Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ronald A. Messier, The Almoravids and the meanings of Jihad

Pascal Buresi
p. 300-302
Référence(s) :

Ronald A. Messier, The Almoravids and the meanings of Jihad, Santa Barbara (Ca.), Denver (Co.), Oxford, Praeger, 2010, 248 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 16 avril 2014.

1Comme le manifeste son titre, l’ouvrage de Ronald A. Messier est un ouvrage de vulgarisation destiné à un public beaucoup plus large que celui des chercheurs et universitaires. Dans le genre, c’est un excellent ouvrage, même s’il ne répond pas aux critères du livre universitaire d’histoire. De cette nature non académique témoignent la couverture montrant au premier plan un touareg de dos, regardant au loin un troupeau de chameaux, sur fond de soleil couchant, et le titre accrocheur (imposé par l’éditeur), ainsi que, à l’intérieur du texte, l’absence de notes de bas de page, les dessins au fusain représentant ‘Abd Allâh b. Yasîn fouettant son chameau, la « belle » Zaynab b. al-Nafzawiyya, épouse, entre autres, de Yûsuf b. Tashfîn, une statue du Cid présente à Burgos, un fragment de plâtre pariétal contenant trois mots du Coran (was‘aha, kasabat et ‘alay-hâ), respectivement pages 7, 30, 40 et 112, ou encore la reproduction d’une pièce de monnaie contemporaine représentant al-Mu‘tamid de Séville (p. 75).

2The Almoravids est au sens propre un narrative, une proposition de récit historique sur l’épisode almoravide. L’introduction de la partie « Main Characters » (pp. 179-182), consacrée à une brève présentation des principaux protagonistes mentionnés dans le cours du récit (pp. 1-178) confirme la nature de l’ouvrage : il s’agit d’une histoire racontée à des non spécialistes, utilisant des effets rhétoriques destinés à captiver le lecteur : description enflammée du physique de Zaynab, du caractère des chefs almoravides ou de ce que ceux-ci « pensaient certainement ». Déroulé chronologiquement en quinze tableaux — « Islamic Reformism Comes to West Africa » (pp. 1-19), « Gateway of the Sahara » (pp. 21-34), « From Aghmat to Marrakech » (pp. 35-42), « The Second Founding of Fez » (p. 43-51), « The Urban Nomad » (pp. 53-59), « War in the Makhzan » (pp. 61-67), « Jihad in Andalusia » (pp. 69-84), « The Statesman » (pp. 85-92), « A War of Sieges with the Taifa Kings » (pp. 93-109), « The Almoravids Confront El Cid » (pp. 111-119), « Ali Ibn Yusuf Sets His House in Order » (pp. 121-132), « Ali Ibn Yusuf Faces Muslim and Christian Challengers » (pp. 133-144), « Voices of Dissent » (pp. 145-160), « The Center Cannot Hold » (pp. 161-172) et « The Almoravids and Ibn Khaldun » (pp. 173-178) –, ce récit, visant un public élargi, a été épuré de ses notes de bas de pages, de ses références bibliographiques et de ses renvois aux sources, tous synthétisés et relégués en fin d’ouvrage, dans un chapitre intitulé « Commentary on Sources », découpé en fonction des quinze chapitres du récit et destiné à pallier l’absence de notes infra-paginales (pp. 189-221). Un glossaire (pp. 183-188) proposant de courtes définitions permet au lecteur non spécialiste de retrouver le sens des termes « exotiques » que lui réserve l’histoire du Maghreb médiéval. La bibliographie (pp. 223-233) distinguant, à la mode anglo-saxonne, les sources primaires (principalement médiévales et modernes) et les « Modern Sources » (en fait l’historiographie récente) révèle une des qualités majeures de l’ouvrage : l’auteur, quoique américain, a pris la peine de lire et d’exploiter l’historiographie non seulement en anglais, mais aussi en espagnol, en français et en arabe. Enfin, un index des noms propres et concepts (pp. 235-248) complète l’ensemble.

3Ronald A. Messier est historien et archéologue, il fouillait dernièrement à Aghmat. Il est donc sensible à l’aspect matériel et a illustré son propos, non seulement par les dessins mentionnés, mais aussi par des photographies de sites et de monnaies d’époque. Au fil des pages, on trouve ainsi reproduits : un dinar frappé au nom de Mas‘ûd b. Wânûddîn, dernier dirigeant de Sijilmâsa avant la conquête almoravide (p. 14), le site où devait se trouver la citadelle disparue de Sijilmâsa (p. 18), la porte septentrionale de Sijilmâsa (p. 22), porte connue sous les noms de Bâb Rîh (« porte du vent ») ou de Bâb Fâs (« porte de Fès »), un dînâr de Yûsuf b. Tashfîn de 1091, frappé à Séville (p. 87), le hammâm d’Aghmât (p. 92), la qubbat al-murâbitîn à Marrakech (p. 125), la mosquée de Tinmâl dans l’Atlas (p. 149), la coupole de la Qarawiyîn de Fès (p. 167), ainsi que la mosquée de Sijilmâsa (p. 169) avec son plan (p. 170). On regrettera que les cartes très utiles, destinées à localiser les tribus et les différents sites mentionnés dans le récit, aient été faites à l’économie ; la plupart d’entre elles ont simplement été reprises d’ouvrages dans lesquelles elles étaient déjà rudimentaires et faites à la main.

4Si la forme de l’ouvrage, telle qu’elle vient d’être décrite, laisse à désirer, si l’absence des références infra-paginales est problématique, en revanche la qualité de l’argumentation est excellente. Ce contraste est d’autant plus regrettable qu’aucune synthèse n’existait à ce jour si l’on excepte celles, aujourd’hui datées, de J. Béraud-Villars (Les Touaregs au pays du Cid, les invasions almoravides en Espagne aux xie et xiisiècle, Paris, Plon, 1946), et de Jacinto Bosch Vilá, (Los Almorávides, étude préliminaire par Emilio Molina López, Grenade, 1956) centrées d’ailleurs toutes deux sur la péninsule Ibérique. Quant aux ouvrages et articles de Vincent Lagardère, mentionnés dans la bibliographie et largement utilisés, aucun ne constitue une synthèse chronologique. Les besoins d’une synthèse scientifiquement rigoureuse étaient donc grands et cet ouvrage, en raison de l’option choisie par les éditeurs, ne les comble pas. C’est bien dommage, car Ronald A. Messier était tout à fait compétent pour la réaliser. D’ailleurs, les qualités de chercheur de l’auteur sont évidentes et apparaissent clairement dans les analyses qui accompagnent le récit chronologique. Toutes les « sciences auxiliaires » de l’histoire sont sollicitées : ethnologie et anthropologie, archéologie et géographie. Les historiographies européenne, anglo-saxonne et arabe sont connues et très bien utilisées. Pour conclure, l’ouvrage de Messier constitue une synthèse parfaitement au fait de l’historiographie récente, mais qui hélas n’est vraiment très utile que pour qui ne se destine pas à l’étude du Maghreb almoravide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Buresi, « Ronald A. Messier, The Almoravids and the meanings of Jihad », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-1 | 2012, 300-302.

Référence électronique

Pascal Buresi, « Ronald A. Messier, The Almoravids and the meanings of Jihad », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-1 | 2012, mis en ligne le 16 avril 2014, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4484

Haut de page

Auteur

Pascal Buresi

CNRS, UMR 5648 CIHAM.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org