Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Giampiero Nigro (ed.), Francesco di Marco Datini, L’uomo il mercante

Damien Coulon
p. 268-270
Référence(s) :

Giampiero Nigro (ed.), Francesco di Marco Datini, L’uomo il mercante, Firenze, Firenze University Press, Fondazione Datini, 2010, 582 p.

Texte intégral

1(La pagination renvoie à la version en anglaisdu même ouvrage : Francesco di Marco Datini. The Man the Merchant, Florence, Firenze University Press, Fondazione Istituto Internazionale di Storia Economica « Franco Datini », 2010).

2À l’occasion du six-centième anniversaire de la mort de l’homme d’affaires toscan Francesco Datini, la fondation internationale qui porte son nom a souhaité réunir les contributions de divers chercheurs qui se sont intéressés à ce puissant négociant ou plus largement à la documentation surtout épistolaire hors du commun que sa vaste compagnie a laissée – notamment plus de 150 000 lettres –, dans le but de présenter « une étude actualisée de ses qualités humaines et de son rôle économique » (p. XIV), entendant ainsi renouveler les anciennes, mais fondamentales études de Federigo Melis sur le sujet.

3Ce volumineux ouvrage collectif aborde ainsi tour à tour la présentation de l’individu, « homme parmi les hommes » et de son épouse Margherita (première partie, rédigée par M. Cassandro et C. James) ; l’examen de sa richesse et de ses biens matériels (seconde partie, traitant aussi d’alimentation, par G. Nigro, M. Giagnacovo et P. Pinelli), qui se distingue de celle des constructions qu’il a fait bâtir (troisième partie, due à S. Cavaciocchi qui présente également les relations de Datini avec les peintres). L’ouvrage traite ensuite en quatrième partie de ses activités commerciales, éclairant diverses facettes du « marchand parmi les marchands » et détaillant le rôle des différentes succursales qu’il avait successivement créées à Avignon (L. Frangioni), à Pise (M. Berti), à Gênes (M. Giagnacovo) et dans la Couronne d’Aragon (A. Orlandi et M. Spallanzani) ; il aborde en outre (en cinquième partie) ses relations avec les autres pôles européens de grand commerce tels que la Flandre et Londres (F. G. Bruscoli), Milan, Rome et le reste de l’Italie (L. Frangioni, R. Greci et L. Palermo) ; enfin l’ouvrage s’achève sur l’analyse de ses activités de banquier et d’entrepreneur (sixième partie, rédigée par F. Ammannati et G. Nigro). Le plan de l’ouvrage ne diffère donc pas fondamentalement de celui adopté par F. Melis il y a près d’un demi-siècle (1962) dans ses Aspetti della vita economica medievale, même si certains thèmes sont ici nouvellement abordés (figure et rôle de Margherita ; alimentation…).

4Agréablement présenté, le texte est régulièrement entrecoupé d’extraits de lettres commerciales éclairant certains aspects particuliers ou caractéristiques des différents thèmes traités. De nombreuses planches d’illustrations en couleurs relatives à la vie économique à la fin du Moyen Âge, provenant d’ouvrages et d’œuvres d’art qui n’ont pas nécessairement de rapport avec l’homme d’affaires, agrémentent également ce texte, qui toutefois n’y fait écho qu’exceptionnellement. Sur le plan de la présentation générale, on déplorera cependant que les fonds de cartes utilisés renvoient aux limites territoriales du début du xxie siècle (pp. 241, 250), voire à celles tout aussi inadaptées de la première moitié du xxe siècle (pp. 258, 358 et 420) qui délimitaient en fait les cartes réalisées naguère par F. Melis… Le rôle à mon sens crucial des choix de déploiement spatial décidés par F. Datini pour développer sa compagnie imposait de présenter ces cartes, qui ne sauraient être conçues comme de simples illustrations, dans le contexte territorial nécessairement très différent et combien plus éclairant de la fin du xive et du début du xve siècle.

5Au-delà des thèmes abordés qui permettent de mieux cerner l’individu complexe et la forte personnalité de F. Datini, ainsi que le système perfectionné de compagnie à succursales multiples préfigurant le modèle des holdings (p. 239) qu’il était patiemment parvenu à mettre en place, les lecteurs des Mélanges de la Casa de Velázquez seront plus particulièrement intéressés par le très riche apport des nombreuses lettres relatives à la compagnie dite « de Catalogne ». Celle-ci se subdivisait en fait en trois compagnies installées à Barcelone, Valence et Majorque, couvrant ainsi méthodiquement la majeure partie de la Couronne d’Aragon et étendant leurs réseaux au-delà vers la France, la Castille, le royaume de Grenade et le Maghreb, entre le milieu des années 1390 et 1410.

6Les explications d’A. Orlandi, à qui a été confiée la présentation de ce vaste secteur d’activités, reprennent brièvement et pour l’essentiel ce que F. Melis avait déjà pu mettre en valeur au sujet de la compagnie de Barcelone et de son responsable, Simone Bellandi. Mais les développements relatifs à Valence et à Majorque, ainsi qu’aux principaux représentants de Datini sur place  respectivement Luca del Sera et Cristofano Carocci  sont plus évocateurs, en grande partie grâce aux nombreuses lettres échangées entre ces deux pôles, qu’A. Orlandi a longuement étudiées et récemment publiées (2008). Elle met spécialement en évidence les liens étroits tissés par les deux hommes avec les marchands issus des minorités religieuses sur place, musulmans de Valence et juifs de Majorque en particulier, qui jouaient encore un rôle actif et bénéficiaient de leurs propres réseaux de relations, sur lesquels les agents de Datini pouvaient donc également compter. Ces contacts se révélèrent ainsi déterminants pour étendre les activités de la compagnie dans le royaume de Grenade et au Maghreb, sans pour autant y installer de représentants permanents qui, compte tenu de ces accointances, n’y étaient précisément pas nécessaires selon A. Orlandi. Dans ces conditions, les activités marchandes des succursales de Datini pouvaient se déployer à différentes échelles : régionale, comme on vient de le constater, mais aussi à l’échelle du grand commerce, faisant de Majorque et de Valence des relais incontournables entre les ports italiens et atlantiques.

7Enfin, outre ces analyses, l’étude d’A. Orlandi esquisse d’une part un rapide tableau des relations au sein de ces deux agences Datini, qui se composaient chacune d’une douzaine d’individus généralement toscans, et d’autre part le portrait plus personnalisé de leurs responsables qui, comme F. Datini, se livrent progressivement au détour de leurs nombreuses lettres.

8Au-delà des aspects économiques et strictement matériels, qui comprennent encore de nombreux développements sur les marchandises échangées (le kermès ou graine d’écarlate, ou les céramiques dorées de Valence, par exemple), ces missives nous introduisent en fait directement dans le dense et très riche tissu relationnel des hommes d’affaires de la compagnie. Si l’ouvrage ne se cantonne certes pas à une histoire strictement économique, on pouvait néanmoins attendre de cette synthèse un renouvellement plus net des problématiques. Le formidable potentiel qu’offrent en effet ces milliers de lettres permettrait en particulier d’aborder l’ensemble du système Datini sous l’angle de l’analyse de réseaux, dont cette compagnie offre sans doute l’un des exemples médiévaux les plus aboutis, aux plans social et spatial. Elle pourrait notamment s’articuler sur une réelle étude cartographique des ports, de leur rayonnement et des flux qui les relient, ainsi que sur des graphiques de relations personnelles qui mettent en évidence les positions et les rôles divers au sein de ce vaste réseau très structuré. Les notions de confiance, de réputation ou de recommandation, essentielles pour assurer la cohésion et le bon fonctionnement réticulaires, constituent d’autres exemples de thèmes transversaux très féconds éclairant cette logique relationnelle dynamique. Enfin, au-delà de ces approches globales, la documentation Datini offre, outre le cas de Francesco di Marco, un immense vivier d’ego-documents éclairant le thème de l’émergence de l’individu ou du processus d’individuation dans le contexte de pré-Humanisme, que les chercheurs qui ont développé cette thématique ont trop rarement envisagé dans le cas de marchands, pourtant très prometteur.

9Ajoutons pour finir que l’Archivio di Stato di Prato, où sont conservés les documents de la compagnie Datini, a relevé le défi de les mettre en ligne sur son site internet (http://datini.archiviodistato.prato.it/​). Les chercheurs désireux de pousser leurs investigations au-delà de ces éléments de synthèse, pourront ainsi les consulter directement avec le plus grand profit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Coulon, « Giampiero Nigro (ed.), Francesco di Marco Datini, L’uomo il mercante », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-1 | 2011, 268-270.

Référence électronique

Damien Coulon, « Giampiero Nigro (ed.), Francesco di Marco Datini, L’uomo il mercante », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-1 | 2011, mis en ligne le 27 mai 2011, consulté le 01 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/3749

Haut de page

Auteur

Damien Coulon

Université de Strasbourg.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org