Navigation – Plan du site
Dossier. Le droit hispanique latin du vie au xiie siècle

La transcription du droit de la famille et de la propriété, du droit romain à la loi wisigothique

La trascripción del derecho de la familia de la propiedad, del derecho romano a la ley visigoda
The transcription of family and property law from Roman Law to Visigothic Law
Sylvie Joye
p. 35-53

Résumés

La proximité des textes juridiques produits dans l’espace visigothique avec le droit romain n’en fait pas des oeuvres foncièrement différentes de celles des autres royaumes barbares. Même si l’on peut constater une grande continuité apparente, les éléments de droit romain repris dans le Bréviaire d’Alaric comme dans le Liber Judiciorum sont en effet profondément modifiés. L’étude du traitement du rapt à visée matrimoniale sert ici de marqueur pour déceler et expliquer évolutions et permanences. La spécificité de ces deux sources juridiques réside essentiellement dans l’habileté rédactionnelle et compilatoire dont ont fait preuve leurs auteurs. Ces derniers reprennent les textes tardo antiques tout en les juxtaposant et en les modifiant de façon à ménager des solutions qui prennent en compte les normes contemporaines de comportement social et familial tout en portant un message fort sur le rôle du souverain. Tous les remaniements attestent en effet les changements sociaux et les modifications liées à la possession des terres et à la volonté de hiérarchisation sociale, qui vont de pair avec l’affirmation croissante du rôle du souverain législateur.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Reprise de qualifications et de décisions du droit romain dans un cadre social et politique original
Les dissonances entre les différentes normes et leur traduction dans la rédaction des textes normatifs wisigothiques
La rédaction de la loi et la présentation du rôle des souverains wisigoths
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dès le xviiie siècle, les historiens français voient dans les mœurs et la culture « germaines » des éléments profondément différents de tout ce qu’est la civilisation romaine, identifiée avant tout justement comme une civilisation de la loi. Cette interprétation reconnaît des valeurs propres à la société des conquérants, valeurs qui sont antinomiques avec celles de la société romaine, exprimées dans leur droit. Certains auteurs vont plus loin en faisant du monde franc un monde dont la loi est profondément étrangère. Un peuple fait exception, parce que sa loi est jugée plus « romaine » que les autres : les Wisigoths. C’est pourquoi Huguenin Jeune dépeint en 1834 Brunehaut comme une Romaine perdue au milieu des barbares : il oppose ainsi la civilisation romano-wisigothique à la barbarie franque. Pour lui, la civilisation, c’est la loi : « la fille d’Athanagild ne connaissait que la loi et ne souffrait rien qui pût soustraire à la loi », alors que les Francs ne connaissent que la force...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Joye, « La transcription du droit de la famille et de la propriété, du droit romain à la loi wisigothique », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 35-53.

Référence électronique

Sylvie Joye, « La transcription du droit de la famille et de la propriété, du droit romain à la loi wisigothique », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/3993

Haut de page

Auteur

Sylvie Joye

Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHIC (EA 2616)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org