Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Jesús Gascón Pérez, Alzar banderas contra su rey. La rebelión aragonesa de 1591 contra Felipe II

Paloma Bravo
p. 245-246
Référence(s) :

Jesús Gascón Pérez, Alzar banderas contra su rey. La rebelión aragonesa de 1591 contra Felipe II, Zaragoza, Institución Fernando el Católico (Colección «Ciencias Sociales», n° 76), 2010, 687 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 février 2014.

1Le livre de Jesús Gascón Pérez, Alzar banderas contra su rey. La rebelión aragonesa de 1591 contra Felipe II, propose un récit circonstancié et parfaitement documenté de la révolte qui secoua le royaume d’Aragon, et tout particulièrement la ville de Saragosse, au cours de l’année 1591. Le détonateur de l’insurrection fut l’arrivée en Aragon d’Antonio Pérez. L’ancien secrétaire de Philippe II, qui était poursuivi pour crime de lèse-majesté en Castille, tenta de se mettre à l’abri de la justice royale en se plaçant sous la protection des lois aragonaises. Lorsque le Saint-Office voulut prêter main-forte aux agents royaux en organisant le transfert de Pérez vers ses prisons, la ville de Saragosse, considérant que l’Inquisition portait atteinte aux lois aragonaises, se souleva et libéra le transfuge. La révolte se prolongea au cours de l’été et de l’automne 1591 et se termina par l’exécution publique du plus haut magistrat aragonais, le Justicia Mayor, à la fois garant et symbole des fueros aragonais. Cet épisode, qui témoigne de l’effacement politique de l’Aragon au profit de la Castille, devenue point central de la Monarchie Catholique, a été, dès le xviie siècle, l’objet de récits aussi polémiques que contradictoires et Jesús Gascón Pérez en a proposé naguère une excellente mise au point bibliographique dans sa Bibliografía crítica para el estudio de la Rebelión aragonesa, publiée par l’Institución Fernando el Católico, en 1995. C’est à présent un récit de cet épisode crucial de l’histoire aragonaise que Jesús Gascón Pérez présente avec son livre Alzar banderas contra su rey. La rebelión aragonesa de 1591 contra Felipe II. Joseph Pérez, dans sa préface à l’ouvrage, indique qu’il s’agit là des meilleures pages écrites jusqu’à présent sur la question (p. 11). En effet, partant d’un état de la question très exhaustif, Jesús Gascón Pérez ouvre de nouvelles perspectives à propos d’une révolte qui, comme il l’indique lui-même, a été peu étudiée depuis les travaux pionniers du marquis de Pidal (en 1862-1863) et de Gregorio Marañón (en 1947). Se référant à l’exception que constitue le livre qu’Encarna Jarque Martínez et José Antonio Salas Auséns ont consacré à la révolte (Las alteraciones de Zaragoza en 1591, Cuadernos de cultura aragonesa, 1991), Jesús Gascón Pérez écrit: « De hecho, la única monografía dedicada al asunto desde mediados del siglo xx sigue los planteamientos enunciados por dichos autores [Pidal et Marañón]» (p. 31). Cette affirmation est quelque peu rapide car le livre cité proposait, dès 1991, une vision stimulante des événements destinée à nuancer les versions manichéennes de la révolte qui avaient encore cours, quatre cents ans après les faits. La réflexion de Gascón Pérez, d’ailleurs, par son souci d’objectivité et son refus des idées toutes faites, est tributaire de celle de ses devanciers dont il s’éloigne, cependant, lorsqu’il relativise l’impact de la crise économique (pp. 112-113 et 425). Gascón Pérez souligne la part du politique dans l’événement et rejette l’interprétation de la révolte comme un mouvement exclusivement aristocratique (Pidal et Marañón). La démonstration est limpide et adopte quatre angles complémentaires. Une première partie (pp. 39-116), après avoir évoqué les désordres sociaux qui agitaient l’Aragon à la fin du xviie siècle (conflits antiseigneuriaux, banditisme, affrontements entre morisques et montañeses), rappelle que, pour rétablir l’ordre, la Castille eut recours à des mesures extraordinaires qui provoquèrent chez les Aragonais une conscience exacerbée de leur singularité et une défense à outrance de leurs fueros. La seconde partie (pp. 117-282) évoque la façon dont les Aragonais prirent fait et cause pour Antonio Pérez, associant la défense de l’ancien secrétaire de Philippe II avec celle des lois aragonaises, menacées par les visées hégémoniques de la Castille. La périodisation proposée, obtenue en croisant de nombreux critères, n’est pas nouvelle mais est énoncée de façon efficace : la phase judiciaire initiale fut suivie d’une phase « coactive » (du 24 mai au 24 septembre 1591), qui déboucha sur une période de radicalisation du conflit puis sur une phase militaire. L’occupation de l’Aragon par les troupes castillanes, les tentatives de résistance et les poursuites contre les insurgés (pp. 283-422) sont relatées dans une troisième partie. Les considérations les plus originales sont abordées dans la dernière section, lorsque l’auteur dresse le tableau des forces en présence afin de mettre en avant la « complexité » du soulèvement (p. 588). En effet, à côté des nobles et des gentilshommes, il convient de signaler l’implication de nombreux habitants de Saragosse issus du clergé et du tiers état (juristes, marchands, artisans et labradores). La démonstration, qui s’appuie sur l’exploitation exhaustive de nombreuses archives (notamment Simancas et l’Archivo Histórico de Madrid), gagnerait à être complétée par le dépouillement du procès d’Antonio Pérez qui se trouve à la Bibliothèque Nationale à Paris. De même, le repérage des différents groupes sociaux présents au cours de l’insurrection pourrait être complété par les résultats de notre recherche sur l’implication des enfants dans la révolte (P. Bravo, « Enfants guerriers, enfants victimes et enfants sages : les figures de l’enfance dans les récits de la révolte aragonaise de 1591 », A. Redondo, Figures de l’enfance, Paris, 1997, pp. 43-65) ou par une réflexion sur le lien entre pratiques révolutionnaires et représentations (P. Bravo, « Les pasquins aragonais de 1591 : figures de la contestation politique sous Philippe II », A. Redondo, Le pouvoir au miroir de la littérature en Espagne aux xvi et xviie siècles, Paris, 2000, pp. 49-68). Or Gascón Pérez, de même qu’il a consacré un ouvrage particulier à l’étude des textes produits par les insurgés (La rebelión de las palabras. Sátiras y oposición política en Aragón [1590-1626], Zaragoza, 2003), préfère réserver l’étude de l’ « idéologie » des insurgés pour des travaux ultérieurs (p. 590). Cette façon de scinder la matière explique le caractère parfois trop descriptif d’une monographie qui sacrifie la mise en perspective critique à l’exposé exhaustif des faits. Ceci étant, il convient de saluer la pertinence de la mise à jour des réseaux familiaux et politiques des insurgés ainsi que l’intérêt des gros plans consacrés à des protagonistes d’extraction modeste (pp. 547-553). Cette enquête menée à propos de l’identité des principaux protagonistes et de leur insertion dans différents réseaux de pouvoir constitue une avancée scientifique significative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paloma Bravo, « Jesús Gascón Pérez, Alzar banderas contra su rey. La rebelión aragonesa de 1591 contra Felipe II », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 245-246.

Référence électronique

Paloma Bravo, « Jesús Gascón Pérez, Alzar banderas contra su rey. La rebelión aragonesa de 1591 contra Felipe II », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4152

Haut de page

Auteur

Paloma Bravo

Université de Bourgogne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org