Navigation – Plan du site
Dossier. Tres momentos de cambio en la creación literaria del Siglo de Oro

Homero hecho ya español ou la traduction comme événement. Poèmes antiques et italiens en vers espagnols (1549-1556)

Homero hecho ya español o la traducción como acontecimiento. Poemas antiguos e italianos en versos españoles (1549-1556)
Homer set in Spanish or translation as an event. Ancient and Italian poems in Spanish verse (1549-1556)
Aude Plagnard
p. 17-34

Résumés

Entre 1549 et 1556, on observe en Espagne une concentration inédite de publications de traductions versifiées de poèmes épiques classiques et italiens. Cette coïncidence chronologique est le symptôme d’un intérêt nouveau pour la poésie épique, qui annonce et prépare le fleurissement du genre dans la péninsule Ibérique au cours de la seconde moitié du siècle. Nous proposons de voir dans cet ensemble un événement littéraire et de lire ces textes comme les premiers poèmes épiques en langue espagnole. Par une nouvelle fidélité à la lettre du texte original et par l’adoption d’une forme versifiée italianisante ces traductions rompent avec les tentatives antérieures et diffusent une nouvelle image des textes. Les poètes mettent ainsi leur plume au service de l’enrichissement du patrimoine littéraire et linguistique espagnol. Les contemporains lisent ces textes comme des poèmes originaux et c’est comme tels que l’on tend à les éditer.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Dans l’histoire du genre épique en Espagne, l’année 1555 marque un seuil, avec la publication des premiers poèmes épiques renaissants en langue espagnole : El verdadero suceso de la famosa batalla de Roncesvalles de Francisco Garrido de Villena (Valence, Juan Mey) et la Segunda parte de Orlando de Nicolás Espinosa (Saragosse, Pedro Bermuz). Or, ces deux poèmes sont intimement liés à une autre série de textes moins connus : des traductions de poèmes épiques grecs, latins ou italiens. Francisco de Villena est l’auteur d’une traduction de l’Orlando innamorato de Matteo Boiardo, parue la même année et chez le même éditeur que son Roncesvalles ; quant à la Segunda parte d’Espinosa, elle fait référence dans son titre moins à l’original italien du Roland furieux qu’à sa traduction espagnole par Jerónimo de Urrea, qui fut rééditée en 1558 sous le titre La primera parte del Orlando furioso, dans le même volume que le poème d’Espinosa (Anvers, Martin Nuyts). Au cours des neuf années précédent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Plagnard, « Homero hecho ya español ou la traduction comme événement. Poèmes antiques et italiens en vers espagnols (1549-1556) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-1 | 2012, 17-34.

Référence électronique

Aude Plagnard, « Homero hecho ya español ou la traduction comme événement. Poèmes antiques et italiens en vers espagnols (1549-1556) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-1 | 2012, mis en ligne le 16 avril 2014, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4206

Haut de page

Auteur

Aude Plagnard

École normale supérieure, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org