Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Enrique Gozalbez Cravioto (coord.), La ciudad romana de Valeria (Cuenca)

Bertrand Goffaux
p. 227-229
Référence(s) :

Enrique Gozalbez Cravioto (coord.), La ciudad romana de Valeria (Cuenca), Cuenca, Eds. de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2009, 278 p. + il.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 février 2014.

1Les villes romaines de l’actuelle province de Cuenca livrent aux historiens et archéologues de la péninsule Ibérique un matériau riche, qui a déjà par le passé fait l’objet de publications marquantes, comme celle de Géza Alföldy sur les communautés urbaines (Römisches Städtewesen auf der neukastilischen Hochebene. Ein Testfall für die Romanisierung, Heidelberg, 1987). Parmi celles-ci, trois ont fait l’objet d’une attention soutenue : Ercavica, dont on connaît désormais beaucoup mieux l’urbanisme, Segobriga, dont le forum a récemment livré une impressionnante moisson épigraphique, et Valeria, qui est au centre de la présente publication. Il faut néanmoins signaler que son titre est assez réducteur, et à vrai dire trompeur : cet ouvrage n’est pas une synthèse sur la cité, mais un amalgame de treize communications présentées lors de journées culturelles organisées conjointement par la mairie de Valeria et le campus universitaire de Cuenca. Ce contexte particulier a un impact certain sur la tonalité des travaux, certains se plaçant dans une optique de vulgarisation, et d’autres se présentant plus comme des communications scientifiques, ce qui se reflète dans l’apparat critique qui accompagne les diverses contributions. Par ailleurs, les thèmes abordés sont très larges, et plusieurs chapitres portent sur des domaines bien éloignés du champ d’expertise du présent recenseur, qui ne peut que les signaler au lecteur : art rupestre dans la province de Cuenca (J. F. Ruiz López, Arte rupestre en el entorno de Valeria. De la Serranía a la Mancha, pp. 37-64), études archéométriques sur des artefacts en provenance de l’agglomération ibérique de Fuente de la Mota (M. Sierra Delage, La vida en la Sierra del monje : Fuente de la Mota, un poblado ibérico industrial en la zona de Valeria, pp. 65-71), ou aménagement touristique du territoire (B. Baquedano Carrasco, C. Villar Díaz, El proyecto Arisgotas. Propuesta de aplicación en el territorio Valeriense y su vertebración en rutas culturales, pp. 247-272 et I. González Ballesteros, Divulgando el patrimonio arqueológico: « De la aldea a la ciudad en Cuenca ». La experiencia de Valeria, pp. 273-278).

2Le reste des interventions peut être rangé en trois catégories, qui adoptent des échelles et des perspectives différentes. On trouve tout d’abord des études à l’échelle du territoire, dans une optique régionale. Ainsi, M. Contreras Martínez s’intéresse aux premières phases de la romanisation de la zone, à l’époque républicaine, et aux difficultés méthodologiques liées à l’exploitation d’une documentation principalement archéologique (Valeria y la temprana romanización en la zona sur de la Celtiberia, pp. 109-123). À sa suite, J. Torrecillas Moya étudie un autre vecteur de la romanisation, le réseau routier, qu’il analyse à partir du cas de l’axe nord-sud qui traversait Valeria (El viario como factor de romanización : el ejemplo de Valeria, pp. 125-155). Une troisième étude s’attarde sur un produit original qui a très probablement soutenu l’essor de la région à l’époque romaine : l’extraction de gypse cristallin, ou lapis specularis, une pierre translucide qui pouvait être utilisée en architecture (M. J. Bernárdez Gómez, J. C. Guisado Di Monti, La minería del lapis specularis y su relación con la ciudades romanas de Segóbriga, Ercávica y Valeria, pp. 211-226). Enfin, une dernière contribution offre une utile synthèse sur le diocèse de Valeria à l’époque wisigothique, son organisation territoriale, et sur les vestiges appartenant à cette époque (basilique, nécropoles, …) [J. Recuenco Pérez, La diócesis de Valeria y la iglesia paleocristiana en la provincia de Cuenca, pp. 227-245].

3D’autres contributions portent ensuite plus spécifiquement sur Valeria, qu’elles abordent dans une perspective avant tout historiographique. Ainsi, l’introduction de E. Gozalbes Cravioto offre une histoire de la redécouverte progressive de la ville, du Moyen Age à nos jours (Una introducción : entre Valeria y Valeria, pp. 13-36). Elle est utilement complétée, pour le vingtième siècle, par une présentation des différents responsables ayant œuvré à la sauvegarde du patrimoine archéologique dans la province de Cuenca, due à S. Palomero Plaza (La gestión y los gestores del patrimonio histórico en la provincia de Cuenca (1900-1975) : de Juan Jiménez de Aguilar a Francisco Suay y la creación de los museos de Valeria, Segóbriga y Cuenca, pp. 73-91), avant qu’une contribution signée par S. Valiente Canovas présente plus en détail l’investissement de Francisco Suay dans les recherches sur Valeria et ses environs (Valeria y las intervenciones arqueológicas en su entorno : la labor de Francisco Suay, pp. 93-108).

4Ces trois contributions historiographiques ouvrent enfin la voie aux deux études qui se concentrent sur l’histoire de Valeria, à partir de la documentation épigraphique. H. Gimeno Pascual s’y intéresse de manière globale, en consacrant une première partie de son travail aux manuscrits épigraphiques mentionnant des inscriptions de Valeria, avant d’étudier ensuite les pratiques épigraphiques reflétées par les quelque 130 inscriptions en provenance de la cité (Epigrafía y « epigraphic habit » en Valeria, una ciudad en la zona nororiental del conventus Carthaginiensis, pp. 157-184). C’est ce même corpus qui est ensuite exploité par E. Gozalbes Cravioto dans une étude sur la société locale, telle qu’elle apparaît notamment à travers l’onomastique ou l’âge des défunts commémorés dans les inscriptions funéraires (La sociedad romana en el municipio de Valeria, pp. 185-209).

5Cette brève présentation des différents thèmes abordés dans la publication permet sans doute de se faire une idée de son utilité : il va sans dire que les recherches futures sur la ville ou sur la région ne pourront l’ignorer. En revanche, une déception de taille subsiste, et elle concerne le dossier archéologique : on ne trouve pas de synthèse sur le forum de la ville, qui a pourtant fait l’objet d’interventions assez récentes. On notera également l’absence de plan de la ville : on doit se contenter d’un schéma sommaire servant à localiser les lieux de découverte de certaines inscriptions (p. 178), ou encore d’une vue aérienne de l’éperon rocheux, reproduite à deux reprises par erreur (pp. 98 et 101). De manière générale, les illustrations sont très peu nombreuses, et de piètre qualité, alors que des cartes auraient permis de replacer Valeria dans un cadre plus large, ou de mieux étayer certaines démonstrations. On est donc loin d’une publication définitive sur la cité romaine, mais on peut se réjouir de voir cette nouvelle pièce versée au dossier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Goffaux, « Enrique Gozalbez Cravioto (coord.), La ciudad romana de Valeria (Cuenca) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 227-229.

Référence électronique

Bertrand Goffaux, « Enrique Gozalbez Cravioto (coord.), La ciudad romana de Valeria (Cuenca) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 29 novembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4134

Haut de page

Auteur

Bertrand Goffaux

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org