Navigation – Plan du site
Miscellanées

Des camps de réfugiés espagnols de la guerre civile dans l’Hérault

Campos de refugiados españoles de la guerra civil en el Hérault
Spanish civil war refugee camps in Hérault
Vincent Parello
p. 233-249

Résumés

À travers des documents inédits tirés des Archives départementales de l’Hérault, cet article aborde la politique d’internement administratif mise en place par le préfet Antoine Monis au cours de l’année 1939. Il existait quatre types de camps dans le département de l’Hérault : le « camp de concentration » d’Agde, les « camps d’hébergement » de Sète, Lodève, Clermont-l’Hérault et Ceilhes-et-Rocozels, le « camp de triage » de Villodève à Montpellier, et finalement les « camps spécialisés » de Béziers, Pézenas et Saint-Bauzille-de-Putois.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bennassar, 2004 ; Dreyfus-Armand, 1999.

1La politique d’accueil réservée aux populations réfugiées espagnoles dans l’Hérault ne diffère pas fondamentalement de celle mise en œuvre au niveau national1. Les soldats de l’armée régulière de la République, les membres des Brigades internationales et les hommes en âge de combattre relevant du ministère de la Défense et de la Guerre furent parqués dans un « camp de concentration », tandis que les femmes, les enfants et les hommes non-combattants relevant du ministère de l’Intérieur furent répartis dans des structures d’hébergement aménagées dans différentes communes du département.

  • 2 La plupart des informations se trouvent aux Archives départementales de l’Hérault (ci-dessous : A (...)

2D’après les documents que nous avons pu consulter2, il est possible de distinguer quatre types de camps dans l’Hérault :

  • 3 Tuban, 2003, p. 6 : « Toutes les cotes d’archives dépouillées lors de cette recherche sur le camp (...)

— Le « camp de concentration », à savoir, au sens étymologique du terme, un espace clos où des gens sont concentrés, rassemblés et internés à titre administratif. Rappelons qu’en 1939, l’expression « camp de concentration » n’était pas synonyme de camp de déportation et encore moins de camp d’extermination, connotation sinistre qu’elle acquit pendant et surtout après la Seconde Guerre mondiale3.

— Le « camp d’hébergement », à savoir un lieu public ou privé aménagé pour accueillir des femmes et des enfants ainsi que des vieillards, c’est-à-dire, dans la nomenclature alors en vigueur dans l’administration française, des hommes âgés de plus de 50 ans. Parallèlement au terme de « camp d’hébergement », on trouve les appellations suivantes : « camp d’internement », « centre d’hébergement », « centre d’accueil et refuge ».

— Le « camp de triage », à savoir un camp de transit où, après identification et vaccination, les internés étaient « triés », « étiquetés » et dirigés vers des centres de l’Hérault ou d’autres départements de l’intérieur.

— Le « camp spécialisé » qui, comme son nom l’indique, hébergeait des catégories bien précises de réfugiés, regroupés en fonction de leur origine géographique, de leur statut social, de leur âge et de leur sexe.

Le cadre légal de l’internement administratif

3Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de dire quelques mots sur le cadre juridique et légal de l’internement administratif.

  • 4 Peschanski, 2002.

4L’histoire des réfugiés espagnols de la guerre civile est, en effet, étroitement liée à l’histoire des camps français qui vit le jour à la fin de la Troisième République, avec la création du camp de Rieucros en Lozère en 1939, et se prolongea jusqu’après la Libération, avec la disparition du camp des Alliers en Charente, en 19464.

5Afin de combattre efficacement l’immigration clandestine et les « étrangers indésirables » qui ne pouvaient faire l’objet d’un arrêté d’expulsion ou d’une mesure d’emprisonnement, le décret-loi du 2 mai 1938 instaura la peine d’assignation à résidence prononcée sur décision du ministre de l’Intérieur. Cette peine qui réduisait considérablement la liberté de mouvement de l’étranger à l’intérieur du territoire national, constituait un prélude aux mesures d’internement administratif qui allaient voir le jour quelques mois plus tard :

  • 5 Journal Officiel, 3-V-1938, p. 4967.

Art. 11. L’étranger pour lequel il sera démontré qu’il se trouve dans l’impossibilité de quitter le territoire français ne sera pas assujetti aux dispositions des articles 8 et 9 du présent décret-loi ; toutefois, le ministre de l’Intérieur pourra astreindre ledit étranger à résider dans des lieux qu’il fixera et dans lesquels l’intéressé devra se présenter périodiquement aux services de police ou de gendarmerie. Les étrangers ainsi visés qui n’auraient pas rejoint, dans le délai prescrit par le ministre de l’Intérieur, la résidence assignée, ou qui ultérieurement aurait quitté cette résidence sans autorisation du ministre de l’Intérieur, seront passibles d’un emprisonnement de six mois à trois ans5.

6Le décret-loi du 11 novembre 1938 représente un pas en avant dans la surveillance et le contrôle des étrangers séjournant en France. Il fixait les conditions dans lesquelles les étrangers pouvaient bénéficier des droits subordonnés à l’existence d’un domicile ou d’une résidence en France, revenait sur les règles relatives au mariage des étrangers, modifiait la loi du 10 août 1927 sur les règles d’acquisition et de perte de la nationalité française et prenait, finalement, des mesures drastiques à l’encontre de « certains étrangers indésirables ». Ce dernier point constitue, sans aucun doute, la véritable nouveauté du décret-loi, dans la mesure où l’on y aborde expressément la question de l’internement administratif. La peine d’assignation à résidence étant jugée, dans certains cas, insuffisante, il s’avérait nécessaire, dans l’intérêt de l’ordre et de la sécurité publiques, de diriger les « indésirables dangereux » vers des « centres spéciaux » où ils feraient l’objet d’une surveillance militaire permanente. C’est ce que dit clairement la lettre-préambule du 12 novembre 1938, signée par le président du Conseil Edouard Daladier :

  • 6 Journal Officiel, 13-XI-1938, p. 12920-12923.

Sans doute, le ministre de l’Intérieur a-t-il le droit d’expulser les étrangers résidant en France, ou ceux qui sont dans l’impossibilité de trouver un pays qui les accepte, peut-il leur assigner une résidence dans une localité déterminée, mais il est de ces étrangers qui, en raison de leurs antécédents judiciaires et de leur activité dangereuse pour la sécurité nationale, ne peuvent, sans péril pour l’ordre public, jouir de cette liberté encore trop grande que leur conserve l’assignation à résidence. Aussi est-il apparu indispensable de diriger cette catégorie d’étrangers vers des centres spéciaux où ils feront l’objet de la surveillance permanente que justifient leurs infractions répétées aux règles de l’hospitalité6.

  • 7 Journal Officiel, 19-XI-1938, p. 13218.

7Un an plus tard, le décret du 19 novembre 1939 relatif aux « mesures à prendre à l’égard des individus dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique » institutionnalisait la peine d’internement administratif et prévoyait l’incorporation de cette catégorie d’étrangers dans des « formations spéciales »7 en vue d’accomplir tous travaux intéressant la défense nationale. Il faut dire qu’avec l’entrée en guerre de la France contre l’Allemagne, le climat politique et social avait bel et bien changé. Pour ne plus être à la charge de la collectivité, l’étranger devait désormais participer à l’effort de guerre et contribuer, par la gratuité de son travail, au redressement de l’économie nationale. L’internement administratif servit ainsi de prétexte à l’utilisation massive de la main-d’œuvre étrangère.

  • 8 Dreyfus-Armand, Témime, 2001 ; Grando, Queralt, Febrès, 1991.
  • 9 Boitel, 2000 ; Cohen, Malo, 1994 ; Laharie, 1993 ; Marcos, 2009 ; Pruja, 2003 ; Tuban, 2003 ; Zorz (...)

8La politique d’internement administratif, légalisée par les décrets du 2 mai et du 12 novembre 1938, fut mise en œuvre au cours des années 1939 et 1940 avec les réfugiés espagnols arrivés en France lors de la Retirada8. Dans un premier temps, les républicains furent hébergés dans des refuges provisoires le long de la frontière des Pyrénées-Orientales, en Cerdagne et dans le Vallespir, à Prats-de-Mollo, Arles-sur-Tech, Amélie-les-Bains, Osseja, Bourg-Madame, Le Boulou, etc. Dans un deuxième temps, ils furent parqués sur les plages du Roussillon, à Argelès-sur-Mer, Barcarès et Saint-Cyprien, dans des camps de toile qui regroupaient près de 180 000 personnes à la fin du mois de février 1939. Finalement, à la fin du mois de février et au début du mois de mars 1939, des camps en dur furent créés dans les régions limitrophes pour désenclaver le département des Pyrénées-Orientales arrivé à son seuil de saturation démographique. L’artisan de cette politique de désenclavement fut le général Ménard, chargé par le ministre de l’Intérieur d’assurer la coordination des différents camps au niveau national. Triés et étiquetés en fonction de leur sexe, de leur origine géographique, de leur statut de civil ou de militaire, de leurs aptitudes professionnelles, les réfugiés furent dirigés sur tel ou tel camp. Le camp de Bram, dans l’Aude, accueillit les civils, les vieillards et les intellectuels ; les camps de Rivesaltes dans les Pyrénées-Orientales et d’Agde dans l’Hérault reçurent de préférence les miliciens catalans ; le camp de Septfonds, dans le Tarn-et-Garonne, regroupa les ouvriers spécialisés qu’il fallait « reclasser dans l’économie française » ; et le camp de Gurs, dans les Basses-Pyrénées, hébergea principalement des Basques, des aviateurs et des anciens combattants des Brigades internationales. En marge de ces « camps spécialisés », on créa également des « camps spéciaux » à vocation purement disciplinaire. C’est ainsi que les combattants anarchistes de la colonne Durruti se retrouvèrent en bloc au camp du Vernet dans l’Ariège, que les femmes « indésirables » furent enfermées à Rieucros en Lozère, et que des hommes politiques et des syndicalistes atterrirent au château royal de Collioure, devenu officiellement un camp spécial le 4 mars 19399.

9Sous le régime de Vichy, la logique de protection céda la place à une logique d’exclusion avec l’internement des francs-maçons, des communistes, des syndicalistes, des militants antifascistes, etc., pour s’inscrire en définitive dans une logique ouverte de collaboration et de déportation.

Le camp de concentration d’Agde

  • 10 ADH, 2W620, 2W622, 2W623 ; Parello, 2010, pp. 79-94.

10Installé près de la plage, à proximité du Mas Rigaud, propriété de M. Dusfour, et à deux cents mètres au sud-est du puits de M. Belluire, le long de la route reliant Agde à Sète, sur le terrain militaire désaffecté situé dans le prolongement de la caserne des gardes mobiles Mirabel, le camp d’Agde vit le jour au début du mois de mars 193910. En réalité, il serait plus exact de parler des camps d’Agde, au pluriel, car le site englobait trois camps de même nature numérotés de un à trois. À la fin du mois de mai 1939, par exemple, la population réfugiée se répartissait de la façon suivante : 7 208 individus dans le camp n° 1, 8 002 dans le camp n° 2 et 9 014 dans le camp n° 3. La création dans l’Hérault de ce camp de concentration s’inscrivait dans le cadre de la politique nationale menée par le général Ménard, visant à désenclaver le département des Pyrénées-Orientales, « l’un des plus touchés par l’exode ». Au même titre que les camps de Saint-Cyprien et du Barcarès dans les Pyrénées-Orientales, de Septfonds dans le Tarn-et-Garonne, de Gurs dans les Basses-Pyrénées, du Vernet dans l’Ariège et de Bram dans l’Aude, le camp d’Agde joua le rôle d’un camp de désenclavement en hébergeant des réfugiés qui avaient été précédemment internés dans les « camps sur la plage » du littoral roussillonnais.

11Sous la double surveillance de l’état-major français et espagnol républicain, les miliciens du camp d’Agde — terme qui désignait les anciens combattants de l’armée républicaine espagnole — vécurent plusieurs mois coupés du monde, parqués dans des baraques de type « Génie » de 40 mètres de long sur 6 de large, dans des conditions de vie matérielles et psychologiques précaires, en proie à la promiscuité, à la maladie et à la souffrance morale. À l’image des prisonniers de guerre, ils furent soumis à une stricte discipline militaire, ponctuée par l’hymne au drapeau tricolore, les rassemblements et les défilés du dimanche.

  • 11 ADH, 4M1796. États statistiques transmis par le chef d’escadron Pignet commandant la 16e Région a (...)
  • 12 Au mois de septembre 1939, par exemple, 3 510 hommes furent mis à la disposition des mairies du d (...)

12Entre le mois de mars 1939, date de sa création, et le mois de septembre, date à laquelle les réfugiés espagnols durent quitter le camp n° 3 pour laisser la place aux soldats de la légion tchécoslovaque, celui-ci connut une double phase de flux et de reflux démographique. Jusqu’en mai, le nombre des réfugiés ne cessa de s’accroître passant de 7 766 en mars, à 15 794 en avril et à 24 224 en mai11. La plupart des internés étaient des miliciens des camps du Barcarès, de Saint-Cyprien et d’Argelès, et dans une moindre mesure des réfugiés de Montpellier ou de Béziers, arrêtés alors qu’ils se trouvaient en situation irrégulière dans le département de l’Hérault. À partir du mois de mai 1939, le nombre des internés alla en diminuant, passant respectivement de 22 383 en juin, à 16 903 en juillet, à 6 693 en août et à 2 600 à la mi-septembre. Parmi les causes de ce déclin démographique, il convient d’évoquer les rapatriements vers l’Espagne qui s’intensifièrent au printemps et s’accélérèrent au mois de septembre, avec la fermeture officielle du camp d’Agde et l’entrée en guerre de la France contre l’Allemagne ; les diverses émigrations vers l’Amérique Latine et l’URSS ; les engagements dans les Régiments de marche de volontaires étrangers et la Légion étrangère ; les réquisitions dans les Compagnies de travailleurs étrangers, etc. À ses débuts, le gouvernement français avait encouragé les rapatriements vers l’Espagne mais il se rendit très vite compte du profit que l’on pouvait tirer de cette main-d’œuvre étrangère pour l’économie du pays et la défense nationale, surtout en période de guerre. À travers le système des prestations, les internés du camp d’Agde jouèrent un rôle clé dans l’économie héraultaise, en tant qu’ouvriers agricoles ou industriels12.

  • 13 ADH, 4M1800. Commissaire spécial Mazet, détaché au camp d’Agde au contrôleur général de la sûreté (...)

13Parmi les réfugiés, il y avait une majorité de Catalans mais aussi des Espagnols originaires d’autres régions, des militaires et des civils, des intellectuels et des travailleurs manuels, des ouvriers agricoles et des ouvriers industriels, des individus peu politisés et des « meneurs politiques »13. Si les républicains modérés, membres de Izquierda Republicana ou de Esquerra Republicana de Catalunya, et les socialistes du Partido Socialista Obrero Español purent mener une vie relativement tranquille, en revanche, les communistes du Partido Comunista Español, du Partit Socialista Unificat de Catalunya et du Partido obrero de Unificación Marxista, ainsi que les anarcho-syndicalistes de la Federación Anarquista Ibérica et de la Confederación Nacional del Trabajo, firent l’objet d’une étroite surveillance et furent soumis à de lourdes sanctions : peines d’isolement dans des baraques à usage disciplinaire, transferts au camp spécial de Collioure, expulsions du territoire national, etc.

Les camps d’hébergement de Sète, Lodève, Clermont-l’Hérault et Ceilhes-et-Rocozels

  • 14 ADH, 4M1795. Préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur (15-V-1939).
  • 15 ADH, 4M1801. Commissaire divisionnaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (11-III-1939).
  • 16 ADH, 4M1801. Commissaire divisionnaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (2-III-1939).
  • 17 ADH, 4M1801. Commissaire divisionnaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (15-III-1939).

14En raison de sa bonne infrastructure touristique, la ville de Sète disposait de nombreux locaux pour recevoir les réfugiés. Le camp des Jeunesses laïques républicaines, administré par Léon Bellivier et doté d’une capacité d’accueil de 700 lits, fut aménagé, dans un premier temps, en centre d’hébergement pour enfants et transformé, dans un deuxième temps, en hôpital temporaire pour les miliciens blessés14. En guise d’exemple, il hébergea, à compter du 2 mars 1939, 60 enfants en provenance de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher), pris en charge par le Comité suisse d’aide à l’Espagne républicaine, et accueillit le 11 mars 193915, 225 miliciens blessés en provenance de Perpignan16. Le camp fut entièrement évacué en date du 15 mars 1939. La colonie d’enfants qui l’occupait jusqu’alors se scinda en trois : une première partie trouva refuge dans un centre de l’Aude, une deuxième partie s’installa à Sète, à la villa « La Raimondière », route de la Corniche, et une dernière partie à la villa « Amélie », rue Haute Caraussane17. À partir de cette date, le camp ne reçut que des miliciens venus en train des Pyrénées-Orientales et, accessoirement, des Bouches-du-Rhône.

Tableau 1. — Nombre de réfugiés espagnols accueillis au camp des Jeunesses laïques républicaines

Date

Nombre

14 mars 1939

468

17 avril 1939

697

2 mai 1939

654

5 juin 1939

199

28 août 1939

205

21 septembre 1939

18

30 novembre 1939

13

Moyenne

322

  • 18 ADH, 4M1804. Juan de los Toyos, ministre du Travail et de la Prévoyance du gouvernement basque au (...)
  • 19 ADH, 4M1804. Dr Laureano Lasa Oria, Directeur Général d’Assistance sociale du Comité de secours a (...)

15Le lazaret protestant de la Corniche, qui appartenait au pasteur Leenhardt, avait accueilli une colonie d’enfants espagnols à partir du 27 juillet 1938. En vertu d’un accord passé entre Juan de los Toyos, ministre du Travail et de la Prévoyance du gouvernement basque, et le préfet de l’Hérault, Antoine Monis, le lazaret abrita des réfugiés basques à compter de la fin du mois de février 1939. Le camp était dirigé par Vicente Diez Rodríguez, ancien député basque. En mai, le nombre des réfugiés s’élevait à 313 : 127 hommes valides combattants, dont quatre médecins ; 115 hommes valides non-combattants, dont 80 fonctionnaires publics et 35 maires, députés, conseillers, etc. ; 22 vieillards ; 6 mutilés ; 5 vieillardes ; 20 enfants et 18 femmes. « Il y a lieu de considérer qu’il s’agit, en majeure partie (soit 80 %) de fonctionnaires du Gouvernement d’Euzkadi et des Banques du Pays Basque, de conseillers municipaux et autres charges publiques ainsi que des vieillards »18. Le 20 mai 1939, à l’échéance du bail intervenu entre le pasteur Leenhardt et le Comité de l’ex-gouvernement du Pays Basque, les résidents du lazaret furent transférés au refuge basque de Pézenas, situé 19 rue Victor-Hugo19.

  • 20 ADH, 4M1819. Commissaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (12-IV-1939). Ces 120 enfants fur (...)
  • 21 ADH, 4M1819. M. Albert Isenberg, Consul de Belgique au préfet de l’Hérault (7-III-1939).
  • 22 ADH, 4M1801. Sœur M. Chaplain, Supérieure Générale de la Compagnie des Filles de la Charité de Sa (...)

16En date du 12 février 1939, le préfet de l’Hérault dirigea sur le lazaret catholique de Sète un groupe de 120 enfants espagnols, au compte de la Compagnie des filles de la charité de Saint-Vincent-de-Paul et de la Croix-Rouge belge20. L’hébergement fut de courte durée car, dès le 7 mars, Albert Isenberg, consul de Belgique à Sète, notifiait au préfet la décision du gouvernement et de la Croix-Rouge belges de faire cesser leur intervention dans les formations d’accueil qu’ils possédaient à Sète et à Perpignan21. De même, le 30 mars 1939, la sœur M. Chaplain, supérieure générale de la Compagnie, indiquait qu’il ne lui était plus possible de prendre en charge les enfants sans l’aide de l’Etat et, a fortiori, de s’acquitter de la somme de 75 000 francs que lui réclamait l’administration des hospices de Sète. Pour éviter que les jeunes pensionnaires ne soient évacués à compter du mois d’avril, un accord fut trouvé entre le préfet et M. Bergougnoux, administrateur de la Commission administrative de l’hôpital-hospice Saint-Charles de Sète. Moyennant un forfait de neuf francs par jour, la Commission s’engageait à assurer l’hébergement des 309 réfugiés espagnols hébergés jusqu’alors par la Croix-Rouge et la Compagnie de Saint-Vincent-de-Paul, et des 263 femmes et enfants qui se trouvaient dans l’ancienne maison d’arrêt de Lodève22.

17L’établissement héliomarin de Sète logea également des enfants espagnols, seuls ou accompagnés de leurs mères, jusqu’à la fin du mois de juin 1939, date à laquelle la Commission administrative des hôpitaux de Sète, réunie sous la présidence du maire, ordonna leur évacuation vers d’autres centres afin de restituer les locaux à leur usage habituel, autrement dit, l’accueil des vacanciers et des curistes français.

  • 23 ADH, 4M1799. Situation des réfugiés de Lodève le 21-II-1939.

18L’ancienne prison de Lodève, aménagée en centre d’hébergement provisoire pour les femmes et les enfants, abrita jusqu’à 300 personnes dès le mois de février. Elle comportait un nombre important de « vastes salles aérées » et de « nombreuses commodités ». D’après le commissaire de police de Lodève, les conditions hygiéniques et sanitaires ainsi que la sécurité laissaient fortement à désirer. En effet, si la surface des dortoirs était suffisante, les espaces libres, couloirs et courettes, étaient trop exigus pour accueillir tout ce monde. Par ailleurs, le tirage des poêles défectueux et les dégagements de gaz nocifs faisaient peser une sérieuse menace sur la santé des occupants, dont bon nombre étaient des enfants encore au biberon ou au sein23. C’est en ces termes également que le docteur Maurice Bouchet, médecin-inspecteur, rapportait la visite médicale qu’il effectua à Lodève le 15 février 1939 :

  • 24 ADH, 4M1799. Docteur Maurice Bouchet au préfet de l’Hérault (16-II-1939).

À Lodève, j’ai visité l’installation des réfugiés à l’ancienne prison, accompagné de M. le Docteur Mas, Conseiller Général, de M. le Commissaire de Police et de Madame Leduc, Médecin inspecteur d’hygiène. Mme Leduc a fait prendre toutes les mesures d’hygiène préventives indispensables. Elle a la lourde tâche du triage et des soins à donner à de nombreux éclopés. Elle est aidée par un personnel féminin bénévole et deux infirmières du Service départemental. Comme au camp de Montpellier, il y a à Lodève beaucoup de réfugiés atteints de diarrhée et de bronchite. Quant aux personnes atteintes de gale, il s’en trouve encore quelques-unes malgré le transport à l’Hôpital de Montpellier d’une vingtaine de ces malades24.

Tableau 2. — Nombre des femmes et des enfants accueillis à l’ancienne maison d’arrêt de Lodève

Date

Nombre

20 février 1939

300

25 mars 1939

332

14 avril 1939

303

15 mai 1939

289

14 juin 1939

257

7 juillet 1939

237

21 juillet 1939

0

  • 25 ADH, 4M1795. Commissaire de Clermont-l’Hérault au préfet de l’Hérault (17-IV-1939). À cette date, (...)
  • 26 ADH, 4M1801. Commissaire de police de Clermont-l’Hérault au préfet de l’Hérault (24-II ; 22-IV 1- (...)
  • 27 Témoignage de Pepita Carpena, Bulletin du CIRA, Marseille, 1er semestre 1986.

19À Clermont-l’Hérault, un autre camp d’hébergement situé à l’extérieur de la ville, au lieudit l’Enclos Roanne, fut aménagé à partir du mois de février 193925 : il hébergea jusqu’à 312 femmes et enfants26. Malgré des conditions matérielles relativement précaires — hangar vide avec de nombreuses ouvertures sous le toit, rats cavalant sur les poutres, absence de paille pour le couchage, etc. —, le maire de la ville, le médecin Ronzier-Joly, « socialiste et grand ami des républicains espagnols »27, fit tout ce qui était en son pouvoir pour rendre la vie plus amène aux internées. Il leur permit notamment de faire leur propre cuisine, mit à leur disposition un journal gratuit grâce auquel elles purent avoir des nouvelles des membres de leurs familles et apprendre les terribles conditions de détention des hommes au camp d’Agde, et en plaça certaines dans des familles de Clermont-l’Hérault en leur facilitant l’obtention de titres de travail.

Tableau 3. — Nombre des femmes et des enfants accueillis l’Enclos Roanne de Clermont-l’Hérault

Date

Nombre

7 février 1939

29

13 février 1939

85

27 février 1939

350

4 avril 1939

304

17 avril 1939

298

15 mai 1939

315

31 mai 1939

261

27 mai 1939

234

20À partir de l’été 1939, tous les réfugiés de la ville de Lodève furent transférés au camp de Ceilhes-et-Rocozels — appelé également camp de Roqueredonde —, créé à la fin du mois de juin 1939 pour libérer les trois camps de femmes et d’enfants existant alors dans le département de l’Hérault, à savoir Sète (Centre héliomarin), Clermont-l’Hérault (Enclos Roanne) et Lodève (Ancienne maison d’arrêt).

  • 28 ADH, 4M1801. Maréchal des Logis Giron, commandant la brigade de Lodève au lieutenant commandant l (...)
  • 29 ADH, 4M1801. Directeur du Camp de Ceilhes au préfet de l’Hérault (16-VIII-1939).

21Ce camp, placé sous la direction du maire, M. Bénavenq, et situé à proximité de la gare de Ceilhes, se présentait sous la forme d’un « grand bâtiment en bois de 60 mètres de long sur 50 de large, dépendant de l’Usine de l’Orb », une usine désaffectée de métallurgie et de sidérurgie28. Un premier convoi en provenance de Sète arriva à Ceilhes le 30 juin par le train de 11 h 30. À son bord, un milicien employé comme chauffeur, cinq hommes non-combattants, dont trois médecins, ainsi que 263 femmes et enfants. Afin de donner une instruction aux plus jeunes, le camp de Ceilhes créa sa propre école assurée par trois enseignants espagnols : Fernando Chao, licencié en histoire et ancien instituteur interné au camp d’Agde, Pilar Alduncín, son épouse, également ancienne institutrice soignée au sanatorium des Pins à Lamotte-Beuvron dans le Loir-et-Cher, et Rafael Gordillo Ramírez, ancien instituteur interné à Bram dont la femme se trouvait déjà au camp de Ceilhes29.

Tableau 4. — Nombre des réfugiés accueillis au camp de Ceilhes-et-Rocozels

Date

Nombre

Détail

30 juin 1939

269

1 milicien, 5 hommes non-combattants,
263 femmes et enfants

5 août 1939

668

1 milicien, 7 hommes non-combattants,
660 femmes et enfants

7 août 1939

687

1 milicien, 6 hommes non-combattants,
679 femmes et enfants

27 août 1939

707

2 miliciens, 21 hommes non-combattants,
684 femmes et enfants

20 septembre 1939

773

2 miliciens, 28 hommes non-combattants,
743 femmes et enfants

11 novembre 1939

675

25 hommes non-combattants, 330 femmes,
320 enfants

25 novembre 1939

652

28 hommes non-combattants, 315 femmes,
309 enfants

10 janvier 1940

592

25 hommes non-combattants, 279 femmes
et 288 enfants

  • 30 ADH, 2W602/1. Camp de Ceilhes-et-Rocozels (10-I-1940). Exemples : Francisco Montoro Solana, époux (...)

22De façon générale, résidaient au camp de Ceilhes des femmes dont le mari ou le fils avaient contracté un engagement sous les drapeaux français, avaient été recrutés dans une Compagnie de travailleurs étrangers, étaient employés à des travaux agricoles ou séjournaient toujours dans un camp de concentration30.

Le camp de triage de Villodève

  • 31 ADH, 4M1823. Réquisition par le préfet Antoine Monis de l’ancienne savonnerie Villodève (Route du (...)
  • 32 ADH, 4M1799. Délégué-Sanitaire de la 1re Circonscription de Montpellier au préfet de l’Hérault (1 (...)

23La ville de Montpellier hébergea temporairement des réfugiés au « camp de triage » de Villodève, une ancienne savonnerie appartenant à M. Baudranol, sise route du Pont Juvénal. Le camp, réquisitionné par le préfet au début du mois de février 193931, accueillit indistinctement des hommes, des femmes et des enfants qui, après identification par les autorités françaises, étaient soit reconduits à la frontière espagnole, soit dirigés vers des hôpitaux ou des camps du département ou de l’intérieur32.

24Ainsi, le 10 février 1939, 800 réfugiés y furent-ils logés avant d’être transférés le lendemain vers Hendaye, Sète et Lodève. Le 12 février 1939, le délégué sanitaire de la 1re circonscription de Montpellier faisait savoir au préfet que l’organisation improvisée du camp de Villodève était suffisante pour un court passage, mais incomplète si le séjour devait être prolongé. À ce titre, il était indispensable d’obturer les ouvertures qu’offraient les parois, notamment celles exposées au Nord, de réparer la toiture délabrée pour faire face à d’éventuels épisodes pluvieux, d’installer un poste de douches pour permettre aux médecins d’opérer « le nettoyage complémentaire des galeux et pouilleux renvoyés de l’Hôpital et de remédier à la saleté repoussante de certains », d’augmenter la ration individuelle de paille en raison de la « fraîcheur » des nuits (doux euphémisme !) et d’installer quelques extincteurs en cas d’incendie. Par ailleurs, en raison du nombre de porteurs de poux, des risques d’apparition du typhus et de son extension en ville, il convenait d’interdire l’accès du hangar à toutes personnes étrangères au service. Seuls les délégués officiels de contrôle devaient être admis sur présentation d’une carte signée du préfet.

25Dans une petite infirmerie de secours installée avec des moyens de fortune, le docteur Bouchet et le docteur Boucomont devaient procéder tant bien que mal aux visites médico-chirurgicales, aux vaccinations et aux soins des éclopés et des opérés :

  • 33 ADH, 4M1799. Délégué-Sanitaire de la 1re Circonscription de Montpellier au préfet de l’Hérault (1 (...)

Au cours de l’Inspection médicale de contrôle passée ce jour, Dimanche 12 février, j’ai (délégué sanitaire de la 1re circonscription de Montpellier) vacciné tous les arrivants, soit 276 le matin et 31 l’après-midi, total : 307. Mes collègues, Dr. BOUCHET et Dr. BOUCOMONT, ont pendant toute la matinée passé la visite médico-chirurgicale d’entrée et retenu dans le lot des nouveaux venus une trentaine de galeux et pouilleux qui ont été envoyés à l’Hôpital pour y subir le traitement de nettoyage approprié. Quelques autres évacuations sur les Services de Médecine et de Chirurgie ont été effectuées. Le Rapport de Police doit vous en fournir le détail. Enfin, une courte visite de tous les occupants de la veille a été opérée le matin par mes confrères. Dans le courant de l’après-midi, de 14 h 30 à 18 h 30, j’ai revu tous les éclopés et opérés (62 pansements d’importance diverse). À 18 heures, M. le Dr. BOUCHET a revu quelques fébriles et prescrit le travail médical de la nuit. Le total des vaccinations atteint à ce jour 905 contrôlées et 80 environ non-contrôlées33.

  • 34 Motte, 1986, p. 79.
  • 35 Le Petit Méridional, 23-II-1939.

26Compte tenu du mauvais état du local, insuffisamment protégé contre les intempéries et impossible à chauffer en hiver, le camp de Villodève ne tarda pas à fermer ses portes34. Le 23 février 1939, un communiqué paru dans le journal Le Petit Méridional faisait savoir que la plupart des occupants avaient été dirigés sur Rodez, Millau et Angers, et qu’il ne restait plus au camp que 31 personnes dont les enfants ou les parents étaient en cours de traitement dans l’un des hôpitaux de Montpellier35.

Les camps spécialisés de Béziers, Pézenas et Saint-Bauzille-de-Putois

  • 36 ADH, 4M1795. Préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur (27-II-1939).

27À la fin du mois de janvier 1939, les miliciens et les civils valides logés chez des particuliers et ne possédant aucune autorisation de séjour des autorités administratives françaises furent dirigés sur la caserne Maraussan de Béziers, mise spécialement à disposition du préfet par l’armée36.

Tableau 5. — Nombre des réfugiés accueillis à la caserne Maraussan de Béziers

Date

Nombre

Détail

30 février 1939

245

Civils valides et déserteurs

25 mars 1939

900

Réfugiés

25 mars 1939

508

79 hommes non-combattants, 3 femmes et enfants,
426 blessés hospitalisés

14 avril 1939

600

1 milicien, 94 hommes non-combattants, 5 femmes
et enfants, 500 blessés hospitalisés

15 mai 1939

542

11 miliciens, 94 hommes non-combattants, 5 femmes et enfants, 432 blessés hospitalisés

14 juin 1939

572

2 miliciens, 90 hommes non-combattants, 5 femmes et enfants, 475 blessés hospitalisés

7 juillet 1939

535

62 hommes non-combattants, 5 femmes et enfants,
468 blessés hospitalisés

7 août 1939

496

61 hommes non-combattants, 5 femmes et enfants,
430 blessés hospitalisés

25 septembre 1939

0

  • 37 ADH, 4M1799. Dossier sur la politique sanitaire et hospitalière dans l’Hérault.

28Dirigée par M. Labatut, ancien secrétaire en chef de la sous-préfecture de Béziers, et administrée par M. Laurent, ancien chef de bureau de la mairie de Montpellier, cette caserne qui faisait à la fois office de camp et d’hôpital auxiliaire, fonctionna grâce à un personnel mixte. Le personnel français était composé d’un médecin chef (Lucien Misermont), d’un chirurgien (Paul Guibal), d’un interne (Jean Robert), de deux infirmières diplômées d’État, de quatre infirmières SSBM et de quatre infirmières UFF. Le personnel espagnol, de loin le plus nombreux, comptait neuf médecins, quatorze étudiants et infirmiers, un pharmacien, neuf infirmières, un stérilisateur, deux désinfecteurs et doucheurs, cinq veilleurs de nuit (un par pavillon), vingt-quatre garçons de salle, dix cuisiniers et trente ouvriers et artisans (peintres, menuisiers, tailleurs, coiffeurs, etc.)37.

  • 38 ADH, 4M1799. Maladies ou blessures soignées à l’hôpital auxiliaire Maraussan depuis le 20-III-193 (...)

29D’après les informations fournies par le médecin chef Lucien Misermont, 1 238 personnes auraient été soignées à l’hôpital auxiliaire entre le 20 mars et le 14 juin 1939 dans des conditions relativement satisfaisantes, le « taux de mortalité étant de 1,83 %, chiffre absolument infime ». Au rang des pathologies récurrentes, figurent les plaies, les fractures, les fistules, les ankyloses et les amputations des membres inférieurs (270 cas), la tuberculose pulmonaire (89 cas), les infections intestinales fébriles (78 cas), la typhoïde (60 cas), les néphrites (45 cas), les gastro-entérites (39), les affections des voies pulmonaires (37 cas), le paludisme (36 cas), les fistules des membres supérieurs (34 cas), les érysipèles (33 cas), les pneumonies (32 cas) et les rhumatismes (28 cas)38.

  • 39 ADH, 4M1804. Docteur Laureano Lasa Oria, directeur général d’assistance sociale du Comité de seco (...)
  • 40 ADH, 4M1804. Docteur Laureano Lasa Oria, directeur général d’assistance sociale du Comité de seco (...)
  • 41 ADH, 4M1804. Juan de los Toyos au préfet de l’Hérault (24-II-1939).

30Quant aux Basques qui avaient exercé des responsabilités politiques au sein de l’ex-gouvernement d’Euzkadi et leurs familles, ils furent logés à Pézenas à la fin du mois de mars 1939 dans un local loué par la mairie. À la mi-mai, lors de la fermeture du lazaret protestant de Sète, 320 compatriotes vinrent les rejoindre39. Le refuge basque de Pézenas avait été loué par Juan de los Toyos, ministre du Travail et de la Prévoyance du gouvernement basque, auprès du maire de la ville, Jean Bene, à la fin du mois de février 1939. Il était dirigé par Victoriano Gil Furrundareña, ancien maire de San Salvador del Valle, et administré par Eusebio Gorrochategui, ancien chef de la Sûreté de la frontière espagnole, en remplacement de M. Cebrian, jugé trop laxiste par le Docteur Laureano Lasa Oria, directeur général d’assistance sociale du Comité de secours aux Basques40. Initialement prévu pour loger 200 personnes, le refuge en accueillit, dans la pratique, plus de 35041. Les premiers réfugiés du camp de Bram dans l’Aude, au nombre de onze, débarquèrent à Pézenas le 29 mars 1939.

  • 42 ADH, 4M1804. « Lista de personas cuya autorización se ha solicitado de la prefectura de Montpelli (...)

31Ils furent rejoints le 18 mai 1939 par 312 ressortissants basques qui se trouvaient au lazaret protestant de la Corniche à Sète ; le 24 mai 1939, par 18 réfugiés basques hébergés au camp de Bram ; le 22 août 1939, par 7 personnes du camp de Barcarès, 15 personnes du camp de Bram, 9 personnes de l’hôpital La Roseraie à Bidart (Basses-Pyrénées) ainsi que 8 personnes du camp de Gurs ; et, finalement, au mois de novembre 1939, par un groupe de Basques qui résidaient dans un refuge de Narbonne situé quai de Lorraine42.

32La plupart de ces réfugiés appartenaient à une moyenne bourgeoisie constituée de marchands, d’employés de banque, de fonctionnaires et d’ouvriers spécialisés de l’industrie : machiniste naval, métallurgiste, mécanicien, tourneur, etc.

33Le refuge basque de Pézenas ferma ses portes au début de l’année 1940, comme en témoigne cette lettre du commissaire de police de Pézenas adressée au sous-préfet de Béziers au mois d’août 1939 :

  • 43 ADH, 4M1804. Sous-préfet de Béziers au préfet de l’Hérault (22-VIII-1939).

J’ai l’honneur de vous faire connaître que le Directeur du Refuge Basque de notre ville s’est présenté tout à l’heure devant nous et nous à fait savoir confidentiellement que l’Ancien Gouvernement Basque avait décidé pour des raisons d’ordre purement financier la fermeture du refuge de notre ville. Les intéressés ne seront pas avisés de cette décision avant quelques jours. Désireux d’éviter tout incident et animé du souci de procéder avec ordre, le Directeur nous a expliqué qu’il serait organisé des départs successifs à destination de l’Espagne. Chaque convoi ne comprendrait que 20 à 30 réfugiés désignés par le Directeur. Ce dernier estime qu’à la fin du mois de février au plus tard, le refuge Basque de Pézenas serait complètement évacué. Je vous signale également un léger mécontentement et un petit sentiment de jalousie à l’égard des réfugiés autorisés à résider dans notre commune chez les ouvriers agricoles locaux. Ces derniers, qui avaient assisté avec indifférence à l’installation d’un refuge, ont manifesté (discrètement d’ailleurs et verbalement seulement) une certaine impatience en apprenant que les Espagnols arrivés chez nous après la défaite des Armées républicaines pourraient participer aux travaux des vendanges43.

  • 44 ADH, 4M1804. Préfet de l’Hérault à l’administrateur du Camp des Lutins Cévenols (6-V-1939).

34Le camp de Saint-Bauzille-de-Putois administré par Louis Metge, industriel à Béziers, et dirigé par son frère Pierre Metge, instituteur à Capestang, logea dans les bâtiments de la Colonie de vacances des « Lutins Cévenols », des réfugiés espagnols précédemment rassemblés à Perpignan, Narbonne et Béziers par la fédération des Jeunesses laïques républicaines et les Loges maçonniques44. Au fil des mois, la population du camp ne fit que s’accroître passant de 181 en mars à 235 au mois d’août 1939.

Tableau 6. — Nombre des réfugiés accueillis au camp de Saint-Bauzille-de-Putois (1939)

Date

Nombre

Détail

6 février 1939

108

20 hommes, 60 femmes, 28 enfants

30 mars 1939

181

40 hommes, 90 femmes, 51 enfants

13 mai 1939

220

80 hommes, 90 femmes, 50 enfants

15 juillet 1939

190

81 hommes, 59 femmes, 50 enfants

30 juillet 1939

218

90 hommes, 70 femmes, 58 enfants

30 août 1939

235

94 hommes, 74 femmes, 67 enfants

35En dépit de la surpopulation qui obligea certains réfugiés à résider dans l’enceinte du village, les conditions de vie au camp étaient relativement satisfaisantes. Les Espagnols mangeaient correctement, faisaient l’objet d’une surveillance discrète de la part de la brigade de gendarmerie de Ganges et étaient relativement libres de leurs mouvements, du moins jusqu’au printemps, date à laquelle le préfet prit des mesures coercitives en interdisant les sorties nocturnes :

  • 45 ADH, 4M1801. Préfet de l’Hérault à l’administrateur du Camp des Lutins Cévenols (6-V-1939).

Mon attention ayant été appelée sur le fait que des réfugiés espagnols de votre Camp circulant la nuit dans Saint-Bauzille et faisant du tapage nocturne troublaient la tranquillité des habitants de ce village, j’ai l’honneur de vous informer en conséquence, qu’il est de toute nécessité d’interdire les sorties de ces réfugiés à partir du coucher du soleil45.

  • 46 ADH, 4M1801. Commissaire spécial de Montpellier au préfet de l’Hérault (25-IV-1939).

36L’originalité du camp de Saint-Bauzille réside dans le fait qu’il joua le rôle d’un centre de regroupement familial pour des familles entières qui, par la suite, continuèrent à résider dans l’Hérault, retournèrent en Espagne ou émigrèrent à destination de l’Amérique Latine (Colombie, Argentine, Mexique). C’est ainsi que Fernando Martín López et son épouse Africa Flores Muñoz séjournèrent à Saint-Bauzille avec leurs sept enfants : Africa, née en 1917, Carmen née en 1919, Fernando né en 1921, Antonio né en 1928, Concha née en 1929, Maria Luisa née en 1932 et Juan José né en 193546, ou que Francisco Iral Iglesia, interné au camp civil d’Argelès-sur-Mer, put retrouver sa femme et sa fille à Saint-Bauzille avant de s’embarquer pour le Mexique :

  • 47 ADH, 4M1801. Ministre de la Santé publique (M. Marc Ruart) au préfet de l’Hérault (2-V-1939).

M. Francisco Iral Iglesia, ancien magistrat de la République Espagnole, dont la santé est à l’heure actuelle très précaire, désirerait être autorisé à séjourner à Saint-Bauzille de Putois, dans votre département. Cela lui permettrait de retrouver sa femme et sa fille qui habitent dans cette localité où elles reçoivent des secours réguliers d’un parent habitant Mexico. De cette façon, M. Iglesia pourrait mener une vie plus conforme à son état de santé, et la famille entière pourrait poursuivre les démarches faites d’accord avec son parent mexicain, afin de gagner prochainement ce pays47.

37Les réfugiés, originaires principalement du Pays Basque, de Catalogne et de Castille, constituaient une véritable élite politique et sociale. La plupart travaillaient dans le secteur tertiaire et exerçaient des professions libérales, appartenaient à des Loges maçonniques et avaient occupé des fonctions politiques de tout premier plan au sein de l’ex-gouvernement de la République espagnole.

38Citons, au titre d’exemple, les noms de Manuel de Castro Tiedra, né à Grenade en 1872, écrivain et directeur au ministère des Finances ; de Rafael Bonmati Valero, né à Alicante en 1905, président du Tribunal spécial de garde n° 2 à Barcelone ; de Roberto Ruiz García, né à Madrid en 1897, chef de comptabilité à la Marine marchande ; de Fernando Jacques Roma Ors, né à Béziers en 1916, auxiliaire du juge d’instruction de Figuéras ; de Felix Soler Carrión, né à Madrid en 1877, procureur à la Cour des Comptes ; de Maria Agustina Martínez Castroverde, née à Murcie en 1917, employée au ministère de l’Agriculture ; de Gil Junquera Bosch, né à Gérone en 1893, secrétaire à la mairie de Gérone ; de Daniel Labarta, né à Pampelune en 1882, dentiste ; de Mercedes Vidal Laosa, née à Barcelone en 1910, directrice d’école ; de Magin Miro Vives, né à Valls en 1887, médecin ; de Fernando Nuñez Villatoro, né à La Linea en 1898, sergent de police ; de Jaime Coma Font, né à Barcelone en 1889, comptable, etc.

  • 48 ADH, 4M1795. Circulaire du ministre de l’Intérieur au préfet de l’Hérault (5/05/39) : « En bref, (...)

39En guise de conclusion, nous dirons que la politique d’internement administratif menée dans l’Hérault par le préfet Antoine Monis poursuivait un triple but : venir en aide aux étrangers « désirables », par le biais de l’aide gouvernementale et humanitaire ; discipliner les étrangers « indésirables » et « dangereux » susceptibles de porter atteinte à la sûreté nationale et à l’ordre public, par le biais de la coercition ; et, intégrer les réfugiés dans le circuit productif, par l’utilisation d’une main-d’œuvre nécessaire au redressement de l’économie nationale. Cette politique, ambiguë s’il en est, reprend mot pour mot les directives d’humanité et de fermeté prônées par le président du Conseil et le ministre de l’Intérieur. Inspirée d’un idéal de justice et de miséricorde, elle repose sur l’encouragement au rapatriement et à l’émigration, sur l’aide humanitaire apportée aux femmes et aux enfants, ainsi que sur la surveillance étroite des hommes et des miliciens perçus comme une source de danger potentiel48.

Haut de page

Bibliographie

Abreviaturas

ADH: Archives départementales de l’Hérault
CIRA: Centre International de Recherches sur l’Anarchisme (Marseille)
CTE: Compagnie de Travailleurs Étrangers
SSBM: Société de Secours aux Blessés Militaires
UFF: Union de Femmes de France

Bennassar, Bartolomé (2004), La guerre d’Espagne et ses lendemains, Paris.

Boitel, Anne (2000), Le camp de Rivesaltes 1941-1942 : du camp d’internement au Drancy de la zone libre, Perpignan.

Cohen, Monique-Lise, Malo, Eric (1994), Les camps du sud-ouest de la France : exclusion, internement et déportation, 1939-1944, Toulouse.

Dreyfus-Armand, Geneviève (1999), L’exil des républicains espagnols en France : de la guerre civile à la mort de Franco, Paris.

Dreyfus-Armand, Geneviève, Témime, Émile (2001), Les camps sur la plage, un exil espagnol, Paris.

Grando, René, Queralt, Jacques, Febrès, Xavier (1991), Camps du mépris, des chemins de l’exil à ceux de la Résistance, 1939-1945, Perpignan.

Laharie, Claude (1993), Le camp de Gurs, 1939-1945. Un aspect méconnu de l’histoire du Béarn, Pau.

Marcos, Violette et Juanito (2009), Les Camps de Rivesaltes, Toulouse.

Motte, Christine (1986), Le soutien aux républicains espagnols dans l’Hérault 1936-1939, Mémoire de maîtrise inédit, Université Paul-Valéry Montpellier III.

Parello, Vincent (2010), Des réfugiés espagnols de la guerre civile dans le département de l’Hérault (1937-1939), Perpignan.

Peschanski, Denis (2002), La France des camps, l’internement 1938-1946, Paris.

Pruja, Jean-Claude (2003), Premiers camps de l’exil espagnol, Prats-de-Molló 1939, Saint-Cyr-sur-Loire.

Tuban, Grégory (2003), Les séquestrés de Collioure. Un camp disciplinaire au Château royal en 1939, Perpignan.

Wievorka, Anne (1997), « L’expression “camp de concentration” au xxe siècle », Vingtième siècle, 54, pp. 4-12.

Zorzi, Sylvain (2000), Le camp de Setfons : soixante ans d’histoire et de mémoires (1939-1999), Bordeaux.

Haut de page

Notes

1 Bennassar, 2004 ; Dreyfus-Armand, 1999.

2 La plupart des informations se trouvent aux Archives départementales de l’Hérault (ci-dessous : ADH) dans le fonds « Police des étrangers », sous-série 4M. En 1939, la cinquième division de la préfecture (Police générale et étrangers) était dirigée par M. Fournera, chef de division, et M. Portalès, chef de bureau.

3 Tuban, 2003, p. 6 : « Toutes les cotes d’archives dépouillées lors de cette recherche sur le camp spécial du Château royal de Collioure attestent, à plus de 90 %, l’usage de “camp de concentration” concernant les camps de Saint-Cyprien, Argelès-sur-Mer, Barcarès, Agde, Sepfonds, Le Vernet-d’Ariège et Gurs pour l’année 1939 » ; Wieviorka, 1997.

4 Peschanski, 2002.

5 Journal Officiel, 3-V-1938, p. 4967.

6 Journal Officiel, 13-XI-1938, p. 12920-12923.

7 Journal Officiel, 19-XI-1938, p. 13218.

8 Dreyfus-Armand, Témime, 2001 ; Grando, Queralt, Febrès, 1991.

9 Boitel, 2000 ; Cohen, Malo, 1994 ; Laharie, 1993 ; Marcos, 2009 ; Pruja, 2003 ; Tuban, 2003 ; Zorzin, 2000.

10 ADH, 2W620, 2W622, 2W623 ; Parello, 2010, pp. 79-94.

11 ADH, 4M1796. États statistiques transmis par le chef d’escadron Pignet commandant la 16e Région au préfet de l’Hérault au cours de l’année 1939.

12 Au mois de septembre 1939, par exemple, 3 510 hommes furent mis à la disposition des mairies du département de l’Hérault pour effectuer les travaux des vendanges. ADH, 2W622. Rapport du colonel Lamotte (27-VII-1939).

13 ADH, 4M1800. Commissaire spécial Mazet, détaché au camp d’Agde au contrôleur général de la sûreté nationale en mission à Perpignan (23-VIII-1939).

14 ADH, 4M1795. Préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur (15-V-1939).

15 ADH, 4M1801. Commissaire divisionnaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (11-III-1939).

16 ADH, 4M1801. Commissaire divisionnaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (2-III-1939).

17 ADH, 4M1801. Commissaire divisionnaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (15-III-1939).

18 ADH, 4M1804. Juan de los Toyos, ministre du Travail et de la Prévoyance du gouvernement basque au préfet de l’Hérault (24-II-1939).

19 ADH, 4M1804. Dr Laureano Lasa Oria, Directeur Général d’Assistance sociale du Comité de secours aux Basques à Paris au préfet de l’Hérault (7-V-1939).

20 ADH, 4M1819. Commissaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (12-IV-1939). Ces 120 enfants furent rapatriés en Espagne via Hendaye le 12 avril 1939.

21 ADH, 4M1819. M. Albert Isenberg, Consul de Belgique au préfet de l’Hérault (7-III-1939).

22 ADH, 4M1801. Sœur M. Chaplain, Supérieure Générale de la Compagnie des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul au préfet de l’Hérault (30-III-1939).

23 ADH, 4M1799. Situation des réfugiés de Lodève le 21-II-1939.

24 ADH, 4M1799. Docteur Maurice Bouchet au préfet de l’Hérault (16-II-1939).

25 ADH, 4M1795. Commissaire de Clermont-l’Hérault au préfet de l’Hérault (17-IV-1939). À cette date, le nombre des réfugiés était de 356 personnes réparties comme suit : 298 à l’Enclos Roanne, 10 à l’hôpital, 48 hébergés chez des particuliers.

26 ADH, 4M1801. Commissaire de police de Clermont-l’Hérault au préfet de l’Hérault (24-II ; 22-IV 1-V ; 8-V ; 27-VI et 3-VII-1939).

27 Témoignage de Pepita Carpena, Bulletin du CIRA, Marseille, 1er semestre 1986.

28 ADH, 4M1801. Maréchal des Logis Giron, commandant la brigade de Lodève au lieutenant commandant la section (30-VI-1939) ; Préfet de l’Hérault au général commandant la 16e Région (8-VII-1939) ; Préfet de l’Hérault au président du Secours populaire (M. Chauvet) (18-VII-1939).

29 ADH, 4M1801. Directeur du Camp de Ceilhes au préfet de l’Hérault (16-VIII-1939).

30 ADH, 2W602/1. Camp de Ceilhes-et-Rocozels (10-I-1940). Exemples : Francisco Montoro Solana, époux de María Solana Crevillon, était soldat au 11 RMVE au camp de Valbonne dans l’Ain. Le mari de Victoria García Camarero, Mariano de la Fuente, avait été envoyé dans la 17 CTE de Bonifaccio. Le mari de Genova González Huelva, Armando Sánchez Gasco, travaillait pour le compte de propriétaires viticoles à Saint-Gély-du-Fesc. Francisco Santisteban Ricol, époux de Palmira Blanco Noguere, était interné à Gurs dans les Basses-Pyrénées.

31 ADH, 4M1823. Réquisition par le préfet Antoine Monis de l’ancienne savonnerie Villodève (Route du Pont Juvénal) appartenant à M. Baudranol (13-II-1939).

32 ADH, 4M1799. Délégué-Sanitaire de la 1re Circonscription de Montpellier au préfet de l’Hérault (12-II-1939).

33 ADH, 4M1799. Délégué-Sanitaire de la 1re Circonscription de Montpellier au préfet de l’Hérault (12-II-1939).

34 Motte, 1986, p. 79.

35 Le Petit Méridional, 23-II-1939.

36 ADH, 4M1795. Préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur (27-II-1939).

37 ADH, 4M1799. Dossier sur la politique sanitaire et hospitalière dans l’Hérault.

38 ADH, 4M1799. Maladies ou blessures soignées à l’hôpital auxiliaire Maraussan depuis le 20-III-1939 jusqu’à mai 1939.

39 ADH, 4M1804. Docteur Laureano Lasa Oria, directeur général d’assistance sociale du Comité de secours aux Basques à Paris au préfet de l’Hérault (7-II-1939) ; Sous-préfet de Béziers au préfet de l’Hérault (10-V-1939) ; Liste de réfugiés basques hébergés au camp de Bram qui demandent à être autorisés à rejoindre le refuge basque de Pézenas (24-V-1939).

40 ADH, 4M1804. Docteur Laureano Lasa Oria, directeur général d’assistance sociale du Comité de secours aux Basques à Paris au préfet de l’Hérault (24-V-1939)

41 ADH, 4M1804. Juan de los Toyos au préfet de l’Hérault (24-II-1939).

42 ADH, 4M1804. « Lista de personas cuya autorización se ha solicitado de la prefectura de Montpellier para que vengan a albergarse en la residencia vasca de Pézenas » (22-VIII-1939).

43 ADH, 4M1804. Sous-préfet de Béziers au préfet de l’Hérault (22-VIII-1939).

44 ADH, 4M1804. Préfet de l’Hérault à l’administrateur du Camp des Lutins Cévenols (6-V-1939).

45 ADH, 4M1801. Préfet de l’Hérault à l’administrateur du Camp des Lutins Cévenols (6-V-1939).

46 ADH, 4M1801. Commissaire spécial de Montpellier au préfet de l’Hérault (25-IV-1939).

47 ADH, 4M1801. Ministre de la Santé publique (M. Marc Ruart) au préfet de l’Hérault (2-V-1939).

48 ADH, 4M1795. Circulaire du ministre de l’Intérieur au préfet de l’Hérault (5/05/39) : « En bref, l’ordre, la discipline dans les centres d’hébergement, la fermeté n’excluant nullement la bienveillance dans votre action quotidienne doivent, à mesure que le séjour des réfugiés se prolonge, être plus que jamais les caractéristiques de votre intervention et de celle de vos collaborateurs ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Parello, « Des camps de réfugiés espagnols de la guerre civile dans l’Hérault », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-1 | 2011, 233-249.

Référence électronique

Vincent Parello, « Des camps de réfugiés espagnols de la guerre civile dans l’Hérault », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-1 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/3943

Haut de page

Auteur

Vincent Parello

Université Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org