Navigation – Plan du site
Miscellanées

Misère et grandeur d’un métier. Les crieurs de journaux dans l’Espagne contemporaine

Miseria y grandeza de una profesión. Los voceadores de diarios en la España contemporánea
Misery and grandeur of an occupation. Newspaper hawkers in contemporary Spain
Víctor Rodríguez Infiesta
p. 205-221

Résumés

Historiquement, les vendeurs de journaux ont joué un rôle significatif dans le développement de la presse, exerçant pourtant un travail pénible, peu rétribué et très mal considéré socialement. Dans un pays comme l’Espagne, au malheur inhérent à ce métier s’est jointe pendant bien longtemps l’aversion de l’Église catholique qui considérait le crieur et la presse à grand tirage comme l’ennemi à battre. Les autorités gouvernementales, de leur côté, craignaient les conséquences d’un acte apparemment aussi insignifiant que celui de crier un journal, conscientes que cette activité pouvait mener tout droit à l’expression de la dissidence ou à l’altération de l’ordre public.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

L’incertaine rémunération d’un travail épuisant
Un métier pour marginaux
Et pourtant, un métier redouté
La rue, un nouveau champ de bataille autour de la presse

Aperçu du début du texte

Pendant une grande partie du xixe siècle, l’abonnement fut le principal moyen de vente des journaux, ce qui imposa bien des limites en raison de la quantité initiale à débourser pour devenir abonné. Ce n’est qu’au cours de la seconde moitié du siècle que la commercialisation dans les rues se généralisa, suivant l’exemple de quelques journaux particulièrement innovateurs qui tentaient de séduire un nouveau lecteur plus populaire cette fois. Ainsi, dans des pays comme la France ou l’Espagne, les journaux destinés à un public plutôt élitiste et conservateur cherchèrent à maintenir le recours à l’abonnement non sans une certaine fierté de classe. Las Novedades (1859-1872) et, dans une plus grande mesure, La Correspondencia de España (1859-1925) jouèrent dans ce dernier pays un rôle notable quant à l’organisation systématique de la vente au numéro. À Madrid, La Correspondencia commença à se distinguer des autres journaux en se vendant principalement dans la rue, procédé qui l’amena à org...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Víctor Rodríguez Infiesta, « Misère et grandeur d’un métier. Les crieurs de journaux dans l’Espagne contemporaine », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 205-221.

Référence électronique

Víctor Rodríguez Infiesta, « Misère et grandeur d’un métier. Les crieurs de journaux dans l’Espagne contemporaine », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4116

Haut de page

Auteur

Víctor Rodríguez Infiesta

Universidad de Oviedo

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org