Navigation – Plan du site
Miscellanées

La République romaine et le mercenariat au temps des Guerres Puniques

Une approche idéologique
La República romana y el mercenariado en tiempo de las guerras púnicas: una aproximación ideológica
The Roman Republic and mercenaries in the age of the Punic Wars: an ideological approximation
Anthony-Marc Sanz
p. 163-179

Résumés

La Rome conquérante des guerres puniques, dont l’armée est organisée sur une base fondamentalement civique, se retrouve en contact avec les grands marchés de mercenaires de Méditerranée occidentale aux iiie et iie s. av. J.-C. Les quelques épisodes historiques au cours desquels les Romains ont recours au mercenariat méritent donc d’être analysés, pour comprendre comment ils appréhendent l’expérience d’un mode d’organisation militaire si étranger à leur modèle, d’autant que certains d’entre eux, relatifs au recrutement de mercenaires celtibères, sont rapportés par des traditions qui semblent remonter aux témoignages des contemporains eux-mêmes. Restitués dans le contexte des vifs débats suscités par les questions de la guerre et de la conquête dans les cercles dirigeants romains, ils permettent en fait de reconstituer l’histoire d’un refus et d’une affirmation : confrontée aux armées mercenaires des grandes puissances, la République rejette ostensiblement la pratique d’un service militaire salarié et clame son attachement au modèle de la cité en armes, par idéologie comme par intérêt.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Par conséquent, il faut toujours lever et entraîner des recrues. Car il est plus économique de f (...)

Semper ergo legendi et exercendi sunt iuniores. Vilius enim constat erudire armis suos quam alienos mercede conducere1

  • 2  Cf. Nicolet, 1979, p. 303, pour la définition de l’armée républicaine, fondée sur le service milit (...)
  • 3 Végèce, I, 8, 10 ; 15, 4. La critique moderne tient le de re militari du Censeur pour l’une des sou (...)
  • 4 Végèce, I, 28, 8-9.

1Ainsi Végèce conclut-il le dernier chapitre de son premier livre, exhortant les Romains à renouer avec leur virtus traditionnelle, alors que l’Empire du IVe siècle ap. J.-C. est confronté à de sérieux défis militaires. Le service civique lui paraît préférable au recrutement mercenaire parce qu’il est moins coûteux, mais, au-delà même de sa rationalité, la conclusion résonne bien comme un appel à une restauration salutaire des mœurs des Anciens Romains, tant leurs succès dans la conquête du monde sont associés à la valeur de leur armée de citoyens-soldats2. Le compilateur a très probablement trouvé la formule de cet idéal militaire et civique dans l’abondante littérature romaine de re militari qu’il a collectée pour rédiger son ouvrage. On serait même tenté d’identifier, derrière ces lignes, Caton l’Ancien, d’ailleurs cité à deux reprises dans le livre I3. La comparaison entre service civique et mercenaire vient clore, en effet, une réflexion de Végèce sur ce qui lui apparaît comme un précédent exemplaire : sévèrement vaincus par Hannibal dans les premières années de la Seconde Guerre Punique (218-201), les Romains, afin de renouer avec la victoire, avaient déjà dû, explique-t-il, restaurer leurs anciens usages, perdus au cours des vingt années de paix qui avaient suivi la Première Guerre (264-241)4. Caton l’Ancien, défenseur ardent du retour au mos maiorum et premier auteur connu du genre de re militari, pourrait très bien être l’auteur d’une pareille leçon. L’hypothèse est, d’ailleurs, d’autant plus séduisante que c’est précisément à l’occasion des guerres puniques que Rome, affrontant les grandes armées mercenaires de Carthage, puis des monarchies hellénistiques, s’est retrouvée, pour la première fois, en position de recourir au mercenariat. À une République éventuellement saisie de doute sur l’efficacité de ses institutions militaires, et sans doute curieuse d’exploiter les ressources nouvelles qu’offrirait un personnel d’experts de la guerre, Caton aurait ainsi répondu en réaffirmant la supériorité du modèle classique de la cité en armes.

  • 5  La question du recours romain au mercenariat a été abordée par Lammert, 1931. Voir également Griff (...)

2Le problème ne revêtirait donc pas seulement un aspect tactique et financier, autour de la question de l’efficacité militaire, mais aurait aussi des implications idéologiques, mettant en cause les principes même de la cité romaine, à l’heure où les succès de la conquête lui donnent les moyens de s’ériger en modèle sur la scène méditerranéenne. Le thème de la restauration des anciennes mœurs nous introduit d’ailleurs au cœur du débat romain, dans ces luttes politiques auxquelles Caton a pris part avec tant de passion dans la première moitié du iie siècle av. J.-C. : la question du mercenariat, suscitant vraisemblablement quelques interrogations dans une cité timocratique si attachée à la composition civique de son armée, semble ainsi s’insérer dans un champ politique et idéologique qui dépasse les simples aspects tactiques ; mais dans quels termes exacts5 ? Ce sont les principaux épisodes marquant l’histoire du rapport des Romains au mercenariat, aux iiie et iie siècles av. J.-C., qui doivent être interrogés en ce sens, afin d’éclairer le débat qu’ils provoquent, les motifs et l’identité des protagonistes qu’ils confrontent, ainsi que les affirmations de principe sur lesquelles ils débouchent.

Les leçons amères de l’expérience : Rome et les mercenaires pendant les Guerres Puniques

3Rome a recours aux armes mercenaires, pour la première fois, au cours de la Première Guerre Punique, si l’on se fie à une notice de Zonaras, l’abréviateur de Dion Cassius (Histoire romaine, VIII, 16). Le compilateur byzantin rapporte en effet qu’un contingent gaulois, auquel les Carthaginois ont confié la garde d’une place, las des mauvais traitements que ceux-ci leur infligent, décide de rallier les Romains pour de l’argent. Zonaras précise alors :

  • 6  « Ces Gaulois et d’autres alliés des Carthaginois qui s’étaient révoltés contre les Carthaginois, (...)

μεταστάντας  δὲ  ἀπὸ  τῶν  Καρχηδονίων  Γαλάτας  καὶ  ἄλλους  τῶν  σφῶν  συμμάχων  τινὰς  οἱ  Ῥωμαῖοι  ἐπὶ  μισθοφορᾷ  προσελάβοντο,  μήπω  πρότερον  τρέφοντες  ξενικόν6.

  • 7 Polybe, I, 77, 4-5.
  • 8 Polybe, I, 58 évoque les opérations terrestres autour d’Éryx, opposant Hamilcar, qui s’est emparé d (...)
  • 9 Polybe, II, 7, 6-10.

4Deux passages de Polybe, relatifs à des épisodes postérieurs, permettent de préciser dans quelles circonstances les Romains ont ainsi recruté des mercenaires pour la première fois. Dans le premier, qui s’insère dans le récit de la Guerre des Mercenaires (241-237)7, l’historien grec précise qu’une partie du contingent gaulois d’Autarite, un des chefs mercenaires révoltés, avait déserté les positions d’Éryx pour passer aux Romains après 2448. Le deuxième, relatif aux affaires illyriennes9, lui permet, à l’occasion d’une critique virulente de la politique des Épirotes, de reconstituer plus longuement le parcours de ces mêmes Gaulois déserteurs que l’on retrouve alors comme garnisaires à Phoinikè en 219 : initialement bannis par leurs compatriotes, ils ont d’abord été recrutés par les Carthaginois pour tenir garnison à Agrigente, puis Éryx, qu’ils ont donc essayé de livrer aux Romains avant de les rallier. La notice de Polybe, confirmant les circonstances de leur trahison, ajoute alors un élément important : les Romains ont dû désarmer et expulser ces Gaulois immédiatement après la première Guerre Punique, parce qu’ils s’étaient rendus coupables du pillage du sanctuaire d’Aphrodite Erycine, et c’est alors seulement, qu’au nombre de 800, ces soldats perdus ont trouvé un nouvel emploi au service des Épirotes. Polybe fait d’ailleurs ce rappel pour illustrer l’inconséquence de ces derniers, qui auraient confié leur sécurité à des Gaulois, pourtant peu dignes de foi, et en tire une leçon pratique pour ses lecteurs : il ne faut jamais établir de garnison trop forte, surtout lorsqu’elle est composée de barbares.

  • 10  Nous formulons nous-mêmes l’hypothèse d’une source « antiquaire » de Dion Cassius-Zonaras, essenti (...)
  • 11  Cf. désormais Pelegrín Campo, 2000, qui montre la complexité de l’opinion de Polybe au sujet du me (...)
  • 12  Cf. Polybe, III, 27, 4 ; voir aussi Polybe, III, 29, 10. Pour les autres sources relatives à cette (...)
  • 13  On ne peut évidemment exclure que la clause d’interdiction du recrutement mercenaire, destinée aus (...)

5L’analyse des sources relatives à cet épisode impose deux observations : d’abord, si elle fait l’objet d’une notice antiquaire de Zonaras, d’origine vraisemblablement annalistique, l’innovation du recrutement mercenaire n’occupe cependant pas une grande place dans la tradition romaine, puisque les détails n’en filtrent que dans des sources grecques relatives à des événements étrangers à l’histoire romaine10. Même la leçon qu’en tire Polybe, dans l’affaire de Phoinikè, n’est pas tant dictée par la question de la légitimité du recours au mercenariat que par la nécessaire méfiance qui s’impose face à des barbares perfides comme les Gaulois11. Derrière la curiosité de l’innovation, finalement, on ne perçoit pas vraiment les échos d’une discussion sur la question à Rome. D’autre part, si les Gaulois sont employés à titre de mercenaires au terme d’une trahison, ils ne sont pas recrutés comme tels sur les marchés habituellement fréquentés par les envoyés des puissances comme Carthage. Ne pouvant laisser passer l’opportunité d’obtenir la livraison d’une place, les Romains ont simplement accepté les services de ces déserteurs. Mais l’innovation est en quelque sorte sans suite, puisqu’ils jugent finalement préférable de se débarrasser rapidement de ces Gaulois encombrants. On se demande d’ailleurs dans quelle mesure cette expulsion ne doit pas être mise en relation avec la clause du traité de Lutatius, qui clôt la première Guerre Punique en 241, et par laquelle les Romains interdisent tout recrutement de mercenaires aux Carthaginois dans leur zone de domination12. Les Romains, par ces mesures d’expulsion et d’interdiction, chercheraient ainsi à extirper le mercenariat de leur sphère d’influence, en particulier de l’île de Sicile dans laquelle il a été associé à tant de troubles politiques depuis le Ve siècle av. J.-C.13. Ce serait là, en définitive, l’ultime conclusion qu’ils tireraient de ce premier recours peu probant au service mercenaire.

  • 14  On sait d’ailleurs qu’ils prêtent main forte aux Carthaginois, avec la collaboration active de Hié (...)
  • 15  Voir désormais, pour une mise au point complète sur cette question classique du mercenariat ibériq (...)
  • 16  Pour une présentation commode de l’action des Scipions en Espagne, cf. Richardson, 1986, pp. 35-42 (...)

6Il est possible que l’expérience tragique de la Guerre des Mercenaires, que connaissent alors leurs anciens adversaires carthaginois, ait confirmé les Romains dans leurs réticences de principe face au mercenariat14, mais manifestement pas au point de s’interdire définitivement d’y recourir lorsqu’ils se retrouveraient à nouveau, dans le cadre d’une lutte à grande échelle, en contact direct avec une zone majeure de recrutement. Dès qu’ils interviennent dans la péninsule Ibérique en effet, lors de la seconde Guerre Punique (218-201), pénétrant une zone de recrutement essentielle pour Carthage, ils ne peuvent guère résister à la tentation de « retourner », une nouvelle fois, les mercenaires de leurs adversaires15. P. et Cn. Cornélius Scipion, chargés des opérations dans la Péninsule depuis 218, ont réussi à consolider la présence romaine au nord de l’Èbre et sur la côte méditerranéenne, lorsqu’ils entreprennent des tractations diplomatiques avec les Celtibères à l’hiver 214-21316. D’après Tite-Live :

  • 17  « En Espagne, il n’y eut pas d’événement mémorable, si ce n’est que les généraux romains, en offra (...)

In Hispania nihil memorabile gestum praeterquam quod Celtiberum iuventutem eadem mercede qua pacta cum Carthaginiensibus erat imperatores Romani ad se perduxerunt,17

  • 18  C’est l’hypothèse de Pelegrín Campo, 2005, e. p. p. 132 : la dénomination même de Κελτίβηρεϛ, tran (...)
  • 19 Tite-Live, XXIV, 47, 7 : « Id modo eius anni in Hispania ad memoriam insigne est, quod mercennarium (...)
  • 20  Pour le recrutement de 20 000 Celtibères à l’hiver 211, et leur trahison consécutive, cf. Tite-Liv (...)
  • 21  Pour l’analyse des luttes politiques à Rome à cette date, cf. Scullard, 1973, pp. 56 sqq et Zecchi (...)
  • 22  On en trouve l’écho dans le discours de Scipion à ses troupes, à l’embouchure de l’Èbre en 209, ra (...)
  • 23  Cf. Polybe, XI, 20, 6 ; Tite-Live, XXVIII, 13, 2. Scipion, d’autre part, poursuit les mercenaires (...)

7L’événement présente de grandes similitudes avec le précédent gaulois. Il fait à nouveau l’objet d’une notice à caractère antiquaire, que l’on a pu attribuer à Fabius Pictor18, et dont la tradition postérieure retient surtout que c’est là la première apparition de mercenarii dans les camps romains19. Il s’agit, cette fois encore, non d’un recrutement mercenaire à proprement parler, mais d’un « retournement », bien que la source précise, et c’est nouveau, qu’il est dûment payé. Mais dans la mesure où l’affaire a de plus graves conséquences, elle prend une dimension politique nouvelle. Ces mêmes Celtibères en effet, recrutés en grand nombre l’année suivante et confiés à Cn. Scipion, sont responsables, par leur trahison au profit d’Hasdrubal, de la défaite des armées romaines et de la mort de leurs chefs20. L’épisode a failli sonner le glas de la stratégie défendue par les Scipions depuis 218, en compromettant définitivement la présence romaine en Hispanie. Aussi a-t-il dû susciter bon nombre de commentaires à Rome, alors que les opposants des Scipions disposaient désormais d’un excellent argument pour contester leur politique21. Or, c’est dans ce climat de critiques que P. Cornélius Scipion, fils du proconsul et futur Africain, mûrit sa décision de prendre la relève de ses pères en demandant le commandement dans la Péninsule pour 209, au terme d’une réflexion précise sur les raisons de l’échec de 211, en particulier autour du danger du recrutement celtibère22. Surtout, il semble en tirer les leçons pratiques et théoriques dans la conduite même des opérations. Tout en acceptant une nouvelle alliance celtibère, d’abord, il ne voue aucune confiance aux troupes qu’elle lui fournit et les place, de manière tout à fait novatrice, au centre de son dispositif lors de la bataille d’Ilipa en 206, avec le succès que l’on sait23. Ensuite, l’année suivante, lorsqu’il doit, devant le Sénat et face à un Q. Fabius Maximus fort critique, défendre la stratégie offensive qu’il propose contre Carthage, il formule son attachement au principe d’une armée civique dans des termes qui méritent d’être rapportés :

  • 24  « En outre, nous, même abandonnés par nos alliés, nous avons tenu bon grâce à nos forces, grâce au (...)

Ad hoc nos, etiam deserti ab sociis, viribus nostris, milite Romano stetimus. Carthaginiensi nihil civilis roboris est: mercede paratos milites habent, Afros Numidasque, levissima fidei mutandae ingenia24.

8L’expérience douloureuse de la trahison semble renforcer, ici, l’exaltation patriotique des forces civiques. On conçoit combien Scipion est soucieux de tirer les leçons de la tragique expérience de ses pères, et surtout, pour répondre aux critiques qui leur ont été adressées et dans la mesure où il entend poursuivre leur stratégie, de le montrer à ses adversaires. C’est pourquoi il éprouve sans doute le besoin de se faire le champion des armées civiques romaines, en affirmant leur supériorité de nature face aux armées mercenaires de l’adversaire. Le thème est explicité pour la première fois mais il est appelé à une assez grande postérité, au point d’apparaître ensuite comme consubstantiel à la constitution romaine : ce sont à peu près les mêmes termes, en effet, que l’on retrouve dans la conclusion de la célèbre comparaison polybienne des armées romaine et carthaginoise, dans le livre VI des Histoires :

  • 25  « … car en toute circonstance, les Carthaginois mettent leurs espérances, pour la défense de leur (...)

ἡ  μὲν  γὰρ  ἐν  ταῖς  τῶν  μισθοφόρων  εὐψυχίαις  ἔχει  τὰς  ἐλπίδας  ἀεὶ  τῆς  ἐλευθερίας,  ἡ  δὲ  Ῥωμαίων  ἐν  ταῖς  σφετέραις  ἀρεταῖς  καὶ  ταῖς  τῶν  συμμάχων  ἐπαρκείαις25.

  • 26  L’argument repose bien sûr sur l’hypothèse que Polybe reprend les mots de Scipion l’Africain, ou, (...)

9L’expérience du recrutement celtibère, encore plus que le précédent gaulois, a dû jouer un rôle important dans la réflexion des Romains sur les limites de la fidélité des mercenaires, qui ne combattent que par intérêt et non pour défendre leur patrie, à la différence des soldats romains. Cette expérience négative participe donc sans doute aussi de la réaffirmation contemporaine de leur attachement à la composition civique de leur armée26. Le thème, pourtant, est appelé à susciter encore quelque interrogation, à Rome même, comme les événements des années 190 vont le montrer.

Caton, les mercenaires celtibères et Scipion : le sens d’une polémique

  • 27  La clause est rapportée par Appien, Le Livre Africain, LIV, 236 (et déjà en XXXII, 135 dans les pr (...)
  • 28  L’Espagne ne fait pas l’objet d’une mesure d’interdiction du recrutement mercenaire pour les Carth (...)
  • 29  Pour l’exposé de la campagne de Caton, cf. Martínez Gázquez, 1992 ; Knapp, 1980 ; Astin, 1978, pp. (...)
  • 30  Cf. Tite-Live, XXXIV, 17, 4 ; 19, 1. L’identité de ces Turdetani et donc la localisation de la cam (...)
  • 31  Cf. Tite-Live, XXXIV, 19, 2.
  • 32  Cf. Martínez Gázquez, 1992, pp. 140-141 pour une présentation commode et complète des sources rela (...)

10En effet, alors même que Rome étend la zone d’interdiction du recrutement mercenaire en y ajoutant la Gaule et la Ligurie, avec le traité de Zama imposé aux Carthaginois en 20127, elle se retrouve rapidement confrontée au problème dans la péninsule Ibérique, où elle a décidé de maintenir sa présence militaire depuis 20628. L’événement, qui mobilise encore des mercenaires celtibères, a à nouveau des répercussions politiques. Il intervient à l’occasion de la campagne de M. Porcius Caton, consul chargé de la province d’Espagne Citérieure en 195 av. J.-C., pour y mater les populations hispaniques en révolte depuis 19729. Pourvu d’une importante armée, et secondé par les deux préteurs P. Manlius et App. Claudius Nero, le consul arrive dans la province à l’été 195, et se consacre d’abord à la pacification de la zone au nord de l’Èbre. Manlius, initialement désigné comme son adiutor en Citérieure, opère alors, avec les renforts envoyés d’Ultérieure par Claudius Néron, contre les Turdétans révoltés, qui recrutent dix mille mercenaires celtibères30. En difficulté, le préteur finit par faire appel à Caton, qui vient précipitamment en Turdétanie avec ses deux légions, à l’automne 195. Trouvant Turdétans et Celtibères cantonnés dans deux camps séparés, le consul, plutôt que d’opter pour un affrontement ouvert, décide d’agir différemment avec les deux adversaires : il lance d’abord des opérations victorieuses de harcèlement contre les Turdétans31. Mais avec les Celtibères, il préfère agir par la diplomatie, comme en témoignent les événements qui suivent. Ils nous sont connus par plusieurs sources32, mais Tite-Live en constitue cependant le récit le plus complet. Le Padouan rapporte que Caton envoie ses tribuns militaires faire trois propositions aux mercenaires celtibères :

  • 33  « … la première, s’ils veulent passer du côté romain et recevoir le double de la solde qu’ils avai (...)

… primam, si transire ad Romanos velint et duplex stipendium accipere quam quantum a Turdetanis pepigissent ; alteram, si domos abire, publica fide accepta nihil eam rem noxiae futuram quod hostibus se Romanorum iunxissent ; tertiam, si utique bellum placeat, diem locumque constituant ubi secum armis decernant33.

  • 34  Les trois propositions rappellent étrangement, mais comme en négatif, celles d’Hasdrubal aux Celti (...)

11Cette triple alternative, tout entière ordonnée autour de la nécessaire clarification des relations entre Romains et Celtibères34, fait l’objet d’un débat entre Caton et les officiers de son consilium, précisément pour la première de ses options. On en a conservé la trace grâce au célèbre apophtegme que Caton trouve alors l’occasion de formuler, et que Plutarque a pris soin de transmettre dans sa Vie de Caton :

  • 35  « Ceux-ci [les Celtibères] demandèrent 200 talents pour prix de leur secours. Tous les autres trou (...)

Αἰτούντων  δ  ἐκείνων  τῆς  βοηθείας  διακόσια  τάλαντα  μισθόν,  οἱ  μὲν  ἄλλοι  πάντες  οὐκ  ἀνασχετὸν  ἐποιοῦντο  Ῥωμαίους  βαρβάροις  ἐπικουρίας  ὁμολογῆσαι  μισθὸν,  ὁ  δὲ  Κάτων  οὐδὲν  ἔφη  δεινὸν  εἶναι·  νικῶντας  μὲν  γὰρ  ἀποδώσειν  παρὰ  τῶν  πολεμίων,  οὐ  παρ  αὑτῶν,  ἡττωμένων  δὲ  μήτε  τοὺς  ἀπαιτουμένους  ἔσεσθαι  μήτε  τοὺς  ἀπαιτοῦντας35.

  • 36  « νικῶντας  μὲν  γὰρ  ἀποδώσειν  οὐ  παρ  αὑτῶν  ἀλλὰ  παρὰ  τῶν  πολεμίων,  ἡττωμένων  δὲ  μήτε (...)

12Plutarque, qui rapporte d’ailleurs le même mot, en des termes presque identiques, dans ses Apophtegmes des Romains (Caton, 24), semble avoir utilisé la compilation que Caton lui-même a fait de ses propres apophtegmes : l’anecdote peut donc être raisonnablement jugée de source catonienne authentique36. L’intérêt de l’épisode est de révéler l’existence d’une discussion sur cette question de principe : peut-on légitimement recruter des mercenaires barbares ? La question n’a jamais été posée avec autant de clarté dans le débat romain, et on s’interroge évidemment sur les acteurs du débat, le sens de leurs positions et la portée de l’épisode.

  • 37  Cf. Tite-Live, XXXIV, 19, 7 ; Zonaras, IX, 17. Ni Plutarque, Vie de Caton, X, 3 ; Apohtegmes des R (...)
  • 38  Cf. Tite-Live, XXXIV, 19, 8-11. Le § 8 revêt un grand intérêt pour ce qu’il nous livre du regard d (...)

13Une précision sur les faits s’impose cependant, avant d’en proposer une interprétation. Comme dans les deux cas précédents, il s’agit d’abord de « retourner » les mercenaires de l’adversaire, et non de les recruter en tant que tels. Surtout, si Caton, fort d’une formule péremptoire frappée au coin du bon sens, impose son option, elle n’aboutit pas : les Celtibères, en effet, demandent un jour pour prendre une décision, mais la présence des Turdétans dans leur assemblée les empêche de trancher, et prive, de fait, leurs employeurs de leurs services37. Caton profite ensuite de la situation indécise qui prévaut désormais dans les relations avec les Celtibères, pour approvisionner ses propres troupes sur leur territoire. Ne pouvant finalement pas provoquer un combat régulier, il décide d’assiéger la place de Seguntia, où ils ont laissé leurs bagages, cherchant ainsi à les neutraliser définitivement, mais sans réel succès. Aussi le consul agit-il comme s’il voulait clarifier les relations avec les Celtibères selon les deux derniers termes de ses propositions, celui de la paix et de la guerre ouverte, en ayant renoncé définitivement à toute forme de partenariat militaire monnayé38. En définitive, si Caton a proposé de surmonter les réticences de principe de ses officiers et de recruter effectivement des mercenaires, il ne le fait pas, et la proposition peut apparaître, avec le recul, comme un stratagème visant à jeter le trouble chez l’adversaire plus qu’une proposition destinée à aboutir réellement.

  • 39  Sa participation au consilium repose cependant sur l’hypothèse d’une opération conjointe du consul (...)
  • 40 Cornélius Népos, Caton, II, 2 et Plutarque, Vie de Caton, XI, 1sq rapportent, en effet, que Scipion (...)
  • 41  Cf. Malcovati, 1954, Caton, fr. 19 : l’éloge de ses propres vertus de chef militaire répond peut-ê (...)
  • 42  Cf. Malcovati, 1954, Caton, fr. 21-55.
  • 43  Cf. Astin, 1978, pp. 73sq contra Fraccaro, 1956, pp. 190-193 (= « Le fonti per il consolato di M. (...)
  • 44  Cf. le In M’. Acilium Glabrionem dans lequel Caton s’en prend ainsi à l’ancien consul qu’il a serv (...)
  • 45  Les mieux connus des 24 fragments de ce discours rapportent, en effet, des anecdotes illustrant le (...)
  • 46 La référence implicite à Alexandre, dont Caton semble reprendre le bon mot avant la bataille d’Arbé (...)
  • 47  C’est l’hypothèse la plus simple, puisque rien, dans les Origines, ne permet de défendre une évent (...)

14Le sens de sa réponse s’en ressent d’autant plus qu’elle est rapportée par les sources a posteriori, dans des conditions qu’il faut désormais éclairer. C’est d’ailleurs la seule voie pour comprendre la nature du débat, puisque les membres du consilium auxquels se heurte le consul sont inconnus, à l’exception probable de P. Manlius, dont on ne cerne pourtant le profil politique que pour la période ultérieure39. On a vu que les auteurs qui rapportaient les événements et l’apophtegme, très postérieurs, puisaient certainement aux meilleures sources catoniennes, mais seule leur généalogie précise est susceptible d’en éclairer la portée politique. Le consul a pu donner un premier compte rendu de sa campagne en Espagne dans son discours De triumpho ad populum, prononcé à son retour, en 194, dans un climat de vive lutte politique : le clan des Scipions remet alors violemment en cause son action dans la péninsule40, et Caton éprouve peut-être le besoin de répondre à ces critiques dans son discours triomphal. Cela reste cependant une hypothèse tant ce discours est mal connu41. Le Dierum dictarum de consulato suo, probablement prononcé en 189 et mieux connu42, présente plus d’intérêt dans la reconstitution de la tradition à l’origine de l’apophtegme. On y voit généralement la riposte du candidat aux attaques de ses rivaux à l’occasion de la compétition pour la censure43. Ayant déjà violemment pris à partie l’un d’entre eux, M’. Acilius Glabrio, homme du parti des Scipions et coupable, à ses yeux, de malversations lors de la guerre contre Antiochus44, Caton éprouve le besoin de s’y présenter comme un chef désintéressé, économe et seulement soucieux de l’intérêt de l’État45. L’apophtegme au sujet des mercenaires participe idéalement de cet esprit : répondant qu’ils seront payés sur le terrain, et non sur le compte du Trésor, l’ancien consul trouverait là l’occasion, une fois de plus, de se présenter comme un magistrat économe. De plus, et cela correspond assez bien au climat de vive lutte politique qui prévaut alors, Caton céderait à la tentation de la polémique, en rappelant implicitement le précédent douloureux du recrutement celtibère par les Scipions, mais en prenant soin de marquer sa différence : lui ne veut pas payer46. Ainsi, sans que l’on puisse exclure une source postérieure, comme les Origines, l’apophtegme pourrait très bien avoir été prononcé dans le cadre de cet affrontement politique47.

  • 48  Cf. Ernout, Meillet, 1959, t. 1 (A-MET), art. « merc-es, --edis », p. 400 et Thesaurus Linguae Lat (...)
  • 49  C’est ce qui ressort d’une étude systématique du terme chez des auteurs comme Tite-Live ou Cicéron (...)
  • 50 Tite-Live, IV, 59, 11 date l’introduction du stipendium de 405, alors que la constitution servienne (...)
  • 51  Cf. la conclusion d’inspiration pictorienne de Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, IV, 19, (...)

15Pourtant, s’il se présente comme triomphant facilement, par un bon mot, de l’opposition de ses adversaires dans le consilium, et, au-delà, sur la scène politique romaine, le futur censeur offre-t-il vraiment un argumentaire solide aux partisans éventuels du recrutement mercenaire ? Caton affirme qu’il n’aurait pas hésité à recruter des mercenaires, s’opposant ainsi, de manière provocatrice, aux Scipions dont tous les pairs connaissent la position à ce sujet ; mais tout le monde sait aussi qu’il n’en a rien été, et surtout, même dans son bon mot, il ne franchit jamais la ligne rouge du stipendium : on ne paye pas les services des mercenaires, tout au plus tolère-t-on de leur laisser le monopole du butin. Le respect de cet interdit s’enracine en fait dans un système de valeurs bien établi à Rome, parfaitement perceptible à travers le caractère péjoratif du terme mercenarius, ii. On sait qu’il désigne la personne à gage, celle qui reçoit un salaire, le travailleur domestique plus souvent que le mercenaire48. Or, recevoir un salaire est particulièrement vil lorsqu’il s’agit de défendre la patrie qui exige le dévouement complet de ses citoyens49. L’armée civique romaine, dont un Fabius Pictor s’attache sans doute dès cette époque à présenter à l’opinion grecque le modèle censitaire servien, était même censée ignorer à l’origine le principe de la solde50. Le mépris pour le principe d’un service rémunéré, encore plus marqué parmi les premières classes censitaires, mobilisées au premier rang, doit avoir des conséquences évidentes sur la manière dont on envisage le mercenariat51. Même s’il n’est pas question de payer des citoyens romains, mais des étrangers, on imagine mal que les Romains s’éloignent à ce point des principes avec lesquels ils aiment se définir et se faire connaître.

16La réponse de Caton, si elle révèle donc que la question du recrutement mercenaire se discute à Rome, au point de pousser certains à manifester nettement leur réprobation, ne peut donc être retenue comme l’indice d’un débat réel sur le sujet. Il ne peut être question de payer le service des armes moyennant finance. Tout se passe comme si le débat, si jamais il a eu lieu, était déjà tacitement tranché, et que le sujet était devenu suffisamment neutre pour qu’on puisse, en quelque sorte, en plaisanter et en faire un trait d’esprit polémique. Le bon mot, essentiellement destiné à l’usage politique interne, semble d’ailleurs recevoir une ultime confirmation en sens, avec la déclaration contemporaine du conseiller d’Antiochus en 193, que reproduit Diodore, dans un passage d’origine vraisemblablement polybienne :

  • 52  « Ce n’est pas, cependant, la coutume des Romains d’employer des mercenaires, ni d’avoir des resso (...)

 Ῥωμαῖοι  δὲ  οὔτε  μισθοφόρους  ἐιώθασιν  ἔχειν  οὔτε  χρημάτων  εὐποροῦσιν52.

  • 53  Cf. Polybe, XXI, 43, 15 ; Tite-Live, XXXVIII, 38, 10 ; Appien, Le Livre Syriaque, VII, 39. L’espac (...)

17À travers ces mots, qui concluent un développement destiné à prouver la prétendue supériorité des armées mercenaires sur les armées civiques, on serait presque tenté de voir la reprise d’une affirmation des Romains eux-mêmes. Elle interviendrait très logiquement lorsque ceux-ci, confrontés de nouveau à une grande puissance mercenaire comme la monarchie séleucide, prennent plus que jamais conscience de l’originalité de leur armée civique. Fiers de porter ce principe aux yeux du monde, au point d’assumer le reproche de pauvreté qu’on leur fait, ils clameraient haut et fort que le service militaire ne se paye pas. En définitive, les échanges politiques à Rome, entre un Caton et des Scipions, qui ont eux-mêmes pris une large part à la guerre antiochique, sont donc peut-être surtout le reflet interne d’une propagande univoque à destination de l’opinion grecque. Les Romains la portent d’ailleurs jusqu’à ses ultimes conséquences, puisqu’ils imposent, par le traité d’Apamée en 188, une restriction drastique de la sphère de recrutement mercenaire en Orient, en l’interdisant dans les territoires qu’ils dominent53.

Conclusion : la condamnation romaine du mercenariat, entre identité civique et politique extérieure

  • 54  Cette étude ne prétend pas couvrir l’ensemble de la période, mais une remarque s’impose cependant (...)
  • 55  En se posant comme le modèle de la cité, et en prétendant restaurer le paradigme civique dans les (...)

18Cette reconstitution idéologique explique, au final, les réticences de principe qu’éprouvent les Romains de la République, dès qu’ils se retrouvent en position de recourir au service mercenaire54. Elles semblent s’enraciner dans leur conviction d’incarner un modèle politique dont un des piliers les plus essentiels est la militia civique. L’expérience du mercenariat reste d’ailleurs très circonstancielle, puisqu’elle n’intervient que lorsque l’opportunité de « retourner » les troupes de l’adversaire se présente. Surtout, si elle provoque la discussion à Rome même, elle offre davantage l’occasion d’approfondir cette certitude, en en affinant la formulation, que d’ouvrir un débat réel sur la légitimité d’un recrutement de cette nature. L’histoire, du reste, va rapidement apporter la confirmation des faits à l’affirmation du principe : les victoires romaines contre les grandes monarchies hellénistiques montrent en effet de manière éclatante que l’armée civique est un choix non seulement conforme à l’idéal classique de la cité, mais qu’il est, en outre, le plus efficace. À distance, Végèce peut facilement rationaliser l’option en expliquant qu’elle est aussi la plus économique : le refus idéologique de payer le service des armes, traduit par les Romains de l’époque en une boutade selon laquelle ils n’ont pas d’argent pour cela, est, en fin de compte, devenu une leçon prudente d’économie. Mais les Romains des guerres puniques et d’Orient eux-mêmes voient sans doute déjà, dans la défense de ce modèle, un choix très rationnel : il leur donne la victoire, et, en se faisant les champions de sa restauration à l’échelle du monde méditerranéen, leur fournit un excellent prétexte pour désarmer les armées mercenaires de leurs adversaires55.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Appien, Histoire romaine, Le Livre Sicilien ; Le Livre Ibérique ; Le Livre Africain ; Le Livre Syriaque ; La guerre de Mithridate.

Caton, Origines (cité dans l’édition de Chassignet).

César, Guerre des Gaules.

Cicéron, Contre Piso.

Cornélius Népos, Caton.

Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines.

Diodore, Bibliothèque Historique.

Dion Cassius - Zonaras, Histoire romaine

Frontin, Stratagèmes.

Orose, Histoires : contre les païens.

Plutarque, Vie d’Alexandre ; Vie de Caton ; Vie de Paul-Emile ; Vie de Caius Gracchus ; Apophtegmes des Romains.

Polybe, Histoires.

Polyen, Stratagèmes.

Tite-Live, Histoire romaine ; Abrégés de l’Histoire romaine.

Végèce, Epitoma rei militaris.

Bibliographie

Astin, Alan E. (1978), Cato the Censor, Oxford.

Broughton, Thomas R. S. (1986), The Magistrates of the Roman Republic, vol. I, 509-100 B. C., Atlanta (1re éd. New York, 1951).

Càssola, Filippo (1982), « Diodoro e la storia romana », Aufstieg und Niedergang der Romischen Welt, II, 30, 1, Berlin-New York, pp. 724-773.

Chassignet, Martine (1986), Caton, Les Origines : fragments, Paris.

Eckstein, Arthur M. (1997), « Physis and nomos : Polybius, the Romans, and Cato the Elder », dans Paul Cartledge, Peter Garnsey, Erich S. Gruen (éd.), Hellenistic constructs: essays in culture, history and historiography, Berkeley, pp. 175-198.

Ernout Alfred, Meillet Antoine (1959), Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, 4e édition, Paris.

Flacelière, Robert, Chambry, Émile (1969), éd. et trad. de Plutarque, Vies, Tome V, Aristide-Caton-Philopoemen-Flamininus, Paris.

Fraccaro, Plinio (1956), Opuscula, vol. I, Pavie.

Grifftith, Guy T. (1935), The Mercenaries of the Hellenistic World, Cambridge.

Gruen, Erich S. (1984), The Hellenistic World and the Coming of Rome, Berkeley-Londres.

Hoyos, Dexter (2001), « Generals and annalists: geographic and chronological obscurities in the Scipio’s campaigns in Spain 218-211 B.C. », Klio, LXXXIII, pp. 68-92.

Humm, Michel (2005), Appius Claudius Caecus : la République accomplie, Rome.

Jal, Paul (1995), éd. et trad. de Tite-Live, Histoire romaine, Tome 18, Livre XXVIII, Paris.

Jal, Paul (2005), éd. et trad. de Tite-Live, Histoire romaine, Tome 14, Livre XXIV, Paris.

Knapp, Robert C. (1980), « Cato in Spain 195/194 B.C.: Chronology and Geography », dans Carl Deroux (éd.), Studies in Latin Literature and Roman History, II, pp. 21-56.

Krasilnikoff, Jens A. (1996), « Mercenary soldiering in the West and the development of the army of Rome », Analecta Romana Instituti Danici, XXIII, pp. 7-20.

Lammert, Friedrich (1931), « Mercennarii », dans Georg Wissowa (éd.), Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, t. XV(1), col. 972-974.

Launey, Marcel (1987), Recherches sur les armées hellénistiques, vol. 1, Paris (1ère édition 1949).

Lenoir, Maurice (1996), « La littérature De re militari » dans Claude Nicolet (éd.), Les littératures techniques dans l’Antiquité romaine : statut, public et destination, tradition : sept exposés suivis de discussions, Genève-Vandœuvres, pp. 75-115.

Malcovati, Enrica (1955), Oratorum romanorum fragmenta liberae rei publicae, Turin.

Martínez Gázquez, José (1992), La campaña de Catón en Hispania, Barcelone (1re éd. Barcelone, 1974).

Nicolet, Claude (1976), « L’idéologie du système centuriate et l’influence de la philosophie politique grecque », dans Actes du colloque La Filosofia greca e il diritto romano, Rome, pp. 111-137.

Nicolet, Claude (1979), « L’armée romaine », dans Rome et la conquête du monde méditerranéen. Tome I, Les structures de l’Italie romaine, Paris.

Nicolet-Croizat, Fabienne (1992), Tite-Live, Histoire romaine, T. XV, Livre XXV, Paris.

Pelegrín Campo, Julián (2000), « La representación de los mercenarios en la Historias de Polibio », Veleia, 17, pp. 61-77.

Pelegrín Campo, Julián (2005), « Polibio, Fabio Píctor y el origen del etnónimo “celtíberos” », Gerión, 23, 1, pp. 115-136.

Prag, Jonathan (2007), « Auxilia and Gymnasia: A Sicilian Model of Roman Imperialism », Journal of Roman Studies, 97, pp. 68-100.

Quesada Sanz, Fernando (1994), « Vías y elementos de contacto entre la Magna Grecia y la Península Ibérica: la cuestión del mercenariado », dans Desiderio Vaquerizo Gil (éd.), Arqueología de la Magna Grecia, Sicilia y la Península Ibérica. Actas del Encuentro Internacional (Córdoba, 3-5 de marzo de 1993), Cordoue, pp. 191-246.

Richardson, John S. (1986), HISPANIAE. Spain and the development of Roman Imperialism 218-82 B.C., Cambridge.

Santos Yanguas, Narciso (1980), « Los Celtiberos en el ejército romano de época republicana », Celtiberia, 60, pp. 181-202.

Scardigli, Barbara (1991), I trattati romano-cartaginesi, Pise.

Scullard, Howard H. (1973), Roman Politics, 220-150 B.C., Oxford (1re éd. Oxford, 1951).

Tagliamonte, Gianluca (1994), I figli di Marte. Mobilità, mercenari e mercenariato italici in Magna Grecia e Sicilia, Rome.

Thesaurus Linguae Latinae, vol. VIII (M), Leipzig (1966).

Walbank, Frank W. (1957), A Historic Commentary on Polybius, vol. I, Commentary on Books I-VI, Oxford.

Walton, Francis (1968), Diodorus of Sicily, vol. XI, Fragments of Books XXI-XXXIII, Londres.

Weil, Raymond (avec la collaboration de Nicolet, Claude) [1977], Polybe, Histoires, Livre 6, tome 6, Paris.

Zecchini, Guiseppe (2002), « Scipione in Spagna: un approccio critico alla tradizione polibiano-liviana », dans Gianpaolo Urso (éd.), «Hispania terris omnibus felicior»: premesse ed esiti di un processo di integrazione (Atti del convegno internazionale, Cividale del Friuli, 27-29 settembre 2001), Pise, pp. 87-103.

Haut de page

Notes

1  « Par conséquent, il faut toujours lever et entraîner des recrues. Car il est plus économique de former ses propres hommes au maniement des armes, que d’engager des mercenaires étrangers » (Végèce, Epitoma rei militaris, I, 28, 10). Il s’agit ici de notre traduction : il en ira ainsi, dans la suite de l’article, à chaque fois que nous ne préciserons pas l’auteur de la traduction donnée.

2  Cf. Nicolet, 1979, p. 303, pour la définition de l’armée républicaine, fondée sur le service militaire obligatoire des citoyens et organisée selon la logique censitaire.

3 Végèce, I, 8, 10 ; 15, 4. La critique moderne tient le de re militari du Censeur pour l’une des sources essentielles de Végèce, cf. M. Lenoir, 1996, pp. 88 sqq.

4 Végèce, I, 28, 8-9.

5  La question du recours romain au mercenariat a été abordée par Lammert, 1931. Voir également Griffith, 1935, pp. 234-235, et, plus récemment Krasilnikoff, 1996. Mais tous ces auteurs ne l’envisagent que comme un phénomène périphérique, rendu nécessaire par le besoin de « spécialistes » comme les archers ou les frondeurs, que les alliés de Rome ne seraient pas en mesure de lui fournir. La dimension idéologique du problème n’est jamais réellement abordée. Tout au plus Launey, 1987, p. 609, l’esquisse-t-il, dans une formulation assez programmatique : « l’Occident méditerranéen est le domaine de Rome, et, dès que Rome a étendu quelque part sa domination, il devient sans doute plus malaisé à un homme de disposer librement de sa vie et de ses bras ».

6  « Ces Gaulois et d’autres alliés des Carthaginois qui s’étaient révoltés contre les Carthaginois, les Romains les engagèrent comme mercenaires ; jusque là ils n’avaient jamais entretenu de contingent étranger ».

7 Polybe, I, 77, 4-5.

8 Polybe, I, 58 évoque les opérations terrestres autour d’Éryx, opposant Hamilcar, qui s’est emparé de la place, et les Romains. Citant Fabius Pictor (§ 5), il refuse de les raconter en détail, et c’est sans doute pourquoi il ne nous rapporte pas l’épisode de la trahison gauloise à cette occasion.

9 Polybe, II, 7, 6-10.

10  Nous formulons nous-mêmes l’hypothèse d’une source « antiquaire » de Dion Cassius-Zonaras, essentiellement sur la base du rapprochement avec la notice du même type consacrée aux Celtibères, analysée infra. On a vu que Fabius Pictor pouvait être la source du récit polybien relatif aux événements de Sicile.

11  Cf. désormais Pelegrín Campo, 2000, qui montre la complexité de l’opinion de Polybe au sujet du mercenariat : si l’historien condamne, globalement, cette pratique chez les Grecs, la distinction Grecs/Barbares l’emporte au détriment de ces derniers en dehors du monde grec. De fait, dans le cas présent, ce sont les Gaulois qui sont stigmatisés, et non pas tant les mercenaires. Pour les sources « grecques » de Polybe cf. Walbank, 1957, vol. I, pp. 130-131 et 153, qui identifie respectivement un anonyme pour Polybe, I, 77, 4-5 et peut-être Fabius Pictor, à côté d’une autre source, pour Polybe, II, 7, 8 et 11-12.

12  Cf. Polybe, III, 27, 4 ; voir aussi Polybe, III, 29, 10. Pour les autres sources relatives à cette clause cf. Scardigli, 1991, e. p. p. 225. Son espace d’application pose un problème d’interprétation : Polybe parle de l’ἐπαρχία de chacun des contractants du traité, sans plus de précision, tandis qu’Appien, Histoire romaine, Le Livre Sicilien, II, 2 évoque l’Italie, comme Zonaras, VIII, 17, 5, qui y ajoute le territoire des alliés. Il est possible que ces deux derniers auteurs rapportent ici le texte, non du traité, mais des instructions données aux décemvirs par le Sénat : cela expliquerait d’ailleurs leur formulation unilatérale, dans la seule perspective romaine. L’Italie semble de toute façon bien comprise par la mesure : Polybe, II, 7, 10, lorsqu’il rapporte l’expulsion des Gaulois, dit qu’ils sont chassés  τῆς Ἰταλίας πάσης ; la précision paraît a priori peu claire en ce qui concerne les Gaulois, puisque ceux-ci sont cantonnés en Sicile : elle s’explique par contre si cette affaire débouche sur une mesure d’expulsion générale dont les termes auraient déjà été formulés dans le traité de 241.

13  On ne peut évidemment exclure que la clause d’interdiction du recrutement mercenaire, destinée aussi à priver les Carthaginois d’une source d’approvisionnement essentielle pour leurs armées, soit en fait utilisée par les Romains comme le moyen de se réserver l’accès à ces ressources militaires : à l’extrême, la mesure signifierait alors que les Romains en monopolisent le recrutement mercenaire (voir, de manière générale, le cadre interprétatif fourni par Tagliamonte, 1996 sur ces questions). Mais, précisément, les Romains n’ont pas, par la suite, recours aux mercenaires. Si l’on y ajoute la mesure d’expulsion, manifestement connue dans le monde grec, et surtout le fait que l’entreprise semble recouper les préoccupations d’un Hiéron, allié de Rome et soucieux de restaurer les valeurs civiques à Syracuse (cf. sur ce point, Prag, 2007, p. 92 renvoyant à Polybe, I, 8, 3-9, 8), on a plutôt le sentiment d’une mesure pure et simple d’interdiction du mercenariat en Sicile.

14  On sait d’ailleurs qu’ils prêtent main forte aux Carthaginois, avec la collaboration active de Hiéron II (Polybe, I, 83), pour écraser la révolte, en les autorisant, précisément, à recruter des mercenaires en Italie. Cf. Appien, Le Livre Sicilien, 2 (3) ; Le Livre Africain, V, 19 et Zonaras, VIII, 17 : l’autorisation, si elle révèle que la pratique ne disparaît pas si rapidement, n’est sans doute que provisoire.

15  Voir désormais, pour une mise au point complète sur cette question classique du mercenariat ibérique, si important en Méditerranée occidentale depuis le Ve siècle et jusqu’à la Guerre d’Hannibal, Quesada Sánz, 1994. Nous ne prenons délibérément en compte : a) ni Zonaras, IX, 2, qui indique que, parmi les mesures d’urgence prises après la défaite de Cannes en 216, les Romains décident d’envoyer une mission diplomatique en Grèce, pour y recruter éventuellement des mercenaires : aucune autre source ne confirme cette notice, et surtout la mission demeure sans suite connue. Cette tradition isolée répercute peut-être, cependant, le malaise « idéologique » contemporain évoqué en introduction autour de la définition politico-militaire de la cité romaine, auquel un Caton aura répondu vigoureusement par la réaffirmation du service civique. b) ni la prestation, par Hiéron II, d’archers crétois en 217 (Polybe, III, 75, 7), puis d’archers et de frondeurs en 216 (Tite-Live, Histoire romaine, XXII, 37, 8). Si on suppose en général qu’il s’agit là de mercenaires, les sources ne les désignent pas comme tels ― voir infra le problème crucial de la dénomination à ce sujet ; d’autre part, c’est un allié des Romains qui les mobilise, et non eux-mêmes.

16  Pour une présentation commode de l’action des Scipions en Espagne, cf. Richardson, 1986, pp. 35-42, à compléter désormais par Hoyos, 2001. Pour un précédent rapprochement avec les Celtibères en 217 cf. Tite-Live, XXII, 21, 7.

17  « En Espagne, il n’y eut pas d’événement mémorable, si ce n’est que les généraux romains, en offrant à la jeunesse celtibère la même solde que celle qui avait été convenue avec les Carthaginois, l’attirèrent à eux… ». (Tite-Live, Histoire romaine, XXIV, 49, 7. Cf. Jal, 2005).

18  C’est l’hypothèse de Pelegrín Campo, 2005, e. p. p. 132 : la dénomination même de Κελτίβηρεϛ, translittérée Celtiberi en Latin, serait un néologisme forgé par Fabius Pictor. Il servirait à désigner un peuple jusque là inconnu, mais dont le trait le plus saillant est qu’ils officient à titre de mercenaires pour des puissances étrangères, comme les Celtes du Nord de l’Italie mieux connus des Romains.

19 Tite-Live, XXIV, 47, 7 : « Id modo eius anni in Hispania ad memoriam insigne est, quod mercennarium militem in castris neminem, quam tum Celtiberos Romani habuerunt ». Cf. Tite-Live, Abrégés de l’Histoire romaine, XXIV, 9 et Orose, Histoires : contre les païens, IV, 16, 14. L’assertion n’est pas en contradiction avec Zonaras, VIII, 16, analysé précédemment, puisque l’innovation réside ici dans le cantonnement des mercenaires, et non dans leur simple recrutement. Le rapprochement avec les Celtibères permet d’autre part aux Romains, d’après Tite-Live, XXIV, 49,7, d’engager une vaste action politique en Italie, en y envoyant 300 de leurs nobles débaucher leurs compatriotes dans les armées d’Hannibal.

20  Pour le recrutement de 20 000 Celtibères à l’hiver 211, et leur trahison consécutive, cf. Tite-Live, XXV, 32, 3 sqq. Les leçons que Tite-Live, XXV, 33, 4 tire de l’épisode méritent d’être évoquées : il ne faut pas avoir, dans son camp, des auxiliaires étrangers en plus grand nombre que les troupes nationales. On reconnaît là l’esprit de Polybe, II, 7, 12 au sujet des Gaulois de Phoinikè, au point d’imaginer, derrière Tite-Live, une source polybienne, directe ou médiée cf. Nicolet-Croizat, 1992, p. XXIV et n. c p. 68. Pour la complexité des traditions relatives aux Scipions en Espagne, qui ne sont cependant pas seulement transmises par un Polybe familier de leur cercle cf. Zecchini, 2002 ; pour le recrutement des Celtibères cf. Santos Yanguas, 1980.

21  Pour l’analyse des luttes politiques à Rome à cette date, cf. Scullard, 1973, pp. 56 sqq et Zecchini, 2002.

22  On en trouve l’écho dans le discours de Scipion à ses troupes, à l’embouchure de l’Èbre en 209, rapporté en Polybe, X, 7, 1 ; voir également la version plus développée de Tite-Live, XXVI, 41, 2-25, e. p. § 21. Scipion y explique qu’il a pu, alors qu’il était à Rome, réfléchir aux deux raisons de l’échec de ses pères : la trahison des Celtibères et la division des armées ― deux failles que sont susceptibles de connaître, justement, leurs ennemis carthaginois en 209.

23  Cf. Polybe, XI, 20, 6 ; Tite-Live, XXVIII, 13, 2. Scipion, d’autre part, poursuit les mercenaires celtibères au service des Carthaginois de sa haine, en Espagne ap. Appien, Le Livre Ibérique, XXXI, 120-125, comme en Afrique lors de la bataille des Grandes Plaines, ce dont ils paraissent bien conscients ap. Polybe, XIV, 8, 9-10 ; Tite-Live, XXX, 8, 8.

24  « En outre, nous, même abandonnés par nos alliés, nous avons tenu bon grâce à nos forces, grâce au soldat romain. Chez le Carthaginois, il n’y a aucune force nationale ; comme soldats, ils ont des mercenaires, africains et numides, caractères les moins fermes qui soient quand il s’agit de changer de camp » (Tite-Live, XXVIII, 44, 5. Cf. Jal, 1995). Scipion évoque ici la situation des Romains en Italie, mais en réponse aux critiques de Fabius, qui souligne le peu de confiance qu’il faut vouer à des alliés étrangers, en cas de débarquement en Afrique, à la lumière de ce qui s’est déjà passé en Espagne avec les Celtibères. Cf. Tite-Live, XXVIII, 40-44 pour l’ensemble du débat entre Fabius et Scipion.

25  « … car en toute circonstance, les Carthaginois mettent leurs espérances, pour la défense de leur liberté, dans le courage des mercenaires, tandis que les Romains confient leurs espoirs à leur propre valeur et l’assistance de leurs alliés » (Polybe, VI, 52, 5. Cf. Weil, 1977). On notera, bien sûr, la différence d’appréciation sur la valeur des alliés, la formule de Scipion impliquant une nette défiance à leur égard, à la différence de celle de Polybe. Cela paraît cependant procéder davantage d’une exagération délibérée de Scipion, destinée à répondre aux doutes de Fabius sur la fiabilité de ses futurs alliés, que d’un jugement général sur la valeur des alliés, surtout italiens, à en juger seulement par la contribution qu’ils ont pu apporter à son expédition en Afrique (voir, comme autre exemple d’outrance à ce sujet, ses propos sur les Ilergètes dans Polybe, XI, 31, 5-6). La comparaison armées romaines civiques/armées carthaginoises mercenaires, au demeurant, est identique chez Scipion et Polybe. Cf. pour le commentaire de ce passage Eckstein, 1997.

26  L’argument repose bien sûr sur l’hypothèse que Polybe reprend les mots de Scipion l’Africain, ou, en tout cas, les termes de la tradition que les Scipions transmettent à son sujet, et non que l’on lit seulement chez Tite-Live, même de manière indirecte, une formulation polybienne. Bien sûr, la disparition de tout passage de Polybe relatif à ce débat rend une reconstitution certaine de la transmission impossible, mais il semble qu’on a là, de toute façon et comme on essaye de l’illustrer infra, une idée assez communément admise à Rome. Sur la question des sources voir Zecchini, 2002.

27  La clause est rapportée par Appien, Le Livre Africain, LIV, 236 (et déjà en XXXII, 135 dans les préliminaires, au sujet de la Ligurie), et, de manière géographiquement plus imprécise, par Dion Cassius, fr. 57, 82, cf. Scardigli, 1991, p. 225. Initialement motivée par l’inquiétude circonstancielle de voir Magon continuer la guerre dans ces zones, elle peut cependant apparaître comme une mesure dans la continuité directe de celle de 241, poursuivant la politique de neutralisation de l’ensemble de l’aire d’influence romaine : Sicile et péninsule italienne jusqu’en Ligurie.

28  L’Espagne ne fait pas l’objet d’une mesure d’interdiction du recrutement mercenaire pour les Carthaginois. Si l’exception peut paraître a priori étonnante, compte tenu de l’importance du recrutement péninsulaire pendant la Guerre d’Hannibal, elle s’explique cependant : à la différence d’une Gaule et d’une Ligurie encore soulevées contre eux, il s’agit en effet d’un espace dont les Romains ont le contrôle militaire effectif depuis 206. Ils peuvent d’ailleurs compter sur la collaboration de leurs alliés sagontins pour empêcher les conquisitores carthaginois d’y agir et même les leur livrer. Cf. Tite-Live, XXX, 21, 3-5.

29  Pour l’exposé de la campagne de Caton, cf. Martínez Gázquez, 1992 ; Knapp, 1980 ; Astin, 1978, pp. 28-50 et Richardson, 1986, pp. 80-94. Tite-Live, XXXIV, 8-21 constitue la source la mieux informée sur ces événements, puisant, très certainement, dans le témoignage de Caton lui-même : les Origines, et sans doute aussi le Dierum dictarum de consulato suo lui-même, prononcé en 189 cf. Astin, 1978, pp. 302-307 rejetant l’hypothèse ancienne d’une source intermédiaire entre l’Ancien et le Padouan.

30  Cf. Tite-Live, XXXIV, 17, 4 ; 19, 1. L’identité de ces Turdetani et donc la localisation de la campagne de Caton font problème cf. Knapp, 1980.

31  Cf. Tite-Live, XXXIV, 19, 2.

32  Cf. Martínez Gázquez, 1992, pp. 140-141 pour une présentation commode et complète des sources relatives à cet épisode.

33  « … la première, s’ils veulent passer du côté romain et recevoir le double de la solde qu’ils avaient convenue avec les Turdétans ; la seconde, s’ils rentrent chez eux après avoir reçu la promesse officielle que le fait de s’être unis aux ennemis des Romains ne sera en rien un motif de grief contre eux ; la troisième, s’ils décident tout de même la guerre, qu’ils fixent le jour et le lieu où doit être prise la décision, par les armes » (Tite-Live, XXXIV, 19, 3-6). On retrouve ce récit annalistique chez Zonaras, IX, 17, quasiment à l’identique, à une nuance près : Caton semble y agir par peur plutôt que de propos délibéré. Un fragment du Dierum dictarum de consulatu suo (cf. Malcovati, 1954,Caton, fr. 42 : « si cuperent hostes fieri, temere fieri nunc possent ») semble d’ailleurs renvoyer à l’esprit de la troisième proposition.

34  Les trois propositions rappellent étrangement, mais comme en négatif, celles d’Hasdrubal aux Celtibères, lorsque ceux-ci décident de trahir les Scipions en 211 (cf. Tite-Live, XXV, 33, 3) : ils peuvent opter pour la neutralité en rentrant chez eux, plutôt que combattre avec les Romains, alors même que la somme offerte pourrait très bien les décider à se retourner complètement en combattant aux côtés des Carthaginois. À travers ce parallélisme frappant, il semble que les sources (Caton, une tradition scipionienne ?) débattent des difficultés que présente l’établissement de relations « régulières » avec un peuple « mercenaire », perçu comme vivant encore dans un état pré-civique.

35  « Ceux-ci [les Celtibères] demandèrent 200 talents pour prix de leur secours. Tous les autres trouvaient indigne des Romains de consentir à payer des barbares pour leur assistance, mais Caton soutint qu’il n’y avait là rien de grave : vainqueurs, il paierait avec l’argent de l’ennemi, non avec le leur ; vaincus, il n’y aurait personne pour réclamer ni pour verser cet argent » (Plutarque, Vie de Caton, X, 3. Cf. Flacelière, Chambry, 1969).

36  « νικῶντας  μὲν  γὰρ  ἀποδώσειν  οὐ  παρ  αὑτῶν  ἀλλὰ  παρὰ  τῶν  πολεμίων,  ἡττωμένων  δὲ  μήτε  τοὺς  ἀπαιτουμένους  μήτε τοὺς ἀπαιτοῦντας  ἔσεσθαι». Le récit de ce passage des (ωμαϊκα, qui constituent la deuxième partie des Βασιλέων ἀποφθέγματα καὶ στρατηγῶν/Regum et imperatorum apophtegmata, diffère quelque peu de celui de la Vie de Caton : Plutarque précise le lieu de la scène (près du Baetis), et fait des Celtibères les initiateurs de la négociation. Pour la transmission des apophtegmes de Caton jusqu’à Plutarque, probablement médiée par Polybe cf. Martínez Gázquez, 1992, pp. 86-87 ; Astin, 1978, pp. 300-301. Précisons enfin qu’on retrouve également le bon mot de Caton chez Frontin, Stratagèmes, IV, 7, 35, dans une version plus condensée de l’épisode.

37  Cf. Tite-Live, XXXIV, 19, 7 ; Zonaras, IX, 17. Ni Plutarque, Vie de Caton, X, 3 ; Apohtegmes des Romains, Caton, 24, ni Frontin, Stratagèmes, IV, 7, 35 ne rapportent les suites de l’épisode, puisqu’ils ne s’intéressent qu’à l’apophtegme lui-même.

38  Cf. Tite-Live, XXXIV, 19, 8-11. Le § 8 revêt un grand intérêt pour ce qu’il nous livre du regard des Romains sur leurs relations avec les Celtibères. Ils ont le sentiment d’un état incertain de guerre ou de paix, qui ressemble à celui d’une trêve (indutiae), mais « privée » parce que n’engageant pas la collectivité. C’est un peu comme si l’État romain, qui prétend exercer un contrôle sur la violence de ses propres citoyens et réguler ainsi ses relations avec les autres peuples, se trouvait précisément confronté à une communauté qui n’a pas les mêmes prétentions, et échouait à lui appliquer sa grille d’analyse des relations inter-civiques. Caton, cyniquement, décide de profiter de cette confusion, mais la question du mercenariat soulève bien un problème de portée « internationale ».

39  Sa participation au consilium repose cependant sur l’hypothèse d’une opération conjointe du consul et du préteur, mais les sources ne font apparaître ce dernier que pour évoquer son appel initial à Caton, visiblement connu par des lettres (Tite-Live, XXXIV, 19, 1), et lorsque le consul lui remet l’essentiel de ses troupes, à la fin de la campagne (Tite-Live, XXXIV, 19, 11). Le personnage, assez mal connu (on hésite à lui donner le cognomen de Vulso), qui sera à nouveau préteur en 182, mais cette fois en Ultérieure, semble encourir la haine du censeur qui le fait bannir du Sénat en 184 (cf. Plutarque, Vie de Caton, XVII, 7), cf. n° 31 dans Broughton, 1957, pp. 338 ; 340 et 382. App. Claudius Nero fait d’ailleurs lui aussi l’objet de la haine ultérieure de Caton.

40 Cornélius Népos, Caton, II, 2 et Plutarque, Vie de Caton, XI, 1sq rapportent, en effet, que Scipion ― que l’on doit sans doute identifier comme P. Cornélius Scipio Nasica ―, met en cause les dernières décisions de Caton afin d’obtenir son rappel et de prendre son commandement, mais sans succès. Il obtient cependant la préture en Ultérieure pour 194, tandis que Sex. Digitius, autre membre du parti des Scipions, obtient celle de Citérieure.

41  Cf. Malcovati, 1954, Caton, fr. 19 : l’éloge de ses propres vertus de chef militaire répond peut-être à la volonté de Caton de répondre aux attaques de ses adversaires, dans le cadre d’une lutte âpre pour les commandements militaires.

42  Cf. Malcovati, 1954, Caton, fr. 21-55.

43  Cf. Astin, 1978, pp. 73sq contra Fraccaro, 1956, pp. 190-193 (= « Le fonti per il consolato di M. Porcio Catone », Studi storici per l’antichità classica, III, 1910, pp. 129-202, et 149-154) qui préférait la compétition pour la censure en 184. Martínez Gázquez, 1992, pp. 35-42 imagine plus précisément un procès tribunicien intenté contre Caton pour avoir dépassé son temps de commandement lors de son consulat en Espagne en 195.

44  Cf. le In M’. Acilium Glabrionem dans lequel Caton s’en prend ainsi à l’ancien consul qu’il a servi en tant que tribun militaire.

45  Les mieux connus des 24 fragments de ce discours rapportent, en effet, des anecdotes illustrant le désir de Caton de réduire le train de dépenses de son entourage, et de répartir les profits matériels de la victoire avec équité. En fait, Caton cherche à se donner cette image depuis au moins sa préture en Sardaigne, et semble vouloir en faire l’argument essentiel de sa réussite électorale : il en fera, par la suite et dans ses œuvres, le trait le plus saillant de sa figure politique, et c’est pourquoi ces anecdotes nous ont été conservées.

46 La référence implicite à Alexandre, dont Caton semble reprendre le bon mot avant la bataille d’Arbélès (Cf. Plutarque, Vie d’Alexandre, XXXII, 7 ; Polyen, Stratagèmes, IV, 3, 6) pourrait d’ailleurs résonner comme un trait d’esprit voulu par Caton, face à des Scipions souvent perçus comme les champions de l’hellénisme.

47  C’est l’hypothèse la plus simple, puisque rien, dans les Origines, ne permet de défendre une éventuelle insertion. Bien sûr, le mot lui-même a dû être transmis à la postérité surtout grâce à la compilation d’apophtegmes de Caton.

48  Cf. Ernout, Meillet, 1959, t. 1 (A-MET), art. « merc-es, --edis », p. 400 et Thesaurus Linguae Latinae (1966), s. v. Mercen(n)arius, coll. 791-793.

49  C’est ce qui ressort d’une étude systématique du terme chez des auteurs comme Tite-Live ou Cicéron. Voir, par exemple, Tite-Live, V, 4, 8 ; II, 24, 5 (merces) et surtout Tite-Live, XXIV, 18, 15 : le service civique y est toujours opposé au mercenariat, présenté très péjorativement (Tite-Live n’employant le terme, le plus souvent, que pour désigner les troupes des adversaires de Rome, lui ou sa source traduisent vraisemblablement des mots grecs). Même l’emploi, pourtant rare et seulement métaphorique dans son sens militaire, du terme chez Cicéron s’en ressent, cf. Cicéron, Contre Piso, 49. Remarquons d’ailleurs que la première occurrence du mot latin intervient justement chez Caton, dans un fragment se rapportant sans doute à la guerre des mercenaires (Caton, Origines, IV, 5) : le portrait en est peu flatteur puisqu’on les voit s’entretuer.

50 Tite-Live, IV, 59, 11 date l’introduction du stipendium de 405, alors que la constitution servienne est censée remonter au vie siècle av. J.-C. : dans la tradition historique romaine, l’institution de la solde est donc seconde par rapport à celle de la constitution militaire, et ce bien que les données soient manifestement anachroniques. Cf. Humm, 2005, pp. 345 sqq. Voir également Nicolet, 1977, pour l’identification de Fabius (ou de Caton), comme l’auteur d’une première présentation « politique » à l’attention des Grecs.

51  Cf. la conclusion d’inspiration pictorienne de Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, IV, 19, 4 sur la constitution militaire servienne, précisant que les Romains ignorent d’abord la solde, et revenant finalement sur l’exclusion de la dernière classe de la contribution et du service : … οὔτε  μηδὲν  συμβαλλομένους  στρατεύεσθαί  τινας  ἐκ  τῶν  ἀλλοτρίων  ὀψωνιαζομένους  χρημάτων,  ὥσπερ  τοὺς  μισθοφόρους. L’organisation timocratique, le service militaire et le rejet de la solde, assimilée à une rémunération mercenaire, sont étroitement liés dans l’esprit de Denys, comme ils l’étaient sans doute déjà dans celui d’un Fabius Pictor.

52  « Ce n’est pas, cependant, la coutume des Romains d’employer des mercenaires, ni d’avoir des ressources suffisantes ». Le fragment, tiré des Excerpta Constantinia (collection de Sententiis), traditionnellement localisé en Diodore, XXIX, 6, renverrait aux événements de 190. Cependant, il est sans doute interpolé, et doit vraisemblablement être replacé à la fin du livre XXVIII ou au début du livre XXIX, s’intégrant ainsi aux discussions qui précèdent le déclenchement de la guerre antiochique, dans des cercles séleucides accoutumés au recrutement mercenaire, cf. Walton, 1968, n. 3 p. 251. Pour la source polybienne de Diodore dans ces passages, cf. Càssola, 1982, p. 763.

53  Cf. Polybe, XXI, 43, 15 ; Tite-Live, XXXVIII, 38, 10 ; Appien, Le Livre Syriaque, VII, 39. L’espace concerné par la clause est difficile à identifier : les « gentes quae sub dicione PR sunt » peuvent se cantonner à l’Asie, ou s’étendre jusqu’en Occident, cf. Gruen, 1984, p. 641 n. 144 ; p. 279 n. 35.

54  Cette étude ne prétend pas couvrir l’ensemble de la période, mais une remarque s’impose cependant pour la suite. Parmi tous les exemples classiquement mobilisés par les auteurs qui ont traité de la question (voir n. 5 supra), il n’est jamais explicitement question de mercenaires jusqu’au début du Ier s. av. J.-C. (voir déjà n. 13 supra pour les premiers cas) : Tite-Live, XXXIII, 3, 10 : Crétois en 197 ; Tite-Live, XXXVII, 39, 12 : Crétois et Tralles en 188 ; Tite-Live, XLIII, 7, 1 et Plutarque, Vie de Paul-Émile, XV, 3 : archers crétois et Thraces ; Plutarque, Vie de Caius Gracchus, XVI, 3 : archers crétois ; César, Guerre des Gaules, II, 7 : Crétois, frondeurs baléares et cavaliers numides en 57. Seuls des garnisaires en 88 ap. Appien, La guerre de Mithridate, XX et des Thraces en 68 ap. Dion Cassius, XXXVI, 9, 3 sont qualifiés de μισθοφόροι/roi. Peut-être les Romains emploient-ils des mercenaires sans le dire, mais, outre que ce serait faire parler les sources malgré elles, le fait même que le mot soit tabou demeurerait idéologiquement significatif. Il est plus raisonnable de penser que les Romains mobilisent d’abord les ressources militaires de leurs partenaires et sujets par d’autres moyens que le mercenariat.

55  En se posant comme le modèle de la cité, et en prétendant restaurer le paradigme civique dans les relations internationales dont elle est désormais l’acteur principal, Rome se serait ainsi dotée d’une arme idéologique redoutable : le discours de la régulation de la violence serait ainsi devenu un des moyens d’affirmation de son hégémonie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony-Marc Sanz, « La République romaine et le mercenariat au temps des Guerres Puniques », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-1 | 2011, 163-179.

Référence électronique

Anthony-Marc Sanz, « La République romaine et le mercenariat au temps des Guerres Puniques », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-1 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/3892

Haut de page

Auteur

Anthony-Marc Sanz

École des hautes études hispaniques et ibériques

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org