Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Richard L. Kagan, Clio and the Crown: The Politics of History in Medieval and Early Modern Spain

Sophie Hirel-Wouts
p. 238-241
Référence(s) :

Richard L. Kagan, Clio and the Crown: The Politics of History in Medieval and Early Modern Spain, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2009, 342 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 février 2014.

1L’enquête menée par Richard L. Kagan dans Clio and the Crown sonde les enjeux de l’écriture de l’histoire du xiiie au xviiie siècle, ou du moins ceux de cette histoire « officielle », « approuvée et autorisée » (p. 3) par les monarques espagnols qui l’érigèrent bientôt en véritable instrument de pouvoir  (« soft power »). Terminant un chantier ouvert en 1995 dans son article « Clio and the crown: writing history in Habsburg Spain », Richard L. Kagan concentre ici son attention sur les différentes formes d’histoires rédigées à la demande des monarques hispaniques, l’histoire non-officielle servant ponctuellement de contrepoint à son analyse. Il propose ce faisant une vue d’ensemble des milieux sociaux et intellectuels dans lequel évoluèrent les chroniqueurs, de Jiménez de Rada à Juan Bautista Muñoz.

2La méthode, d’une extrême rigueur, est à la fois chronologique et thématique, et les histoires abordées sont successivement centrées sur le monarque, sur la péninsule Ibérique et sur la conquête du Nouveau Monde. Ancrant solidement son analyse dans un contexte historique richement documenté, Richard L. Kagan n’en détaille pas moins la vie et le travail des chroniqueurs de la cour, ouvrant les arcanes des multiples intrigues qui ont influencé la rédaction de ces histoires.

3L’étude est assortie d’une bibliographie de 33 pages, riche et actualisée, même si on peut déplorer certaines absences, notamment en ce qui concerne la période médiévale (références aux travaux de Suzanne Cawsey ou à ceux d’Inés Fernández-Ordóñez sur la Estoria de Espanna). Une carte et une galerie de portraits agrémentent l’ouvrage, qui se clôt sur un index de grande utilité. Les jeux de mots et les références au monde contemporain seront diversement appréciés mais ils concourent indéniablement au style vif et enjoué du livre, sensible dès les premières lignes.

4Le premier chapitre (« Empire and History »), consacré à la période médiévale, ne tient pas – et c’est le seul et unique grief que l’on peut faire à cet ouvrage – les promesses du titre. Résumant en 38 pages l’émergence de l’histoire officielle dans les royaumes chrétiens de la Péninsule, l’auteur survole la production alphonsine – sans d’ailleurs nécessairement tenir compte des travaux les plus récents sur le sujet – et passe (trop) rapidement sur les figures majeures de la production castillane médiévale (Pero López de Ayala, Ferrán Sánchez de Valladolid et, sous le règne des rois catholiques, Lorenzo Galíndez de Carvajal). Ces pages, décevantes si on s’en tient à l’annonce du sous-titre de l’ouvrage (une analyse des politiques de l’histoire dans l’Espagne médiévale), prennent tout leur sens que si on les considère comme un préambule aux analyses qui suivent.

5Bien plus nourri est en effet le chapitre 2 (« Historia pro persona. Emperor Charles V »), structuré autour du règne de Charles Quint. Y sont rapportées dans le détail les activités des « humanistes de l’empereur » (p. 68) – Juan Ginés de Sepúlveda, Bernabé de Busto, Pedro Mexía, Luis de Ávila y Zúñiga – et développées les notions de mémoires et de biographie (pp. 85-93).

6Plus conséquents encore sont les deux chapitres suivants, dans lesquels Richard L. Kagan étudie – en deux temps – la production historiographique officielle durant le règne de Philippe II. Au chapitre 3 (« Historia pro patria »), l’auteur expose les réticences de ce monarque à voir écrire son histoire personnelle et commente la stratégie qui présida, dans ce contexte, à l’installation des archives à Simancas. La fonction de l’histoire est alors nécessairement revisitée et la genèse des principales histoires générales du royaume commanditées à cette époque est minutieusement analysée, en particulier pour ce qui est des travaux d’Ambrosio de Morales et de Juan de Mariana.

7Cette focalisation sur le corps politique plus que sur la personne du roi est renforcée au chapitre 4 (« His Majesty’s History »). Resserrant son propos sur Esteban de Garibay et sur Antonio de Herrera, l’auteur affine notamment sa réflexion sur les bases théoriques des chroniques produites, laissant un instant de côté ce qui fait le cœur de son propos – l’engagement idéologique et politique des chroniqueurs au service du pouvoir royal – au profit de l’évolution méthodologique. À l’issue de ces deux chapitres, on comprend que la transition d’une historia pro persona (l’histoire comme biographie royale) promue par Charles Quint à une historia pro patria (l’histoire comme narration nationale) défendue par Philippe II est achevée.

8Dans le chapitre 5, l’auteur considère de nouveau le règne de Philippe II mais à travers le prisme de l’historiographie des Indes. Il accentue le rôle d’Antonio de Herrera – érigé en véritable héros du règne de Philippe II – dans l’écriture de cette histoire. La nomination de ce chroniqueur prolifique comme cronista de Indias (p. 151), un temps concurrencé par Juan López de Velasco (p. 162), occupe l’essentiel de ce chapitre. Richard L. Kagan soulève par ailleurs la question de la souveraineté et de la justice dans l’administration espagnole des Indes.

9Au chapitre 6 (« To Mortify our Enemies »), l’auteur s’intéresse au règne complexe de Philippe IV, traversé par la figure incontournable du comte-duc d’Olivares. La formation du monarque à l’histoire (p. 213) et une réflexion sur l’historiographie comme élément de propagande durant la guerre de Trente Ans constituent l’apport fondamental de ce chapitre. L’auteur souligne avec force l’importance croissante du lectorat public et présente les travaux d’une série de publicistes, les « hired pens » (p. 223), liés à la figure du favori du roi. Il commente, à la fin de ce chapitre, « l’après-Olivares » et le nécessaire maintien d’un contrôle de la production historiographique par le pouvoir royal (p. 245).

10L’auteur relate ensuite (au chapitre 7) le tournant pris par l’historiographie à la fin du xviie siècle et l’émergence d’une historiographie « critique », dénuée de tout providentialisme et soucieuse de libérer l’histoire espagnole de la « tyrannie des fausses chroniques » (pp. 257-265). Pour illustrer son propos, Richard L. Kagan expose les programmes épistémologiques et méthodologiques des trois principales figures du « cercle de Mondejar » (p. 273) : Pedro Abarca, Antonio de Solís y Ribadeneyra et Luis de Salazar y Castro, figures de proue du mouvement des « novatores » (défini p. 256). L’auteur conclut son chapitre sur le passage du métier de chroniqueur à la fondation de la Real Academia de la Historia (1734) : un nouveau genre d’histoire est né, naissance que l’auteur rapporte dans de très belles pages (p. 281-289).

11L’étude s’achève sur une confrontation entre histoires officielles et non-officielles. L’auteur, mettant notamment la chronique d’Antonio de Herrera à l’épreuve des documents, rappelle la nécessaire existence d’une contre-histoire, d’une histoire non-officielle indispensable à la perception d’une histoire officielle « vraie ».

12Nous sommes donc en présence d’un travail puissant et bien documenté sur le sens et la fonction de l’écriture de l’histoire durant – essentiellement – la dynastie des Habsbourg. Ce travail érudit, qui brasse une quantité impressionnante de sources archivistiques, est une véritable somme sur la Péninsule et sera à n’en pas douter de grande utilité pour toute réflexion sur l’histoire officielle post-médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Hirel-Wouts, « Richard L. Kagan, Clio and the Crown: The Politics of History in Medieval and Early Modern Spain », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 238-241.

Référence électronique

Sophie Hirel-Wouts, « Richard L. Kagan, Clio and the Crown: The Politics of History in Medieval and Early Modern Spain », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4145

Haut de page

Auteur

Sophie Hirel-Wouts

Université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org