Navigation – Plan du site
‎Miscellanées

Un radical discret : l’esclavage dans la pensée singulière de Félix Tanco Bosmeniel

Un radical discreto: la esclavitud en el pensamiento singular de Félix Tanco Bosmeniel
A discreet radical: slavery in the singular thought of Félix Tanco Bosmeniel
Karim Ghorbal
p. 227-249

Résumés

Cet article se veut une approche du parcours individuel et de la pensée de Félix Tanco Bosmeniel (1796-1871), considéré ici comme un « cas limite ». Sa condamnation sans équivoque de l’esclavage fait de lui un acteur en marge, dont la trajectoire singulière met en lumière les possibles et les points d’achoppement du champ social cubain. Par la brèche idéologique que ses actes et ses écrits supposent, la figure de Tanco amène à repenser les schémas préexistants tout en accordant une autonomie à son discours, ce qui permet de rompre avec une certaine forme de lecture téléologique de l’histoire coloniale de Cuba. L’étude de sa pensée en matière d’esclavage offre également la possibilité de s’interroger sur la valeur éthique de la notion parfois ambiguë d’ « abolitionnisme ». Les silences historiographiques à l’endroit de Tanco, qui était porteur d’un discours intégrationniste « avant la lettre », reflètent d’une certaine manière les réalités racistes au sein desquelles ont pris forme les représentations de l’esclavage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La référence en la matière, le Diccionario biográfico cubano [1878] de Francisco Calcagno, qui dédi (...)
  • 2 Bueno, 1988, p. 174.

1Félix Manuel de Jesús Tanco y Bosmeniel (1796-1871) n’est pas à proprement parler une inconnue de l’histoire coloniale cubaine. Le créole n’est pourtant mentionné par les spécialistes de cette période que de façon sporadique, à tel point que, sur le plan biographique, les informations pour retracer avec exactitude son parcours font parfois défaut1. Salvador Bueno n’a pas tort de dire que Tanco est l’une des figures les plus méconnues de l’histoire cubaine2. L’étude de sa pensée politique et littéraire, en particulier eu égard à la question de l’esclavage, offre pourtant une série de clés pour saisir les nuances idéologiques et les contradictions de son temps.

  • 3 Levi, 1989, pp. 1330-1331.
  • 4 Vovelle, 1985, p. 197.

2Son époque, Tanco l’envisage notamment dans la longue correspondance qu’il entretient avec son ami Domingo del Monte, homme d’influence et l’un des chefs de file du réformisme créole. S’il est vrai que Tanco pouvait partager quelques-unes des valeurs défendues par les réformistes, certains aspects de sa pensée ayant trait à l’esclavage sont parfois utilisés à mauvais escient pour illustrer celles de l’ensemble de ce mouvement. Selon cette perspective, son parcours reflèterait moins celui d’une « personne singulière » que d’un « individu qui concentre toutes les caractéristiques du groupe »3 . Or, cette catégorisation ne rend pas compte de la particularité de Tanco et de la façon dont il se déterminait, consciemment ou non, par rapport aux réformistes, ainsi que de la manière dont il se reconnaissait, ou pas, dans ce groupe. Une focalisation sur cette voix discordante permet de mettre en lumière les possibles et les points d’achoppement du champ social cubain. Selon Michel Vovelle, « l’étude de cas représente le retour nécessaire à l’expérience individuelle, dans ce qu’elle a de significatif, alors même qu’elle peut paraître atypique »4. Le témoignage de Tanco acquiert, de ce point de vue, une richesse supplémentaire dans la mesure où il s’agit d’un personnage en situation de rupture.

3Afin de tenter de saisir la singularité de Félix Tanco, il s’agira, dans un premier temps, après avoir évoqué ses origines familiales, de rendre compte du regard amer avec lequel il envisage son époque et vise ses contemporains. Les conceptions littéraires et poétiques du créole, dont les critères concernant les Afro-descendants diffèrent sensiblement de ceux de son temps, souligneront également sa vision de rupture. La posture radicale de Tanco sera, en dernier lieu, replacée dans le contexte des soupçons qui touchent de nombreux réformistes opposés à la traite négrière au cours des années 1830-1840, avant d’analyser sa correspondance et ses écrits politiques selon une approche comparatiste dans le but d’appréhender les nuances de la notion parfois ambiguë d’« abolitionnisme ».

Les origines de la rupture

  • 5 Ibid.,  p. 102.

El radical. Así mi firma porque tal es mi doctrina sobre las reformas que han de hacerse en esta Perla de las Antillas5. Félix Tanco, 1838.

  • 6 Rodríguez Arenas, 1996, p. 83.

4Les raisons de la marginalité de Félix Tanco sont à chercher, de prime abord, dans ses origines familiales. Ses parents sont Josefa Bosmeniel Granizo, cubaine d’origine, et Diego Martín Tanco, un fonctionnaire sévillan qui travaillait à La Havane au début des années 1770. Lorsque ce dernier est appelé à diriger l’administration postale de Santa Fe de Bogotá, en 1784, la famille s’installe en Nouvelle Grenade. Félix Tanco voit le jour le 26 novembre 1796 dans la ville de Honda (province de Tolima). Il a six frères et sœurs6.

  • 7 À propos de ce mouvement scientifique et culturel, voir Castaño, Nieto, Ojeda, 2005.
  • 8 Tanco, 1942.
  • 9 Cadelo Buitrago, 2004, pp. 39-40.
  • 10 Tanco, 1808, cité par Cadelo Buitrago, 2004, p. 22.

5La figure du père, un péninsulaire « acriollado », est susceptible d’éclairer certaines postures avant-gardistes adoptées par Félix Tanco. Au cours des années 1790-1810, Diego Martín Tanco intègre une élite de créoles éclairés réunis autour de l’intellectuel Néo-grenadin Francisco José de Caldas y Tenorio, et publie des articles dans le Semanario del Nuevo Reyno de Granada7. En 1809, il défend notamment l’idée d’un enseignement public gratuit et égalitaire pour les hommes et les femmes8. Cette proposition marginale ne fut toutefois pas soutenue par les autres auteurs du Semanario pour qui la femme devait se cantonner à son rôle d’épouse et de mère9. La liberté de pensée du père de Félix Tanco est aussi mise en exergue par ses conceptions relatives à la théorie des climats. S’opposant frontalement à Caldas, Diego Martín Tanco rejette toute idée de déterminisme climatique. À ses yeux, «ni el frío ni el calor dan a los hombres la energía por la libertad, y todavía menos la injusta ambición de arrebatar la de los otros »10.

  • 11 À ce sujet, voir Piqueras Arenas, 2003 et Kuethe, 1998. Consulter également Goncalvès, 2008.
  • 12 Triana y Antorveza, 2005, pp. 81-82.

6En dépit de ses valeurs avancées et de son attachement à sa terre d’accueil, Diego Martín Tanco, de par ses origines, est perçu comme un défenseur de la monarchie espagnole. À la suite de la proclamation de la République de Colombie, le 17 décembre 1810, nombre de familles liées au pouvoir colonial sont tenues d’émigrer à l’étranger. Le choix de la famille Tanco y Bosmeniel s’oriente naturellement vers Cuba en raison des origines de la mère mais aussi parce que la Perle des Antilles représente, à l’époque du processus indépendantiste hispano-américain, le bastion le plus sûr dans le contexte du déclin colonial espagnol dans le Nouveau Monde11. En 1812, face à la pression populaire, alors qu’il a perdu son emploi, Diego Martín Tanco décide de s’embarquer pour La Havane mais tombe gravement malade et meurt pendant le voyage12. Cette trajectoire historico-familiale marquera Félix Tanco, ainsi que son frère aîné Diego, quant à l’attitude à adopter face à la vague révolutionnaire venue du Continent au cours des années 1820.

  • 13 Monteros Valdivieso, 1961, p. 134.
  • 14 Cité par Garrigó, 1929, p. 205.
  • 15 Calcagno, 1878, p. 432.
  • 16 Valle, 1930, pp. 91-92.
  • 17 CEDM, t. VII, p. vi.
  • 18 Rosa Corzo, 1986, pp. 71-72.

7Diego Tanco (1789-1749), le frère dont Félix se sent le plus proche, revient à La Havane en 1819 après des études de Droit à Séville au cours desquelles il se range aux côtés des constitutionnalistes. En 1823, débute un mouvement maçonnique visant à obtenir l’indépendance de Cuba connu sous le nom de Conspiración de los Soles y Rayos de Bolívar. Le capitaine général de l’époque, Francisco Dionisio Vives, a l’intime conviction que Diego Tanco — pourtant connu pour ses idées conservatrices13 —, l’Argentin José Antonio Miralla et le Colombien José Fernández Madrid, « son el alma de la conspiración y que siempre han trabajado por la independencia »14. Tandis que Diego Tanco qui ne fut finalement pas inquiété se consacra à son métier d’avocat dans la capitale cubaine, Félix Tanco s’installa à Matanzas où il se maria et eut trois enfants. Au début de l’année 1829, alors qu’il occupe la fonction d’administrateur de la poste de Matanzas depuis deux ans, son nom est évoqué, à son tour, dans le cadre d’une autre conspiration maçonnique et séparatiste dite de la Gran Legión del Águila Negra. Le colonel vénézuélien Feliciano Montenegro, un agent révolutionnaire au service du Mexique qui s’était distingué lors de la lutte indépendantiste en Colombie15, entre alors en contact avec Félix Tanco à qui il propose de prendre part au projet insurrectionnel. Ce dernier feint d’accepter son offre mais transmet en secret à Vives sa correspondance avec Montenegro16. Cette attitude vaudra à Tanco d’être taxé de traitre dans l’Índice de Extranjeros del Ejército Libertador de Cuba publié en 1953. Manuel I. Mesa Rodríguez ne pense pas que Tanco ait été un espion au service du gouvernement espagnol et explique cette collaboration « circonstancielle » en raison du caractère timoré d’un homme dominé par « une peur superlative »17. S’il est vrai que la crainte apparaît comme une constante dans la correspondance du créole, Gabino La Rosa Corzo, sans nier la délation du créole, prend soin de la replacer dans son contexte historique. Selon lui, l’accusation de traitrise constitue une erreur d’analyse dans la mesure où, au cours des années 1820, étranger aux idéaux indépendantistes, compte tenu de l’histoire de sa famille, « Félix Tanco se sent et agit comme un Espagnol »18.

  • 19 CEDM, t. VII, p. 171.
  • 20 Ibid., p. 59.

8L’une des lettres que Tanco adresse à Domingo del Monte en 1842 peut en effet laisser penser que, déçu par les errements réactionnaires de nombre de ses contemporains en matière d’esclavage, il fut amené à rejeter violemment sa condition de créole : «De ruin a ruin, voy creyendo que vale más el hombre de España que el de Cuba»19. Toutefois, ce jugement, loin de refléter le sentiment de Tanco, est à considérer avec recul. Bien qu’il soit difficile de déterminer le degré d’affection de Tanco à l’égard de la Colombie, son pays natal, il ne fait aucun doute qu’il avait pleinement conscience de sa créolité et qu’il aimait sincèrement Cuba, île où il passera le plus clair de sa vie. Du reste, particulièrement sceptique à la suite de la signature par l’Espagne et la Grande-Bretagne d’un second traité prohibant le trafic négrier en 1835, qu’il qualifie de «papel de mierda », Tanco affiche nettement son désamour vis-à-vis de la Mère Patrie : « El gobierno español ahora y siempre ha sido el gobierno más inmoral y el más sinvergüenza de todos los gobiernos»20.

  • 21 Sur ce point, Rafael Rojas explique bien la façon dont certaines valeurs gênantes ont pu être passé (...)
  • 22 Voir Rojas, 2008, pp. 41-57.
  • 23 Tanco, 1825, pp. 14-15.
  • 24 Luz y Caballero, 1949, p. 172.
  • 25 CEDM, t. VII, p. 59.

9Mise au ban de l’histoire intellectuelle de Cuba, la pensée de Félix Tanco, sans doute parce qu’elle était porteuse d’une parole dérangeante21, s’avère pourtant des plus intéressantes eu égard à l’idée de « patrie ». Dans la colonie antillaise, cette notion trouve son origine au milieu du xviiie siècle, lorsque les créoles commencent à se définir en fonction de l’altérité vis-à-vis de la Métropole et soulignent leur attachement à la terre. Au cours de la première moitié du xixe siècle, le mouvement réformiste pare cette conception tellurique d’une dimension morale, sociale et ethnique22. L’éthique défendue par José de la Luz y Caballero complète la vision élitiste et « blanche » prônée par José Antonio Saco et Domingo del Monte pour ne mentionner que les figures principales du réformisme créole. Les esclaves et les libres « de couleur » constituent une donnée fondamentale de cette problématique. Dans un essai publié en 1825, Diego Tanco dresse un constat sévère et désabusé de la société cubaine. Il considère que l’hétérogénéité de la population rend impossible l’établissement d’un gouvernement démocratique à Cuba en raison des « principes aristocratiques » développés par les maîtres d’esclaves23. Pour remédier à cette hétérogénéité et afin de prévenir une guerre raciale comme celle d’Haïti, José Antonio Saco se fait l’écho de l’une des données fondamentales du réformisme créole, lorsqu’il propose, dix ans plus tard, une solution à la dimension eugénique : «blanquear, blanquear, y entonces hacernos respetar»24. Félix Tanco partage aussi l’idée selon laquelle l’hétérogénéité ethnique ne se prête guère à l’instauration d’un régime constitutionnel à Cuba : «¿Qué esperanzas […] que nuestra tierra se mejore con literatura, ni con Ayuntamientos nuevos, ni con Gobernadores civiles, ni con Diputaciones provinciales, ni con Asambleas, ni pendejeras y más pendejeras mientras nos están atarugando de negros por todas partes?»25.

  • 26 Ibid., p. 184-185.
  • 27 Lettre de José Luis Alfonso à José Antonio Saco, 13-II-1837, CM, Alfonso, nº 51. 

10Cependant, critique envers ses proches, il juge que le patriotisme mal entendu de nombreux Cubains n’est en rien comparable à la soif de liberté qui a incité les créoles des anciennes colonies espagnoles à lutter pour l’indépendance. En rupture avec les critères de son époque, l’administrateur de la poste de Matanzas n’hésite pas à mettre sur un pied d’égalité ces révolutions indépendantistes et les révoltes des esclaves de la zone occidentale de Cuba qui surviennent en 1843 : «Los venezolanos, los granadinos, los porteños, &a, no se levantaron contra su metrópoli por patriotismo; este es un error tuyo, sino por lo que se levantaron los negros de Santo Domingo, los de Bemba y Macuriges y acaban de levantarse ahora los de la Sabanilla»26. Si Tanco se montre rétif lorsqu’il évoque la patrie, c’est surtout en raison du lien profond et dégradant que ce concept entretient, à ses yeux, avec l’esclavage. Alors que José Luis Alfonso, l’un des plus importants planteurs de l’île, associe de façon positive la patrie et la propriété27, Tanco se montre en revanche très pessimiste lorsqu’il évoque ce lien :

  • 28 Ibid.

Déjate de cuentos: el patriotismo es planta exótica que no nace en esta tierra tal como está constituida política y moralmente. (...) Lo único que desearían algunos o todos, sería que mandasen los criollos y no los españoles, reduciéndose la cuestión a las personas y nada más. Acuérdate que cuando se trató de libertar a los negros introducidos en la Isla desde 1820 hasta 1840 a propuesta del Gobierno de Inglaterra, se amenazó, hasta por los catalanes, al Gobierno español con la independencia de Cuba28.

  • 29 Rosa Corzo, 1986, p. 65.
  • 30 À ce sujet, voir les plaintes à l’endroit de Tanco exprimées par Domingo André et Lorenzo de Palma (...)

11La façon dont Tanco mettait en exergue les limitations et l’hypocrisie des créoles en matière d’esclavage ne lui attira pas les faveurs de ses amis et contemporains. Ses écrits étaient vivement commentés et discutés29 et sa réputation de polémiste suscitait les craintes de certains membres de la tertulia de Domingo del Monte30.

Pour une poétique du contraste

  • 31 CEDM, t. VII, p. 118.

Un bocabajo menos que se dé, o un negro menos que se mate, por nuestra influencia, será para nosotros mejor galardón mil veces, que todos los honores literarios del mundo31.
Félix Tanco, 1838.

  • 32 Naranjo Orovio, 2009, p. 35.

12La tertulia de Domingo del Monte, sans doute le plus éminent agitateur culturel et critique littéraire de sa génération, réunissait quelques-uns des intellectuels les plus en vue : Félix Tanco, Anselmo Suárez y Romero, Cirilo Villaverde, Ramón de Palma, José Zacarías González del Valle et José Jacinto Milanés, pour ne citer qu’une liste non exhaustive. Ils avaient l’ambition de réformer les mœurs d’une société minée par le colonialisme et l’esclavage. Del Monte tenta d’esquisser l’homogénéité « raciale » à laquelle aspiraient les réformistes, par le biais d’un costumbrismo glorifiant le passé créole et qui éludait le Noir ou, dans le meilleur des cas, le caricaturait. En adoptant une telle posture, les intellectuels créoles étaient mus par un idéal romantique qui les tenait à l’écart des processus socioculturels en gestation dans l’île32.

  • 33 Méndez Rodenas, 2002, p. 215.

13À contrecourant des catégories ethnocentristes de ses contemporains, Tanco fut sans doute le seul créole de sa génération à tenter d’inclure, de façon relative, l’Afro-descendant dans le processus de formation de la nation cubaine, par le biais de la littérature. Comme l’a bien analysé Adriana Méndez Rodenas, c’est à Félix Tanco — qu’elle qualifie à juste titre de « dissident » de la tertulia de Del Monte — que l’on doit la vision la plus innovatrice en la matière33. La lettre que Tanco adresse à del Monte le 13 février 1836, parfois citée par les spécialistes de culture cubaine pour illustrer les valeurs du mouvement réformiste, constitue, au contraire, une rupture fondamentale eu égard à la reconnaissance des Africains et de leurs descendants à Cuba :

  • 34 CEDM, t. VII, p. 51.

Los negros en La Isla de Cuba son nuestra Poesía, y no hay que pensar en otra cosa; pero no los negros solos, sino los negros con los blancos, todos revueltos, y formar luego los cuadros, las escenas, que a la fuerza han de ser infernales y diabólicas; ¡pero ciertas, evidentes!34

  • 35 Ibid, t. VII, pp. 65-75.
  • 36 Pour une vision globale des œuvres ayant pour thème l’esclavage, voir Morillas Ventura, 1990 ; Riva (...)
  • 37 Schulman, 1978, p. 320.
  • 38 CEDM, t. VII, p. 65.
  • 39 Ibid., p. 88.

14C’est au travers de sa correspondance avec del Monte que Tanco formule, entre juin et octobre 1836, les premiers jalons de sa poétique du contraste. La satire intitulée «Contraste moral, o la niña cubana»35 se présente sous la forme d’un long poème qui annonce les thèmes principaux des futurs romans ayant pour thème l’esclavage36 : la représentation symbolique de l’esclavage au sein de la famille, la corruption morale des Blancs comme des Noirs, le déterminisme et les contrastes moraux générés par l’institution servile37. Lorsqu’il annonce à son correspondant la thématique de sa composition, «El tema es mi tema: los negritos», Tanco précise sans ironie que les Afro-descendants, qu’il nomme affectueusement «mis hijos queridos », constituent désormais le fondement de sa pensée philosophique et de son labeur poétique. De façon symptomatique, comme s’il pressentait la réaction de Del Monte et parce qu’il a parfaitement conscience du caractère éminemment marginal de son point de vue, Tanco prévient son ami : «No te rías »38. Ce dernier, sans doute autant confondu par la dénonciation sans équivoque de l’esclavage que par la nature inattendue de la composition poétique, critique la satire de Tanco, en particulier la manière dont il façonne la protagoniste principale. Rejetant les commentaires de Del Monte, Tanco lui répond en prônant le recours à l’esthétique du contraste : «Si la niña quieres tú que aparezca humana, moralmente hablando; pero que no lo sea respecto de sus esclavos, lo cual forma el contraste poético de la Sátira, el verdadero contraste moral; en este caso, desaparece la influencia de la esclavitud doméstica en nuestras costumbres, lo cual no puede ser, porque no es cierto »39.

  • 40 Glissant, 1997.
  • 41 Méndez Ródenas, 2002, p. 215.

15Sa « poétique du contraste » n’est pas sans rappeler celle qu’Édouard Glissant formule dansle Traité du Tout-Monde dans lequel il définit la créolisation comme « la rencontre, l’interférence, le choc, les harmonies entre les cultures »40. En 1837, Tanco va dans ce sens et précise davantage sa pensée dans une lettre, véritable pierre angulaire d’une « poétique de la transculturation »41 dans laquelle il fait état de l’influence toujours plus importante et inéluctable de la culture africaine au sein de la société créole :

  • 42 CEDM, t. VII, pp. 86-87.

¿Quién no ve en los movimientos de nuestros mozos y muchachas cuando bailan contradanzas y valses, una imitación de la mímica de los negros en sus cabildos? ¿Quién no sabe que los bajos de los dansistas del país son el eco del tambor de los Tangos? Todo es Africano, y los inocentes y pobres negros, sin pretenderlo, y sin otra fuerza que la que nace de la vida de relación en que están ellos con nosotros, se vengan de nuestro cruel tratamiento inficionándonos con los usos y maneras inocentes, propias de los salvajes de África42.

  • 43 Castellanos et Castellanos, 1988, p. 282.
  • 44 CEDM, t. VII, pp. 51. 
  • 45 Guillén, 1974. pp. 271-273.
  • 46 Id., 1966, p. 73.
  • 47 Tanco, 1925, p. 256.

16Avant-gardiste, Tanco tranche face aux créoles de son temps. Lorsqu’il conclut cette lettre en affirmant «todo es africano», il anticipe la poésie mulata de Nicolás Guillén (1902-1989). Jorge et Isabel Castellanos ont raison d’établir un parallèle entre la poétique intégratrice de Tanco et celle de Guillén43. Comme en écho au vœu de Tanco, « los negros con los blancos, todos revueltos »44, le vers de Guillén, « Negros y blancos, todo mezclado »45, prolonge et précise le message inabouti du créole originaire de Nouvelle Grenade. Nicolás Guillén affirme, d’ailleurs, qu’en dépit de l’antagonisme entre les Noirs et les Blancs, «la nacionalidad cubana se debe a entrambos elementos y es consecuencia de una vasta, caudalosa, irresistible transculturación afro-hispana »46. C’est à peu de chose près ce qu’explique Félix Tanco lorsqu’il plaide pour une peinture « entière » de la population de Cuba : «todos los fenómenos morales de nuestra vida pública y privada, no pueden explicarse ni entenderse sino por esta recíproca influencia de las dos clases, por su contacto y relaciones »47.

  • 48 CEDM, t. VII, p. 113. 

17Sceptique quant à l’efficacité de la littérature costumbrista, Félix Tanco regrette le fait que les esclaves et les Noirs soient absents des récits de ses contemporains. Il pense que la dénonciation de la corruption morale des Blancs passe par une représentation réaliste de l’esclavage dans toutes ses nuances. En 1838, il dénonce le manichéisme et le moralisme des jeunes écrivains créoles en critiquant la nouvelle de Ramón de Palma, Una Pascua en San Marcos. Il souligne notamment les traits singuliers avec lesquels un vieux noir y est décrit : «Un negro viejo, un taita brujo, es todo lo que se ve como de paso en toda la relación; personaje ridículo, cuando los esclavos no lo son»48. C’est cette même année qu’il entreprend la rédaction de sa nouvelle Petrona y Rosalía dont le prologue pose, d’une certaine manière, les bases de sa théorie du roman :

  • 49 Ibid.

Es preciso presentar los contrastes de los dos colores de nuestra población; los negros y los blancos trabajándose mutuamente, pervirtiéndose hasta en lo las indiferente de la vida, de tal manera que en los blancos se ven a los negros, y en los negros a los blancos. Hasta ahora, parece que se ha tenido y se tiene miedo, o se tiene escrúpulo o asco de presentar a los negros en la escena o en la novela junto con los primeros, así como se presentan en los padrones, y como si no estuviésemos en la realidad, no ya juntos, sino integrados, amalgamados como cualquiera confección farmacéutica49.

18L’ancrage dans la réalité défendu par Tanco tient, en premier lieu, à la mise en valeur du caractère multiethnique de la société cubaine, qui se traduit par l’interaction des personnages Blancs et Noirs. Dans le but d’accentuer les contrastes, Tanco s’écarte du costumbrismo traditionnel et élabore une esthétique qui lui est propre.

  • 50 Ibid., p. 116.
  • 51 Ibid.
  • 52 Tanco, 1925, p. 259.

19Dans Petrona y Rosalía, il passe outre les descriptions de paysages qui servent traditionnellement d’arrière-plan aux récits costumbristas. S’il délaisse la peinture de la « nature physique », comme il l’indique à del Monte50, c’est pour mieux s’attacher à celle de la « nature humaine », qui est matérialisée dans la famille créole. Parce qu’il aspire à une certaine objectivité, Tanco fait le choix de sacrifier son style, qu’il juge volontiers « desaliñado»51, pour que sa narration colle au plus près à la réalité : «no me aparto un ápice de la verdad de la funesta realidad de nuestra vida doméstica»52.

20Pour Tanco, cette quête de vérité ne saurait faire l’économie de la description des couches les plus populaires de la société cubaine. Face au mépris élitiste de la culture émanant du peuple, il plaide en faveur de la représentation des domestiques ainsi que des esclaves et indique vouloir écrire pour le plus grand nombre :

  • 53 CEDM, t. VII, p. 116.

Yo he querido y quiero escribir para los alcances del pueblo cubano: quiero que me entienda cualquier hombre o mujer de nuestro vulgo, un mayoral, un montero, un negro criollo, un negro ladino, una negra mondonguera, &a; pero quiero que me entienda igualmente un marqués, un conde, un abogado, un médico, un comerciante…53

  • 54 Ibid.
  • 55 Rodríguez Arenas, 1996, p. 88.
  • 56 CEDM, t. VII, p. 113.

21L’autre grand parti-pris esthétique de Tanco réside dans sa volonté d’effacer la voix du narrateur, qu’il juge subjective, au profit de celle des personnages, par le recours au dialogue : « […] estas costumbres y estas ideas no las pinto yo con mis palabras, sino con las palabras de mis personajes, con sus acciones, con la manera de vivir y de pensar, de que resulta que cada individuo dice cuál es su carácter propio, cuál es su alma»54. De la sorte, le protagoniste romanesque ne se contenterait plus de véhiculer avec distance la morale de l’écrivain mais deviendrait porteur de sens en cela que ses mots représenteraient « objectivement » les maux de la société coloniale. De la même manière, le dialogue serait l’occasion de transmettre les tournures idiomatiques et les expressions particulières du parler populaire55. Par ce biais, Tanco entend se faire l’écho du langage employé par les Afro-descendants de Cuba : « Cada persona usa su lengua particular: nada de bozalismos: mis negros hablan el castellano clarito como lo hablan realmente los criollos: nada de nombres fantásticos buscados en otras novelas, sino los nombres comunes entre nosotros, de Conchita, Petrona, Rosalía, Antonia, Fernando…»56.

  • 57 Lewis Galanes, 1994, p. 190.
  • 58 Helg, 2009, p. 20.

22Une nouvelle fois, le créole prend le contrepied des valeurs costumbristas lorsqu’il rejette le bozalismo — pratique visant à caricaturer le parler du bozal, l’esclave récemment débarqué d’Afrique — dont l’usage, répandu dans la littérature espagnole depuis le xvie siècle, s’était vulgarisé dans le teatro bufo de son époque57. Très loin des œillères éminemment raciales de ses contemporains et amis, et en avance sur son temps, Félix Tanco fut sans doute le premier à observer à quel point l’influence africaine se reflétait au-delà de la dichotomie habituelle entre maîtres et esclaves pour s’immiscer dans la langue et affleurer dans les gestes, la musique et les danses des Blancs. Tanco insère d’ailleurs, dans nombre de ses lettres, des expressions propres aux Afro-descendants et au monde de la plantation. De la sorte, il contribuait, à sa manière, à véhiculer une image différente des Afro-descendants, loin des clichés qui, comme le signale Aline Helg, avaient tendance à réduire les esclaves à des êtres «exploités, aliénés car considérés comme des instruments de production — mais sans voix, sans histoire propre, car sans écriture»58. Dans sa critique acerbe de l’ouvrage de María de la comtesse de Merlin, Viaje a La Habana, Tanco ironise au sujet du portrait caricatural qu’elle fait d’une esclave domestique de la demeure de son oncle, Juan Montalvo y O’Farrill :

  • 59 Tanco, 1844, p. 9.

Concluye este pequeño episodio con una circunstancia muy chistosa, colocaría la buena vieja delante de la señora de Merlín en el mejor sillón de su cuarto, con las manos apoyadas en sus rodillas, devorándola con los ojos y respondiendo a cada pregunta que la hacía sobre un individuo de su familia: « morí » Jesús nos ampare! La nodriza de una persona que hoy tendría por lo más bajo sus setenta, se mantiene todavía tan bozal que no sabe decir « murió » ¿Tal vez si se hubiese acordado la escritora de que hay una nación africana que dice quiquiribú para expresar que alguno ha muerto, nos lo hubiera espetado también en su cuento59?

  • 60 Tanco, 1942, p. 157.

23Ce passage, qui peut à première vue sembler relever de l’anecdote, met cependant en évidence deux aspects essentiels de l’approche singulière que Tanco avait de la question noire. Premièrement, à la différence de la comtesse de Merlin, il accorde au Noir une possibilité de perfectibilité, sur le plan linguistique tout du moins. Deuxièmement, en évoquant l’expression d’origine africaine «quiquiribú», Tanco fait montre d’un réel intérêt, sans doute d’un respect, pour la culture des Afro-descendants. À cet égard, Tanco suit en quelque sorte les pas de son père, Diego Martín, qui avait, en son temps, fait état de l’apport scientifique, culturel et lexical des Indiens60.

  • 61 Zielina, 2007, p 13.
  • 62 Tanco, 1925, p. 256.
  • 63 González del Valle, 1938, pp. 58-59.
  • 64 Schulman, 1978, pp. 323-324.
  • 65 Lewis Galanes, 1994, p. 192.
  • 66 CEDM, t. VII, p. 120.
  • 67 Leante, 1976, p. 184.
  • 68 Rosa Corzo, 1986, p. 65.
  • 69 CEDM, t. VII, p. 114.
  • 70 CEDM., t. IV, p. 96.

24Les conceptions avancées de Tanco n’étaient pas sans heurter les valeurs d’une époque peu encline à reconnaître l’africanité croissante à l’œuvre dans l’espace socioculturel cubain61. L’auteur de Petrona y Rosalía confirme lui-même que sa nouvelle, qui circula sous le manteau, fut décriée par des individus «preocupados o ignorantes» qui la taxèrent de «Sátira de un enemigo de Cuba »62. Dans ce contexte hostile, le jeune poète et critique littéraire José Zacarías González del Valle fait figure d’exception lorsqu’il juge qu’au-delà de réserves sur le plan formel, Petrona y Rosalía constitue un reflet fidèle de la société coloniale rongée par «el cáncer de la esclavitud doméstica» et que sa lecture, urgente, contribuerait à lutter contre la corruption morale des Cubains63. Néanmoins, Domingo del Monte décida de ne pas inclure la nouvelle de Tanco, comme il en avait pourtant l’idée à l’origine, dans le recueil préparé pour le consul britannique à La Havane, Richard Robert Madden64. Del Monte avait pour habitude de corriger, d’apposer des modifications ou encore de transcrire les œuvres des écrivains participant à sa tertulia65. La correspondance de José Zacarías González del Valle montre bien les limites imposées au groupe lorsqu’il se fait l’écho de la volonté de Del Monte de supprimer « lo subversivo» du roman de Suárez y Romero, Francisco [1839], œuvre qui était, du reste, du goût de Tanco66. Pour César Leante, il s’agissait d’un endoctrinement subtil, d’un rappel à l’écrivain des frontières que devait avoir son œuvre67. Aussi, les résistances de Suárez y Romero et de Tanco face aux injonctions de Del Monte expliquent-elles, selon Gabino La Rosa Corzo, le fait que leurs œuvres respectives ne furent publiées que 42 et 87 ans après leur production68, à une époque où l’abolition de l’esclavage n’était plus un sujet tabou. Tanco ne se faisait d’ailleurs guère d’illusion que son œuvre puisse être publiée à Cuba. Il nourrissait l’espoir de réunir ses écrits afin de les éditer aux États-Unis et de les distribuer gratuitement au plus grand nombre69. Diego Tanco pensait également que si son frère avait l’intention d’imprimer Petrona y Rosalía, cela ne pouvait se faire qu’à l’étranger et sous couvert d’anonymat car, dans le cas contraire, «se levantaría tal polvareda contra él, que lo acabarían»70.

  • 71 Tanco, 1925.
  • 72 Fivel-Demoret, 1989, p. 4.

25Il convient néanmoins de signaler, qu’en dépit d’incontestables principes de tolérance sur le plan théorique, la nouvelle de Tanco n’échappe pas à certains préjugés, comme lorsque le narrateur fait état de «la natural fortaleza de Petrona, como la de todos los de su raza »71. De plus, le portrait trop angélique que Tanco fait des deux protagonistes esclaves Petrona et Rosalía — caractéristique que l’on retrouve également chez le héros Francisco de Suárez y Romero —, tend à réduire la portée de la mise en exergue de l’injustice de l’esclavage. En effet, cela suggère que si ces personnages avaient été moins vertueux, leurs sévices et leur statut d’esclaves auraient été plus acceptables72. Bien que ces deux auteurs dénoncent les maux de l’esclavage, la passivité et la résignation dont font preuve leurs personnages les enchaînent d’autant plus à leur condition subalterne. Du reste, en dépit du titre choisi par Tanco, Petrona y Rosalía, qui suggère que l’attention du lecteur se porterait sur les deux protagonistes esclaves, ces dernières se voient consacrer peu d’espace. «Los negritos» sont loin d’être le sujet central de cette nouvelle comme l’avait annoncé Tanco, qui n’ira pas au-delà des formulations de principe annoncées dans sa correspondance. Ce dernier excelle, en revanche, dans la description des personnages blancs et dans sa dénonciation des maux qui touchent la société créole.

26En dépit des limites énoncées, les idées affichées par Tanco étaient suffisamment subversives pour le rendre suspect aux yeux des autorités coloniales. Comme il le laisse entendre, la description du système esclavagiste à Cuba, fût-elle littéraire, impliquait forcément une critique du colonialisme :

  • 73 Tanco, 1925, p. 258.

Obras de esta clase escritas con la libertad y el interés filosófico que se debe ni se han escrito ni se permite escribirlas entre nosotros; porque sería entonces quitar todo su prestigio y valor a las cifras numéricas de las Balanzas mercantiles como signos de felicidad: porque sería descubrir el secreto o las malas artes de la ignorancia y malicia del gobierno, cosa sumamente perjudicial a sus miras; porque sería presentar el cuerpo llagado y monstruoso de nuestro estado moral y político73.

27Au-delà de son œuvre littéraire parfois minorée, tant en raison de ses défauts formels que de son avant-gardisme thématique, les idées politiques, souvent en rupture, de Félix Tanco ouvrent une lucarne pour saisir les tensions autour des questions imbriquées du colonialisme et de l’esclavage.

L’abolitionnisme en question

  • 74 CEDM, t. VII, p. 53.

Bastan las palabras hombre y pueblo para saber que no son propiedad ni pueden serlo74.
Félix Tanco, 1836.

  • 75 Félix Tanco Bosmeniel, « Exposición de un vecino de Matanzas al excelentísimo señor Capitán General (...)
  • 76 Voir Jensen, 1988, p. 250 et Pérez de la Riva, 1963, pp. 20-21.
  • 77 CEDM, t. VII, pp. 159-160.
  • 78 Paquette, 1988, p. 250.
  • 79 Del Monte fut contraint à l’exil. Benigno Gener partit pour l’Angleterre afin d’échapper aux poursu (...)

28Au début des années 1830, Félix Tanco fait front avec les réformistes dans leur lutte contre le trafic négrier. S’il ne fut pas frappé d’ostracisme, à l’image de José Antonio Saco, l’article qu’il publie le 11 juin 1834 dans le journal La Aurora75, dans lequel il enjoint le capitaine général Miguel Tacón de faire respecter le traité hispano-britannique interdisant le trafic d’esclaves, lui vaut d’être directement menacé par celui-ci, qui ordonne l’ouverture d’une instruction à son endroit, laquelle se solde par un non-lieu76. Au tournant des années 1840, alors que la pression abolitionniste britannique atteint son paroxysme et qu’une véritable vague de terreur gagne les propriétaires d’esclaves de l’île, Tanco radicalise sa posture et considère que les créoles gagneraient à tirer parti d’une telle conjoncture77. Il entretient alors une correspondance avec la British and Foreign Anti-Slavery Society78et est également en contact avec David Turnbull, consul britannique à Cuba (1840-1842). Lorsque surviennent les événements de la conspiration dite de La Escalera, en 1844, Tanco, au même titre que d’autres créoles de renom79 s’étant prononcé contre le trafic, est pris pour cible par les autorités coloniales, sous la pression des négriers.

  • 80 Le 29 avril 1844, Félix Tanco adresse un courrier à l’administrateur général de la poste à Madrid a (...)
  • 81 Lettre de O’Donnell au Secrétaire d’État, 15-III-1844, AHN, Ultramar, leg. 4.618.
  • 82 ANC, Comisión Militar, leg. 73, exp. 1, 3ª pieza.
  • 83 ANC, Asuntos políticos, leg. 52, no. 1.
  • 84 CM, Escoto, n° 201 c, t. 3.

29En mars, il est arrêté et suspendu de ses fonctions80 car, au dire du capitaine général de l’époque, Leopoldo O’Donnell, il professait des idées qui n’étaient guère favorables à la tranquillité de Cuba et qui remettaient en cause son union avec la métropole81. Tanco fut inculpé sur la base de témoignages soutirés au mulâtre Miguel Flores, l’un des agents de Turnbull, qui indiqua au procureur Pedro Salazar, qui le questionnait au sujet des prétendus chefs de la conspiration, qu’à Matanzas, «influía sobre manera el Sr. D. Félix Tanco»82. La réaction des autorités ne se fait pas attendre puisque Félix Tanco, alors âgé de 47 ans, est officiellement accusé le 25 mai 184483 et emprisonné dans un cachot du château de la Punta à La Havane. Ses biens sont saisis. Il ne recouvrera la liberté que six mois plus tard, à la faveur d’une libération sous caution84.

  • 85 ANC, Comisión Militar, leg. 73, exp. 1, 3ª pieza.
  • 86 CEDM, t. VI, p. 239.
  • 87 Ibid., pp. 264-265.

30À la fin du mois de mai 1844, il est entendu par le procureur Salazar. Contrairement aux autres créoles également interrogés, les réponses de Tanco sont rarement négatives et semblent parfois confirmer les suspicions des autorités. De façon surprenante, Tanco confesse avoir fréquenté personnellement trois des protagonistes principaux de la conspiration : le mulâtre libre Gigaut et les Britanniques Cocking et Turnbull85. Cependant, en raison des failles de l’instruction et de la corruption manifeste des procureurs, aucune charge ne fut retenue contre lui, ni contre les autres créoles. Le 10 septembre 1845, Miguel de Aldama, qui avait connaissance des déclarations de tous les prévenus, affirme toutefois que l’imprudence de Tanco démontre le « carácter débil del declarante »86. Ce jugement sévère est partagé par un autre correspondant de Domingo del Monte, José Antonio Echeverría : «Hombre más débil e indiscreto no lo hay, Domingo: lo considero más peligroso en su amistad, que cualquier enemigo declarado; y para mí es ya como si no existiera»87. Même si Félix Tanco ne fut pas le seul créole à subir les foudres des autorités coloniales durant cet épisode agité et obscur de la conspiration de La Escalera, il est de loin celui qui suscita la plus grande défiance de la part de ses contemporains. Au-delà de sa défense hasardeuse lors du procès, ce rejet reflète sans doute le fossé qui séparait Tanco de ses contemporains concernant la question de l’abolition de l’esclavage.

  • 88 Merlin, 1841, p. 735.
  • 89 Barcia, 1987, p. 57.

31« Rien de plus juste que l’abolition de la traite des Noirs, rien de plus injuste que l’émancipation des esclaves »88. Cette sentence de la comtesse de Merlin résume bien le crédo des créoles réformistes au sujet de la question épineuse de l’esclavage. Comme le suggère avec à-propos María del Carmen Barcia, au cours des années 1840, l’abolitionnisme était en fait un antiabolitionnisme avec différentes nuances89. Il convient, à cet égard, de se demander si le fait de se prononcer contre le trafic, pour un meilleur traitement des esclaves, voire pour une abolition graduelle de l’esclavage pouvait être considéré comme de l’abolitionnisme ? En effet, comme le suggère José Antonio Saco, si l’abolition du régime esclavagiste impliquait celle du trafic pour des raisons évidentes, la réciproque n’était pas vraie :

  • 90 Saco, 1962, p. 91.

Todos saben que, en punto a esclavos, hay dos especies de abolición: una del tráfico con la costa de África, y otra de la misma esclavitud. Aunque ambas tienen relación entre sí, jamás deben confundirse, y bien puede la primera tratarse, y aún lo que es más, realizarse, con absoluta independencia de la segunda90.

  • 91 Gomáriz, 2009, p. 100.
  • 92 Moreno Fraginals, 1968, p. 42.

32Le projet socioculturel des réformistes, qui avaient pour dessein de préparer l’avènement du salariat par le biais de l’immigration de travailleurs blancs et l’arrêt du trafic d’esclaves, était soutenu par une alliance de circonstance entre des intellectuels et des grands propriétaires qui avaient pour ennemis communs les négriers91. La problématique de l’abolition ne concernait donc pas l’intégralité de l’institution esclavagiste mais se bornait à la seule question du trafic d’esclaves. Les réformistes créoles comme Domingo del Monte ou José de la Luz y Caballero, qui possédaient respectivement 1000 et 500 esclaves92, s’ils se prononçaient contre la traite négrière, ne voulaient ni ne pouvaient guère aller au-delà.

  • 93 CEDM, t. VII, pp. 164-165.
  • 94 Ibid., pp. 163-164.
  • 95 Ibid., p. 53.

33Félix Tanco, pour sa part, ne se sent pas concerné par ce conflit d’intérêt et ne fait pas de distinction entre les esclavagistes. Ces derniers, qu’il s’agisse de propriétaires ou de commerçants, qu’ils soient créoles ou péninsulaires, constituent, à ses yeux, un ensemble homogène et interdépendant. Dans sa correspondance, Tanco n’épargne pas les négriers péninsulaires93, et condamne les propriétaires créoles qui, s’ils s’opposent publiquement à la traite, continuent de s’approvisionner en « pièces d’ébène » sur le port de Matanzas94. En témoin intransigeant des contradictions de son époque, il taxe de «tratantes de negros» l’ensemble des personnes qui ne partage pas l’idée selon laquelle «ningún hombre puede ser propiedad de otro hombre»95. En décembre 1834, Tanco rédige un texte intitulé « Lamento de un cubano al ver poblada de esclavos negros a su tierra », publié pour lapremière fois en 1891,qui illustre son profond dégoût pour l’esclavage et sa sincère compassion envers les esclaves. Son évocation des plantations de Matanzas laisse entrevoir un univers profondément inhumain :

  • 96 Tanco, 1891, p. 149.

Sólo veo montones de hombres desnudos y mutilados que trabajan, como irracional rebaño, sin ninguna retribución, para otro hombre que se llama su dueño, porque pudo sacar de una arca infame el dinero para comprarlos. Aunque me resista a verlos, los quejidos, los gritos de dolor, penetran en el fondo de mi alma, y los estallidos del látigo que rompe las carnes de los esclavos, resuenan en todo el ámbito habitado de la Isla y en lo más profundo de mi pecho96.

  • 97 CEDM, t. VII, p. 188-189.
  • 98 Instituto de Literatura y Lingüística de la Academia de Ciencias de Cuba, 1980.
  • 99 Tanco, 1862 a. Pour une analyse de cet ouvrage, voir Rosa Corzo, 1986, pp. 66-69.

34Du reste, il confie à del Monte qu’il souhaite inculquer à ses enfants des valeurs radicalement antiesclavagistes, « infundiéndoles odio entrañable a la esclavitud, hasta hacer de ellos unos verdaderos fanáticos en toda la extensión de la palabra, porque este fanatismo será la mejor prueba de su buen corazón, y de infinito convencimiento de la enormidad de aquel crimen »97. C’est notamment pour leur éviter de respirer l’atmosphère de Cuba, « contaminée » par l’esclavage, qu’il envisage de les envoyer vivre dans une grande ville de la côte est des États-Unis. Tanco, pour sa part, après un voyage en Espagne, en 1845, dans le but d’obtenir une pension suite à la perte de son emploi, retourne à Cuba et travaille pour le compte de maisons de commerce et diverses revues98. Il faudra attendre douze ans pour retrouver la trace d’un écrit de sa plume. En 1862, il publie notamment un essai, Los jesuitas en la Habana99, dans lequel il adopte une posture anticléricale.

  • 100 À l’exception de l’article de Gabino La Rosa Corzo, à notre connaissance, aucune étude n’évoque cet (...)
  • 101 Tanco, 1862 b, p. 5

35La même année, il saisit le contexte de la Guerre de Sécession pour publier à Philadelphie une brochure intitulée Representación a la Reina de España, sobre la abolición de la esclavitud en las islas de Cuba y Puerto Rico, sous le pseudonyme de « Un Habanero », essai totalement éludé par l’historiographie cubaniste100. Dans cet écrit, qui prend la forme d’une requête imaginaire émanant d’un «soñador que ni siquiera es propietario»101, Tanco va au-delà des conceptions transculturelles de sa jeunesse pour inscrire sa pensée dans une certaine forme de pragmatisme. Toujours aussi vindicatif, le créole dresse un tableau historique et comparatiste de l’esclavage et des mouvements abolitionnistes à l’œuvre en Europe, en Amérique du Nord et du Sud, afin de poser les bases d’un projet réaliste d’émancipation des esclaves à Cuba et Porto Rico.

  • 102 Ibid.
  • 103 Ibid., pp. 10-11.
  • 104 Ibid., p. 19.
  • 105 Ibid., p. 25.
  • 106 Saco, 1962, p. 350.

36Tanco fonde son argumentation sur la distinction entre deux types d’abolition de l’esclavage. Aux dires du créole, le premier modèle «sancionado por la sangre», symbolisé par la révolution de Saint-Domingue (1791-1804), se caractérise par la violence et la terreur, tandis que le deuxième, «sancionado por una ley», résulte d’une action spontanée et pacifique des gouvernements. Tanco ne s’attarde pas sur l’exemple haïtien, dont l’évocation péjorative a pour unique dessein de servir d’avertissement aux Nations possédant des colonies esclavagistes102. Si les principes du christianisme ne sont pas absents du raisonnement de Tanco, celui-ci en appelle plus volontiers à la civilisation et à la philosophie des Lumières pour gagner à sa cause sa destinataire fictive. Rousseau, Montesquieu et Voltaire sont invoqués pour signifier que c’est en France que se firent entendre les premières voix condamnant l’esclavage des Noirs. La Grande-Bretagne a aussi les faveurs de Tanco dans la mesure où cette Nation fut la première en Europe à décréter l’émancipation de ses esclaves103. Ces références historiques sont l’occasion, pour Tanco, de signifier à la reine que l’émancipation des esclaves répond aux «exigencias de la época» et à la «marcha irresistible del tiempo»104 et que l’île de Cuba court un danger du fait de son état exceptionnel «en medio de todos los pueblos libres que la rodean»105. Sur ce point, Tanco se rapproche autant qu’il prend ses distances avec José Antonio Saco. Si ce dernier pense également que l’« époque » réclame l’émancipation des esclaves, au contraire de Tanco, il ne se considère aucunement comme un abolitionniste : «No se me tache […] de abolicionista, porque no lo soy; yo no soy más que un mensajero pacífico del siglo xix, que es el único abolicionista »106.

  • 107 Tanco, 1862b, pp. 12-18.
  • 108 C’est en 1822 que la Société américaine de colonisation (ou Société de colonisation des Noirs), fon (...)
  • 109 Rosa Corzo, 1986, p. 63.

37Afin d’ancrer son propos dans l’actualité, Tanco s’appuie sur les circonstances politiques que connaissent alors les États-Unis. La Guerre de Sécession lui donne l’opportunité de se livrer à une analogie entre Cuba et les États esclavagistes du Sud. Tanco souligne le contraste — notion qu’il affectionne — entre le Nord et le Sud. Alors qu’au Sud, l’esclavage, en plus de mettre en péril les richesses et la sécurité des propriétaires, représente une tare morale et restreint les libertés civiques des Blancs, les États du Nord, en revanche, forts d’une population «de raza blanca y de mejor origen que la del Sur» jouissent d’un degré de civilisation plus avancé107. Le modèle Nord-Américain permet également à Tanco de réitérer la proposition que Saco avait faite, dès 1832, d’envoyer les esclaves affranchis en Afrique en vue de «disminuir » la population africaine108. Étonnamment, Gabino La Rosa Corzo affirme que Tanco était contre l’idée d’une « diminution » de la « race africaine » à Cuba, et oublie de citer l’argumentation du créole dans son ensemble109. Celui-ci, s’il est visiblement gêné par cette vue, n’en reste pas moins convaincu du bien-fondé de l’expatriation des Noirs de Cuba au Liberia :

  • 110 Tanco, 1862 b, pp. 23-24.

Repugnante parece anunciar a V. M. esta idea, como si los negros no fuesen hombres para vivir libres y en comunidad pacífica con los blancos, perteneciendo todos al mismo sistema de civilización cristiana, o mejor dicho, a la humanidad. Los exponentes están muy lejos de abrigar este pensamiento; pero conocen que en el estado actual de las dos razas entre nosotros, de sus ideas y pasiones reciprocas, el medio que indican a V. M., lo creen bueno en sí, y digno de adoptarse con toda confianza110.

38Loin de représenter une injustice, aux yeux de Tanco, le fait de « renvoyer » les Africains au sein de « leur patrie », s’apparente à une action philanthropique à laquelle l’Espagne ferait bien de se joindre pour intégrer le concert des grandes puissances que sont les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France.

  • 111 Ibid, pp. 22-23.
  • 112 À ce sujet, voir Ferrer, 1999 ; Fuente, 2000 ; Helg, 2000 ; Scott, 2001.

39Tanco s’appuie, par ailleurs, sur l’expérience abolitionniste en Colombie et au Vénézuela afin de soulever les dangers d’une loi de manumission générale des esclaves si elle n’est pas accompagnée de libertés politiques pour les Blancs. De ce fait, il avance une mesure préventive des plus claires : «A la ley de emancipación de los esclavos, debe preceder, como una garantía de seguridad para los blancos, su libertad política, que hoy no la tienen». Prenant ses distances avec les élans égalitaristes de ses écrits de jeunesse, Tanco ne souhaite pas que la population blanche soit « nivelée » avec la population noire libre et affirme sans détour : «lo que importa precisamente, en el caso de emanciparse la esclava, es dar la superioridad conveniente a la primera con derechos políticos». Dans cette perspective, il propose une politique d’augmentation de la population blanche par le biais de franchises et par la naturalisation des étrangers111. Bien que son abolitionnisme radical incontestable le distingue singulièrement de ses contemporains, ses vues post-abolitionnistes ne sont en revanche pas « en marge » et rejoignent celles qui guideront nombre d’acteurs créoles à la fin du siècle112. Si Tanco franchit rarement les limites du cynisme et s’il se montre relativement respectueux vis-à-vis des Afro-descendants, les grands bénéficiaires de l’abolition de l’esclavage pour laquelle il plaide demeurent, malgré tout, les Blancs.

  • 113 Pichardo, 1977, t. I, pp. 370-373.
  • 114 Saco, 1869, pp. 11-12.
  • 115 CM, Alfonso, n° 61.

40La Guerre des Dix Ans sera l’occasion, pour Tanco, de se démarquer pour la dernière fois de ses contemporains. Lorsque Carlos Manuel de Céspedes proclame, en 1868, «Cuba libre es incompatible con Cuba esclavista»113, il préconise une émancipation graduelle de l’esclavage, avec paiement d’indemnités pour les propriétaires embrassant la cause indépendantiste. José Antonio Saco suggère également qu’une « indemnité est à la fois juste et nécessaire »114, idée partagée par le grand propriétaire José Luis Alfonso115. En 1870, Tanco, qui a émigré aux États-Unis un an plus tôt pour rejoindre ses enfants, publie à Key West un texte — à peine mentionné par l’historiographie cubaniste —, de nouveau sous le pseudonyme de « Un Habanero », intitulé Probable y definitivo porvenir de la isla de Cuba. Félix Tanco fustige le principe d’une indemnisation et présente, comme en écho contradictoire, la posture qui aurait dû être, à son sens, celle des révolutionnaires cubains :

  • 116 Tanco, 1870, p. 10.

Que todos los hombres son iguales ante la ley: que en este concepto debemos decretar en el santuario de la justicia absoluta, la abolición instantánea de la esclavitud existente en Cuba, con independencia de toda consideración económica, a menos de estar hermanada íntimamente con el derecho universal: que centuplicado cuando menos, y en términos generales, el capital de los llamados propietarios, con el trabajo continuo de los esclavos, y con el producto de este trabajo, no habrá indemnización merecida y justa a los primeros, por la libertad devuelta a los segundos116.

41Il n’y a pas de demi-mesure chez Tanco. Il est inacceptable, à ses yeux, d’indemniser des propriétaires qui n’ont que trop tiré profit du travail des esclaves et il n’est pas question, non plus, d’une abolition graduelle, projet porté par les réformistes depuis les années 1830. Tanco se montre, pour sa part, partisan d’une émancipation radicale, donc immédiate.

42Discret et radical, Félix Tanco l’est à plusieurs égards. Lorsqu’il meurt à New York le 31 octobre 1871, il n’a pas droit aux hommages de rigueur et autres oraisons funèbres généralement réservés à ses contemporains. Et pour cause : de son vivant, le natif de Nouvelle Grenade n’a jamais fait l’unanimité parmi ses amis réformistes. Tanco apparaît comme l’un des lapsus d’une société coloniale qui n’était pas entièrement prête à assimiler son système de représentation singulier. Pour autant, même si la plupart de ses productions littéraires, critiques ou politiques ne fut jamais publiée, sa pensée influença forcément ses contemporains, ne serait-ce que sous la forme d’un certain rejet. Par la brèche idéologique que ses actes et ses écrits supposent, la figure de Tanco amène à repenser les schémas préexistants, tout en accordant une autonomie à son discours, ce qui permet de rompre avec une certaine forme de lecture téléologique de l’histoire coloniale de Cuba.

  • 117 CEDM, t. VII,  p. VI.

43Il est intéressant de constater qu’une longue tradition historiographique s’est aussi faite l’écho de cette mise à l’écart, par le biais de mises en intrigue permettant de faire glisser Tanco dans la catégorie rassurante du réformisme. En règle générale, les historiens du fait colonial à Cuba, tout en s’appuyant avec parcimonie sur ses publications et sa correspondance, ont eu tendance à taire ou minimiser la portée de la pensée dérangeante de Félix Tanco en matière d’esclavage. Le fait de l’occulter — ou, dans une moindre mesure, de le dénigrer — présentait l’avantage de ne pas mettre en relief le contraste entre Tanco et les grandes figures du réformisme créole — souvent propriétaires d’esclaves — eu égard à la question de l’esclavage. Car, ce qui dérangeait chez Tanco, ce n’était pas qu’il était anti-cubain, comme l’a suggéré sans fondement Mesa Rodríguez117, mais bien qu’il était antiesclavagiste, terme qui n’est pas galvaudé le concernant.

44Il convient toutefois de distinguer les concepts égalitaristes façonnés par Tanco dans le cadre de son approche théorique de la littérature, des idées pragmatiques, aux accents parfois racistes, que le Créole formule dans ses écrits de maturité. Cet apparent hiatus reflète autant les contradictions d’un homme tiraillé entre ses idéaux et la réalité, que celles d’une époque mouvementée et complexe. Si l’on devait dégager une cohérence dans la trajectoire chaotique et parfois contradictoire de Félix Tanco, ce serait sa condamnation sans équivoque de l’esclavage tout au long de sa vie. Ses conceptions radicales, qui tranchent avec celles d’autres acteurs majeurs de son temps, permettent de considérer la validité et la valeur éthique de la notion d’« abolitionnisme ». Au-delà de son antiesclavagisme sans concession et de ses propres préjugés, le « cas » Félix Tanco stigmatise autant qu’il conforte les réalités racistes au sein desquelles ont pris forme les représentations de l’esclavage à Cuba.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barcia, María del Carmen (1987), Burguesía, esclavitud y abolición, La Havane.

Bueno, Salvador (1988), « La narrativa antiesclavista en Cuba », Cuadernos Hispanoamericanos, 451-452, pp. 169-186.

Cadelo Buitrago, Andrea (2004), « Hábito e ideología criolla en el Seminario del Nuevo Reino de Granada », dans Pensar el siglo xix. Cultura, biopolítica y modernidad en Colombia, Santiago Castro-Gómez (éd.), Pittsburg, pp. 5-52.

Calcagno, Francisco (1878), Diccionario biográfico cubano, New York.

Castaño, Paola, Nieto, Mauricio, Ojeda, Diana (2005), « Ilustración y Orden Social: el problema de la población en el Semanario del Nuevo Reyno de Granada, 1808-1810 », Revista de Indias, 65, 335, pp. 683-708.

Castellanos, Jorge et Isabel (1988), Cultura Afrocubana, t. I, Miami.

Diccionario de la literatura cubana, Instituto de Literatura y Lingüística de la Academia de Ciencias de Cuba (éd.) [2 vol.], La Havane, 1980.

Escoto, José Augusto (1917), « Félix Manuel Tanco adversario de José de la Luz y Caballero en la polémica sobre el Eclecticismo », Revista histórica, crítica y bibliográfica de la literatura cubana, 1, 4, pp. 408-422.

Ferrer, Ada (1999), Insurgent Cuba: race, nation and revolution, 1868-1898, Chapel Hill.

Figarola-Caneda, Domingo (1922), Diccionario cubano de seudónimos, La Havane.

Fivel-Demoret, Sharon Romeo (1989), « The Production and Consumption of Propaganda Literature: The Cuban Anti-Slavery Novel », Bulletin of Hispanic Studies, 66, 1, pp. 1-12.

Fuente, Alejandro de la (2000), Una nación para todos. Raza, desigualdad y política en Cuba. 1900-2000, Madrid.

Garrigó, Roque E. (1929), Historia documentada de la conspiración de los Soles y Rayos de Bolívar, La Havane.

Glissant, Édouard (1997), Traité du Tout-Monde (Poétique IV), Paris.

Gomariz, José (2009), « Gertrudis Gómez de Avellaneda y la intelectualidad reformista cubana. Raza, blanqueamiento e identidad cultura en Sab », Caribbean Studies, 37, 1, pp. 97-118.

Goncalvès, Dominique (2008), Le planteur et le roi. L’aristocratie havanaise et la couronne d’Espagne (1763-1838), Madrid.

González del Valle, José Zacarías (1938), La vida literaria en Cuba (1836-1840), La Havane.

Guillén, Nicolás (1966), « Nación y mestizaje », Casa de las Américas, 6, 36-37, pp. 70-74.

Guillén, Nicolás (1974), Obra poética, t. I, La Havane.

Helg, Aline (2000), Lo que nos corresponde: La lucha de los negros y mulatos por la igualdad en Cuba, 1886-1912, La Havane.

Helg, Aline (2009), « L’oral et l’écrit dans l’historiographie des esclaves afro-descendants », Société Suisse des Américanistes, Bulletin hors-série, pp. 11-21.

Índice de extranjeros del Ejército Libertador de Cuba, Archivo Nacional de Cuba (éd.), La Havane, 1953.

Jackson, Richard L. (1976), The Black Image in Latin Literature, Albuquerque.

Jensen, Larry R. (1988), Children of colonial despotism Press, politics and culture in Cuba, 1790-1840, Tampa.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kuethe, Allan J. (1998), « La fidelidad cubana durante la edad de las revoluciones », Anuario de Estudios Americanos, 55, 1, pp. 209-220.
DOI : 10.3989/aea.1998.v55.i1.372

Leante, César (1976), «Dos obras antiesclavistas cubanas», Cuadernos americanos, 4, pp. 175-188.

Levi, Giovanni (1989), « Les usages de la biographie », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 6, pp. 1325-1336.

Lewis Galanes, Adriana (1994), « “El hombre misterioso / El cura”: El texto del segundo relato de las Escenas de la vida privada en la isla de Cuba por Félix Manuel Tanco Bosmeniel », Anuario de Estudios Americanos, 51, pp. 185-211.

Luis, William (1990), Literary Bondage. Slavery in Cuba Narrative, Austin.

Luz y Caballero, José de la (1949), De la vida íntima, t. II, La Havane.

Madden, Richard R. (1964), La isla de Cuba, sus recursos, progresos y perspectivas, La Havane.

Méndez Rodenas, Adriana (2002), Cuba en su imagen: historia e identidad en la literatura cubana, Madrid.

Merlin, Comtesse de, « Les esclaves dans les colonies espagnoles », Revue des deux mondes, juin, 1841, pp. 734-769.

Monteros Valdivieso, Manuel I. (1961), « Una polémica histórica entre Romay, Rocafuerte, Miralla y Tanco », Revista del Colegio Nacional Vicente Rocafuerte, 68, pp. 228-244.

Moreno Fraginals, Manuel (1968), « Azúcar, esclavos y revolución (1790-1868) », Casa de las Américas, 50, pp. 35-45.

Morillas Ventura, Enriqueta (1990), « La novela abolicionista cubana », Anales de literatura hispanoamericana, 19, pp. 59-66.

Naranjo Orovio, Consuelo (2009), «Cuba, una isla impregnada de guarapo», dans María González-Ripoll, Izaskun Álvarez Cuartero (éd.), Francisco Arango y la invención de la Cuba azucarera, Salamanque, pp. 27-40.

Paquette, Robert L. (1988), Sugar is made with blood. The conspiracy of La Escalera and the conflict between empires over slavery in Cuba, Middletown.

Pérez de la Riva, Juan (éd.), Correspondencia reservada del Capitán General Don Miguel Tacón, 1834-1836, La Havane, 1963.

Pichardo, Hortensia (éd.) [1977], Documentos para la historia de Cuba, t. I, La Havane.

Piqueras Arenas, José Antonio (2003), « Leales en época de insurrección. La élite criolla cubana entre 1810 y 1814 », dans Visiones y revisiones de la independencia americana, Izaskun Álvarez Cuartero, Julio Sánchez Gómez (éd.), Salamanque, pp. 183-206.

Rivas, Mercedes (1990), Literatura y esclavitud en la novela cubana del siglo xix, Séville.

Rodríguez Arenas, Flor María (1996), « Literatura colombiana y de los colombianos (colonia y siglo xix) », Revista de la Facultad de Humanidades, 5, pp. 71-92.

Rojas, Rafael (2008), Motivos de Anteo. Patria y Nación en la historia intelectual de Cuba, Madrid.

Rosa Corso, Gabino de la (1986), « Félix Tanco y las tendencias abolicionistas de la cultura cubana del xix », Revista cubana de ciencias sociales, 10, pp. 52-78.

Saco, José Antonio (1869), L’Esclavage à Cuba et la révolution d’Espagne, Paris.

Saco, José Antonio (1962), Colección de Papeles Científicos, Históricos, Políticos y de otros ramos sobre la Isla de Cuba, ya publicados, ya inéditos, t. II, La Havane.

Schulman, Iván A. (1978), « Tanco y la literatura antiesclavista », dans Homenaje a Lydia Cabrera, Reinaldo Sánchez, José Antonio Madrigal, Ricardo Viera, José Sánchez-Boudy (éd.), Miami, pp. 317-32.

Scott, Rebecca J. (2001), La emancipación de los esclavos en Cuba. La transición al trabajo libre, 1860-1899, La Havane.

Tanco Bosmeniel, Félix, « Refutación al folleto intitulado Viaje a la Habana por la Condesa de Merlín », El Diario, La Havane, 1844.

Tanco Bosmeniel, Félix, Los jesuitas en La Habana, Philadelphie, 1862a.

Tanco Bosmeniel, Félix, Representación a la Reina de España sobre la abolición de la esclavitud en Cuba y Puerto Rico, Philadelphie, 1862b.

Tanco Bosmeniel, Félix, Probable y definitivo porvenir de la isla de Cuba, Cayo Hueso, 1870.

Tanco Bosmeniel, Félix, « Lamento de un cubano al ver poblada de esclavos negros a su tierra », Revista cubana, 13, La Havane, 1891.

Tanco Bosmeniel, Félix, Escenas de la vida privada en la Isla de Cuba, dans Cuba Contemporánea, La Havane, 1925.

Tanco, Diego (1825), Reflexiones breves e imparciales de un habanero sobre la isla de Cuba, La Havane.

Tanco, Diego Martín, « Discurso sobre la educación » [1809], Semanario del Nuevo Reyno de Granada, Santa Fe de Bogotá, 1942.

Triana y Antorveza, Humberto (2005), « Dos colombianos en Cuba: José Fernández Madrid (1780-1830) y Félix Manuel Tanco y Bosmeniel (1796-1871) », Boletín de Historia y Antigüedades, 828, pp. 65-94.

Trouillot, Michel-Rolph (1995), Silencing the past. Power and the production of history, Boston.

Valle, Adrián del (1930), Historia documentada de la conspiración de la Gran Legión del Águila Negra, La Havane.

Vovelle, Michel (1985), « De la biographie à l’étude de cas », dans Problèmes et méthodes de la biographie, Actes du colloque, Paris, pp. 191-196.

Zielina, María (2007), « La africanía en el espacio socio-cultural e histórico de las Américas », Revista del CESLA, 9, pp. 11-24.

Haut de page

Annexe

Abréviations

AHN Archivo Histórico Nacional, Madrid.

ANC Archivo Nacional de Cuba, La Habana.

CEDM Centón epistolario de Domingo del Monte (7 vols.),
Manuel I. Mesa Rodríguez (éd.), La Habana, 1923-1957.

CM Colección de Manuscritos de la Biblioteca Nacional
José Martí, La Habana.

Haut de page

Notes

1 La référence en la matière, le Diccionario biográfico cubano [1878] de Francisco Calcagno, qui dédie pourtant de nombreuses pages à chacun de ses contemporains (Del Monte, Suárez y Romero, Saco, Luz y Caballero…), ne consacre qu’un court paragraphe à l’entrée « Tanco », qui plus est partagé entre Félix et son frère Diego (Calcagno, 1878, p. 614).

2 Bueno, 1988, p. 174.

3 Levi, 1989, pp. 1330-1331.

4 Vovelle, 1985, p. 197.

5 Ibid.,  p. 102.

6 Rodríguez Arenas, 1996, p. 83.

7 À propos de ce mouvement scientifique et culturel, voir Castaño, Nieto, Ojeda, 2005.

8 Tanco, 1942.

9 Cadelo Buitrago, 2004, pp. 39-40.

10 Tanco, 1808, cité par Cadelo Buitrago, 2004, p. 22.

11 À ce sujet, voir Piqueras Arenas, 2003 et Kuethe, 1998. Consulter également Goncalvès, 2008.

12 Triana y Antorveza, 2005, pp. 81-82.

13 Monteros Valdivieso, 1961, p. 134.

14 Cité par Garrigó, 1929, p. 205.

15 Calcagno, 1878, p. 432.

16 Valle, 1930, pp. 91-92.

17 CEDM, t. VII, p. vi.

18 Rosa Corzo, 1986, pp. 71-72.

19 CEDM, t. VII, p. 171.

20 Ibid., p. 59.

21 Sur ce point, Rafael Rojas explique bien la façon dont certaines valeurs gênantes ont pu être passées sous silence par les desseins téléologiques d’une certaine historiographie (Rojas, 2008, p. 38).

22 Voir Rojas, 2008, pp. 41-57.

23 Tanco, 1825, pp. 14-15.

24 Luz y Caballero, 1949, p. 172.

25 CEDM, t. VII, p. 59.

26 Ibid., p. 184-185.

27 Lettre de José Luis Alfonso à José Antonio Saco, 13-II-1837, CM, Alfonso, nº 51. 

28 Ibid.

29 Rosa Corzo, 1986, p. 65.

30 À ce sujet, voir les plaintes à l’endroit de Tanco exprimées par Domingo André et Lorenzo de Palma auprès de Del Monte (CEDM, t. III, pp. 79, 164-165). Voir également la polémique philosophique qui opposa Félix Tanco à José de la Luz y Caballero en 1838 (Escoto, 1917, pp. 408-422) et sa critique acerbe de l’ouvrage de la comtesse de Merlin, Viaje a La Habana (Tanco, 1844).

31 CEDM, t. VII, p. 118.

32 Naranjo Orovio, 2009, p. 35.

33 Méndez Rodenas, 2002, p. 215.

34 CEDM, t. VII, p. 51.

35 Ibid, t. VII, pp. 65-75.

36 Pour une vision globale des œuvres ayant pour thème l’esclavage, voir Morillas Ventura, 1990 ; Rivas, 1990 ; Jackson, 1976 ou encore Luis, 1990.

37 Schulman, 1978, p. 320.

38 CEDM, t. VII, p. 65.

39 Ibid., p. 88.

40 Glissant, 1997.

41 Méndez Ródenas, 2002, p. 215.

42 CEDM, t. VII, pp. 86-87.

43 Castellanos et Castellanos, 1988, p. 282.

44 CEDM, t. VII, pp. 51. 

45 Guillén, 1974. pp. 271-273.

46 Id., 1966, p. 73.

47 Tanco, 1925, p. 256.

48 CEDM, t. VII, p. 113. 

49 Ibid.

50 Ibid., p. 116.

51 Ibid.

52 Tanco, 1925, p. 259.

53 CEDM, t. VII, p. 116.

54 Ibid.

55 Rodríguez Arenas, 1996, p. 88.

56 CEDM, t. VII, p. 113.

57 Lewis Galanes, 1994, p. 190.

58 Helg, 2009, p. 20.

59 Tanco, 1844, p. 9.

60 Tanco, 1942, p. 157.

61 Zielina, 2007, p 13.

62 Tanco, 1925, p. 256.

63 González del Valle, 1938, pp. 58-59.

64 Schulman, 1978, pp. 323-324.

65 Lewis Galanes, 1994, p. 192.

66 CEDM, t. VII, p. 120.

67 Leante, 1976, p. 184.

68 Rosa Corzo, 1986, p. 65.

69 CEDM, t. VII, p. 114.

70 CEDM., t. IV, p. 96.

71 Tanco, 1925.

72 Fivel-Demoret, 1989, p. 4.

73 Tanco, 1925, p. 258.

74 CEDM, t. VII, p. 53.

75 Félix Tanco Bosmeniel, « Exposición de un vecino de Matanzas al excelentísimo señor Capitán General de esta isla don Miguel Tacón », La Aurora de Matanzas, 11-VI-1834.

76 Voir Jensen, 1988, p. 250 et Pérez de la Riva, 1963, pp. 20-21.

77 CEDM, t. VII, pp. 159-160.

78 Paquette, 1988, p. 250.

79 Del Monte fut contraint à l’exil. Benigno Gener partit pour l’Angleterre afin d’échapper aux poursuites. Luz y Caballero fut interrogé par les autorités. Félix Tanco et Manuel Martínez Serrano furent emprisonnés pendant plusieurs mois à La Havane.

80 Le 29 avril 1844, Félix Tanco adresse un courrier à l’administrateur général de la poste à Madrid afin de lui signifier l’injustice d’une telle mesure et de réclamer le versement d’au moins la moitié de son salaire (AHN, Ultramar, leg. 3.183/7, exp. n° 1).

81 Lettre de O’Donnell au Secrétaire d’État, 15-III-1844, AHN, Ultramar, leg. 4.618.

82 ANC, Comisión Militar, leg. 73, exp. 1, 3ª pieza.

83 ANC, Asuntos políticos, leg. 52, no. 1.

84 CM, Escoto, n° 201 c, t. 3.

85 ANC, Comisión Militar, leg. 73, exp. 1, 3ª pieza.

86 CEDM, t. VI, p. 239.

87 Ibid., pp. 264-265.

88 Merlin, 1841, p. 735.

89 Barcia, 1987, p. 57.

90 Saco, 1962, p. 91.

91 Gomáriz, 2009, p. 100.

92 Moreno Fraginals, 1968, p. 42.

93 CEDM, t. VII, pp. 164-165.

94 Ibid., pp. 163-164.

95 Ibid., p. 53.

96 Tanco, 1891, p. 149.

97 CEDM, t. VII, p. 188-189.

98 Instituto de Literatura y Lingüística de la Academia de Ciencias de Cuba, 1980.

99 Tanco, 1862 a. Pour une analyse de cet ouvrage, voir Rosa Corzo, 1986, pp. 66-69.

100 À l’exception de l’article de Gabino La Rosa Corzo, à notre connaissance, aucune étude n’évoque cet essai. Du reste, il est symptomatique que Domingo Figarola Caneda ait attribué cet écrit, de façon surprenante, à l’esclavagiste Cristobal Madán, en raison du pseudonyme employé par Tanco (Figarola Caneda, 1922, p. 67)

101 Tanco, 1862 b, p. 5

102 Ibid.

103 Ibid., pp. 10-11.

104 Ibid., p. 19.

105 Ibid., p. 25.

106 Saco, 1962, p. 350.

107 Tanco, 1862b, pp. 12-18.

108 C’est en 1822 que la Société américaine de colonisation (ou Société de colonisation des Noirs), fondée en 1816, entreprend d’établir des esclaves noirs libérés dans une région d’Afrique de l’Ouest. En 1847, la République indépendante du Liberia est proclamée, ce, malgré l’hostilité des autochtones.

109 Rosa Corzo, 1986, p. 63.

110 Tanco, 1862 b, pp. 23-24.

111 Ibid, pp. 22-23.

112 À ce sujet, voir Ferrer, 1999 ; Fuente, 2000 ; Helg, 2000 ; Scott, 2001.

113 Pichardo, 1977, t. I, pp. 370-373.

114 Saco, 1869, pp. 11-12.

115 CM, Alfonso, n° 61.

116 Tanco, 1870, p. 10.

117 CEDM, t. VII,  p. VI.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karim Ghorbal, « Un radical discret : l’esclavage dans la pensée singulière de Félix Tanco Bosmeniel », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-1 | 2012, 227-249.

Référence électronique

Karim Ghorbal, « Un radical discret : l’esclavage dans la pensée singulière de Félix Tanco Bosmeniel », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-1 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://mcv.revues.org/4428

Haut de page

Auteur

Karim Ghorbal

Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis-Université El Manar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org