Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Mercè Boixareu, Robin Lefère (coords.), La historia de España en la literatura francesa. Una fascinación… ; La historia de Francia en la literatura española, Amenaza o modelo

Paul Aubert
p. 269-277
Référence(s) :

Mercè Boixareu, Robin Lefère (coords.), La historia de España en la literatura francesa. Una fascinación…, Madrid, Castalia, 2002, 850 p.

Mercè Boixareu, Robin Lefère (coords.), La historia de Francia en la literatura española, Amenaza o modelo, Madrid, Castalia, 2009, 796 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 février 2014.

1Fruit d’une entreprise collective dont il faut saluer l’opiniâtreté des coordinateurs, capables de garder la perspective et de renverser le point de vue sept ans après, ces regards croisés portés sur l’image de l’histoire d’Espagne dans la littérature française (2002, 64 contributions) et de l’image de l’histoire de France dans la littérature espagnole (2009, 42 contributions) ont l’ambition et le mérite de susciter une approche globale sur la constitution et le fonctionnement des images réciproques et des représentations stéréotypées qu’ont engendrées les deux pays dans leur face à face historique (au-delà des épisodes historiques partagés, comme la rivalité entre Charles Quint et François 1er ou lors de la Guerre d’Indépendance). Ces images ont illustré ou conditionné leurs relations du Moyen âge au xxe siècle et continuent à les affecter encore aujourd’hui, lorsque ces clichés ne cessent d’être véhiculés par des auteurs ou des médias friands de psychologie comparée et d’explications toutes faites. Tandis que les guides touristiques se peuplaient de lieux communs et de paradoxes, bien peu d’auteurs eurent la modestie de Robert Escarpit qui, refusant de céder à la facilité des clichés annonçait à l’heure de découvrir la nouvelle Espagne : « Ce que nous ne savons pas, ce qui sera indubitablement l’information de demain, c’est la silhouette de la nouvelle Espagne qui s’est construite depuis une génération derrière la façade, et qui nous sera révélée lorsque tombera ce rideau de fumée. » (Le Monde, 21 novembre 1981). Comme les préjugés, les stéréotypes rassurent si l’on oublie que leur stabilité forge, d’une part, un regard mutilé et entretient, d’autre part, la schizophrénie culturelle des pays peu développés face à la modernité.

2Certes, au cours des dix siècles étudiés, dans ces ouvrages les concepts d’histoire et de littérature, et même la réalité des deux nations, changent et les référents ne sont pas univoques. Il s’agit d’étudier des textes qui font de la matière historique œuvre de fiction. Les études réunies privilégient donc la représentation d’épisodes ou de personnages historiques et revendiquent une conception traditionnelle de l’Histoire : héroïque, événementielle ou institutionnelle (bien que l’on soit sans doute davantage dans la légende lorsque l’on étudie le monde carolingien et que les coordinateurs soient attentifs aux évolutions des thèmes et des images). Elles entendent par littérature les œuvres de fiction à l’exclusion des chroniques, des essais, des témoignages, des mémoires, mais ne dédaignent pas les livres de voyage, les œuvres de théâtre ni les manuels scolaires. Ce recueil, qui tend à se doter parfois du caractère organique d’un corpus, ne considère pas les livres d’histoire –dont l’inclusion révélerait un déficit du côté espagnol puisque les Espagnols, qui commencent à peine à travailler sur l’histoire du pays voisin, n’ont pas rédigé des histoires de France– ni la presse qui offre pourtant un champ de recherche incomparable. L’exploration de la littérature catalane ne manquerait pas non plus d’intérêt.

3Le schéma retenu est le même pour les deux volumes : introduction historique précédant des études ponctuelles, classées selon la chronologie, d’auteurs qui sont pour la plupart des chercheurs reconnus dans leur domaine de spécialité. Le second volume s’ouvre, après une étude globale destinée à retracer l’essentiel des relations entre les deux pays, sur la présentation de l’histoire de France dans les manuels scolaires espagnols et sur les méthodes d’enseignement de la langue française. Comme dans le premier, les auteurs démontrent la persistance d’images toutes faites et de représentations stéréotypées utilement brandies selon des fins politiques afin de servir le sentiment national : le spectre de l’Inquisition, d’une part, et la « sombre grandeur de l’Espagne », chère à Montherlant, ou l’épouvantail de la Révolution française, d’autre part.

4Souligner l’uchronie du stéréotype qui s’inscrit dans une longue durée ou être attentif à ses limites et à l’écart qui s’immisce au sein de ces identités en mouvement, aurait pu conduire les auteurs à envisager une vision synthétique et même à proposer une théorie de la vision d’autrui. Ils ont pris un autre parti qui est la juxtaposition d’études ponctuelles recadrées par des introductions confiées à des historiens parfois sollicités à contre-emploi (hors de leurs terres de prédilection) et cantonnés au rappel des faits avant que les littéraires ne viennent dresser l’inventaire des représentations. Un souci de rigueur et d’exhaustivité dote ces deux volumes d’introductions et d’épilogues, de conclusions partielles et conclusions générales et chaque contribution de bibliographie, comme si les auteurs avaient voulu exorciser la crainte d’être pris en défaut dans la traversée de ce réseau d’effets de miroir et avaient tenu à offrir une œuvre utile aux chercheurs (sans se soucier cependant de les gratifier d’un index). Les synthèses qu’ils offrent dans les deux volumes mettent l’ensemble en perspective et dotent d’une plus grande rigueur l’alternance de chapitres synthétiques et de chapitres ponctuels parfois consacrés à l’étude d’une seule œuvre avec le souci de comprendre la nature, la signification et, dans une moindre mesure, la portée des images forgées par la littérature française et espagnole.

5Ces deux volumes ont l’avantage d’offrir un ample panorama et l’inconvénient de s’en tenir souvent à une vision de l’Histoire réduite à une addition de têtes couronnées et à un corpus littéraire limité à des titres précis plus qu’à la production complète des écrivains. Or les œuvres cultivent parfois l’anachronisme en évoquant, par exemple, au milieu du xxe siècle, le début du xixe ou l’Espagne de Ferdinand VII ou de Charles Quint, ou sont plus abondantes dans les périodes critiques et peuvent donner l’impression d’une francophobie exagérée. Il faut cependant reconnaître que l’étude de la geste de Charlemagne, du portrait d’Henri IV par Gracián ou Quevedo, et celui que dresse Feijóo de Louis XIV en tant que prince obnubilé par les conquêtes, ne manquent pas d’intérêt, car ils restent liés à la figure mythique du roi qui est au centre de l’imaginaire social de l’Ancien Régime. Parfois l’étude d’une thématique et celle d’un auteur se confondent (Blasco Ibáñez et la Guerre de 14, par exemple).

6Les diverses collaborations, parfois brillantes, parfois superficielles, quelquefois anachroniques —comme l’étude de l’image de la France au sein de récits dotés d’un exemplaire unique dans une presse espagnole que l’on fait naître à la fin du xve siècle— répondent à un souci d’exhaustivité de l’enquête sans négliger la réalité virtuelle ou l’histoire contrariée lorsqu’elles constatent que la France n’est pas plus présente dans les Romances históricos que dans l’œuvre de Cervantès.

7Par-delà les pamphlets, qui rythment les relations conflictuelles entre Charles Quint et François 1er et ont pour thème la bataille de Pavie (qui aurait été perdue par le roi de France à cause d’une trahison de lansquenets payés par le souverain espagnol), l’invasion malheureuse de la Picardie et de la Provence par Charles Quint dont la mort est plus tard célébrée par de nombreux poètes français, la seconde moitié du siècle voit apparaître, avec des auteurs comme Agrippa d’Aubigné, un ton hostile aux Espagnols accusés de s’être infiltrés en France grâce à la complicité des Ligueurs. Mais on constate que l’arrivée des Bourbons en Espagne ne suffit pas à améliorer l’image qu’ont de celle-ci les élites françaises et finalement ne rapproche pas les deux royaumes. Quant à la Satyre Ménippée de la vertu du Catholicon d’Espagne et de la tenue des Estatz de Paris, le plus connu de ces pamphlets, consacré à la célébration des Etats Généraux de 1593, elle a pour but la défense de l’instauration d’une monarchie unitaire après les rivalités et les divisions suscitées par le féodalisme. De fait, elle expose, on le savait, les arguments du prétendant au trône de France, Henri IV, face aux interventions de personnages acquis aux thèses espagnoles qui expliquent les raisons de la conquête progressive de la France par l’Espagne au moyen de la trahison et de la corruption. Le double mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autriche et du futur Philippe IV avec Isabelle de Bourbon, ne fait qu’alimenter la théorie de l’irréductible opposition des humeurs et des cultures des deux pays, développée par La Mothe le Vayer, précepteur du fils aîné de Louis XIII (Discours de la contrariété d’humeur qui se trouve entre certaines nations, et singulièrement entre, la française et l’espagnole, 1636), amplifiée en 1782 par la longue interrogation ingénument provocatrice de Masson de Morvilliers dans L’Encyclopédie méthodique de la Librairie Panckoucke afin de stigmatiser une exception espagnole : « Mais que doit on à l’Espagne ? Et depuis deux siècles, depuis quatre, depuis dix, qu’a-t-elle fait pour l’Europe ? »

8De Juan Pablo Forner à l’Abbé Cabanilles et à Julián Juderías, ce disciple de Menéndez Pelayo qui revient sur la « légende noire » en 1914 (et dont l’œuvre, aurait mérité une étude approfondie dont nous prive l’accent mis sur les œuvres de fiction), l’accusation et la défense durent trois siècles et mobilisent de Montesquieu à Madame de Staël, de Cadalso a Menéndez Pelayo, le ban et l’arrière ban des écrivains des deux pays. Mais la meilleure réfutation vient sans doute de la thèse de Marcel Bataillon qui montre que, lorsqu’elle fut atteinte par l’érasmisme, l’Espagne était moralement en avance sur son temps.

9Bien que les auteurs espagnols ne s’inspirent guère des épisodes de l’histoire de France, la fracture que marque la Révolution française se traduit par une polarisation idéologique autour du traditionalisme ou de l’Ilustración, mais les événements de France tempèrent la francophilie de plus d’un ilustrado : Floridablanca met en garde contre la propagation des idées nouvelles à la vitesse d’un incendie ou d’une peste. La chronique de la Commune de Paris n’est guère plus rassurante dans la mise en scène d’un peuple monstrueux.

10Derrière l’existence d’un arsenal de caricatures ou d’images toutes faites, forgées initialement dans la rivalité guerrière ou politique (que l’on songe aux attaques de Saavedra Fajardo contre la France en 1635), des types apparaissent dont l’expression renseigne davantage sur l’état d’esprit de leurs auteurs que sur la réalité des deux pays. Lorsque les Français, confrontés aux aléas de la raison historique, se mettent à douter d’eux-mêmes, la survivance de ces clichés structure transversalement leur production littéraire : c’est de Matamore, ridiculisé dans les strophes et les pamphlets ou immortalisé dans L’Illusion comique de Corneille que se souvient Théophile Gautier dans Le Capitaine Fracasse. Après Charlemagne, les Pairs de France, Henri IV et Louis XIV, la majesté des monarques français est quelque peu écornée pour les Espagnols avec les mésaventures de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Les chansons véhiculées par les Pliegos de cordel rapportent la malchance de ce roi et de la reine de France ainsi que certains épisodes de la Révolution française et évoquent la figure de Charlotte Corday ou plus tard celle de Napoleón III, dont l’abdication alimente la caricature. Mais on ne voit pas apparaître dans la péninsule des types littéraires français durables comme les figures espagnoles qui structurent, du Cid à Don Juan, la littérature française.

11Un autre aspect qui eut son apogée au xvie siècle est la maurophilie, développée après la publication du roman de Pérez de Hita, Las Guerras civiles de Granada (1595). Le seul nom de Grenade, la figure de l’Abencerraje, comme symbole de la galanterie qui arrive en France à travers la Diana de Montemayor, atteint un vaste public jusqu’à l’évocation larmoyante qu’en fait Chateaubriand. La contribution de Vincent Voiture (1597-1648) à la fictionnalisation de l’histoire d’Espagne illustre le début de l’hispanophilie qui se développe au xviie siècle, avec l’idéalisation de l’univers grenadin et du thème morisque qui semble prolonger, comme dans toute l’Europe, l’univers galant des romans de chevalerie, fait de courage, d’honneur et de fidélité amoureuse. Mais faut-il s’étonner que les Français en général, et les protestants en particulier, aient mauvaise presse, alors que ces sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire ?

12Saisies le plus souvent dans une situation de confrontation, les images évoluent : alors que la rivalité entre les deux pays, qui accompagne le règne de Philippe II, alimente du côté français la « légende noire » (le Dom Carlos de Saint-Réal est de 1672), même si, à partir du xviie siècle, c’est la France, vue comme une menace, qui est fascinée par l’Espagne. Le rappel de ces tensions politiques est l’occasion d’explorer certains traits de psychologie (l’Espagnol serait jaloux et orgueilleux, le Français méprisant et retors) et d’exploiter à des fins romanesques le caractère des personnages historiques.

13Avec le temps, cette impeccable dramaturgie s’inverse. A partir du xviie siècle ce n’est plus l’Espagne qui est soupçonnée de vouloir envahir le territoire ou contrôler la politique du pays voisin par l’espionnage et la corruption. La suspicion change de camp. Depuis l’arrivée de Philippe V en 1714, au contraire c’est la France qui est accusée d’imposer ses normes administratives et ses modes vestimentaires à l’Espagne. De fait, les Ilustrados admirent davantage la France de Louis XIV et de Colbert que celle des Lumières. Ce changement de perspective entretient un antagonisme immuable et commode : une France conservatrice et une Espagne en proie à l’agitation sociale, utilisent, comme propagande à usage interne, en l’interprétant négativement l’image de l’autre que l’on cherche à leur opposer. On a du mal à rationaliser un tel discours idéologique, car il se réduit à un langage axiologique qui dénigre ou glorifie et fonde une parole mythique sur un temps cyclique.

14Les Espagnols, seulement associés dans l’enseignement de l’Histoire (inauguré en France à l’école primaire en 1867) aux épisodes où ils furent confrontés aux Français, c’est-à-dire aux batailles et aux traités, sont présentés aux jeunes écoliers à travers quelques traits de caractère : la violence (conquistadores, Guerre d’Indépendance, Guerre civile), l’intolérance (Inquisition), le courage (Guerre d’Indépendance), afin d’expliquer pourquoi ils furent victimes de la puissance et de l’hégémonie de leur pays en Europe, perdirent le goût de l’effort et devinrent paresseux au point de tout acheter à l’étranger jusqu’à la désagrégation de leur empire. Cette image sert à construire par contraste une identité française fondée sur les vertus du travail et l’unité de la patrie. Mais une fois le péril passé, lorsque l’Espagne n’est plus menaçante et que la France ne l’est pas encore devenue, on en revient à un exotisme de bon aloi, qui maintient celle-là dans une attitude exotique figée (de Beaumarchais aux espagnolades des siècles suivants) et surprend celle-ci dans l’entretien du paradigme de la modernité. On constate pourtant que les voyageurs espagnols, qui parcourent la France aux xviiie siècle (Viera y Clavijo, Antonio Ponz, Manuel de Angulo Correa, Moratín, Ignacio de Luzán etc.), connaissent la langue française et rédigent de véritables reportages fort éloignés des évocations colorées de leurs homologues français du xviie ou du xixe siècle, alors qu’une gallophobie affleure un siècle plus tard dans les témoignages d’auteurs républicains tels que Roque Barcia.

15La présence d’une veine espagnole forte au sein du Romantisme, due en grande partie aux expériences de Victor Hugo et de Théophile Gautier, puis durant la « Belle Epoque », va de pair avec l’apparition d’une école hispanique française consacrée à l’étude érudite de la culture espagnole (l’hispanisme scientifique n’apparaîtra qu’à la fin du xixe siècle). Mais celle-ci ne doit pas faire oublier l’indifférence des élites françaises, car l’Espagne est perçue alternativement comme paradigme de l’exotisme ou symbole de la violence sans atteindre la sérénité de rapports conçus en termes d’égalité et de réciprocité.

16Tout comme le voyage apprend surtout à se connaître soi-même, le regard de l’autre renvoie au regard sur soi et oblige à la construction ou à la reconstruction d’une histoire nationale acceptable. Ce jeu de miroir a fait l’objet d’analyses partielles. Les travaux ici considérés prétendent en offrir la première étude globale, par-delà la rhétorique de la haine et de la fascination. Celle-ci s’installe sur le manichéisme induit par le développement économique, sans parvenir à se hisser à un niveau dialectique. Le constat d’une double image, réactionnaire et progressiste de part et d’autre, est favorisé, par-delà la distinction entre ce qui est propre et ce qui est étranger, par la crise de mélancolie endogène et le processus exogénique magnifié, qui installe le concept d’images réciproques dans un vis-à-vis. Celui-ci tarde souvent à traduire au niveau politique une évolution socio-culturelle antérieure : Espagne réactionnaire ou libérale versus France révolutionnaire ou répressive, France des hétérodoxes et pays des Droits de l’Homme ou fille aînée de l’Eglise et fer de lance de la contre-révolution. De la fascination qu’exerce sur le Français l’exotisme d’un pays-musée au paternalisme qu’il éprouve ensuite pour ce parent pauvre de la famille latine que resterait l’Espagne, le prisme a changé mais le point de vue est le même. De l’attirance au mépris que l’Espagnol entretient à l’égard de son orgueilleux voisin, l’infériorité n’a fait qu’augmenter l’agressivité.

17Le manichéisme se maintient de la fin du xixe siècle (lorsqu’il est clair que les hommes d’affaires ont remplacé les voyageurs romantiques) à nos jours, tant que des rythmes de développement distincts engendrent des topiques différents. La France et l’Espagne sont toujours représentées couramment comme deux pays que tout oppose (celle-ci incarnant l’obscurantisme, la monarchie, le cléricalisme et la réaction, donc le passé ; celle-là symbolisant, toujours de ce point de vue, la science, l’industrie, la démocratie, la laïcité et le progrès, donc l’avenir) mais qui réagissent conformément à l’image qu’ils ont, ou croient avoir dans le pays voisin. Par-delà les péripéties de l’Histoire, chaque pays retient de l’autre l’image qui lui convient et parfois s’efforce même de donner de lui l’image qui plaît à l’autre.

18L’usage culturel de l’image de l’étranger à des fins de politique intérieure n’est pas un art de tout repos. Car ceux qui sont en quête d’une identité nationale sont toujours enclins à faire endosser à l’autre les causes des maux de la patrie, quitte à abuser de ce jeu de société qu’est, depuis Alfred Fouillée (1902) jusqu’à Salvador de Madariaga (1930), la psychologie comparée des peuples (que nos auteurs négligent parfois au profit de la description), destinée soit à assigner à l’Espagne, dans la division européenne du travail, une place de pourvoyeuse de matières premières, soit à constater l’absence d’élites nationales en priant les nationaux d’entonner un mea culpa, à la suite de Quevedo, Saavedra Fajardo, Gracian, Cadalso, Jovellanos, Larra, Ganivet, Valentí Almirall et jusqu’à Joaquín Costa.

19Même si les clivages culturels ne recoupent pas toujours les clivages politiques, il n’en reste pas moins que la politique instrumentalise les clichés et les représentations de l’autre à des fins identitaires. C’est sans doute le point de vue qui fait défaut à ces ouvrages monumentaux qui ne manqueront pas d’alimenter l’arsenal du comparatiste pondéré. Car ils sont plus attentifs à la genèse et à la description des images réciproques qu’à leur fonctionnement ou à leur instrumentalisation.

20La lecture de ces ouvrages confirme l’impression que les Espagnols, depuis le xixe siècle, s’intéressent beaucoup à une France qui en revanche ne sait presque rien de l’Espagne, avant que celle-ci ne devienne le terrain d’une lutte d’influence avec l’Allemagne. Si l’hispanophobie est l’expression d’une crainte, l’hispanophilie est une coquetterie de qui croit qu’en Espagne c’est la couleur qui s’impose et que le dessin en paraît issu avant que la conscience de la tragédie existentielle traquée jusque dans l’Espagne noire, par-delà le brouillard, dans le plat pays castillan par les poètes symbolistes belges ne commence à faire recette à Paris (mais ce domaine est aussi hors du champ de l’étude). Si la francophobie est un réflexe identitaire qui ancre le destin espagnol à la référence catholique, la francophilie libérale est souvent perçue comme une forme de patriotisme supérieur. Mais la France est aussi l’objet d’une mode dont il faut combattre les excès, car, ce voisin gênant s’il a renoncé à ses prétentions hégémoniques ou tutélaires, fait encore preuve d’une hautaine indifférence. Ces études réaffirment l’existence de relations asymétriques entre les deux pays, même si, de part et d’autre, des travaux de Joseph Pérez, de Vicente Cacho Viu, de Manuel Espadas Burgos (ou de l’auteur de ces lignes) ont montré que l’Espagne n’était pas aussi différente des autres pays européens qu’on a bien voulu le dire et que la typologie ironique suggérée par Maeztu, qui divisait l’humanité entre Français et Barbares, avec une espèce intermédiaire, les afrancesados, ne valait pas la peine d’être inversée sous Franco.

21Telle est sans doute la principale cause de la persistance du malentendu franco-espagnol : l’évolution inégale d’une série d’images complexes qui vont s’appauvrissant du côté français, dès lors qu’elle finissent par ne plus décrire qu’une Espagne en proie aux ténèbres de l’esprit, alors que les représentations de la France s’enrichissent du côté espagnol de tous les symboles du débat sur la modernité. L’Espagne reste ce pays, obsédé par la nécessité de recouvrer la gloire passée et l’essence perdue, qui regarde une France, pays de la Révolution et des Droits de l’Homme, complaisamment figée dans le rôle universel de guide des nations sur le sentier du progrès, de la liberté, de la justice, de la démocratie, de la science et donc de l’avenir. La conséquence de ce déséquilibre est l’absence d’une politique relationnelle clairement définie tant que les chancelleries réagissent en fonction de l’idée qu’elles ont de l’autre. Une analyse de la correspondance diplomatique aurait montré que les stéréotypes n’y sont pas moins nombreux et que celle-ci renferme des pages d’anthologie sur la paresse des Espagnols ou l’orgueil des Français. Le maintien de cette imagerie manichéenne explique, de part et d’autre, des rendez-vous manqués. Du côté français, l’indifférence ne cesse d’être sa substance et l’universalisme lui fournit sa légitimité. Du côté espagnol, elle se construit sur le désir d’émulation et le dépit du déshérité face à l’orgueilleux indifférent. La dimension panoramique de ces ouvrages montre précisément comment s’inversent les perspectives sous le poids de l’Histoire selon que l’on a affaire à une Espagne sûre d’elle et dominatrice ou à une France qui s’est assignée une mission civilisatrice universelle. Ces relations furent ambiguës tant qu’elles étaient l’expression d’un déséquilibre économique entre les deux pays. La France fut toujours un intermédiaire culturel entre l’Espagne et l’Europe. Seule l’intégration européenne permit de dépasser l’héritage de l’Histoire et le manichéisme des relations bilatérales.

22Il est également vrai, qu’une fois à Paris, terre d’exil ou d’éducation sentimentale, certains auteurs espagnols ne manquent pas de constater que la Ville Lumière ne peut plus être la capitale culturelle du monde dans un univers pulvérisé par une globalisation qui impose une multipolarisation, autant que par une « déseuropéanisation » qui fait commencer l’Afrique aux Grands Boulevards. Mais la capitale française reste sans doute, jusque dans ses accents décadents, ses méandres et ses distorsions, cette « énorme métaphore » (Cortázar, Rayuela) de la modernité. Prise entre le classicisme et l’avant-garde, elle présenterait déjà un autre visage, derrière les crispations et les désillusions de l’historicisme dévoyé, de la métonymie du progrès universel ou de l’internationalité littéraire : celui d’un miroir aux alouettes de la postmodernité multiculturelle.

23Qui voudra approfondir les représentations auxquelles ont donné lieu ces relations bilatérales à la nature inégale, faites de mimétisme et de science importée de la part des Espagnols et de paternalisme ou d’exploitation de matières premières et de découverte d’un marché attractif, de la part des Français, ne pourra ignorer les deux volumes coordonnés par Mercè Boixareu et Robin Lefère. Ce sont des ouvrages de référence qui devraient susciter ou féconder d’autres études qui auront à cœur de systématiser et d’exploiter la matière brassée par l’exploitation littéraire des histoires nationales, quitte à constater avec leurs coordonateurs que plus que la matière historique ce sont peut-être les mouvements culturels qui enrichissent avec le temps les représentations étudiées. Davantage dans la ligne des études du Comte de Puibusque et de son Histoire comparée des Littératures espagnole et française (Paris, 1843, 2 vols.) qui a ouvert la voie à des aperçus généraux, ou des travaux de A. Hamilton sur L’influence étrangère en Espagne de 1750 à 1800 (1924) que de l’ambitieux et stimulant projet d’Alberto Asor Rosa qui montre une voie nouvelle à partir de la littérature italienne dans Storia europea della letteratura italiana (Turin, Einaudi, 2009, 3 vols.), le remarquable travail coordonné par Mercé Boixadeu et Robin Lefère, qui rapproche l’histoire et la littérature, illustre aussi la collaboration entre hispanistes et « francesistas » européens plusieurs fois ébauchée dans divers colloques. Conçu en terme de vision bilatérale, il constitue une étape importante dans la voie du dépassement de l’approche classique des relations internationales et des recherches comparatives qui passe sans doute désormais par une étude du rythme et du poids des transferts culturels en Europe méridionale plus que par celle, même si elle est systématisée, des représentations des événements ou des personnages historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aubert, « Mercè Boixareu, Robin Lefère (coords.), La historia de España en la literatura francesa. Una fascinación… ; La historia de Francia en la literatura española, Amenaza o modelo », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 269-277.

Référence électronique

Paul Aubert, « Mercè Boixareu, Robin Lefère (coords.), La historia de España en la literatura francesa. Una fascinación… ; La historia de Francia en la literatura española, Amenaza o modelo », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 30 août 2014. URL : http://mcv.revues.org/4191

Haut de page

Auteur

Paul Aubert

UMR TELEMME, Université de Provence.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org