Navigation – Plan du site
Dossier. Género, sexo y nación: representaciones y prácticas políticas en España (siglos xix-xx)‎

Souffrances des corps, souffrances des territoires : la République espagnole en guerre se raconte

Sufrimiento de los cuerpos, sufrimiento de los territorios: La República española en guerra se cuenta
Bodily suffering, suffering of the land: Narrating the Spanish Republic at war
Maud Joly
p. 73-90

Résumés

Il est question dans cet article de penser l’articulation entre « corps, sexe, violence et nation » pour comprendre comment se forge, dans le temps de la guerre civile espagnole et du point de vue républicain, un discours sur la nation en guerre. Au sein du discours sur la nation en guerre, le discours relatif aux corps violentés des femmes est à la fois fonctionnel, révélateur et sensible. Fonctionnel, parce qu’il participe de la construction d’un discours de mobilisation, de l’élaboration et de l’affirmation d’une conscience et d’une expérience nationale. Révélateur, parce qu’il montre la réalité d’une représentation sexuée de la nation en guerre qui s’inscrit dans une geste nationale écrite au féminin. Sensible, parce qu’en montrant la violence dans sa réalité brute et souvent insoutena, il agrège le registre émotionnel au discours sur la nation en guerre en mettant en mots et en images la « République en souffrance ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Farge, 1997, p. 22.

 [L]a douleur, sensation physique et émotionnelle, est une forme de relation au monde. En cela, elle entre dans le paysageC culturel, politique, affectif et intellectuel d’une société.
Arlette Farge, « De la souffrance »1.

  • 2 Blázquez, 1937.

[E]l pueblo coge las armas/Para libertar la tierra, /Que llora sangre con hambre/Entre lágrimas de pena, /Invadida por el látigo, /La cadena y las espuelas.
Ángel Blázquez. Soldat du transport de la 35e Brigade. Mai 19372.

  • 3 Prochasson, 2008 b, p. 32.
  • 4 Pour cela, se référer à l’ouvrage de référence : Núñez Seixas, 2006, p. 25. Casanova, 2004, p. 119.

1Un voyage au cœur des archives de la guerre civile plonge le lecteur dans un monde de souffrances, de douleurs, de blessures et de cicatrices. Loin de donner à voir une guerre désincarnée, les témoignages racontent les épreuves d’hommes et de femmes qui, des deux côtés, représentent la (ou les) nation(s) espagnole(es) en guerre. Ces documents attestent de la guerre. Et parce qu’ils sont de véritables actes3, ils délivrent une somme de représentations sur le conflit. Xosé Manoel Núñez Seixas a montré comment la guerra civil española constituye un laboratorio ideal, por su entrecruzamiento de discursos identitarios de referente nacional coincidente u opuesto, para estudiar a modo de caleidoscopio la interacción de imágenes y de discursos sobre la nación y otras colectividades territoriales, su imbricación con otros discursos comunitarios, religiosos o de clase4». Au cœur de cet enchevêtrement, le triptyque « guerre, genre et nation » peut être évalué à partir d’une lecture sexuée du discours sur la nation en guerre.

2Que nous disent ces archives des ressorts de la fabrique d’un discours sur la nation en guerre convoquant l’imaginaire sexué ? En quoi le registre du féminin sert-il le récit de la souffrance nationale ? Quel est le répertoire formulé, du point de vue de la République, pour réinventer et mobiliser la communauté nationale dans le temps de la guerre ?

  • 5 Núñez Seixas, 2006.
  • 6 Bussy-Genevois, 1995.
  • 7 Núñez Seixas, 2006.

3Sans vouloir circonscrire le terme de « nation » à une acception unique et ainsi nier tant la complexité que la multiplicité des représentations nationales (parfois contradictoires et conflictuelles au sein dudit camp républicain) de la guerre5, l’étude s’intéressera davantage aux constructions globalisantes de l’idée de nation et particulièrement de l’identité nationale. En effet, une lecture des archives visant à saisir les liens entre guerre, nation et genre révèle combien la convocation des imaginaires sexués fait appel aux dénominateurs communs6 et universels afin de dire l’expérience collective. Dans la mesure où la guerre est perçue, des deux côtés, comme une guerre de « libération nationale », une « lutte entre nations et au nom de la nation7 », la référence à la [défense de la] nation espagnole tient une place privilégiée dans les discours de mobilisation, de construction de la communauté des semblables, d’exaltation de la lutte, de célébration des sacrifices.

  • 8 Ibid.
  • 9 Horne, 2000, p. 98.
  • 10 Prochasson, 2008 b, p. 7.
  • 11 Anderson, 1996.

4Une réflexion sur la souffrance n’est nullement anecdotique. Comme le rappelle Xosé Manoel Núñez Seixas8, les identités nationales se forgent dans la violence et dans la mort. La construction d’un « soi collectif9 », en temps de guerre, se fonde sur le partage des expériences douloureuses et des émotions tantôt par la « construction de l’intolérable10 », tantôt par la célébration de la fière résistance collective. La nation est non seulement une communauté imaginée et imaginaire11, elle est aussi une communauté émotionnelle. Et la situation de guerre réveille de façon inédite cette dimension sensible. La mobilisation des émotions permet de réunir, au-delà des divisions internes, le peuple républicain en guerre. Gommant les aspérités idéologiques, politiques et sociales, le thème de la souffrance de guerre fédère autour du martyre de l’Espagne.

5Le sujet est immense et parcouru par des déclinaisons multiples. Aussi, dans le cadre de cette réflexion, deux axes principaux seront privilégiés. Après avoir au préalable proposé quelques brèves considérations sur les liens entre nation, corps et martyre, il est question de montrer, d’une part, comment la correspondance entre « corps féminin (réel et symbolique) » et « corps national » se révèle dans les différentes représentations du viol de la nation. D’autre part, le thème de la souffrance de la République invite à s’intéresser aux ruines du temps de la guerre et aux modalités de leur intégration dans le récit du saccage des corps et du saccage du territoire espagnol, en d’autres termes du saccage du corps de la nation.

La République en guerre : « Corps-terre-nation-martyr »

  • 12 Scott, 2006, pp. 5 et 7.

[L]a conduite de la politique, autrement dit la négociation d’intérêts économiques, la guerre, la construction de la nation ou le colonialisme, est liée à des conceptions de sexe et de sexualité. […] La question de la nation renvoie constamment à sa corporéité.
Joan W. Scott12.

  • 13 Núñez Seixas, 2006, p. 49.
  • 14 Álvarez Junco, 1997, p. 63.
  • 15 Rodrigo, 2009, pp. 17-18.
  • 16 Mais pas pour autant « non combattants » : Horne, 2002.
  • 17 Fournier-Finocchiaro, 2006.
  • 18 Horne, 2005, p. 343.
  • 19 Capdevila, 2006. Sur le lien entre « martyrs/martyre » et représailles en temps de guerre : Pavone, (...)

6La nation, en temps de guerre, s’incarne dans la prise d’armes. Dans une guerre civile du premier xxe siècle, le peuple peut incarner cette nation en armes13. Selon José Álvarez Junco, dans le camp républicain, l’idée de nation est contenue dans le peuple, véritable sujet « messianique14 » et fédérateur. Aussi, le peuple représente le corps de la nation, sa chair et son sang. Comme l’a souligné Javier Rodrigo, la guerre fut une guerre contre le civil, cible principale des persécutions15. Des civils qui sont la nation civique. C’est pourquoi une grande partie essentielle de ce corps de la nation est constituée par des corps désarmés et vulnérables16 sur qui est projetée une symbolique particulière. C’est ainsi que, dans nombre de documents, pour représenter cette geste populaire et collective et dire sa dimension tant tragique qu’héroïque, le recours à la figure féminine du martyre à l’arrière sert et nourrit le discours sur la nation en guerre par la mobilisation de référents culturels significatifs : la civile [innocente] agressée et la mère-patrie-sacrée17 [en sacrifice par le don de ses fils] violentée par un ennemi barbare, étranger et profanateur. Et au cœur de la représentation du martyre, le corps en souffrance tient une place essentielle. Synonyme de « sacrifice violent d’innocents pour la cause18 », le martyre est, selon la définition proposée par Luc Capdevila, une figure « enracinée dans l’imaginaire chrétien et elle repose sur l’association de la souffrance et de la mort provoquées par la barbarie et la cruauté de l’ennemi19 ». La guerre d’Espagne n’échappe pas à ces considérations. En effet, dans les représentations au féminin de l’expérience collective de la guerre, le martyre constitue un élément structurant et fonctionnel du discours. De fait, la rhétorique du martyre sert à la fois le discours de victimisation et le discours d’exaltation de la nation en guerre grâce à sa double fonction mobilisatrice et identitaire.

  • 20 Núñez Seixas, 2006.
  • 21 Joly, 2007.
  • 22 Ead., 2008.
  • 23 Radcliff, 1997, p. 320. Sur l’usage politique de l’imagerie religieuse et du répertoire de la marty (...)
  • 24 Pour exemple : Ruiz, 1937 ; Rik, 1936.
  • 25 Je tiens à remercie Danièle Bussy-Genevois pour ses remarques à ce sujet lors du colloque
    à l’origi (...)

7En suivant le postulat qui tend à considérer que le thème du martyre constitue un élément structurant du « proceso nacionalizador20 », il s’avère fondamental d’identifier, au préalable, certaines composantes de la grammaire du martyre national conjugué au féminin. Les récits comme l’iconographie de guerre ont décrit les violences sexuées contre les corps des femmes, tant pour dire l’expérience de guerre que pour dénoncer la barbarie de l’ennemi21. Parce que les violences contre les corps féminins représentent de véritables actes de désacralisation de la victime22, la fabrique du martyre participe de la re-sacralisation de la nation agressée et violentée. Les plumes républicaines revisitent et détournent certains canons de la représentation religieuse du martyre féminin. Univers symbolique23 prégnant au sein la société espagnole, l’imagerie catholique offre un répertoire fédérateur que se réapproprient les différents acteurs et témoins du conflit. Fréquentes sont les représentations de femmes sacrifiées sur la croix en position christique24. Seulement, du côté républicain, dans le traitement du corps des martyres, les codes de l’imagerie religieuse sont détournés. Dans un étrange mélange de sacré et de sexuel, les jeunes corps féminins sont parfois en partie ou entièrement dénudés (seins, ventre, sexe). Or la nudité fait figure d’exception dans l’iconographie républicaine25. Aussi, l’identification du corps des femmes (corps réel et symbolique) à l’Espagne intègre cette dimension iconoclaste dans la représentation. Même s’il ne s’agit pas d’un procédé employé systématiquement, il est bien présent dans l’iconographie républicaine du martyre espagnol.

8La notion de nation comporte aussi une dimension territoriale. Le peuple espagnol, dans cette guerre de « libération nationale », défend la terre, le sol espagnol mais il défend également chaque village, chaque foyer. Par un jeu de correspondances symboliques, la terre espagnole est identifiée au corps de l’Espagne. Un corps féminin. Un corps foulé par les troupes ennemies. Un corps profané comme les corps violentés des femmes. En ce sens, on peut effectivement parler de la corporéité de l’Espagne en guerre, en l’occurrence ici de la corporéité de la République en guerre.

L’invasion ou le viol de la nation

  • 26 Horne et Kramer, 2005, p. 336.

[D]ans la mesure où la nation est imaginée comme une communauté située dans un espace inviolable, les invasions réelles ou craintes s’identifient rapidement au viol et à la profanation.
John Horne et Alan Kramer26.

Les corps violés : corps réels et/ou corps de la nation

  • 27 Sur le corps des républicaines comme corps politisé : Joly, 2008 ; Ledesma, 2000 ; Lannon, 1999.
  • 28 Horne et Kramer, 2005, p. 337.
  • 29 Horne, 2000, p. 98.
  • 30 Horne et Kramer, 2005, p. 335.

9Dans leur ouvrage sur les « atrocités » allemandes perpétrées en Belgique et en France pendant la Grande Guerre, John Horne et Alan Kramer rappellent combien le « lien entre le corps réel des femmes et le corps politique27 fournit une expression particulièrement troublante du traumatisme national causé par l’invasion28 ». Dans les représentations de la nation en guerre, la correspondance entre corps des femmes et corps de la nation se place au cœur de la construction du couple nation-ennemi29. Aussi, elle nourrit le discours identitaire par le réveil du sentiment de « victimité nationale30 ». Sans forcer la comparaison, ces considérations invitent à penser le lien, pour la guerre civile espagnole, entre l’expérience de l’invasion des territoires (l’expérience de la violence à l’arrière perçue comme une violence propre à des campagnes d’invasion et de punition) et la construction de l’imagerie de la nation violée. Ici, l’étude s’attachera exclusivement à l’analyse des représentations.

  • 31 Sur la guerre des colonnes et les campagnes d’annihilation, se référer à l’historiographie sur la v (...)
  • 32 Pour exemple : Horne, 2000, p. 100. Les dessins présentés par John Horne sur le « viol de la nation (...)

10Le corps de la femme républicaine incarne la République en guerre comme la terre espagnole qui est souvent perçue comme un corps féminin piétiné, agressé, profané. L’avancée des troupes ennemies et la prise des villages sont définies comme de véritables actes d’invasion guerrière31 accompagnés d’exactions. Au cœur d’une représentation doloriste de l’expérience de la guerre, la représentation classique du viol des femmes comme symbole du viol de la nation est très présente dans l’imagerie républicaine. À ce titre, l’iconographie — qui s’inscrit dans une histoire des représentations sexuées de la nation en guerre32 — offre des traductions saisissantes de cette association symbolique.

  • 33 Yes, 1937.
  • 34 Chimot, 2006.
  • 35 AGMAV (Archivo General Militar de Ávila), Zona Republicana, 4a Sección, Libro VII, Ministerio de Pr (...)
  • 36 Núñez Seixas, 2006; Cruz, 2006, p. 237.
  • 37 Juliá, 2004, p. 260.

11En 1937, un recueil de dessins est publié sous le pseudonyme « Yes » sous ce titre significatif : Invasión. La obra del fascimo33. Pour dire l’invasion, l’auteur a choisi de représenter une scène de viol sous-titrée d’une légende succincte : « Llegó la civilización ». Dans les débris de son foyer, une femme, seins dénudés, gît au sol dans une position sans équivoque : elle vient d’être violée. Le chaos qui entoure ce corps témoigne de la brutalité de l’acte. Le dessin n’est d’ailleurs pas sans rappeler certaines œuvres de Goya tirées de la série « Los desastres de la guerra ». L’une d’entre elles, « Estragos de la guerra », évoque le siège de la ville de Saragosse et donne à voir l’intérieur d’un foyer saccagé et, au premier plan, le corps d’une femme dont les vêtements ont été déchirés lors de la « prise brutale » de son corps. Durant la guerre d’Indépendance, les opérations militaires des troupes françaises sur le sol espagnol sont ressenties comme un véritable viol de l’Espagne. Pour certains, le travail de Francisco de Goya correspondrait à « l’invention d’une iconographie34 » dont les contemporains de la guerre civile sembleraient s’inspirer pour dire le martyre du peuple espagnol. De fait, quelques articles rappellent à la mémoire collective le grand peintre Francisco de Goya « que, en su serie de aguafuertes sobre los horrores de la guerra, tuvo como único héroe al pueblo español, torturado por el hambre y la miseria; pero que se batía heroicamente contra los moros enrolados por Murat, contra los intervencionistas extranjeros, los violadores y verdugos35 ». Les considérations relatives à la guerre d’Indépendance servent à formuler les réalités du conflit qui s’est ouvert au mois de juillet 1936. Dans un jeu de correspondance, le glorieux passé national nourrit le récit de la résistance de la République en guerre. Ces résonances font sens parce que la guerre civile espagnole est définie comme une seconde guerre d’Indépendance36, comme une autre guerre contre l’invasion étrangère37.

12Dans le dessin signé par « Yes », qui est cette femme seule, abandonnée ? Elle est sans nul doute « la » femme républicaine, elle est l’Espagne. Cette Espagne souillée et brutalisée par l’Ennemi. Nombreuses sont les déclinaisons de cette équation « viol des femmes/viol de la nation », que ce soit par l’image ou par le verbe. Toutes, sans exception, choquent par leur réalisme et par leur forte charge tragique. Toutes parlent, au travers du martyre des femmes, de la douleur du peuple espagnol. Une question surgit alors : à la lecture de ces images, la naturalisation de l’acte de violence (en l’occurrence le viol) prime-t-elle sur la réalité de l’expérience des corps ? L’urgence de la mobilisation collective privilégie-t-elle systématiquement le registre du symbolique ? Dans la mise en forme du discours sur la nation en guerre, ce registre prend souvent le pas sur le travail de recensement et d’identification des formes d’exactions commises par l’ennemi. Il n’en demeure pas moins qu’il pointe la tragédie des corps dans la situation de guerre.

  • 38 Camin, 1938.

13De même, la couverture du livre de Alfonso Camin, España a hierro y fuego38, publié en 1938, mobilise un répertoire iconographique similaire pour dire les souffrances de la République en guerre. Observateur pro-républicain, il consigne, dans le corps du texte, une véritable géographie de l’horreur à l’arrière. La couverture, en guise d’abrégé, montre le corps d’une jeune femme, presque sensuelle en raison de sa chevelure déployée et de son corps entièrement dénudé. Sa chevelure foisonnante est son seul apparat. Un fusil, pointé entre ses deux seins, cache son sexe. Le poing de son bras droit est — définitivement ? — serré. Aucune trace de sang, aucune blessure apparente sur ce corps presque immaculé. Cette femme est-elle une milicienne ? Ou la forte esthétisation de cette figure féminine traduit-elle la volonté de dessiner une figure atemporelle et éternelle des Espagnoles et de l’Espagne ? Sans pouvoir trancher définitivement à ce sujet, une évidence apparaît : la correspondance entre le titre générique et la représentation d’une femme violée construit une claire réciprocité entre le corps et le territoire national, entre le corps féminin et l’Espagne. L’évocation du viol sert ainsi à formuler le thème du territoire profané. Ces représentations donnent clairement un sexe à la nation.

Le sol profané : de la corporéité de l’Espagne

  • 39 Cueva Fernández, 2000, p. 161. Elle cite le document suivant : Matilde de La Torre, « Estampas de A (...)

14En effet, les récits de viol(s) ne portent pas seulement sur les corps féminins. La terre, territoire national et/ou régional, peut elle aussi subir — dans le langage métaphorique — la violation. L’arrivée des troupes desdits nationalistes dans les villes et les villages tenus par les Républicains est perçue comme une brutale invasion menée par des « hordes » étrangères foulant violemment et sauvagement le sol espagnol. Au cœur de cette perception, le territoire républicain est comparé au corps d’une femme profanée. Dans son étude sur les Asturies, Isabel Cueva Fernández repère une forte « polarisation sexuelle » dans les représentations de la guerre. Elle montre comment, dans ses écrits, Matilde de la Torre « exprime les pleurs, la douleur, la tragédie, l’espace violé, au féminin, à travers la personnification des Asturies39 ». Par le biais de ce qu’elle nomme une « sexualisation du discours », elle observe une « metaforización de Asturias como mujer ». Personnifiée, sexualisée, la Catalogne l’est aussi, notamment à partir de l’année 1938. C’est ce qu’exprime ce rapport rédigé au mois d’août 1938 par les services d’information de l’armée républicaine :

  • 40 « ¡He aquí las delicias del fascismo! ¿Qué han hecho los rebeldes con todas las mujeres arrancadas (...)

[E]n los primeros días del pasado mes de Abril, lograron las turbas facciosas profanar con su pezuña las tierras catalanas y en aquel punto y hora comenzó, como en tantos otros pedazos de España, el martirio y la ignominia que procede a esta guerra de invasión40.

15La terre catalane, insoumise au début de la guerre, devient un front à faire céder pour les troupes nationalistes. Et les opérations menées par les hommes de Franco sont décrites comme une véritable « guerre d’invasion ». Le thème de la profanation de la terre fait figure de leitmotiv pour dire le martyre espagnol. De nouveau, le registre du sacré s’invite dans le récit de la souffrance de la nation en guerre. Le sol est sacralisé. Chaque parcelle représente une partie du corps de l’Espagne. Une Espagne à la fois une et multiple dans la défense du territoire national. Une Espagne une et multiple dans la résistance à l’horreur. Cependant, des voix se singularisent : celles du Pays Basque ou de la Galice. Elles inscrivent l’expérience de la guerre au cœur du peuple basque ou galicien.

  • 41 Nueva Galicia. Portavoz de los antifascistas Gallegos, 11 août 1937. Voir aussi un article signé Ro (...)

[H]eroinas gallegas. […]
Salve, santas y abnegadas mujeres de mi tierra, que, cansadas de llorar, dóciles y sumisas, crispáis los puños en la hora suprema en que sangran vuestros pechos pidiendo justicia.
Salve, sangre mártir femenina, que, con tu torrente rojo inagotable, riegas la tierra «meiga» que te vio nacer, y en tu maridaje con ellas harás renacer a los hombres fuertes de nuestra sublime raza.
Salve, tierra galiciana, que recibes los cuerpos de esas «santiñas» en tu regazo augusto, dejándote fecundar por ellas, para traer a tu superficie nuevos celtas, que, amamantados reciamente por los senos de tus cumbres, serán dignos hijos de Brehogán.
Gallegas heroicas, ¡salve! Placeres Castellanos
41.

16Tableau tragique de la guerre, cet article de Placeres Castellanos, publié au mois de juillet 1937 dans la revue Nueva Galicia (« organe d’expression antifasciste galicienne »), raconte l’interpénétration des corps sacrifiés des femmes de Galice et de la terre galicienne. Le sang inonde ce récit christique du martyre de la Galice. Mais ce sang féminin est rédempteur, il perpétue la continuité du peuple galicien par le sacrifice des saintes femmes sur l’autel de la guerre. Le sang coule des seins nourriciers des mères galiciennes. Véritable matrice, la terre accueille ce sang et ces corps sacrés pour donner naissance à des hommes valeureux. Aussi, le corps des femmes comme la terre incarnent le corps de la Galice. Le sacrifice est féminin, le combat est masculin. Bien que ce document soit exceptionnel par la facture du texte et par la force identitaire qu’il véhicule, il développe des thèmes qui se retrouvent — sous des formes variées — dans nombres de récits du temps de la guerre.

Le refus du viol : l’héroïsme au féminin

  • 42 Prochasson, 2008, p. 118. Voir aussi : Beaupré, 2006 ; Centlivres et alii, 1998.
  • 43 Galicia mártir. Estampas por Castelao, Valencia, Ministerio de Propaganda, 1937.
  • 44 Pouchelle, 1986, p. 317.

17Le martyre est l’une des dimensions du sacrifice. La seconde est l’héroïsme42. Un des actes élevé au rang de l’héroïsme patriotique décliné au féminin est le « refus du viol ». Le dessinateur galicien Castelao a représenté cette figure paradigmatique de la résistance féminine à l’ennemi. Son dessin, « Antes muerta que ultrajada43» montre le sacrifice héroïque d’une femme devant l’avancée des ennemis. Les bras en croix, le foulard blanc pris dans le vent, la femme se jette dans le vide. Il faut y voir non seulement un sacrifice individuel mais aussi un sacrifice marqué d’une puissante dimension nationale (et/ou communautaire). C’est la femme espagnole, la femme républicaine qui résiste à l’outrage. Le ventre des femmes, en temps de guerre, est certes le cœur de la puissance féminine mais encore le lieu de la descendance, de la perpétuation d’un groupe44. Le refus du viol est ainsi un acte fort de refus de l’humiliation des siens. De ce fait, il est source de fierté nationale. La femme remplit son rôle de gardienne de l’intégrité des siens. Cette femme se tue dans une situation tragique : la mort versus le viol. Et, dans les écrits, cet héroïsme au féminin est historicisé dans le cadre d’une réécriture de l’histoire nationale.

  • 45 « Mujeres del pueblo. Por Maribel Larrañaga », Mujeres. Órgano del Comité Nacional Femenino contra (...)

[F]ue a raíz del movimiento revolucionario del 34, cuando la mujer española se incorporaba a la lucha en una forma más amplia y decidida que hasta entonces tenían inculcados. Fue en el desarrollo de ese movimiento, cuando en Asturias apareció una figura de mujer, casi una niña, que asombra el mundo entero por su heroísmo frente a los mercenarios que venían, como hoy, a ahogar nuestro grito de rebeldía. Es frente a esa canalla donde se levanta el espíritu de la mujer española rebelde en la figura de Aïda Lafuente, la cual muere al pié de una ametralladora antes que los mercenarios al servicio de la reacción puedan ultrajar su cuerpo juvenil45.

  • 46 Yusta, 2009. L’auteur reconstruit le continuum historique de l’héroïsme féminin depuis la guerre d’ (...)
  • 47 Bunk, 2003, p. 101.
  • 48 Centlivres et alii, 1998, p. 1. Ces auteurs rappellent aussi que « le héros actuel est presque touj (...)

18Paru en février 1937 dans le Journal Mujeres. Órgano del Comité Nacional Femenino contra la Guerra y el Fascismo, cet article montre comment des figures mythiques de l’héroïsme féminin espagnol sont convoquées dans le temps de la guerre civile. En ce qui concerne le motif du refus de l’outrage, le souvenir de la jeune Aïda Lafuente est exemplaire. Mercedes Yusta l’intègre dans le panthéon des « vierges guerrières » espagnoles, des « héroïnes virginales46 ». Pour Brian Bunk, Aïda Lafuente représente une femme guerrière incarnant à la fois la pureté et la maternité47. La re-signification de cette mythologie nationale correspond à un ressort classique de la « fabrique des héros ». En effet, en temps de guerre, « toute l’histoire est réécrite comme celle d’une nation en souffrance et donc comme une chaîne ininterrompue de martyrs et de fondateurs, nommés ou anonymes, singuliers ou collectifs, panthéon héroïque qui manifeste la continuité temporelle de la “collectivité des semblables”48 ». Et l’Espagne en guerre n’échappe nullement à ce processus lorsque les combattants élaborent le discours sur la résistance de la nation héroïque.

Vendre l’Espagne, vendre la chair des femmes

19À l’opposé de ces héroïnes, vaillantes gardiennes de l’intégrité de la République espagnole, un contre-type féminin est élaboré pendant la guerre : celui de la traître, coupable non seulement d’avoir vendu le « territoire national » à l’envahisseur et mais aussi d’avoir vendu, avec, les corps des vraies femmes espagnoles. C’est l’accusation qui est formulée par María Teresa León dans un article publié le 16 novembre 1936 :

  • 49 León, 1937.

[S]on las novias, las amantes, las madres, las hermanas de los combatientes; ellas no tienen vergüenza de ver desfilar regimientos mercenarios en su defensa, ellas no mandan contra vosotras hordas de violadores, ellas no han vendido el territorio nacional, no han traicionado ningún juramento: mujeres del pueblo eran y siguen siendo: españoles eran, y combaten por España. […] Vosotras no sabéis lo que es tener el corazón limpio, apretado contra el pecho; estáis manchadas de ignominia y de pena; los ojos de los niños y las mujeres muertas os persiguen. Mujeres de otro campo, mujeres de enfrente, que hacéis guardar vuestro honor de hembras por marroquíes engañados y por legionarios sin escrúpulos. Da vergüenza pensar en vosotras; ¿cómo no detuvisteis los fusiles y desarmasteis a vuestros hermanos? Habéis seguido únicamente pensando en la torpe defensa de vuestros privilegios encargándola a generales deshonrados, metidos en aprendices de dictadores. Las bombas y los obuses que matan a nuestros niños se volverán metralla de vuestro sueño. ¡Malditas seáis por cada uno de nuestros niños asesinados, por cada gota que empañe la tierra de Madrid49!

  • 50 Horne et Kramer, 2005, p. 341.

20La dialectique classique formulant l’antagonisme « Nosotras/Ellas » se traduit par l’antinomie suivante : femmes pures et héroïques versus femmes infidèles (à la patrie) et salies par la vile trahison. Par ailleurs, dans cet extrait, la référence aux bombardements rappelle une autre déclinaison du saccage de la nation civique personnifiée par les femmes et les enfants à l’arrière. Dans la mesure où « la “victimité” nationale est représentée par la violation des lieux comme des corps50 », la destruction des corps et des territoires par les bombes mérite une attention particulière. Celle-ci peut se construire autour d’une analyse de la mise en mots et en images des ruines du temps de la guerre civile.

Les ruines ou la nation saccagée

  • 51 Fournier, 2008, p. 7.

[L]es ruines sont des cadavres. […] Métaphores troublantes de la mort, elles invitent à l’autopsie et au saisissement, à l’analyse ou à la contemplation51.

  • 52 « La guerra de Independencia española. Bilbao conquistado por alemanes e italianos », 22 juin 1937, (...)

[E]n Bilbao, como en España entera, hasta las piedras odian a los invasores, a los criminales del aire52.

Ruines et souillure de l’Espagne

  • 53 Rey, 2002, p. 1988.
  • 54 Duménil, 2009, pp. 101-115.
  • 55 Ibid., p. 112.
  • 56 Audoin-Rouzeau et Krumeich, 2008.

21La ruine, c’est d’abord la chute, l’écroulement, le désastre53. La ruine témoigne de la destruction. Destruction d’un passé, d’un patrimoine, d’un paysage. Mais aussi destruction de l’intime54 et d’une identité partagée sur un territoire. Et, en temps de guerre, comme l’a montré Anne Duménil, les ruines sont « porteuses d’une souillure qui menace cette identité, cette appartenance55 ». Elles sont la souillure d’une terre et d’un territoire sacralisés. Une terre et un territoire qui s’apparentent à l’enveloppe de la patrie agressée par un ennemi ravageur et profanateur. Blessures de la guerre puis cicatrices56, elles attestent de la blessure de la nation saccagée.

22Ce que disent les ruines provient du regard — et de ses temporalités — qui est porté sur elles. Quelles significations sont données aux ruines dans le temps immédiat de la destruction ? En quoi le récit des ruines — par les mots et par les images — participe-t-il de la construction d’un discours sur la nation en guerre ? Comment les corps et les ruines sont-ils mis en correspondance pour dire le martyr du peuple espagnol ? Ruines, corps, identité et nation se répondent sans cesse pour dire la souffrance de la République en guerre.

  • 57 Duménil, 2009, p. 102.
  • 58 Voldman, 1997; Chassaigne, Largeaud, 2004.
  • 59 Diez, 2000.

23La présence des ruines57 rappelle les récents bombardements des villes et des villages58. La presse comme les affiches de guerre évoquent sans relâche les bombardements lancés contre les populations désarmées. Signature de l’ennemi, la ruine est présentée comme la signature d’un ennemi a-national. Dénoncer les bombardements ennemis en posant les civils et le territoire comme des cibles par définition innocentes permet de construire l’identité nationale dans sa « dimension perceptive »59, c’est-à-dire en se différenciant de façon absolue de l’ennemi et ainsi de questionner son appartenance à la nation pour finalement en formuler son exclusion totale.

  • 60 Izcaray, 1937, p. 3.

[C]on su laconismo fuerte, los partes de guerra nos anunciaron el bombardeo de Guadalajara por los aviones fascistas. Edificios destruidos y victimas numerosas. Una edición a cincuenta kilómetros de los crímenes de esa banda que se llama nacionalista; nacionalista no sabemos de que nación60.

24Face à cet ennemi totalement étranger, la République en guerre s’érige en gardienne exclusive de l’Espagne. Réveillé et exacerbé par le conflit, le discours sur la nation convoque l’émotion et un lyrisme certain qui forgent un rapport affectif aux lieux. Des lieux qui sont autant de déclinaisons de cette Espagne vilement attaquée. Des lieux qui sont autant d’empreintes de l’identité du peuple en guerre. Aussi, chaque village, chaque monument, chaque pierre devient une part de cette nation en guerre. Pour exemple, cette description d’un quartier ouvrier de Madrid converti en front de guerre en 1937 :

  • 61 « Crónica de guerra. Junto a las líneas de fuego », 15 avril 1937, AGMAV, Zona Republicana, 4ª Secc (...)
  • 62 Climent Garcés, 1937, pp. 121-122.

[L]a barriada exhibía al sol sus mutilaciones. Los artilleros del asedio han asestado muchos golpetazos sobre las fachadas de estas pobres casas de vecindad, que ahora enseñan al aire su vientre vacío61.
[S]e abrían las calles, como si un terremoto destrozara las entrañas del mundo, desgarrando la tierra62.

  • 63 Pour la question de l’usage de la photographie durant la guerre, voir: Fotografía e información de (...)
  • 64 Il s’agit d’une iconographie qui transgresse la grammaire classique de l’évocation des bombardement (...)
  • 65 Les clichés de corps d’enfants apparaissent souvent dans les sources. Pour exemple, la couverture d (...)

25Sous les plumes, les lieux prennent corps. Ressort classique de la rhétorique employée pour dire la souffrance de la nation en guerre, le langage métaphorique agrège à la description le sentiment. De ce fait, les ruines ne sont plus de simples pierres muettes, elles sont le corps de l’Espagne. Nombreuses sont les photographies de guerre63 qui montrent non seulement la destruction matérielle, mais aussi les cadavres figés dans les ruines64. Insoutenables, les photographies font resurgir, dans, autour et au milieu des pierres, la saignée de la nation65. Par une étrange résonance, ces corps inertes deviennent aussi des ruines de la guerre.

Ruines et corps : la saignée de la nation

  • 66 Ortega, 1937, p. 207.

26L’évocation des corps détruits et déchirés par les bombardements se veut un « cri à la conscience universelle66 ». Les entrailles ouvertes des corps et des bâtiments, le déchirement de la terre constituent les motifs récurrents des articles de presse comme des récits-témoignages.

  • 67 « El terrible destino del general Franco. Mario Mariani. De Crítica, Buenos Aires », 18 juin 1937, (...)

[G]uerra que evita el ataque a las trincheras, a las fortificaciones, a las tropas y que se ensaña contra los inermes en una rabia de aniquilamiento de un pueblo y de una nación y que representa una horrorosa novedad en la serie de todas las luchas entre estados y razas67.

27L’ennemi mène une guerre totale. Il décime lâchement la population civile. Cet ennemi qui bombarde ne peut être espagnol. Il est la barbarie venue d’ailleurs. Dans ce registre, la littérature républicaine n’est aucunement singulière. Elle s’inscrit dans la rhétorique classique de la dénonciation des bombardements lors des guerres du premier xxe siècle.

  • 68 Climent Garcés, 1937, pp. 121-122.

[M]iembros de cuerpos humanos eran lanzados a gran distancia; otros se estrellaban contra las paredes aun en pie; cabezas, troncos, cuerpos enteros, brazos, pingajos sanguinolentos de carne descuartizada que los cascotes de la metralla lanzaba por el aire en una zarabanda trágica, con muecas infernales. Era una borrachera de sangre, de fuego y de muerte68.

28Guernica, avril 1937 : le tableau est apocalyptique. Au cœur des ruines matérielles, les ruines des corps disent l’horreur. Sans aucun euphémisme et au moyen d’une description implacable, le texte reconstruit une scène (sur)chargée du point de vue de la sémantique du massacre. L’auteur cherche à produire une lecture insoutenable, insupportable. Une lecture qui doit provoquer l’indignation collective et donner à voir la violence de la destruction et la tragédie du peuple espagnol. Très souvent, l’évocation des ruines intègre une dimension féminine. Victimes paradigmatiques d’une guerre cruelle, infâme et lâche, les femmes (et leurs enfants) apparaissent presque systématiquement dans les récits de bombardements. Massacre, carnage, innocents… : autant de termes qui présentent la guerre en une pure agression subie collectivement. La mémoire de la souffrance de la nation se construit dans cette écriture immédiate des événements. Ces victimes sont alors les martyres du temps de la guerre et de ses lendemains.

  • 69 « Un episodio del Madrid en guerra. Los obuses enemigos vengan, una vez más, los fracasos facciosos (...)

[A]l ruido de las explosiones sucede un silencio impresionante. Madrid, arrancado de su sueño escucha anhelante. Sabe por experiencia —una experiencia dolorosa, adquirida en largos meses de lucha— que las voladuras de minas suelen ser prólogo de duelos facciosos vomitando su metralla sobre la población civil. […] Por todas partes cae metralla enemiga que, en su impotencia para evitar lo acaecido, aspira a acabarse en la carne inocente de mujeres y niños entregados al descanso69.

  • 70 Izcaray, 1978, p. 293.
  • 71 Álvarez Junco, 2003.

29Les chairs des femmes et des enfants sont la chair de l’Espagne. Il n’est pas rare de trouver des images de femmes, pleurantes, assises au milieu des ruines accompagnées de la légende suivante : « España70 » ou « España en guerra ». La figure féminine incarne immédiatement la « femme-patrie » en deuil et/ou la « Mater Dolorosa71 ».

  • 72 Comité Pro-Víctimas del Fascismo. C.N.T.-F.A.I., 20 juin 1937, p. 3. Voir aussi : « Una mujer entre (...)

30Autres supports, les dessins de guerre exhibent des corps déchiquetés, abandonnés dans les rues désertées. Pour exemple, le 20 mars 1937, un dessin, publié dans le bulletin anarchiste « Comité Pro-Víctimas del Fascismo. C.N.T-F.A.I. », donne à voir une montagne fumante de ruines mêlant pierres et corps d’enfants inanimés. Debout, grande et solide, les poings levés au ciel, une femme défie l’ennemi venu du ciel. Elle crie les mots suivants : « ¡Asesinos, villanos, mal nacidos, maricas, h… de p… !72 ». Sans nul doute métaphore de l’Espagne, cette femme incarne aussi la résistance, l’insoumission. Une Espagne qui, au-delà de l’horreur, se relève des cendres et des ruines.

  • 73 Voir par exemple Bethune, 1937. Il décrit la tragédie des « désarmés » (femmes et enfants) sur cett (...)
  • 74 Gamonal Torres, 1987, p. 286.

31D’autres dessins présentent une vision exclusivement dramatique des bombardements. Les dessins signés par Antonio Rodríguez Luna sont à cet égard d’une rare éloquence. L’artiste a en effet représenté, à l’encre noire et dense, l’épisode du bombardement de la route reliant la ville de Málaga à celle d’Almería en janvier de l’année 193773. Intitulé « Barcos y aviones negros tiñen de sangre de mujeres y niños la carretera de Málaga-Almería », le dessin montre la tragédie des corps déchiquetés par les bombes. Les entrailles apparaissent en transparence, les corps sont démembrés. Une femme tient dans ses bras le corps, semble-t-il, d’un enfant. Le « pathétique presque humiliant de la scène74 » sert avec puissance le discours du martyre du peuple espagnol dans le temps de la guerre. Dans ce dessin, la ruine des corps et la ruine de la terre-mère sont intimement liées par le sang versé. Mais cette représentation n’ouvre aucune fenêtre sur une rédemption possible. Le sang laissera trace du martyre dans le corps immortel de l’Espagne.

  • 75 « En Bratislava se inaugura una exposición de fotografías y carteles de la lucha española », 30 avr (...)

32L’émotion s’exporte. Durant le conflit, des expositions itinérantes parcourent différents pays étrangers et solidaires de la cause républicaine. Construites à base d’images, elles montrent des scènes de violences subies par les populations civiles, notamment les femmes et les enfants. Les scènes de bombardements75 y tiennent une place significative. De nouveau, c’est le « massacre des innocents » qui est donné à voir. Ce sont les ruines des corps et des villes qui disent la détresse du peuple. L’humanité se situe du côté républicain, la barbarie du côté de l’agresseur. L’Espagne républicaine, la seule Espagne légitime, réclame l’aide des nations sœurs.

Construire le « soi collectif de la nation »

  • 76 Horne et Kramer, 2005, p. 335.

[L]es « atrocités » permettent de produire de trois façons un sentiment de « victimité » nationale à partir du sort d’individus et de lieux particuliers : la première, par l’exposition de femmes, d’enfants et de familles à la brutalité de l’envahisseur ; la seconde, par la destruction de localités ; la troisième, par le besoin de se souvenir de l’invasion, alors que la guerre se déroule encore. Ces trois dimensions fournissent des voies pour définir la communauté nationale en termes de souffrances et d’indignation.
John Horne et Alan Kramer76.

33« Souffrance des corps, souffrance de la nation » : ce diptyque repose sur l’articulation entre souffrances singulières et événement collectif. Parce qu’il est à la croisée de l’enveloppe individuelle et de l’expérience collective, le corps des civil(e)s et ses épreuves dans le temps de la guerre permettent de dire l’expérience d’un groupe lié à une terre agressée par un envahisseur mettant en péril l’intégrité nationale. Et parce que la tragédie de la femme espagnole est la tragédie de tous, elle incarne, par-delà la pluralité et la conflictualité au sein du camp républicain, le destin tragique de la République en guerre.

  • 77 Ory, 1992, p. 8 ; Mosse, 2003, p. 12 : « [L]es trois éléments vitaux nécessaires à la constitution (...)
  • 78 « Une expérience résulte de la construction double d’un vécu trouble, dépendante des caractéristiqu (...)
  • 79 Farge, 2002, p. 47.

34Pour Pascal Ory, « plus qu’un territoire, une langue, une religion ou un régime, une nation, c’est une mémoire77 ». Ce survol rapide de la mise en mots et en images de la souffrance de la République par une représentation sexuée du martyre du peuple espagnol présente une des modalités de construction, dès 1936, des jalons de la mémoire de l’expérience d’une guerre assimilée à une guerre de « libération nationale »78. S’appuyant tant sur la réalité des violences du temps de la guerre que sur les épreuves de guerres passées, le registre émotionnel a participé de la construction d’un « soi collectif de la nation » en « réactivant ou en activant les événements »79 par le prisme de la blessure ou de l’héroïsme. Au cœur d’une lecture doloriste et tragique de la guerre, le thème du viol comme celui des ruines tiennent une place significative. Tous deux fabriquent symboliquement le lien entre corps, territoires, guerre et nation.

35Dans l’ordre du symbolique, le registre du féminin est mobilisé pour construire une imagerie fédératrice, sensible et mobilisatrice. Les différentes déclinaisons sexuées de l’Espagne en guerre produisent le sentiment de « victimité » nationale comme elles célèbrent les héroïnes atemporelles. L’intégration réelle des femmes dans la lutte collective républicaine s’avère, elle, beaucoup plus complexe.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Álvarez Junco, José (1996), « La invención de la guerra de la Independencia », Claves de razón práctica, 67, Madrid, pp. 10-19.

Álvarez Junco, José (1997), « El nacionalismo español como mito movilizador. Cuatro guerras », dans Rafael Cruz et Manuel Pérez Ledesma (éd.), Cultura y movilización en la España contemporánea, Madrid.

Álvarez Junco, José (2003), Mater dolorosa : la idea de España en el siglo xix, Madrid.

Álvarez Junco, José (2006), « La guerra civil como guerra nacional », dans Edward Malefakis (dir.), La guerra civil española, Madrid, pp. 579-620.

Anderson, Benedict (1996), L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris.

Audoin-Rouzeau, Stéphane, Krumeich, Gerd (2008), Cicatrices. La Grande Guerre aujourd’hui, Paris.

Baldin, Damien (2005), Histoire du sein. Approche historique du corps des femmes au xixe siècle, Paris.

Beaupré, Nicolas (2006), Écrire en guerre, écrire la guerre. France, Allemagne 1914-1930, Paris.

Bethune, Norman (1937), The crime on the road Malaga-Almeria. Narrative with graphic documents revealing fascist cruelty, Madrid.

Blázquez, Ángel (1937), « Un pueblo que no quiere ser esclavo », Poesía en las trincheras, Madrid, Comisariado General de la Guerra, Sección Propaganda.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bunk, Brian D. (2003), « Revolutionary Warrior and Gendered Icon : Aida Lafuente and the Spanish Revolution of 1934 », Journal of Women’s History, 15 (2), pp. 99-122.
DOI : 10.1353/jowh.2003.0047

Bunk, Brian D. (2007), Ghosts of Passion. Martyrdom, Gender, and the Origins of the Spanish Civil War, Durham.

Bussy-Genevois, Danièle (1995), « Les visages féminins de l’Espagne ou la représentation introuvable », dans Marie-Claire Hoock-Demarle, Femmes, nations, Europe, Paris, pp. 25-39.

Camin, Alfonso (1938), España a hierro y fuego (diez meses con los sublevados), México.

Capdevila, Luc (2006), « Martyr », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, pp. 953-954.

Casanova, Julián (2004), « Europa en guerra : 1914-1945 », Ayer, 55, pp. 107-126.

Centlivres, Pierre, Fabre, Daniel, Zonabed, Françoise (dir.) [1998], La Fabrique des héros, Paris.

Chassaigne, Philippe, Largeaud, Jean-Marc (dir.) [2004], Les villes en guerre (1914-1945), Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chimot, Jean-Philippe (2006), « Les désastres de la guerre », Amnis, 6 [disponible en ligne sur http://amnis.revues.org/900]
DOI : 10.4000/amnis.900

Climent Garcés, V. (1937), ¡España crucificada! Estampas de la Guerra y de la Revolución, Paris.

Cruz, Rafael (2006), En el nombre del pueblo. República, rebelión y guerra en la España de 1936, Madrid.

Cruz, Rafael (2009), « Las campañas rebeldes de aniquilación del enemigo », Ayer, 76, pp. 65-82.

Cueva Fernández, Isabel (2000), ¡La retaguardia nos pertenece! Las mujeres de izquierdas en Asturias (1936-1937), Gijón.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Diez, Charlotte (2000), « À la recherche d’une identité nationale : l’auto-image espagnole dans la caricature de presse de 1898 à 1936 », Sociétés & Représentations, 10, pp. 163-179.
DOI : 10.3917/sr.010.0163

Duménil, Anne (2009), « L’expérience intime des ruines : Munich, 1945-1948 », dans Bruno Cabanes et Guillaume Piketty (dir.), Retour à l’intime au sortir de la guerre, Paris, pp. 101-115.

Farge, Arlette (1997), Des lieux pour l’histoire, Paris.

Farge, Arlette (2002), « Affecter les sciences humaines », dans Claude Gautier et Olivier Le Cour Grandmaison (coord.), Passions et sciences humaines, Paris, pp. 45-48.

Fournier, Éric (2008), Paris en ruines. Du Paris haussmannien au Paris communard, Paris.

Fournier-Finocchiaro, Laura (coord.) [2006], Les mères de la patrie. Représentations et constructions d’une figure nationale, Caen.

Fotografía e información de guerra. España, 1936-1939 (1977), éd. Bienal de Venecia, Barcelone.

Gamonal Torres, Miguel Ángel (1987), Arte y política en la guerra civil española. El caso republicano, Grenade.

Horne, John (1994), « L’étranger, la guerre et l’image de “l’Autre” (1914-1918) », dans Jean-Pierre Jessenne (éd.), L’image de l’autre dans l’Europe du Nord-Ouest à travers l’histoire, Lille, pp. 133-144.

Horne, John, Kramer, Alan (2005), 1914. Les atrocités allemandes, Paris.

Izcaray, Jesús (1937), Crónicas de la guerra (Recopilación de artículos periodísticos), Valence, cuaderno 2.

Izcaray, Jesús (1978), La guerra que yo viví. Crónica de los frentes españoles (1936-1939), Madrid.

Joly, Maud (2007), « Dire la guerre et les violences : femmes et récits pendant la guerre d’Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37(2), pp. 199-220.

Joly, Maud (2008), « Las violencias sexuadas de la guerra civil española : paradigma para una lectura cultural del conflicto », Historia Social, 61, pp. 89-107.

Juliá, Santos (2004), Historia de las dos Españas, Madrid.

Lannon, Frances (1999), « Los cuerpos de las mujeres y el cuerpo político católico: autoridades e identidades en conflicto en España durante las décadas de 1920 y 1930 », Historia Social, 5, pp. 65-80.

Ledesma, José Luis (2000), « Rostros femeninos de la represión republicana: violencia política, género y revolución durante la guerra civil », María Teresa López Beltrán, María José Jiménez Tomé et Eva María Gil Benítez (éd.), Violencia y género, Málaga, t. I, pp. 241-252.

Les atrocités des rebelles en Espagne (1937), Comité mondial contre la guerre et le fascisme (éd.), Paris.

León, María Teresa (1937), « La Doncella guerrera. Por María Teresa León. 16 noviembre 1936 », Crónica General de la guerra civil, Madrid, pp. 80-81.

Mosse, George L. (2003), La révolution fasciste. Vers une théorie générale du fascisme, Paris.

Núñez Seixas, Xosé Manoel (2005), « Nations in arms against the invader : on nationalist discourses during the Spanish civil war », dans Chris Ealham et Michael Richards (éd.), The Splintering of Spain. Cultural History and the Spanish Civil War. 1936-1939, Cambridge, pp. 45-67.

Núñez Seixas, Xosé Manoel (2006), ¡Fuera el invasor! Nacionalismo y movilización bélica durante la guerra civil española (1936-1939), Madrid.

Orobon, Marie-Angèle (2001), « Figures du Christ et message politique dans l’Espagne de la deuxième moitié du xixe siècle », dans Françoise Heitz et Annick Johnson (éd.),Les Figures du Christ dans l’art, l’histoire et la littérature, Actes du Colloque Université d’Artois (3 et 4 mars 2000), Paris, pp. 181-190.

Ortega, Manuel (1937), « Así conquistaron ellos Málaga », dans Crónica General de la guerra civil, Madrid, t. I.

Ory, Pascal (1992), Une Nation pour mémoire. 1889, 1939, 1989, trois jubilés révolutionnaires, Paris.

Pavone, Claudio (2005), Une Guerre civile. Essai historique sur l’éthique de la Résistance italienne, Paris.

Pouchelle, Marie-Christine (1986), « Le corps féminin et ses paradoxes : l’imaginaire de l’intériorité dans les écrits médicaux et religieux (xiie-xive siècles) », La condición de la mujer en la Edad Media, Madrid, pp. 315-331.

Prochasson, Christophe (2008 a), 14-18. Retours d’expériences, Paris.

Prochasson, Christophe (2008 b), L’Empire des émotions. Les historiens dans la mêlée, Paris.

Radcliff, Pamela (1997), « La representación de la nación. El conflicto en torno a la identidad nacional y las prácticas simbólicas en la Segunda República », dans Rafael Cruz et Manuel Pérez Ledesma (éd.), Cultura y movilización en la España contemporánea, Madrid, pp. 305-325.

Rey, Alain (dir.) (2002), « Ruines », Dictionnaire historique de la langue française, Paris.

Rik (1936), « Le martyre du Peuple Espagnol ou les conséquences de l’accord de la non-intervention », Le travailleur, 12 (décembre).

Rodrigo, Javier (2008), Hasta la raíz : violencia durante la guerra civil y la dictadura franquista, Madrid.

Rodrigo, Javier (2009), « Presentación. Retaguardia : un espacio de transformación », Ayer, 76, Madrid, pp. 13-36.

Ruiz, Luzbel (1937), España crucificada : los crímenes del Fascismo, Barcelone.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Scott, Joan W. (2006), « Préface », dans Elsa Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris.
DOI : 10.1016/S0277-3791(97)89764-8

Ucelay-Da Cal, Enric (2009), « Agustina, la dama del cañón : el topos de la heroína fálica y el invento del patriotismo », dans Irene Castells, Gloria Espigado et María Cruz Romeo Mateo (coord.), Heroínas y patriotas. Mujeres de 1808, Madrid, pp. 193-268.

Voldman, Danièle (1997), « Les bombardements aériens : une mise à mort du “guerrier” ? (1914-1945) », dans Cécile Dauphin et Arlette Farge (dir.), De la violence et des femmes, Paris, pp. 146-158.

Yes [pseud.] (1937), Invasión. La obra del fascismo, Madrid.

Yusta, Mercedes (2009), « Vierges guerrières et mères courages : le panthéon des communistes espagnoles en exil », CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, 30, pp. 99-117.

Haut de page

Notes

1 Farge, 1997, p. 22.

2 Blázquez, 1937.

3 Prochasson, 2008 b, p. 32.

4 Pour cela, se référer à l’ouvrage de référence : Núñez Seixas, 2006, p. 25. Casanova, 2004, p. 119.

5 Núñez Seixas, 2006.

6 Bussy-Genevois, 1995.

7 Núñez Seixas, 2006.

8 Ibid.

9 Horne, 2000, p. 98.

10 Prochasson, 2008 b, p. 7.

11 Anderson, 1996.

12 Scott, 2006, pp. 5 et 7.

13 Núñez Seixas, 2006, p. 49.

14 Álvarez Junco, 1997, p. 63.

15 Rodrigo, 2009, pp. 17-18.

16 Mais pas pour autant « non combattants » : Horne, 2002.

17 Fournier-Finocchiaro, 2006.

18 Horne, 2005, p. 343.

19 Capdevila, 2006. Sur le lien entre « martyrs/martyre » et représailles en temps de guerre : Pavone, 2005, p. 562 : « Peut-être que le fréquent usage de mots tels que “martyrs” ou “martyre”, pour désigner de simples “victimes” des représailles, peut-il s’analyser comme un désir de ramener dans la catégorie du témoignage des violences et des souffrances subies, si l’on peut dire, “objectivement” ».

20 Núñez Seixas, 2006.

21 Joly, 2007.

22 Ead., 2008.

23 Radcliff, 1997, p. 320. Sur l’usage politique de l’imagerie religieuse et du répertoire de la martyrologie dans la littérature pro-révolutionnaire contemporaine des événements d’octobre 1934, voir Bunk, 2007, p. 74.

24 Pour exemple : Ruiz, 1937 ; Rik, 1936.

25 Je tiens à remercie Danièle Bussy-Genevois pour ses remarques à ce sujet lors du colloque
à l’origine de ce dossier, qui m’ont permis d’explorer de nouvelles pistes.

26 Horne et Kramer, 2005, p. 336.

27 Sur le corps des républicaines comme corps politisé : Joly, 2008 ; Ledesma, 2000 ; Lannon, 1999.

28 Horne et Kramer, 2005, p. 337.

29 Horne, 2000, p. 98.

30 Horne et Kramer, 2005, p. 335.

31 Sur la guerre des colonnes et les campagnes d’annihilation, se référer à l’historiographie sur la violence de guerre. Pour exemple : Rodrigo, 2008 ; Cruz, 2009.

32 Pour exemple : Horne, 2000, p. 100. Les dessins présentés par John Horne sur le « viol de la nation » ressemblent beaucoup aux dessins trouvés pour le cas de la guerre civile en Espagne. Des invariants sont à l’œuvre dans ce champ de représentations sexuées de l’expérience de guerre.

33 Yes, 1937.

34 Chimot, 2006.

35 AGMAV (Archivo General Militar de Ávila), Zona Republicana, 4a Sección, Libro VII, Ministerio de Propaganda, Boletines de Información, caja 47, armario 45, legajo 34, carpeta 3, documento 1/37.

36 Núñez Seixas, 2006; Cruz, 2006, p. 237.

37 Juliá, 2004, p. 260.

38 Camin, 1938.

39 Cueva Fernández, 2000, p. 161. Elle cite le document suivant : Matilde de La Torre, « Estampas de Asturias : Sombras de Turón », El Socialista, 8 février 1936.

40 « ¡He aquí las delicias del fascismo! ¿Qué han hecho los rebeldes con todas las mujeres arrancadas de sus hogares en los pueblos inmediatos a la Ribera del Ebro? », 13 août 1938, AGMAV, Zona Republicana, 4a Sección, Libro VII, Ministerio de Propaganda, Boletines de Información, caja 46, carpeta 6, documento 1/7.

41 Nueva Galicia. Portavoz de los antifascistas Gallegos, 11 août 1937. Voir aussi un article signé Rogelio Dorado et intitulé « Martires gallegas. Mujeres coruñesas », Nueva Galicia. Portavoz de los antifascistas Gallegos, 8 août 1937.

42 Prochasson, 2008, p. 118. Voir aussi : Beaupré, 2006 ; Centlivres et alii, 1998.

43 Galicia mártir. Estampas por Castelao, Valencia, Ministerio de Propaganda, 1937.

44 Pouchelle, 1986, p. 317.

45 « Mujeres del pueblo. Por Maribel Larrañaga », Mujeres. Órgano del Comité Nacional Femenino contra la Guerra y el Fascismo, 6 février 1937, p. 3.

46 Yusta, 2009. L’auteur reconstruit le continuum historique de l’héroïsme féminin depuis la guerre d’Indépendance à la guerre civile et à la résistance antifranquiste.

47 Bunk, 2003, p. 101.

48 Centlivres et alii, 1998, p. 1. Ces auteurs rappellent aussi que « le héros actuel est presque toujours préfiguré par des antécédents dont il semble réveiller la mémoire. C’est du côté des héros que l’histoire nationale trouve son ressort téléologique le plus sensible », ibid., p. 6.

49 León, 1937.

50 Horne et Kramer, 2005, p. 341.

51 Fournier, 2008, p. 7.

52 « La guerra de Independencia española. Bilbao conquistado por alemanes e italianos », 22 juin 1937,CDMH (Centro Documental de la Memoria Histórica, Salamanca), Político-Social, Madrid, M. 2528, legajo 4407, Internacional. Agrupación Internacional Antifascista.

53 Rey, 2002, p. 1988.

54 Duménil, 2009, pp. 101-115.

55 Ibid., p. 112.

56 Audoin-Rouzeau et Krumeich, 2008.

57 Duménil, 2009, p. 102.

58 Voldman, 1997; Chassaigne, Largeaud, 2004.

59 Diez, 2000.

60 Izcaray, 1937, p. 3.

61 « Crónica de guerra. Junto a las líneas de fuego », 15 avril 1937, AGMAV, Zona Republicana, 4ª Sección, Libro VII, Ministerio de Propaganda, Boletines de Información, caja 22, carpeta 1, documento 1/150.

62 Climent Garcés, 1937, pp. 121-122.

63 Pour la question de l’usage de la photographie durant la guerre, voir: Fotografía e información de guerra, 1977, et Voir, ne pas voir la guerre : histoire des représentations photographiques de la guerre, Somogy-Musée d’histoire contemporaine, 2001.

64 Il s’agit d’une iconographie qui transgresse la grammaire classique de l’évocation des bombardements tendant à ne représenter (via notamment les affiches de guerre) que le survol des avions au-dessus des têtes des enfants et des femmes, en somme le temps précédant la déflagration.

65 Les clichés de corps d’enfants apparaissent souvent dans les sources. Pour exemple, la couverture du fascicule édité en 1937 par le Comité mondial contre la guerre et le fascisme et intitulé Les atrocités des rebelles en Espagne qui montre le visage d’un jeune enfant abattu par les bombes. Par ailleurs, un paragraphe du document évoque « les enfants déchiquetés et les femmes carbonisées », p. 28. Voir aussi les photographies d’enfants dans le fascicule No Pasarán. Espagne 1930-1937, édité par les organisateurs de l’exposition antifasciste UGT/PSU à Barcelone en 1937.

66 Ortega, 1937, p. 207.

67 « El terrible destino del general Franco. Mario Mariani. De Crítica, Buenos Aires », 18 juin 1937, CDMH, Político-Social, Madrid, M.2528, legajo 4407, Internacional. Agrupación Internacional Antifascista.

68 Climent Garcés, 1937, pp. 121-122.

69 « Un episodio del Madrid en guerra. Los obuses enemigos vengan, una vez más, los fracasos facciosos en la población civil », 20 avril 1938, AGMAV, Zona republicana, 4a Sección, Libro VII, Ministerio de Propaganda, Boletines de Información, Caja 44, Carpeta 7, Documento 1/31.

70 Izcaray, 1978, p. 293.

71 Álvarez Junco, 2003.

72 Comité Pro-Víctimas del Fascismo. C.N.T.-F.A.I., 20 juin 1937, p. 3. Voir aussi : « Una mujer entre ruinas sujeta a unos muertos y levanta el puño hacia el cielo, leyéndose bajo ella “¡¡¡Aviones negros!!!” », La 70. Órgano Semanal de la Brigada, Madrid, 23 (31 octobre 1937), couverture.

73 Voir par exemple Bethune, 1937. Il décrit la tragédie des « désarmés » (femmes et enfants) sur cette route.

74 Gamonal Torres, 1987, p. 286.

75 « En Bratislava se inaugura una exposición de fotografías y carteles de la lucha española », 30 avril 1937, AGMAV, Zona Republicana, 4ª Sección, Libro VII, Ministerio de Propaganda, Boletines de Información, caja 23, carpeta 4, documento 1/117. Les estampes de la guerre civile de Castelao sont également exposées à Moscou en mai 1938, une exposition est organisée à Santiago de Chile en avril 1937.

76 Horne et Kramer, 2005, p. 335.

77 Ory, 1992, p. 8 ; Mosse, 2003, p. 12 : « [L]es trois éléments vitaux nécessaires à la constitution d’une nation sont, dit-on, une mémoire collective indissociable de toute conscience nationale, la croyance en la mission de la nation et en son pouvoir de régénération ».

78 « Une expérience résulte de la construction double d’un vécu trouble, dépendante des caractéristiques sociales et personnelles de chaque individu, dépendante aussi du discours qui la construit pendant ou après » (Prochasson, 2008 a, p. 14).

79 Farge, 2002, p. 47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Joly, « Souffrances des corps, souffrances des territoires : la République espagnole en guerre se raconte », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 73-90.

Référence électronique

Maud Joly, « Souffrances des corps, souffrances des territoires : la République espagnole en guerre se raconte », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 26 août 2016. URL : http://mcv.revues.org/4562

Haut de page

Auteur

Maud Joly

Université Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org