Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Martín Almagro Gorbea, Mariano Torres Ortiz, La escultura fenicia en Hispania

Hélène Le Meaux
p. 297-298
Référence(s) :

Martín Almagro Gorbea, Mariano Torres Ortiz, La escultura fenicia en Hispania, Madrid, Real Academia de la Historia, 2010, 469 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 16 avril 2014.

1Ce 32e volume de la collection Bibliotheca Archaeologica Hispana est consacré à la sculpture. M. Almagro Gorbea et M. Torres Ortiz cosignent un ouvrage, résultat d’un travail collectif de chercheurs et collaborateurs habitués de la collection. Un titre La sculpture phénicienne en Hispanie qui implique et une origine stylistique – phénicienne – et une provenance archéologique – espagnole. Pertinemment, les auteurs ont opté pour l’usage du terme Hispanie en raison de son étymologie phénicienne. Toutefois, tant par précaution qu’afin d’éviter une restriction du champ d’étude matérielle – ces sculptures étant loin d’avoir révélé leur secret quant à leur provenance – et calqué sur l’ouvrage de référence des collections du musée du Louvre publié par E. Gubel, le titre La sculpture de tradition phénicienne d’Hispanie aurait peut-être été préférable. Dès la présentation, en effet, c’est la culture phénico-punique qui est citée ; le qualificatif hispano-fenicio est aussi employé de façon récurrente, renvoyant à la définition proposée et argumentée de la publication de la nécropole de Medellin réalisée sous la direction de Martín Almagro Gorbea.

2Cet ouvrage se compose de deux parties : un catalogue de 308 pages organisé de manière géographique, à partir de la provenance des sculptures, suivi d’une synthèse de 33 pages. La lecture de ce livre permet tant de redécouvrir des œuvres connues, voire très connues, que de découvrir des œuvres oubliées. Le corpus est établi de manière très rigoureuse et, au-delà d’un simple catalogue de type signalétique, chaque œuvre est analysée en détails, de nombreuses références bibliographiques et littéraires à l’appui. Les matériaux, les techniques mises en œuvre et les échelles des sculptures sont très variés, de la statuette en albâtre de Galera au géant de Ronda en calcaire en passant par des fragments en fritte égyptienne. L’absence de realia amène souvent à ne pas insérer dans une étude archéologique certains vestiges aujourd’hui disparus. Les auteurs ne tombent pas dans ce travers et intègrent au sein du corpus gaditain la sculpture de la tombe de Melqart, les reliefs de la porte de l’Herakleion et Melqart chevauchant un hippocampe. Les testimonia classiques et arabes sont alors confrontées à l’iconographie. Si les titres donnés aux sculptures découlent le plus souvent de l’historiographie, ils sont aussi dues aux auteurs de l’ouvrage, le fragment de sculpture féminine découverte à Carmona prenant le nom excessif de Magna Mater.

3Une brève approche historiographique sert d’introduction au chapitre consacré au très célèbre sarcophage masculin de Cadix qui s’inscrit dans la série des sarcophages anthropoïdes des nécropoles de Sidon, certes, mais aussi de l’ensemble du Bassin méditerranéen dont certains sont ici illustrés. Les auteurs ont préféré l’adjectif antropomorfo à antropoido qui pourtant reste d’usage tant en français qu’en allemand depuis la Mission de Phénicie d’E. Renan dans la deuxième moitié du xixe siècle. Comme c’est le cas pour chacune des sculptures, l’approche stylistique n’occulte en rien l’approche archéologique et il est agréable de replacer dans ce sarcophage masculin tout comme dans son pendant féminin le mobilier qui accompagnait les défunts. L’étude des séries se voit donc complétée de l’étude des ensembles. Parmi les sculptures les plus connues : la Diosa de Galera. Une observation au scanner semble avoir révélé la présence d’une lettre phénicienne sur sa joue gauche et actualise ce dossier à la bibliographie déjà très longue. Toutefois, les diverses interprétations apparaissent peu convaincantes, cette découverte ne révolutionnant finalement en rien le dossier.

4Les études sont dans l’ensemble fort bien documentées mais semblent parfois oublier quelques parallèles. La Dame de Cadix est mise en parallèle avec le corpus des Dea Gravida en terre cuite ; on s’étonnera toutefois de ne pas voir figurer aux côtés des exemplaires de la nécropole carthaginoise de Dermech les figurines non moins connues de Sidon et de Chypre tandis qu’un parallèle hittite moins évident est avancé. Quant aux fragments de lions en bleu égyptien, ils ne sont pas sans rappeler les exemplaires d’époque perse achéménide rapportés par Clot Bey. Le géant de Ronda remployé dans une façade depuis le xviiie siècle détonne, quant à lui, dans ce corpus et, à première vue semble davantage procéder de tradition romaine que phénicienne.

5La synthèse sur la sculpture qualifiée d’hispano-phénicienne – et non plus de phénicienne en Hispanie comme dans le titre de l’ouvrage – s’efforce de montrer ses caractéristiques et sa signification en abordant les dimensions chronologique, stylistique, sociale et idéologique. Les tableaux synoptiques sont particulièrement commodes. Si la question des ateliers est abordée pour la statuaire tartesio-ibérica, elle ne l’est pas de manière aussi claire pour le corpus ici retenu. Cette synthèse se voit illustrée d’une très bonne cartographie qui vient compenser les photographies pour la plupart de qualité moyenne voire médiocre. Quelques erreurs de frappe sont décelables, dans les légendes (feno-púnica) et dans la bibliographie – notamment à l’entrée A. Caubet.

6Cet ouvrage s’avère très utile et pratique pour avoir rassemblé la documentation jusqu’alors dispersée dans des ouvrages et revues, documentation parfois oubliée, voire inédite. La célèbre citation de A. Blanco Freijeiro « Tartessos, una ciudad sin estatuas » se voit fortement nuancée par la mise en évidence de cette présence statuaire de tradition phénicienne dans la Péninsule. Enfin, on s’étonnerait de l’absence d’une œuvre fondamentale, à l’origine de ce programme de recherche, le monument de Pozo Moro, s’il ne constituait l’objet d’une future publication annoncée, relayant les articles de M. Almagro-Gorbea et l’ouvrage de F. Prados La Torre de las Almas paru en 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Le Meaux, « Martín Almagro Gorbea, Mariano Torres Ortiz, La escultura fenicia en Hispania », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-1 | 2012, 297-298.

Référence électronique

Hélène Le Meaux, « Martín Almagro Gorbea, Mariano Torres Ortiz, La escultura fenicia en Hispania », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-1 | 2012, mis en ligne le 16 avril 2014, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4479

Haut de page

Auteur

Hélène Le Meaux

Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org