Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Le rôle des pratiques associatives culturelles dans la construction et la diffusion d’une culture patriotique cubaine à La Havane (1868-1898)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université Denis Diderot - Paris 7 (dirigée par Pilar González Bernaldo)*
Inés Garcia
p. 283-288

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Pilar González Bernaldo, Université Denis Diderot – Paris 7 ; Michèle Guich (...)

1Dès qu’on aborde le thème de la nation et de l’identité nationale, on se heurte à des obstacles grandissants… Il s’agit là de sujets souvent très controversés et délicats à traiter. Contrairement à ce que les nationalistes soutiennent, les nations et les identités collectives ne sont pas des entités innées, elles n’ont pas d’essence propre. En effet, comme certains historiens l’ont démontré, les identités collectives sont des « artéfacts culturels inventés » : elles sont élaborées à partir de symboles, de mythes et de valeurs définissant un « nous » qui s’oppose à un « autre ». Divers spécialistes des mouvements nationalistes ont aussi signalé que les notions de nation, de nationalité et d’identité, sont très complexes et, par conséquent, difficiles à définir. En effet, elles englobent divers paramètres et elles diffèrent selon les pays, car elles sont le résultat de conditions historiques déterminées. En outre, elles sont soumises à des mutations permanentes : il s’agit d’un processus dynamique et ouvert.

2Cette thèse a pour objet l’étude de la construction d’une identité cubaine à La Havane lors des dernières décennies de la colonie espagnole. L’année 1868 correspond à une double révolution : la première est déclenchée en septembre en Métropole et la deuxième commence un mois après à Cuba. Les instigateurs de la révolution péninsulaire ont renversé la monarchie bourbonienne et ont instauré un régime qui se voulait libéral et démocratique aussi bien en Espagne que dans les possessions d’outre-mer. Quant aux insurgés cubains, ils aspirent à l’indépendance, mais ils finissent par s’avouer vaincus après dix ans de guerre. Cependant, des incursions ont été réalisées dans les sources d’époque antérieure à 1868 dans le but de mettre à jour les conditions de l’émergence de la sociabilité associative à La Havane. La deuxième date, 1898, correspond à la perte de Cuba pour l’Espagne au terme d’une guerre qui a duré trois ans. Le laps de temps qui s’écoule entre ces deux dates est fondamental : s’y trouvent réunis les éléments qui ont transformé à différents niveaux l’histoire cubaine, aussi bien dans la vie politique et économique que dans la société et la culture. Au cours de cette période de mutations qui précède la fin de l’ordre colonial, il s’avère intéressant d’étudier comment s’opère la prise de distance avec la Métropole.

3Une approche socioculturelle a été adoptée pour mener à bien cette analyse. Elle est en effet fondée sur l’étude des sociétés culturelles à La Havane. De nombreux travaux historiques ont démontré comment l’étude de la sociabilité associative contribue à aborder sous un autre jour le fonctionnement de la vie politique et à expliquer ce qui sous-tend les actions des hommes, en particulier celles qui s’inscrivent comme événements historiques. Il apparaît que les espaces et les pratiques de l’associationnisme font partie des moyens indispensables pour qu’ait lieu le processus de socialisation à travers lequel les individus considèrent une série de normes et de valeurs comme les leurs, et les intériorisent comme un ensemble de codes régissant leur comportement social. La sociabilité associative est aussi propice au développement de discours et de pratiques où sont élaborées les représentations discursives et visuelles concourant à construire et à diffuser les fondements du sentiment d’appartenance à une communauté particulière.

4Le champ de recherches a été restreint à la capitale cubaine, car elle est le centre névralgique de la colonie : elle abrite en son sein les plus hauts représentants politiques du système colonial espagnol. La Havane est aussi la capitale économique grâce à sa position privilégiée : d’une part, elle est sise entre les deux provinces les plus riches de l’île, où s’est concentrée l’industrie du sucre et du tabac ; d’autre part son port est le plus important de Cuba et joue un rôle fondamental dans la circulation des hommes, des marchandises et des idées entre les Deux Mondes. Aussi les élites politiques, économiques et culturelles se concentrent-elles dans la capitale cubaine.

5Pour mener à bien cette thèse, trois axes ont été retenus : l’analyse des espaces et des pratiques des sociétés culturelles créées par les élites à La Havane ; l’examen biographique des dirigeants des sociétés étudiées ; l’étude du contexte politique et économique – local, national et international – sans lequel on ne peut saisir les raisons d’être et la portée culturelle et politique des pratiques associatives développées au cours des dernières décennies qui ont précédé la rupture du lien colonial. Pour ce faire, nous avons croisé les informations livrées par une vaste documentation : la presse périodique et livresque ainsi que les archives coloniales et privées. Les archives associatives ont permis de voir comment fonctionnaient les sociétés, quelles étaient leurs priorités et la façon dont se renouvelaient les bureaux de direction. Le dépouillement de la presse périodique a permis de glaner de plus amples données sur les pratiques associatives et de mieux connaître le personnel dirigeant. La consultation des livres écrits par certains acteurs historiques a été aussi très utile pour examiner la teneur des pratiques associatives. Quant à la correspondance diplomatique, elle a révélé en partie quel était le regard porté par les autorités coloniales sur les événements insulaires, métropolitains et parfois internationaux ainsi que sur les associations et les acteurs politiques. L’ensemble des informations recueillies a été incorporé dans une de base de données qui a permis de reconstruire plus facilement les biographies et l’historique des associations.

6Dans la première partie de la thèse, nous démontrons comment les associations culturelles ont été en enjeu de pouvoir pour les élites intellectuelles et politiques du pays qui ont fait un ample usage de ces espaces quand les circonstances leur ont été favorables. Dans la deuxième partie, nous avons vu comment ces élites se servent avec habileté d’un contexte juridique qui leur est plus propice pour reconstruire et diffuser un sentiment d’appartenance à une communauté cubaine fondée sur le territoire insulaire et sur une culture patriotique cubaine, qu’elles associent à une autonomie politique et administrative dans le cadre de l’Ėtat espagnol.

7Les trois premiers chapitres dévoilent les fluctuations du mouvement associatif durant la période étudiée. Cette analyse a abouti à la contestation de la chronologie classique utilisée par la majorité des spécialistes sur Cuba à l’exception d’un petit nombre d’entre eux. Tout d’abord, il est important de constater que la période qui précède la première guerre d’indépendance ne doit pas être négligée dans le cadre d’une étude sur l’associationnisme culturel. Bien que la sociabilité associative culturelle n’ait pas été importante d’un point de vue quantitatif avant la première guerre séparatiste – le caractère arbitraire du système colonial ayant empêché son développement –, elle ne constitue pas pour autant un phénomène mineur et sans importance. Emergeant dans les années 1840, elle joue dès cette époque un rôle dans la formation d’une culture patriotique et d’une identité territoriale qui sont toutes deux indispensables à la naissance du sentiment d’appartenance à une communauté spécifique cubaine. En effet, grâce aux activités développées au sein des sections de sciences, de littérature, de peinture, de musique et de déclamation, les associations culturelles mettent en valeur des savants et des lettrés qui ont contribué par leurs œuvres à faire connaître le territoire insulaire. Mais les pratiques associatives ont fini par être jugées séditieuses par les autorités coloniales : dans un contexte colonial, cette construction identitaire culturelle revêt une dimension politique qui leur a semblé acquérir un caractère subversif.

8Durant le premier conflit séparatiste, les protagonistes des sections associatives ont, pour la plupart, soit pris la voie de l’exil, soit pris le maquis, soit connu la prison. Nombre de sociétés disparaissent, d’autres survivent tant bien que mal. Les postes ne pouvant pas rester vacants, un renouvellement du personnel associatif a donc lieu. Les nouveaux dirigeants, dont certains sont des partisans du régime colonial, expriment leur allégeance à la nationalité espagnole en modifiant les noms des sociétés. De plus, les autorités coloniales ont exercé une pression sur la vie associative havanaise. La conjugaison de ces divers facteurs a débouché sur l’hispanisation des centres culturels existants. Ce phénomène est consolidé par la création de la première association culturelle espagnole – le « Casino Español » qui affiche explicitement sa finalité politique – et par l’émergence de l’associationnisme régional espagnol. Un nouveau processus se met dès lors en place à La Havane : la construction d’un imaginaire colonial. Mais il perd de son importance au lendemain de la paix.

9Quant à l’expression identitaire cubaine, elle commence de nouveau à se manifester avant même la fin de la Grande Guerre. Nous avons constaté que jusqu’en 1878 ses fluctuations dépendent étroitement des événements historiques en Espagne ainsi que de la personnalité du Gouverneur Général, et non pas tant de la chronologie politique cubaine, comme il est communément admis dans l’historiographie. L’histoire de la colonie ne peut pas être comprise si l’histoire de sa métropole est négligée. Ainsi, Arsenio Martínez Campos arrive à Cuba en novembre 1876 après la promulgation, en juin 1876, de la Constitution qui entérine en Espagne la Restauration bourbonienne, et il mène dans la Grande Antille une politique de conciliation. Les élites intellectuelles commencent dès lors à s’organiser, bien que la révolution n’ait pas encore cessé dans l’Ile. La signature du traité de paix en 1878, qui instaure de nouvelles conditions juridiques, accentue le renouveau culturel qui s’est manifesté dès 1877. Comme les autorités coloniales ne se défient plus des pratiques associatives culturelles, les intellectuels libéraux peuvent de nouveau dominer à partir de 1876-1877 dans les bureaux de direction associatifs comme les réformistes l’avaient fait avant le conflit armé. Pour eux, l’emprise sur le mouvement associatif culturel reste un enjeu.   

10Afin de pouvoir mieux expliquer ce phénomène, la seconde partie de la thèse est davantage thématique, même si elle conserve un important aspect chronologique notamment en raison de deux césures : le tournant des années 1883-1884 et la guerre de 1895. En raison du nouveau contexte historique qui a, entre autres, permis l’établissement des premiers partis politiques à Cuba, les élites culturelles havanaises attribuent des fonctions supplémentaires aux associations dont elles promeuvent l’essor. On peut constater que ces élites, qui sont pour la plupart affiliées au parti autonomiste, tâchent de régénérer la population par l’ouverture d’écoles où est dispensée l’instruction primaire. Ces efforts sont dirigés vers les couches les plus défavorisées. Les filles et les femmes ne sont pas oubliées dans ce programme étant donné le rôle civique et patriotique qu’elles doivent assumer au sein de la famille. D’ailleurs, les intellectuels se servent aussi des associations comme instruments de pédagogie civique. L’objectif est de préparer les individus à devenir de bons citoyens prêts à servir la patrie cubaine. Cependant, la population de couleur est marginalisée dans ce processus. Certes, les élites intellectuelles blanches prônent leur intégration à travers leur éducation morale et intellectuelle et agissent dans ce sens en ouvrant des classes pour enfants de couleur tout en incitant les Noirs et les Mulâtres à créer leurs propres associations culturelles. Mais lorsque l’intellectuel mulâtre Juan Gualberto Gómez demande aux autonomistes de participer à sa lutte contre la discrimination raciale, il essuie un refus.    

11L’attachement à la patrie est aussi nourri par la construction et la diffusion d’une culture cubaine, tâche à laquelle les réformistes s’étaient déjà attelés avant la Grande Guerre mais qui avait été interrompue par le conflit armé. Mais cette fois-ci les élites culturelles le font de manière plus libre et utilisent des moyens de diffusion dépassant l’espace même de l’association. C’est ainsi que la presse périodique et livresque se fait l’écho de nombreuses conférences et commémorations dont la teneur révèle depuis 1879 l’absence de cloisonnement entre culture et politique. Une large partie des pratiques associatives culturelles vise à susciter le sentiment d’adhésion à une communauté patriotique commune et à légitimer la demande politique de l’autonomie pour Cuba en prouvant que l’île a une personnalité propre bien distincte de la culture mère espagnole.

12Mais le ton des activités associatives se durcit au fur et à mesure que le mécontentement grandit en réponse au gouvernement métropolitain qui trahit les promesses du traité de paix. Les acteurs politiques mécontents – Péninsulaires et Cubains – se rapprochent alors au sein des associations culturelles, des loges franc-maçonniques et des sociétés économiques. Ces espaces associatifs constituent alors des espaces propices pour des rencontres et des échanges. Les intellectuels font aussi un recours important aux dissertations littéraires et à la poésie politique pour dénoncer à la fois la déchéance et le despotisme de la Métropole. Par ailleurs, dans les discours et les poèmes, l’île s’inscrit dans le continent américain non plus seulement d’un point de vue géographique mais aussi du point de vue des traditions juridiques et démocratiques. La République du Nord apparaît en effet comme un exemple à suivre. Les pratiques associatives s’avèrent être le reflet des différentes tendances qui cohabitent dans le courant autonomiste : une attitude modérée et une autre plus critique et plus radicale. Par ailleurs, les espaces sociétaires accueillent aussi bien les autonomistes que les indépendantistes qui n’adhèrent pas encore à la révolution. Les relations entre autonomistes et séparatistes sont très fluides ; les uns et les autres sont des patriotes qui souhaitent réveiller le patriotisme des Cubains mais pour des raisons distinctes qui correspondent à un projet politique différent pour l’Ile.

13La guerre de 1895 met provisoirement fin au développement du mouvement associatif culturel et à ses activités patriotiques. Ces activités ont en effet contribué à consolider et à diffuser l’attachement à la patrie cubaine tout en suscitant l’hostilité envers une Métropole qui ne respectait pas ses promesses et violait les lois. C’est ainsi que les élites culturelles ont largement contribué à préparer le terrain pour que l’idée de l’indépendance se diffuse dans les années 1890.

14La perspective socioculturelle adoptée a ainsi permis de combler un manque dans les études sur le mouvement sociétaire à Cuba et de signaler son importance dans la construction d’une identité cubaine porteuse d’une idéologie blanche. L’analyse de la sociabilité associative culturelle concourt à expliquer en partie le triomphe de l’identité cubaine qui marginalise la population noire au lendemain de la proclamation de la République. Cette approche socioculturelle constitue aussi une contribution à l’historiographie sur le courant autonomiste et sur ses pratiques politiques dans la vie quotidienne et dans le cadre urbain de la capitale. L’analyse des pratiques associatives a révélé combien il est nécessaire de porter un regard nuancé, précis et sans parti pris sur ce mouvement politique.  

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Pilar González Bernaldo, Université Denis Diderot – Paris 7 ; Michèle Guicharnaud-Tollis, Université de Pau et des Pays de l’Adour ; Françoise Moulin-Civil, Université de Cergy-Pontoise ; Miguel Rodríguez, Université Paris-Sorbonne Paris IV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Inés Garcia, « Le rôle des pratiques associatives culturelles dans la construction et la diffusion d’une culture patriotique cubaine à La Havane (1868-1898) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 41-2 | 2011, 283-288.

Référence électronique

Inés Garcia, « Le rôle des pratiques associatives culturelles dans la construction et la diffusion d’une culture patriotique cubaine à La Havane (1868-1898) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 41-2 | 2011, mis en ligne le 13 février 2012, consulté le 01 juillet 2015. URL : http://mcv.revues.org/4196

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org