Navigation – Plan du site
Comptes rendus

María Jesús Torquemada Sánchez, Derecho y medio ambiente en la baja Edad Media castellana

Stéphane Boissellier
Référence(s) :

María Jesús Torquemada Sánchez, Derecho y medio ambiente en la baja Edad Media castellana, Madrid, Dykinson, 2009, 124 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 16 avril 2014.

1Voici un curieux ouvrage. Sous une jaquette joliment illustrée par le Libro de la montería (mais à la 4e de couverture sans texte,) ce mince livre – d’autant plus bref qu’il est imprimé en gros caractères – aborde l’environnement en Castille au bas Moyen Âge.

2La perspective est celle de l’histoire du droit, qui est déjà problématique quand elle traite de faits sociaux, mais qui devient presque inopérante pour s’attaquer au monde matériel : soit on tente d’atteindre directement l’environnement et seulement lui, et l’on connaît dans ce cas les défauts des sources législatives (archaïsme, répétitivité, laconisme, irréalisme), soit on fait une histoire sociale de l’environnement (les rapports entre société et milieu), mieux adaptée aux sources mais fondée sur les représentations mentales, que l’histoire juridique peine à saisir. En fait, il faudrait poser clairement la question : les normes sont-elles utiles pour connaître le milieu ? (évidemment oui) et sont-elles une bonne source d’information sur l’environnement ? (évidemment non, quoique les fueros « longs » utilisés par l’auteur contiennent beaucoup de coutume, au plus près de la pratique)

3Toute la démarche manifeste une excessive soumission aux sources, qui nous éloigne beaucoup de l’histoire-problème. La notion d’environnement n’est jamais discutée, ce qui se ressent particulièrement dans la subdivision, qui se veut thématique, du premier chapitre entre milieu rural et milieu urbain (considérant d’ailleurs tout habitat de l’alfoz comme étant au milieu des champs et le chef-lieu du concejo comme étant forcément une agglomération urbaine) ; on voit mal les rapports entre des mesures édilitaires (le nettoyage des rues) et le « milieu naturel » – il est vrai que le propos de l’auteur est avant tout de montrer la pleine autonomie juridique des concejos en la matière. Surtout, le critère d’organisation du volume est l’autorité à l’origine des normes. On a donc une première partie relative à la législation locale (celle produite en contexte municipal), une deuxième (beaucoup plus brève, pp 69-88) abordant les dispositions des Cortès et les codifications royales (Fuero real et Siete Partidas), autrement dit la législation « territoriale ». Une dernière partie, relative aux officiers, pourrait nous ramener à une perspective plus sociale, mais l’approche reste purement institutionnelle – le rôle desdits officiers est défini comme la répression des infractions aux normes (p. 89), sans aucune perspective de droit positif !

4Le livre est dépourvu de conclusion, et la bibliographie utilisée n’inclut aucune étude de l’environnement qui soit proprement historique, i.e. fondée sur des sources autres que normatives, sans aller jusqu’à exiger une connaissance des travaux archéologiques… Il semble que la législation porte en elle-même sa propre intelligence, puisqu’il est inutile de l’éclairer par d’autres approches… Ajoutons que la bibliographie finale, squelettique, mélange sources et études, et obéit à des normes pour le moins légères (la pagination des articles n’est pas donnée).

5Les défauts d’organisation de la réflexion impliquent aussi la répétitivité : dans chaque partie, les textes normatifs du même type (fueros, actes de Cortès) sont examinés l’un après l’autre, et, comme il y a de fortes correspondances entre législations locale et « nationale », ces répétitions se retrouvent aussi entre les grandes parties. Curieusement, dans une étude d’histoire du droit, ces différentes filiations et inspirations dans la formalisation normative ne sont quasiment pas évoquées ; certes, ce n’était pas exactement le sujet, mais cela aurait au moins pu constituer un apport intéressant – au risque, il est vrai, de montrer que les sources étudiées sont un éclairage très indirect, voire déformant, de l’environnement médiéval et même des comportements humains à son endroit. On observe même une surprenante confusion, dans le domaine strictement juridique, quand sont exploitées dans la première partie (intitulée « l’activité normative municipale ») aussi bien les chartes de franchises (fueros) de l’époque féodale que les ordonnances municipales du bas Moyen Âge : il y a quelque imprudence à considérer que les fueros, octroyés par les seigneurs juridictionnels des communautés d’habitants, constituent une législation émanant des hommes eux-mêmes – même si ces textes, issus de négociations entre les maîtres et leurs sujets, légalisent évidemment certaines pratiques coutumières.

6Au-delà de ces réserves, non négligeables, on trouve çà et là (mais sans jamais aucune systématisation) des observations générales intéressantes, quoique rarement inédites, comme par exemple l’absence de perception de l’environnement à grande échelle chez la plupart des acteurs – mais il faudrait analyser plus profondément les implications écologiques concrètes des diverses décisions locales pour déterminer si les hommes ne voyaient pas plus loin que les limites de leur concejo.

7En fait, il ne faut pas attendre de cet ouvrage plus qu’une information factuelle, qui a au moins le mérite d’être au plus près des sources. Mais on peut regretter de ne trouver ici, à l’encontre de ce que promet le titre, ni une véritable étude du monde normatif, ni une histoire de l’environnement, ni une réflexion sur l’encadrement et l’orientation des comportements écologiques des Castillans du bas Moyen Âge. Un ouvrage manifestement écrit vite et sans grand souci méthodologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Boissellier, « María Jesús Torquemada Sánchez, Derecho y medio ambiente en la baja Edad Media castellana », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-1 | 2012, mis en ligne le 16 avril 2014, consulté le 28 août 2014. URL : http://mcv.revues.org/4486

Haut de page

Auteur

Stéphane Boissellier

Université de Poitiers, UMR 6223 - Cescm.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org