Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Ángel Bahamonde Magro y Juan Carlos Sánchez Illán, Una república de papel: «L’Espagne Républicaine» (1945-1949)

Isabelle Renaudet
p. 294-295
Référence(s) :

Ángel Bahamonde Magro y Juan Carlos Sánchez Illán, Una república de papel: «L’Espagne Républicaine» (1945-1949), Madrid, Fondo de Cultura Económica, 2010, 214 pp.

Texte intégral

1L’étude consacrée par Ángel Bahamonde Magro et Juan Carlos Sánchez Illán à la revue L’Espagne républicaine vient enrichir notre connaissance des milieux de l’exil républicain en France. Spécialistes de l’histoire contemporaine de l’Espagne (Á. Bahamonde Magro) et de l’histoire des médias (J. C. Sánchez Illán), les auteurs explorent le projet politique défendu par cet hebdomadaire. Publié en français et en espagnol, à Toulouse, puis à Paris, il a été créé principalement par Ricardo Gasset Alzugaray (1893-1966) qui s’est entouré d’un noyau de collaborateurs venus d’horizons politiques différents, dont Víctor Alba. Ce livre est issu d’un travail mené dans le cadre du programme de recherche Cátedra del Exilio, dont l’un des porteurs est l’Université Carlos III de Madrid à laquelle appartiennent les auteurs. Ce programme vise à analyser le phénomène de l’exil espagnol tout en contribuant à la récupération de son patrimoine documentaire. De ce point de vue, l’ouvrage répond pleinement à cet objectif : à côté de l’analyse d’une aventure éditoriale menée depuis la France, il propose une sélection d’articles publiés par la revue entre 1945 et 1949.

2Ce choix n’en rend que plus précieuse cette étude qui permet d’approcher le matériau sur lequel les auteurs ont travaillé : 193 numéros dont la collection est conservée à la Bibliothèque nationale de France. L’un des mérites du livre tient également à la diversité des sources utilisées. La correspondance léguée par Ricardo Gasset aux Archives nationales de France constitue dans cette perspective un fonds exceptionnel. Le croisement de cette documentation avec les articles publiés dans L’Espagne républicaine éclaire le sens de son projet. L’exploitation de cette source a une autre vertu : elle permet de reconstituer le parcours intellectuel d’un représentant d’une des grandes familles de la presse libérale espagnole, les Gasset, fondateurs de El Imparcial dont le rôle fut fondamental entre les années 1860 et 1930. L’analyse s’appuie enfin sur d’autres sources : documentation personnelle de Ricardo Gasset conservée à l’Université Carlos III ; archives de la Fondation Pablo Iglesias ; archives de ministère des affaires étrangères espagnol.

3Avec Una república de papel, Á. Bahamonde et J. C. Sánchez Illán ont écrit une page supplémentaire de l’histoire de l’exil républicain en France. Ils ont contribué aussi à mieux faire connaître sa presse. Ce champ de la recherche a été balisé par la thèse pionnière de Geneviève Dreyfus-Armand en 1994 intitulée L’émigration politique espagnole au travers de sa presse, 1939-1975, publiée en 1999 en France, puis en 2000 en Espagne sous le titre El exilio de los republicanos españoles en Francia. De la Guerra civil a la muerte de Franco. Par rapport à cet ouvrage de référence fondé sur le recensement de 640 périodiques, l’originalité du livre d’Á. Bahamonde Magro et J. C. Sánchez Illán est de se centrer sur un organe qui est loin d’être la plus « paradigmatique » des publications de l’exil. Le propre de L’Espagne républicaine est en effet de n’être liée à aucun parti politique ou organisation syndicale, alors que la majorité des titres qui paraissent entre 1945 et 1949 dans les rangs de l’exil espagnol sont dans ce cas. Certes, Gasset est membre de Unión Republicana, le parti de Diego Martínez Barrio. Mais L’Espagne républicaine n’en est pas le porte parole officiel. L’hebdomadaire se veut plutôt « l’organe d’expression de tous les exilés ». Cette volonté de rassembler largement la communauté des réfugiés espagnols présents en France est donc au cœur du projet politique de la revue.

4Les phases qui ponctuent son évolution reflètent les fluctuations de la question espagnole. Du premier numéro (juin 1945) jusqu’à fin 1946-début 1947 prend place l’époque de la grande espérance. L’objectif est de restaurer la démocratie républicaine en Espagne compte tenu de l’isolement diplomatique du régime franquiste après la défaite des puissances de l’Axe. Gasset préconise l’intégration des formations républicaines dans les plateformes unitaires qui sont alors créées : Asociación Nacional de FuerzasDemocráticas et Junta Española de Liberación dont Gasset est le vice-président. Partisan de la ligne défendue par le gouvernement Giral en exil, constitué en août 1945, Gasset s’en désolidarise pourtant progressivement. La participation du PCE au sein du second gouvernement Giral en mars 1946 est perçue en effet comme une erreur tactique compromettant le capital de sympathie dont les républicains espagnols jouissent auprès des alliés. Deux éléments précipitent l’évolution de la revue : la guerre froide et l’option possibiliste défendue par le socialiste Indalecio Prieto à laquelle Gasset adhère et qui mise sur un rapprochement de l’opposition antifranquiste de l’exil avec les monarchistes en vue de restaurer la démocratie en Espagne. Cet alignement sur les thèses prietistes (dès fin 1946) altère la nature républicaine de la publication : il lui aliène certains de ses collaborateurs ; la revue abandonne son ancien titre en octobre 1948 et est rebaptisée L’Espagne. Minée par les problèmes financiers, elle cesse de paraître en mai 1949.

5Si le projet de la revue doit beaucoup au moment dans lequel il prend place, il découle aussi de la culture politique de son fondateur. Gasset n’est pas qu’un opposant à la dictature, il est aussi un héritier : héritier d’une culture familiale libérale qui le pousse à privilégier les stratégies unitaires dans l’opposition au franquisme ; héritier aussi d’une tradition journalistique qui le conduit à reproduire dans l’exil les expériences éditoriales du passé. La création de cette revue témoigne en ce sens des formes d’adaptation à l’exil mises en œuvre par Gasset et l’équipe qui l’entoure : antifranquistes, ces hommes sont aussi des intellectuels, d’où la place prise par la culture dans leur publication (au sous titre évocateur d’hebdomadaire politique et littéraire). L’un des intérêts de cet ouvrage est ainsi de questionner cette capacité de l’exilé à survivre hors de son pays. Cette question est abordée à travers la dimension économique (et non strictement politique) du projet de Gasset de se doter d’une revue dont il attend qu’elle soit rentable. Que la logique entrepreunariale ne soit pas absente de sa démarche témoigne que l’expérience de l’exil ne saurait être réduite à l’image d’une tragédie personnelle et collective légitimement renvoyée par les sources.

6Cette république de papier construite par ces exilés intéressera autant le lecteur espagnol que français. Ce dernier y retrouvera les conditions dans lesquelles la presse française s’est reconstruite au lendemain de la Libération, entre illusions et déceptions. L’histoire de cette revue met en outre en lumière les milieux politiques, journalistiques et intellectuels français qui ont soutenu durant ces années le combat républicain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Renaudet, « Ángel Bahamonde Magro y Juan Carlos Sánchez Illán, Una república de papel: «L’Espagne Républicaine» (1945-1949)

 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-1 | 2011, 294-295.

Référence électronique

Isabelle Renaudet, « Ángel Bahamonde Magro y Juan Carlos Sánchez Illán, Una república de papel: «L’Espagne Républicaine» (1945-1949)

 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-1 | 2011, mis en ligne le 27 mai 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/3783

Haut de page

Auteur

Isabelle Renaudet

Université d’Aix-Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org