Navigation – Plan du site
Miscellanées

Relations familiales et sociales dans une inscription d’Oliva (HEp, 5, 809)

Relaciones familiares y sociales en una inscripción de Oliva (HEp, 5, 809)
Familial and social relationships in an inscription at Oliva (HEp, 5, 809)
Sabine Armani
p. 175-193

Résumés

Le réexamen d’une inscription d’Oliva (HEp, 5, 809), à la lumière des travaux des historiens et des anthropologues sur la parenté, permet d’identifier la position généalogique exacte des quatre membres d’une famille d’affranchis. L’étude commence par l’analyse du vocabulaire de la parenté qui se caractérise ici par le recours à des expressions peu fréquentes. Il en ressort que la restitution du mot consobrinus pour désigner le cousin germain, aux lignes 7-8, est fautive. En raison de la taille de la lacune, il faut lire sobrinus (neveu), moins rare. Du coup, les liens familiaux qui unissaient les parents entre eux gagnent en cohérence en révélant notamment l’existence d’une cellule conjugale dont les membres défunts (parents et enfant) sont honorés dans l’épitaphe en qualité de sœur, beau-frère et neveu par le dédicant. L’utilisation de termes désignant exclusivement la parenté collatérale ou par alliance rappelle l’importance qu’accordaient les milieux d’origine servile aux relations familiales horizontales qui leur rendaient une visibilité sociale.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2010.

  • 1  Corell, 1993, no 6 et planche XXVII (= IRSAF, 6) et 1999, no 184 (= IRIlici, 184). Les abréviation (...)

1Cette recherche est née de la présence insolite dans une inscription1 de trois termes de parenté. Il s’agit de termes qui ne désignent pas la parenté la plus proche, et dont la concentration dans un seul et même texte a attiré mon attention tant est admise leur rareté dans les témoignages épigraphiques : deux d’entre eux sont relativement peu attestés (consobrinus et adfines) et l’un est même un unicum (sororis uir).

2Le monument sur lequel figure l’inscription a été découvert en 1966 au lieu-dit Les Fonts, sur la commune d’Oliva (Valence), en Espagne Citérieure, et a déjà fait l’objet de nombreuses descriptions détaillées. Le texte – il s’agit d’une épitaphe – est gravé sur un autel de calcaire gris clair (91 cm × 47 cm à la base × 35 cm) avec double base et corniche, dont la face principale a été grossièrement polie (fig. 1, p. 176).

Fig. 1. – État actuel de conservation de l’autel
(avec l’aimable autorisation du Musée archéologique d’Oliva)

Fig. 1. – État actuel de conservation de l’autel(avec l’aimable autorisation du Musée archéologique d’Oliva)
  • 2  Voir le compte rendu des conditions de découverte de la pierre : « Con posterioridad a nuestra vis (...)

3Le champ épigraphique n’est pas délimité, mais la gravure, à en juger par les lettres encore visibles, semble avoir fait l’objet d’un soin particulier : alignement presque systématique du texte à gauche, encore décelable malgré l’érosion de l’arête qui ne constitue plus un angle saillant ; mise en valeur de la formule d’invocation aux dieux Mânes, isolée au milieu du linteau ; décalage au centre de la dernière ligne ; belles lettres capitales carrées et régulières (hauteur des lettres : 7 cm à la première ligne, puis entre 2,5 et 3 cm) qui permettent de situer la chronologie du monument entre la fin du iie et le début du iiie siècle. L’autel porte à son sommet des traces d’un focus. Le remploi de la pierre dans un canal d’irrigation est responsable de l’érosion du texte, voire de la disparition définitive – on le verra – de certains mots2, notamment au début du texte et à l’extrémité des lignes.

4C’est à Josep Corell que l’on doit la première édition du texte, malgré l’état de détérioration de la pierre. Ma contribution, qui est bien sûr largement redevable de cette première lecture, vise à proposer des corrections aux relations familiales, mais surtout à apporter des éclairages sur l’expression et les mécanismes de la parenté d’une société romano-provinciale.

  • 3  Saller et Shaw, 1984.
  • 4  Lire le compte rendu critique de l’article de ibid. par Mann, 1985 et voir Corbier, 1990 et 1998, (...)
  • 5  Pour la Lusitanie en particulier, lire Edmondson, 2002-2003, 2004, 2005 a et 2005 b.

5En effet, l’étude de la famille dans l’Antiquité a sensiblement évolué. Depuis une vingtaine d’années, les historiens ont modifié l’image de la famille romaine qu’en avaient donnée les historiens du droit. Ils se sont posé de nouvelles questions, ont abordé les anciennes à partir d’autres documents et selon d’autres méthodes d’analyse. Le traitement statistique des termes de parenté, en surestimant le rôle de la parenté proche dans les relations familiales3, a montré les limites de la démarche quantitative4. L’historien de l’Antiquité adaptant à son objet d’étude les outils mis au point par les sciences sociales, s’est alors fait anthropologue : les épitaphes se sont substituées aux archives ou aux témoignages que l’ethnologue recueillait auprès des populations étudiées. L’accent a aussi été progressivement mis sur l’importance des contextes sociologiques et géographiques. En ce qui concerne la péninsule Ibérique, de récentes études régionales ont contribué à souligner la diversité des situations et des évolutions locales5.

6L’étude de l’inscription d’Oliva s’inscrit dans cette démarche : l’association de différents parents sur une même épitaphe tient-elle au seul hasard des décès et à leur chronologie, ou faut-il y voir aussi, dans une certaine mesure, des solidarités familiales à l’œuvre ?

7Afin de tenter une relecture globale de l’inscription, l’analyse de la terminologie de la parenté constitue une étape indispensable qui permet d’introduire de nouveaux questionnements touchant à l’histoire juridique et sociale de cette famille.

  • 6  IRIlici, 184 = HEp, 5, 809.

8Avant de présenter les aménagements que je propose d’apporter à la lecture de J. Corell, il convient de rappeler la restitution du texte qu’il a établie in fine6 :

D(is) M(anibus). || P̣ọṃp̣ẹịạẹ Ṿẹṇ[us|t]ae ? ạṇ(norum) ḶX̣X̣ [c. 6]/ụṣ ?[u]x̣ọṛị |5[c]arissimae ar[am | p]osuit et G(aio) Pom[pe|i]o Nicostrato[con|so]brino et Q(uinto)Pom|[p]eio Philipo(sic)so|10roris uiro adf[i]|nibus piissi|mis.

Aux dieux Mânes. À Pompeia Venusta, âgée de 70 ans, [---]us a élevé cet autel à sa très chère épouse ainsi qu’à G. Pompeius Nicostratus son cousin germain [consobrinus] et à Q. Pompeius Philipus, son beau-frère [l’époux de sa sœur : sororis uir], à ses parents [par alliance : adfines] très affectionnés.

  • 7  Bettini, 1994, p. 225.

9À la lecture, mon attention a d’abord été attirée par la restitution du terme consobrinus proposée par l’éditeur aux lignes 7 et 8. En effet, le mot qui désigne le cousin germain indifférencié7 (sans distinction de parenté par le père ou par la mère) est rarement employé, notamment dans l’épigraphie de la péninsule. Il n’est attesté qu’à trois autres reprises : une fois en Lusitanie, deux fois en Bétique.

Consobrinus ou sobrinus?

Les occurrences du terme consobrinus dans la péninsule Ibérique

10a. – CIL, II, 111 ; IRCP, 381. Évora (Ebora), Lusitanie :

D(is) M(anibus) | Canidiae Albinae | c(larissimae) m(emoriae) f(eminae) matri Catin(ii) | Canidiani c(larissimae) m(emoriae) u(iri) | consobrini sui | Catinia M(arci) fil(ia) | Aciliana c(larissima) f(emina) |  s(ua) p(ecunia) f(ecit).

Aux dieux Mânes. À Canidia Albina, défunte clarissime, mère de Catinius Canidianus, défunt clarissime, son cousin germain. Catinia Aciliana, fille de Marcus, clarissime, a fait faire [ce monument] à ses frais.

  • 8  Caballos Rufino, 1990, pp. 96-98, envisage également, à la génération des parents de Catinia Acili (...)

11La dédicante, Catinia Aciliana, une femme de rang sénatorial, et le défunt, Catinius Canidianus, sont cousins germains par les pères. Catinia Aciliana a choisi en outre d’honorer la mémoire de sa tante paternelle par alliance, Canidia Albina, mère de son cousin décédé8. Le cognomen de ce dernier est d’ailleurs forgé sur le gentilice de sa mère.

La parenté de Catinia Aciliana.

12b. – CIL, II, 2165 ; CIL, II2/7, 148 ; ILER 4786. Montoro (Epora Foederatorum), Bétique :

M(arco) Atilio Saluia[ni] | f(ilio) Saluiano | d(ecreto) d(ecurionum) | M(arcus) Atilius Atticus | consobrinus h(onore) u(sus) i(mpensam) r(emisit).

À M. Atilius Salvianus, fils de Salvianus, par décret des décurions. M. Atilius Atticus, son cousin germain, satisfait de l’honneur, a fait remise de la dépense.

Les cousins germains M. Atilii.

13Comme dans le cas précédent, l’homonymie gentilice ne laisse pas non plus de doute sur le caractère agnatique de la parenté qui unit les deux hommes : dédicant et défunt sont cousins parallèles patrilinéaires. Ils étaient donc issus de deux frères que seul devait distinguer le port d’un surnom différent, comme le suggère la filiation exprimée chez le défunt par le surnom paternel (Saluiani f.) et non, comme il est d’usage, par le prénom. Tout indique que le prénom Marcus, commun aux deux cousins, leur a été transmis par leur père respectif.

14c. – CIL, II, 1678 ; ILER 1659 ; CIL, II2/5, 89. Martos (Tucci), Bétique :

Iuliae C(aii) f(iliae) Laetae flaminicae | domus Augustae | L(ucius) Maecius Natiuos consobrinae | piissumae erga se.

À Iulia Laeta, fille de Caius, flaminique de la famille impériale. Lucius Maecius Nativos, à sa cousine germaine, pleine de respect envers lui.

15La situation familiale est quelque peu différente dans ce dernier témoignage. En effet, le port d’un gentilice différent fait de L. Maecius Natiuos et de sa cousine, Iulia Laeta, prêtresse du culte impérial, des cousins germains croisés si, à la génération précédente, le père de l’un et la mère de l’autre étaient frère et sœur, parallèles s’ils étaient nés de deux sœurs :

La cousine de L. Maecius Nativos (1re hypothèse : cousinage croisé).

La cousine de L. Maecius Nativos (1re hypothèse : cousinage croisé).

La cousine de L. Maecius Nativos (2e hypothèse : cousinage parallèle).

  • 9  Sur les formulaires des hommages publics dans les cités, voir Dardaine, 1980.

16En dépit d’un usage indifférencié du terme consobrinus qui désigne les cousins du côté paternel comme du côté maternel, le mot reste d’un emploi exceptionnel dans la péninsule et est employé dans des milieux privilégiés : membres de l’ordre sénatorial et notables locaux9. La rareté du terme invite alors à se demander si la restitution proposée est la plus appropriée.

Sobrinus et non consobrinus

17Le vocable sobrinus – à la fois terme de parenté et radical sur lequel consobrinus a été construit – n’a pas été retenu par l’éditeur, qui ne semble pas non plus l’avoir envisagé, alors que son emploi est plus courant que celui de son composé, au moins dans la péninsule Ibérique (voir Annexe, pp. 188-190).

18Or, un réexamen sur place de la pierre montre qu’on peut encore observer, à la fin de la septième ligne, juste après Nicostrato, un S dont on trouve d’autres exemples aux lignes 11 et 12, suivi d’un O dont on distingue encore la trace.

Fig. 2. – Dessin de l’autel

Fig. 2. – Dessin de l’autel

19En aucun cas on ne dispose d’un espace suffisant pour restituer en bout de ligne trois lettres, ce qui a pour effet d’éliminer la lecture de la syllabe CON qui avait été proposée. Quant au départ de la huitième ligne, il n’y a aucune place pour en supposer deux autres. En effet, au début de cette ligne, la largeur de la lacune (correspondant à la deuxième syllabe – soit les lettres SO – de consobrino restitué dans la proposition de J. Corell) serait très étendue dans un contexte où une lettre au maximum manque en début de ligne.

  • 10  On retrouvera l’analyse détaillée du passage du terme sobrinus, du 6e degré (cousin issu de cousin (...)
  • 11  En Italie, il existe des séries épigraphiques similaires : [M(arco)] Anicio Daphno … [et] | … [A]n (...)

20En outre, un B, bien lisible en lumière rasante, est parfaitement aligné sous le I de Pompeio, encore partiellement visible au commencement de la septième ligne. Le nombre moyen de lettres par ligne n’est pas remis en cause par cette relecture : 14 lettres contre 15 précédemment à la septième ligne, 11 contre 13 à la suivante dans un texte où les lignes alternent entre 11, 12, 13 et 14 lettres. Il convient donc de rectifier la première lecture en corrigeant le degré de parenté qui unit G(aius) Pompeius Nicostratus au dédicant anonyme. Il ne s’agit plus de son consobrinus (cousin germain indifférencié), mais de son sobrinus, c’est-à-dire son neveu10. En effet, la position généalogique du sobrinus est souvent précisée dans les inscriptions de la péninsule par son intégration dans une parentèle qui le désigne à coup sûr comme l’enfant de la sœur11 (dans 6 inscriptions sur 13, sans compter le texte d’Oliva : voir Annexe, pp. 188-190).

Les contextes d’emploi de sobrinus dans l’épigraphie de la péninsule

21Dans près de la moitié des témoignages, le parent désigné par le terme sobrinus apparaît aux côtés du frère de sa mère, c’est-à-dire son oncle maternel (indifféremment, dans les inscriptions, le défunt ou le dédicant qui, pour les historiens, tient le rôle du parent référent, l’Ego des anthropologues), ou associé à sa tante maternelle et ce, quel que soit le statut juridique des intéressés. Ce qui frappe c’est la parenté des formulations qui intègrent sobrinus à une parentèle rapprochée. Par exemple, à Astorga (Annexe n° 2, p. 188) ainsi qu’à Carthagène (Annexe n° 4, p. 188), il figure aux côtés des sœurs du dédicant ; à Évora (Annexe n° 11, p. 189), il est associé à la sœur du défunt ; à Barcelone (Annexen° 13, p. 190) comme à Mérida (Annexe n° 7, p. 189), il est mentionné avec les proches parents : la mère, l’épouse, les enfants et la sœur du dédicant dans le premier cas, l’épouse et la sœur, dans l’autre.

  • 12  Saquete Chamizo et Márquez Pérez, 1993, pp. 53-57.

22Ailleurs, quand le mot sobrinus apparaît isolé, à l’exclusion de tout autre terme de parenté, il arrive pourtant que l’on puisse identifier la génération à laquelle se situe son parent croisé. C’est le cas, par exemple, dans une inscription de Mérida (Annexe n° 6, p. 189) où la dédicante, Argentaria Verana rappelle le souvenir de M. Argentarius Achaicus, son sobrinus et libertus. Mais le degré de parenté de ce dernier est suggéré par un autre document qui fait pendant au précédent et qui fut exhumé en même temps12 :

AE, 1993, 903. Mérida (Augusta Emerita) :

D(is) M(anibus) s(acrum). | Argent(ariae) Veranae Emer(itensi) ann(orum) LXV Ar(gentarius) | Vegetinus materterae et patro/nae faciendum curauit. | H(ic) s(ita) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(euis).

Consacré aux dieux Mânes. Ci-gît Argentaria Verana, originaire de Mérida, âgée de 65 ans. Argentarius Vegetinus, a pris soin de faire faire [ce monument] à sa tante maternelle et patronne. Que la terre te soit légère !

23Dans ce texte, la dédicante de la première épitaphe, Argentaria Verana est maintenant qualifiée à la fois de patronne et de tante maternelle par un de ses affranchis, Argentarius Vegetinus. Les deux inscriptions se répondent et l’expression inversée des liens de parenté (matertera, sobrinus) fait supposer que les deux affranchis ont occupé la même position généalogique. Compte tenu de la relation de germanité qu’induit le terme matertera (tante maternelle) à la génération des parents, il y a tout lieu de croire qu’ici encore sobrinus désigne l’enfant de la sœur.

24Sur l’autel retrouvé à Oliva, les parents dont la mémoire est commémorée aux côtés de celle du sobrinus du dédicant ne sont pas les mêmes que dans les épitaphes jumelles de Mérida. Cela n’empêche pas pourtant que les relations de parenté sollicitées soient identiques : on y retrouve la germanité évoquée par le syntagme sororis uir ; l’alliance avec la mention du beau-frère qui, dans les autres témoignages, est souvent suggérée par l’onomastique du sobrinus ; la filiation, enfin, qui découle de la précédente.

25Quelles que soient les nuances de détail, le corpus des attestations du terme sobrinus révèle donc, en l’état actuel du dossier, l’homogénéité de la documentation et des situations. Contrairement aux usages de consobrinus, qui apparaît très lié aux hommages publics ou semi-publics, on rencontre sobrinus dans des contextes exclusivement funéraires et privés. Les familles concernées semblent toutes entretenir un rapport particulier avec la parenté : des milieux serviles où les liens familiaux n’ont pas d’expression légale ; des groupes de parents aux statuts différents. Dans les épitaphes, en effet, les pérégrins (Annexenos 2 et 3, p. 188) côtoient les Latins (Annexe no 2, p. 188) ou les citoyens romains de plus ou moins longue date (Annexe n° 5, p. 188), révélant l’hétérogénéité des situations individuelles au sein des familles. Dans tous les cas, l’intrusion du neveu dans le champ de la parenté rapprochée d’Ego paraît devoir s’expliquer par l’absence de proches dans son entourage immédiat : décès probable du père quand il n’est pas mentionné, voire du couple de parents et, éventuellement, des frères et sœurs.

26Les combinaisons familiales qui reflètent en partie la chronologie des décès intervenus au sein de la parenté sont par conséquent multiples et n’autorisent pas à faire de la relation oncle maternel (tante maternelle) – neveu, une relation privilégiée. Dans l’inscription d’Oliva, la disparition d’une parente a peut-être été l’occasion pour le dédicant d’associer à son souvenir celui de proches dont le décès avait précédé.

Les liens de parenté

27Le formulaire de l’inscription et, notamment, l’expression sororis uir (époux de la sœur) suggèrent l’existence d’un couple formé par :

Le beau-frère et sa femme

  • 13  En effet, la lecture de la lettre Q, initiale du prénom retenu par J. Corell, n’est pas forcément (...)
  • 14  Philipus, avec cette graphie, se rencontre ailleurs en Hispanie : IRSAF, p. 41, note 52.
  • 15  Par exemple, CIL, II, 5267, Mérida : D(is) M(anibus) s(acrum). | Anton(iae) Flaccillae an(norum) X (...)
  • 16  Un seul exemple connu à Mérida qui permet de distinguer les points de vue de la parenté : socerinu (...)
  • 17  La finale stae du cognomen de la défunte, décliné au datif sur la pierre et seule syllabe encore l (...)
  • 18  La restitution carissima est préférable à rarissima d’emploi peu fréquent. L’expression soror cari (...)

28Les lignes 8-9 déclinent en effet l’identité d’un autre parent qui apparaît pour la première fois dans les inscriptions mentionnant le terme sobrinus : C(aius) – ou G(aius) plutôt que Q[uintus] à mon avis13 – Pompeius Philipus14. Le défunt est présenté comme le sororis uir du dédicant (lignes 9-10). La relation avec la sœur d’Ego – ici, le parent survivant qui s’est chargé de la dédicace – est donc une fois de plus clairement établie. Mais la périphrase sororis uir est un hapax dans l’épigraphie. Elle est composée de deux termes de parenté : uir qui désigne, au même titre que maritus, le conjoint ; soror, au génitif, qui renvoie à la sœur d’Ego. En général, le vocabulaire épigraphique de la parenté qui fait la distinction entre la parenté par alliance et par le sang est plus économe, notamment dans la péninsule, et substitue à cette périphrase mal commode le terme de cognatus, cognata15, qui caractérise, sans distinction, l’époux ou l’épouse du frère ou de la sœur, ou encore celui de socerinus16, formé sur socer, pour désigner le frère de l’épouse. Le recours à cette périphrase ne me semble pas, dans le contexte général de l’inscription, être la conséquence de la stricte observation ni des usages épigraphiques ni de ceux de la littérature ou du droit. La relecture sur place avec estampages de l’autel m’a convaincue que le terme VXORI, qui était lu auparavant à la ligne 4, n’était peut-être pas à retenir. En effet, à 14 cm du bord gauche (ce qui précède est complètement effacé), on distingue assez clairement en lumière rasante et sur les estampages, un S nettement suivi des lettres ORO et d’un R moins visible. Le terme SORORIconvient bien avec la logique de l’expression de la parenté dans l’inscription. Dans ces conditions, la défunte Pompeia [–-]sta17 serait la sœur du dédicant, plutôt que son épouse. L’adjectif qui précède l’expression du lien de parenté, dont on ne devine plus que les dernières syllabes – piissimae peut-être, mais plus vraisemblablement,comme l’avait déjà établi J. Corell, carissimae en raison de la longueur de la lacune –, n’est pas incompatible avec la révision de la relation de parenté qui unit le dédicant et la défunte puisque cette marque d’affection s’applique en effet aux épouses comme aux sœurs décédées18. Dans la périphrase sororis uir, soror ne serait pas employé comme dans une expression consacrée, mais pour rappeler que G. Pompeius Philipus n’était pas n’importe quel beau-frère : il s’agissait de l’époux de la défunte. Rien n’empêche donc d’envisager que le dédicant ait décidé de consacrer (l. 5-6) un autel à sa sœur défunte, au fils de cette dernière ainsi qu’à son mari, respectivement son neveu (sobrinus) et son beau-frère (sororis uir), déjà décédés à la mort de Pompeia.

  • 19  Zonabend, 1994, pp. 38-39, s’appuyant sur Lévi-Strauss, 1958,pp. 38-62 (« L’analyse structurale en (...)

29La parenté ainsi reconstituée, outre que sa restitution permet d’améliorer la connaissance du texte, présente, par rapport au groupe de parenté identifié par les précédentes lectures (épouse – mari – cousin germain – beau-frère), l’avantage d’une plus grande cohérence familiale. En effet, le dédicant anonyme a réuni sur cet autel ce que Claude Lévi-Strauss a désigné sous le nom d’« atome de parenté19 » : la sœur – son frère – le neveu et le beau-frère. Parmi les parentés élémentaires, constitutives de l’atome de parenté, l’alliance revêt donc une importance particulière dans cette inscription.

L’atome de parenté selon Cl. Lévi-Strauss (Zonabend, 1994, p. 39).

Le dédicant et ses parents

  • 20  IRSAF, p. 41 : « A juzgar por los cognomina de origen griego, se trata de personas de procedencia (...)

30L’érosion des premières lignes empêche définitivement de connaître l’identité du dédicant. Cependant, le document contient un certain nombre d’éléments objectifs qui permettent de formuler des hypothèses vraisemblables. En effet, le contexte général de l’inscription (absence de filiation, absence d’inscription dans une tribu, cognomina grecs20 – Nicostratus, Philipus – ou donnés de préférence aux esclaves, comme Venusta ou Fausta) permet de poser la question du statut de l’auteur de la dédicace. Il semble exclu qu’il ait pu être un esclave qui aurait consacré un monument funéraire à des parents affranchis. À ma connaissance, l’épigraphie de la péninsule n’offre pas de parallèle de ce genre. Il semble plus probable qu’il ait été, comme ses proches, un affranchi et qu’il ait décliné son état civil sous la forme des tria nomina comme les trois autres dédicataires dont il s’est chargé de faire graver l’identité sur la pierre, ou, à la rigueur, qu’il ait limité l’expression de son identité à la mention de son seul cognomen. Si ce dernier nous échappe, comme son praenomen, on peut cependant raisonnablement supposer que le dédicant ait porté, comme ses parents, le gentilice Pompeius : il n’est pas en effet impossible qu’au moins trois des membres de la famille – la défunte, le dédicant et son beau-frère, dans l’hypothèse où Nicostratus serait né après l’affranchissement de son père et de sa mère – aient été affranchis par le même maître.

  • 21  La mention de l’âge au décès n’est pas systématique dans les épitaphes introduites par la formule (...)
  • 22  Les abréviations A ou AN pour indiquer l’âge du défunt sont les seules formes attestées dans les é (...)

31Par ailleurs, si l’on retient pour le dédicant la solution des tria nomina, plus longue mais plus conforme au contexte onomastique de l’inscription, une restitution de l’indication de l’âge au décès de la défunte, sans être indispensable21 en l’absence de toute trace de lettres observables, peut encore être envisagée juste après le cognomen de Pompeia, à condition qu’elle ait été exprimée sous une forme abrégée du type an(norum)22 suivie de l’âge, limité à un ou deux caractères. Cette précision dont elle aurait été la seule à bénéficier sur l’épitaphe pourrait s’expliquer par les circonstances de l’élévation de l’autel.

  • 23  La lecture uir (?) dans IRSAF, 6, a été abandonnée pour /us (?) dans IRIlici, 184, dont on remarqu (...)
  • 24  Etienne, 1993.

32En effet, le formulaire laisse penser que c’est à l’occasion du décès de sa sœur que le dédicant a décidé d’associer à cet hommage le souvenir de proches parents décédés à une date antérieure. En revanche, à la quatrième ligne, l’espace restant à la suite de ce qui fut le surnom ne paraît pas suffisant pour avoir accueilli l’indication de la position généalogique du dédicant par rapport à la défunte. En effet, la restitution du cognomen du dédicant suffit à compléter de manière satisfaisante la lacune de la ligne 4 dont l’importance était mal comblée par les propositions précédentes trop courtes23. D’ailleurs, l’expression d’une relation de parenté double (fratersorori), si elle n’est pas impossible au cas où le dédicant n’aurait mentionné que son cognomen, caractérise davantage les secteurs occidentaux de la péninsule Ibérique24.

  • 25  Moreau, 1990. Sur la question de l’alliance, voir aussi Corbier, 1998, pp. 118-124.

33Les parents par le sang n’étaient cependant pas privilégiés : à la probable carissima soror de la troisième ligne fait écho la dédicace aux adfines piissimi des dixième et onzième lignes. Le terme, étudié par Philippe Moreau25, désigne les parents par alliance et renvoie ici au beau-frère et au neveu (fils du couple décédé) du dédicant, qui formaient avec la sœur défunte une cellule domestique distincte. La mise en avant du groupe familial, la solidarité et l’attachement de ses membres semblent avoir été des traits caractéristiques de ceux qui, juridiquement privés de lien de parenté à l’époque de leur servitude, rejoignaient le monde des hommes libres. Parmi eux, Pompeius (?), le dédicant anonyme d’Oliva, ne faisait pas exception en composant pour ses « chers disparus » une épitaphe dont je propose la lecture suivante :

D(is) M(anibus). || Pompẹiae[---]|ṣṭạẹ [an(norum) -, - Pompeius ? |------] soṛoṛ[i |5 c]ạṛ̣(issimae ar[am | p]oṣuit et G(aio) Pom[pe]|ịo Nicostrato sọ|brino et [G(aio) ?] P[om]|peio Philipo (sic) s[o]|10oris uiro, ad[fi]|ṇịbus piissi|mis.

Aux dieux Mânes. À Pompeia [---]sta, [décédée à l’âge de -, - Pompeius ---] a élevé cet autel à sa très chère sœur ainsi qu’à G. Pompeius Nicostratus, son neveu et à G. Pompeius Philipus, l’époux de sa sœur, ses parents par alliance très affectionnés.

La famille reconstituée de l’autel d’Oliva.

34Le document d’Oliva ajoute une occurrence de sobrinus à la série hispanique. Les logiques de la parenté illustrées par cette inscription lui confèrent un sens moins anecdotique qu’il y paraissait de prime abord. Elles n’ont d’ailleurs pas été un préalable à l’analyse : ce sont les estampages effectués sur place qui ont induit une réinterprétation dans cette perspective. Le terme sobrinus apparaît une fois de plus intégré à une parentèle élémentaire (oncle, mère et père) qui permet de fixer son usage épigraphique en activant des parentés de base (germanité, filiation, alliance). Cependant, il ressort de la diversité des situations familiales que ce lien avunculaire n’avait rien d’une relation préférentielle. En effet, la dimension exclusivement funéraire et privée de l’emploi de sobrinus (et de sobrina) suppose que son évocation dans les épitaphes tenait davantage aux contingences qu’à des structures sociales originales : perte d’une sœur qui était l’occasion d’une commémoration familiale (à Oliva), mort d’un beau-frère qui laissait une veuve et un orphelin (Annexe nos 2, 4, 11 et 13, pp. 188-189 et 190), union peut-être stérile qui désignait le neveu comme l’unique héritier (Annexe no 7, p. 189)…

  • 26  Edmondson, 2002-2003.
  • 27  Corbier, 2007, p. 87.

35Du point de vue de l’histoire sociale, cette épitaphe collective d’une famille d’origine servile rappelle la relative fréquence du terme dans des milieux ouverts aux évolutions individuelles (pérégrins, esclaves, affranchis) et réaffirme ainsi l’attachement de ces populations envers leurs parents26. Tout fonctionne en effet comme si la visibilité donnée aux relations familiales sur les tombeaux des affranchis contribuait à leur rendre la reconnaissance sociale27 dont ils avaient été privés par la naissance.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abréviations

AE : L’Année épigraphique (1888-…).

CIL, II : Corpus Inscriptionum Latinarum II. Inscriptiones Hispaniae Latinae.

CIL, II2/5 : Corpus Inscriptionum Latinarum II. Inscriptiones Hispaniae Latinae, ed. altera, pars V. Conuentus Astigitanus.

CIL, II2/7 : Corpus Inscriptionum Latinarum II. Inscriptiones Hispaniae Latinae, ed. altera, pars VII. Conuentus Cordubensis.

CIL, VI : Corpus Inscriptionum Latinarum VI. Inscriptiones urbis Romae Latinae.

CIL, VIII : Corpus Inscriptionum Latinarum VIII. Inscriptiones Africae Latinae.

CIL, IX : Corpus Inscriptionum Latinarum XI. Inscriptiones Calabriae Apuliae Samnii Sabinorum Piceni Latinae.

CIL, XII : Corpus Inscriptionum Latinarum XII. Inscriptiones Galliae Narbonensis Latinae.

CIL, XIII : Corpus Inscriptionum Latinarum XIII. Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae.

CILA, 2 : Corpus de inscripciones latinas de Andalucía, volume II : Sevilla tomeI. La Vega (Hispalis).

CILA, 3 : Corpus de inscripciones latinas de Andalucía, volume II : Sevilla, tome II.

CILA, 7 : Corpus de inscripciones latinas de Andalucía, volume III :Jaén, tome II.

DECAR : La ciudad de Carthago Noua : la documentación epigráfica.

ERAE : Epigrafía romana de Augusta Emerita.

HEp : Hispania Epigraphica (1989-…).

ILER : Inscripciones latinas de la España romana.

IRC, IV : Inscriptions romaines de Catalogne. IV. Barcino.

IRCP : Inscrições romanas do Conuentus Pacensis : subsídios para o estudo da romanização.

IRIlici : Inscripcions romanes d’Ilici, Lucentum, Allon, Dianium i els seus territoris.

IRPLE : Inscripciones romanas de la provincia de León.

IRSAF : Las inscripciones romanas de la Safor.

LICS : Latin Inscriptions from Central Spain.


*

Abascal Palazón, Juan Manuel (1994), Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania (Anejos de Antigüedad y Cristianismo, II), Murcie.

Armani, Sabine (1998), « À propos d’une inscription du musée de Mérida : le sens de sobrinus dans l’épigraphie latine », Le jardin des antiques. Bulletin de l’Association des amis du Musée Saint-Raymond, 25, pp. 11-16.

Armani, Sabine (2008), « Un sobrinus chez des Carthaginois de Barcelone : influence locale ? », dans Julián González, Paola Ruggieri, Cinzia Vismara et Raimondo Zucca (éd.), L’Africa romana (Le ricchezze dell’Africa. Risorse, produzioni, scambi). Actes de la XVIIe Rencontre internationale (Séville, 14-17 décembre 2006), Rome, pp. 1247-1262.

Armani, Sabine (inédit), Relations familiales, relations sociales en Hispanie sous le Haut-Empire. Étude épigraphique, thèse de doctorat soutenue à l’université de Rennes II en 2002.

Bettini, Maurizio (1994), « De la terminologie romaine des cousins », dans Pierre Bonte (dir.), Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée (Civilisations et sociétés, 89), Paris.

Caballos Rufino, Antonio (1990), Los senadores hispanorromanos y la romanización de Hispania (siglos i-iii), I-II. Prosopografía, Écija.

Corbier, Mireille (1990), « Construire sa parenté à Rome », Revue historique, 575 (juillet-septembre), pp. 3-36.

Corbier, Mireille (1998), « Épigraphie et parenté », dans Yann Le Bohec et Yves Roman (éd.), Épigraphie et histoire : acquis et problèmes. Actes du congrès de la Société des professeurs d’histoire ancienne (Lyon-Chambéry, 21-23 mai 1993), Lyon, pp. 101-152.

Corbier, Mireille (2007), Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris.

Corell, Josep (1988), « L’epigrafia romana al País Valencià (1982-1986) », Fonaments, 7, pp. 196-218.

Corell, Josep (1993), Las inscripciones romanas de la Safor, Valence.

Corell, Josep (1999), Inscripcions romanes d’Ilici, Lucentum, Allon, Dianium i els seus territoris, Valence.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dardaine, Sylvie (1980), « La formule épigraphique impensam remisit et l’évergétisme en Bétique », Mélanges de la Casa de Velázquez, 16, pp. 39-55.
DOI : 10.3406/casa.1980.2315

Edmondson, Jonathan (2002-2003), « Family Life within Slave Households at Augusta Emerita: the Epitaph of the Cordii », Anas, 15-16, pp. 201-238.

Edmondson, Jonathan (2004), « En quête de la famille romaine dans la Ciuitas Igaeditanorum (Idanha-a-Velha) en Lusitanie au Haut-Empire », dans Claudine Auliard et Lydie Bodiou (éd.), Au Jardin des Hespérides. Histoire, société et épigraphie des mondes anciens. Mélanges offerts à Alain Tranoy, Rennes, pp. 233-252.

Edmondson, Jonathan (2005 a), « Family Relations in Roman Lusitania : Social Change in a Roman Province ? » dans Michele George (éd.), The Roman Family in the Empire : Rome, Italy and Beyond, Oxford, pp. 183-229.

Edmondson, Jonathan (2005 b), « Los monumentos funerarios como espejo de la sociedad emeritense : secretos y problemas sociofamiliares a la luz de la epigrafía », dans Trinidad Nogales Basarrate (éd.), Augusta Emerita : Territorios, Espacios, Imágenes y Gentes en Lusitania Romana, Mérida, pp. 341-371.

Etienne, Robert (1993), « Sociabilité et hiérarchie urbaine dans la péninsule Ibérique romaine impériale », dans Ciudad y comunidad cívica en Hispania (siglos ii y iii d. C.). Cité et communauté civique en Hispania. Actes du colloque (Madrid, 25-27 janvier 1990), Madrid, pp. 85-91.

Glenn Harrod, Samuel (1909), Latin terms of endearment and of family relationship. A lexicographical study based on volume VI of the Corpus Inscriptionum Latinarum, Princeton.

Lévi-Strauss, Claude (1958),Anthropologie structurale, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mann, John C. (1985), « Epigraphic Consciousness », Journal of Roman Studies, 75, pp. 204-206.
DOI : 10.2307/300660

Moreau, Philippe (1990), « Adfinitas. La parenté par alliance dans la société romaine (ier s. av. J.-C. – iie s. ap. J.-C.) », dans Jean Andreau et Hinnerk Bruhns (éd.), Parenté et stratégies familiales dans l’Antiquité romaine, Rome, pp. 3-26.

Oxford Latin Dictionary, Oxford, 1997.

Pla Ballester, Enrique (1966), « Actividades del Servicio de Investigación Prehistórica (1961-1965) », Archivo de Prehistoria Levantina, 11, pp. 275-328.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Saller, Richard P. et Shaw, Brent D. (1984), « Tombstones and Roman Family Relations in the Principate : Civilians, Soldiers and Slaves », Journal of Roman Studies, 74, pp. 124-156.
DOI : 10.2307/299012

Saquete Chamizo, José Carlos, Márquez Pérez, Juana (1993), « Nuevas inscripciones romanas de Augusta Emerita : la necropolis del disco », Anas, 6, pp. 51-74.

Zonabend, Françoise (1994), « De la famille. Regard ethnologique sur la parenté et la famille », dans André Burguière, Christine Klapisch-Zuber, Martine Segalen et Françoise Zonabend (éd.), Histoire de la famille.1. Mondes lointains, Paris, pp. 19-97.

Haut de page

Annexe

Les attestations de sobrinus en Hispanie28

Conventus Asturum

1. – IRPLE 101. Astorga (Asturica Augusta) :

D(is) M(anibus). | Calpu|rnia E|lanis | suo sob|rino pia | pientis(simo) | pos(u)it an(norum) | [XV].

Date : 150-250 ap. J.-C.

2. – CIL, II, 2657 = IRPLE, 123. Astorga (Asturica Augusta) :

Pelliae Visali f(iliae) an(norum) XXX, | Visaliae Visali f(iliae) an(norum) XXV, | sororibus, | Caesiae Cloutai f(iliae) an(norum) XXV, | Coporino Copori f(ilio) an(norum) XXII, | sobrinis, | Domitius Senecio f(aciendum) c(urauit).

Date : ier siècle ap. J.-C.

Conventus Carthaginiensis

3. – CIL, II, 3053 ; ILER 4788 ; LICS 87 = HEp, 4, 130. Guisando, Avilá :

Caecilia Vacemq(um) Re|burri f(ilia) et T(itus) Sem|pronius Reburr[us]sobrin[us] | u(i)u(i) f(aciendum) c(urauerunt).

Date : iie siècle ap. J.-C.

4. – CIL, II, 3411 ; DECAR, 31, 40. Carthagène (Carthago Noua) :

[- Helui]us Pollio L(---) | [ex le]gato ? | [s]oror(is) et sobri[ni | -]de Aug(-) da[t].

Date : 2e moitié du ier siècle ap. J.-C.

Conventus Cordubensis

5. – CIL, II2/7, 968 = HEp, 4, 152. Magacela, Badajoz (Contosalia ?) :

P(ublius) Fabius M|odestus  Rufionis f(ilius) | h(ic) s(itus) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(euis) | P(ublius) Acilius | Rufus | sobrino| d(e) s(uo) p(osuit).

Date : ier siècle ap. J.-C. (CIL, II2/7).

Conventus Emeritensis

6. –AE, 1993, 904 ; HEp, 5, 89. Mérida(Augusta Emerita) :

D(is) M(anibus) s(acrum). | M(arcus) Argentarius | Achaicus Emer(itensis) | an(norum) XXII | h(ic) s(itus) es(t) s(it) t(ibi) t(erra) l(euis) | Argentar(ia) Verana | sobrino et liberto f(ecit).

Date : 2e ou 3e quart du iie siècle ap. J.-C.

7. – AE, 1999, 876. Mérida (Augusta Emerita) :

P(ublius) Sertorius Niger medic(us) | sibi et P(ublio) Sertorio patri suo | et Caeciliae | Vrbanae uxori suae, Serto|riae Tertullae sorori | suae et M(arcus) Didius Postumus | sobrinus et heres |P(ublii) Sertori(i) Nigri de suo sibi | statuam pos(u)it.

Date : 2e moitié du ier siècle ap. J.-C.

8. – ERAE 387. Mérida (Augusta Emerita) :

D(is) M(anibus) s(acrum). | Vibia Asclepiace | ann(orum) XV m(ensium) V | Vib(ius) Asclepiades | frater et | [P]ublicia Oliuola | sobrinae dulcissi|mae et piissimae | fecerunt | h(ic) s(ita) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(euis).

Date : 150-250 ap. J.-C.

9. – ERAE 394 ; ILER 4791. Mérida (Augusta Emerita) :

D(is) M(anibus) s(acrum). | Vict(or) Victulla | ann(orum) XXXV | Ter(tullus) Nouelle (sic) [s(eruus)] | sobrinis suis | f(aciendum) c(urauit).

Date : iie siècle ap. J.-C.

Conuentus Hispalensis

10. – CIL, II, 1215 ; ILER 4789 ; CILA, 2, 52. Séville (Hispalis) :

D(is) M(anibus) s(acrum). | Lucii Auili Succes[si] | sobrini pientissimi | qui uixit ann(is) XXII. | C(aius) [---V]enustus | V[–-] Fabul[---] ? | fecit.

Date : 150-250 ap. J.-C.

Conventus Pacensis

11. – CIL, II, 5193 ; IRCP, 446. Évora (Ebora) :

L(ucius) C(aecilius) Galio ann(orum) L | h(ic) s(itus) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(euis). C(aecilia) Vi|talis sor(or) et | M(arcus) Ful(uius ?) Caeci|lianus sobri(nus) | f(aciendum) c(urauerunt).

Date : ier siècle ap. J.-C. (IRCP).

12. – CIL, II, 5191 ; ILER 4792 ; IRCP 390. Évora (Ebora) :

T(itus) Calleus | Marcianus | an(norum) XX h(ic) s(itus) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(euis).| Cas(sia) Marcella | sobrina f(aciendum) c(urauit) | item amici Nemesiaci | ex lapide s(estertium) n(ummum) II (duo)(milia) | [.]EM ESIACI.

Date : iie siècle ap. J.-C. (IRCP).

Conventus Tarraconensis

13. – AE, 1966, 207 ; IRC, IV, 59. Barcelone (Barcino) :

[Q(uintus) Co]rnelius Sp(urii) f(ilius) Sec[undus] | d[o]mo colonia Ca[rtha]|gine Magna sibi et Corne[liae] | Quartae matri, Gem<i>niae Q[uar]|tae uxori, Corneliae Tertull[ae] | f(iliae), Q(uinto) Corn(elio) Seran(o) f(ilio) aed(ili) II(duum)ui[ro], | Corn(eliae) Quartill(ae) f(iliae), Cor(neliae) Dubit[atae] | f(iliae), Cor(neliae) Sp(urii) f(iliae) Tertull(ae) sorori, | L(ucio) Mae[uio] | Rogato sobrino.

Date : ier siècle ap. J.-C.

Haut de page

Notes

1  Corell, 1993, no 6 et planche XXVII (= IRSAF, 6) et 1999, no 184 (= IRIlici, 184). Les abréviations de corpus utilisées dans l’article sont celles d’HEp. Je tiens à remercier le CRESC qui a financé mes missions en Espagne pour l’étude de ce document. Ma gratitude va également à Monsieur Patrick Le Roux qui a accueilli la première version de ce travail dans son séminaire d’épigraphie latine à l’université de Paris XIII et m’a encouragée à prolonger sur place les recherches ; à Vicente Burguera, ensuite, directeur du Musée archéologique d’Oliva (Valence) qui m’a ouvert les portes de son établissement et m’a mise en relation avec Josep Corell, premier éditeur de l’inscription avec qui j’ai eu l’occasion de m’entretenir par la suite.

2  Voir le compte rendu des conditions de découverte de la pierre : « Con posterioridad a nuestra visita se nos ha comunicado el hallazgo de un gran cipo con larga inscripción que no hemos podido descifrar por la floja calidad de la fotografía que se nos ha remitido. Trataremos de este hallazgo en mejor ocasión, cuando podamos haber estudiado de visu la pieza » (Pla Ballester, 1966, p. 303) ; Corell, 1988, p. 199 : « Ara funerària de pedra calcària, apareguda el 1966 a les Fonts, terme d’Oliva. El text, que pareix constar d’onze ratlles, es troba tan desgastat que la lectura resulta bastant insegura ».

3  Saller et Shaw, 1984.

4  Lire le compte rendu critique de l’article de ibid. par Mann, 1985 et voir Corbier, 1990 et 1998, p. 102.

5  Pour la Lusitanie en particulier, lire Edmondson, 2002-2003, 2004, 2005 a et 2005 b.

6  IRIlici, 184 = HEp, 5, 809.

7  Bettini, 1994, p. 225.

8  Caballos Rufino, 1990, pp. 96-98, envisage également, à la génération des parents de Catinia Aciliana et de son cousin, la possibilité d’un double mariage entre deux frères Catinii et deux sœurs Canidiae. Ce type d’alliance n’est pas exclu dans un contexte aristocratique.

9  Sur les formulaires des hommages publics dans les cités, voir Dardaine, 1980.

10  On retrouvera l’analyse détaillée du passage du terme sobrinus, du 6e degré (cousin issu de cousin) au 3e degré (neveu) par rapport à Ego, dans le système romain de la parenté, dans Armani, 1998; inédit, pp. 55-71; et 2008. Sur les usages décalés du vocabulaire de la parenté voir, en particulier, Corbier, 1998, pp. 104-113. On rappellera enfin que l’évidence de la traduction de sobrinus par neveu dans IRC, IV, 59 s’est d’ailleurs imposée aux éditeurs sans pour autant qu’ils motivent leur choix.

11  En Italie, il existe des séries épigraphiques similaires : [M(arco)] Anicio Daphno … [et] | … [A]nicio M(arci) f(ilio) Daphnico sobr[ino et | Ap]usceiae Promethiae sorori et | [A]pusceiae Doridi filiae et Apusceiae [M(arci) lib(ertae)] | Chrysidi et Corneliae Epictesi uxori f[ec(it) M(arcus)] | Apusceius M(arci) lib(ertus) Hermaphilus uiator q[ui] | Caesaribus et consulibus et praetoribus | apparet sibi et libertis libertabusque suis poster[isq(ue)] | eorum (CIL, VI, 1916) ; Larino (Larinum) : D(is) M(anibus) s(acrum). | Oriens pub(licus) | … no sob(rino) | [C]aluillae | sor(ori) | [f]r[a]t[ri]b(us) b(ene) m(erentibus) | [an]imo lib(ens) | p(osuit). | H(auete) et ual(ete) [CIL, IX, 761].

12  Saquete Chamizo et Márquez Pérez, 1993, pp. 53-57.

13  En effet, la lecture de la lettre Q, initiale du prénom retenu par J. Corell, n’est pas forcément la plus convaincante. L’hypothèse d’un C ou d’un G pour C(aius) ou G(aius) me semble tout aussi probable, sans être absolument sûre en raison d’une veine de la pierre à cet endroit-là, qui court depuis la ligne précédente et qui a obligé le lapicide à légèrement décaler vers la droite le A de Nicostrato.

14  Philipus, avec cette graphie, se rencontre ailleurs en Hispanie : IRSAF, p. 41, note 52.

15  Par exemple, CIL, II, 5267, Mérida : D(is) M(anibus) s(acrum). | Anton(iae) Flaccillae an(norum) XL / uxsor(i) Corn(elii) Placidi, | Corn(elius) Saturninus | cognatae karissimae. Tout indique en effet que la défunte était l’épouse du frère du dédicant. Ailleurs, pour désigner le mari de la sœur, on a recours au terme sororius (CIL, VIII, 6023 ; CIL, XII, 3405 et CIL, XIII, 2070). Voir Oxford Latin Dictionary, p. 1795 : « sororius = a sister’s husband, brother-in-law. »

16  Un seul exemple connu à Mérida qui permet de distinguer les points de vue de la parenté : socerinus en désignant le frère du conjoint d’Ego insiste sur les liens du sang ; cognatus, cognata en désignant l’époux ou l’épouse du frère ou de la sœur d’Ego met l’accent sur le rapport d’alliance.

17  La finale stae du cognomen de la défunte, décliné au datif sur la pierre et seule syllabe encore lisible, convient certes à la restitution en V.e.n.[ust]ae que proposait J. Corell. Le surnom, en effet, se rencontre en Hispanie, notamment dans les milieux d’origine servile : Abascal Palazón, 1994, p. 541 en relève six attestations. Cependant, en l’absence de lettres reconnaissables en début de mot, on ne peut exclure que la défunte ait porté un autre cognomen comme celui de Fausta, plus répandu encore : 17 occurrences dont 2 à Oliva (ibid., p. 358).

18  La restitution carissima est préférable à rarissima d’emploi peu fréquent. L’expression soror carissima se rencontre notamment dans ILER, 4718, IRPLE, 96 ou encore CILA, 3, 425. À Rome, 17 attestations de la formule ont été recensées dans CIL, VI par Glenn Harrod, 1909, pp. 2-6. Sur l’expression de l’affection dans les épitaphes, lire Corbier, 1998, pp. 131-133.

19  Zonabend, 1994, pp. 38-39, s’appuyant sur Lévi-Strauss, 1958,pp. 38-62 (« L’analyse structurale en linguistique et en anthropologie»), fait les remarques suivantes : « Cette structure, la plus simple que l’on puisse concevoir et qui puisse exister dans toute société, est l’atome de parenté, où sont présents trois types de relations familiales toujours donnés dans une société humaine : filiation / alliance / germanité, chacun étant mis en rapport d’opposition et de complémentarité avec les deux autres. À la famille élémentaire de Radcliffe-Brown, Lévi-Strauss adjoint un autre parent : l’oncle maternel qui, en cédant sa sœur, a permis à une nouvelle cellule familiale de se former et à l’enfant d’exister ».

20  IRSAF, p. 41 : « A juzgar por los cognomina de origen griego, se trata de personas de procedencia servil ».

21  La mention de l’âge au décès n’est pas systématique dans les épitaphes introduites par la formule d’invocation aux dieux Mânes abrégée aux initiales DM. Voir, par exemple, ILER, 3740, 3780, 3806, 3811, 3837, 3964, 3982-3983, 4007, 4012, 4037, 4044, 4081, 4179, 4184, 4218, 4277, 4283, 4725, etc.

22  Les abréviations A ou AN pour indiquer l’âge du défunt sont les seules formes attestées dans les épitaphes d’Oliva : IRIlici, 180, 181 et 183.

23  La lecture uir (?) dans IRSAF, 6, a été abandonnée pour /us (?) dans IRIlici, 184, dont on remarque au passage qu’elle serait la seule coupure non syllabique du texte.

24  Etienne, 1993.

25  Moreau, 1990. Sur la question de l’alliance, voir aussi Corbier, 1998, pp. 118-124.

26  Edmondson, 2002-2003.

27  Corbier, 2007, p. 87.

28  Dans cette liste, n’a pas été retenu CIL, II, 3334 ; CILA, 7, 399 ; HEp, 5, 512. Santo Tomé, Jaén : ------ | h(ic) s(itus) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(euis) sob[rini] | ouiari clipum [---]. D’après HEp, la lecture sob[rini] serait fautive et il convient de s’en tenir pour la l. 2 à CIL (cippum) et de lire à la fin de la l. 1 sod[ales].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – État actuel de conservation de l’autel(avec l’aimable autorisation du Musée archéologique d’Oliva)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/417/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/417/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre La cousine de L. Maecius Nativos (1re hypothèse : cousinage croisé).
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/417/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 2. – Dessin de l’autel
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/417/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/417/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/417/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Armani, « Relations familiales et sociales dans une inscription d’Oliva (HEp, 5, 809) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39-1 | 2009, 175-193.

Référence électronique

Sabine Armani, « Relations familiales et sociales dans une inscription d’Oliva (HEp, 5, 809) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 39-1 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/417

Haut de page

Auteur

Sabine Armani

CRESC, Université Paris-XIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org