Navigation – Plan du site
Dossier. Tres momentos de cambio en la creación literaria del Siglo de Oro

«Para que el mundo debajo de tanta verdad vea lo que por ficciones admira»: historicidade e maravilha nos poemas épicos em castelhano e português (1566-1588)

« Para que el mundo debajo de tanta verdad vea lo que por ficciones admira » : historicité et merveille dans les poèmes épiques en castillan et portugais (1566-1588)
«Para que el mundo debajo de tanta verdad vea lo que por ficciones admira»: historicity and wonder in epic poems in Castilian and Portuguese (1566-1588)
Hélio J. S. Alves
p. 35-47

Résumés

L’aspect le plus saillant peut-être dans la première phase de la production castillane et portugaise du xvie siècle, observée tout au long de l’histoire de la critique et de l’historiographie littéraire, est que les poèmes semblent justifier qu’on les appelle des « chroniques en vers », et se distinguent à peine de l’historiographie de l’époque, si ce n’est par le mètre. La manière dont les poèmes et parfois leurs préfaces se mesurent à cette question démontre pourtant que cette historicité est seulement la manière trouvée par leurs auteurs de transformer ce qu’ils racontent en faits merveilleux. En même temps, la rhétorique du merveilleux historique persuada les lecteurs de la stupéfiante vérité des événements narrés et des descriptions élaborées avec vivacité. La merveille devint historique et l’histoire une procession de merveilles. Malgré les apparences, par conséquent, l’argument des épopées d’alors existe dans une zone d’incertitude ontologique entre fait et fiction. Pour déployer cette théorie implicite, on prend à témoin des textes de plusieurs poètes, en incluant les cas bien connus de Camões et Ercilla, mais aussi des poètes aussi confidentiels que Baltasar de Vargas et Hipólito Sanz.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Numa «relación en octava Rima» que o autor declara ter «acabado/en el año de siete y mas sesenta», Balthasar de Vargas, um secundaríssimo poeta, que nem consta sequer da imensa Biblioteca Hispana Nova de Nicolás Antonio, escreve que a viagem do Duque de Alba, de Espanha até aos estados de Flandres (aproximadamente a actual Bélgica), em sua opinião e de toda a gente («a mi Juizio, y aun a todos los del mundo»),

Es de tanta grandeza, que ninguna hazaña, ni heroico hecho que yo aya leydo ni oydo de los Antiguos y modernos, con muchas partes no se le yguala, porque dexada la consideracion del camino tan largo y peligroso que V. E. a hecho passando con tan poca gente por confines de tierras tan enemigas

«Ninguna hazaña que yo aya leydo ni oydo»!… Será que Balthasar de Vargas leu muito pouco e ouviu ainda menos?

Um outro autor épico, Diego Ximenez Ayllón, escrevendo no mesmo ano de 1567 ou nos primeiros meses, quando muito, de 1568, fala da viagem do Duque de Alba como feita

con tanta mages...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélio J. S. Alves, « «Para que el mundo debajo de tanta verdad vea lo que por ficciones admira»: historicidade e maravilha nos poemas épicos em castelhano e português (1566-1588) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-1 | 2012, 35-47.

Référence électronique

Hélio J. S. Alves, « «Para que el mundo debajo de tanta verdad vea lo que por ficciones admira»: historicidade e maravilha nos poemas épicos em castelhano e português (1566-1588) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-1 | 2012, mis en ligne le 16 avril 2014, consulté le 23 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4226

Haut de page

Auteur

Hélio J. S. Alves

Universidade de Évora

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org