Navigation – Plan du site
Miscellanées

Giorgio Vasari, Francisco Pacheco et le Jugement dernier

Giorgio Vasari, Francisco Pacheco y el Juicio Final
Giorgio Vasari, Francisco Pacheco and the Last Judgement
Anne-Sophie Molinié
p. 165-184

Résumés

À partir d’un angle de vue précis, le thème du Jugement dernier, cet article envisage l’importance que les écrits de Giorgio Vasari ont pu avoir pour le théoricien espagnol Francisco Pacheco. Pour des raisons différentes, ces deux auteurs ont consacré de longues pages à ce sujet et tous deux l’ont illustré par une peinture : celle de Vasari, commande pontificale, se trouve toujours in situ à Bosco Marengo, dans le Piémont ; celle de Pacheco fut peinte pour le couvent Santa Isabel de Séville. J’ai rassemblé un certain nombre de textes et de planches gravées qui circulaient en Espagne entre la fin du xvie siècle et le début du xviie afin d’apprécier la diffusion des modèles iconographiques italiens ou au contraire nordiques, puis d’analyser le point de vue retenu par Pacheco et sa propre interprétation du sujet, comme théoricien et censeur de l’Inquisition. Il s’agit enfin d’évaluer la portée des textes de Giorgio Vasari dans la réflexion de Francisco Pacheco et, plus largement, la réception des écrits et des positions du biographe toscan dans la péninsule Ibérique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Le thème du Jugement dernier dans l’œuvre de Vasari : théorie et pratique
La réception des textes de Vasari en Espagne à partir de l’exemple de Francisco Pacheco
Écho des traditions italiennes dans la théorie de l’art espagnole : le Jugement dernier d’après Francisco Pacheco

Aperçu du début du texte

Y así el año de 1614 yo acabé un lienzo grande de la historia del Juicio universal en precio de setecientos ducados, para el convento de Santa Isabel desta ciudad, donde está, con descrebir el pensamiento que seguí en su disposición y en lo que me aparté del común de otros pintores, trayendo el exemplo del más aventajado Juicio que se ha pintado jamás (que es el de Micael Angel), descubriendo la razón que tuve para historiar así, sacaremos de todo apurado el fin deste punto.

À la fin du xvie siècle, parmi d’autres sujets religieux désormais plus volontiers soumis à la contemplation des fidèles et à leur méditation sur les fins dernières, le Jugement dernier retient encore l’attention des théologiens, relayée par le travail des peintres.

Nous nous proposons dans les pages qui suivent de rapprocher, à travers l’exemple précis de ce thème du Jugement dernier, deux auteurs de premier rang dans l’histoire de l’art, davantage connus comme théoriciens que comme peintres, Giorgio Vasari et Fr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Molinié, « Giorgio Vasari, Francisco Pacheco et le Jugement dernier », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 165-184.

Référence électronique

Anne-Sophie Molinié, « Giorgio Vasari, Francisco Pacheco et le Jugement dernier », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4088

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Molinié

Université Paris Sorbonne - Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org