Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Catherine Désos, Les Français de Philippe V : un modèle nouveau pour gouverner l’Espagne (1700-1724)

Guillaume Hanotin
p. 247-248
Référence(s) :

Catherine Désos, Les Français de Philippe V : un modèle nouveau pour gouverner l’Espagne (1700-1724), Strasbourg, Presses de l’Université de Strasbourg, 2009, 540 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 février 2014.

1Catherine Désos publie ici une thèse de doctorat, fruit d’un long travail de prosopographie. Elle s’est ainsi intéressée à reconstituer la familia francesa de Philippe V à Madrid. Le duc d’Anjou, deuxième petit-fils de Louis XIV, succéda à Charles II, dernier souverain de la Maison d’Autriche, en 1700. Désigné dans un célèbre testament, le jeune prince élevé à la cour de Versailles, quitta ainsi le royaume de France pour régner sur la Monarchie Catholique. Les Français, qui le suivirent, forment un groupe dont Catherine Désos étudie les contours et la présence en Espagne jusqu’aux années 1720. En retraçant ainsi l’histoire de l’entourage français de Philippe V à Madrid, elle soulève à nouveau la question des transferts culturels et politiques occasionnés par le changement dynastique survenu en 1700.

2L’adoption d’un plan chrono-thématique déployé sur neuf chapitres confère à l’ouvrage une grande clarté et une facilité de lecture. Catherine Désos étudie ainsi successivement la constitution de cette familia francesa, son ingérence dans les affaires, son influence sur la cour d’Espagne, mais aussi sa composition, les rivalités et les tensions qui la travaillait de l’intérieur. La réception et l’intégration des Français constituent également une interrogation présente tout au long de l’ouvrage. La cour, la Casa Real, l’armée et les Conseils durent s’accommoder de cette présence qui n’alla pas sans heurts, notamment avec les Grands, jaloux de leur proximité avec le roi.

3Cette enquête s’appuie sur des sources et des références abondantes. Catherine Désos a eu recours à de nombreux centres d’archives, comme ceux des Ministères des Affaires étrangères ou de la Défense, mais également des Archives Nationales. Elle a aussi consulté celles du Palais royal de Madrid, de l’Archivo Histórico Nacional de la capitale espagnole et de Valladolid (Simancas). Elle peut ainsi recouper des informations et reconstituer un tableau riche et détaillé. On peut suivre pas à pas l’évolution de la familia francesa à la cour de Madrid entre 1700 et 1725 et son influence sur des domaines aussi divers que la vie de cour et artistique, la pratique du gouvernement, l’administration des finances, l’organisation militaire ou encore la politique étrangère. Les serviteurs du roi, son médecin, son confesseur mais aussi les peintres, comme Jean Ranc ou Louis-Michel Van Loo, ne sont pas étudiés isolément mais leur présence est éclairée par les liens qu’ils entretenaient entre eux ou avec des Espagnols. Les stratégies pour s’imposer et garantir sa place, à l’image des mariages qu’ils pouvaient contracter pour assurer leur position, permettent de mieux comprendre les enjeux et le fonctionnement de ce groupe. Elle reconstitue également la carrière de plusieurs officiers, hommes de guerre ou serviteurs du roi à la cour et suit leur trajectoire. Les premières années du règne de Philippe V, celles de la guerre de Succession d’Espagne, apparaissent comme le temps des opportunités, habilement saisies par plusieurs personnages davantage connus pour leur rôle durant la seconde partie du règne. Désigné sous l’appellation de novatores, il s’agit de sujets de Philippe V qui se retrouvent dans un désir de changement et de réformes de la monarchie, comme Patiño, Macanaz, Tinajero de la Escalera ou encore Miraval. Elle révèle également le caractère cosmopolite de la cour de Philippe V avec la présence d’Irlandais, souvent jacobites, de Flamands, à l’image de Bergeyck, ou encore d’Italiens, originaires des possessions européennes de la monarchie hispanique.

4Elle en vient à s’interroger, comme de nombreux chercheurs aujourd’hui, sur l’existence d’un modèle français qui aurait été adapté à la monarchie espagnole du début du xviiie siècle. Partisane de la thèse selon laquelle cette présence française eut une influence sur les réformes du début du règne de Philippe V, elle insiste en réalité sur les Espagnols, novatores, sur lesquels le souverain et ses ministres s’appuyèrent pour enclencher des évolutions qui concernaient l’armée, la cour, l’administration ou encore les rapports entre le roi et les royaumes.

5Enfin, Catherine Désos envisage cette présence à l’aune des relations entre les deux couronnes. Après le temps d’une union étroite, qui perdura jusqu’au départ de l’ambassadeur Amelot en 1709, la présence de ces Français fut fragilisée. Les conseillers français, comme Orry qui quitta définitivement l’Espagne en 1714 avec la princesse des Ursins, furent les premiers à souffrir des changements initiés par l’arrivée d’Elisabeth Farnèse, seconde épouse de Philippe V. Les proches du souverain, attachés à son service le plus immédiat et le plus quotidien, comme celui de la Bouche ou celui du Gobelet, purent rester avec Philippe V durant une grande partie de son règne. Toutefois, leur présence ne fut véritablement garantie que par des stratégies matrimoniales, avec une Espagnole par exemple, ou lorsque leur intégration leur permettait de se fondre dans l’organisation de la Casa Real, c’est-à-dire en renonçant aux caractéristiques de la familia francesa du début du règne.

6En définitive, l’ouvrage de Catherine Désos est une belle contribution à l’étude du début du règne de Philippe V et de ceux qui l’accompagnèrent depuis Versailles jusqu’à Madrid, illustrant encore une fois le rôle fondamental joué par la proximité avec le souverain, source des grâces et des faveurs, et des liens de fidélité qui reliaient ses sujets à sa personne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Hanotin, « Catherine Désos, Les Français de Philippe V : un modèle nouveau pour gouverner l’Espagne (1700-1724) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 247-248.

Référence électronique

Guillaume Hanotin, « Catherine Désos, Les Français de Philippe V : un modèle nouveau pour gouverner l’Espagne (1700-1724) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 18 avril 2014. URL : http://mcv.revues.org/4155

Haut de page

Auteur

Guillaume Hanotin

Centre Roland Mousnier (UMR 8596), Université Paris IV (Paris-Sorbonne).

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org