seconde d’époque flavienne avancée. Nous remercions Macarena Bustamante et Oliva Rodríguez Gutiérrez pour cette information. Ces résultats seront développés prochainement dans la publication de l’édifice, dirigée par Myriam Fincker.

67 Sillières, 1995, p. 96.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Base de la colonne V
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 2. — Base de la colonne XI
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3. — Base de la colonne XII
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 4. — Base de colonne sciée, nº 117
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 5. — Chapiteau « composite inversé » de colonne scié, nº 40
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 6. — Chapiteau « composite inversé » de colonne, nº 406
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 7. — Chapiteau « composite inversé » de colonne, nº 756
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 8. — Chapiteau ionique de la colonne IX
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 9. — Chapiteau ionique de la colonne X
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 10. — Chapiteau ionique de colonne, nº 356
Crédits (photographie D. Fellague)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/3531/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djamila Fellague, « Le décor architectural de la basilique de Baelo Claudia », Mélanges de la Casa de Velázquez, 40-2 | 2010, 273-296.

Référence électronique

Djamila Fellague, « Le décor architectural de la basilique de Baelo Claudia », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-2 | 2010, mis en ligne le 27 janvier 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/3531

Haut de page

Auteur

Djamila Fellague

Université de Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org