Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Regards croisés

Irene Flunser Pimentel, A história da PIDE

Victor Pereira
p. 247-250
Référence(s) :

Irene Flunser Pimentel, A história da PIDE, Lisboa, Circulo de Leitores-Temas e Debates, 2007, 575 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2010.

1Irene Flunser Pimentel nous offre la première œuvre historique sur la police politique portugaise entre 1945 et 1974, la Polícia Internacional de Defesa do Estado, plus connue sous l’abréviation PIDE. Ce livre est le résumé d’une thèse de 1 500 pages soutenue à l’université Nouvelle de Lisbonne en 2007. Irene Pimentel veille à éviter les polémiques et les règlements de compte, contrairement aux nombreux opuscules de qualités variées publiés sur la PIDE, peu après le 25 avril 1974. Il est d’ailleurs significatif que la bibliographie citée dans l’introduction porte surtout sur l’Holocauste et sa mémoire, plutôt que sur la police, la surveillance et la répression dans les régimes non démocratiques. L’œuvre résulte d’un énorme travail de dépouillement d’archives d’origines diverses. Bien évidemment, le principal fonds consulté est celui de la police politique, ouvert aux chercheurs depuis 1994, avec néanmoins quelques restrictions, et qui a connu de nombreuses vicissitudes depuis le 25 avril 1974 (de nombreux documents ont été détruits par les agents de la police et, parmi ceux qui restent, certains ont été envoyés à Moscou par l’entremise du PCP). Pimentel fait preuve de méfiance vis-à-vis des sources policières qu’elle a consultées. En effet, les déclarations des individus interrogés par la police étaient obtenues pour la plupart sous la torture. Les déclarations signées par les « interrogés » étaient en réalité rédigées par les agents de la police qui cherchaient à donner une cohérence à des fragments de parole épars. De même, de nombreux rapports d’informateurs étaient en partie erronés ou totalement fantaisistes, l’informateur espérant seulement justifier ses appointements.

2Pimentel croise et confronte les nombreuses sources écrites collectées, mais choisit de ne pas recourir aux sources orales, ne menant aucun entretien avec d’anciens agents de la police politique ni avec d’anciens opposants à la dictature qui auraient pu critiquer les informations que la PIDE avait produites et recueillies sur eux. Pimentel avance trois raisons pour légitimer ce choix. Tout d’abord, les agents de la PIDE n’ont, en général, pas accepté de lui parler. Ensuite, elle préférait utiliser les documents déjà publiés (articles de journaux, mémoires d’anciens opposants ou d’anciens agents de la PIDE). Enfin, elle exprime un doute plus général sur les sources orales, estimant qu’en interrogeant des témoins, l’historien forge une source peu fiable, la mémoire ou la volonté de reconstruire le passé des interrogés pouvant tromper le chercheur. Toutefois, ces raisons n’emportent pas l’adhésion. D’une part, le manque de fiabilité des sources orales n’empêche pas leur utilisation. Les sources écrites et surtout celles de la PIDE, comme le rappelle l’auteur, sont, elles aussi, sujettes à critique. Et il est possible et nécessaire de croiser les entretiens. D’autre part, les sciences sociales ont depuis longtemps perfectionné la technique de l’entretien. L’historien n’est pas démuni face aux témoins, même les plus « imposants ». Ensuite, si l’auteur prétend ne pas avoir mené d’entretien, elle se réfère à plusieurs articles de journaux ou livres qui découlent d’entretiens. Pourquoi la parole recueillie par d’autres — et notamment par des personnes ne procédant pas au croisement des sources — serait-elle plus fiable que celle que l’historienne aurait pu obtenir elle-même ? Ne peut-on pas penser que, forte des connaissances acquises dans les archives, Pimentel aurait été la plus qualifiée pour mener d’instructifs entretiens ? Du reste, l’usage que fait l’auteur des propos d’anciens opposants à l’Estado Novo et surtout d’anciens agents de la police politique, publiés dans la presse ou dans d’autres ouvrages, est parfois problématique. Elle ne les passe pas toujours au crible de la critique et ne les confronte pas assez à d’autres sources. Elle enchaîne parfois plusieurs propos, même divergents, sans trancher, comme si tous ces discours se valaient.

3L’ouvrage est divisé en cinq parties. Dans la première, Irene Pimentel esquisse une histoire institutionnelle et sociale de la PIDE, créée en 1945 et succédant à la PVDE (Polícia de Vigilância e Defesa do Estado). Le directeur de la PVDE, Agostinho Lourenço, prend la tête de la PIDE qui assume alors plusieurs missions : le contre-espionnage, le renseignement, la surveillance des frontières et des étrangers mais surtout la défense de la sûreté de l’État, c’est-à-dire la lutte contre l’opposition au régime et, plus particulièrement, le parti communiste portugais (PCP). En 1969, la police politique change de nouveau de nom et s’appelle désormais Direcção Geral de Segurança (DGS).

4Pimentel a constitué de nombreuses bases de données pour ébaucher une sociologie des agents de la PIDE. Elle conclut ainsi qu’une grande partie des agents de la PIDE ne disposait que d’un faible capital scolaire et provenaient des milieux populaires. Une majorité des agents de la PIDE était originaire soit des zones de petites propriétés agricoles de l’intérieur central et septentrional du pays, soit des deux principales villes du pays, Lisbonne ou Porto. Ce tableau sociologique, dont l’auteur aurait pu tirer plus d’éléments pour compléter ses analyses, contribue à l’indispensable histoire sociale des forces de l’ordre portugaises.

5La deuxième partie décrit l’action de la PIDE face à ses principaux ennemis, principalement le PCP. Cette partie fait notamment le récit détaillé d’arrestations d’opposants par la PIDE. On peut regretter que l’auteur suive parfois trop les sources de la PIDE et les mémoires de l’un de ses agents. En effet, ces sources ont tendance à glorifier l’efficacité de la police et laissent dans l’ombre de nombreux événements.

6Dans la troisième partie, Pimentel réfute à juste titre l’idée que la police politique « a agi sur des personnes passives » ; en effet, elle a « dû compter avec la réaction et les résistances de l’autre côté de la barricade » (p. 278). Néanmoins, elle procède à une description déjà connue, car déjà détaillée par d’autres, de la vie clandestine des militants communistes, et elle analyse peu les stratégies employées par les militants communistes pour se défendre de la PIDE. Par exemple, la sous-partie, « ce que le PCP savait sur la PIDE », fait un peu moins d’une page (pp. 298-299).

7La quatrième partie décrit les méthodes de la PIDE : le réseau d’informateurs qu’elle constitua, ses différents moyens de collecte d’informations (correspondance, écoutes de conversations téléphoniques, filatures), les tortures qu’elle infligea aux opposants et les assassinats qu’elle perpétra. Sur les informateurs, Pimentel aboutit aux mêmes conclusions que les auteurs qui ont travaillé sur l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste : une minorité d’informateurs, réguliers ou ponctuels, agissait par motivation politique. Le reste des informateurs dénonçait et collaborait avec la PIDE pour se venger d’ennemis, améliorer leur position sociale, écarter des concurrents, obtenir des ressources financières. Et les informateurs se trouvaient dans tous les milieux sociaux. Dans la partie sur les interrogatoires et les différentes tortures de la police politique, Pimentel montre bien que le but de la torture n’était pas seulement de faire parler mais surtout de faire taire, de réduire ceux qui l’enduraient, ainsi que le reste de la population, à l’apathie politique.

8Enfin, dans la cinquième partie, intitulée judicieusement « de la prison au jugement », Pimentel décrit l’arbitraire de la PIDE, son autonomie vis-à-vis de la Justice. En dépit d’une apparente légalité, la PIDE était très faiblement contrainte par la Justice. La législation lui accordait un large pouvoir arbitraire. Devant instruire les dossiers de ceux qui étaient soupçonnés d’atteinte à la sûreté de l’État, elle pouvait emprisonner préventivement pendant près de six mois des individus, sans que la justice n’intervienne. Pimentel décrit le déroulement des jugements et atteste que de nombreux juges se montraient peu regardants sur les droits des accusés et sur les conditions dans lesquelles s’étaient déroulés les interrogatoires. De surcroît, au-delà des peines de prison infligées par les tribunaux, la PIDE pouvait appliquer des peines de sûreté et garder indéfiniment des individus en prison.

9Pimentel réitère plusieurs fois l’idée selon laquelle la PIDE/DGS ne constituait nullement un « État dans l’État ». Selon elle, la police politique a toujours obéi au gouvernement et plus particulièrement à Salazar qui recevait fréquemment les directeurs de la police politique dans son bureau. Cette affirmation n’est pas fausse mais elle doit être nuancée à la lumière des descriptions faites par l’auteur elle-même. En effet, comment la PIDE peut-elle être considérée comme obéissante alors que ses propres directeurs avaient parfois du mal à s’imposer face à leurs « troupes » ? Les inspecteurs de la police politique menaient une lutte interne pour grimper les échelons de la hiérarchie, les services d’information et de recherche communiquaient mal, les inspecteurs cloisonnaient leur travail et chacun gardait jalousement « ses » informateurs. Face à la multitude de tâches qui leur sont assignées, les policiers sélectionnent eux-mêmes celles qu’ils vont exécuter. Ainsi, les agents de la PIDE n’exécutaient pas tous fidèlement les missions que la législation leur assignait, ni les ordres donnés par le ministre de l’Intérieur. C’était notamment le cas dans les tâches de surveillance des frontières qui incombaient à la PIDE.

10Si l’on peut admettre que la PIDE, dans son ensemble, est restée fidèle à Salazar, on peut néanmoins douter que la police politique ait été fidèle et obéissante envers Caetano. D’ailleurs, Pimentel mentionne l’existence au sein de la DGS d’anti-caetanistes et de pro-spinolistes, et elle décrit l’attitude ambiguë de certains membres de la police politique face au coup d’État militaire du 25 avril. Toujours est-il qu’en considérant la PIDE comme l’instrument fiable et obéissant de l’exécutif, Pimentel n’envisage pas l’autonomie de certains agents de la PIDE.

11Comme Pimentel utilise peu la sociologie de la police, les raisons avancées pour comprendre la coopération de la PIDE avec d’autres polices et services de renseignements étrangers, et, notamment, ceux de pays démocratiques, sont insuffisantes. Elle voit dans la Guerre froide la principale explication de cette collaboration policière. Mais cet argument n’est pas suffisant car la PIDE collaborait également avec les services de renseignement des pays d’Europe de l’Est (p. 106). Plusieurs autres facteurs expliquent ces collaborations. D’une part, la police politique portugaise a réussi à se faire passer pour une police comme les autres. Elle partageait avec d’autres institutions policières une même vision du monde, les mêmes techniques, les mêmes ennemis. Le partage d’une culture professionnelle commune facilite les collaborations internationales entre institutions policières homologues qui s’avèrent parfois plus profondes que les collaborations intra-nationales. Parfois, ces collaborations ne se font pas d’institution à institution mais d’individu à individu, dans une logique de don et de contre-don.

12L’étroite collaboration entre la PIDE avec certaines polices, et, notamment, avec les polices françaises, tient également au fait colonial ou néo-colonial. Enfin, si les polices et services de renseignement étrangers collaboraient avec la PIDE c’est qu’ils y trouvaient leur intérêt. La police française et les services de renseignement français ne surveillaient pas les exilés portugais en France pour rendre service à la PIDE. Ils le faisaient d’abord pour faire respecter l’ordre public français, estimant que l’activité de ces exilés pouvait entraîner des désordres.

13Pimentel conclut son travail par un appel à la réalisation de nouvelles recherches sur la PIDE. Elle ne prétend pas avoir publié une « somme » définitive. De fait, son travail pourrait être prolongé dans deux directions, peu développées par l’auteur. D’une part, Pimentel affirme que l’un des rôles de la PIDE était de maintenir un climat de peur dans le pays. Le réseau d’informateurs dont la police politique amplifiait le pouvoir, son pouvoir arbitraire, les tortures qu’elle infligeait, avaient pour but d’inhiber la population, d’instiller la méfiance, de freiner la mobilisation collective, d’inciter les individus à se replier sur leur sphère privée. Cependant, l’auteur ne décrit pas les modalités de cette diffusion de la peur. Comment la PIDE a-t-elle pu convaincre une grande partie de la population qu’une moitié du pays surveillait l’autre ? Qu’elle était d’une efficacité redoutable ? Qu’elle était omnisciente (ce qui n’était pas le cas) ? L’auteur évoque la rumeur (mais comment est-elle diffusée ?, qui la propage ?, pourquoi ?, dans quel intérêt ?), les informations données à la presse et notamment la « publicité » des arrestations (mais seule une minorité de la population lisait la presse), la valeur d’« exemple » de l’arrestation de certains ayant subi les tortures de la PIDE. Mais ces éléments n’expliquent pas les modalités de la diffusion de la peur. D’autre part, ce travail pourrait être prolongé dans la perspective de ce que Béatrice Hibou nomme l’« économie politique de la répression » (Béatrice Hibou, « Économie politique de la répression : le cas de la Tunisie », Raisons politiques, 20, 2005, pp. 9-36). Pimentel s’interroge peu sur les liens entre la répression exercée par la police politique et l’économie politique. Elle s’intéresse pourtant au contrôle qu’opérait la police politique concernant l’accès au marché de l’emploi public, essentiel pour l’élite sociale du pays. Elle décrit également l’important réseau d’informateurs au sein des entreprises et la sous-traitance de la sécurité de certaines grandes entreprises, assurée par la PIDE elle-même. Mais jusqu’à quel point la PIDE, en collaboration avec d’autres institutions, pouvait-elle empêcher des individus d’accéder à des emplois dans le secteur privé ? Jusqu’où la PIDE pouvait-elle condamner des individus à la « mort sociale », à la misère, à l’exil ou à la clandestinité ? Et quels étaient les liens entre la police politique, l’appareil corporatif et les organisations de coordination économique qui contrôlaient étroitement les activités ? L’auteur ne fait que mentionner ces liens sans les analyser. Par exemple, la nomination de Fernando Silva Pais à la direction de l’inspection générale des activités économiques, en 1967, n’était-elle qu’un moyen de récompenser un haut fonctionnaire en lui offrant des revenus supplémentaires ? Ou s’inscrit-elle dans une perspective de contrôle et de surveillance politique des activités économiques et, notamment, des entrepreneurs à une époque de croissance économique soutenue, au cours de laquelle une partie des entrepreneurs pouvait considérer le maintien du régime autoritaire salazariste comme un frein à leur enrichissement ?

14Voici un de ses nouveaux questionnements qu’appelle de ses vœux Irene Pimentel, questionnements qui auront pour outil indispensable cette première histoire de la PIDE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Pereira, « Irene Flunser Pimentel, A história da PIDE », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 247-250.

Référence électronique

Victor Pereira, « Irene Flunser Pimentel, A história da PIDE », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/392

Haut de page

Auteur

Victor Pereira

Institut d’études politiques de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org