Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

José Martínez Millán y Maria Antonietta Visceglia (dirs.), La monarquía de Felipe III

Héloïse Hermant
p. 257-259
Référence(s) :

José Martínez Millán y Maria Antonietta Visceglia (dirs.), La monarquía de Felipe III : la Casa del Rey (2 vols.), Madrid, Fundación MAPFRE, 2008, 1326 y 989 p.

Texte intégral

1Avec La monarquía de Felipe III : la Casa del Rey, qu’il codirige avec María Antonietta Visceglia, José Martínez Millán poursuit l’exploration systématique du personnel de cour des Habsbourg d’Espagne selon un fil chronologique. L’ouvrage présente au public les contributions d’une poignée de chercheurs spécialistes de la question curiale, dont le noyau dur est issu de l’université Autónoma de Madrid. L’enquête se veut réellement collective de sorte qu’on ne trouvera pas là une juxtaposition kaléidoscopique d’articles mais une succession structurée de chapitres, chacun traité par un ou plusieurs auteurs selon un découpage minutieux en sessions. Le premier tome de l’ouvrage développe en huit chapitres le thème de la maison du roi stricto sensu, une institution sociale et un outil politiquemajeur de la monarchie, qui rassemble les officiers nécessaires au service domestique du souverain tant sur un plan matériel que sur un plan spirituel. Le second tome apporte une somme considérable d’annexes illustrant la réflexion. On retiendra, entre autres, une liste alphabétique exhaustive du personnel de la maison de Philippe III de près de 700 pages.

2La problématique de l’ouvrage reprend celle que José Martínez Millán illustre dans les ouvrages qu’il a consacrés aux luttes de factions tissées sur des liens familiaux, d’amitié et de fidélité, et dont le poids s’est révélé décisif dans la prise de décision des souverains. L’extrême perméabilité entre le groupe des serviteurs du roi et celui des serviteurs de la couronne explique qu’au sein de la cour, la maison du roi s’impose comme l’instrument politique par excellence de promotion, d’intégration et de fidélisation des élites des différents royaumes. Les canaux informels du clientélisme trouvent dans cet espace un lieu idéal pour la répartition des charges au gré des aléas des luttes de partis tout en permettant la cohésion de la monarchie composite. Sur le modèle du pater familias, le roi est à la tête de sa maison érigée en microcosme exemplaire, comme il est à la tête de son royaume.

3Les sources utilisées proviennent en majorité de l’Archivo General de Palacio à Madrid, temple de la mémoire de la cour et de son personnel. Quelques sondages dans les archives d’autres cours enrichissent ce corpus principal, comme la section Casas y Sitios Reales de Simancas, qui détient les fonds du palais d’Aranjuez édifié par Lerma pour isoler Philippe III et l’assujettir à son emprise, ou encore les Archives générales de Bruxelles, indispensables à l’étude de la cour des archiducs Albert et Isabelle. Enfin, les chercheurs recourent à des descriptions de l’étiquette, des règlements, des réformes et des compilations juridiques relatifs à la maison du roi ainsi que des mémoires de courtisans. La Biblioteca Nacional et la Real Academia de la Historia alimentent le plus fort contingent de ces textes.

4Le plan du premier volume se distingue par sa clarté. Une vaste introduction de près de 300 pages brosse un tableau politique et religieux des monarchies de Philippe II et de Philippe III. José Martínez Millán montre que c’est sur les ruines du parti castillan triomphant sous Philippe II que s’édifie la monarchie catholique de son successeur, plus soumise au pape. Dans ce cadre, le premier chapitre étudie les rapports évolutifs de la maison castillane et de la maison bourguignonne de Philippe III, après avoir élucidé l’originalité de cette configuration binaire à partir des antécédents de Charles Quint et de Philippe II. Les quatre chapitres suivants analysent successivement un département de la maison du souverain (la Chambre du roi et les offices de bouche, la Cavalerie, la Chasse et la Junta de Obras y Bosques, la Garde). Le sixième chapitre étudie la maison de la reine (Isabelle de Bourbon, la reine Margarita) et celle des membres de la famille royale (celle des archiducs Albert et Isabelle aux Pays-Bas, par exemple). Vient ensuite un chapitre consacré au logement des courtisans. Le dernier chapitre restitue les dépenses et les dispositifs de finance des maisons royales.

5La démarche, systématique, s’inscrit dans le droit fil de celle des volumes précédents consacrés à la cour de Charles Quint et de Philippe II. Pour chaque chapitre, l’exposé s’ouvre sur un développement consacré à la fonction du département de la maison du roi étudié. Dans un second temps, les chercheurs retracent l’évolution des statuts de ces organismes dans les textes normatifs et dans la pratique. Ils examinent la succession des réformes qui les remodèlent, les processus d’institutionnalisation de ces entités longtemps restées informelles, sans oublier les conflits de juridiction intrinsèques à la cohabitation de tant d’organismes au sein de l’espace curial qui les met potentiellement en concurrence avec les Alcaldes de Casa y Corte. À chaque fois, un long passage est réservé au personnel. Les auteurs dépeignent les différents offices du département examiné, la hiérarchie et les gages des acteurs, les dispositifs de patrimonialisation de certaines fonctions ; ils proposent des évaluations chiffrées des groupes en présence ; ils enregistrent la provenance des officiers (origine sociale et géographique, annotations sur le rôle du patronage et des jeux de clientèles dans le recrutement lorsque l’on détient des éléments pour l’affirmer). Une foison de listes, de tableaux et de graphiques illustre et renforce le propos. La table des matières qui rend apparente l’architecture de l’ouvrage dans ses moindres inflexions laisse le lecteur libre de s’orienter facilement. Plusieurs lectures complémentaires deviennent alors possibles : une lecture en continue et une lecture ponctuelle visant à récolter des informations sur un département, un office ou une étape de la formation d’une institution, à la façon dont on consulterait un dictionnaire.

6On saluera le mérite de cette entreprise monumentale qui témoigne des vertus de la recherche collective. Des points méconnus sont élucidés et des figures mineures d’officier sont exhumées. Quant à la thèse de l’importance de la maison du roi dans la mise en place et la consolidation de certaines configurations de pouvoir, elle emporte la conviction. L’utilisation que fait Lerma de la Junta de Obras y Bosques en complément de ses charges de sommelier de corpset de grand écuyerillustre avec maestria ce point. Les critiques que l’on peut formuler sont inhérentes au parti-pris d’exhaustivité. La surabondance d’informations noie parfois le lecteur : des bilans synthétiques auraient été bienvenus pour offrir un fil d’Ariane et détacher les axes essentiels. De même, le souci du détail érudit fait regretter que les enjeux de pouvoir liés à la répartition des charges et à la possibilité d’accéder au roi n’aient pas nourri encore plus d’analyses. Ces remarques mineures n’ôtent rien à la valeur de ces volumes qui constituent un outil précieux et stimulant pour qui s’intéresse aux mécanismes politiques et sociaux œuvrant à la cohésion de la monarchie espagnole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Héloïse Hermant, « José Martínez Millán y Maria Antonietta Visceglia (dirs.), La monarquía de Felipe III », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 257-259.

Référence électronique

Héloïse Hermant, « José Martínez Millán y Maria Antonietta Visceglia (dirs.), La monarquía de Felipe III », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/362

Haut de page

Auteur

Héloïse Hermant

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org