Navigation – Plan du site
Dossier. Género, sexo y nación: representaciones y prácticas políticas en España (siglos xix-xx)‎

Souffrances des corps, souffrances des territoires : la République espagnole en guerre se raconte

Sufrimiento de los cuerpos, sufrimiento de los territorios: La República española en guerra se cuenta
Bodily suffering, suffering of the land: Narrating the Spanish Republic at war
Maud Joly
p. 73-90

Résumés

Il est question dans cet article de penser l’articulation entre « corps, sexe, violence et nation » pour comprendre comment se forge, dans le temps de la guerre civile espagnole et du point de vue républicain, un discours sur la nation en guerre. Au sein du discours sur la nation en guerre, le discours relatif aux corps violentés des femmes est à la fois fonctionnel, révélateur et sensible. Fonctionnel, parce qu’il participe de la construction d’un discours de mobilisation, de l’élaboration et de l’affirmation d’une conscience et d’une expérience nationale. Révélateur, parce qu’il montre la réalité d’une représentation sexuée de la nation en guerre qui s’inscrit dans une geste nationale écrite au féminin. Sensible, parce qu’en montrant la violence dans sa réalité brute et souvent insoutena, il agrège le registre émotionnel au discours sur la nation en guerre en mettant en mots et en images la « République en souffrance ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

La République en guerre : « Corps-terre-nation-martyr »
L’invasion ou le viol de la nation
Les corps violés : corps réels et/ou corps de la nation
Le sol profané : de la corporéité de l’Espagne
Le refus du viol : l’héroïsme au féminin
Vendre l’Espagne, vendre la chair des femmes
Les ruines ou la nation saccagée
Ruines et souillure de l’Espagne
Ruines et corps : la saignée de la nation
Construire le « soi collectif de la nation »

Aperçu du début du texte

 [L]a douleur, sensation physique et émotionnelle, est une forme de relation au monde. En cela, elle entre dans le paysageC culturel, politique, affectif et intellectuel d’une société.
Arlette Farge, « De la souffrance ».

[E]l pueblo coge las armas/Para libertar la tierra, /Que llora sangre con hambre/Entre lágrimas de pena, /Invadida por el látigo, /La cadena y las espuelas.
Ángel Blázquez. Soldat du transport de la 35e Brigade. Mai 1937.

Un voyage au cœur des archives de la guerre civile plonge le lecteur dans un monde de souffrances, de douleurs, de blessures et de cicatrices. Loin de donner à voir une guerre désincarnée, les témoignages racontent les épreuves d’hommes et de femmes qui, des deux côtés, représentent la (ou les) nation(s) espagnole(es) en guerre. Ces documents attestent de la guerre. Et parce qu’ils sont de véritables actes, ils délivrent une somme de représentations sur le conflit. Xosé Manoel Núñez Seixas a montré comment la guerra civil española constituye un labora...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Joly, « Souffrances des corps, souffrances des territoires : la République espagnole en guerre se raconte », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 73-90.

Référence électronique

Maud Joly, « Souffrances des corps, souffrances des territoires : la République espagnole en guerre se raconte », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 23 décembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4562

Haut de page

Auteur

Maud Joly

Université Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org