Navigation – Plan du site
Dossier. Género, sexo y nación: representaciones y prácticas políticas en España (siglos xix-xx)‎
Contrepoint

Nation et apprentissage de la masculinité. L’exemple des jeunes Français au xixe siècle

Nación y aprendizaje de la masculinidad. El ejemplo de los jóvenes franceses en el siglo xix
Nation and learning masculinity. The example of the «jeunes Français» in the 19th century
Anne-Marie Sohn
p. 143-160

Résumés

Les historien(ne)s ont souligné depuis longtemps déjà l’opposition en France entre construction masculine du politique et représentations féminines de la nation. Dès 1979, dans son travail au long cours sur les Marianne, Maurice Agulhon s’interroge sur le lien entre genre et République, une question alors discutée par les spécialistes de l’histoire des femmes. Mais les Marianne sont loin d’épuiser le sujet puisque l’éviction politique des femmes lors de la Révolution française a également suscité des interprétations divergentes sur lesquelles il convient de revenir. C’est en saisissant sur le vif la façon dont les adolescents et les jeunes hommes s’approprient les modèles du citoyen et du soldat que l’on comprend le lien entre nation, citoyenneté et construction de la masculinité. La fascination juvénile pour la geste militaire du citoyen en armes va ainsi de pair avec la volonté de s’initier aux règles politiques et de se conduire en citoyens avant même d’avoir l’âge de voter.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Hunt, 1995 ; Riot-Sarcey, 1994 ; Scott, 1998.

1Les historiens de la Révolution française et du xixe siècle ont tous insisté sur la dimension masculine de la citoyenneté, la France alliant, en effet, précocité du « vote universel », comme on dit en 1848, et exclusion des femmes1. D’où l’interrogation que suscite le paradoxe apparent entre construction masculine du politique et représentations féminines de la Nation ou de la République. Le paradoxe, néanmoins, n’est qu’apparent, la Nation étant d’abord conçue en France comme la communauté des citoyens et qui plus est, des citoyens en armes. La façon dont les jeunes hommes s’approprient les symboles et marqueurs politiques rend particulièrement visibles ces présupposés. Ces derniers, en effet, plus spontanés et maladroits que les adultes, exposent souvent sans fard les fondements d’un habitus civique qu’ils partagent avec les hommes faits.

Sexe et genre de la Nation

  • 2 Auslander et Zancarini-Fournel, 2000. Voir également Auslander, 1998.
  • 3 Voir Thébaud, 1992.

2Alors que l’histoire des femmes s’était au premier chef intéressée au droit de vote et à la citoyenneté des femmes, la question du genre de la Nation, autant dire de la place respective des hommes et des femmes dans la Nation, a renouvelé le débat depuis une vingtaine d’années. Certaines historiennes considèrent, en effet, que l’État moderne serait « plutôt du genre masculin » et que la Nation aurait « une connotation plutôt féminine »2. De là, il y aurait une répartition sexuée des fonctions, les hommes étant censés servir l’État dans les domaines militaire, politique et économique, les femmes étant censées créer la Nation par la maternité et l’éducation. Il y aurait donc à partir du xixe siècle masculinisation de l’État et féminisation de la Nation. Françoise Thébaud parle même pour le xxe siècle de « nationalisation des femmes », mobilisées par leur pays en guerre3.

  • 4 Landes, 1988, p. 171, traduit dans Hunt, 2003.
  • 5 Comte, Système de politique positive.
  • 6 Gutwirth, 1992, traduit dans Hunt, 2003, p. 285.
  • 7 Perrot, 2006, p. 233.

3Le genre de la citoyenneté renvoie à une question lancinante pour l’historien. Fallait-il pour construire la démocratie en France que les femmes en fussent exclues, que les sphères publique et privée fussent étanches, que la séparation des sexes fût rigoureuse ? Les réponses semblent là aussi aller de soi. L’œuvre de Joan Landes, Women and the Public Sphere at the Age of the French Revolution, a eu de ce point de vue un impact décisif et durable. La Révolution française, loin d’être libératrice, a été selon elle rétrograde, puisque « la République a été construite contre les femmes et pas seulement sans elles4 ». L’exclusion des femmes n’a donc pas été « fortuite mais plutôt essentielle à son incarnation ». Joan Landes, en effet, met l’espace public et non les classes sociales, au centre de sa réflexion. Ce sont les écrits des philosophes et d’abord de Rousseau qui auraient fixé jusqu’à Auguste Comte le sort réservé aux femmes dans la société contemporaine et leur relégation dans la sphère privée5. Bref, ce courant analyse la séquence révolutionnaire comme « la défaite historique des femmes » et « la restauration d’une suprématie masculiniste indiscutable6 ». Michelle Perrot voit de la même façon dans la séparation des sexes une « modernité » qui « achemine vers la pratique du vote masculin7 ». Or, cette nouvelle vulgate historiographique est discutée.

  • 8 Scott, 1998.
  • 9 Hess, 2001 ; Letzer et Adelson, 2001.

4Au colloque organisé à Aix-en-Provence sur l’historiographie de la Révolution française, Lynn Hunt a tenté de détricoter ces interprétations8. Elle souligne tout d’abord que, paradoxalement, ces dernières rejoignent la vision pessimiste d’un François Furet qui, loin de voir dans la Révolution l’avènement de la démocratie, en fait la matrice des totalitarismes à venir. Or, proclame-t-elle, « je suis pour la Révolution et les Lumières », car les attaques convergentes des critiques post-structuralistes et féministes appellent « une riposte ». Le débat a eu néanmoins pour mérite de montrer que les philosophes ont partagé sur les femmes les préjugés des hommes de leur temps. Mais Rousseau, en vantant le rôle de la mère, c’est-à-dire le rôle des femmes dans l’éducation des hommes, a ouvert la voie à leur éventuelle participation aux affaires publiques. Par ailleurs et pour la première fois, les révolutionnaires ont dû débattre de la place des femmes dans la cité et justifier le refus de leur accorder la citoyenneté. Lynn Hunt note, enfin, que la controverse est restée close sur le seul veto masculin alors qu’il aurait également fallu se demander pourquoi les femmes revendiquaient aussi rarement le droit de vote. Et de plaider, comme Dominique Godineau et de récentes études anglophones, pour une attention portée à la vie des femmes ordinaires et à leur engagement dans la sphère publique9.

  • 10 Kintzler, 2008.
  • 11 Charles Sowerwine cite en particulier les travaux de Grimshaw, 1972, dans Sohn et Thélamon, 1998.

5Ajoutons que la conception de la laïcité qu’a élaborée de facto la Révolution a eu un impact de longue durée. Comme le dit la philosophe Catherine Kintzler, le régime de « tolérance » religieuse anglo-saxon se fonde sur l’existant et donc sur les communautés, cependant que le régime de laïcité français pose qu’aucun lien préalable ne peut inspirer le lien politique10. Partant, si dans le premier cas l’accès des communautés en tant que telles est licite dans la sphère publique, aucune communauté en revanche n’est admise à faire la loi dans la République une et indivisible. Là réside pour une part le « retard » français en matière de droit de vote féminin, par comparaison avec son octroi précoce au Wyoming dès 1869, en Nouvelle-Zélande en 1893 et en Australie en 1901. Mais si le droit de vote a été accordé aux femmes d’abord dans ces régions frontières, c’était surtout afin de constituer un parti uni des Blancs, femmes incluses, contre les hors-la-loi et les indigènes11.

  • 12 Les Allemands ont, certes, représenté leur pays sous la forme d’une allégorie féminine et guerrière (...)
  • 13 Voir Agulhon, 1979, p. 7. Voir également Id., 1989 et 2001.
  • 14 Sohn et Thélamon, 1998. M. Agulhon discute là le texte de Auslander, 1998, texte qui ne l’a pas con (...)

6Par ailleurs, la France constitue une exception en ce sens qu’à l’exclusion politique des femmes répond l’allégorie féminine de la République12. Maurice Agulhon dans la trilogie qu’il a consacrée à Marianne, se demande dès le premier volume « pourquoi c’est le corps de la femme (plutôt que celui de l’homme, ou d’un animal ou de tout autre objet) qui dans notre culture occidentale, sert de support visuel à l’allégorie des grandes valeurs13 ». Le genre grammatical pousse logiquement à représenter la République et la Liberté dont elle est issue, sous les traits d’une femme. Mais, poursuit-il, la société voue également les femmes « aux rôles subalternes d’objets » et dans le « support allégorique », la femme devient « un mannequin de l’abstraction ». En 1997, il revient sur le sujet et pose la question suivante : « Comment rendre compte de ce paradoxe qu’une république se représente en femme dans son imaginaire alors qu’elle refuse le droit de vote aux femmes réelles ?14 ». « Il y eut dans notre histoire, poursuit-il, des gens assez progressistes pour préférer faire voter tous les citoyens plutôt que les seuls notables ou riches, tout en étant assez conservateurs pour penser que la sphère publique était celle des hommes et celle du foyer, celle de la femme ». Aussi convient-il de se demander « pourquoi le progrès dans le sens de l’égalité des sexes [a-t-il] été plus lent et plus difficile à formuler que le progrès vers l’égalité des classes ». Outre la domination masculine millénaire, Maurice Agulhon avance la peur de l’influence cléricale sur le vote des femmes, tout en laissant ouverte l’interprétation puisque les Républicains ont jugé, en revanche, possible de républicaniser par le vote les hommes conservateurs. Le genre allégorique de la Nation n’épuise donc pas la question du genre politique de la France.

  • 15 Rauch, 2000.
  • 16 Voir Sohn, 2006.

7Le problème réside, en effet, dans la superposition, voire la fusion, entre République et Nation, puisque par-delà les aléas politiques, l’État se confond avec la République. Or, en France, citoyenneté et défense de la Patrie sont étroitement liées depuis la Révolution15. La propension à confondre République et Nation tient donc aux souvenirs de la Révolution, ranimés par la guerre de 1870. Elle est consacrée par le 14 juillet, fête de la République, certes, mais également fête de l’armée et de la patrie en armes16. La Grande Guerre n’a fait qu’accentuer le mouvement, la Droite s’étant ralliée à la République, car elle incarnait alors la Nation. Nation et République, Nation et État riment donc au xixe siècle avec masculinité. Les hommes seuls, en effet, ont le privilège de la citoyenneté même si tous n’ont le droit de voter qu’à partir de 1848. Ils ont seuls également le monopole des armes. L’électeur et le soldat constituent ainsi les deux pôles de la masculinité publique et politique. La façon dont les jeunes hommes s’approprient ces deux modèles constitue en quelque sorte une preuve par neuf du genre de la Nation, entendue à la fois comme Patrie et Peuple souverain.

Le soldat pour modèle et la Nation en armes

8La figure du Volontaire de 1792 et le mythe du grognard hantent jusqu’à la Troisième République l’imaginaire de la jeunesse masculine qui voit donc dans l’initiation militaire l’épreuve clé pour devenir un homme.

S’approprier les attributs militaires

  • 17 Note du 10 mars 1827 et lettre du maire de Lyon au préfet, 8 mars 1827, AD, Rhône, 4M 190.
  • 18 Programme de la fête baladoire, AD, Rhône, 4M 180. Sur les vogues lyonnaises, voir Robert, 1996.

9Les jeunes hommes, subjugués par les emblèmes militaires, se plaisent à les importer dans l’espace public. Les conscrits qui se situent dans un entre-deux, entre vie civile et caserne, intègrent dans leurs défilés le tambour et la canne du tambour-major. L’utilisation de ces codes lors des fêtes profanes est plus révélatrice encore de l’intériorisation des normes martiales. Les jeunes de la Croix-Rousse organisent ainsi en 1827 une mascarade, avec tambours, musique et drapeau, ce qui déclenche la réprobation du maire : « il me semble tout à fait inconvenant, écrit-il, que de pareilles réunions d’hommes se permettent de parcourir la ville avec un appareil de ce genre sans la permission des autorités militaires17 ». Dès la monarchie de Juillet, toutefois, ces parades ne font plus de vague et sont tolérées par les autorités. En 1837, le programme de la fête baladoire organisée là encore à la Croix-Rousse, commence ainsi par une promenade des vogueurs vêtus aux couleurs nationales de « Pantalons et Gilets blancs. Vestes Bleues, chapeaux à bords relevés ornés de Panaches tricolores18 ».

  • 19 Gerbod, 1968.
  • 20 Lettre du proviseur au recteur, 29 avril 1834, AN, F17 7587.

10C’est, toutefois, dans les lycées que l’appropriation des attributs militaires suscite le plus de passion. Avec la Restauration, le tambour qui rythmait le début et la fin des cours est remplacé par la cloche conventuelle qui fait grincer des dents19. Il en est de même pour l’abandon de l’uniforme, remplacé par l’habit bourgeois. La fin de l’exercice militaire, de la garde, ainsi que du droit de porter les armes constitue pour les élèves les plus âgés une régression qui les renvoie à l’enfance. Aussi, dès que la discipline se relâche, les élèves se réapproprient-ils ces symboles, par exemple lors des grandes mutineries qui jalonnent le xixe siècle. Ainsi, lors des désordres survenus au collège royal de Lyon en 1834, l’un des élèves « bat le tambour » pour rassembler « les combattants20 ». Mais c’est surtout la révolution de 1848 qui permet de mesurer le désir d’accéder à des formes de participation militaire. En mars, les lycéens sont souvent invités à célébrer la jeune République, participent aux défilés aux côtés de la Garde nationale et s’y familiarisent avec les emblèmes martiaux et avec le drapeau tricolore.

  • 21 Un sous-dossier, intitulé « Uniforme, 1848 », est tout entier consacré à cette question dans le car (...)
  • 22 Lettre, 27 mars 1848, ibid.
  • 23 « Les délégués à leurs camarades », s. d., arrivé au Ministère le 9 mai 1848, AN, F17 7589.
  • 24 Lettre, s. d., AN, F17 7589.

11L’enthousiasme que suscite le rétablissement de l’uniforme et de la préparation militaire dans les lycées confirme, par ailleurs, cet engouement pour l’armée21. Dès le 27 mars, un « jeune républicain » du lycée Bonaparte adresse à Hippolyte Carnot une lettre liant citoyenneté lycéenne et initiation aux armes. Faisant allusion aux promesses du ministre de l’Instruction publique sur le sujet, il insiste sur l’impatience des lycéens et il ajoute : « Nous pourrions en connaissant le maniement des armes secourir, s’il le fallait, notre belle France et seconder de leurs efforts les élèves des écoles et la garde nationale22 ». L’arrêté du 24 avril 1848 n’a pu que combler ses vœux puisqu’il rétablit l’uniforme et prévoit des exercices militaires deux fois par semaine pour les élèves à partir de seize ans. Dès sa parution, « les délégués des lycées parisiens » inventent un uniforme issu du vestiaire militaire et, ainsi vêtus, se disent prêts « à donner à la patrie des citoyens éclairés23 ». Les proviseurs lancent alors sa fabrication puis ils recrutent des instructeurs, le plus souvent des sous-officiers et officiers retraités. Ils se procurent, enfin, des armes de réforme auprès des commandants militaires. Il n’est pas de soldats sans fusils, en effet, comme le soulignent les élèves du lycée Corneille à Rouen : « Vous combleriez nos vœux, Monsieur le Ministre, en nous faisant distribuer des armes aussitôt que possible afin qu’habitués dès la jeunesse au poids du fusil, nos bras puissent plus tard s’en servir, si besoin était, pour défendre la République24 ».

  • 25 Lettre du proviseur de Nîmes au recteur, 26 novembre 1871, AN, F17 7591.
  • 26 Voir, entre autres, Arnaud, 1991 et Bourzac, 2004.

121870 ranime la fibre militaire et patriotique. La guerre pousse certains élèves à s’évader de leur établissement pour s’engager, le plus souvent contre la volonté de leurs parents, dans des compagnies de francs-tireurs. Leur nombre est inconnu et leur existence n’est évoquée qu’incidemment, lorsque ces jeunes gens, de retour au lycée, se signalent par une réintégration douloureuse et une difficile soumission à la discipline scolaire. Ces engagés suscitent l’admiration de leurs camarades tel ce lycéen de Nîmes qui « a su grâce à ses aventures d’autrefois se donner un certain crédit auprès d’élèves qui lui sont supérieurs en intelligence25 ». Avec la loi du 28 mars 1882 cependant, l’apprentissage de la défense citoyenne n’est plus l’apanage des seuls jeunes hommes, la préparation militaire commençant dès l’école primaire26.

Jeunes hommes et importation des joutes militaires dans l’espace civil

  • 27 Breiz Izel ou la vie des Bretons d’Armorique, 120 dessins d’Olivier Perrin avec un texte explicatif (...)
  • 28 Lettre du commissaire de Lille au préfet, 13 juin 1840, AD, Nord, 18U/23.
  • 29 Lettre du commissaire de Wazemmes au préfet, 26 août 1834, AD, Nord, 18U/23.
  • 30 Lettre du commissaire de Wazemmes au préfet, 18 juin 1840, AD, Nord, 18U/23.
  • 31 Petit dictionnaire des traditions messines par le Dr R. de Westphalen, Metz, 1934, imprimerie du jo (...)

13Les combats et jeux collectifs qui pouvaient réunir plusieurs centaines de participants initient également les jeunes hommes aux règles de l’engagement militaire. Nul mieux qu’Alexandre Bouët n’a su peindre l’affrontement des jeunes Bretons à la crosse, « un jeu presque guerrier » qu’il décrit, au reste, en filant la métaphore militaire : les « camps ennemis » investissent « le champ de bataille » ; « le nombre des combattants a été réglé » ; « chaque armée a chargé un plénipotentiaire de déterminer d’accord la ligne à parcourir » ; et une fois la victoire remportée, les vaincus « n’ont plus pour se consoler de leur humiliation qu’à provoquer les vainqueurs à une revanche27 ». La crosse, toutefois, reste contenue comme la soule par des règles strictes. Il n’en est pas de même des bagarres rituelles qui opposent les garçons. Les guerres enfantines qui se déroulent à Lyon et à Lille sous la Restauration et la monarchie de Juillet, font ainsi l’objet d’innombrables procès-verbaux. À Lille, les enfants des diverses paroisses se rassemblent pour faire, « ce qu’ils appellent “tue-tue”28 ». Ces rencontres rassemblent entre 300 et 500 protagonistes qui se battent à coups de pierres durant trois à cinq heures. « Ces jeunes gens » appartiennent à la classe ouvrière et « beaucoup sont occupés dans les fabriques de Lille29 ». Ils ont, selon les témoins, entre douze et seize ans pour les uns, entre douze et dix-huit ans pour les autres. Leurs armées se constituent sur des bases territoriales opposant « le parti de Saint-Sauveur » et « ceux de Wazemmes et d’Esquerme ». Leur affrontement copie en tout point le modèle militaire puisque les vainqueurs font des prisonniers qui sont sans pitié jetés à l’eau ou sont punis en ayant « les cheveux coupés instantanément au moyen d’un couteau »30. À la campagne, ces luttes publiques sont mentionnées jusqu’en 1914. En pays messin à la Belle Époque, les garçons de deux communes voisines se fixent encore « rendez-vous à heures et jours fixes pour se livrer à de véritables batailles rangées », en général « précédées d’un défi ». Quant au symbole de la victoire, il a peut-être inspiré Louis Pergaud puisque « les vainqueurs coupaient les boutons de culotte des vaincus31 ».

  • 32 J’ai recensé 46 combats et « guerres » contre 119 rixes.

14C’est donc le plus souvent entre pairs que les garçons s’initient à leur futur statut de défenseurs de la Patrie32. Le recul des combats juvéniles, très rapide à partir de 1850, reflète à la fois une recomposition des masculinités et une nouvelle propédeutique militaire, car la conscription, en s’universalisant, rend désormais inutiles ces parades néo-guerrières.

«Bons pour le service »

  • 33 Elle rétablit la conscription malgré l’article 12 de la Charte de 1814 qui confirmait son abolition (...)
  • 34 Le contingent passe de 40 000 hommes en 1818, 10% de la classe, à 60 000 en 1824 et 80 000 en 1832. (...)
  • 35 Comme le déplore le préfet des Pyrénées-Orientales, 2 août 1818, F7 9789.

15C’est progressivement, toutefois, que les jeunes hommes sont amenés à considérer le service comme un rite de passage gratifiant qui fait d’eux des hommes à part entière. La loi Gouvion Saint-Cyr du 10 mars 1818 a suscité, dans un premier temps, un vif mécontentement33. C’est sous la Restauration que la résistance est la plus forte mais elle reste vivace dans certaines régions jusqu’à la Troisième République34. Le rejet tient à la peur d’une rupture brutale avec son environnement, à l’immersion dans un monde inconnu, à la confrontation avec une langue étrangère — le français —, à la réticence des parents, inquiets de perdre dans un fils adulte un soutien précieux. Bref, pour toutes ces raisons, une partie des jeunes Français restent « sourds à la voix de l’honneur35 ». Cette formule récurrente révèle qu’être bon pour le service ne constitue pas pour tous une preuve de virilité et que l’honneur masculin ne s’incarne pas pour tous dans le devoir des armes.

  • 36 Roynette, 2004, p. 194.
  • 37 Lettre du préfet de l’Ariège au ministre, 20 août 1821, AN, F7 9789.
  • 38 Roynette, 2004, p. 3.

16Peu à peu, cependant, le tirage et le conseil de révision commencent à faire figure de rites initiatiques et d’épreuves de masculinité. Être « bon pour le service », c’est désormais être un homme apte « à remplir ses obligations de soldat, de citoyen et de père de famille36 ». Le préfet de l’Ariège note dès 1821 « la franchise avec laquelle la plupart réclamaient même leur aptitude au service militaire » et il relève que les jeunes hommes ayant excipé de maux d’estomac pour être exemptés, « ont été aux yeux de leurs camarades un objet de ridicule37 ». Non seulement le jeune homme a surmonté la douloureuse épreuve du conseil de révision qui l’expose, nu, au regard des médecins, voire des curieux, mais il est ensuite reconnu publiquement comme un homme fait. La famille et la communauté villageoise sont même de plus en plus attentives à ce verdict qui disqualifie les malingres, y compris pour le mariage. Dans une société où les plaisanteries sont un passage obligé pour tous les garçons, les railleries contre les « fausses couches » et les « mal bâtis » attendent les réformés. À partir de la Troisième République, la « classe » remplace l’antique « jeunesse » et s’intègre à l’espace civique avec la participation croissante des autorités municipales. La loi de 1872 constitue un tournant majeur. Il s’agit après la défaite et dans une perspective de patriotisme exacerbé, de renforcer la défense nationale mais également d’assurer la régénération de la Nation en posant comme principe que chaque Français peut servir sous les armes et que nul ne saurait désormais en être exempté. Les conscrits se sentent donc appelés à défendre tous ensemble la Patrie et la République. Dès lors que le service devient universel, les jeunes citoyens se pensent investis d’une mission fondée sur la souveraineté populaire et masculine. Aussi la caserne devient-elle plus que jamais « un élément central dans le processus de construction de l’identité masculine38 ».

La citoyenneté comme privilège masculin

  • 39 Voir Robert, 1996.
  • 40 291 dossiers traitent des relations entre les jeunes et la politique, anticléricalisme inclus. 166 (...)

17Dès l’adolescence, les garçons se définissent également comme de futurs citoyens. Quand bien même le cens et l’âge les excluent du vote, ils n’en restent pas moins convaincus d’être en droit d’exprimer leur sentiment sur la façon dont la France est gouvernée. Ils se rendent ainsi maîtres de l’espace public où se déploie la protestation politique. Ils s’y affirment même comme des acteurs majeurs puisque le cortège au xixe siècle est à la fois masculin et dominé par les jeunes célibataires39. Les grands événements qui rythment le siècle, du retour des Bourbons aux années 1880, ont ainsi un impact considérable sur des jeunes gens prompts à s’enthousiasmer40.

Masculinité, citoyenneté et rupture des Trois Glorieuses

  • 41 Lettre au ministre de l’Instruction publique, signée par 35 professeurs, 21 août 1830.
  • 42 Caron, 1991, p. 316. On compte 8 à 10 étudiants sur les 504 martyrs de juillet.
  • 43 Voir Agulhon, 1988.
  • 44 Lettre du procureur de Figeac au procureur général de Toulouse, 17 août 1830, AN, BB18 1186.

18Les professeurs des grands collèges parisiens qui sollicitent pour leurs élèves l’honneur de voir le « Roi-citoyen » peignent ainsi leurs réactions lors de la révolution de Juillet : « Les sentiments de patriotisme qui ont enfanté notre régénération ont trouvé de l’Écho [sic]dans leurs jeunes cœurs ». Ils souhaitent également souligner les effets pédagogiques d’une telle rencontre puisque désormais ils ne sont plus seulement chargés d’instruire des élèves mais sont désormais « appelés à former des hommes et des citoyens41 ». Ces perspectives civiques parlent d’autant plus aux collégiens qu’ils ont sous les yeux l’exemple prestigieux de leurs aînés. La jeunesse des écoles, en effet, et en particulier les étudiants de droit et les polytechniciens, a participé aux Trois Glorieuses. Louis-Philippe a, d’ailleurs, voulu souligner leur rôle dans cet événement fondateur en les recevant en corps au palais royal le 10 août, le lendemain de son intronisation, et en les félicitant en ces termes : « toute la jeunesse a montré un héroïsme et un dévouement sur lesquels je suis heureux de pouvoir compter42 ». Dès lors, les jeunes hommes et les adolescents ainsi honorés associent plus que jamais politique et masculinité. Les adultes ne s’étonnent plus, de leur côté, que dès leur plus jeune âge les garçons affichent leurs préférences politiques. La révolution de 1830 constitue donc pour la jeunesse masculine une vraie rupture d’autant que la province est au même diapason que la capitale43. À Figeac (Lot) par exemple, quelques jeunes hommes ralliés avec enthousiasme au nouveau régime « se sont crus appelés à donner la direction aux affaires ; ils se croient forts du concours, fort utile, il faut le dire, qu’ils ont prêté aux élections ». De là, poursuit le procureur subtilement réprobateur face à cette prise de pouvoir juvénile, ils se sont « emparés de l’esprit des masses » et « ils se croient plus forts que l’autorité parce qu’ils ont ce levier44 ».

19Les louanges publiques, néanmoins, n’ont qu’un temps. À partir de 1832, la lutte entre les Républicains et le gouvernement mobilise la jeunesse la plus politisée comme le montrent les troubles déclenchés à l’automne par les étudiants de Montpellier. Le 20 novembre, dès l’ouverture des cours, une centaine d’étudiants sifflent et conspuent le lieutenant général et le préfet. Puis ils parcourent les rues de la ville, tous les soirs, « en faisant retentir des chants et des cris provoquant au renversement de la monarchie et outrageants contre d’augustes personnages ». Le procureur général préfère minimiser le scandale, imputé à l’âge des protagonistes. « En fait, écrit-il, ils manifestent des préférences et des sympathies, voilà ce qui est vrai sans être général et c’est malheureusement un travers de la jeunesse ». Mais, pour lui, la politique n’est que prétexte pour jouer à l’homme :

  • 45 Lettre du recteur au ministre de l’Instruction publique, 21 novembre 1832 et lettre du procureur gé (...)

Inexpérience et excès d’amour-propre, voilà ce qui les domine : ils pensent se donner de l’importance et du relief par des allures frondeuses et grossières. C’est à leurs yeux de l’indépendance, et la plupart de ces petits républicains qui marchent fièrement dans la rue le chapeau sur l’oreille, le cigare à la bouche, semblent dire, « nous allons renverser le gouvernement », n’affichent telle opinion politique que par suite de cette déplorable disposition d’esprit45.

20L’analyse est remarquablement clairvoyante sur les mécanismes de construction de l’identité masculine ainsi que sur ses ressorts psychologiques mais elle sous-estime la force des convictions politiques qui animent les étudiants. Être un homme, c’est bien afficher des opinions avancées mais c’est également les défendre.

  • 46 Il s’agit de la seconde insurrection lyonnaise qui se déroule entre le 9 et le 12 avril et qui est (...)
  • 47 Lettre du recteur de Lyon au ministre de l’Instruction publique, 1er mai1834, et lettre du proviseu (...)

21Les événements d’avril 1834 et l’affrontement final avec les Républicains suscitent donc une vive émotion dans la jeunesse des écoles46. La mutinerie du collège royal de Lyon, le 27 avril a, certes, des mobiles de potaches : se venger d’un maître d’études, faire du tapage, piller la dépense et faire bombance. Mais les meneurs, des élèves de classes préparatoires, sont des jeunes hommes et non des gamins. L’un d’eux est même soupçonné d’avoir « engagé une bande d’anarchistes à se présenter à la porte du collège » durant l’insurrection et il entretient des sympathies politiques hors du lycée. Pour le proviseur, du reste, la cause profonde de la révolte réside dans « le retentissement de la guerre civile qui a désolé cette grande cité ». Et il poursuit désabusé, « dès lors que la révolte contre la loi est permise, que les doctrines de la République se traduisent en coups de fusil, qu’avec cela les sentiments de famille, les sentiments religieux sont traités de niaiseries au milieu des rues et des places publiques, doit-on s’étonner que ces fatales thèses jettent les perturbations dans quelques jeunes âmes impressionnables ?47 ». Comme l’attestent ces remarques, les jeunes bourgeois, en intervenant dans le champ politique, lient citoyenneté et masculinité.

«La proclamation de la République les a électrisés »

  • 48 Extrait du rapport du proviseur cité par le recteur de Bourges dans une lettre au ministre de l’Ins (...)
  • 49 Sur leur mobilisation, voir Caron, 1991.
  • 50 Les réponses à l’enquête du ministère sont conservées dans le carton AN, F17 7289.
  • 51 Lettre du recteur d’Orléans au ministre de l’Instruction publique, 9 mars 1848, AN, F17 7289.

22Cette réflexion du proviseur de Bourges en février 1848 vaut pour de nombreux lycées dont les élèves non seulement s’enthousiasment pour la République mais se voient déjà électeurs48. En 1848 comme en 1830, la jeunesse des écoles s’est mobilisée mais cette mobilisation change d’échelle. À Paris, le gouvernement provisoire s’empresse de réquisitionner les étudiants pour assurer sa sécurité et faire appliquer ses arrêtés puis il les fait entrer dans l’état-major de la Garde nationale. Il les traite donc en militants responsables49. Et, fait nouveau, il s’intéresse également à « la situation des esprits » dans les collèges50. Certains chefs d’établissement ont parfois devancé les instructions et ont amené leurs élèves aux festivités organisées en l’honneur de la jeune République. Le recteur d’Orléans rend bien compte du rôle de passeurs politiques qui revient désormais aux adultes. « La nouvelle de la proclamation de la République, note-t-il, n’a causé d’abord parmi les élèves qu’un sentiment d’étonnement, mêlé d’une curiosité que nous nous sommes efforcés de satisfaire. Quelques explications sommaires leur ont été données sur les institutions des peuples modernes et notamment des Etats-Unis pour leur faire comprendre qu’eux aussi désormais, quand ils seront hommes, ils seront comptés pour quelque chose dans l’administration des affaires publiques51 ». Dès lors que des adultes considèrent les adolescents comme leurs futurs égaux, ces derniers s’enorgueillissent de participer à la vie de la cité. L’exclusion des femmes du « vote universel » a même pour effet de leur donner, quoique mineurs, une importance nouvelle liée à leur sexe et d’ancrer en eux la conviction que la politique est un privilège masculin.

  • 52 Compte rendu par le président des Assises du Tarn, 1er trimestre 1848, AN, BB20 148. Les jeunes gen (...)
  • 53 Que M. Agulhon avait démontrée dans Agulhon, 1970.
  • 54 Compte rendu par le président des Assises du Puy-de-Dôme, 2ème trimestre 1849, AN, BB20 148.

23Les jeunes gens des milieux populaires, en ville comme à la campagne, vivent également la Seconde République comme une propédeutique civique. La politique s’immisce même dans la mésintelligence qui règne entre « coteries » juvéniles. À Lautrec (Tarn), les élections au conseil général en septembre 1848 constituent ainsi un tournant et divisent la jeunesse masculine. « Quelques-uns de ces jeunes gens, partisans du candidat légitimiste qui l’avait emporté, ayant proposé aux autres d’aller danser une sérénade à ce dernier, ceux-ci s’y refusèrent ». Ce refus engendre plusieurs dimanches durant « de petites collisions peu graves dans lesquelles ne vint se mêler aucune manifestation politique », selon le président des Assises, alors qu’à l’arrivée du nouveau conseiller et de ses partisans, cinq jeunes hommes crient : « À bas les carlistes52 ». De tels cas sont révélateurs des vecteurs de la politisation juvénile et montrent une restructuration de la jeunesse masculine autour d’enjeux politiques et citoyens. L’année 1849 accentue encore la rupture avec la percée électorale des démocrates-socialistes qui séduisent une fraction de la jeunesse rurale, prompte à manifester ses convictions, fût-ce par la subversion des pratiques folkloriques53. Lors du carnaval de 1849 à Issoire, sept jeunes hommes, artisans pour l’essentiel, organisent ainsi une saynète en deux tableaux qui met en scène la lutte entre Rouges et Blancs. Dans un premier temps, deux d’entre eux, l’un costumé en paysan, le second en ouvrier, avancent masqués de rouge et écrasés par un joug. Ils sont conduits par un troisième protagoniste, masqué de blanc et « vêtu d’une redingote représentant un bourgeois ». Dans un second temps, le jeune homme au bonnet rouge est juché sur une voiture et plonge un bout de bois figurant un poignard dans le corps du mannequin au bonnet blanc54. La licence festive, mais aussi leur supposée immaturité permet en effet aux jeunes manifestants d’exprimer leurs convictions tout en échappant à la répression.

L’empire libéral et l’apprentissage juvénile des nouvelles règles démocratiques

24Le coup d’État du deux décembre met un terme à ces manifestations politiques. À partir de 1868 toutefois, la jeunesse se réveille. L’application de la loi Niel puis l’affaire Victor Noir débouchent sur sa politisation accélérée et la visibilité nouvelle des jeunes hommes dans le débat public.

  • 55 Voir AN, BB18 1756, « Garde Mobile. Troubles ». Les plus importants se déroulent à Dijon, Grenoble, (...)
  • 56 Le 9 mars, des groupes d’appelés se pressent autour de la Préfecture où se tient le conseil de révi (...)
  • 57 Lettre du procureur général de la cour impériale de Toulouse au Garde des Sceaux, 19 mars 1868 ; no (...)

25En mars et avril 1868, le recrutement de la garde mobile conduit à des incidents graves dans plusieurs métropoles mais également dans des petites villes, voire des bourgs55. Les troubles de Toulouse — défilés, Marseillaise, drapeau rouge, cris séditieux, heurts avec les forces de l’ordre et déprédations — sont d’une ampleur inusitée et constituent un bon observatoire des comportements d’une jeunesse masculine, principalement ouvrière mais rapidement épaulée par les Écoles56. Les protestations sont motivées par le refus d’être enrôlés dans la garde mobile mais la conscription sert également de prétexte. Le procureur le sait bien qui met en cause « des aspirations républicaines qui n’ont jamais cessé d’exister dans la classe ouvrière ». Les jeunes hommes constituent donc le fer de lance de l’opposition et, à ce titre, ils sont soutenus par les applaudissements chaleureux des adultes. L’âge moyen des prévenus arrêtés le 4 avril oscille entre dix-huit et dix-neuf ans. Certains n’ont même pas plus de seize ans. Tous, par ailleurs, ont de très bons antécédents et passent pour des « ouvriers laborieux et rangés ». Ceux-là ne sont pas encore en âge de devenir mobiles mais, futurs citoyens et soldats, ils saisissent l’occasion d’exprimer leurs espoirs d’un changement politique radical. Face à ces manifestations, les autorités préfèrent, cependant, temporiser et minimiser la portée politique de cette mobilisation imputée à l’ivresse et aux éclats d’une masculinité en construction. « Cette jeunesse inconsidérée fait du désordre par entraînement et par forfanterie, par amour du bruit et par turbulence naturelle plutôt que dans un but politique », écrit ainsi le procureur général qui y voit pourtant quelques lignes plus loin « une véritable démonstration républicaine ». Les jeunes ouvriers bénéficient ainsi pour la première fois d’une mansuétude jusque-là réservée aux bourgeois57.

  • 58 Rappelons les faits. Pierre Bonaparte, un cousin germain de Napoléon III, est un homme violent et u (...)
  • 59 Voir sur l’affaire Marianne Joxe, La mort de Victor Noir, mémoire de maîtrise, 1991, Université de (...)
  • 60 De janvier à mai 1870, on relève 21 mutineries contre 114 pour la période 1848-1888.
  • 61 Sur le déroulement des mutineries, voir Sohn, 2009.
  • 62 « Chronique locale », Le Progrès du Nord, 20 janvier 1870, AN, F17 7290, sous-dossier « Lille ».
  • 63 Lettre conservée dans AN, F17 7291.

26L’affaire Victor Noir constitue, pour sa part, un tournant plus important encore et déclenche ce qu’on peut qualifier de mai 1968 des lycéens du xixe siècle.Le 10 janvier 1870, Victor Noir, un journaliste de La Marseillaise, âgé de vingt-deux ans à peine, est abattu d’un coup de pistolet par le prince Pierre Bonaparte58. L’émotion suscitée par ce meurtre est considérable. Ses funérailles rassemblent le 12 janvier une foule de près de 150 000 personnes59. Si l’agitation retombe chez les adultes, il n’en est pas de même chez les adolescents et en particulier dans les lycées qui connaissent alors la plus grande vague de mutineries du siècle60. La souscription lancée pour édifier un monument en l’honneur de ce martyr républicain suscite, en effet, l’enthousiasme des lycéens et d’abord des provinciaux61. Le lycée de Lille est le premier à se mobiliser avec des arguments renvoyant à la pratique politique des hommes faits. Comme l’écrit un élève dans Le Progrès du Nord, « en souscrivant pour Victor Noir, nous avons cédé à de généreux sentiments et fait acte d’indépendance. Toutes les opinions sont libres et nous prions le Censeur de respecter les nôtres62 ». À Limoges, de nombreux élèves du grand et du moyen lycée envoient également leur obole au Rappel avec une missive « sympathique » à la « ligne politique » de ce journal. Le recteur se gausse de cette correspondance saisie par un domestique du lycée et en souligne les fautes d’orthographe pour disqualifier les convictions des militants juvéniles. Il n’en reste pas moins que ces derniers sont informés, ont lu les journaux et vont jusqu’à recopier Rochefort : « Qui pourrait rester indifférent au chagrin et à l’indignation générale, causées par le lâche assassinat d’un des valeureux champions de la liberté ! Qui pourrait retenir son noble calme en voyant la famille impériale se débarrassersi lâchement des hommes qui pourraient gêner ses projets oppresseurs », s’indigne le scripteur. « Dans un moment où la liberté lutte contre la tyrannie, où l’opprimé lutte contre son lâche oppresseur, l’espoir encore naissant de la France doit du fond de son lycée prendre part à cette noble entreprise ». Et de conclure que c’est sur les lycéens que repose désormais « l’espoir naissant de la France »63.

  • 64 Allusion au « Cahier à mes électeurs », dit « programme de Belleville », présenté par Gambetta, can (...)
  • 65 Lettre du vice-recteur au ministre de l’Instruction publique, 2 mars 1870, AN, F17 7291.
  • 66 Lettre du vice-recteur au ministre de l’Instruction publique, 2 mars 1870 ; lettres recopiées dans (...)
  • 67 Lettre du proviseur de Lons-le-Saulnier au recteur de Besançon, 1er mars 1870, AN, F17 7290.

27C’est, néanmoins, le cas de Bourges qui est le plus éclairant. Il permet, en effet, de comprendre, dans toute sa complexité, comment se construit chez les adolescents l’identité masculine citoyenne. Le 21 février 1870, les élèves font du vacarme et commencent à édifier une barricade. Ils chantent la Marseillaise, crient « Vive Rochefort » et lancent « des vociférations dignes de Belleville »64. Selon le vice-recteur, ils ont seulement voulu imiter leurs condisciples et la politique serait tout à fait étrangère à la manifestation65. Les élèves oscillent, de fait, entre plusieurs attitudes. L’émulation joue un rôle important, car l’information circule entre établissements comme l’atteste cette lettre recopiée par l’administration : « Où en est la politique à Nevers ? Songez-vous à vous faire licencier ? Quant à nous, mon vieux ami, nous avons déjà bien commencé. Nous avons souscrit pour Victor Noir ». Selon un élève, la politique serait un simple paravent : « l’idée d’avoir une journée est venue à quelques élèves dès qu’on a su que d’autres lycées avaient commis des désordres. Mais on a cherché longtemps le prétexte ». L’inspecteur reconnaît, toutefois, que « les bruits politiques de ces derniers temps auraient excité les élèves » et qu’avec le nombre croissant d’externes, les lycées sont devenus « des maisons ouvertes ». En fin pédagogue, il sait également décoder ce qui dans l’événement relève de la construction de l’identité masculine juvénile : « Une quête pour Victor Noir est un moyen commode sans courir aucun risque et qui les pose bien à leurs yeux ». Les plus décidés en attendent un « bénéfice », autant dire un article dans les journaux. Poser à l’homme désormais, pour des adolescents, c’est recevoir un brevet de légitimité par les faiseurs d’opinions que sont devenus les journalistes. Bref, c’est obtenir une consécration publique. Et l’inspecteur de conclure : « Je ne vous apprendrai rien, M. le Recteur, en signalant cet esprit qui envahit la tête des jeunes gens dès qu’ils sortent des classes de grammaire. Ils voudraient être hommes et être traités en hommes. Ils recherchent avec soin tout acte qui paraît l’acte d’un homme ou qui peut les grandir à leurs propres yeux et à ceux de leurs camarades. C’est de la vanité ». À Bourges, les lycéens ont réussi leur pari puisque « on tient dans les cafés des propos approbateurs de l’émeute du lycée66 ». L’inspecteur oublie seulement les convaincus, les mordus de la politique, tels ces élèves de philosophie et de sciences « du lycée de XXX » qui envoient le 22 janvier 50 F à La Marseillaise en précisant : « Nous ne sommes pas encore des hommes, mais nous ne sommes plus des enfants. Tous ou à peu près, nous serons appelés à voter dans un an ou deux. Nous sommes heureux de trouver à l’avance l’occasion de monter nos sentiments67 ». En ces mois de janvier et février 1870, les lycéens ont fait un apprentissage accéléré des règles citoyennes et démocratiques.

  • 68 Voir « Congrès des lycéens », AN, F17 7294. Selon l’inspecteur d’Académie (lettre au recteur du 16 (...)
  • 69 « Les élèves de l’Université », Le Courrier de la Somme, 21 avril 1882.
  • 70 « Chronique », Le xixe siècle, le 16 avril 1882.
  • 71 Le Temps, 9 avril 1882.

28La fin de l’Empire et le début de la Troisième République révèlent le succès des nouvelles médiations politiques : lettre au journal, députation et défilés. Rien n’atteste mieux la rencontre entre les adolescents et la politique que « le congrès national des élèves des lycées de France ». Convoqué en 1882 par les lycéens de Toulouse et de Montpellier et réuni à Bordeaux en août, il se place d’emblée sous la présidence d’honneur de Victor Hugo68. Les jeunes congressistes rédigent un programme fort novateur qui va de la gratuité de l’enseignement secondaire à la liberté de conscience, sans oublier la relégation des humanités classiques au rang d’options facultatives. La forme prise par leur mobilisation surprend les adultes et suscite leurs sarcasmes. « MM. les élèves des lycées de la République vont, à l’instar de leurs papas, tenir des congrès », s’exclame un journaliste provincial69. On ne saurait être plus clairvoyant. Le xixe siècle l’est tout autant quoiqu’il se gausse de ce « congrès des potaches » : « Le parlementarisme est une belle chose mais les parlements de gamins de quatorze à seize ans ne m’inspirent aucun respect. C’est une plaie de notre époque que cette hâte que l’on a de vouloir brûler les étapes, de vouloir être un homme à quinze ans70 ». Le Temps oppose, quant à lui, temps passé et cours nouveau : « aujourd’hui nos jeunes collégiens ont progressé. Ils se mettent en harmonie avec le siècle. Ils répudient la vieille méthode des révoltes à coups de dictionnaires et ils inaugurent l’ère des congrès ». Le journaliste ne s’en étonne pas, car « les enfants sont naturellement enclins à imiter les grandes personnes. Or, actuellement, les congrès sont à la mode71 ».

29Citoyenneté et Nation étant indissolublement liés depuis 1789, la souveraineté populaire et la défense de la Patrie vont de pair. Mais le suffrage étant réservé aux hommes, si le genre de la Nation est iconographiquement féminin, il est politiquement masculin. Les jeunes hommes calquent donc leur conduite sur ces représentations. Ils intériorisent l’idée que la politique est un apanage de la masculinité et en font la démonstration tout au long du xixe siècle. Leur engagement est constant mais son intensité suit les scansions événementielles. Il culmine lors des révolutions de 1830 et de 1848, mêlant fierté de l’engagement sur les barricades et engagement partisan pour les aînés avec aspirations à se forger un tempérament de futurs soldats et citoyens pour les plus jeunes. À partir de 1868, les jeunes participent au combat pour la démocratie par leurs manifestations et rebellions lycéennes. Avec la République triomphante, toutefois, la citoyenneté va de soi et n’exige plus des actes de bravoure mais une sage persévérance et un apprentissage de ses règles. Tous les jeunes hommes peuvent désormais participer aux meetings et aux comités électoraux, aux mouvements politiques et aux organisations corporatives, en particulier estudiantines. Citoyenneté et Nation s’imposent plus que jamais, mais sans heurt désormais, comme une évidence relevant sans discussion de la sphère masculine.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Agulhon, Maurice (1970), La République au village, Paris.

Agulhon, Maurice (1979), Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris.

Agulhon, Maurice (1988), « 1830 dans l’histoire du xixe siècle français », dans Id., Histoire vagabonde, Paris, t. II.

Agulhon, Maurice (1989), Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris.

Agulhon, Maurice (2001), Les métamorphoses de Marianne. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1914 à nos jours, Paris.

Arnaud, Pierre (1991), Le militaire, l’écolier, le gymnaste. Naissance de l’éducation physique en France, 1869-1889, Lyon.

Aron, Jean-Paul, Dumont, Paul, Le Roy Ladurie, Emmanuel (1972), Anthropologie du conscrit français d’après les comptes numériques et sommaires du recrutement de l’armée (1819-1826), Paris-La Haye.

Auslander, Leora (1998), « Le vote des femmes et l’imaginaire de la citoyenneté. L’État-Nation en France et en Allemagne », dans Anne-Marie Sohn et Françoise Thélamon (éd.), L’histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, pp. 73-86.

Auslander, Leora, Zancarini-Fournel, Michelle (dir.) [2000], Le genre de la nation, dossier publié dans le numéro 12 de la revue CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés.

Bourzac, Albert (2004), Les bataillons scolaires, 1880-1891. L’éducation militaire à l’école, Paris.

Brown, Stéphanie A. (1996), Women on Trial. Revolutionary Tribunal and Gender, PhD, Stanford University.

Caron, Jean-Claude (1991), Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le quartier latin (1815-1851), Paris.

Comte, Auguste, Système de politique positive, Paris, 1851-1854.

Gerbod, Paul (1968), La vie quotidienne dans les lycées et les collèges au xixe siècle, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Grimshaw, Patricia (1972), Women’s Suffrage in New Zealand, Auckland.
DOI : 10.4324/9780203401446

Gutwirth, Madelyn (1992), The Twilight of the Goddesses. Women and Representation in the French Revolutionary Era, Brunswick.

Hess, Carla (2001), The other Enlightment. How French Women became Modern, Princeton.

Hunt, Lynn A. (1992), Le roman familial de la Révolution française, Paris.

Hunt, Lynn A. (2003), « L’histoire des femmes : accomplissements et ouvertures », dans Martine Lapied et Christine Peyrard (éd.), La Révolution au carrefour des recherches, Aix-en-Provence, pp. 281-292.

Kintzler, Catherine (2008), Qu’est-ce que la laïcité ?,Paris.

Landes, Joan (1988), Women and the Public Sphere at the Age of the French Revolution, Ithaca.

Letzer, Jacqueline, Adelson, Robert (éd.) [2001], Women Writing Opera. Creativity and Controversy in the Age of the French Revolution, Berkeley.

Pergaud, Louis (1912), La guerre des boutons. Roman de ma douzième année, Paris.

Perrot, Michelle (2006), « Le genre de Marianne », dans Maurice Agulhon, Annette Becker et Évelyne Cohen (éd.), La République en représentations. Autour de l’œuvre de Maurice Agulhon,Paris, pp. 233-243.

Rauch, André (2000), Le premier sexe. Mutations et crise de l’identité masculine, Paris.

Riot-Sarcey, Michèle (1994), La démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir, Paris.

Robert, Vincent (1996), Les chemins de la manifestation, 1848-1914, Lyon.

Roynette, Odile (2000), « Bons pour le service ». L’expérience en France de la caserne au xixe siècle, Paris.

Roynette, Odile (2004), Les mots des soldats, Paris.

Scott, Joan (1998), La citoyenne paradoxale. Les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris.

Sohn, Anne-Marie (2006), « La trilogie des Marianne. Relecture de l’idée républicaine », dans Maurice Agulhon, Annette Becker et Évelyne Cohen (éd.), La République en représentations. Autour de l’œuvre de Maurice Agulhon,Paris, pp. 33-42.

Sohn, Anne-Marie (2009), « Sois un homme ! ». La construction de la masculinité au xixe siècle, Paris.

Soulet, Jean-François (1987), Les Pyrénées au xixe siècle, t. II : Une société en dissidence, Toulouse.

Surkis, Judith (2006), Sexing the Citizen. Masculinity and Morality in France, 1870-1920, Ithaca.

Thébaud, Françoise (éd.) [1992], Histoire des femmes en Occident, t. V : Le xxe siècle, Paris.

Haut de page

Annexe

Abréviations

AD Archives départementales

AN Archives nationales

Haut de page

Notes

1 Voir Hunt, 1995 ; Riot-Sarcey, 1994 ; Scott, 1998.

2 Auslander et Zancarini-Fournel, 2000. Voir également Auslander, 1998.

3 Voir Thébaud, 1992.

4 Landes, 1988, p. 171, traduit dans Hunt, 2003.

5 Comte, Système de politique positive.

6 Gutwirth, 1992, traduit dans Hunt, 2003, p. 285.

7 Perrot, 2006, p. 233.

8 Scott, 1998.

9 Hess, 2001 ; Letzer et Adelson, 2001.

10 Kintzler, 2008.

11 Charles Sowerwine cite en particulier les travaux de Grimshaw, 1972, dans Sohn et Thélamon, 1998.

12 Les Allemands ont, certes, représenté leur pays sous la forme d’une allégorie féminine et guerrière, Germania, mais, à la différence de Marianne, cette allégorie a peu investi l’espace public.

13 Voir Agulhon, 1979, p. 7. Voir également Id., 1989 et 2001.

14 Sohn et Thélamon, 1998. M. Agulhon discute là le texte de Auslander, 1998, texte qui ne l’a pas convaincu.

15 Rauch, 2000.

16 Voir Sohn, 2006.

17 Note du 10 mars 1827 et lettre du maire de Lyon au préfet, 8 mars 1827, AD, Rhône, 4M 190.

18 Programme de la fête baladoire, AD, Rhône, 4M 180. Sur les vogues lyonnaises, voir Robert, 1996.

19 Gerbod, 1968.

20 Lettre du proviseur au recteur, 29 avril 1834, AN, F17 7587.

21 Un sous-dossier, intitulé « Uniforme, 1848 », est tout entier consacré à cette question dans le carton des AN, F17 7589.

22 Lettre, 27 mars 1848, ibid.

23 « Les délégués à leurs camarades », s. d., arrivé au Ministère le 9 mai 1848, AN, F17 7589.

24 Lettre, s. d., AN, F17 7589.

25 Lettre du proviseur de Nîmes au recteur, 26 novembre 1871, AN, F17 7591.

26 Voir, entre autres, Arnaud, 1991 et Bourzac, 2004.

27 Breiz Izel ou la vie des Bretons d’Armorique, 120 dessins d’Olivier Perrin avec un texte explicatif d’A. Bouët, 1835, ouvrage réédité chez H. Champion en 1918 avec une préface et des notes de F. Le Guyader, conservateur de la Bibliothèque de Quimper.

28 Lettre du commissaire de Lille au préfet, 13 juin 1840, AD, Nord, 18U/23.

29 Lettre du commissaire de Wazemmes au préfet, 26 août 1834, AD, Nord, 18U/23.

30 Lettre du commissaire de Wazemmes au préfet, 18 juin 1840, AD, Nord, 18U/23.

31 Petit dictionnaire des traditions messines par le Dr R. de Westphalen, Metz, 1934, imprimerie du journal « Le Lorrain », p. 38. L’enquête date de 1901-1940. Voir Pergaud, 1912.

32 J’ai recensé 46 combats et « guerres » contre 119 rixes.

33 Elle rétablit la conscription malgré l’article 12 de la Charte de 1814 qui confirmait son abolition. Les jeunes hommes qui tirent un petit numéro, c’est-à-dire un « bon numéro », sont définitivement libérés. Ceux qui tirent un numéro élevé, c’est-à-dire un « mauvais numéro », doivent partir ou payer un remplaçant.

34 Le contingent passe de 40 000 hommes en 1818, 10% de la classe, à 60 000 en 1824 et 80 000 en 1832. Entre 1819 et 1826, les cas d’insoumission et d’automutilation se concentrent dans le sud du pays et principalement dans le massif Central et les Pyrénées. Entre 1841 et 1868, sur 29 812 insoumis, 11 046 sont pyrénéens. Voir Aron et alii, 1972, ainsi que Soulet, 1987.

35 Comme le déplore le préfet des Pyrénées-Orientales, 2 août 1818, F7 9789.

36 Roynette, 2004, p. 194.

37 Lettre du préfet de l’Ariège au ministre, 20 août 1821, AN, F7 9789.

38 Roynette, 2004, p. 3.

39 Voir Robert, 1996.

40 291 dossiers traitent des relations entre les jeunes et la politique, anticléricalisme inclus. 166 cas ont été repérés aux Archives nationales dans les séries F17 et AJ16, 64 dans la série BB18, 24 dans la série F7, 25 dans les séries M et U des archives départementales et 12 dans la série BB20.

41 Lettre au ministre de l’Instruction publique, signée par 35 professeurs, 21 août 1830.

42 Caron, 1991, p. 316. On compte 8 à 10 étudiants sur les 504 martyrs de juillet.

43 Voir Agulhon, 1988.

44 Lettre du procureur de Figeac au procureur général de Toulouse, 17 août 1830, AN, BB18 1186.

45 Lettre du recteur au ministre de l’Instruction publique, 21 novembre 1832 et lettre du procureur général de Montpellier au Garde des Sceaux, 20 décembre 1832, AN, BB18 1211.

46 Il s’agit de la seconde insurrection lyonnaise qui se déroule entre le 9 et le 12 avril et qui est suivie d’une sanglante répression ainsi que de l’insurrection parisienne du 13 avril.

47 Lettre du recteur de Lyon au ministre de l’Instruction publique, 1er mai1834, et lettre du proviseur au recteur, 29 avril 1834, AN, F17 7287.

48 Extrait du rapport du proviseur cité par le recteur de Bourges dans une lettre au ministre de l’Instruction publique, 27 février 1848, AN, F17 7287.

49 Sur leur mobilisation, voir Caron, 1991.

50 Les réponses à l’enquête du ministère sont conservées dans le carton AN, F17 7289.

51 Lettre du recteur d’Orléans au ministre de l’Instruction publique, 9 mars 1848, AN, F17 7289.

52 Compte rendu par le président des Assises du Tarn, 1er trimestre 1848, AN, BB20 148. Les jeunes gens sont inculpés pour cris séditieux et traduits devant les Assises mais ils sont acquittés.

53 Que M. Agulhon avait démontrée dans Agulhon, 1970.

54 Compte rendu par le président des Assises du Puy-de-Dôme, 2ème trimestre 1849, AN, BB20 148.

55 Voir AN, BB18 1756, « Garde Mobile. Troubles ». Les plus importants se déroulent à Dijon, Grenoble, Montauban et Toulouse mais les conscrits manifestent également à Moutiers (Savoie) ou Varilhes (Ariège).

56 Le 9 mars, des groupes d’appelés se pressent autour de la Préfecture où se tient le conseil de révision. Plusieurs jeunes gens sont alors arrêtés pour avoir chanté la Marseillaise dans un café voisin. Selon le procureur général, en effet, si « le chant de La Marseillaise ne semble pas séditieux en lui-même ; il peut le devenir selon les circonstances ». En l’occurrence, la volonté séditieuse est transparente puisque le chant patriotique accompagne le drapeau rouge. Le 11 mars, un rassemblement de 1 500 à 2 000 personnes, « où les très jeunes gens étaient en majorité », se forme sur la place du Capitole. Après avoir vainement tenté d’envahir la Préfecture, les manifestants parcourent le quartier Saint-Cyprien et dressent une barricade, vite démantelée. 800 à 900 d’entre eux investissent ensuite les boulevards. Les étudiants se mettent alors de la partie et se placent en tête du cortège. Une centaine d’entre eux envahissent en parallèle l’école de droit en criant « Vive la République ! » et en exigeant la libération d’un de leurs camarades, arrêté pour avoir protesté contre l’intervention des agents. À la différence des jeunes ouvriers et artisans, ils sont reçus en délégation par le maire. Le procureur général vient même les « haranguer » et ordonne de relâcher l’étudiant emprisonné. Le 14 mars, les manifestants attaquent un commissariat, en brandissant le drapeau rouge et en criant : « Vive la République ! À bas l’Empereur ! ». Le 16 mars, ils défilent en chantant la Marseillaise, place du Capitole, rebaptisent la place Louis-Napoléon du nom de Lafayette et profèrent des insultes contre l’évêché. Le 4 avril, deux groupes de plusieurs dizaines de jeunes hommes s’attroupent en chantant la Marseillaise. À chaque fois, des heurts les opposent aux forces de l’ordre et des déprédations sont commises sur le mobilier urbain et les immeubles voisins.

57 Lettre du procureur général de la cour impériale de Toulouse au Garde des Sceaux, 19 mars 1868 ; note du cabinet du ministre, s. d. ; lettre du procureur général de la cour impériale de Toulouse au Garde des Sceaux, 7 avril 1868 et « état des individus envoyés en police correctionnelle pour avoir pris part aux troubles de Toulouse (mars et avril 1868 )», s. d., BB18 1756, sous-chemise « Troubles de Toulouse ».

58 Rappelons les faits. Pierre Bonaparte, un cousin germain de Napoléon III, est un homme violent et un fin bretteur qui a déjà à son actif plusieurs duels mortels pour ses adversaires. Irrité par la façon dont un journal de Bastia, La Revanche, traite de la politique corse, il convoque en duel Rochefort. Quoique rédacteur à La Lanterne, ce dernier décide, néanmoins, avec un autre journaliste, Pascal Grousset, rédacteur à La Revanche et à La Marseillaise, de relever le défi au nom de la solidarité républicaine. Grousset se rend alors le 10 janvier 1870 au domicile du prince avec ses deux témoins, Ulrich de Fontvieille et Victor Noir, pour mettre au point la rencontre. Après une vive altercation, le prince tire sur eux et atteint mortellement Victor Noir. Le 11 janvier, Rochefort publie dans La Marseillaise un article virulent qui met en cause le régime : « Voici dix-huit ans que la France est entre les mains ensanglantées des coupe-jarrets qui, non contents de mitrailler les Républicains dans les rues, les attirent dans des pièges immondes pour les égorger à domicile ». Le numéro est saisi. Lorsque Rochefort appelle dans un discours au Corps législatif les Français à s’armer et « à se faire justice eux-mêmes », la chambre lève son immunité parlementaire. Des poursuites sont alors engagées contre lui pour offense à l’Empereur et provocation à la guerre civile.

59 Voir sur l’affaire Marianne Joxe, La mort de Victor Noir, mémoire de maîtrise, 1991, Université de Paris I. Le monument est inauguré au Père-Lachaise en 1891.

60 De janvier à mai 1870, on relève 21 mutineries contre 114 pour la période 1848-1888.

61 Sur le déroulement des mutineries, voir Sohn, 2009.

62 « Chronique locale », Le Progrès du Nord, 20 janvier 1870, AN, F17 7290, sous-dossier « Lille ».

63 Lettre conservée dans AN, F17 7291.

64 Allusion au « Cahier à mes électeurs », dit « programme de Belleville », présenté par Gambetta, candidat radical dans la circonscription de Belleville, le 15 mai 1869. Lettre du proviseur de Bourges au ministre de l’Instruction publique, 16 mars 1870, AN, F17 7291.

65 Lettre du vice-recteur au ministre de l’Instruction publique, 2 mars 1870, AN, F17 7291.

66 Lettre du vice-recteur au ministre de l’Instruction publique, 2 mars 1870 ; lettres recopiées dans la lettre de l’inspecteur d’Académie au recteur, 1er mars 1870, AN, F17 7291.

67 Lettre du proviseur de Lons-le-Saulnier au recteur de Besançon, 1er mars 1870, AN, F17 7290.

68 Voir « Congrès des lycéens », AN, F17 7294. Selon l’inspecteur d’Académie (lettre au recteur du 16 avril 1882) et selon Le Figaro du 25 août 1882, le congrès réunit des élèves des lycées et collèges de Versailles, d’Alby, Périgueux, Sarlat, Libourne, Dax, Agen, Nancy, Toulouse, La Rochelle, Rochefort, Lons-le-Saulnier, Nantes, Nevers, Carcassonne, Lyon, Avignon, Sens et Mont-de-Marsan.

69 « Les élèves de l’Université », Le Courrier de la Somme, 21 avril 1882.

70 « Chronique », Le xixe siècle, le 16 avril 1882.

71 Le Temps, 9 avril 1882.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Sohn, « Nation et apprentissage de la masculinité. L’exemple des jeunes Français au xixe siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 143-160.

Référence électronique

Anne-Marie Sohn, « Nation et apprentissage de la masculinité. L’exemple des jeunes Français au xixe siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 05 mai 2016. URL : http://mcv.revues.org/4622

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Sohn

École normale supérieure de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org