Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues

Pratiques de l’apocryphe dans le roman espagnol au début du xviie siècle : approche comparée du « Guzmán » de Luján et du « Quichotte » d’Avellaneda

Thèse de doctorat soutenue le 12 novembre 2010 à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux III (dirigée par Maria Aranda)*
David Alvarez Roblin
p. 305-308

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Maria Aranda, Université de Bordeaux III ; Frédéric Bravo, Université de Bor (...)

1Ce travail porte sur deux œuvres très singulières de la prose de fiction du Siècle d’Or : le Guzmán de Alfarache de Luján et le Quichotte d’Avellaneda. Publiés respectivement à Valence en 1602 et à Tarragone en 1614, ces deux textes ont la spécificité d’avoir vu le jour entre les deux parties « authentiques » du Guzmán d’Alemán et du Quichotte de Cervantès, alors même que ces derniers préparaient une suite de leurs romans. Il en résulte une situation inédite dans l’histoire de la littérature, puisque les Secondes Parties alémanienne et cervantine mettent de ce fait en place un véritable dialogue avec la continuation rivale.

2Les textes de Luján et d’Avellaneda ont depuis longtemps pâti de la comparaison avec les textes originaux. Non seulement ils ont été affublés du qualificatif d’ « apocryphes », mais ils ont fait l’objet d’un fort rejet sans avoir donné lieu à un véritable examen. En effet, seules l’identité du continuateur, dans le cas d’Avellaneda, et la question des emprunts à d’autres textes, dans le cas de Luján, ont donné lieu à des recherches approfondies.

3Aussi l’objectif premier de notre travail est-il de proposer une approche littéraire de ces textes, qui sont étudiés conjointement. Au-delà des circonstances troubles qui entourent leur apparition (usage de pseudonymes et anomalies éditoriales), notre étude cherche à analyser les raisons structurelles permettant d’expliquer l’existence, non pas d’une, mais de deux continuations d’œuvres fondatrices en à peine plus d’une décennie. Cette approche comparée nous conduira à proposer une théorisation de la modalité très particulière de l’emprunt qu’est la pratique de l’apocryphe.

4Une telle proposition théorique, conçue comme point d’aboutissement de notre recherche, nécessite au préalable d’examiner attentivement un faisceau de relations. Pour y parvenir, il nous faut d’abord étudier les liens complexes qui unissent les continuations de Luján et d’Avellaneda entre elles, ainsi que les relations spécifiques existant entre ces œuvres et les deux parties authentiques du Guzmán et du Quichotte. En effet, ces six textes nous semblent former un ensemble cohérent que seule l’étude conjointe des apocryphes permet de mettre en lumière. Afin d’analyser ces différents niveaux de relation, notre travail s’organise en trois temps.

5La première partie (« Les continuations apocryphes : pâles copies ou créations véritables ? ») étudie les œuvres apocryphes en regard des Premières Parties originales d’Alemán et de Cervantès. La question posée est celle de la lecture du Guzmán de 1599 et du Quichotte de 1605 par les continuateurs. Le matériau de départ est-il enrichi, détourné ou, au contraire, appauvri ? Dans quelle mesure les continuateurs avaient-ils des projets littéraires propres ?

6Pour pouvoir répondre à ces questions, le chapitre 1 (« Guzmán, Don Quichotte et la prédisposition à l’apocryphe ») cherche d’abord à comprendre ce qui, dans les Premières Parties authentiques, a pu permettre l’apocryphe. Existait-il, par exemple, des éléments qui prédisposaient ces œuvres à une telle pratique ? Cette question est traitée d’un point de vue strictement littéraire et passe par un examen successif des pistes – plus ou moins explicites – laissées en suspens par Alemán et Cervantès. Elle s’intéresse également aux personnages hors-normes que sont Guzmán et don Quichotte, avant de chercher enfin des éléments de réponse dans le statut très particulier des narrateurs de ces deux romans.

7Le chapitre 2 (« Un double passage à l’acte ») porte sur la façon dont cette prédisposition s’est textualisée de façon effective dans les œuvres des continuateurs. Toutes les orientations romanesques contenues dans les Premières Parties ont-elles été utilisées ? Certaines pistes ont-elles été nettement privilégiées ? D’autres, au contraire, ont-elles été négligées ? L’un des objectifs de cette étape de notre recherche est d’expliquer les choix effectués par les continuateurs afin de comprendre les relations spécifiques qu’ils entretiennent avec leurs modèles respectifs.

8Cette étude conduit à porter, enfin, un regard différent sur les continuations apocryphes, envisagées de façon plus autonome dans notre chapitre 3 (« Première esquisse des projets romanesques des continuateurs »). Au vu des observations faites précédemment, il s’agit désormais de déterminer si l’on doit considérer les œuvres de Luján et d’Avellaneda comme de pâles copies du Guzmán d’Alemán et du Quichotte de Cervantès, ou si les continuateurs ontleurs propres projets romanesques. Ce chapitre met l’accent, par conséquent, sur les points essentiels qui différencient les apocryphes de leurs modèles et prête une attention particulière aux passages des deux continuations ayant une valeur métapoétique.

9La deuxième partie de la recherche (« Les Secondes Parties authentiques, des œuvres sous influence ? ») est consacrée à l’étude des relations entre les continuations apocryphes et les suites d’Alemán et de Cervantès. Il s’agit principalement d’évaluer l’influence des œuvres de Luján et d’Avellaneda sur le Guzmán de 1604 et le Quichotte de 1615.

10Les deux auteurs authentiques mettent en effet en place, dans leurs propres suites, une riposte face aux œuvres concurrentes. Le chapitre 4 (« Alemán et Cervantès face aux apocryphes : différents niveaux de riposte ») cherchent à comprendre en quoi consistent ces réactions littéraires et en propose une typologie. Sont ainsi étudiées trois modalités distinctes de la riposte, de la plus évidente (la réponse), aux plus complexes (le dialogue et les pratiques de l’emprunt). Cette étude permet de montrer qu’en dépit du rejet affiché par les auteurs authentiques, les apocryphes finissent paradoxalement par devenir des sources d’inspiration.

11Le chapitre 5 (« Alemán et Cervantès continuateurs » ?) s’inscrit dans le prolongement direct du chapitre 4, dont il se propose d’approfondir les conclusions. Par-delà les échos ponctuels ou même les phénomènes d’emprunt textuel aux apocryphes, il s’agit d’étudier la façon dont les romanciers originaux empruntent aux continuations rivales des techniques d’écriture ou des ressorts romanesques, et d’analyser ainsi leur influence sur des épisodes plus étendus des suites authentiques. Cette partie de notre travail prend également en compte d’autres modalités plus subtiles du rapport aux continuations de Luján et d’Avellaneda : en particulier, le fait que celles-ci apparaissent aussi comme des sources d’inspiration en « creux », qui participent à un renouveau des poétiques du Guzmán et du Quichotte.

12Le chapitre 6 (« De la riposte aux “textes hantés” ») s’intéresse enfin, de façon plus précise, à la manière dont les œuvres apocryphes sont représentées et intégrées dans les suites authentiques. Les textes rivaux apparaissent en particulier sous la forme de doubles des héros, qui fascinent et hantent ces derniers. Cette partie de notre travail dévoile l’ambivalence d’Alemán et de Cervantès à l’égard des continuations rivales, mais elle révèle surtout leur caractère obsédant, qui est à l’image de l’obsession des protagonistes – don Quichotte et Guzmán – à l’égard de leurs alter ego. L’importance que revêt le thème du double nous conduit ainsi à mettre en lumière une dernière série de relations entre œuvres apocryphes et authentiques : d’une part, des phénomènes de contamination textuelle, portant sur des personnages ou des scènes clefs des deux romans et, d’autre part, des phénomènes de dédoublement et de duplication d’épisodes, dont nous cherchons à déterminer les liens éventuels avec les continuations de Luján et d’Avellaneda.

13La troisième partie du travail (« Vers une théorie de l’apocryphe ») a pour point de départ un rapprochement paradoxal – l’étude croisée des pratiques d’écriture de Luján et Cervantès, d’une part, et d’Alemán et d’Avellaneda, d’autre part –, qui n’était pas prévisible au départ, et qui découle des analyses textuelles menées dans les deux parties précédentes. Dans quelle mesure ces deux groupes d’auteurs présentent-ils un certain nombre d’affinités ? Celles-ci sont-elles seulement ponctuelles ou bien leurs œuvres présentent-elles des ressemblances plus profondes ? Cette double étude croisée est la pierre d’angle menant à une théorisation, aussi poussée que possible, de la pratique de l’apocryphe.

14Le chapitre 7 (« Luján et Cervantès : deux écritures prismatiques ») envisage les traits communs existant entre l’écriture du continuateur valencien et celle de Cervantès. Au-delà de la proximité de leurs dates de publication, le Guzmán apocryphe et le Quichotte de 1605 peuvent en effet se lire comme une double réaction au Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán et à la poétique novatrice proposée par le romancier sévillan. Publiés l’un et l’autre dans le prolongement de ce bouleversement littéraire, ces textes semblent contester la mainmise du narrateur sur l’écriture, qui caractérise le projet alémanien, et prendre une certaine distance par rapport à l’obsession de l’exemplarité présente chez leur devancier. Nous examinons les affinités d’écriture existant entre ces deux romanciers en nous intéressant successivement à la conception que les deux auteurs ont des personnages romanesques, à la construction de leurs fictions, et enfin à la place qu’occupe chez eux la matière intercalée.

15En étudiant les mêmes composantes – personnages, structure des romans et nouvelles intercalées –, le chapitre 8 (« Alemán et Avellaneda : deux écritures axiales ») traite des affinités littéraires communes aux deux autres romanciers. Tandis que les écritures lujanienne et cervantine ressemblent à un prisme diffractant ses rayons dans plusieurs directions à la fois et visent avant tout l’agrément des lecteurs, les œuvres d’Alemán et d’Avellaneda s’apparentent davantage à un axe : elles suivent une pente démonstrative rigoureuse et cherchent à édifier les lecteurs. Ainsi, si les textes de Luján et de Cervantès donnent l’impression de desserrer l’étau de l’exemplarité auquel Alemán avait soumis la fiction, la Seconde Partie alémanienne et le Quichotte apocryphe apparaissent, au contraire, comme une double reprise en main, en réaction à des écritures jugées trop libres : le Guzmán de Luján et la Première Partie du Quichotte cervantin.

16Cette double étude croisée conduit à un paradoxe absolu : les textes des deux continuateurs s’avèrent finalement plus proches d’œuvres qu’ils n’ont ni « plagiées » ni « imitées » que de celles dont elles sont la continuation. Notre chapitre 9 (« Entre plagiat et création : les paradoxes du roman apocryphe ») se propose par conséquent d’examiner le caractère heuristique de certains concepts utilisés habituellement par la critique pour qualifier les romans de Luján et d’Avellaneda. Au vu des analyses précédentes, le concept de plagiat conserve-t-il une pertinence pour étudier ces textes ? Si, à première vue, ni l’œuvre de Luján ni celle d’Avellaneda ne semblent relever du plagiat au sens traditionnel du terme, peut-on les rattacher néanmoins à l’une ou l’autre des branches de cette pratique ?

17Après avoir été confrontées à cette première notion, les continuations du Guzmán et du Quichotte sont ensuite examinées sous l’angle de la réécriture. Dans quelle mesure ces deux œuvres peuvent-elles être considérées comme des « réécritures créatrices » des textes qu’elles prennent pour modèle ? L’avantage de ce nouveau concept est qu’il permet de prendre davantage en compte la part de nouveauté des continuations apocryphes et de l’existence chez leurs auteurs d’un point de vue autre sur le roman. Toutefois, la notion de réécriture présente aussi des limites. Elle tend en particulier à surévaluer la part de création introduite par les continuateurs. En effet, leurs œuvres demeurent trop dépendantes de leurs modèles pour être considérées exclusivement comme des créations.

18Ce double constat d’échec relatif conduit à proposer une nouvelle théorisation des pratiques d’écriture des deux continuateurs – ou « théorie des deux moitiés » – et à conceptualiser la notion d’apocryphe. Cette théorie a pour objectif de répondre à une triple exigence : premièrement, proposer un concept adapté aux œuvres étudiées, prenant en compte leur originalité sans toutefois l’exagérer ; deuxièmement, expliquer ce qui rapproche, au point de les regrouper sous une même catégorie, des pratiques narratives aussi différentes que celles de Luján et d’Avellaneda ; enfin, éclairer les raisons pour lesquelles, dans leurs suites authentiques, Alemán et Cervantès n’ignorent pas les apocryphes, mais les prennent en compte, au contraire.

19La théorie des deux moitiés postule l’existence en Espagne, au début du xviie siècle, de deux modèles romanesques dominants : celui d’Alemán et celui de Cervantès. La pratique de l’apocryphe consiste à écrire la moitié « manquante » de l’œuvre originale, c’est-à-dire à la traduire dans l’autre paradigme romanesque. Cela explique que, pour écrire sa continuation, Luján « cervantise » – avant la lettre – son écriture tandis qu’Avellaneda « alémanise » la sienne.

20Au terme de ce parcours, les raisons structurelles internes permettant d’expliquer l’existence de deux apocryphes – et non d’un seul – apparaissent de façon beaucoup plus claire. Les textes de Luján et d’Avellaneda confirment en effet l’existence de deux grands modèles romanesques en Espagne au début du xviie siècle, ayant chacun donné lieu à une continuation apocryphe, l’une de facture prismatique et l’autre de facture axiale.

21Cette théorisation est davantage une proposition ouverte qu’un système parfaitement clos. Il eût sans doute été souhaitable d’élargir le corpus étudié afin de déterminer si les deux modèles romanesques dont les apocryphes ont permis de dévoiler l’existence sont pertinents pour l’étude d’œuvres publiées après 1615. Toutefois, une telle démarche requiert de consulter un nombre de textes extrêmement vaste, qu’il aurait été impossible d’étudier de façon rigoureuse dans le cadre de cette recherche. Ce travail de grande ampleur reste à faire, mais la théorie des deux moitiés offre la possibilité de porter, nous semble-t-il, un regard nouveau sur la naissance et le développement du genre romanesque en Espagne, dans la première moitié du xviie siècle.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Maria Aranda, Université de Bordeaux III ; Frédéric Bravo, Université de Bordeaux III ; Anne Cayuela, Université de Grenoble III ; Jean-Pierre Étienvre, Université de Paris IV ; Pedro Ruiz Pérez, Université de Cordoue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Alvarez Roblin, « Pratiques de l’apocryphe dans le roman espagnol au début du xviie siècle : approche comparée du « Guzmán » de Luján et du « Quichotte » d’Avellaneda », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-1 | 2011, 305-308.

Référence électronique

David Alvarez Roblin, « Pratiques de l’apocryphe dans le roman espagnol au début du xviie siècle : approche comparée du « Guzmán » de Luján et du « Quichotte » d’Avellaneda », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-1 | 2011, mis en ligne le 27 mai 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/3796

Haut de page

Auteur

David Alvarez Roblin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org