Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Marie A. Kelleher, The Measure of Woman. Law and Female Identity in the Crown Of Aragon

Martine Charageat
p. 237-238
Référence(s) :

Marie A. Kelleher, The Measure of Woman. Law and Female Identity in the Crown Of Aragon, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, Middle Ages Series, 2010, 217 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 février 2014.

1Marie A. Kelleher a choisi d’examiner les rapports entre le droit et les femmes, à travers des sources juridiques et judiciaires aux xiiie-xive siècles, dans la Couronne d’Aragon. Son but est de comprendre l’interaction entre les affirmations de genre encodées dans le droit, reposant sur l’idée de fragilité naturelle et de vulnérabilité de la femme, et celles des gens ordinaires révélées dans les procès. Les distinctions de genre se partagent d’abord entre droit romain et droit canonique. Dans le premier, elles oscillent entre la reconnaissance de la capacité des femmes à défendre leurs intérêts et leur évocation comme des êtres inférieurs, faibles et vulnérables (p. 25). Dans le second, l’idée de subordination nécessaire de la femme à l’homme les assimile à des mineurs. Pénétrées de ces allégations, les normes juridiques catalano-aragonaises distinguent à leur tour les femmes des hommes en ce qui concerne ce qu’elles peuvent faire ou non, par exemple en matière de gestion des biens, ou ce qu’elles peuvent subir ou non, telle l’exemption des peines d’emprisonnement. L’auteur vérifie si ces allégations sont reproduites dans l’action judiciaire et de quelle manière. Elle cible en priorité les femmes : plaignantes, accusées ou témoins. Comment se racontent-elles et comment les autres les racontent-ils, à l’occasion de litiges ou de crimes portés à la connaissance des tribunaux de la couronne d’Aragon ? À ce titre, la première difficulté est liée aux sources utilisées qui montrent peu ces femmes pour la période choisie : codes de droit savant et compilation des droits territoriaux et locaux aragonais, catalans et valenciens ; procès in folio et procès in quart ainsi que des pardons et des lettres émanant du roi, conservés dans les registres de chancellerie aux archives de la couronne d’Aragon.

2À la suite de Daniel Lord Smail ou de Carole Lansig, dont les travaux renouvellent l’approche des relations entre droit et individus, l’auteur entend montrer combien la rhétorique genrée des cultures juridiques en concurrence dans la couronne d’Aragon n’est pas subie par les femmes. Au contraire, le choix de porter leurs litiges à la connaissance d’un juge est en soi un signe contradictoire de leur capacité réelle. Elles connaissent et utilisent le vocabulaire légalement et culturellement recevable par leurs interlocuteurs en justice. C’est en s’appropriant paradoxalement ce même langage juridique discriminatoire à leur endroit qu’elles défendent leurs intérêts de façon souvent heureuse. Cela exige qu’elles s’ajustent à trois matrices identitaires. La première concerne la nature féminine jugée comme inférieure à l’homme dont elle doit dépendre. La seconde détermine des catégories identitaires de femmes en fonction du lien qui les unit à un homme en tant que fille, sœur, épouse, veuve etc… Enfin, la troisième repose sur la renommée et la respectabilité des femmes, en particulier dans le domaine de leur comportement sexuel. L’auteur extrait cependant la relation entre les femmes et le droit d’une approche fataliste qui était encore celle des spécialistes des femmes au Moyen Âge en péninsule Ibérique dans les années quatre-vingt. Le droit était alors perçu comme une force opprimante, auquel les femmes n’auraient apporté aucune contribution en propre. Un demi-siècle plus tard, les conclusions ont changé. Un constat s’impose : les femmes sont bien présentes dans les tribunaux de la couronne d’Aragon et participent ainsi de l’élaboration des cultures juridiques.

3Quatre chapitres composent ce livre et servent le propos de l’auteur. Le premier offre une mise au point du contexte juridique auquel Marie A. Kelleher se réfère pour la suite de l’ouvrage, assorti d’un descriptif des juridictions concernées et des procédures judiciaires observées. Plus encore, l’auteur pose les bases de sa démarche en montrant combien les préceptes genrés du droit savant influencent en ce sens les droits territoriaux en vigueur dans la Couronne d’Aragon. Le chapitre deux montre comment les relations de genre, implicites dans le droit commun et la culture juridique catalano-aragonaise, affectent le contrôle des femmes sur leurs biens propres et ceux du ménage, pour expliquer ensuite comment elles construisent le récit judiciaire dans le but de prendre ou garder le contrôle sur leurs ressources économiques, selon qu’elles sont veuves ou encore mariées, avec ou sans enfants. Le chapitre trois est consacré à l’analyse et à la qualification du comportement sexuel des femmes en fonction de leur statut. Les célibataires oscillent entre la fornication et la prostitution, les mariées sont accusées d’adultères et, parfois, les veuves aussi. La qualité du crime dit « sexuel » n’est pas exactement prédéfinie en droit. Elle est aussi élaborée par la perception qu’en ont les autres (parents, amis, voisins) qui font la fama des femmes en vertu de leur honnêteté. C’est pour cela que les catégories définitoires se chevauchent et se doublent d’une autre distinction fondamentale, entre femmes honnêtes et femmes de mauvaise renommée. Dans le chapitre quatre, l’auteur s’intéresse au rapport entre genre et violence et souligne combien la renommée d’une femme la protège ou l’expose à des violences exercées en toute impunité.

4Le dénominateur commun aux trois derniers chapitres réside dans l’explicitation du rapport femmes-droit-justice, sous l’angle de la classification des femmes comme acteurs déterminés par leur statut et leurs relations aux hommes dans un premier temps, et la perception et les attentes nourries à leur endroit par la société médiévale ensuite. La culture juridique et les « valeurs » socio-culturelles, façonnant l’opinion publique et la fama, s’interpénètrent et interagissent à l’heure pour les femmes de faire valoir leur droit et défendre leurs intérêts en justice, avec succès ou non. Marie Kelleher démontre combien les femmes ne subissent pas le droit aux xiiie-xive siècle dans la Couronne d’Aragon.

5On peut toutefois déplorer un décalage entre le titre et les exemples émanant très souvent du seul comté catalan. Les royaumes d’Aragon et de Valence sont peu représentés, par manque de sources. Un certain lissage trompeur s’opère de fait entre les trois états, en raison du manque de sources judiciaires émanant des tribunaux locaux. Le piège se referme parfois sans que l’auteur y prenne garde, lorsqu’elle étend les conclusions du travail de Flocel Sabaté sur la Catalogne à toute la Couronne d’Aragon (p.113). Le mérite de l’ouvrage réside dans l’ampleur de la documentation consultée et les exemples fournis pour une zone géographique souvent ignorée de la recherche internationale dans les domaines cités, en intégrant le droit aux études de genre autrement que par une lecture descriptive et inopérante des normes établies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Charageat, « Marie A. Kelleher, The Measure of Woman. Law and Female Identity in the Crown Of Aragon », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 237-238.

Référence électronique

Martine Charageat, « Marie A. Kelleher, The Measure of Woman. Law and Female Identity in the Crown Of Aragon », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4143

Haut de page

Auteur

Martine Charageat

Université de Bordeaux  III.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org