Navigation – Plan du site
Miscellanées

Misère et grandeur d’un métier. Les crieurs de journaux dans l’Espagne contemporaine

Miseria y grandeza de una profesión. Los voceadores de diarios en la España contemporánea
Misery and grandeur of an occupation. Newspaper hawkers in contemporary Spain
Víctor Rodríguez Infiesta
p. 205-221

Résumés

Historiquement, les vendeurs de journaux ont joué un rôle significatif dans le développement de la presse, exerçant pourtant un travail pénible, peu rétribué et très mal considéré socialement. Dans un pays comme l’Espagne, au malheur inhérent à ce métier s’est jointe pendant bien longtemps l’aversion de l’Église catholique qui considérait le crieur et la presse à grand tirage comme l’ennemi à battre. Les autorités gouvernementales, de leur côté, craignaient les conséquences d’un acte apparemment aussi insignifiant que celui de crier un journal, conscientes que cette activité pouvait mener tout droit à l’expression de la dissidence ou à l’altération de l’ordre public.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 février 2014.

  • 1 Merci pour leur aide amicale à Denis Rodrigues et Jean-François Botrel (Université Rennes 2), Jorge (...)
  • 2 Pizarroso Quintero, 1992, pp. 21-22. Pour un aperçu de la distribution de publications périodiques (...)

1Pendant une grande partie du xixe siècle, l’abonnement fut le principal moyen de vente des journaux, ce qui imposa bien des limites en raison de la quantité initiale à débourser pour devenir abonné1. Ce n’est qu’au cours de la seconde moitié du siècle que la commercialisation dans les rues se généralisa, suivant l’exemple de quelques journaux particulièrement innovateurs qui tentaient de séduire un nouveau lecteur plus populaire cette fois. Ainsi, dans des pays comme la France ou l’Espagne, les journaux destinés à un public plutôt élitiste et conservateur cherchèrent à maintenir le recours à l’abonnement non sans une certaine fierté de classe. Las Novedades (1859-1872) et, dans une plus grande mesure, La Correspondencia de España (1859-1925) jouèrent dans ce dernier pays un rôle notable quant à l’organisation systématique de la vente au numéro. À Madrid, La Correspondencia commença à se distinguer des autres journaux en se vendant principalement dans la rue, procédé qui l’amena à organiser un réseau de distribution efficace. La grande différence par rapport à la plupart des pays européensrésidait dans le taux élevé d’analphabétisme enregistré en Espagne. Celui-ci limitait considérablement les possibilités de croissance de la presse dans un cadre informatif durable qu’Alejandro Pizarroso Quintero définit par un seul mot : « atraso »2. Quoi qu’il en soit, à une échelle plus réduiteque dans d’autres nations, le développement d’un réseau de points de vente d’une ampleur suffisante devenait indispensable pour l’essor de la vente au numéro.

  • 3 Mesonero Romanos, Manual histórico-topográfico, p. 95.
  • 4 Voir Cavaillon Giomi, 2008.
  • 5 Gaceta de Madrid, 16-IX-1860.
  • 6 Registro Mercantil y de Bienes Muebles de Asturias (Oviedo). Libros de Sociedades, t. 5, p. 85. Arc (...)
  • 7 AHG, dossier 204/1913; José Francés, « El perfil de los días », Nuevo Mundo (Madrid), 16-III-1928.

2Pendant très longtemps, les librairies furent essentielles à la diffusion de la presse. Ensuite, les postes fixes, structures bien souvent précaires qui n’étaient qu’au nombre de sept dans le Madrid de 18443, firent leur apparition comme établissements spécialisés dans la vente de publications périodiques. Ces postes subirent très vite la concurrence des kiosques — des documents attestent de l’existence de quelques-uns d’entre eux à la fin du xviiie siècle — même si, au départ, il n’était pas toujours facile de distinguer la nature des uns et des autres points de vente. Les publications périodiques ne représentaient encore, par ailleurs, qu’une partie des imprimés proposés4. Tout semble indiquer que les choses ne changèrent guère jusqu’à l’arrivée des premiers kiosques modernes vraiment spécialisés; en 1860, on annonce l’installation de deux d’entre eux à la Puerta del Sol de Madrid « con cristales de colores iluminados de noche por gas, iguales en todo a los infinitos que existen en los bulevares de París, destinados para la venta de periódicos »5. Ces petites constructions symbolisaient un plus grand degré de stabilité et de professionnalisme que par le passé, même si ce n’est que dans la première moitié du xxe siècle qu’elles parvinrent à former un dense réseau d’établissements répartis sur toute la Péninsule. Leur présence en tout cas fut précoce si l’on tient compte des conditions de départ. À Gijón, ville qui à l’époque avoisinait les 20 000 habitants, il est fait état, vers 1888-1891, de l’existence d’au moins un kiosque à journaux appartenant à la société éditrice du journal El Musel. Par la suite, d’autres commerces semblables firent leur apparition mais, jusqu’en 1906, aucun projet un tant soit peu ambitieux pour l’installation de kiosques à différents endroits de la ville6 ne fut présenté. Comme ailleurs en Espagne, on remédia à cette situation par la vente dans des établissements qui n’étaient pas supposés faire le commerce d’imprimés tels le salon du barbier, l’épicerie ou encore le bureau de tabac. En 1913, on essaya même de mettre en place un distributeur automatique dans le bâtiment d’un journal de Gijón, toute une nouveauté dans l’Espagne de l’époque ; quinze ans plus tard, une revue madrilène bien connue qualifiera l’utilisation d’appareils de ce type à Berlin d’innovation surprenante7. Face à la rareté de points de vente plus ou moins stables où pouvoir exposer aisément la marchandise, un vaste espace ouvert s’offrait donc à l’initiative des crieurs, qu’ils soient de ceux appelés fijos (installés à un endroit déterminé de la ville) ou volanderos (qui faisaient différents parcours). Ce négoce avait l’avantage de ne requérir ni structure préalable, ni connaissances, ni plus d’investissement que celui qu’on pensait récupérer quelques heures après seulement.

Fig. 1: Porte de l’administration de La Correspondencia de España à la sortie des vendeurs de journaux. Gravure de La Ilustración Española y Americana, 10 avril 1870

Fig. 1: Porte de l’administration de La Correspondencia de España à la sortie des vendeurs de journaux. Gravure de La Ilustración Española y Americana, 10 avril 1870

L’incertaine rémunération d’un travail épuisant

3La vie du crieur de journaux n’était ni facile ni commode dans l’Espagne du début du xxe siècle. Sa journée de travail commençait avant six heures du matin. On pouvait alors le voir avec d’autres collègues devant l’imprimerie d’un journal à attendre que le tirage se termine. Ce n’est qu’à ce moment-là que le chef d’atelier commençait la distribution des manos correspondantes (paquets de 25 exemplaires) que les vendeurs recevaient généralement avec 20% de remise sur le prix indiqué en première page. Les crimes passionnels, les catastrophes, les changements de gouvernement ou les événements taurins pouvaient multiplier les ventes habituelles de sorte que, si c’était le cas, le chef de service prenait soin de le communiquer immédiatement aux crieurs pour qu’ils attirent tout de suite l’attention du public en criant la nouvelle.

  • 8 Pour la description de la journée de travail ont été notamment utilisés : « El periódico en la call (...)

4C’est vers midi ou une heure, voire même plus tôt si la journée avait été fructueuse, que prenait fin la vente de ces journaux qui avaient perdu l’attrait des nouvelles fraîches. Le crieur madrilène commençait alors à proposer des hebdomadaires et des revues illustrées qui permettaient des gains plus importants. Pendant ce temps, dans les villes éloignées de la capitale, on allait à la gare attendre l’arrivée du train postal, moment où les correspondants administratifs faisaient la distribution de la presse nationale datée de la veille ainsi que de quelques revues. Ainsi passait l’après-midi, jusqu’à six heures environ mais, vu les maigres gains que l’on pouvait espérer dans le meilleur des cas, la journée de travail du crieur de journaux ne s’arrêtait pas là. Madrid offrait la possibilité de se rendre dans les cafés ou à la sortie des théâtres muni de la presse du soir. Par contre, dans les petites villes où l’on n’éditait généralement que la presse du matin, le cumul d’emplois était la seule issue : il s’agissait souvent d’un petit boulot dans un établissement de spectacles nocturnes. Quoi qu’il en soit, la journée de travail ne terminait pas avant minuit8.

  • 9 En 1911, plusieurs compagnies transatlantiques interdisaient l’entrée de leurs bateaux de retour d’ (...)

5Outre les circonstances extraordinaires déjà mentionnées, la vente pouvait légèrement augmenter par exemple à l’occasion des tirages de la loterie. Le commerce des billets de loterie était d’ailleurs une ressource très fréquente pour les crieurs de rue qui pouvaient aussi proposer aux acheteurs d’autres petits articles comme des allumettes ou du papier à cigarettes. En tout cas, l’éventail du profil des vendeurs et des points de vente était très large dans les villes espagnoles. Il s’agissait aussi bien d’un enfant qui se laissait guider par son flair pour deviner où se concentrait la foule et qui ne cessait de se déplacer dans la ville sur la plateforme des tramways ; d’un marchand d’allumettes et de cigarettes d’un café qui, entre autres, vendait la presse (l’établissement n’acceptait pas alors de concurrence extérieure) ; d’aveugles qui renouaient avec la tradition séculaire du commerce d’imprimés ; de vendeurs qui avaient entrée libre dans certains lieux de divertissement ; ou encore des habitués des espaces où se rassemblaient les voyageurs, depuis les gares, endroits toujours privilégiés pour la circulation de la presse, jusqu’aux transatlantiques des villes portuaires, du moins tant que cette pratique fut tolérée9.

  • 10 « Falsa noticia », La Dinastía (Barcelona), 29-VI-1893.
  • 11 La Dinastía, 12-XI-1903. On peut également trouver des informations sur les distorsions et fausses (...)

6De toute manière, l’absence de salaire minimum fixe était sans aucun doute un facteur d’instabilité qui accentuait le malaise de ne gagner qu’un salaire insuffisant et qui conduisait à essayer de survivre par tous les moyens possibles. Par exemple, pour attirer les acheteurs, plus d’une fois on a crié des nouvelles qui, en réalité, ne figuraient pas dans les journaux vendus. À d’autres occasions, les journalistes étaient responsables de l’annonce de fausses nouvelles, rendant manifeste la confusion que pouvait entraîner une nouvelle propagée à tue-tête. Ce fut le cas, par exemple, pour la mort d’Antonio Cánovas del Castillo qui fut colportée dans les rues de Barcelone quatre ans avant que celle-ci ne se produise10. Pour éviter l’affolement produit dans les rues par la diffusion de faux événements, le Gouverneur civil de Madrid en vint, selon sa propre version, à interdire la vente à la criée dans les rues de Madrid en 190311.

  • 12 La Dinastía, 8 et 10-IX-1890.
  • 13 Venturita, « Crónica », La Risa (Madrid), 5-VIII-1888.

7Le problème de fond était toujours la misère inhérente au métier. Elle ouvrait les portes à d’autres pratiques dénuées de toute sensibilité comme l’illustre la propagation à grands cris du titre suivant d’un journal de Barcelon : « con el suicidio de una señorita en la calle de Mendizábal », précisément dans cette rue et à proximité du domicile de sa famille12. Le désir que se produise un événement de grand retentissement, aussi tragique qu’il soit, était une autre conséquence naturelle de la pauvreté pour satisfaire les goûts du public. Suite au crime de la rue Fuencarral en 1888, événement qui éveilla un intérêt sans précédent dans la presse espagnole et marqua une date mémorable dans le sensationnalisme, une vieille vendeuse de journaux exprima clairement (« bárbaramente» selon le journaliste qui transcrivait ses paroles) ce que beaucoup n’osaient dire à haute voix: « Crímenes como éstos son los que hacen falta para que se venda bien el papel »13.

Fig. 2. —Cele. Caricature d’une crieuse de journaux. Los Golfos del Arte, 18 février 1908

Fig. 2. —Cele. Caricature d’une crieuse de journaux. Los Golfos del Arte, 18 février 1908

Un métier pour marginaux

  • 14 « El periódico en la calle », Nuevo Mundo, 3-IX-1903 ; « Historia que parece un cuento », El Region (...)

8De toute manière, dans les conditions déjà évoquées, les actes censurables d’un point de vue éthique étaient certes assez fréquents et la vente ambulante des journaux évoluait souvent dans un cadre situé aux limites de la délinquance. Il pouvait aussi bien s’agir d’une jeune fille « que guiñando un ojo ofrece con maliciosa sonrisa lectura y placeres… » que d’un jeune vendeur issu d’un métier aussi lucratif que celui de l’escroquerie itinérante. Pendant ce temps, les enfants délaissés par leurs parents risquaient de passer de l’état « de vendedores de periódicos o de limpiabotas ambulantes en rateros y granujas, metamorfosis muy frecuente — avertissait un journal barcelonais —, teniendo en cuenta la ocasión, la edad y el atractivo del vicio […] »14.

  • 15 Dans la société des vendeurs de journaux de Madrid, selon son règlement, bien que les femmes fussen (...)
  • 16 Voir José Cabello, « La vendedora de periódicos », Nuevo Mundo, 17-IV-1901 ; José Juan Cadenas, « L (...)

9En marge du véritable degré de connexion entre les unes et les autres activités, il est certain que la vente des journaux dans les rues était perçue comme un travail propre à la plus basse condition sociale, plus particulièrement si c’était une femme qui l’exerçait. Bien souvent se produisait alors une double discrimination qui se reflétait jusque dans les initiatives prises pour améliorer les conditions de vie des personnes chargées de la vente15. Il faut dire que les longues heures passées dans les rues et le contact avec des personnes de tout type faisaient que la figure de la prostituée, comme cela a été suggéré plus haut, soit bien plus proche de la crieuse de journaux que ce que l’on aurait pu supposer dans un premier temps. Un sujet au succès littéraire aussi important que celui de la mobilité sociale d’un extrême à l’autre fut utilisé à maintes reprises dans des récits des premiers lustres du xxe siècle. La vente de la presse s’y convertit en un symbole des origines humbles ou du sombre déclin d’une femme voire du tragique destin d’une fillette devenue orpheline16. Atteindre les couches sociales les plus basses ne devait pas être chose facile pour celui qui avait connu des jours bien meilleurs, comme l’indiqua José María Carretero dans un conte publié en 1912 :

  • 17 Ibid.

Una noche de hambre, viendo cómo vivían los vendedores de periódicos, se puso un pañuelo viejo y se fue a la calle de la Colegiata; compró una mano de Heraldos. Con voz débil, como avergonzada de sí misma, los fue pregonando. Los vendió enseguida y compró otra, y otra… Desde aquel día varió por completo su vida. Tuvo que hacerse a las maneras de la hez que convivía con ella17.

  • 18 Pérez Galdós, 1895, p. 104.
  • 19 Madrid Cómico, 11-XI-1911 et numéros suivants.
  • 20 Dans la même catégorie que les vendeurs de loterie et les cireurs de chaussures (Nilo Fabra, « Weyl (...)

10Lie de la société n’est qu’un des termes péjoratifs appliqués à ce collectif, couramment cité au côté d’autres métiers aussi misérables. « Envidio a los vendedores de periódicos, a los mozos de cuerda y a los poceros de la Villa », affirmait un personnage de Galdós pour renforcer la description de leur extrême misère, bien plus grande que celle « del último de los pordioseros »18. D’ailleurs, le rapprochement vers ces derniers s’accentue en effet à l’occasion des fêtes de Noël de 1911 ; la revue Madrid Cómico ouvrit une souscription dans les publications périodiques pour venir en aide aux vendeurs19. Elle suivait en cela le sillage d’initiatives similaires, très nombreuses en cette époque de fêtes, qui venaient au secours des plus démunis. Parfois, les vendeurs de presse étaient rangés dans la même catégorie que « toda la gente que gana su pan en el arroyo »20. Et la situation ne variait pas même quand il s’agissait d’un enfant ou d’un adolescent, souvent protagoniste de petites altercations, bagarres ou conflits avec la police. « Vender periódicos era entonces, para muchas gentes, un oficio de golfos » et entrer dans ce monde signifiait aussi pour les jeunes définir ou redéfinir leur place dans la société. Voici comment Enrique Castro Delgado (1907-1964) évoqua ses souvenirs dans un récit à la troisième personne:

  • 21 Castro Delgado, 1963, p. 39. Une appréciation peu différente des barrières sociales à travers la ve (...)

Los días más amargos de su nueva profesión eran los domingos por la mañana, porque todas las gentes del barrio le veían subir y bajarse de los tranvías y escuchar su vocear escandaloso. Entre semana era casi feliz: ignoraba si la gente del barrio le veía. El tío Agustín al enterarse hizo su diagnóstico: «Este chico será un golfo». El resto de la familia no opinó. Los muchachos de la «aristocracia» del barrio dejaron de hablarle. Y a muchas chicas no pudo acercarse más21.

Et pourtant, un métier redouté

  • 22 Bien que la Bibliographie concernant les relations entre la presse et l’Église catholique en Espagn (...)
  • 23 Voir la série des articles publiés à la une du journal d’Oviedo El Carbayón, sous le titre de la r (...)
  • 24 Voir Guasch Borrat, 1986.  

11Il s’agissait pourtant d’un métier redouté notamment par les forces de la droite et d’une Église catholique qui conservait une grande partie de son pouvoir dans l’Espagne de la Restauration mais qui avait perdu le contrôle exercé auparavant sur la production imprimée. Dans les milieux ecclésiastiques se dressaient toutes sortes de mises en garde face à la presse comme « quatrième pouvoir », à son influence sociale et au rôle joué dans le nouvel ordre libéral22. Pourtant, il va sans dire que nombre de publications périodiques faisaient de la défense de la religion leur principale raison d’être. Mais dans le climat particulier du catholicisme espagnol, avec un clergé politiquement divisé adhérant en grande partie aux positions les plus intransigeantes, la méfiance envers la presse en « elle-même » contribua à retarder l’apparition d’un organe de presse confessionnel de facture moderne et à grand tirage capable de concurrencer les plus grands journaux. Les secteurs de l’Église les plus actifs dans ce domaine voyaient avec admiration la force du journal La Croix dans le pays voisin et en venaient même à donner en exemple la capacité de soutien des nouveaux actionnaires liés à ce titre en 1908, face aux « católicos españoles, que desde hace diez o doce años andan clamando por un gran periódico católico… y no son capaces de reunir un millón de pesetas »23. Ces vœux ne furent exaucés que lorsque El Debate (1910-1936), un journal madrilène dont les projets étaient à la hauteur des circonstances, commença à voir son tirage et son influence fortement augmenter lors de la Première Guerre mondiale24.

  • 25 Ruiz Sánchez, 2005, pp. 150-152; « Asociación de la Buena Prensa. Memoria leída en la sesión celeb (...)

12Entre-temps, tandis que d’autres initiatives échouaient, l’Église n’avait pas d’autre issue que celle d’encourager de différentes manières la circulation des titres catholiques existants et de faire obstacle au succès de ceux considérés comme impies. Ce fut le cas dans de nombreux pays dans le cadre de campagnes appelées de bonne presse. À Séville, Huelva ou Jerez de la Frontera, aux Sièges ecclésiastiques de Jaén, Barcelone ou Saragosse, sur le modèle d’une initiative française, on vit fonctionner durant les premiers lustres du xxe siècle des boîtes destinées à recueillir des journaux et à redistribuer ensuite ceux qui étaient tenus pour bénéfiques par les milieux catholiques; ailleurs, en Galice et dans les Asturies, on note que, outre les boîtes, les propagandistes catholiques avaient leurs propres postes de presse ou leurs kiosques, voire même, dans certains cas, une petite équipe de crieurs de rue25.

  • 26  « Los que trabajan por la Buena Prensa », El Carbayón, 28-II-1908.
  • 27 « El periódico en la calle », Nuevo Mundo, 3-IX-1903. Dans le camp républicain apparaît la figure d (...)

13Ces pratiques révélaient bien l’importance que l’épiscopat accordait au contrôle des réseaux de distribution de la presse. De leur côté, les professionnels de la vente méprisaient en général ces publications qui comptaient peu de lecteurs. Il était d’ailleurs rare que les crieurs de journaux soient vus d’un bon œil par les secteurs les plus réactionnaires de la société. Ces derniers ne pouvaient pourtant reprocher que peu de choses au groupe de vendeurs de rue de journaux catholiques engagés par le Centre de propagande de la ville d’Oviedo. Le fait que ceux-ci recevaient un salaire fixe en plus du pourcentage habituel sur les ventes journalières — qui devaient être bien maigres26 — marquait bien, de toute manière, les limites de telles initiatives. Il pouvait s’agir dans d’autres cas de vendeurs tel ce vieillard qui, au début du siècle, était bien connu à Madrid pour crier la publication du journal carliste El Correo Español. C’était un vétéran de la dernière guerre civile poussé sans doute par des considérations aussi bien idéologiques qu’économiques, de telle manière que son activité s’inscrivait en quelque sorte dans le cadre de la vente militante27. Mais plus fréquent était le cas du crieur qui restait complètement indifférent au contenu du journal qu’il vendait, emportant bien souvent différents journaux ou revues pêle-mêle, sans autre critère que celui de l’inévitable préférence pour les publications les plus lues. C’était là l’une des caractéristiques de la vente de rue professionnalisée les plus insupportables au vu des positions réactionnaires. Elle créait envers le vendeur des automatismes de mépris qui survécurent pendant longtemps.

  • 28 « La Prensa », Gil Blas (Madrid), 19-I-1871.

¿Veis a esa mujer que vocea en la próxima esquina? — demandait un journal satirique en 1871 — Pues esa derrama el veneno, esa propaga el maléfico virus, esa es agente de los más perniciosos enemigos de la sociedad, del orden, de la propiedad, de la familia… ¡Es una vendedora de periódicos! 28 .

  • 29 Voir Botrel, 1996, p. 190.

14Bien qu’exprimée avec une évidente ironie dans le cadre d’une publication de tendance démocratico-républicaine, cette pensée constituait dans son essence la vision de la droite espagnole, une façon de voir les choses parfois empreinte de nuances apocalyptiques dans la bouche même des promoteurs de la « bonne presse »29. Cette crainte pouvait se traduire en des termes qui, de nos jours, pourraient nous paraître extrêmes mais qui montraient les assauts bien réels subis par la forteresse du conservatisme à une époque jalonnée de profonds changements — croissance du mouvement ouvrier, baisse des pratiques religieuses, débuts de la crise du système politique, etc. —, changements auxquels n’étaient pas étrangères les personnes qui faisaient le commerce de la presse dans la rue. L’acte même de crier une manchette ou une nouvelle en particulier comportait une charge potentiellement subversive digne de la plus grande considération. Des titres aux intentions aussi explicites qu’Anarquía ou Rebelión à Séville en 1910, La Lucha de Clases en Biscaye depuis des années déjà, La Revuelta à Barcelone en 1912 et d’autres titres de plus grande influence (El Motín, El Socialista, Tierra y Libertad par exemple) représentaient un appel à la révolte ainsi que, lorsqu’ils étaient claironnés dans la rue, l’occasion de répandre librement des concepts et d’occuper l’espace public. Aux mains des crieurs, certaines nouvelles pouvaient devenir un véritable cri de guerre lancé à la suite d’un fait politique, d’un conflit de travail ou d’un événement. Même les informations à propos de crimes, de plus en plus sanguinaires, dont tiraient grand profit vendeurs et journalistes dans les années où commença à augmenter la tendance sensationnaliste de la presse, contribuaient à semer une ambiance sociale inquiétante en rupture avec les « paisibles » temps passés.

  • 30 Arboleya, 1904, p. 37.
  • 31 Gironella, Un millón de muertos, p. 354.
  • 32 «Declaración necesaria», El Noroeste, 6-IX-1909.
  • 33 Cuesta Rodríguez, 1969, p. 273.

15Depuis les remparts du catholicisme, on percevait clairement la sensation que quelque chose était en train de s’effondrer, ce qui pouvait aisément s’expliquer si l’on tient compte des signes anticléricaux qui se propageaient dans les milieux ouvriers ou de la désacralisation naissante de certains rites (enterrements et mariages civils, registre des naissances aux prénoms profanes). Même s’il s’agissait dans certains cas de manifestations espacées dans le temps et dans d’autres d’un phénomène peu fréquent, le clergé se vit attaqué sur de nombreux fronts, y compris celui ouvert par la presse et ses diffuseurs. Peu d’actes pourraient mieux symboliser la rupture du respect séculaire envers le clergé que la propagation réitérée à grands cris par les vendeurs d’un journal républicain du procès de Maximiliano Arboleya, chanoine de renom accusé d’avoir injurié dans la presse plusieurs professeurs universitaires connus pour leurs positions progressistes30. Ainsi crier dans les rues d’une ville de province « ¡El Progreso, con la condenación del Sr. Arboleya! » ne pouvait que marquer le début du phénomène. Plus tard, au moment de la guerre civile, le triomphe éphémère de l’anticléricalisme dans une partie de l’Espagne se retrouva aussi dans l’annonce de titres comme celui-ci : « ¡Número extraordinario! ¡Cartas de Pío XI a su querida! », repris des années plus tard comme le signe de l’excès d’une époque31. Tout cela relevait de l’occupation symbolique d’espaces, de l’occupation de la rue en tant que lieu partagé par tous les citoyens, mais aussi de la sphère privée, inévitablement perméable aux cris de la voie publique. Et à cela venaient s’ajouter les sympathies idéologiques personnelles que beaucoup de vendeurs affichaient et manifestaient parfois avec un grand talent théâtral. « Ya sabe usted lo de esto matará aquello. Entre aquello y esto no puede haber paz ni tregua », répondait Edmundo González Blanco (considéré comme le premier historien généraliste de la presse en Espagne) à un jésuite en 1909, opposant presse et chaire comme deux pouvoirs incompatibles32. Dans la petite localité asturienne de Noreña, un vendeur de journaux dont la popularité se prolongea bien après sa mort devait partager la même vision du monde. Des années durant, les villageois gardèrent en mémoire « los detalles un tanto extraordinarios » de l’enterrement du personnage. Il eut lieu dans le cimetière civil, ce qui était déjà en soi remarquable : le cercueil était suivi par des garçons qui, semble-t-il, parodiaient les chants liturgiques des prêtres et, comble de l’irrévérence, deux coupures des journaux impies vendus par le défunt y avaient été déposées en guise de bulle33.

  • 34 Fernando Carro, Catecismo de la Buena Prensa, 1913, des extraits dans Barrera, 2000, pp. 151-166.
  • 35 Tous les signes de désarroi et l’indifférence avec lesquels on considérait les vendeurs de presse é (...)
  • 36 Dangers qui n’ont pas beaucoup changé jusqu’à nos jours et qui existent encore dans les pays où sub (...)
  • 37 « Sigue la racha », El Noroeste, 24-X-1906 ; « El Noroeste y el Infierno », El Noroeste, 10-II-1912 (...)
  • 38 « Motín estudiantil en Mondoñedo », Gaceta de Galicia, 3-XI-1903. Voir aussi la Gaceta de Galicia, (...)

16Des exemples de ce type peuvent expliquer en partie la phobie que les vendeurs de journaux inspiraient aux milieux cléricaux. D’une part, il ne s’agissait pas seulement du contenu de la plupart des journaux ; les catholiques conséquents, d’autre part, ne pouvaient se contenter de soutenir leurs propres publications. Ils devaient aussi « detestar [la mauvaise presse] y trabajar por su desaparición »34, sans pour autant oublier la charité chrétienne dont chacun se doit de faire preuve envers son prochain. Comme on devait s’y attendre, plus d’une fois ce dernier point n’était pas pris en compte. La souffrance vint donc s’ajouter au risque physique d’un métier où il était fréquent que de très jeunes enfants, afin de concurrencer leurs compagnons, sautaient presque littéralement d’un tramway à l’autre ou manquaient d’être renversés par les voitures de plus en plus nombreuses35, en plus de se voir exposés aux vols et autres périls ordinaires de la rue36. Il est certain que les actes de violence contre les vendeurs, livreurs et correspondants administratifs des journaux jugés dangereux par le catholicisme se multiplièrent. Ils furent agressés ou menacés à plusieurs reprises bien souvent par les ministres de l’Église eux-mêmes pour faire le commerce de journaux interdits. Par exemple, tel prêtre conseillait à ses paroissiennes de recevoir les livreurs d’un certain journal à coups de balai ; un autre menaçait le garçon qui vendait des journaux dans une gare de brûler « en enfer » ; un autre tout simplement se mettait à frapper deux jeunes vendeurs37. D’un bout à l’autre de la péninsule, les abus se répétèrent et, bien souvent, en toute impunité. Mal choisir son éventuel client pouvait être une grave erreur comme put le constater Antonciño, vendeur galicien qui osa proposer El Liberal à un séminariste de Mondoñedo. Le fait que l’effronté Antonciño finisse par terre et assiste à la destruction de sa marchandise est peu de chose comparé à ce qui arriva par la suite quand le séminariste fut dénoncé. Les compagnons de ce dernier lui témoignèrent un soutien des plus fermes face à ce qu’ils considéraient comme une dénonciation injuste. Ils se lancèrent dans la rue à plus de deux cents, provoquant un véritable tumulte au cours duquel des acclamations furent lancées en faveur du prétendant carliste au trône et où ils promirent de laver par le sang « la mancha que sobre ellos han pretendido arrojar ». La presse fit allusion à une véritable mutinerie38.

La rue, un nouveau champ de bataille autour de la presse

17Naturellement, la droite ne s’est pas toujours limitée à une attitude négative face au pouvoir général de la presse ou au pouvoir particulier des journaux qui ne se soumettaient pas à ses lois comme le montrent les lignes précédentes. Avec le temps, des journaux catholiques vraiment attrayants firent leur apparition et des méthodes de vente militante, non professionnelle ou semi-professionnalisée, que républicains, socialistes et anarchistes connaissaient parfaitement, en vinrent même à être adoptées dans différents milieux. En réalité, l’Église catholique elle-même, à travers son dense réseau de paroisses, utilisait avec succès ces méthodes et ne recourait qu’exceptionnellement aux cris. Et quand une droite rénovée qui souhaitait non seulement évoluer dans les hautes sphères mais aussi gagner la rue, forma de nouveaux desseins, les désordres publics qui s’ensuivirent n’aidèrent pas non plus à ce que les cris de la presse rejoignent le monde idéal et plutôt statique dont rêvait une bonne partie du conservatisme.

  • 39 Et même portées au petit écran. Dans le feuilleton télévisé Au plaisir de Dieu (TF1, 1977, adaptati (...)

18Toute la profonde charge politique contenue dans le cri des vendeurs, avec le risque d’en assumer la teneur à visage découvert et de façon immédiate, s’inscrit dans l’essence d’une nouvelle droite qui pointe en Europe au début du xxe siècle. Faire référence à L’Action Française et aux camelots du roi paraît inévitable, puisque le cri reste associé pour le groupe monarchique à une activité militante fondamentale, ce qui provoqua des scènes fort célèbres39. Les choses ne sont pas très différentes en Espagne où certains secteurs de la droite font aussi preuve d’intérêt pour le cri de la presse comme un acte d’affirmation politique, de conquête et de défense du territoire. On peut illustrer la nature de ces affrontements par un incident qui se produisit à Valence au cours de l’été 1914, ainsi relaté par l’agence catholique de nouvelles Prensa Asociada :

  • 40 « La revista ¡Maura, sí! -Una colisión », El Eco de Galicia, 22-VI-1914. Le jour même, cependant, (...)

Varios vendedores de periódicos pregonaban a voz en grito la revista ¡Maura, sí! custodiados por unos cuantos jóvenes mauristas, cuando se presentó otro grupo de la Juventud revolucionaria pretendiendo destrozar los ejemplares de dicha revista. En vista de que no lo pudieron conseguir, los jóvenes revolucionarios, que iban armados de revólver, hicieron seis disparos, hiriendo a tres jóvenes mauristas y a un transeúnte40 .

  • 41 Cansinos-Assens, La huelga de los poetas, p. 209 (il s’agit d’une vision romancée de la grève) ; Ma (...)

19Les partisans d’Antonio Maura, notamment les secteurs juvéniles, adoptèrent rapidement les caractéristiques propres d’une droite autoritaire radicale qui émergeait alors dans d’autres pays européens. La façon d’agir des disciples du politicien majorquin comme force d’ordre auxiliaire face à la menace du mouvement ouvrier les amena, lors d’un événement aussi retentissant que la grève de journalistes de 1919, non seulement à protéger les vendeurs mais aussi à remplacer les professionnels de la vente qui s’étaient joints au mouvement. Ils furent mêlés à certaines organisations urbaines conservatrices parmi lesquelles ils n’étaient, pour les uns, que des « señoritos afiliados a sociedades antisindicalistas, advenedizos del periodismo, esquiroles de afición » et, pour d’autres, de courageux défenseurs de la liberté auxquels ne pouvaient faire défaut ni le « garrote en [la] mano [ni] la pistola en el bolsillo »41.

Fig. 3. —Carlos Sáenz de Tejada. Vente à la criée du journal Fe par un phalangiste. Joaquín Arrarás Iribarren, Historia de la Cruzada Española, t. 1, Madrid, 1939.

Fig. 3. —Carlos Sáenz de Tejada. Vente à la criée du journal Fe par un phalangiste. Joaquín Arrarás Iribarren, Historia de la Cruzada Española, t. 1, Madrid, 1939.
  • 42 « Reyerta entre radicales y carlistas », El Principado (Gijón), 3-VIII-1910 ; « Carlins y lerrouxis (...)

20Cependant, les partisans de Maura n’étaient pas les premiers dans les milieux de droite à aller bien au-delà des pratiques propres aux partis dépourvus de base populaire comme le parti conservateur. Le carlisme, soutenu à certains endroits par de nombreux adeptes, utilisa également la criée de la presse quotidienne ou de feuilles au contenu politique comme un défi au rival. Ce geste provoqua des affrontements aussi spectaculaires que ceux qui eurent lieu dans le centre de Barcelone en août 1910 entre des groupes de carlistes et de jeunes radicaux42. Mais les conflits les plus importants et les plus nombreux n’apparurent pas avant la Seconde République. À ce moment, la criée des groupes d’opinion de la gauche révolutionnaire ou de l’extrême droite devint une preuve de courage, source parfois de grands dommages en des temps où la violence était à fleur de peau. Arturo Barea décrivit ainsi une scène habituelle dans le centre de Madrid :

  • 43 Barea, 1996, p. 504.

Los falangistas esperaban la salida de Mundo Obrero e inmediatamente comenzaban a vocear su revista Fe. Ninguno de los dos periódicos era vendido por los profesionales, sino por los voluntarios de ambos partidos. A los pocos momentos estallaban los incidentes a lo largo de la calle: bofetadas y alguna que otra descalabradura y la acera llena de periódicos pisoteados y rotos. Las gentes pusilánimes corrían atemorizadas, pero en general, para los paseantes era un incitante espectáculo, en el cual muchas veces se sentían arrastrados a tomar parte activa43.

  • 44 L’écrivain phalangiste Agustín de Foxá fait une autre description intéressante de la vente à la cr (...)
  • 45 Iglesias, 1980, p. 265.

21En effet, les premiers phalangistes firent de la vente de leur presse un rituel de lutte dont on se souviendra plus tard comme d’un acte constitutif du fascisme espagnol44; en outre, ils collaborèrent avec d’autres jeunes aux opinions similaires (Renovación Española et Juventudes de Acción Popular) à la vente de ABC en mars 1934, tandis que les vendeurs professionnels participaient à une grève45. On revivait là des événements du passé — et ce ne serait pas le seul cas — alors que les incidents liés aux publications les plus engagées augmentaient. Il n’est donc pas surprenant que le Ministère du gouvernement ait pris des mesures afin que ne se chargent de la commercialisation des journaux et des revues que les personnes qui exerçaient habituellement cette activité. Il cherchait ainsi à éviter la criée en groupes et tout acte provocateur. Dans le même ordre d’idée, à la fin de 1935, dans les Asturies, le gouverneur civil annonça aux journalistes qu’il avait des ordres pour empêcher

  • 46 Ordonnance du Ministre du Gouvernement, Rafael Salazar Alonso, au Directeur Général de la Sécurité (...)

el anuncio de los periódicos con un sentido coactivo o escandaloso, quedando prohibido anunciarlos si no [es] por su propio título exclusivamente, ni la filiación, ni la significación política del mismo, ni tampoco con voces estentóreas, en grupo, etc. 46.

  • 47 Gaceta de Galicia, 27-VI-1885.

22C’était une manière de reconnaître la transcendance politique du cri et sa dangerosité aussi bien pour les personnes impliquées que pour l’ordre public. Mais cela n’était pas très nouveau. Dans d’autre pays, et même avant cette époque en Espagne, il était défendu de proclamer à tue-tête les nouvelles ou le titre du journal ; c’était à peine si l’acte du cri n’était alors déjà pas interdit. Bien sûr, les personnes concernées ne se résignèrent pas à leur sort et c’est ainsi que, par exemple, suite à l’interdiction de claironner les titres des journaux en juin 1885, les vendeurs madrilènes se mirent d’accord pour utiliser des prénoms codés : La República devint temporairement Paco ; El Globo, Martin ; La Fe, Vicente ; El Liberal, Pepe, etc.47. À nouveau, les méthodes utilisées pour vendre des journaux étaient perçues comme quelque chose de potentiellement révolutionnaire, ce qui contribuait à augmenter la crainte du contenu du papier imprimé.

  • 48 Voir Rodríguez Infiesta, 2009.

23Cependant, ceci peut aussi être analysé depuis une autre perspective. Les vendeurs, en fin de compte, étaient capables de parvenir à un accord pour la défense de leurs intérêts ; il ne faut pas oublier qu’ils étaient poussés à braver l’autorité, si pittoresque que puisse paraître le procédé, par leurs conditions de vie misérables et par la crainte de voir diminuer des revenus déjà insuffisants. Peu de temps après, naissaient les premières initiatives indépendantes pour doter le métier d’un minimum de dignité et, le cas échéant, pour défendre ses intérêts collectivement. À Madrid, en 1902, se constitua la Sociedad Benéfica de Vendedores de Periódicos e Impresos, qui devint d’une certaine manière une référence pour d’autres associations et sans laquelle les relatives améliorations obtenues plus tard n’auraient pas trouvé d’explications48.

  • 49 Voir Mollier, 2004, en tenant compte, bien évidemment, de l’ampleur du concept de camelot et de l’u (...)

24En définitive, les vendeurs de presse espagnols parcoururent un long chemin depuis la marginalisation la plus absolue jusqu’à la première prise de conscience de l’importance que pouvait receler leur travail. La vente de rue, comme il a été prouvé dans d’autres contextes49, peut devenir un instrument d’action politique d’une importance non négligeable. D’une certaine manière, le crieur ajoute un nouveau filtre aux éléments avec lesquels de nombreuses personnes composent une image du monde, il résume et refait parfois les nouvelles depuis sa vision particulière des événements, agissant souvent selon ce que lui dictent ses intérêts. Avec sa voix, il entre presque partout sans permission et tout cela en mêlant sans pudeur le divin et l’humain, la réalité et la fiction, sans accepter d’autres conventionnalismes que ceux imposés par la nécessité d’une bonne vente.

  • 50 Le cas de la ville de Mexico dans la deuxième moitié du xxe siècle est révélateur, comme on peut le (...)

25Les répercussions politiques de la criée jouaient en faveur des vendeurs, tant du point de vue professionnel que militant, même si en Espagne des structures solides de pouvoir ne parvinrent jamais à se développer autour des réseaux de vente, comme ce fut le cas plus tard dans certains pays50. Les entreprises journalistiques apprirent bien vite à tirer profit de la criée, faisant du lancement d’une nouvelle exclusive la meilleure des campagnes de propagande qu’il fût possible de concevoir. Pourtant, la presse espagnole, qui se vantait d’être un grand défenseur des faibles et des opprimés, était incapable de récompenser dignement ses auxiliaires. Les campagnes en faveur des conditions de vie dignes pour l’enfance et la classe ouvrière, les articles qui plaidaient en faveur de la généralisation de l’éducation à toutes les couches de la société, en faveur des horaires raisonnables ou des conditions de travail stables, le discours regeneracionista commun à tant de journaux étaient bien souvent diffusés par des enfants et des jeunes, des femmes âgées, des infirmes ou des aveugles sans aucune instruction, incapables de sortir de la misère malgré un travail exercé jusqu’à l’épuisement.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aguilar, Gabriela, Terrazas, Ana Cecilia (1996), La prensa, en la calle. Los voceadores y la distribución de periódicos y revistas en México, México D. F.

Arboleya, Maximiliano (1904), En las garras de cuatro sabios (Buylla, Posada, Sela y Altamira). Historia que parece un cuento, Madrid.

Barea, Arturo, (1966), La forja de un rebelde, Buenos Aires, (4e éd.).

Barrera, Carlos (éd.) [2000], El periodismo español en su historia. Barcelona.

Botrel, Jean François (1982), « La Iglesia católica y los medios de comunicación impresos en España de 1847 a 1917: doctrina  y prácticas », dans  Vv.Aa, Metodología de la Historia de la prensa española, Madrid, pp. 119-176.

Botrel, Jean François (1996), « La Iglesia católica y la prensa en 1900. Entre poder y no poder », dans Paul Aubert, Jean-Michel Desvois (éd.), Presse et pouvoir en Espagne 1868-1975, Bordeaux-Madrid, pp. 189-201.

Cansinos-Assens, Rafael (1921), La huelga de los poetas, Madrid.

Castro Delgado Enrique (1963), Hombres made in Moscú, Barcelona.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cavaillon Giomi, Joan (2008), « Les libraires et la diffusion de la presse à Madrid à la fin du xviiie siècle », El Argonauta Español, 5 [http://argonauta.imageson.org/]
DOI : 10.4000/argonauta.955

Cuesta Rodríguez, Eloy (1969), « Noreña y Pérez de Ayala (algunas curiosas referencias) », Boletín del Instituto de Estudios Asturianos, 67, pp. 267-274.

Díaz Cañabate, Antonio (1968), Memorias de un vendedor de periódicos. Conferencia leída el día 2 de mayo con motivo del Cincuentenario de la Hemeroteca Municipal de Madrid, Madrid.

Feyel, Gilles (dir.) (2002), La distribution et la diffusion de la presse, du xviiie siècle au iiie millénaire, Paris.

Foxá, Agustín de, Madrid, de corte a checa, dans Obras completas de Agustín de Foxá (1963) t. I, Madrid, (1e éd., 1938).

Gironella, José Mª (1961), Un millón de muertos, Barcelona.

Guasch Borrat, Juan Mª (1986), « El Debate » y la crisis de la Restauración (1910-1923), Pampelune.

Iglesias, Francisco (1980), Historia de una empresa periodística. Prensa Española, editora de ABC y Blanco y Negro (1891-1978), Madrid.

Martínez Fernández, Valentín Alejandro (2000), Historia de la distribución de la prensa, La Corogne.

Mesonero Romanos, Ramón, Manual histórico-topográfico, administrativo y artístico de Madrid, Madrid, 1844.

Mollier, Jean-Yves (2004), Le camelot et la rue. Politique et démocratie au tournant des xixe et xxe siècles, Paris.

Pérez Galdós, Benito (1895), Halma, Madrid.

Pizarroso Quintero, Alejandro (1992), De la Gazeta Nueva a Canal Plus. Breve historia de los medios de comunicación en España, Madrid.

Rodríguez Infiesta, Víctor (2009), «La venta de prensa en España. Los inicios del asociacionismo», Estudios sobre el Mensaje Periodístico, vol. 15, pp. 443-453.

Ruiz Sánchez, José Leonardo (2005), « Periodismo católico en Sevilla. De la Asociación de la Buena Prensa  a la Junta Nacional de Prensa Católica », en José Leonardo Ruiz Sánchez (éd.), Catolicismo y comunicación en la historia contemporánea, Séville, pp. 103-199.

Sánchez Collantes, Sergio (2006), « La mujer y la prensa republicana en la España de la Restauración », dans VV.AA., República y republicanismo en la comunicación. VIII Congreso de la Asociación de Historiadores de la Comunicación, Séville (CD-ROM).

Seoane, María Cruz (1983), Historia del periodismo en España 2. El siglo xix, Madrid.

Sociedad Benéfica de Vendedores de Periódicos e Impresos. Aprobada en Junta general celebrada el día 29 de Julio de 1902, Madrid, 1902.

Stark, Roberto, Walder, Gabriela (1997), « Canillitas », Niños/as y adolescentes vendedores de diarios de Asunción y alrededores, Asunción.

Haut de page

Notes

1 Merci pour leur aide amicale à Denis Rodrigues et Jean-François Botrel (Université Rennes 2), Jorge Uría et Carmen García (Universidad de Oviedo).

2 Pizarroso Quintero, 1992, pp. 21-22. Pour un aperçu de la distribution de publications périodiques dans quelques pays européens, voir Feyel, 2002.

3 Mesonero Romanos, Manual histórico-topográfico, p. 95.

4 Voir Cavaillon Giomi, 2008.

5 Gaceta de Madrid, 16-IX-1860.

6 Registro Mercantil y de Bienes Muebles de Asturias (Oviedo). Libros de Sociedades, t. 5, p. 85. Archivo Histórico de Gijón (AHG), dossier 347/1906.

7 AHG, dossier 204/1913; José Francés, « El perfil de los días », Nuevo Mundo (Madrid), 16-III-1928.

8 Pour la description de la journée de travail ont été notamment utilisés : « El periódico en la calle », Nuevo Mundo, 3-IX-1903 ; « Imparcial, Liberal, Heraldo, País… Vida Galante, Piripitipi », El Noroeste (Gijón), 8-IV-1904.

9 En 1911, plusieurs compagnies transatlantiques interdisaient l’entrée de leurs bateaux de retour d’Amérique, entre autres, aux vendeurs de journaux (El Eco de Galicia, La Coruña, 14-VI-1911).

10 « Falsa noticia », La Dinastía (Barcelona), 29-VI-1893.

11 La Dinastía, 12-XI-1903. On peut également trouver des informations sur les distorsions et fausses nouvelles, ainsi que sur les mesures répressives de la part des autorités, dans d’autres contextes et dans différents types de matériel imprimé. Quelques exemples dans  Mollier, 2004, pp. 60-62.

12 La Dinastía, 8 et 10-IX-1890.

13 Venturita, « Crónica », La Risa (Madrid), 5-VIII-1888.

14 « El periódico en la calle », Nuevo Mundo, 3-IX-1903 ; « Historia que parece un cuento », El Regional (Lugo), 24-I-1912 ; José de Alemany Milá, « Reformas municipales », La Dinastía, 16-VII-1896.

15 Dans la société des vendeurs de journaux de Madrid, selon son règlement, bien que les femmes fussent admises, elles n’avaient ni droit de parole ni droit de vote (Sociedad Benéfica de Vendedores de periódicos e impresos, 1902, pp. 8-9).

16 Voir José Cabello, « La vendedora de periódicos », Nuevo Mundo, 17-IV-1901 ; José Juan Cadenas, « La vendedora de periódicos », Nuevo Mundo, 30-X-1901 ; M. Asenjo, « ¡Lo que es el Mundo! », El Arte del Teatro (Madrid), 1-VIII-1908 ; José María Carretero, « En el camino », Por esos Mundos (Madrid), 1-III-1912.

17 Ibid.

18 Pérez Galdós, 1895, p. 104.

19 Madrid Cómico, 11-XI-1911 et numéros suivants.

20 Dans la même catégorie que les vendeurs de loterie et les cireurs de chaussures (Nilo Fabra, « Weyler. El decano de los vendedores de lotería », Nuevo Mundo, 10-VIII-1917).

21 Castro Delgado, 1963, p. 39. Une appréciation peu différente des barrières sociales à travers la vente de la presse à Madrid, dans Barea, 1966, pp. 21-22.

22 Bien que la Bibliographie concernant les relations entre la presse et l’Église catholique en Espagne soit relativement abondante, les éléments abordés sont développés dans : Botrel, 1982 et 1996.

23 Voir la série des articles publiés à la une du journal d’Oviedo El Carbayón, sous le titre de la rubrique « La Casa de la Buena Prensa », les 21, 22 et 23-I et le 3-II-1908.

24 Voir Guasch Borrat, 1986.  

25 Ruiz Sánchez, 2005, pp. 150-152; « Asociación de la Buena Prensa. Memoria leída en la sesión celebrada el día 21 de enero. Pontevedra 1915 », Noticiero de Vigo, 3-II-1915 ; El Carbayón, 2-I, 11 et 28-II et 22-VI-1908.

26  « Los que trabajan por la Buena Prensa », El Carbayón, 28-II-1908.

27 « El periódico en la calle », Nuevo Mundo, 3-IX-1903. Dans le camp républicain apparaît la figure d’un vendeur qui ne commerçait qu’avec El Motín, on peut voir Díaz Cañabate, 1968, p. 7.

28 « La Prensa », Gil Blas (Madrid), 19-I-1871.

29 Voir Botrel, 1996, p. 190.

30 Arboleya, 1904, p. 37.

31 Gironella, Un millón de muertos, p. 354.

32 «Declaración necesaria», El Noroeste, 6-IX-1909.

33 Cuesta Rodríguez, 1969, p. 273.

34 Fernando Carro, Catecismo de la Buena Prensa, 1913, des extraits dans Barrera, 2000, pp. 151-166.

35 Tous les signes de désarroi et l’indifférence avec lesquels on considérait les vendeurs de presse étaient présents à la mort du petit Mateo Izcarra dans la rue Alcalá de Madrid. Il mourut écrasé par l’automobile appartenant à une marquise dont le chauffeur se contenta d’accélérer après l’accident (« Los automóviles en Madrid: atropello y muerte de un vendedor de periódicos », Nuevo Mundo, 16-I-1915).

36 Dangers qui n’ont pas beaucoup changé jusqu’à nos jours et qui existent encore dans les pays où subsiste encore le travail des enfants. Le cas de la capitale du Paraguay en constitue un bon exemple, étudié dans Stark, Walder, 1997.

37 « Sigue la racha », El Noroeste, 24-X-1906 ; « El Noroeste y el Infierno », El Noroeste, 10-II-1912 ; « Noticias de Galicia », Gaceta de Galicia (Santiago de Compostela), 15-III-1888. Des exemples d’ailleurs dans Sánchez Collantes, 2006.

38 « Motín estudiantil en Mondoñedo », Gaceta de Galicia, 3-XI-1903. Voir aussi la Gaceta de Galicia, 4-XI-1904.

39 Et même portées au petit écran. Dans le feuilleton télévisé Au plaisir de Dieu (TF1, 1977, adaptation de l’œuvre de Jean d’Ormesson), on recrée adroitement le rituel d’un affrontement entre groupes de vendeurs rivaux et l’usage du cri comme une sorte d’étendard moderne de défi (L’Action Française face à L’Humanité).

40 « La revista ¡Maura, sí! -Una colisión », El Eco de Galicia, 22-VI-1914. Le jour même, cependant, des versions divergentes des faits ont été publiées dans différents journaux.

41 Cansinos-Assens, La huelga de los poetas, p. 209 (il s’agit d’une vision romancée de la grève) ; Maximiliano Arboleya, « La libertad triunfante », El Carbayón, 21-XII-1919.

42 « Reyerta entre radicales y carlistas », El Principado (Gijón), 3-VIII-1910 ; « Carlins y lerrouxistes », Bages Ciutat (Manresa), 4-VIII-1910.

43 Barea, 1996, p. 504.

44 L’écrivain phalangiste Agustín de Foxá fait une autre description intéressante de la vente à la criée de l’hebdomadaire Fe face à Mundo Obrero dans son roman Madrid, de corte a checa (Obras completas, t. I, pp. 894-895).

45 Iglesias, 1980, p. 265.

46 Ordonnance du Ministre du Gouvernement, Rafael Salazar Alonso, au Directeur Général de la Sécurité et aux Gouverneurs Civils de toutes les régions, publiée dans : Gaceta de Madrid, 8-VII-1934 ; « Lo que dice el gobernador. Impedirá la vuelta a los modos anteriores a octubre », La Prensa (Gijón), 21-XII-1935.

47 Gaceta de Galicia, 27-VI-1885.

48 Voir Rodríguez Infiesta, 2009.

49 Voir Mollier, 2004, en tenant compte, bien évidemment, de l’ampleur du concept de camelot et de l’usage politique que la droite en fait dans la France de la IIIe République.

50 Le cas de la ville de Mexico dans la deuxième moitié du xxe siècle est révélateur, comme on peut le constater dans Aguilar, Terrazas, 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1: Porte de l’administration de La Correspondencia de España à la sortie des vendeurs de journaux. Gravure de La Ilustración Española y Americana, 10 avril 1870
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 2. —Cele. Caricature d’une crieuse de journaux. Los Golfos del Arte, 18 février 1908
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3. —Carlos Sáenz de Tejada. Vente à la criée du journal Fe par un phalangiste. Joaquín Arrarás Iribarren, Historia de la Cruzada Española, t. 1, Madrid, 1939.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Víctor Rodríguez Infiesta, « Misère et grandeur d’un métier. Les crieurs de journaux dans l’Espagne contemporaine », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 205-221.

Référence électronique

Víctor Rodríguez Infiesta, « Misère et grandeur d’un métier. Les crieurs de journaux dans l’Espagne contemporaine », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 29 mars 2015. URL : http://mcv.revues.org/4116

Haut de page

Auteur

Víctor Rodríguez Infiesta

Universidad de Oviedo

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org