Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Óscar Villarroel González, El rey y el papa. Política y diplomacia en los albores del Renacimiento (Castilla en el siglo xv)

Stéphane Péquignot
p. 241-243
Référence(s) :

Óscar Villarroel González, El rey y el papa. Política y diplomacia en los albores del Renacimiento (Castilla en el siglo xv), Madrid, Sílex, 2009, 370 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 février 2014.

1Avec ce livre issu de la refonte d’une partie de sa thèse sur les rapports entre la monarchie et l’Église à l’époque de Jean II de Castille (1406-1454), Óscar Villarroel s’inscrit dans le sillage d’Iglesia y genesis del estado moderno en Castilla (1369-1480), publié en 1993 par José Manuel Nieto Soria. Celui-ci mettait à jour la collaboration et les négociations accrues entre la papauté et les Trastamare au temps du Grand Schisme, ainsi que le rôle décisif du soutien pontifical dans la légitimation de la dynastie. El rey y el papa a pour objet explicite (p. 313) d’affiner la connaissance du phénomène par l’étude méticuleuse des relations « politiques » et « diplomatiques » des rois avec les papes. Fondé largement sur des pièces inédites (Archives du Vatican, Archivo General de Simancas, archives cathédrales notamment), l’ouvrage suit un plan globalement chronologique depuis la fin du xvie siècle jusqu’au milieu du xve siècle, un chapitre final offrant une ouverture sur la période postérieure. Le règne d’Henri III (1390-1406) s’avère d’abord difficile, car les relations entre la monarchie et la papauté sont affectées par le Schisme et une brève soustraction d’obédience. Mais les conflits s’apaisent durant la minorité de Jean II (1406-1416). Pour conserver le soutien des régents, un Benoît XIII isolé octroie sans ciller indulgences, tercias et bénéfices. Il se montre également conciliant pour les élections épiscopales et la nomination à la tête des maestrazgos. Néanmoins, le 5 janvier 1416, à la suite des autres souverains occidentaux, Jean II lui retire définitivement son obédience pour soutenir fermement le nouveau pape, Martin V. Les rares réticences manifestées dans le royaume ne gênent aucunement l’établissement de relations fluides entre le Trastamare et la papauté romaine. Du concile de Sienne à l’ouverture de celui de Bâle, en 1431, les ambassades sont régulières et les échanges fructueux. Exposée à de graves troubles nobiliaires, la monarchie obtient fréquemment satisfaction grâce aux nombreux Castillans présents à la curie et à des ambassadeurs religieux efficaces. Durant l’assemblée de Bâle, Jean II joue ensuite de la position fragile du pape et de ses conflits avec le concile pour négocier sur deux fronts, ce dont il retire des bénéfices substantiels et des nominations épiscopales favorables. Avant comme après l’envoi en 1434 d’une grande ambassade au pape, le roi transmet des demandes formulées par ses sujets aux Cortes, sollicite des bénéfices et des subsides tout en continuant à intervenir dans le choix des évêques. Il implore même Eugène IV de lever l’excommunication lancée par l’archevêque de Séville Diego de Ayana contre des officiers du conseil urbain accusés de ne pas avoir payé la décime de l’huile des messes… En échange du soutien castillan dans les sessions conciliaires, le pape accède à la plupart des demandes ; il comble de faveurs les ambassadeurs du roi, Alfonso de Cartagena et Gonzalo de Santa María, décerne en 1435 à Jean II une rose d’or en reconnaissance de ses services pour la foi chrétienne et, l’année suivante, inscrit dans la bulle Ad futuram rei memoriam des grâces spéciales pour les membres de la chapelle royale. La déposition du pape par le concile en 1439 conduit au retrait castillan et modifie légèrement les relations. Quelques divergences apparaissent sur l’élection au diocèse de Coria ou la remise de bénéfices à des étrangers, mais, dans l’ensemble, les liens de collaboration demeurent. En témoignent la remise par le pape d’une partie de la collation des bénéfices aux évêques, puis aux chapitres, ainsi que le refus réitéré de favoriser les rivaux du roi et, surtout, l’affirmation d’une relation privilégiée avec la maison castillane. Enfin, dans un dernier chapitre – le plus intéressant –, Óscar Villarroel résume son analyse d’une politique royale caractérisée par la fidélité, la collaboration et la négociation avec le pape dès la première moitié du xve siècle. Les rois dépêchent à cette fin de nombreux ambassadeurs désormais recrutés plutôt au sein du moyen clergé que parmi les grands prélats et la haute noblesse.

2L’auteur affronte ainsi un sujet complexe et offre une reconstitution événementielle utile, fouillée et importante des relations entre les papes et les rois de Castille. Il apporte de surcroît de précieux éclairages biographiques qui rendront certainement service aux spécialistes de la période. L’ouvrage suscite cependant la critique sur plusieurs points. On regrettera d’abord certaines répétitions dues tantôt à l’examen séparé des légations pontificales et des ambassades royales (pp. 208-217), tantôt à la reprise d’une même question à quelques années d’écart – les Castillans à la curie (pp. 112-125,  201-208 et 262-271) – sans aboutir pour autant à des résultats nettement différenciés. Le propos aurait de ce point de vue gagné à être synthétisé. D’autre part, la perspective adoptée tend parfois à une personnalisation excessive de l’histoire au profit des rois. Si l’on peut comprendre que Jean II fasse preuve « d’intelligence dans la crise » (p. 182), l’idée récurrente (pp. 248 et 259) d’un monarque qui « prête moins attention » à certaines questions parce qu’il est « épuisé et préoccupé principalement par la situation interne du royaume » (p. 314) n’emporte pas l’adhésion. Plus profondément, l’historien met bien en évidence l’existence de contreparties dans les relations entre la papauté et la monarchie, mais le processus même de « négociation » et la façon dont il est qualifié par les protagonistes (la voie de supplique) restent dans l’ombre. Une analyse critique des documents et de leurs usages dans les « négociations » aurait certainement renforcé l’efficacité de la démonstration. L’argumentation aurait également gagné en nuances avec la prise en compte d’une bibliographie plus large. Les travaux de P. Linehan sur la période précédente auraient ainsi mérité d’être discutés – quitte à les critiquer –, afin de relativiser la nouveauté et de préciser les contours d’une collaboration intéressée entre la monarchie castillane et la papauté (The Spanish Church and the Papacy in the Thirteenth century, 1971, pp. 322-334). Enfin, les renouvellements historiographiques récents sur la diplomatie de la période (notamment les travaux de Daniela Frigo) fragilisent les passages où l’apparition des représentations permanentes et la professionnalisation des ambassadeurs sont prises comme seule ligne d’horizon et d’analyse de la modernité diplomatique. Malgré plusieurs développements intéressants et précis, l’on n’est donc pas totalement convaincu en refermant l’ouvrage qu’il se soit effectivement produit au xve siècle « une série de changements fondamentaux, presque révolutionnaires, qui modifièrent la forme dans laquelle se déroulèrent les relations diplomatiques et politiques entre les deux pouvoirs, et qui furent la base sur laquelle elles s’édifièrent à l’époque moderne » (p. 337). Des transformations certes, mais qui n’excluent pas la continuité de nombreuses pratiques et ne constituent pas le seul fondement des échanges diplomatiques postérieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Péquignot, « Óscar Villarroel González, El rey y el papa. Política y diplomacia en los albores del Renacimiento (Castilla en el siglo xv) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 241-243.

Référence électronique

Stéphane Péquignot, « Óscar Villarroel González, El rey y el papa. Política y diplomacia en los albores del Renacimiento (Castilla en el siglo xv) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4147

Haut de page

Auteur

Stéphane Péquignot

École pratique des hautes études (Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org