Navigation – Plan du site
Miscellanées

Inscriptions romaines de Belo, 1988-2008

Inscripciones romanas de Belo, 1988-2008
Roman inscriptions at Belo, 1988-2008
Patrick Le Roux
p. 163-174

Résumés

Présentation de huit nouveaux documents épigraphiques souvent très fragmentaires et révision de trois autres dont un, édité, apparu après 1988, conservés au musée de Bolonia et au musée de Cadix. L’étude des textes dans leur contexte archéologique, comparés en outre aux éléments disponibles auparavant, met en exergue certains traits de la société locale déjà observés et souligne la part prépondérante des épitaphes par rapport aux inscriptions honorifiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988. Je remercie l’université de Séville, P. Moret et D. Baloup q (...)

1L’édition de l’épigraphie romaine de la cité de Belo a vingt ans1. Les diverses opérations archéologiques conduites sur le site depuis lors ont apporté un petit lot de documents épigraphiques nouveaux. En majorité il s’agit de fragments conservés à Belo même ou au musée de Cadix. Une plaque (n° 1), complète, n’a pas pu être localisée (elle serait à Cadix) et n’est connue que par des photos, relativement lisibles. Ce bilan est aussi l’occasion de revenir sur quelques problèmes posés par les inscriptions incluses dans le recueil Belo V.

Inscriptions nouvelles

N° 1. — Épitaphe d’Apollonius

2Sur le site, dans le village même de Bolonia, à une date indéterminée, entre 1988 et 1991. Plaque de marbre blanc crème en assez bon état de conservation : 19 × 23,5 cm (d’après la photo).
Serait conservée au musée de Cadix.

  • 2 La traduction ne tient pas compte de la question du redoublement d’un S à la ligne 3 car, quelle qu (...)

APOLLONIVS
ANN(orum) XXX (triginta) H(ic) S(itus)
E(st) S(---) S(it) T(ibi) T(erra) L(evis) BE
NE MERENTI
Apollonius, âgé de trente ans, est enterré ici, que la terre te soit légère ; à celui qui l’a bien mérité2.

  • 3 Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 29, dont le redoublement du S est attribué à une erreur d (...)
  • 4 La deuxième personne ES est à écarter en raison de la ponctuation. Il est possible d’envisager auss (...)

3Le monument, sans décoration ni hederae, ne comporte pas la formule d’invocation aux dieux Mânes, ce qui est fréquent à Belo. La ponctuation, peu visible mais disposée avec régularité, est triangulaire. La mise en page manque de rigueur : à gauche, la disposition en sommaire de la première ligne peut résulter d’un parti pris. En revanche, l’absence d’alignement symétrique à droite, associée au rejet à la ligne suivante du e de h. s. e et à la coupure syllabique de l’adverbe be/ne, suggère un manque d’attention aux normes de l’ordinatio classique au profit du meilleur remplissage possible du champ disponible. L’écriture révèle la même difficulté à établir une régularité. Les A sont différents, celui de l’indication de l’âge n’ayant pas de barre horizontale. Le N d’Apollonius n’est pas exactement le même que les N d’annorum dont la haste oblique se courbe au-dessus de la haste verticale gauche, imitant l’écriture manuscrite, ce que font aussi le M de merenti et les T ondés de s. t. t. l. La taille des lettres varie à l’intérieur d’un même mot : Apollonius, s. t. t. l. par exemple. Le formulaire hse sttl, sans valeur chronologique, indique seulement qu’il y a eu enfouissement, qu’il s’agisse de crémation ou d’inhumation. On note toutefois que le lapicide a écrit hse ssttl que l’on enregistre aussi localement sur une autre épitaphe3. Peut-être convient-il de lui accorder un sens particulier, non attesté ailleurs sous cette forme, semble-t-il ? : s(alve) s(it) t(ibi) t(erra) l(evis)4. La plaque devait être encastrée dans un support indéterminé signalant la tombe. Il n’est pas aisé de fixer la datation. Le formulaire et l’écriture invitent à choisir le iie siècle ap. J.-C., sans doute dans la deuxième moitié.

  • 5 González, 1982, n° 456, pp. 239-240.
  • 6 AE, 1998, 1611.
  • 7 Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 24, p. 49.

4Apollonius, nom unique théophore, révèle ici un esclave, ce que suggère aussi l’absence de dédicant identifiable. Dans la province de Cadix, une enfant d’un an est recensée sous la forme Apolonia après avoir été ensevelie avec son frère Suavis, âgé de huit ans, ce qui conforte l’idée d’une onomastique servile5. En Bétique, on enregistre plusieurs exemples de ce nom unique attribué aussi comme cognomen. À Rome même, un Apollonius est sûrement esclave à en juger par son fils Castrensis et par sa fonction de vilicus des thermes de Néron. Coniux de Claudia Fortunata, laquelle porte le gentilice de Claude ou de Néron, il était sans doute esclave impérial6. La formule bene merens, jusqu’à présent mentionnée seulement une autre fois à Belo7, aussi présente sur l’inscription de Rome citée précédemment, reflète l’importance de la tombe pour les familles d’origine servile et pour les esclaves qui, par cette reconnaissance sociale, accèdent dans la mort à une dignité qui leur fut refusée de leur vivant. Le qualificatif se réfère en majorité à des personnages modestes mais ayant acquis par leur activité un certain statut. L’âge de trente ans au décès, peut-être arrondi, veut dire qu’Apollonius pouvait prétendre à un affranchissement légal et justifié que la mort est venue empêcher.

N° 2. — Fragment d’épitaphe (?)

5Sans numéro d’inventaire ni provenance indiquée. Bord droit d’une plaque de marbre blanc translucide, non polie au dos, retaillé sur les trois autres côtés : 14 × 15,5 × 3,9 cm ; la tranche lissée du bord mesure 2,7 cm.
Lettres : 5 à 4 cm.
Au musée de Bolonia.

G. AC̣  ou AQ̣[---]
M. F(ili-) V[---]
------

  • 8 C’est avec la promotion municipale claudienne que paraît se développer surtout la culture épigraphi (...)

6Par comparaison avec d’autres inscriptions, le nominatif est plus probable que le datif. Le prénom est Caius ou Gaius : il n’est pas possible de choisir. Le gentilice pourrait être Acilius, attesté dans la région et banal en Bétique, Acinius ou Agrius, moins répandus et absents de la province de Cadix, ou Aquilius que les statistiques et la distribution en Hispania ne conseillent pas, sachant que la cassure de la pierre crée peut-être l’illusion qu’il pourrait s’agir d’un Q. La gravure, très soignée, respecte le ductus des lettres avec pleins et déliés. La date ne peut pas tenir compte de l’absence très vraisemblable de la tribu, peu présente dans l’épigraphie de Belo quelle que soit l’époque. La mention de la filiation, qui révèle sans doute, malgré tout, un citoyen romain ingénu appelle aussi une date au cours du ier siècle ap. J.-C., sans doute dans la deuxième moitié8. Le cognomen, faute d’autre lettre détectable, évoque Vrbanus, Valens, Varus, Victor ou même Verus, la longueur du gentilice appelant plutôt un surnom assez court de cinq ou six lettres.

N° 3. — Fragment d’épitaphe

7Trouvé à l’est de la porte de Carteia lors des fouilles reprises en janvier 2000 par F. Alarcón dans le secteur correspondant aux premières sépultures de la nécropole est. Partie gauche, incomplète en bas, d’une plaque de marbre blanc : 7,8 × 10,1 × 0,9 cm.
Lettres : 0,8 à 10,1 cm.
Au musée de Bolonia, sans numéro ni étiquette.

VAL(eri-) MAX̣[?---]
D(is ?) MA[N--- ?]
------

8La lacune à droite est difficilement mesurable. Il semble y avoir des traces de lettres à hauteur de la cassure inférieure, ce qui inviterait à ajouter au moins une ligne supplémentaire, malgré un interligne très supérieur à celui qui existe entre la première et la deuxième ligne. La gravure en lettres de petites dimensions est profonde et irrégulière. L. 1 : il reste une trace de lettre à droite, peut-être un X en raison de la disposition de la gravure visible, mais il n’est pas possible d’exclure une autre solution. Maximus, Maurus ou Marinus sont des surnoms inventoriés dans la région. L. 2 : la lecture proposée semble logique et des traces du N semblent décelables, mais il n’est pas fréquent de trouver l’invocation aux dieux Mânes dans cette position et à Baelo on ne recense aucun autre cas jusqu’à aujourd’hui. En revanche, le gentilice Valerius y était déjà attesté trois fois. D’après les critères formels, la date paraît tardive et oriente au plus tôt vers le début du iiie siècle, mais on manque de documents assez nombreux autorisant une comparaison ou un rapprochement.

N° 4. — Fragment d’épitaphe

9Trouvé par un plongeur sur la plage de Bolonia, dans la partie immergée, à faible profondeur. Provient sans doute de la nécropole traversée par le petit cours d’eau qui se jette dans la mer. Fragment irrégulier de forme allongée, aux angles arrondis, poli et usé par la mer, portant au-dessus de la première ligne une cassure en creux : 10,3 × 4 × 2 cm.
Lettres : 3 à 2,5 cm.
Au musée de Bolonia.

------
[---]M[---]
[---]IVS ou NVS ? [---] ?
------

10Le support et la taille des lettres orientent vers une inscription funéraire. Le nominatif peut indiquer ou le dédicataire ou le dédicant. La gravure, très marquée, dénote l’imitation d’une écriture monumentale sans emprunt à la libraria. Par comparaison avec d’autres inscriptions du site, une date au cours du iie siècle est vraisemblable.

N° 5. — Fragment d’inscription post mortem

11Sur la terrasse, un mètre environ à l’ouest du temple A, à 40 cm au-dessous du niveau actuel, dans une couche d’abandon de la rue. Fragment de marbre blanc rosé allongé, polygonal, non poli sur la face postérieure, représentant la partie centrale inférieure d’une plaque qui fut scellée ou encastrée : 24 × 12 × 4,5 cm.
Lettres : 6 cm environ.
L. 2 : hedera entre R et le chiffre.
Au musée de Bolonia.

------
[---]M[---]
[---]R III[---]
[--- ? T]ESTAṂ[ENTO ?]
------

  • 9 Voir, par exemple, Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 17 et p. 124 qui concerne un flamine a (...)

12La gravure en biseau évasé reproduit les pleins et les déliés de l’écriture en lettres majuscules. Le R comporte une barre horizontale bien dessinée, destinée à fermer le P auquel est accolé un jambage oblique souple, suivant un modèle présent à Belo en même temps que celui du R étroit dont le trait oblique prend directement sur l’extrémité pincée de la boucle du P. La ponctuation après le R est une hedera dont la feuille est ornée d’une nervure centrale. La présence de testamento ne prouve pas qu’il s’agisse d’une simple épitaphe9. La taille des lettres convient à un texte honorifique post mortem indiquant une donation ou une décision concernant la communauté par testament ou en vertu d’un testament. L’impression en est renforcée par la disposition des hastes mentionnant un chiffre : il s’agit presque certainement d’un IIIIII dont les quatre hastes du milieu, plus petites, sont surmontées d’une barre horizontale, ce qui est fréquent lors de la mention d’un sévir augustal ou d’un sévirat.

13Il est invraisemblable qu’il puisse s’agir, dans un modeste municipe tel que Belo, du chiffre de l’itération répétée d’un duumvirat dont le minimum serait quatre et le maximum six. Le R appartiendrait alors à la parenté du dédicant avec le personnage honoré : [pate]r III[III Aug. ex ? t]estam[ento pon. cur. ?]. La formule [ob hono]r. III[III vir(atus)], possible, ne paraît pas s’accorder avec testamento ici.

14L’écriture, les hederae et la gravure, par comparaison, orientent vers les plaques fragmentaires Belo V, 17 ou 45, et suggèrent la période 70-100 ap. J.-C.

N° 6. — Fragment indéterminé

15En 2000, dans l’îlot d’habitat à l’est des thermes. Fragment irrégulier, brisé de tous côtés, d’une plaque de marbre blanc veiné de rose : 10 × 6,5 × 1,2 cm.
Lettres : 5,7 cm (pour le O seul mesurable).
Lignes de guidage entre la deuxième et la troisième ligne : 0,8 cm d’intervalle.
Au musée de Bolonia.

------
[---]+[---]
[---]+ OP̣[---]
[---]+[---]
------

16Un biseau légèrement oblique précède sur le bord gauche la ponctuation avant OP. La gravure en biseau plus ou moins large semble reproduire pleins et déliés. OP ou le début d’optimus ou optima ou le début d’un nom ou surnom. L’écriture indique le iie siècle à en juger par le O allongé et non soigneusement arrondi.

N° 7. — Fragment indéterminé

17Sans provenance précise. Bord supérieur, incomplet de tous côtés, d’une plaque de marbre blanc : 14,6 × 11 × 2 cm.
Lettres : 12 cm au moins.
Une trace de ligne de guidage est décelable sous l’intervalle entre les deux lettres visibles.
Au musée de Bolonia.

[---]ỌV[---] ou [---]Q̣ V[---]
[---]+[---]
------

  • 10  On notera que la fontaine monumentale a déjà livré au temps des fouilles de Pierre Paris des fragm (...)

18La haste oblique, seule conservée mais incomplète, est en biseau évasé, au sillon de gravure nettement marqué, et dénote un grand soin de la part du lapicide. L’arrondi de la première lettre ne préserve que la moitié du biseau. Sous la ligne de guidage semble exister la trace d’une lettre légèrement oblique, sans certitude. Le jambage oblique correspondant à un trait plein convient bien à un V et il est trop penché en même temps que trop large pour faire préférer un M et choisir non plus le début mais la fin du texte, sachant que le caractère très monumental de la taille des lettres va aussi dans le sens d’un bord supérieur de plaque commémorative. Il est possible que O et V accolés à cette place (une première ligne) et avec des lettres de très grandes dimensions appartiennent à IOVI. La deuxième hypothèse de lecture serait en relation avec l’eau : A]QV[A---, sans garantie aucune10, d’autant que la provenance du fragment n’est pas précisée. Il paraît toutefois que la relation avec les édifices publics du centre monumental est à retenir et que la date est à placer entre 50 et 100 ap. J.-C.

N° 8. — Fragment indéterminé

19Sans provenance autre que Belo. Fragment retaillé de plaque de marbre blanc grossièrement quadrangulaire dont le dos est lisse : 6,8 × 8,5 × 1,4 cm.
Lettres conservées : 2,5 à 5 cm.
Au musée de Cadix, inv. n° 574.

------
[---]IT Ạ ou Ṇ [---]
------

  • 11 Par exemple : SITA ou Vitalis, Avita.
  • 12 Voir cependant Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 24.

20L’absence de ponctuation entre IT et A ou N, malgré l’impression d’un espacement un peu plus grand, ne permet aucune identification de mot ou de nom comportant l’élément ITA11. Des traces de gravure sur l’arête supérieure montrent qu’il y avait au moins une ligne au-dessus. Le caractère funéraire est probable mais n’offre aucun secours, sauf à restituer une formule assez rare à Belo : [vix]it a[n---]12.

Inscriptions révisées

N° 9. — Fragment d’inscription funéraire

  • 13 Voir la fiche du musée, inv. n° 5841 et López de la Orden et Ruiz Castellanos, 1995, n° 21, p. 32.

21Provient d’une tombe à incinération d’une des nécropoles, sans autre indication13. Fragment irrégulier de marbre blanc à grain fin, brisé de tous côtés, présentant à gauche une marge sous forme de sillon vertical : 9,2 × 8,5 × 1 cm.
Lettres : 2,1 à 1 cm.
Lignes de guidage : 4 cm d’intervalle. Hedera isolée au-dessus de la ligne conservée : 2,5 cm.
Au musée de Cadix.

------
(hedera) [---]
SIT [---]

22L’hedera, maladroitement retouchée à droite, précédait peut-être la formule hic sit- est ? La ligne commençant par sit serait alors la dernière et portait le souhait banal sit tibi terra levis. La gravure s’apparente à l’écriture manuscrite classique. En l’absence de document semblable, il est difficile de proposer une datation précise et il faut se contenter d’une période large au cours du iie ou au début du iiie siècle.

N° 10. — = Belo V, n° 89. Fragment indéterminé

  • 14 D’après la suggestion de A. Caballos Rufino que je remercie vivement. L’hypothèse méritait d’être e (...)
  • 15 La forme anguleuse de la lettre identifiée comme D n’offre pas de parallèle à Belo. On ne comprend (...)

23La lecture de l’inscription devrait, peut-être, être inversée et le bord droit devenir le bord gauche14. La logique suivie en 1988 supposait une ligature ID, peu convaincante avec le recul et la révision du fragment, et un datif en [---]IDI que paraissait corroborer l’espace disponible, plus vraisemblable a priori dans la partie supérieure que dans la partie inférieure15. Il apparaît que la ligature n’est pas une solution acceptable car le I supposé dont il ne serait resté que le biseau droit sur le bord de la cassure n’est pas clairement relié au D hypothétique, lui-même très anguleux et étroit, s’il s’agissait de cette lettre. L’observation du fragment suggère de lire un R dont il ne reste que la partie inférieure, le jambage oblique, conforme à un ductus attesté à Belo même, étant presque collé à la haste verticale comme il est fréquent dans les R classiques.

24Nouvelle lecture :

Ṛ[E ou I ---]
------

25Il est impossible de dire qu’il y avait une ou plusieurs lignes au-dessus. La lettre qui suit commence par une haste verticale ce qui, après un R, limite le choix.

N° 11. — = Belo V, n° 14. L’inscription honorifique de Q. Pupius Vrbicus

26Désormais exposé dans une salle du musée de Cadix. Le support est moins bien proportionné et réalisé que l’inscription. La facture locale du travail de sculpture de l’autel-piédestal paraît suggérer que la statue et le texte primaient sur le support confectionné avant même d’être choisi et surtout détourné de son usage funéraire pour celui de base honorifique. Le texte original, composé avec soin, ne propose qu’imparfaitement, toutefois, un effet de symétrie horizontale pas plus d’ailleurs que verticale :

Q. PVPIO VRBICO
IIVIR(o) M(unicipii) C(laudii) B(aelonensium)
EX DEC(reto) ORDINIS
Q. PVPIVS GENETIVS
PATER ET
IVNIA ELEVTHERA
MATER
PIISSIMO FILIO
POSVERVNT

  • 16 Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 14, pp. 37-38.
  • 17 Déjà Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, p. 38. Di Stefano Manzella, 1987, p. 132 où il est préc (...)

27Conçu pour être placé vraisemblablement dans le portique non loin de la curie, l’autel honorifique est d’origine privée puisque ce sont les parents qui l’ont financé, l’ordre des décurions ayant seulement autorisé son élévation et son exposition dans un espace public qui était probablement déterminé par le décret malgré l’absence d’une formule concernant le locus. Une intervention postérieure au début de la deuxième ligne a donné lieu à l’adjonction de trois lettres, grossièrement dessinées, le G et la troisième lettre, séparée il est vrai de ce qui suit par une ponctuation, ayant été retouchés maladroitement, lues jusqu’à présent GAL et identifiées comme l’abréviation de la tribu Galeria16. L’hypothèse a paru s’imposer à cause du choix de l’espace pour cet ajout. L’écriture utilisée n’est pas datable en dehors du terminus post quem, à savoir l’inauguration du monument. On ne s’est pas interrogé sur le pourquoi d’une telle intervention ni sur les circonstances. Il ne peut pas s’agir de la réparation immédiate d’un oubli qui eût été effectuée avec plus de soin et dans le respect de la gravure utilisée17, ne serait-ce que sous l’influence de la personne qui aurait pris la décision : la famille ou le magistrat en exercice. À Baelo, tout le monde savait quelle était la tribu du duumvir et son absence, volontaire à en juger par l’ordinatio, reflétait la perte d’importance de cette mention. La remarque inviterait d’ailleurs à retarder la datation et à choisir au plus tôt le milieu du iie siècle de notre ère. Il est donc vraisemblable que l’ajout ait été porté de manière non officielle par quelqu’un qui jugea que c’était possible au vu de l’état et de l’ancienneté du monument, soit au mieux dans le courant du iiie siècle, à une époque où la tribu avait perdu encore un peu plus de sa signification. La gravure reflète la hâte et un manque de soin, en contraste complet avec l’écriture du texte originel.

  • 18 Il est fréquent que le L et le I, en écriture autre que monumentale, soient confondus et ne se déte (...)
  • 19 Di Stefano Manzella, 1987, p. 144, qui parle essentiellement des graffitis cependant.
  • 20 Voir la formule célèbre : Vbi tu Gaius, ego Gaia (P. Festus, 95 ; Cic., Mur., 27 ; Quint., 1, 7, 28 (...)
  • 21 Voir Oxford Latin Dictionary, s. v., p. 752 et Martial, Epigr., V, 14, 5 : post Gaium Luciumque con (...)

28Doit-on privilégier, dans ces conditions, la tribu là où on lirait GAI plutôt que GAL18 ? Un autre raisonnement s’impose si on adopte la lecture Gai, génitif ou vocatif de Gaius. Une hypothèse envisageable serait que Gai soit un génitif de propriété comme on en rencontre ailleurs fréquemment19. La banalité du nom, unique, et l’emplacement n’incitent pas à retenir cette solution. Un vocatif serait peut-être préférable et l’emplacement choisi soulignerait que l’apostrophe s’applique au personnage honoré et à sa statue en manière de dérision ou de moquerie puisque son prénom est Quintus au même titre que celui de son père. On sait que Gaius était l’appellation utilisée traditionnellement pour désigner le fiancé20. Il s’agit surtout d’une façon de dire pour désigner « Monsieur Tout-le-Monde21 ». Invoquer de manière convenue et quasi anonyme un honorable magistrat statufié ne manquait pas d’humour ni de distance envers la prétendue supériorité des notables. Le contexte de la plaisanterie ou de l’irrespect semble mieux convenir que la mention incertaine d’une tribu dont la revendication demeurerait peu compréhensible à une date tardive. L’ajout reflète ainsi une perte de sens et suggère un monument qui ne remplissait plus sa fonction et n’était pas même regardé comme un témoin d’un passé heureux.

  • 22 Pour un état de la question et son évolution depuis une quarantaine d’années, entre autres : Wiegel (...)

29L’interprétation proposée il y a plus de trente-cinq ans est exemplaire et ouvre sur des réflexions essentielles concernant les progrès de la recherche. Un débat érudit opposait alors les tenants de la tribu Quirina flavienne et ceux qui pensaient que son expansion pouvait être attribuée à la politique de Claude dans un contexte où les données matérielles de l’épigraphie commençaient à peine à être prises en compte22. L’inscription dans les tribus Galeria ou Quirina, caractéristiques des communautés hispaniques de l’époque impériale, associée, malgré G.Forni, à une cité et non à des individus, départageait, globalement, les cités julio-claudiennes et les promotions flaviennes. L’évolution des recherches sur les tribus et les développements de la discipline épigraphique, attentive aux contextes et à l’environnement archéologique, expliquent que l’on puisse aujourd’hui regarder différemment un fait épigraphique moins dépendant de l’histoire générale et plus proche de ce qui reflète les réalités quotidiennes d’un municipe antique. Une tribu et sa mention révèlent un citoyen romain et la date éventuelle de l’obtention familiale de la citoyenneté. Une même cité pouvait comporter des citoyens inscrits dans des tribus variées (il y en a onze différentes attestées à Carthagène) et la revendication de l’appartenance à une tribu dépendait et des habitudes ou pratiques épigraphiques locales et de la chronologie. L’effacement de la référence à une tribu accompagna la perte du prestige des prérogatives qui y étaient attachées, à partir du moment où la plèbe urbaine (celle de Rome) incarna seule l’ensemble du corps civique à l’occasion des consultations électorales.

  • 23 Les fragments sans lettres identifiables ou limités à la haste ou au jambage d’une lettre de bronze (...)
  • 24 Le schéma proposé par Sillières, 1995, pp. 28-30 en particulier, implique quelques réserves qu’il f (...)

30L’inventaire de quelques documents édités pour la première fois ou réexaminés sur des points précis appelle quelques observations de portée plus générale23. Baelo n’est assurément pas le site de Bétique le plus favorisé par les découvertes épigraphiques. Ses inscriptions, fragmentaires le plus souvent, offrent cependant l’avantage d’avoir été en grande majorité mises au jour lors de fouilles et de pouvoir être reliées aux espaces urbains désormais mieux étudiés et mieux connus d’un petit municipe provincial. Aucun indice n’est à négliger et certains détails sont porteurs d’informations inédites ou inattendues toujours fécondes, telle la variante de la formule funéraire banale hse sttl. Le municipe de Baelo Claudia atteste, une fois encore, que le croisement des sources est une nécessité et que le site le plus modeste a toujours quelque chose à dire sur l’histoire des époques qu’il a pu traverser. La formulation d’une nouvelle hypothèse et d’une nouvelle datation concernant le piédestal de Q. Pupius Vrbicus aurait pu donner lieu à des rapprochements avec certains des nouveaux documents mettant en évidence, encore une fois, l’importance épigraphique et donc sociale des milieux d’origine servile dans une cité portuaire qui vivait toutefois aussi de la terre et de son exploitation, base de la hiérarchisation sociale. La question de la tribu aurait pu donner lieu à une révision de l’évolution juridique et politique du statut de la petite ville municipale24, nécessaire mais excédant le cadre d’une publication partielle de nouveaux documents.

Haut de page

Bibliographie

Abréviation
AE : L’Année épigraphique(1888-…).

Alföldy, Géza (1987), Römisches Städtewesen auf der neukastilischen Hochebene. Ein Testfall für die Romanisierung, Vorgetragen am 25. Oktober 1986, Heidelberg.

Andreu Pintado, Javier (2004), Edictum, Municipium y Lex : Hispania en época Flavia (69-96 d.C.), Oxford.

Bonneville, Jean-Noël, Dardaine, Sylvie et Le Roux, Patrick (1988), Belo V. L’épigraphie. Les inscriptions romaines de Baelo Claudia, Madrid.

Di Stefano Manzella, Ivan (1987), Mestiere di Epigrafista. Guida alla schedatura del materiale epigrafico lapideo, Rome.

González, Julián (1982), Inscripciones romanas de la provincia de Cádiz, Cadix.

Le Roux, Patrick (2008), « Dans les centres monumentaux des cités de la péninsule Ibérique au Haut-Empire : à propos de statues », dans Clara Berrendoner, Mireille Cébeillac-Gervasoni et Laurent Lamoine (dir.), Le quotidien institutionnel des cités (Clermont-Ferrand, 19-21 octobre 2007), Clermont-Ferrand, pp. 569-594.

López de la Orden, María Dolores et Ruiz Castellanos, Antonio (1995), Inscripciones latinas inéditas del Museo de Cádiz, Cadix.

Oxford Latin Dictionary, Oxford, 1997.

Sillières, Pierre (1995), Baelo Claudia. Une cité romaine de Bétique, Madrid.

Wiegels, Rainer (1985), Die Tribusinschriften des römischen Hispanien. Ein Katalog, Berlin.

Haut de page

Notes

1 Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988. Je remercie l’université de Séville, P. Moret et D. Baloup qui ont permis la réalisation de ce voyage d’étude en Andalousie. Ma gratitude va aussi au directeur du musée de Cadix, J. Alonso de la Sierra, et à M. D. López de la Orden ainsi qu’au directeur du musée de Bolonia, Ángel Muñoz Vicente, et à Ivan García Jiménez, pour leur disponibilité et les facilités qu’ils m’ont offertes. Je n’oublierai pas A. Caballos Rufino qui, malgré un emploi du temps chargé, m’a accompagné, me témoignant son amitié, et m’a fait partager sa connaissance de l’épigraphie locale. Il a généreusement mis à ma disposition une série variée de photos numérisées, des documents dont l’excellente qualité a parfois rendu les choix pour une publication difficiles.

2 La traduction ne tient pas compte de la question du redoublement d’un S à la ligne 3 car, quelle que soit l’interprétation retenue, le sens n’est pas modifié.

3 Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 29, dont le redoublement du S est attribué à une erreur du lapicide en raison de la forme VBALERIVS du gentilice du défunt.

4 La deuxième personne ES est à écarter en raison de la ponctuation. Il est possible d’envisager aussi sit semper ou semper sit tibi terra levis mais il n’y a pas d’exemple proche ; sit sepulchri terra tibi levis est également plausible mais non assuré et compliqué. Une erreur pour une hedera n’est pas totalement à exclure. Salve appartient à un schéma connu d’adresse au défunt (voir l’exclamation répandue Have, utilisée surtout en Italie et attestée dans la péninsule).

5 González, 1982, n° 456, pp. 239-240.

6 AE, 1998, 1611.

7 Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 24, p. 49.

8 C’est avec la promotion municipale claudienne que paraît se développer surtout la culture épigraphique à Belo.

9 Voir, par exemple, Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 17 et p. 124 qui concerne un flamine augustal.

10  On notera que la fontaine monumentale a déjà livré au temps des fouilles de Pierre Paris des fragments semblables dont les lettres étaient de taille voisine mais dont il n’y a pas de photographie conservée : Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 50. Voir également le n° 65 de la même publication dont la lettre conservée est de même format ou presque.

11 Par exemple : SITA ou Vitalis, Avita.

12 Voir cependant Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 24.

13 Voir la fiche du musée, inv. n° 5841 et López de la Orden et Ruiz Castellanos, 1995, n° 21, p. 32.

14 D’après la suggestion de A. Caballos Rufino que je remercie vivement. L’hypothèse méritait d’être envisagée mais doit rester une hypothèse, aucune lecture ne satisfaisant pleinement.

15 La forme anguleuse de la lettre identifiée comme D n’offre pas de parallèle à Belo. On ne comprend pas non plus la nécessité d’une ligature, ni le I très rapproché du D malgré l’espace disponible. La mise en page convient mieux à l’œil s’il s’agit du bord gauche et non du droit. La taille en biseau, trompeuse, semble due, après examen minutieux, à une intervention postérieure.

16 Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 14, pp. 37-38.

17 Déjà Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, p. 38. Di Stefano Manzella, 1987, p. 132 où il est précisé que les ajouts volontaires pour cause d’oubli sont normalement en harmonie avec l’inscription déjà gravée.

18 Il est fréquent que le L et le I, en écriture autre que monumentale, soient confondus et ne se détectent que grâce à l’identification du mot lorsqu’il est familier ou sans ambiguïté, ce qui n’est pas toujours le cas : ici le contexte permet de choisir GAI, lecture qui prise isolément vient immédiatement à l’esprit, au lieu de GAL, d’ailleurs raturé à la base du L retenu auparavant.

19 Di Stefano Manzella, 1987, p. 144, qui parle essentiellement des graffitis cependant.

20 Voir la formule célèbre : Vbi tu Gaius, ego Gaia (P. Festus, 95 ; Cic., Mur., 27 ; Quint., 1, 7, 28).

21 Voir Oxford Latin Dictionary, s. v., p. 752 et Martial, Epigr., V, 14, 5 : post Gaium Luciumque consedit. On verra aussi l’inscription Bonneville, Dardaine et Le Roux, 1988, n° 109, p. 97, pour l’utilisation de Gaius avec le même sens dans un contexte érotique. On ajoutera encore que le C ou G inversé pour l’affranchi d’une femme doit être interprété en G(aiae) libertus ou liberta.

22 Pour un état de la question et son évolution depuis une quarantaine d’années, entre autres : Wiegels, 1985, pp. 7-8 et 20-22 ; Alföldy, 1987, pp. 104-106 ; Andreu Pintado, 2004, p. 128.

23 Les fragments sans lettres identifiables ou limités à la haste ou au jambage d’une lettre de bronze n’ont pas été pris en compte, mais ils devraient être intégrés dans une réédition, souhaitée, de l’épigraphie du site.

24 Le schéma proposé par Sillières, 1995, pp. 28-30 en particulier, implique quelques réserves qu’il faudrait lever : voir Le Roux, 2008, Appendice, pp. 565-567.

Haut de page

Table des illustrations

Légende APOLLONIVSANN(orum) XXX (triginta) H(ic) S(itus)E(st) S(---) S(it) T(ibi) T(erra) L(evis) BENE MERENTIApollonius, âgé de trente ans, est enterré ici, que la terre te soit légère ; à celui qui l’a bien mérité2.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende G. AC̣  ou AQ̣[---]M. F(ili-) V[---]------
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende VAL(eri-) MAX̣[?---]D(is ?) MA[N--- ?]------
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende ------[---]M[---][---]IVS ou NVS ? [---] ?------
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende ------[---]M[---][---]R III[---][--- ? T]ESTAṂ[ENTO ?]------
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende ------[---]+[---][---]+ OP̣[---][---]+[---]------
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende [---]ỌV[---] ou [---]Q̣ V[---][---]+[---]------
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende ------[---]IT Ạ ou Ṇ [---]------
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende ------ (hedera) [---]SIT [---]
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Ṛ[E ou I ---]------
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Q. PVPIO VRBICOIIVIR(o) M(unicipii) C(laudii) B(aelonensium)EX DEC(reto) ORDINISQ. PVPIVS GENETIVSPATER ETIVNIA ELEVTHERAMATERPIISSIMO FILIOPOSVERVNT
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/397/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Le Roux, « Inscriptions romaines de Belo, 1988-2008 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 163-174.

Référence électronique

Patrick Le Roux, « Inscriptions romaines de Belo, 1988-2008 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/397

Haut de page

Auteur

Patrick Le Roux

Université Paris-XIII

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org