Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Jesús Astigarraga, María Victoria López-Cordón, José María Urkia Etxabe (eds), Ilustración, Ilustraciones

Frédéric Prot
p. 248-250
Référence(s) :

Jesús Astigarraga, María Victoria López-Cordón, José María Urkia Etxabe (eds), Ilustración, Ilustraciones. Donostia-San Sebastián, Real Sociedad de los Amigos del País/ Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2009. 2 vol. , 1.047 p.+ CD-ROM.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 février 2014.

1Et si l’on parlait encore des Lumières ? Faut-il qu’elles travaillent notre culture politique - au sens le plus large - pour que le travail d’élucidation et donc d’appropriation soit une fois de plus reconduit ? Non pas qu’elles réclament de nous une adhésion admirative à leur part utopique ou réformiste, ou bien une défiance toute post-moderne, qui pointerait leurs insuffisances, leurs faux-semblants voire un autoritarisme tendanciel car systémique, aux yeux de certains. La critique historique se propose d’éclairer les postulats d’une époque, les forces en présence et la concurrence de modèles de projection collective. Si les Lumières, précisément, imposent encore aujourd’hui leur référence, c’est qu’elles ont fini par ressortir à un mode transversal de la modernité, affranchi des bornes chronologiques du xviiie siècle. On réclame une religion éclairée, une laïcité éclairée. A travers elles, c’est un critère d’exigence morale et politique que l’on revendique, et pour le présent, une culture nourricière et fondatrice.

2Alors, telles qu’en elles-mêmes enfin l’éternité les change ? Pas si simple. D’abord, la valeur « Lumières » a-t-elle encore cours ? La partie est-elle perdue, demande même Fernando R. de la Flor dans sa « Memoria postmoderna de la Ilustración » ? Plusieurs choses pourraient aujourd’hui le laisser entendre, selon lui. Notre époque reconnaîtrait ainsi plus largement ses affinités avec la culture et le système baroques, dont les formes et les valeurs auraient pris l’avantage. Notre âge « anti-utopique », féru de déconstruction, aurait perdu les possibilités de résonnance avec l’élan des Lumières, leurs idéaux et leur « poétique » même. L’esprit « éclairé » aurait d’autant moins le vent en poupe que son sens se trouverait aujourd’hui ou bien brouillé – par l’essor, notamment, du courant historiographique actuel qui fouille et reconstitue son envers, les « anti-Lumières » – ou bien révisé – par l’effet de réinterprétations successives de son idéologie et de ses principales figures. Les Lumières sont-elles encore à l’ordre du jour ? Quelles politiques délivrent-elles et de quelles Lumières veut-on et peut-on parler ?

3Les 14-17 novembre 2007, la Sociedad Bascongada de Amigos del País convoquait un vaste Congrès, sobrement intitulé « Ilustración, ilustraciones ». Les travaux qu’y exposèrent plus de cinquante chercheurs sont aujourd’hui rassemblés en deux volumes de près de mille pages, distribués en six grandes sections thématiques : « Tiempos y modos », « Espacios y Estados », « Economía política : hechos e ideas », « Ciencia », « Representaciones » et enfin « Ilustración vasca ».

4Dans un vaste préambule, les Lumières sont présentées comme un objet d’étude requérant un vaste travail de « désopacification » du sens et de l’ambition. Ce « système culturel commun », pensé et mis en œuvre comme tel, a en effet pâti – rappelle Vicenzo Ferrone – de l’historiographie nationale et nationaliste des grands Etats des xixe et xxe siècles qui favorisèrent le renforcement des particularismes, au profit des traditions et de l’identité nationale. Par ailleurs, le lien tissé entre Lumières et Révolution française empêche souvent de comprendre en profondeur chacun des deux termes, donnant lieu à des « révisionnismes aventureux et idéologiquement marqués ». Contre les effets abusifs de généalogie causale et un mouvement de « nationalisation » des Lumières dans le champ historiographique, il faut donc dépasser la géographie et la chronologie traditionnelles et promouvoir de même et de nouveau le travail sur archives.

5Les Lumières constituent une des premières entreprises de « globalisation », portée par une foi en la perfectibilité de l’homme et l’idée d’un destin commun, écrit Joaquín Álvarez Barrientos. Aussi, à travers elles, c’est « la façon dont nous nous voyons (…), dont nous acceptons, ou non, notre passé et la manière aussi que nous avons de penser l’avenir » qui se trouve réfléchie. « Un avenir chaque fois plus présent, moins historique, plus post-moderne ou trans-moderne et, en ce sens, moins éclairé ». Les Lumières forment un legs collectif que l’on s’approprie et que l’on réinvestit d’un sens selon les exigences et les représentations des époques. Leur histoire est donc celle aussi des avatars de leur postérité. Ainsi, l’image de Lumières modérées s’est-elle longtemps imposée, influencée par le catholicisme et l’utilitarisme. Les « Lumières radicales » – n’ouvrons pas ici le débat sur le bien-fondé de cette désignation – sont depuis quelques années l’objet de travaux remarquables, comme l’étude fouillée qu’en donne l’historien américain Jonathan Israël. Gérard Dufour rappelle, au sein du Congrès, l’existence de cette option en Espagne, à travers la figure de l’auteur de Cornelia Bororquia, Luis Gutiérrez, dont le rejet de la République ne relève pas pour autant d’une radicalité déficitaire.

6Philip Deacon met en garde contre les abus terminologiques, les simplifications et les confusions auxquelles donne lieu l’emploi – ancien et contemporain – des mots « ilustración » et « ilustraciones ». La recherche actuelle doit se pencher sur les occasions perdues des Lumières, examiner les raisons pour lesquelles la transformation nationale profonde que réclamait la minorité des Espagnols éclairés ne s’est pas produite.

7La difficulté qu’il y a à produire une vision unitaire des Lumières justifie le titre du Congrès, où le singulier est adossé au pluriel. Face à l’absence d’une « véritable philosophie », entendue comme un ensemble d’idées claires et distinctes, aptes à former un corps doctrinal compact, María Victoria López-Cordón prend acte de la nécessité de toujours conjuguer l’« Ilustración pensada » à l’« Ilustración vivida ». Les notions maîtresses n’ont pas la même acception auprès de tous : on est en face d’un processus d’appropriation, ancrée dans la réalité d’un temps et d’une société.

8Les esprits éclairés, étaient-ils des intellectuels ou des réformateurs, intégrés à l’appareil monarchique ? Le lien entre Etat et Ilustración est solidement marqué, à l’image de l’institution emblématique des Lumières d’Espagne : les Sociétés Economiques des Amis du Pays, objet de plusieurs communications au sein du Congrès, comme celles de Gloria Franco Rubio – qui les envisage comme un « observatoire privilégié » pour l’histoire de la citoyenneté bridée à la fin de l’Ancien Régime –, ou d’Olegario Negrín Fajardo, consacrée à la vocation de l’éducation populaire au sein de la Matritense : s’agissait-il alors d’accroître la productivité et la qualité du travail artisanal ou de promouvoir une authentique « formation professionnelle » ?

9« L’arrière-plan politique et institutionnel » explique la façon dont l’Ilustración s’est traduite et répercutée en Ilustraciones. Aucune des modalités régionales (Asturies, Catalogne, Andalousie, Aragon, etc.), n’aurait eu lieu d’être sans cette Ilustración « indiscutablement unique, indivisible, au singulier et en majuscules » (Jesús Astigarraga).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Prot, « Jesús Astigarraga, María Victoria López-Cordón, José María Urkia Etxabe (eds), Ilustración, Ilustraciones », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 248-250.

Référence électronique

Frédéric Prot, « Jesús Astigarraga, María Victoria López-Cordón, José María Urkia Etxabe (eds), Ilustración, Ilustraciones », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/4158

Haut de page

Auteur

Frédéric Prot

Université Bordeaux 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org