Navigation – Plan du site
Miscellanées

Ferdinand II et Saint-Isidore-de-Léon : enjeux d’une « politique de faveurs » (1157-1188)

Fernando II y San Isidoro de León: las implicaciones de una «política de favores» (1157-1188)
Fernando II and San Isidoro de León: the implications of a «policy of favours» (1157-1188)
Amélie de las Heras
p. 163-181

Résumés

Au regard de la royauté léonaise sous Ferdinand II, la primauté de Saint-Isidore dans le paysage monastique léonais est totale. Cet article vise à établir et expliquer cette situation par la documentation diplomatique, en démontrant qu’il existe clairement une politique de faveur envers cette collégiale, tant la ventilation des donations royales se fait à son avantage. Ce phénomène ne se réduit pas à une tradition dynastique. Dans le contexte du morcellement politique s’accentuant en Péninsule suite au décès d’Alphonse VII, Ferdinand II investit dans cet établissement — et dans les diplômes qui lui sont adressés —, des projections idéelles qui servent ses ambitions pan-hispaniques. Lorsque cette politique n’est plus soutenable, Saint-Isidore demeure un établissement de premier rang même si sa primauté s’effrite.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

La prévalence isidorienne dans le paysage religieux du royaume léonais : une politique de faveur royale
Saint-Isidore et Ferdinand II : entre tradition et « moment »
Tenir son rang dans une nouvelle configuration géopolitique : Saint-Isidore, soutien actualisé de la royauté désormais léonaise

Aperçu du début du texte

Saint-Isidore-de-Léon, monastère puis collégiale, constitue l’un des appuis majeurs de la royauté léonaise tout au long des xie et xiie siècles. L’intérêt tout particulier que lui conféra le premier roi à unir les couronnes castillanes et léonaises, Ferdinand Ier (1037-1065) — en faisant ériger en sa clôture un panthéon royal, en y faisant déposer les reliques de saint Isidore — a majoritairement retenu l’attention des historiens. Le règne de Ferdinand II (1157-1188) apparaît au second plan dans cette histoire. Il marque pourtant l’ultime apogée dans cette relation toujours privilégiée, mais pas toujours prédominante au regard des politiques monastiques des différents souverains. Si la reine Urraque (1109-1126) plaça également Saint-Isidore au cœur de cette politique, son père Alphonse VI (1065-1109) déplaça le centre du royaume au monastère de Sahagún puis son fils, Alphonse VII (1126-1157), privilégia tant les sièges cathédraux de Tolède et de Saint-Jacques-de-Compostelle que la c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie de las Heras, « Ferdinand II et Saint-Isidore-de-Léon : enjeux d’une « politique de faveurs » (1157-1188) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 163-181.

Référence électronique

Amélie de las Heras, « Ferdinand II et Saint-Isidore-de-Léon : enjeux d’une « politique de faveurs » (1157-1188) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4642

Haut de page

Auteur

Amélie de las Heras

E.H.E.H.I., Casa de Velázquez

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org