Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Michel Cavillac, « Atalayisme » et picaresque

Philippe Rabaté
p. 255-257
Référence(s) :

Michel Cavillac, « Atalayisme » et picaresque : la vérité proscrite, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2007, 135 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2010.

1Ce nouvel ouvrage de Michel Cavillac témoigne d’un travail inlassable de questionnement du grand récit alémanien, près de quinze ans après la parution de Pícaros y mercaderes en el Guzmán de Alfarache (1994). « Atalayisme » et picaresque : la vérité proscrite offre une version remaniée de trois textes dont la première publication s’échelonne entre les années 1988 et 1993.

2La première de ces trois contributions, « La question du père dans le roman picaresque » (pp. 9-38), s’efforce de repenser la figure et l’héritage paternels que nous livrent le Lazarillo de Tormes, le Guzmán de Alfarache et le Buscón. Chacune de ces fictions peut être considérée, en suivant les pas de Marthe Robert, comme une « autobiographie du Bâtard ». La mort infamante et inacceptable de son géniteur entraîne le protagoniste vers la quête d’un père idéal – élément commun aux deux premiers textes de la série picaresque que le Buscón tourne en dérision, ce qui condamne par conséquent Pablos à une vilenie sans remède. Aussi Michel Cavillac affirme-t-il, à juste titre, que la figure paternelle constitue la clef de voûte de l’interprétation de ces différents récits et bien plus encore du Guzmán qui tente de « réussir à dépasser le père en le légitimant » (p. 36), ce qui consacre la dimension subversive du texte alémanien.

3« Le discours “atalayiste” au Siècle d’or » (pp.39-65) constitue une enquête passionnante sur l’atalayisme, néologisme forgé naguère par Jean Vilar à partir du substantif atalaya. Ce terme – à la fois tour de guet et guetteur selon le genre grammatical que nous lui attribuons – frappe par sa capacité à s’intégrer dans une grande variété de contextes discursifs. Il relève avant tout d’une tradition satirique héritée de Lucien, les Épiscopanthes, dans laquelle il s’agit de démasquer les intentions et les vices à partir d’un point de vue surplombant et global, procédé que l’on retrouve à l’œuvre par exemple dans le Crotalón de Cristobal de Villalón. On peut imaginer la grande fécondité de cet atalayisme critique si l’on se remémore la définition du genre du Criticón de Gracián comme épopée ménippéenne, avancée jadis par Fernando Lázaro Carreter dans un texte fameux. Outre cette première inscription satirique, Michel Cavillac relie cette notion au « perfectisme chrétien », vaste courant qui traverse le catholicisme espagnol réformé par le concile de Trente : aussi, pour Juan de Ávila, la métaphore de l’atalaya se confond-elle avec la figure de l’évêque tel qu’il devrait exercer son ministère, avec une vigilance et une clairvoyance qui émanent de son élévation spirituelle. Un tel usage du terme ne doit pas être disjoint de sa dimension prophétique qui existe dès l’Ancien Testament – avec la figure de la sentinelle de Yahvé, médiateur entre Dieu et les hommes – et qui connaît une reformulation originale dans un atalayisme politique qui devient peu à peu une pensée proscrite, comme le suggère l’auteur de façon lumineuse à propos des écrits de Juan de Mariana. Le dernier avatar de l’atalayisme s’inscrirait dans une perspective rationaliste et sécularisée qui serait celle du discours historique et économique. Nous retrouvons à l’œuvre ces différentes strates dans le Guzmán de Alfarache que Michel Cavillac qualifie, au terme de son étude, d’« épopée atalayiste ».

4La troisième et dernière contribution de l’ouvrage, « Les trois conversions de Guzmán de Alfarache » (pp. 67-133), offre l’apport le plus important de toute la critique alémanienne sur la question de la conversion du protagoniste. La critique a longtemps négligé la complexité d’une telle notion dont la dimension première est d’ordre spirituel et moral plus que théologique. La conversion guzmanienne est fortement influencée par la pensée de saint Augustin et le parcours du pícaro pourrait en ce sens être interprété comme la lente découverte d’un bon usage du libre-arbitre par un homme doué d’entendement. Une telle illumination s’accompagne d’une conversion « politique » dont la principale manifestation est la dénonciation (et non délation) du complot ourdi par Soto ; loin d’être imputable à un quelconque cynisme de la part du protagoniste – perspective privilégiée par la critique nord-américaine –, elle s’inscrirait dans une volonté de régénération personnelle et de réintégration au corps politique du roi. Toutefois, la libération escomptée ne semble guère avoir eu lieu, ce qui pourrait expliquer la « conversion poétique » du galérien. Michel Cavillac avance en effet l’hypothèse séduisante selon laquelle la rédaction de son autobiographie serait la conséquence la plus évidente d’une non-libération du galérien ; ce sens implicite des derniers chapitres de l’œuvre reviendrait à mettre en procès l’instance politique majeure de l’âge moderne (le Roi) ainsi que l’influence stérile de la mentalité aristocratique dominante.

5L’ouvrage de Michel Cavillac offre donc une somme fort personnelle et argumentée sur l’un des récits les plus complexes et commentés du Siècle d’or ; les trois essais que nous venons d’évoquer très brièvement sont, par conséquent, appelés à devenir des références incontournables pour tout lecteur de la « poética historia » alémanienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Rabaté, « Michel Cavillac, « Atalayisme » et picaresque », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 255-257.

Référence électronique

Philippe Rabaté, « Michel Cavillac, « Atalayisme » et picaresque », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/359

Haut de page

Auteur

Philippe Rabaté

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org