Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

L’Any Jaume I. Une mobilisation commémorative et ses premiers effets historiographiques

L’Any Jaume I. Una movilización conmemorativa y sus primeros efectos historiográficos
The Any Jaume I. A commemorative mobilisation and its first effects on historical writing
Stéphane Péquignot
p. 275-295

Résumés

L’année 2008 a été marquée dans plusieurs communautés autonomes d’Espagne par d’intenses efforts de mobilisation politique et académique pour célébrer le huit-centième anniversaire de la naissance du roi Jacques Ier d’Aragon (1208-1276). S’inscrivant dans le sillage de pratiques commémoratives de longue durée, impliquant des acteurs institutionnels très nombreux et aux objectifs parfois différents, les manifestations de l’Any Jaume I ont constitué un contexte favorable à la publication d’un grand nombre de travaux historiques sur le monarque et son règne. De multiples éditions de documents, des biographies, des synthèses, mais aussi des études plus érudites permettent d’appréhender la période avec des instruments critiques neufs, et modifient sensiblement le regard historiographique que l’on peut porter sur la période. Dans des cadres commémoratifs saturés de sens politique, ces nouvelles interprétations ont toutefois dû coexister avec d’autres discours, d’autres usages de l’histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nora, 1992 ; Peiró Martín, 2008.

1En 2008, dans les communautés autonomes de Valence, des îles Baléares, de Catalogne et d’Aragon, en Roussillon et à Montpellier, en des régions et dans des villes qui firent autrefois partie de la couronne d’Aragon médiévale, on a célébré le 800e anniversaire de la naissance du roi Jacques Ier, survenue durant la nuit du 1er au 2 février 1208. Plusieurs autorités politiques, notamment le Consell de Mallorca, les Generalitats de Catalogne et de Valence, ont décrété 2008 Any Jaume I, « année Jacques Ier ». À une « ère de la commémoration » (P. Nora) encore loin d’être close en Espagne, tandis que s’élaborent et se perpétuent de véritables « cultures du souvenir » (I. Peiró Martín), le phénomène n’est, à dire vrai, guère surprenant1. Après le VIIe centenaire de la mort du roi Alphonse X de Castille (1984), le Ve centenaire de la découverte de l’Amérique (1992), les rencontres organisées par la Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V (1998, 2000), l’Any Jaume I prend place dans une longue cohorte de célébrations et de commémorations en tout genre. Souvent porteurs d’une charge idéologique non nulle, ces anniversaires peuvent être considérés par les historiens comme une forme de défi d’ordre éthique. Comment concilier en effet l’impérieuse nécessité d’un examen critique du passé, le maintien d’une juste distance avec des pouvoirs susceptibles de proposer des aides financières bienvenues, le souci de diffuser les résultats de la recherche, la volonté de répondre à des interrogations venues de la société et, le cas échéant, un engagement politique personnel ?

2On ne cherchera ici ni à résoudre ce difficile problème de conscience, ni à analyser l’ensemble des commémorations de l’Any Jaume I dans toute leur complexité. Plus modestement, il s’agira d’envisager les travaux effectués à cette occasion par les historiens pour leur apport historiographique et comme partie — parfois problématique — d’un processus de mobilisation multiforme de l’histoire. Experts ès qualité, les historiens ont en effet été pressés de livrer des récits autorisés susceptibles d’éclairer un règne particulièrement long (1213-1276) et complexe. En usant de leurs compétences à l’intention d’auditoires spécialisés, mais aussi de publics plus larges, ils ont avec de nombreux autres acteurs façonné l’Any Jaume I. Comment a-t-on alors « fait » de l’histoire, médiévale en l’occurrence, dans ce contexte commémoratif ? Qu’en reste-t-il ? Les célébrations se sont-elles résumées à l’inlassable répétition d’un même récit, décliné sous toutes les formes et sur tous les supports possibles, ou une nouvelle vision du règne a-t-elle émergé?

L’Any Jaume I, des mobilisations de l’histoire en leur contexte

Une commémoration inscrite dans la longue durée

  • 2 Delpech, 1993.
  • 3 Quintana i Torres, 1998.
  • 4 Narbona Vizcaíno, 1994.

3Dès le Moyen Âge, le monarque conquérant puis fondateur des royaumes de Majorque et de Valence est érigé dans les territoires de la couronne d’Aragon en référence essentielle. Sa naissance revêt tout d’abord rapidement la forme et acquiert la force d’un mythe. Son père, Pierre II d’Aragon, aurait en effet éprouvé une affection limitée pour son épouse Marie de Montpellier, et leur union charnelle n’aurait été accomplie qu’au bénéfice d’un subterfuge visant à faire accroire au mari infidèle qu’il passerait la nuit avec sa maîtresse, alors qu’il retrouvait sa femme légitime2. Parallèlement, les célébrations et les commémorations récurrentes d’un roi forgé dans des circonstances contraires attestent d’un culte de longue durée, aux formes, aux intentions et à l’intensité variables. On peut distinguer en premier lieu des fêtes annuelles. La victoire de 1229 sur les musulmans de Majorque est célébrée à Palma tous les 31 décembre lors de la Festa de l’Estendard3. À Valence, en 1338, cent ans après la prise de la ville, le conseil urbain fit du 9 octobre une journée de commémoration religieuse pour la conquête du territoire et son entrée dans la Chrétienté4. Dans une perspective et selon des modalités différentes, le nou d’octubre est désormais, depuis 1977, dia nacional del País Valencià. Il est célébré par des processions et de multiples festivités à Valence et dans le reste de la communauté autonome.

  • 5 Michonneau, 2007, pp. 133-146.
  • 6 Furió, 2007.
  • 7 Un monument fut érigé en 1956 à l’Espluga de Francolí en hommage à mossèn Sarret, qui avait récupér (...)
  • 8 À la mort du roi en 1276, Pierre III reçoit Aragon, Valence et Catalogne, Jacques II le royaume de (...)

4De façon plus discontinue, des commémorations à caractère exceptionnel ont ravivé et transformé la présence de Jacques Ier dans la mémoire sociale. En 1908, une année après la fondation de l’Institut d’Estudis Catalans, dans le contexte de la Renaixença, le 700e anniversaire de la naissance du roi a donné lieu à d’innombrables manifestations festives et culturelles, notamment au premier congrès d’histoire de la couronne d’Aragon, à Valence, consacré précisément au roi et à son règne5. En 1938, le 700e anniversaire de la conquête de Valence fut fêté par les Républicains, avant que, deux ans plus tard, en 1940, la figure du monarque ne fût convoquée au service de valeurs radicalement opposées. Après avoir été élevé au rang de père fondateur, de grand législateur et, par conséquent, pu être assimilé à un prédécesseur par les tenants de valeurs bourgeoises, libérales, catalanistes, valencianistes ou républicaines, le roi était désormais exalté comme un « reconquérant » inscrit dans le sillage du Cid, un éclaireur sur le chemin de Grenade emprunté deux siècles et demi plus tard par les Rois Catholiques6. En dépit de quelques tentatives de commémorations concurrentes7, Jacques Ier fut de la sorte naturalisé comme espagnol par une puissante propagande. Une nouvelle métamorphose se produisit à la fin de la dictature. En 1976, un congrès d’histoire de la couronne d’Aragon lui fut consacré à Saragosse, tandis que, parallèlement, la commémoration du 750e anniversaire de sa mort fut propice au rappel de l’ancienneté de la Catalogne et d’une forme de continuité temporairement brisée par le franquisme. Même s’il lui fut rituellement reproché d’avoir divisé les territoires de la Couronne par son testament8, Jacques Ier servit à légitimer plus ou moins ouvertement un ensemble politique que l’on s’efforçait de promouvoir, les « Pays catalans », l’ensemble des terres où le catalan est parlé. La figure du roi avivait alors l’enthousiasme démocratique et identitaire. Les manifestations de 2008 prennent donc place au sein d’une très longue série de commémorations d’un roi fondateur que chaque régime politique, chaque génération a interprété, mis en scène et s’est approprié à sa manière.

Acteurs et discours institutionnels de l’année 2008

  • 9 Une enquête plus approfondie, basée sur des entretiens et sur les archives des institutions impliqu (...)

5L’Any Jaume I apparaît à ce titre également comme un processus polymorphe de mobilisation politique, institutionnelle, académique et sociale de l’histoire à des fins commémoratives. Malgré l’absence d’un programme unitaire conçu de façon globale, dont témoigne l’extrême dispersion des informations dans des journaux, des brochures, des sites internet, des blogs et des livres très hétérogènes, certaines institutions, comportant souvent des historiens, ont joué un rôle moteur et configuré les principales scènes de l’Any Jaume I. Les innombrables initiatives des municipalités et des associations rendant ici impossible une quelconque forme d’exhaustivité, on se contentera, en se fondant exclusivement sur les ouvrages publiés et les informations disponibles en ligne9, d’évoquer les principaux « entrepreneurs commémoratifs » aux échelles régionale et, secondairement, locale.

6En Catalogne où les Universités sont demeurées plutôt en retrait, la Generalitat et l’Institut d’Estudis Catalans ont occupé le devant de la scène. L’Any Jaume I a été lancé sous leur patronage le 30 mars 2008 par une cérémonie officielle d’ouverture au monastère de Poblet, le panthéon royal où se trouve la sépulture de Jacques Ier.10L’organisation d’expositions et de manifestations scientifiques a ensuite, pour l’essentiel, été placée sous l’égide de l’Institut, qui avait dès 2004 proposé de célébrer l’Any Jaume I11. Six colloques, symboliquement répartis sur les différents territoires de l’ancienne couronne d’Aragon, parfois comparatifs et fréquemment porteurs d’une double thématique, ont eu lieu dans des villes généralement universitaires, en tenant compte de leurs domaines de recherches respectifs12: « le pouvoir royal et les institutions administratives ; la politique internationale » (Barcelone)13, « la société en Aragon et en Catalogne à l’époque de Jacques Ier » (Saragosse, avec l’Institución Fernando el Católico) ; « l’Église au temps de Jacques Ier » (Lérida, avec l’Institut d’Estudis Ilerdencs) ; « Jacques Ier : la conquête et l’organisation de Majorque. L’économie commerciale et maritime des terres de langue catalane durant le règne de Jacques Ier » (Palma, avec le Consell Insular de Mallorca et l’Institut Europeu de la Mediterrània) ; « le monde de la culture à l’époque de Jacques Ier ; l’expansion territoriale à Valence » (Gandia, avec le Centre Alfons el Vell) ; « économie rurale et articulation urbaine ; Jacques Ier, la famille royale et la culture de cour » (en collaboration avec le Departament d’Obres Públiques de la Generalitat). L’Institut a également organisé des conférences, et sa nouvelle revue d’histoire bilingue catalan/anglais, la Catalan Historical Review, contient dans son premier numéro daté de 2008 plusieurs contributions sur Jacques Ier. D’autres acteurs institutionnels catalans encore se sont investis : le Museu d’Història de Catalunya14, des sociétés savantes et des municipalités, en particulier l’Ajuntament de Lleida15 et celui de Barcelone qui a soutenu des expositions et conçu un site en ligne efficace16.

7Dans la communauté autonome de Valence, l’ensemble des manifestations de l’Any Jaume I a été placé sous un même slogan intégrateur « Jaume I. 800 anniversari. Un passat per un futur ». La Generalitat Valenciana a revendiqué dans son bilan une centaine d’activités liées à l’Any, la participation de 500 000 personnes, l’organisation de sept concerts, de neuf expositions permanentes — dont trois au moins avec des catalogues publiés —, une exposition itinérante Jaime I. El conquistador, présentée dans soixante-dix municipalités, avec au moins 140 000 visiteurs17. Un ordre Jacques Ier a même été créé pour remercier ceux qui ont participé à l’organisation de la commémoration18. Ont aussi apporté leur contribution aux festivités de nombreuses municipalités et institutions, notamment la Biblioteca Valenciana, la fondation du philologue Germà Colón et, plus encore, l’université de Castellón, concernée au premier chef, puisqu’elle se nomme « Jaume I ». Les discours académiques prononcés alors ont parfois ressemblé à s’y méprendre à ceux de politiques soucieux de faire de la célébration un acte qui renforce l’identité valencienne. Le recteur de l’Université, Francisco Toledo Lobo, a ainsi déclaré publiquement le 8 février 2008 que

La commemoració dels vuit-cents Anys del naixement de Jaume I, el primer rei valencià, és una oportunitat per donar nova empenta als esforços per conservar la «bona memòria» i les arrels històriques en les quals ens assentem com a poble i per reflexionar amb valentia i llibertat sobre la nostra identitat i el nostre projecte comú: el d’un poble viu i emprenedor que ha de mirar amb orgull el seu passat, per poder aprofitar el present i forjar el futur19.

8À Majorque, le Consell de Mallorca a dédié au roi l’année 2008, créé une « commission Jacques Ier » et fédéré les différentes manifestations sous un même logo, une célèbre statue du roi à Palma. Une page internet, rattachée à celle du gouvernement régional, a réuni les principaux liens vers les manifestations dans les Baléares et à l’extérieur. Là encore, des justifications transparentes et réitérées n’ont guère laissé place à l’ambiguïté sur le sens politique que devaient revêtir les commémorations aux yeux de leurs promoteurs institutionnels :

… « per què l’Any Jaume I ? » Jaume I va ser el rei que ens va fer entrar al món i a la cultura occidentals. Li devem la incorporació a una cultura mil·lenària, la catalana, a la qual ens mantenim fidels des de fa 800 anys, i de la qual la nostra llengua continua essent la principal senya d’identitat. És per això que el Consell de Mallorca ha declarat l’any 2008 com l’Any Rei Jaume I. Un Any ple d’esdeveniments culturals, didàctics i lúdics20.

  • 21 Ce matériel pourrait donner lieu à une étude sur l’appropriation de l’Any par les acteurs locaux et (...)

9Et, de fait, avec un remarquable effort de mobilisation sociale, de mise en archive et de contrôle, le Département d’éducation et de culture des îles Baléares a offert la possibilité à chacun de mettre en ligne ses activités liées à la figure de Jacques Ier, en échange du dépôt de son projet à la « Section de matériel didactique et de divulgation éducative »21.

10En France, le mouvement a été bien plus modeste. Quelques conférences ont eu lieu à Perpignan, une exposition sur la vie quotidienne à l’époque de Jacques Ier a été montée à Montpellier, où s’est également déroulée une petite cérémonie commémorative22. Une journée d’études a été organisée à Paris sur « la figure de Jacques Ier dans la culture catalane »23. Mais la manifestation la plus importante a en fait correspondu à une autre éphéméride, le 750e anniversaire du traité de Corbeil entre les rois de France et d’Aragon en 125824.

11Inégalement intenses selon les régions, donnant du relief à des facettes différentes du roi et de son règne, les commémorations ont mis à l’épreuve les relations entre institutions concernées et entre communautés autonomes. Outre les efforts intégrateurs de l’Institut d’Estudis Catalans, on peut noter la conclusion d’un accord de collaboration entre la Généralité de Catalogne et le Consell de Mallorca « pour la réalisation de diverses activités afin de faire connaître la figure de Jacques Ier », notamment l’organisation d’une exposition commémorative « avec une même ligne thématique et un contenu qui puisse être partagé par les deux territoires ». Elle fut inaugurée à Majorque à l’automne 2008, puis à Santes Creus en janvier 200925. De manière tout aussi symbolique, l’Any Jaume I a été clôturé conjointement par les présidents des deux communautés autonomes soucieux de s’inscrire dans un même continuum historique26.

  • 27 El punt digital, 16-I-2008.
  • 28 En réaction à Arturo Pérez Reverte, dont la position (« Cólera de un pueblo, certeza de una nación  (...)
  • 29 Michonneau, pp. 136-138.
  • 30 Voir par exemple la préface du recteur à Garcia Edo, 2008.

12À l’inverse, l’anniversaire n’a pas été fêté ailleurs en Espagne, sauf en Aragon où il a connu un retentissement plus faible, car la figure du roi y est traditionnellement moins louée, l’historiographie aragonesista ayant longtemps critiqué sa politique jugée peu favorable aux intérêts aragonais. Les commémorations ont aussi cristallisé d’autres tensions latentes. La cérémonie d’ouverture de Poblet devait ainsi réunir les présidents des quatre communautés autonomes concernées, mais Francisco Camps, responsable de la Generalitat valenciana, ne s’est pas déplacé, une absence que son vice-président a justifiée en expliquant que les célébrations à Valence étaient des « actes éminemment valenciens pour se remémorer le roi qui avait rendu possible la naissance comme peuple de la communauté valencienne »27. L’incident témoigne du caractère parfois (dis)tendu des relations entre territoires issus de la couronne d’Aragon. Parallèlement, le choix de célébrer l’Any Jaume I a pu être considéré comme une manière de faire pièce à certaines interprétations conservatrices et « espagnolistes » du bicentenaire du soulèvement de 1808 exalté comme le soulèvement de la « nation [espagnole] en armes » contre les troupes napoléoniennes28. De manière particulièrement frappante, a ainsi resurgi, avec une intensité moindre, une opposition des deux commémorations qui avait déjà eu lieu … en 1908, lors du centenaire et du septième centenaire29. Dans une Espagne qui n’en finit pas de se déchirer sur la question des nationalismes et la répartition des compétences entre l’État (ou l’Estado central, selon une formule porteuse de critiques sous-jacentes à son encontre) et les communautés autonomes, les commémorations de l’Any Jaume I s’avèrent donc des points de focalisation pour des revendications identitaires, voire nationales, multiples, parfois contradictoires, mais qui toutes cherchent à renforcer leur légitimité en établissant un lien de continuité avec un passé médiéval glorieux, indépendant et conquérant. Comme l’ont affirmé explicitement leurs promoteurs institutionnels, l’enjeu est de propager les fondements d’une histoire commune, de « connaître le passé pour affronter le futur », de « diffuser et de promouvoir nationalement et internationalement [un] patrimoine culturel »30. Mais les contours du cadre ou du groupe de référence ne font pas entièrement consensus. Il s’agit tantôt d’une communauté autonome, tantôt de l’ensemble des locuteurs en catalan, ou bien, plus rarement, des territoires « héritiers » de la couronne d’Aragon entre lesquels on souhaite raviver les liens.

Une histoire renouvelée ?

Transmettre l’histoire

  • 31 Alvert Salvado, Jaume I el Conqueridor, Barcelone, 2008 ; Juan Ramon Barat, Jaume I: el rei templer(...)
  • 32 Les Rutes de Jaume I, Valence, 2007.
  • 33 Meritxell Margarit, Petita història de Jaume I, el conqueridor, Barcelone, 2008 ; Jordi Galves, El (...)
  • 34 Un mar de leyes, p. 9.
  • 35 La Vanguardia, 29-I-2008.
  • 36 Pour Valence, www.anyjaumeprimer.com (indisponible); pour Majorque : www.reijaumeprimer.cat.

13L’histoire du roi et de son règne a dans ce contexte été mobilisée, représentée et transmise selon des modalités très variées. De nombreuses fêtes et concerts ont été organisés. Un Te Deum a par exemple été entonné à Valence en l’honneur de Jacques Ier, on a recréé la cavalcada histórica de 1438 célébrant la conquête, etc. Plusieurs romans historiques ont popularisé la figure du roi en insistant sur son rôle de conquérant ou, au gré d’une mode inextinguible, sur son séjour chez les Templiers31. Dans la tradition excursionniste, un recueil de routes touristiques a diffusé son itinéraire32, tandis que plusieurs livres et contes pour enfants ainsi que des bandes dessinées ont été édités, souvent par des communautés autonomes33. Des plasticiens ont sur commande donné leur vision du roi, par exemple dans l’ouvrage 25 ilustradores ilustran y dan lustre al ilustre Don Jaime. Pasqual Martorell Miró a composé un pasodoble intitulé Rey Jaime I, Juanjo Prats une pièce théâtrale (Jaume I, amic i amat) et l’historien Josep-David Garrigo i Valls a écrit une « Naissance de Jacques Ier », « drame historique avec prologue, quatre actes et un épilogue ». Un spectacle de marionnettes a été monté à partir du Llibre dels fets34, un timbre « 2008. Any Jaume I » a été imprimé et présenté dans une exposition philatélique à Majorque. Les télévisions régionales ont produit des films : Jaume I. Un rei, una crònica (TV València), Jaume I. L’aventura de Mallorca (Consell de Mallorca IB3), Jaume I, memòria d’un rei (TV3, Catalogne). Il a même été question durant l’été 2008 de tourner à Majorque sous la direction de José Antonio Escrivá une super-production intitulée The Conqueror, avec pour interprète principal Jude Law, mais il semble que ce dernier projet n’ait pas abouti35. Toutefois, par rapport à 1908 et 1976, le changement le plus notable dans les formes de l’effort commémoratif fut l’usage intensif d’internet par les autorités afin de transmettre les programmes des festivités et des contenus didactiques36.

14S’ils ont parfois apporté leur aide à ces tentatives hétéroclites déployées pour sensibiliser l’opinion publique, les historiens ont surtout fait bénéficier de leur expertise les très nombreuses expositions de l’Any Jaume I. Plusieurs d’entre elles ont logiquement mis en exergue la figure du roi. L’accent a porté tantôt sur son rôle de conquérant, tantôt, de façon plus originale, sur son œuvre de législateur (exposition Jaume I, legislador, Valence) ou sur sur la mémoire et le mythe construits autour de sa personne (Jaume I, memòria i mite històric, Valence). Enfin, certaines expositions se sont efforcées de tirer parti du patrimoine architectural et documentaire pour arrimer l’histoire du roi à celle des municipalités : Alicante, un puerto para un rey ; à Lérida, 800 aniversari del naixement de Jaume I, el rei que té Lleida ; à Monzón, la forteresse templière où Jacques Ier passa deux années de son enfance, Jaime I y la orden del Temple ; à Vila-Real, Nos, Jacobus : els origens de Vila-Real, etc.

  • 37 Ferrer i Mallol, 2008 ; Riera i Viader, 2008 ; Bruguera, 2010.

15Désormais, après la clôture des expositions, une fois arrêté le fracas éphémère des célébrations et interrompu le flot des conférences destinées au grand public, l’effet de la participation des historiens à l’Any Jaume I demeure encore perceptible au niveau historiographique. Même si tous les colloques ne sont pas encore publiés, même s’il est à craindre que, faute de financements, plusieurs entreprises ne puissent être menées à leur terme, il paraît d’ores et déjà évident que l’effervescence commémorative de 2008 marquera un jalon dans les études jauminienes37.

Les éditions de documents historiques

  • 38 Jaume I, Crònica, 1971; Llibre, 1991.
  • 39 Llibre, 2007.
  • 40 Libre que feu ; Llibre dels feits, éd. Ferrando, Escartí, 2011.
  • 41 Llibre, éd. Bruguera, 2008, éd. Francesc Machirant, 2008, éd. Ferrando, Escartí, 2008 ; éd. Vinas, (...)
  • 42 Le livre, 2007 ; Libro, 2010 ; The Book,2010 ; O rei, 2010 ; Seifukuou, 2010.
  • 43 Conquesta de València, 2007 ; La conquesta de Mallorca, 2007 ; La conquesta de València, 2007 ; I e (...)
  • 44 Ferrer Navarro, 2008 ; Cingolani, 2009.

16La conjoncture mémorielle a en effet directement suscité ou, du moins, favorisé une véritable floraison éditoriale, qui concerne d’abord les textes historiographiques médiévaux et, au premier chef, le Llibre dels fets de Jacques Ier. Il en existait auparavant deux éditions fort utiles, la première due à F. Soldevila, munie d’un riche appareil de notes historiques, l’autre à Jordi Bruguera38. En prélude à l’Any Jaume I, l’édition Soldevila, corrigée pour les aspects philologiques par J. Bruguera, a connu une nouvelle mise à jour historique par Maria Teresa Ferrer Mallol, et l’on dispose donc à présent d’une édition critique de référence39. Plusieurs facsimils ont été publiés, parfois avec de copieuses études introductives, ou mis en ligne par la Biblioteca Cervantes virtual40; le livre du roi a été intégralement adapté en catalan moderne au moins à cinq reprises41, et des versions castillane, française, anglaise, portugaise et japonaise ont récemment paru42. Par ailleurs, des éditions partielles ont détaché de l’œuvre les épisodes relatifs aux conquêtes de Majorque ou de Valence43, ou bien réuni des extraits dans des anthologies44. Non exempte de redondances, la prolifération éditoriale en ce domaine témoigne de l’intérêt persistant des historiens pour le Llibre tout en laissant transparaître, voire en confortant son statut de monument culturel, identitaire et linguistique.

  • 45 Gestes.
  • 46 El tractat, 2009.
  • 47 Ibn amira al-Amahzumi, 2008.

17Le regard porté sur Jacques Ier et sur son Llibre a en fait été plus profondément modifié par l’édition d’une version catalane des Gesta Comitum Barchinonensium composée durant le règne et jusqu’alors inédite. Stefano Maria Cingolani a dans ce cadre réévalué les zones de continuité et les points de rupture entre les Gesta et le Llibre45. D’autre part, certaines sources arabes négligées, comme le Kitab Lubab Albab, une collection de lettres poétiques, engagent à relire les passages du Llibre concernant l’île de Minorque46, tandis que la redécouverte et la publication du Kitab Ta’rih Mayurqa du musulman Ibn amira al-Amahzumi apportent des éléments essentiels pour cerner la vision des vaincus défaits par Jacques Ier à Majorque et reconsidérer le récit de la conquête par le roi47.

  • 48 Par exemple Jaime I, 2008.
  • 49 Colón, Garcia Edo, 2007 ; Guinot, 2008-2010 ; López Rodríguez, Ferre, 2008 ; Mut Calafell, 2008 ; R (...)
  • 50 Cabanes Pecourt, 2009; Guinot, 2010.
  • 51 http://www.jaumeprimer.uji.es/cgi-bin/hnoticies.php (consulté le 20-VII-2011), avec déjà plusieurs (...)
  • 52 Burns, 2007.

18La célébration a aussi été propice aux éditions de documents. Des florilèges ont été publiés dans des catalogues d’exposition48, mais l’on retiendra surtout les éditions critiques de codes de lois, de privilèges, de chartes, d’actes juridiques et judiciaires, de traités : les Furs de Valence, le Llibre del Repartiment dressé pour l’île de Majorque, les llibres de corts du justicià du royaume de Valence au xiiie siècle, dont quatre volumes sont d’ores et déjà disponibles, ainsi que l’édition bilingue (arabe/catalan) du traité de Capdepera (1231), par lequel les musulmans de Minorque ont reconnu Jacques Ier comme seigneur suzerain et se sont engagés à lui verser tribut en échange de sa protection49. Plusieurs recueils importants concernant le royaume de Valence ont également été constitués selon un critère territorial ou bien linguistique, en privilégiant en ce dernier cas les textes en catalan et donc, pour l’essentiel, rédigés après 126050. Il faut encore ajouter à cette riche moisson l’Arxiu virtual Jaume I, développé depuis 2006 en guise de « premier essai d’hommage à la figure de Jacques Ier », et dont l’ambition est de diffuser en ligne toute la documentation produite durant le règne51. Enfin, un quatrième volume du monumental Diplomatarium du royaume de Valence dirigé par Robert I. Burns52 contribue également à ce qu’une partie appréciable de la documentation soit désormais accessible dans des éditions de qualité.

Biographies, synthèses

  • 53 Riera i Melis, 2008.
  • 54 Salrach, 2008.

19La rédaction de biographies et de synthèses générales constitue le second effet majeur de l’Any Jaume I du point de vue historiographique. Tout en répondant à des attentes commémoratives classiques, le phénomène mérite attention, car ce type de travaux demeure insuffisamment cultivé pour la couronne d’Aragon. Le 30 mars 2008, lors d’un discours prononcé dans la salle capitulaire du monastère de Poblet pour inaugurer les actes du VIIIe centenaire, Antoni Riera i Melis a ainsi proposé une analyse serrée et nuancée des différentes phases du règne53. Jugée fondatrice en de très nombreux domaines pour « les peuples qui firent partie de la couronne catalano-aragonaise », la période se solde selon l’historien par un bilan contrasté, une œuvre législatrice et administrative considérable, mais des conquêtes effectuées dans le sang et une Couronne divisée à la mort du roi. Pourtant, à rebours de l’historiographie ancienne, celui-ci est considéré comme un réaliste, capable, notamment, d’abondonner les prétentions de la Couronne au nord des Pyrénées. Josep Maria Salrach dresse pour sa part dans un essai synthétique un bilan globalement positif du règne (accroissement du territoire, monarchie plus forte, amélioration partielle de la situation des paysans), tout en pointant le malaise actuel de plusieurs historiens devant la figure du roi, un sentiment d’incommodité qui s’expliquerait par son rôle de conquérant, par un moment de genèse nationale accompli dans la violence, par l’idée d’une société islamique pacifique subissant l’agression des féodaux et, enfin, par l’obstination de certains Majorquins et Valenciens à célébrer chaque année les conquêtes54.

  • 55 Furió, 2007.

20Ces deux exemples sont révélateurs de la tonalité critique qui, en dépit des divergences d’analyse, caractérise les travaux les plus intéressants publiés à l’occasion de l’Any Jaume I. Probablement en partie afin d’échapper au piège de la machine commémorative, pour lutter contre des discours simplistes et hagiographiques, plusieurs historiens ont en effet procédé par des voies diverses à une contextualisation approfondie et à une démythification de la figure royale et du règne. Première synthèse parue en ce sens, en 2007, El rei conqueridor. Jaume I: entre la història i la llegenda est un livre bref, dense, dépourvu de notes, avec de nombreuses illustrations, et destiné à un large public55. L’auteur, Antoni Furió, tire parti des résultats récents de l’historiographie pour mettre en évidence avec une grande clarté le caractère profondément chrétien du roi, les violences commises contre les musulmans vaincus et l’instauration complexe d’un nouvel ordre féodal à Valence et à Majorque. Jacques Ier n’est plus présenté en héros conquérant ou en fossoyeur de l’unité de la couronne d’Aragon, mais en monarque faisant preuve de pragmatisme. Conformément au titre, un intéressant épilogue évoque aussi les cultes et les interprétations de sa figure depuis le Moyen Âge, et permet ainsi de distinguer nettement l’histoire des légendes.

  • 56 Belenguer, 2007.

21Un deuxième ouvrage de synthèse aborde l’ensemble du règne plus en détails56. Mettant en regard le Livre des faits et la documentation conservée, E. Belenguer articule les grandes phases de son Jaume I i el seu regnat autour de l’itinéraire de la vie du roi — l’enfance, les conquêtes, les différentes phases de la maturité, la vieillesse encore active —, et y insère des développements copieux qui tiennent compte de l’historiographie récente. L’étude réévalue notamment l’éducation du monarque de façon convaincante, souligne la pluralité des territoires de la Couronne, l’œuvre législatrice, les différents processus de conquête. L’auteur adopte à cet égard un point de vue nuancé sur les modalités débattues du maintien des musulmans dans le royaume de Valence, en distinguant selon les phases (conquête, répartition, peuplement), les générations et les régions, pour finalement défendre l’idée d’une discontinuité relative au sein d’une société mudéjare caractérisée par sa coexistence sans convivencia avec les chrétiens. De manière générale, l’ouvrage constitue la synthèse récente la plus ample sur le règne, très utile pour s’orienter dans une période foisonnante. On regrettera simplement de trop nombreuses captationes bene volentiae, certaines sentences abruptes sur d’autres historiens, et quelques raccourcis sur le « roi coureur de jupons » ou le « pouvoir des femmes », qui émoussent parfois l’efficacité critique.

  • 57 Cingolani, 2007.
  • 58 Cingolani, 2006.
  • 59 Soldevila, 2008.

22Une dernière approche biographique importante, trop rapidement épinglée par Ernest Belenguer, est due à la plume alerte de Stefano Maria Cingolani. La perspective adoptée dans Jaume I. Història i mite d’un rei diffère des synthèses précédentes57. L’auteur s’écarte en effet de la méthode historique positiviste traditionnelle — comparer le Livre aux documents pour évaluer son degré de véracité — comme des philologues qui concentrent leur analyse sur la langue et l’économie narrative. Dans le prolongement d’une étude sur les « quatre grandes chroniques »58, adoptant en quelque sorte une voie médiane, Stefano Maria Cingolani procède, pour l’essentiel, à une relecture critique du Llibre dels fets en cherchant à percer les intentions du roi et les mécanismes mémoriels à l’œuvre dans son récit. L’exercice aboutit à formuler une première hypothèse intéressante : la lecture de Rodrigo Jiménez de Rada, dont les développements relatifs à son règne ne lui auraient pas convenu, a pu décider Jacques Ier à écrire l’histoire de sa vie. Stefano Maria Cingolani souligne aussi la composition a posteriori de l’œuvre, l’existence d’un travail de mise en ordre du passé qui inscrit le monarque dans la continuité du lignage, le « sillage des prédécesseurs », et sélectionne des motifs transmis pour servir de modèle dans le futur. Enfin, la prise en compte de la « voix du roi » conduit l’auteur à prêter une valeur accrue au sens de l’honneur, du lignage et de la maisonnée parmi les mobiles des décisions royales et, partant, à battre en brèche la conception d’un Jacques Ier porté par une vision religieuse et providentielle, une approche — trop — vigoureusement dénoncée comme une « ingénuité acritique injustifiable » de l’historien Robert I. Burns. Au-delà de leurs divergences, même s’il manque encore une biographie aux dimensions du règne — on rêve d’un Jaume I conçu avec l’ambition du Saint Louis de Jacques Le Goff… —, les travaux évoqués complètent donc et, sur de nombreux points, remplacent avantageusement la dernière biographie d’envergure, due à Ferran Soldevila et réimprimée pour l’occasion59.

D’autre perspectives nouvelles ? Approches éclatées et comparatives, images et mythes

  • 60 Congrés, 2008.
  • 61 Je n’ai pu consulter : Frederic Aparisi Romero, et al., Xàtiva en temps de Jaume I : expansió i col (...)
  • 62 Garcia Edo, 2008.
  • 63 … dont le livre célèbre le 777e anniversaire ! (ibid., h.t., p. 241).

23Corrélativement, l’Any Jaume I a suscité la réédition, fortement symbolique, du premier congrès d’histoire de la couronne d’Aragon, et encouragé la diffusion de travaux spécialisés plus récents, des monographies préparées de longue date ou pour la circonstance, ou bien encore des articles disséminés dans les actes des colloques tenus ad hoc en 200860. Le rythme de l’édition universitaire étant bien plus lent que celui de la performance commémorative, il est prématuré de dresser un bilan définitif, mais une dizaine d’ouvrages entrouvrent d’ores et déjà des pistes intéressantes61. Il s’agit tout d’abord de mises au point sur des personnages et des épisodes importants. Vicent Garcia Edo éclaire la figure de Blasco de Alagón (ca. 1190-1239)62, un chevalier issu d’un illustre lignage aragonais qui a joué un rôle clef dans les débuts de la conquête du territoire valencien. À partir d’un corpus assez restreint reproduit en annexe, l’auteur revient notamment sur deux événements dont la portée a parfois été exagérée : la concession en 1226 par Jacques Ier d’un privilège permettant à Blasco de prendre possession de tous les châteaux, villes et lieux qu’il arracherait aux musulmans, puis le conflit survenu en 1231-1232 après la capture de Morella63 — le roi refusa alors de céder à Blasco cette place trop importante, et l’affrontement qui s’ensuivit aboutit à une solution de compromis : pour le chevalier, la seigneurie et l’administration à vie du territoire conquis, assorties de la concession d’autres terres, en échange, l’intégration post mortem de Morella au patrimoine royal. Au final, il subsiste toujours des zones d’ombre autour du personnage, mais circonscrites, désormais, au sein d’une trame factuelle solide.

  • 64 Marcos, 2007.

24Dans un ouvrage tiré de sa thèse sur les relations entre Byzance et les Catalans aux xiie et xiiie siècles, Ernest Marcos étudie pour sa part en détails un épisode très controversé de la fin du règne, le projet de croisade en Terre Sainte de 126964. L’auteur replace le passagium décidé par le roi d’Aragon dans un cadre international très ample, en évoquant les accords passés par Jacques Ier avec les Mongols et avec le « nouveau Constantin » Michel VIII Paléologue, le tournant décisif signifié par l’alliance avec le roi Manfred de Sicile en 1260 et, conséquemment, les réticences de la papauté envers une expédition considérée comme dangereuse, inopportune et indûment souhaitée par un roi d’Aragon soucieux d’obtenir l’annulation de son mariage et de perturber des projets franco-angevins concurrents. Ernest Marcos reconstitue ensuite très précisément le déroulement de la croisade : l’échec du roi forcé par des vents contraires au repli à Aigues-Mortes et à la renonciation au voyage, puis le périple somme toute assez piteux de ses bâtards, Pedro Fernández (I) de Híjar et Ferran Sanxis de Castro :  en terre d’Acre où ils arrivèrent avec une vingtaine de bateaux, l’accueil fut plutôt froid, et ils durent repartir bien vite après quelques combats. Malgré les déconvenues, l’auteur s’insurge contre les critiques portées à l’encontre d’une entreprise en laquelle il voit un « événement crucial dans la politique internationale de la seconde moitié du xiiie siècle ». Si le trait est sans doute forcé, en situant mieux la « croisade catalane », Ernest Marcos démontre clairement qu’il ne s’agissait pas simplement d’une absurdité commise par un roi vieillissant, mais d’une entreprise à laquelle on songeait depuis longtemps, qui paraissait raisonnable et… se solda par un échec.

  • 65 Roca, 2008.
  • 66 Je n’ai pu consulter Dolors Domingo, A la recerca d’Aurembiaix d’Urgell, Lérida, 2008.

25Plus encore que le rôle de Blasco de Alagón ou même la croisade catalane, les épouses et les maîtresses du roi ont longtemps prêté le flanc à des interprétations fantaisistes et caricaturales. Maria Carme Roca s’efforce dans un livre sur « les femmes de Jacques Ier » d’adopter leur perspective, mais, faute d’une approche suffisamment critique et distanciée, en reste trop souvent à une chronique qui n’échappe pas aux jugements péremptoires65. Les femmes importantes dans la vie du monarque n’ont donc guère bénéficié des commémorations66.

  • 67 Garcia Edo, 2008 b.

26Un souci plus aigu de synthèse efficace et, dans une moindre mesure, de comparatisme, caractérise une partie notable de la production historiographique de l’Any Jaume I. Vicent Garcia Edo propose par exemple une approche globale du « processus de modernisation du droit dans les territoires de la couronne d’Aragon durant le règne de Jacques Ier  », et distingue nettement, d’une part, Valence et Majorque, marquées par la fondation de nouveaux droits (les Furs, la Carta de Franqueses dans l’île), de l’autre, l’Aragon, où l’on procède à une unification juridique de droits anciens, et, enfin, la Catalogne où, en dépit des Constitucions de pau i treva et des Usatges, la fragmentation juridique et juridictionnelle demeure67. L’influence italienne, le travail acharné des juristes de la chancellerie, la mise en place de droits territoriaux différenciés et le renforcement des systèmes municipaux par l’octroi de nombreux privilèges engagent même l’auteur à situer « l’œuvre législative » de Jacques Ier à la hauteur de celles de ses grands contemporains, Frédéric II et Saint Louis. Avec le llibre del consolat de mar, le règne constitue aussi un moment essentiel dans les longues histoires des échanges en Méditerranée et de la codification juridique d’un droit maritime et commercial international. Paru en 2008, l’ouvrage collectif Un mar de leyes: de Jaime I a Lepanto apporte à ce titre plusieurs études synthétiques très utiles sur la navigation, la typologie des navires, l’entrée des Catalans en Méditerranée, leur commerce, et, tout particulièrement, leurs façons de commercer, leurs pratiques contractuelles et leurs institutions consulaires. Envisagée d’un point de vue technique, mais aussi, dans plusieurs contributions, analysée au regard du système politique de la couronne d’Aragon et de l’histoire générale du commerce et des interactions avec les marchands et les pouvoirs étrangers, l’étude des cultures juridiques, institutionnelles et commerciales des marchands catalans ouvre ainsi de riches perspectives.

  • 68 Colón Domenech, Martínez Romero, 2009.
  • 69 El tractat, 2009.
  • 70 Sarasa, 2009.

27Les actes des colloques déjà publiés contiennent aussi de nombreuses synthèses d’ampleurs diverses sur des aspects tout aussi essentiels du règne. Jaume Torró souligne ainsi à nouveau la « singularité coloniale » d’un territoire valencien où les musulmans demeurent très nombreux, à la différence de l’île de Majorque68. La situation des autres îles Baléares est désormais également mieux connue grâce à un ensemble de travaux sur les musulmans de Minorque sous domination chrétienne69. L’édition de la rencontre de Saragosse présente pour sa part un triple intérêt : réunir des mises au point solides d’histoire sociale, revenir sur la dimension aragonaise du règne de Jacques Ier, traditionnellement en retrait et, enfin, ouvrir des perspectives à la comparaison entre le royaume de l’Èbre et la Catalogne70. S’il n’est pas possible ici de discuter dans le détail chacune des contributions, on peut toutefois noter plusieurs apports et quelques tendances. En premier lieu, la dialectique classique de l’opposition entre le pouvoir royal et la noblesse aragonaise est maintenue, mais précisée par une analyse renouvelée de l’expérience aragonaise du monarque dans son Livre, nuancée par une approche plus stratifiée de noblesses très hiérarchisées et par une réévaluation de la participation des Aragonais aux entreprises royales. D’autre part, les tensions inhérentes à la société sont désormais appréhendées aussi à des échelles plus fines. On relève toujours les différences avec la situation catalane, mais il s’agit dorénavant aussi de mettre à jour la diversité et les contradictions au sein de chaque groupe social. Apparaissent ainsi des différences notoires entre oligarchies urbaines selon leur situation géographique, des tensions au sein des cofradías d’artisans, de même que parmi les mudéjares. On trouvera enfin dans ce riche volume des contributions très stimulantes, parfois polémiques, souvent programmatiques, concernant les juifs et les paysans d’Aragon et de Catalogne.

  • 71 Colón Domenech, Martínez Romero, 2008. Je n’ai pu consulter Lluís Gimeno Betí, Germán Colón Domènec (...)
  • 72 Colón Domenech, Martínez Romero, 2008.
  • 73 Serrano Coll, 2008.
  • 74 Nombreuses représentations iconographiques dans Vinas, 2007.

28Deux derniers domaines ont été privilégiés : la langue catalane du xiiie siècle71, les images et les mythes de la figure royale à travers les siècles, sur lesquelles on insistera plus ici. Plusieurs travaux, réunis dans le volume Fets, actes i paraules, analysent la réception du Llibre dels fets dans les traditions historiographiques et les sociétés de la couronne d’Aragon72. S. M. Cingolani revient (contre Josep Maria Pujol) sur un point d’érudition controversé pour démontrer la très probable utilisation du livre du roi par Bernat Desclot dans sa Crònica, avant donc le premier manuscrit connu (1343). La contribution d’Agustín Rubio sur l’image du monarque à Valence aux xiiie-xve siècles va au fond dans le même sens, en nuançant la thèse d’un relatif désintérêt pour le monarque dans la ville. En réalité, les Valenciens commenceraient déjà à voir en lui le père de la patrie, leur raison d’être, voire une arme idéologique, et l’oligarchie, l’Église et la noblesse lui voueraient un véritable culte. La période s’avère donc cruciale pour la configuration d’une mémoire permettant d’affirmer l’existence collective de l’identité et du nouveau royaume valenciens. Les représentations figurées du roi offrent à cet égard un témoignage décisif de la présence, de la diffusion et des métamorphoses du monarque dans l’ensemble de la couronne d’Aragon. D’après l’étude très méticuleuse de Marta Serrano Coll, tirée d’une thèse sur les images des rois d’Aragon, une seule représentation de couronnement est conservée, mais pièces et sceaux où le roi figure comme signe d’autorité et de pouvoir circulent en nombre considérable73. Jacques Ier apparaît aussi fréquemment en législateur qui décerne des codes juridiques, octroie des privilèges, ou bien revêt l’habit d’un miles Christi engagé dans les batailles. Selon des modalités multiples, les représentations du monarque viennent ainsi fréquemment rappeler et renforcer l’autorité royale. Elles peuvent aussi témoigner, par exemple au Palacio Aguilar de Barcelone, de l’intérêt que portent des familles nobles ou des universitates de la Couronne à l’invocation et à l’appropriation légitimatrice de la figure du roi. Engagé dès la fin du Moyen Âge, le travail mémoriel, politique et identitaire sur Jacques Ier se traduit alors, jusqu’à aujourd’hui, par la production d’un nombre considérable de représentations iconographiques et textuelles devenues elles-mêmes objet d’histoire74.

  • 75 Des exceptions existent. Voir la dénonciation des erreurs du roi doublée d’une déploration de la de (...)

29Malgré les inévitables répétitions inhérentes à l’exercice commémoratif, en dépit du fait que toutes les études n’ont pas encore été publiées, l’Any Jaume I a donc d’ores et déjà incontestablement eu des effets historiographiques très positifs. Les chroniques et la documentation concernant le règne de Jacques Ier et, plus généralement, le xiiie siècle, sont devenues plus aisément accessibles. L’important travail de synthèse effectué et de nombreux colloques rendent plus facile l’orientation dans des recherches récentes très dispersées sur la couronne d’Aragon de la période. Le Llibre dels fets, source emblématique, a fait l’objet de multiples relectures critiques. L’abandon des visées en Occitanie, la croisade tardive et la division de la Couronne sont à présent moins souvent dénoncées de façon anachronique pour être comprises dans leur contexte75. En se fondant sur une historiographie dense, l’examen attentif des processus de conquête de Majorque et de Valence a rappelé leur violence et fragilisé certaines conceptions héroïsées du monarque, par ailleurs mieux situées au sein d’une évolution de longue durée des représentations de Jacques Ier. Considérées dans leur ensemble, les contributions de l’Any Jaume I ne cristallisent donc pas en une image unique du roi. Elles révèlent plutôt les multiples facettes d’un homme certes religieux, mais aussi empreint de valeurs dynastiques, tout à la fois grand législateur, créateur d’institutions municipales et capable de faire preuve de pragmatisme. À son image, les territoires et les sociétés sur lesquels il exerça son autorité ont été appréhendés dans leur diversité, leur pluralité, avec leurs divisions internes et en conférant une place plus grande aux minorités, aux vaincus. Pas de bouleversement donc, mais une modification sensible du regard. Le roi demeure fondateur, mais son règne est aussi celui de la complexité, parfois des contradictions.

30Dans le même temps, les commémorations de l’Any Jaume I ont aussi constitué une forme de mise à l’épreuve pour ces discours à teneur critique et, plus généralement, pour les historiens engagés dans la cité. En effet, d’autres passeurs d’histoire, artistes et romanciers notamment, ont tenu eux aussi un rôle de transmission essentiel. Avec internet, le statut traditionnel de médiateur autorisé détenu par l’historien a, plus encore, été remis en cause. De nombreux internautes se sont ainsi emparés de l’occasion pour revendiquer la figure du roi comme argument en faveur de la création des Països Catalans. L’un d’eux, Vicent Partal, a même invité les blogueurs nationalistes à hisser l’emblème catalan sur leur site le 8 février 2008, avec un fragment du Llibre assorti de leurs commentaires personnels76. Le texte fondateur a ainsi été dépeçé et disséminé dans des propos à l’historicité pour le moins problématique. Enfin, le contexte commémoratif a surtout accordé un poids non négligeable aux discours sur l’histoire énoncés par des autorités politiques moins soucieuses d’exactitude que de légitimitation identitaire ou nationale, ce qui, même s’ils cautionnent parfois cette visée, place parfois les spécialistes dans une position pour le moins ambivalente. On en voudra pour preuve un dernier exemple. Une exposition importante a été organisée à Valence afin de présenter le Llibre del repartiment, un document essentiel pour l’organisation du nouveau royaume. Le 14 avril 2008, les trois manuscrits ont été empruntés aux Archives de la couronne d’Aragon, à Barcelone, puis transportés dans un convoi digne d’une visite d’État jusqu’à la limite avec le territoire valencien. Un hélicoptère nommé Jaume I a alors pris en charge la surveillance du transfert jusqu’au monastère de San Miguel de los Reyes, où les documents ont été accueillis par des membres du gouvernement de la communauté autonome, dont son président, Francisco Camps. Or, celui-ci

consideró el libro como «el acta fundacional» del pueblo valenciano, «la primera constancia escrita» del Reino de Valencia», donde se recoge la intención de crear un nuevo sistema social y jurídico propio del que, 800 años después, es heredero la Comunitat con instituciones como la Generalitat o Les Corts. Camps aseguró que las personas que hoy viven en la Comunitat son «depositarios de las ilusiones y anhelos» de quienes figuran en el libro. Quiso hacer de la exposición un lugar de unión de todos, tanto de aquellos pocos «que tienen relación con las personas que figuran en este libro, de los muchos que han venido siglos después y los que han llegado en los últimos años». Camps subrayó que el Llibre del Repartiment traza una «línea emotiva» con los valencianos de ambas épocas. Emocionado, el presidente de la Diputación de Valencia, Alfonso Rus, tomó la palabra […] valorar la importancia del que denominó «DNI valenciano»77.

  • 78 El País, Quadern, 31-I-2008, p. 4.
  • 79 Je remercie très vivement Claire Guiu pour sa lecture critique.

31Bon gré mal gré, le travail des historiens a de la sorte été mis au service de la fabrique et de la perpétuation d’une relique nationale, d’une relique fondatrice d’une communauté et d’un État. Dans de tels contextes, on peut alors défendre à bon droit, comme Antoni Furió, que « les commémorations historiques […] devraient servir […] à penser ou à repenser le passé depuis les préoccupations ou les nécessités d’aujourd’hui, de façon critique et orientée vers le futur. Le reste revient à jouer de la flûte »78. Il n’en demeure pas moins que ce « reste », fondé au moins partiellement sur l’ouvrage des historiens ou sur des références à leurs recherches, a, lors de l’Any Jaume I, tenu une place considérable et laissera peut-être des traces tout aussi importantes que les efforts déployés en faveur d’une histoire rigoureuse. Finalement, il apparaît donc que l’Any Jaume I a représenté pour les historiens à la fois, et de façon souvent indissociable, une tribune où faire porter leur analyse du passé, le cas échéant une scène où s’investir en faveur d’un usage déterminé de l’histoire, mais aussi une expérience du décalage, de l’isolement et de la puissance limitée de leur parole critique dans les cadres commémoratifs orientés où elle a pu être proférée79.

Haut de page

Bibliographie

Belenguer, Ernest (2007), Jaume I i el seu regnat, Lérida.

Boyer, Denise [2010] (dir.), La figure de Jacques Ier dans la culture catalane, nº de la revue Catalonia, 5 (http://www.crimic.paris-sorbonne.fr/Catalonia-5.html [consulté le 12-X-2011]).

Bruguera, Jordi (2010), « VIIIè Centenari del naixement del rei Jaume I el conqueridor », Estudis Romànics, XXXII, pp. 379-387.

Burns, Robert I., S.J. [2007] (éd.), Unifying Crusader Valencia. The Central Years of Jaume the Conqueror. 1270-1273, Princeton.

Cabanes Pecourt, María de los Desamparados (2009), Documentos de Jaime I relacionados con Aragón, Saragosse.

Carulla i Canals, Lluís, Font i Bernaus, Maria (1976), Jaume I el Conqueridor 1276-1976, Barcelone.

Cingolani, Stefano Maria (2006), La memòria dels reis. Les Quatre Grans Cròniques i la historiografia catalana des del segle x al xiv, Barcelone.

Cingolani, Stefano Maria (2007), Jaume I. Història i mite d’un rei, Barcelone.

Cingolani, Stefano Maria (2009), Les quatre grans cròniques. Antologia, estudi preliminar i exercicis, Barcelone.

Colón, Germà, Garcia Edo, Vicent [2007] (éd.), Furs de València. Extravagants I, II, Barcelone, 2 vol.

Colón Domenech, Germà, Martínez Romero, Tomàs [2008] (éd.), El rei Jaume I. Fets, actes i paraules, Castellón-Barcelone.

Congrés d’Historia de la Corona d’Aragó dedicat al Rey en Jaume I y a la seva época (facsimil de la 1ère éd., 1913), Saragosse, 2008, 2 vol.

Deguara, Laurent (2008), Jacques le Conquérant. Roi d’Aragon et Montpellier, sa ville natale. La vie quotidienne aux xiiie et xive siècles, Montpellier.

Delpech, François (1993), Histoire et légende. Essai sur la genèse d’un thème épique aragonais. La naissance merveilleuse de Jacques Ier le Conquérant, Paris.

Ferrer i Mallol, Maria Teresa (2008), « La celebració del vuitè centenari del naixement de Jaume I: el congrés organitzat per la Secció Històrico-Arqueològica de l’IEC a Barcelona », Catalan Historical Review, I, pp. 283-289.

Ferrer Navarro, Ramón (2008), Una aproximación a la Crónica de Jaime I, Valence.

Furió, Antoni (2007), El rei conqueridor. Jaume I: entre la història i la llegenda, Alzira.

Garcia Edo, Vicent (2008 a), Blasco de Alagon ca. 1190-1239, Castellón.

Garcia Edo, Vicent (2008 b), La obra legislativa de Jaime I de Aragón (1208-1276), Castellón.

Gestes dels comtes de Barcelona i reis d’Aragó, Stefano Maria Cingolani (éd.), Valence, 2008.

Gonzalvo i Bou, Gener (2008), « A propòsit del VIII centenari del rei Jaume I (1208-1276) », Revista de Catalunya, 245, pp. 3-10.

Guinot, Enric et al. [2008-2010] (éd.), Llibre de la Cort del justicià de València (1280-1282), Valence, 4 vol.

Guinot, Enric [2010] (éd.), Documentació dispersa valenciana del segle xiii. Pergamins, processos i cartes reials, Valence.

Ibn amira al-Amahzumi, Kitab Ta’rih Mayurqa. Crònica arab de la conquesta de Mallorca, Nicolau Roser Nebot, Guillem Rosselló Bordoy (éd. et trad.), Palma, 2008.

Jaime I de Aragón. Exposición documental conmemorativa del VIII centenario de su nacimiento, Barcelone, 2008.

Jaime I, rey de Aragón, Conquesta de València (del Llibre dels fets), Valence, 2007.

[Jaume I] The Book of Deeds of James I. of Aragon : a translation of the medieval Catalan « Llibre dels Fets », Damian J. Smith, Helena Buffery (éd.), Aldershot, 2010.

[Jaume I], La conquesta de Mallorca, Palma, 2007.

Jaume I, La conquesta de València: Llibre del fets, Francesc Machirant(éd.), 2007.

[Jaume I] I entràrem a la vall de Bairén: Jaume I i el llibre dels fets, éd. Vicent Olaso Cendra, Gandia, 2008.

Jaume I, Crònica, Ferran Soldevila (éd.), Les Quatre grans cròniques, Barcelone, 1971.

[Jaume I] Llibre dels feits del rei en Jaume, Antoni Ferrando, Vicent J. Escartí (éd.), Valence, 2011 [édition facsimil du manuscrit commandé par Pierre IV d’Aragon en 1380].

[Jaume I] Llibre dels Fets del rei en Jaume, Jordi Bruguera (éd.), Barcelone, 1991.

[Jaume I] Llibre dels Fets, Ferran Soldevila (éd.), revues par Jordi Bruguera, Maria Teresa Ferrer i Mallol, Barcelone, 2007.

Jaume I, Llibre dels fets, Jordi Bruguera (éd.), Barcelone, 2008.

Jaume I, Llibre dels fets, Francesc Machirant (éd.), Alzira, 2008.

Jaume I, Llibre dels fets, Antoni Ferrando, Vicent J. Escartí (éd.), Valence, 2008.

[Jaume I] El llibre dels fets de Jaume el Conqueridor, Robert Vinas (éd.), Palma, 2008.

[Jaume I] Libre que feu lo glorios Rey en Jaume…, Valence, 2009, 2 vol.

[Jaume I] Libro de las gestas de Jaime I, rey de Aragón, éd. José Martínez Roy, Saragosse, 2010.

[Jaume I] O rei D. Jaume I, o Conquistador (1208-1276), Livro dos Feitos [Llibre dels Fets], Luciano José Vianna-Ricardo da Costa, São Paulo, 2010.

[Jaume I] Seifukuou Jaume issei kunkouroku. Rekonkisuta senki wo yomu, Vicent Baydal Sala, Akio Ozaki (éd.), Kyoto, 2010.

López Rodríguez, Carlos, Ferre, Ramón [2008] (éd.), El llibre del Repartiment: el naixement d’un regne, Valence.

Marcos, Ernest (2007), La croada catalana. L’exèrcit de Jaume I a Terra Santa, Barcelone.

Michonneau, Stéphane (2007), Barcelone. Mémoire et identité (1830-1930), Rennes.

Mut Calafell, Antoni (2008), El document del tractat de Capdepera, de 1231, Palma.

Narbona Vizcaíno, Rafael (1994), « El Nueve de Octubre: reseña histórica de una fiesta valenciana (siglos xiv-xv) », Revista d’història medieval, 5, pp. 231-290.

Nora, Pierre (1992), « L’ère de la commémoration », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, vol. III/3, pp. 977-1012.

Peiró Martín, Ignacio (2008), La guerra de la Independencia y sus conmemoraciones (1908, 1958 y 2008), Saragosse.

Pérez Garzón, Juan Sisinio (2008), « El bicentenario de 1808. Commemoració històrica i exaltació patriòtica », L’Avenç, 335, pp. 34-37.

Quintana i Torres, Antoni J. (1998), La festa de l’estendard: cultura i cerimonial a Mallorca (segles xiv-xx), Catarroja/Barcelone.

Riera i Melis, Antoni (2008), « Jaume I i la seva època. Anàlisi breu d’un important llegat polític i cultural », Catalan Historical Review, I, pp. 163-170.

Riera Viader, Sebastià (2008), « El Vuitè centenari del naixement de Jaume I i la historiografia catalana », Butlletí de la Societat Catalana d’Estudis Històrics, 19, pp. 227-237.

Roca, Maria Carme (2008), Les dones de Jaume I, Barcelone.

Rosselló Bordoy, Guillem [2007] (éd.), Documents cabdals del regne de Mallorca, Palma, 3 vol.

Salrach, Josep Maria (2008), « Jaume I: una valoració del regnat », Butlletí de la Societat Catalana d’Estudis Històrics, XIX, pp. 87-100.

Sarasa, Esteban [2009] (éd.), La sociedad en Aragón y Cataluña en el reinado de Jaime I, 1213-1276, Saragosse.

Serrano Coll, Marta (2008), Jaime I el conquistador, Imágenes medievales de un reinado, Saragosse.

Soldevila, Ferran (2008), Jaume I, Josep Maria Salrach (éd.), Barcelone (1ère éd. Vida de Jaume el Conqueridor, Barcelone, 1958).

[El] tractat de Capdepera de 1231 i la independència de Menorca, Capdepera, 2009.

Un mar de leyes. De Jaime I a Lepanto, Barcelone, 2008.

Urgell Hernández, Ricard [dir.] (2010), Llibre dels reis: Llibre de franqueses i privilegis del regne de Mallorca. Còdex número 1, Palma.

Vinas, Agnès et Robert (éd,) [2007], Le livre des faits de Jaume le Conquérant, Perpignan.

VV. AA. (2009), Le traité de Corbeil (11 mai 1258). Actes des journées d’études de Paris-Corbeil (14 et 15 mai 2008), dossier de Paris et Île-de France Mémoires, 60, pp. 153-431.

Haut de page

Notes

1 Nora, 1992 ; Peiró Martín, 2008.

2 Delpech, 1993.

3 Quintana i Torres, 1998.

4 Narbona Vizcaíno, 1994.

5 Michonneau, 2007, pp. 133-146.

6 Furió, 2007.

7 Un monument fut érigé en 1956 à l’Espluga de Francolí en hommage à mossèn Sarret, qui avait récupéré en 1835-1836 des restes du corps de Jacques Ier dispersés lors du saccage du monastère de Poblet lors de sa desamortización. Jugée suspecte, l’inauguration fut prohibée, son instigateur mis à l’amende et une autre cérémonie fut organisée par le régime (Carulla i Canals, Font i Bernaus, 1976).

8 À la mort du roi en 1276, Pierre III reçoit Aragon, Valence et Catalogne, Jacques II le royaume de Majorque.

9 Une enquête plus approfondie, basée sur des entretiens et sur les archives des institutions impliquées permettrait certainement de préciser l’aperçu donné ici.

10 Riera i Melis, 2008, voir infra.

11 D’après le Diario de Mallorca, 14-VII-2004.

12 Programmes dans : Bruguera, 2010.

13 Compte rendu : Ferrer i Mallol, 2008.

14 http://www.es.mhcat.net (consulté le 20-VII-2011).

15 Bruguera, 2010, pp. 383-384.

16 http://www.bcn.cat/jaumeprimer/en/welcome.htm (consulté le 20-VII-2011).

17 Elperiodic.com (edición valenciana), 1.02.2009 (http://www.elperiodic.com/valencia/noticias/27563_miro-jaume-sido-gran-dinamizador-cultural-comunitat-2008.html [consulté le 20-VII-2011]). Ont aussi été commémorées en 2008 deux figures importantes de l’histoire valencienne, le pape Borja Calixte III et le roi d’Aragon Alphonse V, pour le 550e anniversaire de leur mort en 1458.

18 El punt digital, 16-I-2008.

19 http://www.uji.es/noticies/08020400.html [consulté le 20-VII-2011]).

20 http://www.conselldemallorca.net/?&id_parent=463&id_section=888&id_son=890 [consulté le 20-VII-2011].

21 Ce matériel pourrait donner lieu à une étude sur l’appropriation de l’Any par les acteurs locaux et individuels.

22 Vilaweb, 2-II-2008 (http://www.vilaweb.cat/noticia/2722881/20080202/noticia.html [consulté le 20-VII-2011]); Deguara, 2008.

23 Boyer, 2010.

24 Le traité, 2009.

25 http://www.conselldemallorca.cat/?id_section=888&action=news&id_article=5657&id_  parent=463 [consulté le 20-VII-2011]).

26 http://www.conselldemallorca.cat/?id_section=888&action=news&id_article=7544&id_parent=463;http://www.reijaumeprimer.cat [consultés le 20-VII-2011].

27 El punt digital, 16-I-2008.

28 En réaction à Arturo Pérez Reverte, dont la position (« Cólera de un pueblo, certeza de una nación », El País, 24-I-2008) a été dénoncée aussi bien par A. Furió, défenseur de l’Any Jaume I (El País, Quadern, 31-I-2008, p. 4) que par des spécialistes des événements de 1808 (Pérez Garzón, 2008).

29 Michonneau, pp. 136-138.

30 Voir par exemple la préface du recteur à Garcia Edo, 2008.

31 Alvert Salvado, Jaume I el Conqueridor, Barcelone, 2008 ; Juan Ramon Barat, Jaume I: el rei templer, Valence, 2008 ; Ángel Delgado, El rey conquistado: la crónica oculta de Jaime I, Barcelone, 2008, etc.

32 Les Rutes de Jaume I, Valence, 2007.

33 Meritxell Margarit, Petita història de Jaume I, el conqueridor, Barcelone, 2008 ; Jordi Galves, El rei En Jaume «El Conqueridor»: el forjador dels països catalans, Cabrera de Mar, 2008, etc.

34 Un mar de leyes, p. 9.

35 La Vanguardia, 29-I-2008.

36 Pour Valence, www.anyjaumeprimer.com (indisponible); pour Majorque : www.reijaumeprimer.cat.

37 Ferrer i Mallol, 2008 ; Riera i Viader, 2008 ; Bruguera, 2010.

38 Jaume I, Crònica, 1971; Llibre, 1991.

39 Llibre, 2007.

40 Libre que feu ; Llibre dels feits, éd. Ferrando, Escartí, 2011.

41 Llibre, éd. Bruguera, 2008, éd. Francesc Machirant, 2008, éd. Ferrando, Escartí, 2008 ; éd. Vinas, 2008. Le blog « recerca en acció » animé par des historiens propose l’écoute d’une traduction en catalan moderne : http://www.lafactoria.eu/ElLlibreDelsFeyts/index.php (consulté le 20-VII-2011).

42 Le livre, 2007 ; Libro, 2010 ; The Book,2010 ; O rei, 2010 ; Seifukuou, 2010.

43 Conquesta de València, 2007 ; La conquesta de Mallorca, 2007 ; La conquesta de València, 2007 ; I entràrem, 2008. Le Consell de Mallorca diffuse en ligne des passages sur la conquête de Majorque.

44 Ferrer Navarro, 2008 ; Cingolani, 2009.

45 Gestes.

46 El tractat, 2009.

47 Ibn amira al-Amahzumi, 2008.

48 Par exemple Jaime I, 2008.

49 Colón, Garcia Edo, 2007 ; Guinot, 2008-2010 ; López Rodríguez, Ferre, 2008 ; Mut Calafell, 2008 ; Rosselló Bordoy, 2007 ; Urgell Hernández, 2010.

50 Cabanes Pecourt, 2009; Guinot, 2010.

51 http://www.jaumeprimer.uji.es/cgi-bin/hnoticies.php (consulté le 20-VII-2011), avec déjà plusieurs textes législatifs essentiels et de nombreux documents.

52 Burns, 2007.

53 Riera i Melis, 2008.

54 Salrach, 2008.

55 Furió, 2007.

56 Belenguer, 2007.

57 Cingolani, 2007.

58 Cingolani, 2006.

59 Soldevila, 2008.

60 Congrés, 2008.

61 Je n’ai pu consulter : Frederic Aparisi Romero, et al., Xàtiva en temps de Jaume I : expansió i colonització feudal, Játiva, 2008 ; Francesc Xavier Hernàndez, Els exèrcits de Jaume I el Conqueridor, Barcelone, 2009 ; Carme Oriol, Emili Samper (éd.), El rei Jaume I en l’imaginari popular i en la literatura, Tarragone, 2010.

62 Garcia Edo, 2008.

63 … dont le livre célèbre le 777e anniversaire ! (ibid., h.t., p. 241).

64 Marcos, 2007.

65 Roca, 2008.

66 Je n’ai pu consulter Dolors Domingo, A la recerca d’Aurembiaix d’Urgell, Lérida, 2008.

67 Garcia Edo, 2008 b.

68 Colón Domenech, Martínez Romero, 2009.

69 El tractat, 2009.

70 Sarasa, 2009.

71 Colón Domenech, Martínez Romero, 2008. Je n’ai pu consulter Lluís Gimeno Betí, Germán Colón Domènech [2010] (éd.), La llengua catalana en temps de Jaume I, Castellón de la Plana.

72 Colón Domenech, Martínez Romero, 2008.

73 Serrano Coll, 2008.

74 Nombreuses représentations iconographiques dans Vinas, 2007.

75 Des exceptions existent. Voir la dénonciation des erreurs du roi doublée d’une déploration de la desnacionalització dont la faible réception sociale de l’Any serait le symptôme, dans Gonzalvo i Bou, 2008.

76 http://blocs.mesvilaweb.cat/node/view/id/79532 [consulté le 20-VII-2011].

77 http://www.lasprovincias.es/valencia/20080415/local/valenciana/valencia-acoge-nuevo-llibre-200804150506.html (consulté le 20-VII-2011).

78 El País, Quadern, 31-I-2008, p. 4.

79 Je remercie très vivement Claire Guiu pour sa lecture critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Péquignot, « L’Any Jaume I. Une mobilisation commémorative et ses premiers effets historiographiques », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-1 | 2012, 275-295.

Référence électronique

Stéphane Péquignot, « L’Any Jaume I. Une mobilisation commémorative et ses premiers effets historiographiques », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-1 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 27 juin 2016. URL : http://mcv.revues.org/4464

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org