Navigation – Plan du site
Dialogues transatlantiques autour des migrations latino-américaines en Espagne

Présentation

Geneviève Cortes et Naïk Miret
p. 9-14

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2010.

  • 1  Plusieurs auteurs dans ce numéro utilisent le terme migrante, qui s’est répandu dans la littératur (...)

1Ce dossier propose une réflexion sur les migrations latino-américaines récentes vers l’Espagne à partir d’un « dialogue » associant, de part et d’autre de l’Atlantique, les regards croisés de géographes, sociologues et anthropologues. Son originalité tient à cette mise en perspective de la migration latino-américaine en Espagne analysée du point de vue à la fois des espaces d’origine et de destination. Les approches disciplinaires, les démarches et méthodes ainsi que les questions scientifiques qui traversent les sept textes rassemblés dans ce dossier sont diverses. Le dialogue, pourtant, s’établit autour de plusieurs enjeux convergents, de transversalités thématiques ou théoriques, d’éclairages complémentaires. Outre les facteurs sociodémographiques, économiques ou politiques qui sous-tendent ces nouvelles dynamiques migratoires, c’est la personne du migrant1 lui-même qui est au cœur de ce dossier. L’ensemble des textes, cependant, a été produit juste avant la situation globale de crise financière et économique qui a particulièrement touché l’Espagne. Cette conjoncture nouvelle interroge à la fois l’évolution des flux, la place des migrants dans le marché de l’emploi où un grand nombre d’entre eux sont confrontés au chômage et, du même coup, les capacités de transferts monétaires vers les pays d’origine. Parallèlement s’est affirmée une politique d’incitation au retour dont la presse s’est fait largement écho. Le présent dossier, s’il ne contient que peu d’éléments permettant d’évaluer les premiers effets de ce retournement, fournit des clés de lecture qui permettent d’en comprendre les enjeux.

2En premier lieu, l’ensemble des textes inscrit le propos dans la rupture historique que constitue la migration latino-américaine en Espagne au regard du système migratoire mondial, mais aussi des relations Nord-Sud. Le caractère à la fois récent, massif et rapide des flux est probablement l’un des faits les plus marquants de ces processus migratoires contemporains. Jusqu’aux années 1990, les Latino-Américains résidant en Europe et plus particulièrement en Espagne sont avant tout des réfugiés politiques. À partir de la fin de cette décennie, les contextes de crises ou d’instabilité économique, de tensions sociales et politiques qui marquent l’Amérique latine, conjugués au durcissement de la politique d’immigration nord-américaine, contribuent à l’impulsion de nouveau flux vers l’Europe et notamment vers l’Espagne. Ainsi, les migrants du sous-continent sont de plus en plus nombreux à tenter leur chance vers la « Madre Patria » où le contexte politique et le marché du travail leur apparaissent favorables, dans un contexte de mondialisation migratoire où l’ensemble des flux vers l’Europe connaît une forte croissance. Dans cette nouvelle géographie migratoire, les pays de l’Europe méditerranéenne sont particulièrement attractifs puisqu’ils captent les deux tiers de cette immigration et que l’Espagne est devenue, depuis 1997, le premier pays récepteur européen.

3Ce dossier offre une grande richesse d’informations statistiques sur l’évolution et la nature des flux, révélant indirectement une évolution de la collecte de données en Espagne. La croissance des flux migratoires en Espagne est particulièrement visible dans les séries statistiques, avec la régularisation de 350 000 personnes en 2001 et d’environ 500 000 personnes en 2005. Rapidement, l’immigration latino-américaine dépasse en volume la migration maghrébine jusque-là majoritaire, atteignant 37 % des étrangers recensés en 2004. Si la part des Latino-Américains n’a cessé de diminuer depuis (29,5 % selon les dernières estimations de janvier 2008), c’est surtout parce que l’Espagne est devenue un pays d’immigration pour nombre d’autres migrants, accueillant désormais plus de cinq millions d’étrangers notamment en provenance des nouveaux États européens. Le contrepoint proposé à la fin du dossier par W. Berthomière permet de relier ces mouvements au temps long de l’insertion de l’Amérique latine dans la mondialisation et de ses relations avec les pays de l’hémisphère nord.

4Les migrants Latino-Américains résidant en Espagne, dont le nombre est estimé à un million et demi, apparaissent de plus en plus déterminants dans la reconfiguration des systèmes et des champs migratoires qui relient l’Amérique latine à l’espace européen et ils participent d’une profonde modification sociale et économique des sociétés d’origine et d’accueil. Les congrès biennaux sur l’immigration successivement tenus en Espagne (Madrid en 1997 et 2000, Grenade en 2002, Girone en 2004 et Valence en 2007), rendent compte de l’importance du phénomène et de l’évolution des approches scientifiques de l’immigration. Depuis l’Espagne, P. Pumares-Fernández et S. Gil Araujo rappellent que l’« irruption » d’une latino-américanisation de l’immigration en Espagne doit être analysée au regard des évolutions conjoncturelles sociales et économiques qui se jouent au sein même de la péninsule Ibérique (changements démographiques, croissance économique, demande de main-d’œuvre, etc.). Avec la contribution de J. Martínez Pizarro, on voit bien également comment l’émergence de ces nouveaux flux Sud-Nord doit être repositionnée dans le contexte plus général des mouvements migratoires qui se recomposent au sein même du sous-continent américain. À partir d’une analyse des données de recensement et de la CEPAL, l’auteur évoque à la fois le maintien de champs migratoires anciens (attraction de certains pays du cône Sud ou du Venezuela, mais surtout des États-Unis) et le développement de nouvelles filières migratoires qui lient l’Amérique latine à l’Europe. La contribution de V. Baby-Collin, G. Cortes et N. Miret, quant à elle, souligne le poids des évolutions internes aux pays d’origine (cycles et crises économiques, violences ou conflits sociaux, fermeture des lieux de destination traditionnelle, etc.) dans la croissance des flux vers l’Espagne. Ces effets de conjonctures — de part et d’autre de l’Atlantique — montrent une fois de plus à quel point les reconfigurations des migrations internationales relèvent d’un jeu complexe d’interactions qui se joue entre pôles de départ et de destination.

5Le redéploiement des trajectoires migratoires latino-américaines vers le continent européen soulève — et c’est le deuxième niveau de transversalités qui mérite d’être ici mentionné — des questions d’ordre politique. J. Martínez Pizarro donne une vision de cette « géopolitisation » des migrations latino-américaines en Espagne en soulignant l’intensité des débats et du dialogue, mais aussi des tensions qui se jouent autour de la question migratoire. Thème récurrent des derniers sommets bilatéraux ibéro-américains, la question migratoire est désormais située au cœur des agendas politiques, tant du côté européen que latino-américain. Cette question de la gouvernance migratoire est tout autant posée par le texte de S. Gil Araujo qui, au travers d’une analyse très critique, soulève le rôle joué par la législation et les politiques migratoires espagnoles. En menant une analyse finement argumentée des mécanismes législatifs qui reflètent une politique différenciée et préférentielle « d’affinité ethnique » relative à l’accès aux droits sociaux (résidence, régularisation, regroupement familial, etc.), elle montre comment « le politique » crée — selon ses propres termes — une « stratification civique » et accentue les inégalités entre différents groupes migrants. En mettant au cœur du débat scientifique la question de la citoyenneté, elle rappelle que le migrant est certes une catégorie politique, mais également et surtout une catégorie « sociale et raciale ».

6La troisième dimension de ce dossier est celle de la caractérisation des flux et de leurs conséquences sur le territoire et la société espagnols avec une prise en compte des dynamiques sociales qui relient pays de départ et d’arrivée. Les traits « remarquables » des migrations latino-américaines, qu’il s’agisse des profils sociodémographiques, de leurs logiques résidentielles, mais aussi de leur situation ou perspective professionnelle, sont tour à tour évoqués par l’ensemble des contributeurs. Le changement majeur tient au profil des migrants latino-américains : les femmes, les populations indigènes, les qualifiés participent désormais aux flux, comme le rappellent P. Pumares-Fernández et L. Oso Casas. À travers une analyse minutieuse des données statistiques disponibles en Espagne, P. Pumares-Fernández rappelle combien l’immigration est une composante fondamentale de la croissance économique de l’Espagne parce qu’elle stimule à la fois la production et la consommation internes du pays. Les étrangers et, plus encore les Latino-Américains, investissent des segments du marché de l’emploi laissés « vacants » par les Espagnols (agriculture, construction, certains services notamment), prenant place dans l’économie nationale de manière complémentaire aux populations locales. Mais, en même temps, l’auteur met en évidence, grâce au croisement de différents indicateurs économiques (secteurs d’emploi, statut des travailleurs, type de contrat de travail, etc.), humains et sociaux (nationalité, qualification, genre, etc.), les formes différenciées de l’exclusion, de la précarité et de la vulnérabilité professionnelle des migrants. Est ainsi posée la question de leur mobilité sociale et économique.

7Trajectoires, carrières, parcours professionnels des individus en migration, notamment ceux des femmes devenues les nouveaux protagonistes de la mobilité internationale contemporaine, sont éclairés dans d’autres contributions. L. Oso Casas s’interroge sur le rôle de l’activité domestique comme première « porte d’entrée » dans la migration, mais aussi comme tremplin vers un processus d’ascension socioéconomique des femmes. Elle montre en particulier, à partir d’une analyse plus spécifique des migrantes dominicaines, comment cette mobilité sociale — et notamment le passage de l’emploi domestique salarié à l’initiative entrepreneuriale — est non seulement fort aléatoire, mais également déterminée par les situations familiales et les possibilités de réunification du ménage sur le territoire espagnol. Pour les femmes migrantes, les capacités de construction d’un capital monétaire nécessaire au développement d’une activité économique autonome et stable en Espagne sont fortement dépendantes de l’obligation de transférer leur épargne monétaire outre-Atlantique. Si la question des remises et de leur rôle dans le développement économique et social des pays de départ n’est pas directement traitée dans ce dossier, elle émerge sans cesse en filigrane, reflétant l’importance du phénomène dans les débats actuels sur les impacts des migrations au Sud.

8Cette dimension « transnationale » des migrations latino-américaines en Espagne est également questionnée à partir de ses implications sociales et culturelles par la contribution de G. Herrera et M. C. Carrillo, qui prend en compte la famille en tant que structure et institution sociale impliquée dans le processus migratoire. D’un côté, elle détermine la mise en marche et la réussite de l’acte migratoire et, de l’autre, elle connaît de profonds bouleversements du fait de la dispersion et de l’absence de certains membres au lieu d’origine. À ce titre, la forte composante féminine des flux migratoires latino-américains met en débat tout autant les relations de genre et les statuts sociaux que les fonctionnements des familles (y compris élargies), les relations intergénérationnelles, ou encore le rôle des individus dans leur maternité / paternité. À partir d’une analyse de la construction à la fois matérielle et émotionnelle « des espaces sociaux productifs et reproductifs », G. Herrera et M. C. Carrillo apportent un éclairage très éloquent sur la complexité des recompositions familiales qui se jouent en Équateur du fait de l’absence des mères dans les foyers de migrants. En donnant la parole à ceux qui restent au pays, les auteurs mettent en évidence la vulnérabilité des enfants de migrants et les risques de fragmentation de la famille. Mais elles insistent tout autant sur la diversité et la complexité des formes d’arrangements sociaux qui s’inscrivent souvent dans des négociations, des intérêts réciproques et, parfois même, dans la continuité culturelle d’une gestion partagée des enfants au sein de la famille élargie, fort banale dans les Andes. La question du regroupement familial sur le territoire espagnol est ainsi au cœur du débat sur le transnationalisme.

9Un dernier point de convergence tient au caractère hétérogène des profils, des situations, des trajectoires et des espaces d’implantation des migrants latino-américains en Espagne. Ils sont loin de constituer un groupe homogène et les effets de différenciations sociale, économique et spatiale sont, du même coup, au centre de la démonstration de plusieurs contributions. Différenciation ethnique tout d’abord, avec la contribution de P. Pumares-Fernández qui met en lumière une insertion différenciée des migrants dans le marché de l’emploi entre les originaires d’Amérique latine et les autres nationalités, africaines notamment. Le fait que les premiers se situent dans une position « intermédiaire » et assez favorable (toute proportion gardée) est lié à la fois à la proximité culturelle — notamment linguistique —, mais aussi à des niveaux de qualification relativement élevés. L’auteur souligne également la diversité des situations entre les différentes nationalités latino-américaines, puisqu’il relève une plus forte précarité et vulnérabilité chez les Équatoriens et les Boliviens en comparaison avec les autres groupes latino-américains. L’analyse rejoint finalement celle de L. Oso Casas qui montre l’existence d’une « échelle sociale » de la mobilité professionnelle (les Dominicaines ayant plus de difficulté à « sortir » de l’emploi domestique), ou celle encore de S. Gil Araujo qui décrypte le traitement préférentiel de certains groupes migrants par les politiques nationales espagnoles. Cette différenciation du regard est également adoptée par V. Baby-Collin, G. Cortes et N. Miret qui, à travers l’analyse de la géographie résidentielle des migrants andins sur le territoire espagnol, mettent en évidence non pas une logique d’implantation spécifique des « Latinos », mais des tendances divergentes au sein des différentes nationalités andines. Tout comme P. Pumares-Fernández, les auteurs relèvent des convergences singulières entre Équatoriens et Boliviens, en opposition avec les tendances observées pour les Péruviens ou les Colombiens. Les secteurs d’emploi (agriculture notamment), mais également les contextes sociétaux propres aux pays d’origine — provenance rurale ou urbaine des migrants — figurent parmi les facteurs explicatifs probables. Différenciation sociale ensuite, car les effets de segmentation ne se situent pas seulement entre les différents groupes nationaux, mais également au sein même d’un groupe migrant. Confirmant le changement des destinations et des profils migratoires des Équatoriens, G. Herrera et M. C. Carrillo présentent la migration comme un puissant « classificateur » et un marqueur social. Mais ce n’est pas la migration en tant que telle qui provoque le changement, les déstructurations ou les inégalités, nous disent les auteurs, car celle-ci se greffe en réalité sur des tensions et des disparités déjà existantes au sein des espaces d’origine. Par ailleurs, les impacts sociaux de la migration ne sont pas de même ampleur, ni de même teneur selon que les migrants sont d’origine urbaine ou rurale. Dans certaines campagnes équatoriennes, où la migration à l’étranger, depuis longtemps inscrite dans la vie quotidienne des populations est un fait « naturel » les incidences sur les relations sociales et sur le fonctionnement des familles sont moins brutales et moins déstructurantes qu’en milieu urbain. Le contrepoint de W. Berthomière élargit ces approches pour les inscrire dans le champ des problématiques contemporaines qui traversent les sciences sociales en termes de changement social et de rôle des migrations internationales dans la mondialisation. Il reprend ainsi ces éléments de classification sociale par le jeu des migrations et envisage, à travers la relecture de travaux sur différentes migrations dans le monde, l’évolution de la typologie des migrants internationaux. Les migrants, observés dans leur capacité à adapter leurs projets aux contextes, sont identifiés désormais comme les acteurs d’une diversité de modes de développement. La migration, moyen traditionnel d’ascension sociale à travers l’histoire, est de plus en plus une nécessité face à l’amoindrissement des classes moyennes dans beaucoup de sociétés en développement.

Haut de page

Notes

1  Plusieurs auteurs dans ce numéro utilisent le terme migrante, qui s’est répandu dans la littérature en sciences sociales en référence à la nécessité de considérer la trajectoire entière des individus et non du seul point de vue du pays de départ ou d’arrivée comme l’expriment les termes emigrante et inmigrante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Cortes et Naïk Miret, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 9-14.

Référence électronique

Geneviève Cortes et Naïk Miret, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/394

Haut de page

Auteurs

Geneviève Cortes

Articles du même auteur

Naïk Miret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org