Navigation – Plan du site
Dossier. Le droit hispanique latin du vie au xiie siècle

Le Liber Iudiciorum et ses différentes versions

The Liber Iudiciorum and its various versions
El Liber Iudiciorum y sus diferentes versiones
Céline Martin
p. 17-34

Résumés

Le caractère anonyme des très nombreuses lois antiquae du Liber est sans doute le résultat d’une damnatio memoriae des rois ariens par les compilateurs. La première promulgation du Liber, en 654, a lieu dans un contexte d’opposition de Recceswinth à son père qui vient de mourir. Or, le code est rétroactif et autorise l’annulation d’actes datant de Chindaswinth, ce qui équivaut à une rescissio actorum qui découlerait également d’une damnatio memoriae. Au-delà de sa finalité pratique, le Liber a donc une portée idéologique, puisqu’il définit bons et mauvais rois. Bien que Recceswinth ait voulu en faire l’unique source de droit produit par les tribunaux, le Liber n’est ni exhaustif ni totalement harmonisé, car beaucoup de lois sont visiblement édictées de manière casuistique. Le manque d’attention aux lacunes du Liber a fait conclure erronément à l’abrogation de la loi militaire de Wamba (LV IX, 2, 8) par Ervige, alors que leurs deux lois reprises au code étaient valides simultanément.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

La composition du code et son utilisation politique par Recceswinth
Une source cohérente pour les historiens ?
Un cas d’illusion collective : les lois militaires

Aperçu du début du texte

Dans le royaume goth occidental, plusieurs codes de lois ont précédé le Liber Iudiciorum : le Code d’Euric, le Bréviaire d’Alaric et le Code de Léovigild. Le roi de Toulouse Euric promulgua un premier code (CE) autour de 480. Sa conservation très lacunaire n’a pas permis de sauver son préambule, et il est impossible de savoir à quelles populations il était destiné ; on peut néanmoins remarquer que son contenu relève pour l’essentiel du droit romain, et qu’il dérive directement de la pratique judiciaire et non d’une volonté systématique de légiférer. Il se réfère en outre à un autre corps de droit, qui peut correspondre à la loi romaine ou à la coutume. Alaric II, le fils d’Euric, promulgua le Bréviaire (BA) en 506 ou peut-être en 507 ; mais cette nouvelle somme ne dérogeait pas la précédente, car l’unique manuscrit qui nous a transmis le Code d’Euric atteste qu’il était encore en vigueur au vie siècle. Deux droits ont donc coexisté dans le royaume wisigothique dès la fin du ve siècl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Martin, « Le Liber Iudiciorum et ses différentes versions », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 17-34.

Référence électronique

Céline Martin, « Le Liber Iudiciorum et ses différentes versions », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 16 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/3980

Haut de page

Auteur

Céline Martin

Université de Bordeaux III

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org