Navigation – Plan du site
Miscellanées

Ferdinand II et Saint-Isidore-de-Léon : enjeux d’une « politique de faveurs » (1157-1188)

Fernando II y San Isidoro de León: las implicaciones de una «política de favores» (1157-1188)
Fernando II and San Isidoro de León: the implications of a «policy of favours» (1157-1188)
Amélie de las Heras
p. 163-181

Résumés

Au regard de la royauté léonaise sous Ferdinand II, la primauté de Saint-Isidore dans le paysage monastique léonais est totale. Cet article vise à établir et expliquer cette situation par la documentation diplomatique, en démontrant qu’il existe clairement une politique de faveur envers cette collégiale, tant la ventilation des donations royales se fait à son avantage. Ce phénomène ne se réduit pas à une tradition dynastique. Dans le contexte du morcellement politique s’accentuant en Péninsule suite au décès d’Alphonse VII, Ferdinand II investit dans cet établissement — et dans les diplômes qui lui sont adressés —, des projections idéelles qui servent ses ambitions pan-hispaniques. Lorsque cette politique n’est plus soutenable, Saint-Isidore demeure un établissement de premier rang même si sa primauté s’effrite.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de Saint-Isidore au Moyen Âge central, voir : Pérez Llamazares, 1982 ; Colombás, 198 (...)

1Saint-Isidore-de-Léon, monastère puis collégiale, constitue l’un des appuis majeurs de la royauté léonaise tout au long des xie et xiie siècles. L’intérêt tout particulier que lui conféra le premier roi à unir les couronnes castillanes et léonaises, Ferdinand Ier (1037-1065) — en faisant ériger en sa clôture un panthéon royal, en y faisant déposer les reliques de saint Isidore — a majoritairement retenu l’attention des historiens1. Le règne de Ferdinand II (1157-1188) apparaît au second plan dans cette histoire. Il marque pourtant l’ultime apogée dans cette relation toujours privilégiée, mais pas toujours prédominante au regard des politiques monastiques des différents souverains. Si la reine Urraque (1109-1126) plaça également Saint-Isidore au cœur de cette politique, son père Alphonse VI (1065-1109) déplaça le centre du royaume au monastère de Sahagún puis son fils, Alphonse VII (1126-1157), privilégia tant les sièges cathédraux de Tolède et de Saint-Jacques-de-Compostelle que la collégiale ne figurait plus qu’au second plan. Il convient dès lors de s’interroger sur les raisons qui mènent Ferdinand II à réactiver cette primauté de Saint-Isidore dans le paysage monastique, lui accordant une telle importance qu’elle égale parfois celle accordée au siège métropolitain du royaume, Saint-Jacques.

  • 2 Ce règne mériterait des examens à nouveaux frais, comme moment charnière dans le passage d’une trad (...)

2Cette prévalence interpelle d’autant plus qu’elle intervient alors que les royaumes de Léon et de Castille sont séparés, pour la première fois depuis le règne de Ferdinand Ier. Selon les dispositions prises par son père Alphonse VII en 1157, Ferdinand II hérite des Asturies, de la Galice et du Léon avec quelques autres terres à l’ouest. La Castille, la Tierra de Campos, Sahagún et les Asturies de Santillana reviennent à son frère aîné, Sanche III de Castille (1157-1158). Cette répartition engendre de nombreux conflits, auxquels s’ajoutent ceux liés à la récente autonomie du royaume du Portugal. Parallèlement au devoir de « reconquête » des régions sous domination musulmane, la lutte pour l’hégémonie sur l’espace ibérique chrétien prend donc une nouvelle ampleur. Dans ces conditions, la royauté léonaise doit se redéfinir, sur le plan territorial et au-delà de l’héritage d’une tradition dynastique et politique castillo-léonaise. En mettant en lumière la préférence royale pour Saint-Isidore et en examinant les formes qu’elle revêt, on espère contribuer à éclairer conjointement ce phénomène et le règne de Ferdinand II2. Pour cela, il faudra déterminer si cette faveur contribue à servir pour le roi des intérêts politiques, territoriaux, gouvernementaux, religieux ou encore dynastiques — ces caractéristiques n’étant pas exclusives les unes face aux autres. Le soutien primordial apporté par Ferdinand II au développement de cette collégiale lui permet-il de conforter, voire de mettre en place, des stratégies politiques visant à asseoir son pouvoir et son autorité ? Existe-t-il en somme une « politique de faveur » envers Saint-Isidore, action politique clairement identifiable et en partie motivée par l’affirmation d’une royauté désormais seulement léonaise ?

  • 3 Des références seront données au fil des notes.
  • 4 Récemment, Amaia Arizaleta a souligné l’importance de la propagande royale dans la production diplo (...)

3Jusqu’ici, la plupart des travaux examinant les relations particulières entre la royauté et cette collégiale ont privilégié les sources hagiographiques, historiographiques et archéologiques3. Or, nombreux sont les actes diplomatiques favorables que Ferdinand II accorde à Saint-Isidore. Produits par la chancellerie, ils sont les supports juridiques et littéraires d’une faveur royale pour cette communauté. Lus au sein de la cour lors de leurs confirmations, ils donnent à entendre ce que la royauté retient de cette collégiale, en vue de manifester ses projections idéelles ou ses pratiques de gouvernance4. Cette étude se propose d’établir et de lire cette relation exclusivement à partir de cette documentation. Son analyse et, plus généralement, la prise en compte de l’ensemble de la production diplomatique de Ferdinand II permettront d’objectiver la prévalence isidorienne dans le paysage monastique léonais. Nous verrons ensuite que cette dernière n’est pas le simple fruit du respect d’une tradition royale en la matière. Il existe en effet un « moment » isidorien sous Ferdinand II, que je propose de comprendre en relation avec la nouvelle configuration géopolitique hispanique.

La prévalence isidorienne dans le paysage religieux du royaume léonais : une politique de faveur royale

  • 5 Ce décompte se fonde sur le regeste établi par Lucas Álvarez, 1993. Il a été complété voire corrigé (...)

4Malgré sa valeur indicative, le « décompte » des diplômes expose combien, pour le souverain, la collégiale Saint-Isidore-de-Léon prévaut sur les autres établissements religieux, au moins en termes d’actions juridiques5.

5Certes, en histoire comme pour d’autres sciences humaines et sociales, « compter » n’est pas démontrer, et encore moins signifier. Les documents conservés ne reflètent qu’imparfaitement la production diplomatique réelle de l’époque — si tant est qu’ils parviennent à le faire dans une certaine mesure, qui nous est inconnue. Doit-on pour autant écarter la validité de l’examen interprétatif de cette préférence, sous prétexte que le constat de cette dernière ne peut être parfaitement assuré ? La conservation même de cette quantité de documents par la collégiale prouve sa capacité à les archiver, qui n’est pas sans lien avec l’intérêt royal qui lui est porté et les moyens mis à sa disposition. Plus encore, le nombre d’actes royaux conservés qui lui sont destinés étant nettement supérieur à celui des actes sauvegardés par les autres établissements religieux, c’est cet écart quantitatif qui fonde notre étude. La proportion de diplômes bénéficiant à Saint-Isidore est en effet frappante, si on la rapporte à un ensemble cohérent.

  • 6 La confirmation royale des propriétés de l’Ordre de Santiago, en mars 1181, constitue un bel exempl (...)
  • 7 Pour la terminologie propre à la diplomatique, voir Guyotjeannin et alii, 2006, p. 216 notamment.

6Définissons-le et posons ainsi les limites de notre terrain. Sauf notification contraire, les actes qui bénéficient aux sièges épiscopaux et aux chapitres séculiers sont exclus. Par souci de cohérence avec le cas d’une collégiale régulière, seuls sont pris en compte les actes royaux destinés à des monastères, collégiales, mais aussi hôpitaux et autres établissements appartenant à un ordre militaire identifié. Ce dernier type d’établissements religieux a été pris en compte dans les comparaisons, bien qu’il s’agisse d’un ensemble de maisons, possédant de surcroît une vocation non exhaustivement religieuse : la chancellerie de Ferdinand II s’adresse à ces ordres comme à des institutions religieuses simples et en usant de formules symptomatiques des diplômes adressés à un monastère ou à une cathédrale6. En revanche, les diplômes adressés exclusivement à un individu de la communauté, y compris l’abbé, n’ont pas été retenus, l’objet de cette étude étant les institutions religieuses, et les motifs de ces donations particulières se distinguant de ceux pour lesquels le roi favorise une communauté. Dans la logique de la conservation documentaire, les diplômes qui nuisent aux intérêts d’un établissement (en attribuant telle propriété à une autre communauté, par exemple) n’ont pas été intégrés dans le corpus car ils ont si souvent disparu que leur valeur représentative, dans le cadre d’une étude globale, en pâtit fortement. Les actes royaux d’arbitrage ou de nomination de juges dans le cadre de litiges ecclésiastiques, moins significatifs, ont également été laissés de côté. En conséquence, le corpus est constitué à partir des seuls actes juridiques favorables : donations, exemptions, privilèges et confirmations de ceux-ci. Leur étude permet, d’une part, d’évaluer l’intérêt du souverain à manifester et à contribuer à la puissance d’une communauté régulière ; ce soutien peut être d’ordre matériel ou renforcer sa position dans le réseau ecclésiastique. D’autre part, l’obtention d’un acte juridique de cette sorte démontre la capacité d’audience d’une communauté auprès de la royauté et, partant, l’importance qu’elle revêt à ses yeux ; car ces actes consistent, sinon en une mise par écrit d’une action spontanée de l’auteur (le roi), plus fréquemment en une réponse positive à une petitio, formulée par l’impétrant7.

  • 8 Ce résultat diffère du nombre total de diplômes royaux adressés à des institutions ecclésiastiques (...)
  • 9 Les établissements ont été identifiés en utilisant le dictionnaire d’Aldea Vaquero et alii, 1972. B (...)

7In fine, le corpus documentaire contient deux cent trente-sept actes royaux, qui favorisent soixante-dix-huit établissements religieux : tous sont suffisamment importants pour que la royauté s’en préoccupe8. Malheureusement, seize d’entre eux, qui reçoivent chacun un à deux actes sur la période considérée, n’ont pu être identifiés9. Lorsqu’il s’agira de rentrer dans les détails des types d’établissements, l’échantillon de cette étude se réduira donc à soixante-deux établissements.

  • 10 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 65, 67, 72, 85, 88, 89, 90, 93, 94, 95, 97, 99, 105, 114, 117, 125 (...)
  • 11 Lucas Álvarez, 1993 : doc. 6, 123, 145, 200, 285, 309, 312, 313, 348, 378, 379, 406, 423, 557, 575, (...)
  • 12 Lucas Álvarez, 1993, doc. 286, 287, 367, 426, 455, 468, 471, 500, 528, 529, 546, 558, 563, 565, 588
  • 13 Ibid. Pour Santa María de Meira : doc. 41, 122, 227, 292, 526, 527, 543, 577, 616. Pour Santa María (...)
  • 14 Les données du regeste de Lucas Álvarez ont été corrigées grâce à une édition récente des documents (...)

8Saint-Isidore reçoit vingt-trois de ces actes10 ; les soixante-dix-sept autres communautés religieuses se répartissent les deux cent quinze restants. La collégiale isidorienne capte donc à elle seule le dixième des actes conservés. On commence à prendre la mesure du rang qu’elle occupe dans le paysage monastique léonais à cette époque. Parmi les mieux dotés, figurent également le monastère cistercien Santa María de Sobrado, avec vingt diplômes royaux favorables11, et l’ordre de Santiago, avec quinze actes en seulement dix-huit années — fondé en 1170 sous les auspices de Ferdinand II, il s’agit toutefois d’un ensemble d’établissements12. Puis les écarts se creusent fortement — ce sont eux qui nous guident. Du côté des monastères cisterciens à nouveau, Santa María de Meira conserve neuf actes, Santa María de Lapedo (plus connu aujourd’hui sous le nom de Santa María de Belmonte) et Santa María de Melón en conservent huit chacun13, tout comme Santa María de Vega, prieuré dépendant de Fontevrault14. La majorité des autres établissements religieux pris en compte dans cette enquête n’ont bénéficié que de deux à quatre actes royaux.

9L’amplitude est donc considérable. Selon la documentation aujourd’hui éditée, la royauté sous Ferdinand II favorise Saint-Isidore deux à cinq fois plus que la majorité des autres établissements qui possèdent déjà suffisamment d’influence pour régulièrement obtenir un diplôme royal. Sa position dans le monde religieux léonais apparaît en conséquence si singulière qu’on peut concevoir à son égard une véritable « politique de faveur » royale, une intention d’action pensée et mise en action par la royauté (le roi, sa famille et ses proches conseillers, parmi lesquels le chancelier, tous acteurs à différents niveaux dans la production diplomatique).

  • 15 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 65, 69, 72, 105. Par exemple, dans le document 65, le roi concède (...)
  • 16 Recuero Astray et alii (éd.), 2000, doc. 4, 14, 17, 19, datés entre 1157 et 1159.
  • 17 En 1162, alors même que le monastère Santa María d’Armenteira vient d’être réformé selon des coutum (...)

10Cette politique traduit-elle simplement un intérêt particulier de Ferdinand II pour les collégiales régulières établies en son royaume, en l’occurrence pour la plus puissante d’entre elles ? On sait, à titre de comparaison, que les souverains castillano-léonais ont activement soutenu les monastères clunisiens puis cisterciens en tant que tels ; supposer une dynamique similaire pour les collégiales régulières est donc légitime. De fait, parmi les vingt-trois actes isidoriens pris en compte, quatre contiennent une adresse qui souligne le respect de la règle de saint Augustin, « à jamais15 ». Cette précision figure dans les actes de Ferdinand II, de 1159 (émission du premier acte pour la collégiale) à 1162. Elle disparaît alors, malgré une résurgence dans un acte de 1174, dont la rédaction suit celle de 1162 (mêmes formules pour le préambule et la titulature). Cette mise en forme de l’action juridique, très occasionnelle, n’est en outre pas spécifique aux chartes isidoriennes. D’après un rapide sondage, on l’observe dans des diplômes que le souverain accorde à quelques monastères bénédictins de Galice, à la fin des années 115016. La mention de la règle suivie semble donc caractériser avant tout le début de règne, marqué par l’héritage partiel du royaume d’Alphonse VII. La chancellerie a peut-être été tentée de dresser comme une cartographie disciplinaire des institutions religieuses léonaises, sans que l’entreprise soit systématique ni spécifiquement attribuable à un notaire17. Dans tous les cas, les formules des actes adressés à Saint-Isidore n’indiquent pas que la royauté, via la chancellerie, ait eu particulièrement à cœur de s’associer l’image d’une communauté régie par la règle de saint Augustin, par le biais diplomatique.

  • 18 Lucas Álvarez, 1993. Pour Santa María de Agui(l)ar, on ne retient que les documents postérieurs à s (...)
  • 19 La tâche d’identifier et de faire l’histoire des collégiales régulières, en Castille et Léon en par (...)
  • 20 Calleja Puerta, 2009.
  • 21 Ces monastères cisterciens constituent le quart des établissements identifiés et captent à eux seul (...)

11Au-delà de ces discours, élargissons le propos à la pratique politique, malgré la difficulté de l’entreprise. D’après le regeste, Ferdinand II n’a accordé que dix autres actes à des collégiales régulières (Santa María de Aguilar, Santa María de Arbas et San Miguel de Escalada), auxquels il faut ajouter les deux destinés aux chanoines prémontrés de Ciudad Rodrigo18. Les donations, exemptions, privilèges et confirmations afférentes ne constituent que quinze pour cent du total, parmi lesquels deux tiers sont captés par Saint-Isidore. Les communautés canoniales régulières, en tant qu’établissements religieux marqués par une spiritualité particulière, ne semblent donc pas spécifiquement intéresser le pouvoir royal. Il est malheureusement impossible d’être davantage affirmatif car, en plus de la marge d’erreur corrélative à la constitution du regeste, ces collégiales léonaises se laissent difficilement identifier19. Par ailleurs, pour Miguel Calleja Puerta, ne disposant d’aucune information sur une politique favorable d’Alphonse VI ou de la reine Urraque pour les collégiales régulières, c’est la dernière période du règne d’Alphonse VII qui apparaît comme le point culminant d’intérêt royal pour les collégiales régulières. Avec sa sœur Sancha, il impulse maintes réformes et fondations de collégiales ou chapitres réguliers, dont celle de Saint-Isidore en 114820. Ferdinand II poursuit en somme la politique de son père, mais sans relief particulier par rapport à celle qu’il pratique notamment pour les monastères cisterciens21.

  • 22 Lucas Álvarez, 1993, doc. 333, 342, 578, 579.
  • 23 Ibid., doc. 87 (daté de 1162), puis 150, 226, 351.

12On observe aussi que ce souverain soutient les établissements religieux principalement dans les premiers temps de leurs fondations ou de leurs réformes, ceci est une pratique royale courante. Les communautés fondées ou expérimentant une réforme disciplinaire au cours de ce règne n’obtiennent de Ferdinand II qu’un à quatre actes, souvent en une courte période. Santa María de Aguilar, par exemple, reçoit quatre chartes après sa réforme : deux en 1174 puis deux en 118622. Le cas du monastère Santa María de Armenteira, réformé selon les coutumes cisterciennes en 1162, est encore plus symptomatique. Même en laissant de côté la donation accordée cette année-là par le roi, ne sachant pas si elle intervient avant ou après cette réforme, les trois autres donations royales conservées datent de la première génération de cette communauté de cisterciens, de 1165 à 117523.

13Saint-Isidore échappe à cette fréquente dynamique. Les vingt-trois actes royaux conservés se répartissent sur toute la durée du règne ou presque, vingt-huit années exactement (de 1159 à 1187). En dehors des années 1163-1166 et 1177-1180, la collégiale bénéficie quasiment annuellement d’au moins une donation. Rares sont les établissements pour lesquels on puisse dresser le même constat. Les raisons de la prévalence isidorienne dans le paysage ecclésiastique régulier doivent donc être cherchées ailleurs que dans la volonté du souverain de soutenir un courant religieux, en particulier ou à ses débuts.

Saint-Isidore et Ferdinand II : entre tradition et « moment »

14Depuis ses lointaines origines en tant que monastère au xe siècle et malgré des fluctuations, la collégiale est intimement associée au pouvoir et à l’autorité des souverains léonais puis castillo-léonais. Les actes étudiés manifestent que cette relation perdure sous Ferdinand II, elle s’accentue même : Saint-Isidore-de-Léon constitue de plus en plus un établissement religieux singulier.

  • 24 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 88 : « …do Deo et monasterio Sancti Hisidori et uobis abbati, domn (...)
  • 25 On trouvera plusieurs exemples dans : Rucquoi, 2000 b.
  • 26 Martín López, 1995 b.
  • 27 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 117 : « …concedo, ob remedium animae maeae (sic) et parentum meoru (...)
  • 28 Lucas Álvarez, 1993, pp. 390 sq. On trouvera des exemples d’affaires politiques aboutissant à des p (...)

15La communauté canoniale continue d’être proche de l’exercice du pouvoir. La plus belle preuve réside sans doute dans une donation de 1168 : le roi l’adresse « au monastère de Saint-Isidore et à vous l’abbé, don Martín, et à notre cher prieur Pélage et à tous les chanoines »24. Cette destination particulière à l’un des chanoines, Pélage, est exceptionnelle parmi les documents isidoriens de l’époque et assez rare au regard de l’ensemble du regeste : nous n’avons relevé que cinquante cas parmi les six cent seize diplômes connus de Ferdinand II. Ces cas distinguent les principaux conseillers du roi, l’évêque de Compostelle majoritairement, ou bien ses familiers25. En l’espèce, on sait que ce Pélage fut un scribe important de cette communauté, employé parfois par la royauté26. Une autre donation accordée à la communauté canoniale, en 1176, se justifie pro bono seruicio27. Dans les diplômes de Ferdinand II, ce motif signifie la gratitude royale envers des personnes de son proche entourage ou des institutions ecclésiastiques ayant contribué à faire avancer des affaires importantes du royaume, non dans le domaine religieux mais dans la pratique du pouvoir28. Malheureusement, nous manquons d’information pour préciser l’affaire dont il est ici question.

  • 29 La bibliographie sur l’Infantado se renouvelle activement. Voir en premier lieu : Henriet, 2000. Pl (...)
  • 30 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 43.
  • 31 Ibid., doc. 44 : en cas d’absence d’infante, « rex terrae quod ipsa deberet eis supplere ».
  • 32 Voir Henriet, 2000, particulièrement pp. 198-200. Nous suivons la proposition de cet historien, plu (...)

16La remarquable faveur qu’accorde Ferdinand II à la collégiale s’explique également par les profits financiers et patrimoniaux qu’il en retire. Saint-Isidore est depuis longtemps un établissement très riche, entre autres raisons parce qu’il est à la tête de l’Infantado. Bien qu’encore insuffisamment connue, cette institution semble désigner le dominium d’une infante, fille d’un roi non mariée, sur un ensemble de possessions réparties sur le territoire léonais et reliées à la collégiale. Les infantes y résident habituellement et l’ensemble jouit de l’immunité accordée par le roi. La nature exacte des rapports entre la communauté de Saint-Isidore et les possessions de l’Infantado nous échappant encore, ceci rend difficile l’interprétation de toute matière pour la présente étude29. Néanmoins, nous pouvons formuler une hypothèse, basée sur quelques données. La première est qu’au début du règne de Ferdinand II, le patrimoine à la tête duquel se place la collégiale au travers de l’Infantado est déjà considérable, comme le suggère un diplôme antérieur30. La deuxième, essentielle à nos yeux, est que le souverain régit ce patrimoine en l’absence d’infante31. C’est le cas suite au décès de la tante du souverain, Sancha, en février 1159, un mois après, intervient le premier acte de Ferdinand II pour Saint-Isidore (mars 1159). Le souverain semble de plus en plus patrimonialiser l’Infantado, qui se vide de substance. Selon Patrick Henriet, sa donation à Sancha, reine de Navarre et sœur de Ferdinand II, est artificielle et achève le processus32. En somme, les nombreuses donations royales enrichissant la collégiale ont sans aucun doute manifesté la piété royale envers une sainte institution, abritant de surcroît les fameuses reliques de saint Isidore ; et elles ont probablement permis de le faire « à moindre coût » pour la royauté, qui conservait des droits sur ces propriétés par l’Infantado. Telle sera une piste à explorer, lorsque les liens exacts entre Saint-Isidore, son patrimoine et celui de l’Infantado seront davantage connus.

  • 33 Sur les vingt-trois actes accordés par la royauté à la collégiale, je distingue quatre cas : Martín (...)
  • 34 Suárez Bilbao, Suárez Fernández, 1993, p. 237 pour l’année 1159. 1175-1176 se distinguent également (...)

17Que ce dernier ait vraiment agi sur les intérêts de Ferdinand II ou non, il reste que la politique royale s’appuie bel et bien sur une sorte d’usage financier des donations pour Saint-Isidore, usage permis par la richesse de cet établissement. En effet, plusieurs parmi elles forment en vérité des ventes cachées : elles s’opèrent contre une somme importante en numéraire33. Ferdinand II, qui laisse comme souvenir celui d’un roi dispendieux, est souvent à court de numéraire pour entretenir les nombreuses campagnes militaires qu’il dirige, que ce soit contre les autres royaumes chrétiens (Castille et Portugal en premier lieu) ou pour mener la « reconquête ». Il utilise ce procédé à plusieurs reprises, avec des monastères ou cathédrales parmi les plus importants34.

  • 35 Campos Sánchez-Bordona, Pérez Gil (éd.), 2006, particulièrement pp. 35-57.
  • 36 Cavero Domínguez, 2009.
  • 37 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 77 et 85.

18Plus généralement, la collégiale constitue une annexe du palais royal. La reine Sancha, épouse de Ferdinand Ier, fut à l’origine du déplacement du palais royal à Saint-Isidore35. La porte du mur septentrional offre un passage de l’église de Saint-Isidore au palais, ce qui confirme son rôle d’église palatine. Les manifestations de cette proximité les plus significatives se situent cependant avant et après le règne de Ferdinand II : en 1144, quand la sœur de ce dernier épouse le roi de Navarre García Ier ; en 1188, quand son fils et successeur Alphonse IX réunit les premières cortes dans ce cloître36. Parmi les documents isidoriens ou les documents de Galice — il faudrait élargir à l’ensemble des diplômes du roi, tâche rendue difficile par la parcellisation des éditions —, je n’ai trouvé que deux mentions de la présence de tout ou partie de la cour royale de Ferdinand II à Saint-Isidore, dans des actes de très riches donations de laïcs adressés à la collégiale en 1164 et 116737. Si l’on peut en déduire une familiarité du roi et de sa cour avec la communauté canoniale, il est toutefois possible que la frontière entre espaces conventuel et palatial fût moins poreuse, ou tout du moins pas plus, que lors des règnes précédents et suivants.

  • 38 Ce que rappelle un document de l’époque : ibid., doc. 66 : « In una uero festiuitatum Sancti Hisido (...)
  • 39 Ibid., doc. 65, 72, 89, 105, 125.
  • 40 On trouve la formule la plus signifiante à cet égard dans les motifs d’un privilège de 1168 (ibid., (...)
  • 41 Ibid., doc. 24 et 61.
  • 42 Une lecture rapide des diplômes accordés par Ferdinand II à des établissements galiciens suffit à l (...)
  • 43 González, 1944, t. I, p. 419.

19Enfin, on pourrait arguer de la présence des reliques de saint Isidore pour mieux expliquer la grande considération royale pour la collégiale. Suite à leur translation depuis Séville en 1063, la dévotion envers ce saint est importante dans le royaume ou au moins dans la cité léonaise, comme le manifestent les trois fêtes qui lui sont consacrées38. Elle s’organise principalement dans la collégiale. De fait, la rédaction des chartes met parfois en avant la présence des reliques dans les formules comminatoires ou dans les motifs39. Rédaction de la chancellerie ou bien du scriptorium de Saint-Isidore et reprise — donc approuvée — par la première, les formules comminatoires en particulier exposent la révérence royale pour le saint40. Cette manifestation diplomatique d’une telle dévotion n’est spécifique ni à Ferdinand II, ni à saint Isidore. D’une part, nous la trouvons dans deux diplômes d’Alphonse VII41 et, d’autre part, elle existe aussi dans quelques diplômes de Ferdinand II accordés à des établissements abritant également des reliques prestigieuses42. Par ailleurs, saint Jacques, dont les reliques sont abritées dans le siège métropolitain du royaume, Saint-Jacques-de-Compostelle, suscite une manifestation diplomatique de dévotion encore plus forte, étant nommé deux fois « saint Jacques le porte-étendard » : la chancellerie le présente clairement comme le saint patron du royaume43.

  • 44 En ces dix années de règne, on dénombre sept donations d’Alphonse VII : Martín López (éd.), 1995 (...)
  • 45 Pascua Echegaray, 1989. Malheureusement, l’auteur ne précise pas les archives qu’il a consultées : (...)
  • 46 Sur cette question, la référence essentielle reste Linehan, 1994 ; en dernier lieu : Cavero Domíngu (...)
  • 47 Voir la Chronica Adefonsi imperatoris, dans : Falque Rey et alii (éd.), 1990.
  • 48 Pascua Echegaray, 1989, p. 410.

20En somme, l’importance de la dévotion pour les reliques de saint Isidore comme les autres phénomènes mentionnés expliquent, certes, le poids de Saint-Isidore dans la politique monastique de Ferdinand II, mais seulement en partie, sa prépondérance dans le paysage religieux. Surtout, ils ne donnent guère à comprendre ce « moment » d’importance, le fait que la collégiale soit tant distinguée par rapport au règne précédent. Alphonse VII, de la réforme augustinienne à sa mort (1148-1157), démontra certes une générosité à l’endroit de cette nouvelle communauté44. Toutefois, si l’on rapporte ces données à celles d’Esther Pascua Echegaray, qui comptabilise pour cette même période soixante-huit donations du monarque aux monastères45, on observe que, dans le cadre du royaume unifié de Léon et de Castille, la centralité de Saint-Isidore pour la royauté est à l’image de celle de la cité de Léon : sans disparaître, elle est de plus en plus relativisée46. Alphonse VII choisit d’ailleurs de se faire enterrer à Tolède, délaissant le panthéon royal léonais dans lequel sa mère encore, la reine Urraque, s’était fait ensevelir. Le peu de considération de la chronique dite d’Alphonse VII pour cet établissement lors de ce règne, renforce aussi cette présomption47. L’intensité de l’intérêt que porte Ferdinand II à cette collégiale, qui se concrétise notamment dans l’importance et la régularité d’actions juridiques favorables, indique au contraire une nouvelle phase d’accentuation de la centralité de cet établissement religieux pour la royauté désormais léonaise. Elle est d’autant plus remarquable qu’on relève dans tous les monastères hispaniques un affaiblissement des donations royales à partir des années 1160, tandis que les donations aristocratiques augmentent48. Il y a donc bien sous Ferdinand II un « moment isidorien », certes non pas singulier dans l’histoire pluriséculaire de l’établissement, mais assez exceptionnelle au xiie siècle. Comment l’expliquer ?

Tenir son rang dans une nouvelle configuration géopolitique : Saint-Isidore, soutien actualisé de la royauté désormais léonaise

  • 49 On pourra se référer aux premières pages de : Herráez Ortega, Cosmen Alonso, 2001.
  • 50 Lucas Álvarez, 1993 : doc. 68, 97, 157, 162, 202, 222, 238, 264, 273, 276, 353, 377, 393, 450, 457, (...)

21Tout en essayant de la modifier à son avantage en multipliant les campagnes et les intrigues, Ferdinand II prend acte de la nouvelle distribution géopolitique d’où (re)naît le royaume dont il hérite. Tolède, capitale de l’empire d’Alphonse VII, se situant dans le royaume de son frère Sanche III, il aurait centralisé la vie politique de son royaume sur Saint-Jacques. La politique en faveur de cette cité et surtout, de son siège épiscopal, est assez bien connue49. De fait, de toutes les entités religieuses mais aussi ecclésiastiques, seul le siège épiscopal de Saint-Jacques-de-Compostelle obtient de Ferdinand II davantage de faveurs que Saint-Isidore, vingt-quatre actes50. Siège métropolitain, c’est le cœur ecclésiastique du royaume ; traditionnellement, son évêque occupe le poste de chancelier royal. Et bien des évêques compostellans figurent comme d’éminents conseillers du roi.

  • 51 Seuls 21 diplômes de Ferdinand II ont été approuvés à Salamanque, en 9 occasions, contre 101 à Léon (...)
  • 52 Suárez Bilbao, Suárez Fernández, 1993, p. 266.
  • 53 Lucas Álvarez, 1993 : doc. 86, 127, 158, 125, 256, 269, 318, 371, 389, 475, 555, 596, 516, 522, 556 (...)

22Léon apparaît toutefois comme le principal lieu de résidence du roi, loin devant Saint-Jacques, si l’on considère les lieux de proclamation des diplômes51. Du reste, sa politique de travaux dans les années 1160-1170 indique qu’il souhaite rétablir Léon, capitale d’autrefois, comme civitas regia, ce que soulignent Fernando Suárez Bilbao et Luis Suárez Fernández, nuançant ainsi le centrisme historiographique compostellan52. Et dans la hiérarchie des préoccupations du souverain envers son Église — préoccupations visibles par les diplômes certes, mais c’est la seule source dont nous disposions en la matière —, Saint-Isidore apparaît comme le seul établissement à occuper une position quasiment comparable avec Saint-Jacques, même en prenant en compte, cette fois, tous les diplômes royaux bénéficiant à toute institution ecclésiastique, cathédrales comprises. Aucune autre église ne comptabilise, sur toute la durée du règne, une telle somme de privilèges, donations et exemptions. Tout au plus, dans les années 1160, les sièges épiscopaux d’Orense et d’Astorga bénéficient d’autant voire plus d’actes royaux favorables ; dans les années 1170, c’est la cathédrale d’Oviedo qui est si richement dotée que la comparaison se tient. Dans les années 1180, il faut regarder du côté d’une autre forme de vie religieuse ou ecclésiastique pour trouver un challenger, en l’espèce de l’ordre de Santiago. La cathédrale de Léon ne peut aucunement soutenir une telle comparaison, d’autant qu’elle est à l’écart des faveurs royales pendant la première partie du règne53. En somme, Saint-Jacques la séculière et Saint-Isidore la régulière, forment les cœurs religieux du royaume, tout au long du règne ou presque. Et Saint-Isidore constitue définitivement le centre religieux de la cité léonaise, tenant le rang d’une cathédrale, et un centre de premier ordre dans le royaume.

  • 54 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 76. La lettre exécutoire, sans date, fait explicitement référence (...)
  • 55 Ibid., doc. 89.
  • 56 Suárez González, 1997 ; Viñayo Gonzalez, 1988.
  • 57 Lucas Álvarez, 1993, p. 335.
  • 58 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 95.

23Ferdinand II joue un rôle majeur en la matière. Il exerce une politique de mise en avant de la collégiale, de son rang, au sein du monde régulier et ecclésiastique. Il obtient du pape Alexandre III (1159-1181) le droit de porter la mitre pour l’abbé de la collégiale54. Cela conforte son prestige et surtout son autorité religieuse : de facto probablement, le statut abbatial devient de jure. Plus encore, par le privilège de 1168, le roi modifie le trajet des pèlerins en route vers Compostelle, pour qu’ils passent devant l’église Saint-Isidore et non plus devant l’église Saint-Marcellin55. Par cette décision, Ferdinand II renforce l’intégration de la collégiale dans le réseau de circulations d’hommes, de richesses, de savoirs, de manuscrits56 ; il manifeste la puissance de la collégiale à une échelle autre que celle du royaume. La précision selon laquelle le roi prend cette décision avec l’assentiment de la cour royale, alors même que la mention de cette dernière ne devient ordinaire dans les actes qu’à partir de 1176, pointe l’importance de cette affaire57. Et c’est dans ce même diplôme qu’est manifestée si fortement la révérence royale envers la collégiale et les reliques qu’elle abrite. Dans les années 1170 enfin, le roi reprend la politique de travaux d’embellissement et d’agrandissement de la collégiale, autrefois accomplie par Ferdinand Ier puis Urraque : il destine à cette fin une donation faite en 117158.

24En conséquence, il convient de nuancer la polarisation du royaume sur Saint-Jacques. Ferdinand II semble envisager l’organisation de son royaume comme bicéphale au moins jusque dans les années 1170 ; cela lui permet peut-être de mieux appréhender la totalité territoriale, qui s’étend de façon latitudinale. Saint-Jacques forme définitivement le centre de l’exercice du pouvoir, du fait du siège métropolitain et de l’importance de son évêque dans les prises de décisions et dans leur concrétisation diplomatique. L’abbé de Saint-Isidore, au contraire, n’apparaît pas comme témoin des actes royaux ou en quelque matière relative à la gouvernance du royaume. Quel est alors le rôle dévolu à Saint-Isidore dans cette organisation politico-territoriale ?

  • 59 Recuero Astray et alii (éd.), 2000.

25L’élément clef apparaît dans une lecture fine des formules des actes accordés par le roi à la collégiale. La valeur heuristique des formules diplomatiques, comme celle des préambules, est en effet une chose désormais acquise pour les historiens. La démarche est évidemment comparatiste, afin d’éviter une lecture orientée et grossissante d’éléments isidoriens dans les diplômes royaux. Ceux adressés à des centres monastiques des plus importants, tels Sobrado et Melón, ou à la cathédrale de Compostelle, constituent les principaux repères en la matière, ils présentent l’avantage d’être bien édités59.

  • 60 Pour la reconstitution des très nombreuses sépultures royales, d’infantes ou comtales, dans ce pant (...)

26D’une telle lecture, se dégage une singularité rédactionnelle propre aux chartes favorables de Ferdinand II à Saint-Isidore : la mise en exergue du panthéon royal. Ce panthéon remonte au début du xie siècle et contient, entre autres, les sépultures du glorieux Ferdinand Ier 60. Néanmoins, lorsque Ferdinand II reçoit la couronne léonaise, ce panthéon est en déclin : le puissant Alphonse VII est enterré à Tolède ; déjà Alphonse VI s’était-il fait ensevelir à Sahagún.

  • 61 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 72, 105, 114. On peut ainsi reconstituer le préambule de 1162, qui (...)
  • 62 On trouvera l’ensemble des exordes des diplômes de Ferdinand II dans : Lucas Álvarez, 1993, pp. 383 (...)
  • 63 Sur les véritables rédacteurs des diplômes, on lira avec profit : Tock, 1991.
  • 64 Martín López, 1995, doc. 59, 89, 90, 97.

27Et pourtant, la rédaction souligne la présence du panthéon en ses murs et son importance dynastico-mémorielle pour le roi. Trois chartes (1162, 1174, 1175) débutent par le même exorde. À le lire, le devoir royal consiste à prendre soin des lieux qui abritent des moines, surtout ceux dans lesquels sont ensevelies les dépouilles de ses ancêtres61. On ne relève aucun autre exorde comparable ; le monastère de Sahagún, qui abrite pourtant le corps d’Alphonse VI, n’est pas de la sorte distingué62. Il est pour l’heure impossible de se prononcer sur les véritables rédacteurs des documents de 1174 et 1175 : ni les caractéristiques paléographiques ni l’absence de modèles connus ne le permettent. Mais que les rédacteurs soient le notaire ou le chancelier royal, ou bien les chanoines de Saint-Isidore se basant sur le diplôme de 1162 (cas probable), il reste que cette formule fut acceptée par la chancellerie royale à trois reprises et qu’elle connaît une prospérité réduite au cas de la collégiale63. D’autres références au panthéon, plus simples, se situent dans les motifs, quand le roi accorde cette donation pour le remède de son âme et celle de ses défunts aïeux qui y sont enterrés64. Le panthéon royal singularise donc fortement Saint-Isidore dans le paysage ecclésiastique et, par là, identifie la place que la collégiale occupe pour la royauté, cela aux yeux (ou plutôt, aux oreilles) de la cour léonaise.

  • 65 En dernier lieu, Sirantoine, 2009, pp. 655-656.

28Cette réactivation de la mémoire dynastique au travers d’une mise en relief diplomatique de l’association de Ferdinand II avec le panthéon isidorien, ne fonctionne pas comme un simple rappel mnésique. La chronologie fine offre une nouvelle clé de lecture. Toutes les chartes conservées par la collégiale et qui manifestent cette volonté d’association de Ferdinand II avec le Panthéon se situent avant 1177, c’est-à-dire avant l’abandon par le souverain de ses prétentions panhispanique sur le territoire ibérique chrétien. C’est à cette date en effet que la chancellerie cesse de mentionner la titulature de rex Hispaniarum, roi des Espagnes65. En mettant en relief la responsabilité de Saint-Isidore et, par là, du panthéon, qui incombe à Ferdinand II, la chancellerie vise sans doute à associer le souverain à cette tradition d’hégémonie sur le territoire ibérique chrétien, tradition qui débute avec Ferdinand Ier et qui continue avec les rois qui y sont ensevelis. En contrepoint, soulignons qu’aucun diplôme d’Alphonse VII s’adressant à Saint-Isidore ne mentionne le panthéon. Nul besoin n’était d’activer ou de manifester une telle association avec la réunion des deux royaumes depuis Ferdinand Ier car elle se réalisait encore à l’époque de ce souverain.

  • 66 Voir le très bel article de Fletcher, 1977.

29In fine, l’interaction diplomatique entre la royauté et la collégiale — travaux et politique ecclésiastique d’un côté, dévotion et visibilité d’une légitimité dynastique de l’autre — permet à Ferdinand II de tenir son rang. La cité de Léon et son caput ecclésiastique, Saint-Isidore, ne participent pas notablement à la conduite active du royaume mais manifestent l’exercice du pouvoir (proclamation des chartes, résidence royale) et la légitimité de son autorité comme de ses ambitions hégémoniques selon la tradition léonaise (panthéon royal). Peut-être la querelle entre l’évêque de Compostelle et le roi, au début des années 1160, imposa à ce dernier de nuancer le pouvoir accordé au premier en contrebalançant le poids de Saint-Jacques comme capitale66. De ceci, les diplômes ne soufflent mot.

  • 67 À partir de 1177, le roi accorde 12 actes favorables à cet ordre, contre 8 pour Saint-Isidore. Luca (...)
  • 68 Hypothèse formulée par Manuel Lucas Álvarez au vu de l’uniformité de plus en plus forte des formule (...)
  • 69 On pourra se référer, par exemple, à une donation du roi à la cathédrale compostellane en avril 118 (...)

30Une quinzaine d’années après, Saint-Isidore maintient son importance au sein du royaume, mais son aura s’étiole. Certes, après un hiatus de quatre années (de 1177 à 1181), les donations royales réapparaissent, cette fois encore remarquables au regard de ce que conservent les autres établissements religieux. La collégiale continue d’en capter plus d’une sur dix. Néanmoins, la royauté transfère la primauté de ses faveurs monastiques à une autre entité religieuse, récente et qui correspond bien aux impératifs royaux de reconquête : l’ordre militaire de Santiago67. De plus, les chartes accordées à Saint-Isidore ne présentent plus une rédaction différenciée, il ne s’y démarque plus une attention spéciale pour la collégiale, ses reliques, son panthéon. Les exordes et motifs se concentrent sur sa fonction salvatrice, comme pour tout autre monastère. Ce changement de ton et de représentation diplomatique ne peut être simplement attribué à l’usage de plus en plus important des formulaires68, ni aux choix du nouveau notaire (véritable rédacteur) au début des années 1180, le maître Bernard. En effet, une telle évolution ne concerne pas les diplômes adressés à la cathédrale de Santiago, excluant de fait une uniformisation rédactionnelle universelle69.

  • 70 Lucas Álvarez, 1993, pp. 382-383.

31La collégiale dans ses rapports avec la royauté semble donc désormais être restreinte à la fonction d’un établissement religieux soutien du pouvoir souverain, davantage que de son autorité. Elle souffre de la restriction d’envergure des ambitions politiques de Ferdinand II, qui continue de considérer son devoir de lutte armée contre la présence musulmane au sud, mais ne vise plus à exercer une autorité de fait sur tous les royaumes chrétiens ibériques. En outre, la nouvelle considération de Ferdinand II pour le siège épiscopal léonais, depuis la nomination de l’évêque Jean, contribue sans doute à atténuer cette primauté de Saint-Isidore, à l’échelle de la cité et, par là, du royaume70.

32Jusqu’à la fin des années 1170, l’analyse des chartes montre qu’il existe une véritable politique de faveur de Ferdinand II envers Saint-Isidore. La générosité royale s’exerce de telle sorte qu’elle distingue très clairement la collégiale dans le paysage religieux léonais. Elle établit également sa prédominance par des actions politiques ciblées, comme des requêtes formulées auprès de la papauté ou la modification du chemin de Saint-Jacques ; autant de mesures qui promeuvent la collégiale comme un centre religieux du royaume, primant sur bien des sièges épiscopaux, celui de Léon en particulier. On en vient ainsi à distinguer un « moment isidorien », caractérisé par une formidable mise en avant de cet établissement par le roi. Cela se fait en interaction avec ses propres intérêts. La rédaction des diplômes, qui donne à voir les effets de représentation du réel que la royauté — le roi et sa chancellerie — cherche à ancrer, souligne que Ferdinand II actualise le soutien traditionnel que constitue Saint-Isidore pour les souverains castillano-léonais depuis plus d’un siècle. Cette rédaction vise à capter pour ce roi, en compétition avec les désormais nombreux autres royaumes chrétiens de la Péninsule, l’héritage royal investi autrefois à Saint-Isidore, afin de mieux instituer son autorité et son pouvoir en son royaume et au-delà. La prévalence isidorienne souligne finalement la concentration de la politique de ce règne, jusqu’à la fin des années 1170, sur ses ambitions panhispaniques. Elle contribue également à démontrer que le royaume léonais n’était pas tant polarisé sur Saint-Jacques, mais davantage bicéphale.

33Dans le dernier tiers de ce règne, Saint-Isidore demeure un établissement religieux de premier ordre, mais ne prévaut plus tout à fait. Les autres cathédrales et l’ordre de Santiago captent une partie de cette importance, traduisant les changements d’orientation politique de Ferdinand II, sa restriction sur la reconquête et sur la bonne tenue de son royaume. Sous Alphonse IX et par la suite encore, la collégiale, sans être un établissement mineur, s’ancre dans la périphérie de cette centralité autrefois occupée.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aldea Vaquero, Quintín, Marín Martínez, Tomás, Vives Gatell, José (1972), Diccionario de historia eclesiástica de España (5 vol.), Madrid.

Arizaleta, Amaia (2010), Les clercs au palais. Chancellerie et écriture du pouvoir royal (Castille, 1157-1230), Paris.

Ayala Martínez, Carlos de (2010), « Los obispos leoneses y las guerras santas de Fernando II », dans Homenaje al profesor Eloy Benito Ruano, Murcia, pp. 91-106.

Bériou, Nicole, Chartrain, Frédéric, Demurger, Alain, Josserand, Philippe (éd.) [2009], Prier et combattre : dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris.

Boto Varela, Gerardo (2010), « Las dueñas de la memoria. San Isidoro de León y sus Infantas », Románico: Revista de arte de amigos del románico, 10, pp. 75-82.

Calderón Medina, Inès (2008), « El impulso nobiliario a la expansión del Císter en el reino de León. La parentela de Ponce de Cabrera en los monasterios de Santa María de Moreruela y San Esteban de Nogales », Medievalismo, 18, pp. 341-374.

Calleja Puerta, Miguel (2009), « Los canónigos regulares en los reinos de León y Castilla », dans José Angel García de Cortázar y Ruiz de Aguirre et Ramón Teja Casuso (éd.), Entre el claustro y el mundo: canónigos regulares y monjes premonstratenses en la Edad Media, Aguilar de Campo, pp. 37-62.

Campos Sánchez-Bordona, María Dolores et Pérez Gil, Javier (2006), El Palacio Real de León, Léon.

Carriedo Tejedo, Manuel (2006), « Panteones reales leoneses (ss. x-xiii) », dans María Encina Prada Marcos (éd.), Estudio antropológico del Panteón real de San Isidoro de León (+ CD-ROM), Léon, pp. 8-97.

Cavero Domínguez, Gregoria (2009), « Alfonso IX de León y el iter de su corte (1188-1230) », e-Spania, 8 (disponible sur Internet).

Colombás, García (1982), San Pelayo de León y Santa María de Carvajal: biografía de una comunidad femenina, Léon.

Domínguez Sánchez, Santiago (2001), Colección Documental Medieval de los Monasterios de San Claudio de León, Monasterio de Vega y San Pedro de Las Dueñas, Léon.

Falque Rey, Emma, Gil, Juan, Maya, Antonio (éd.) [1990], Chronica Hispana saeculi xii, Turnhout.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fletcher, Richard A. (1977), « Regalian Right in Twelfth-Century Spain : The Case of Archbishop Martin of Santiago de Compostela », Journal of Ecclesiastical History, 28(4), pp. 337-360.
DOI : 10.1017/S0022046900041646

García Martínez, Aida (2004), « El Panteón de San Isidoro de León: estado de la cuestión y crítica historiográfica », Anuario del Departamento de Historia y Teoría del Arte, 16, pp. 9-16.

González, Julio (1943), Regesta de Fernando II, Madrid.

González, Julio (1944), Alfonso IX, Madrid (2 vol.).

Guyotjeannin, Olivier, Pycke, Jacques et Tock, Benoît-Michel (2006), Diplomatique médiévale, Turnhout.

Henriet, Patrick (1999), « Un exemple de religiosité politique : saint Isidore et les rois du Léon (xie-xiiie siècles) », dans Marek Derwich et Mihail Vladimirovič Dmitriev (éd.), Fonctions sociales et politiques du culte des saints dans les sociétés de rite grec et latin au Moyen Âge et à l’époque moderne : approche comparative, Wrocław, pp. 77-95.

Henriet, Patrick (2000), « Deo votas : L’Infantado et la fonction des infantes dans la Castille et le Léon des xe-xiie siècles », dans Patrick Henriet et Anne-Marie Legras (éd.), Au cloître et dans le monde : femmes, hommes et societés, ixe-xve siècles. Mélanges en l’honneur de Paulette L’Hermite-Leclercq, Paris, pp. 189-203.

Henriet, Patrick (2007), « La politique monastique de Ferdinand Ier », dans El monacato en los reinos de León y Castilla (siglos vii-xiii): X Congreso de estudios medievales, Ávila, t. I, pp. 101-124.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Henriet, Patrick (2008), « Infantes, Infantaticum. Remarques introductives », e-Spania, 5 (disponible sur Internet).
DOI : 10.4000/e-spania.12593

Herráez Ortega, María Victoria et Cosmen Alonso, María Concepción (2001), « Fernando II: promotor del Camino de Santiago en León », dans María Luisa Melero Moneo (éd.), Imágenes y promotores en el arte medieval: miscelánea en homenaje a Joaquín Yarza Luaces, Barcelone, pp. 79-87.

Jaspert, Nikolas (2006), « La reforma agustiniana: un movimiento europeo entre “piedad popular” y “política eclesiástica” » dans La reforma gregoriana y su proyección en la cristiandad occidental (siglos xi-xii), Pampelune, pp. 375-420.

Linehan, Peter (1994), « León, ciudad regia, y sus obispos en los siglos x-xiii », dans El reino de León en la alta Edad Media, Léon, t. vi, pp. 459-495.

Lucas Álvarez, Manuel (1993), El Reino de León en la alta Edad media, t. V : Las cancillerías reales (1109-1230), Léon.

Martín López, María Encarnación (éd.) [1995 a], Patrimonio cultural de San Isidoro de León. Documentos de los siglos x-xiii: colección diplomática, Léon, coll.« Patrimonio Cultural de San Isidoro de León. A. Serie documental » (I, 1).

Martín López, María Encarnación (1995 b), « El scriptorium documental de San Isidoro de León », dans Monjes y monasterios españoles: actas del simposium, (El Escorial, 1/5-IX-1995), t. III, pp. 533-546.

Martin, Thérèse (2006), « San Isidoro de León, símbolo del poder dinástico », dans María Encina Prada Marcos (éd.), Estudio antropológico del Panteón real de San Isidoro de León (+ CD-ROM), Léon, pp. 98-123.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Martin, Thérèse (2008), « Hacia una clarificación del infantazgo en tiempos de la reina Urraca y su hija la infanta Sancha (ca. 1107-1159) », e-Spania, 5 (disponible sur Internet).
DOI : 10.4000/e-spania.12163

McCluskey, Raymond (1994), « The early history of San Isidoro de León (x-xii c.) », Nottingham medieval studies, 38, pp. 35-59.

Pascua Echegaray, Esther (1989), « Hacia la formación política de la monarquía medieval: las relaciones entre la monarquía y la Iglesia castellanoleonesa en el reinado de Alfonso VII », Hispania, 49(172), pp. 397-441.

Pérez Llamazares, Julio (1982), Historia de la Real Colegiata de San Isidoro de León, Léon.

Recuero Astray, Manuel, Romero Portilla, Paz, Rodríguez Prieto, Ángeles (éd.) [2000], Documentos medievales del Reino de Galicia: Fernando II (1155-1188), Saint-Jacques-de-Compostelle.

Reglero de La Fuente, Carlos Manuel (2008), Cluny en España: los prioratos de la provincia y sus redes sociales, 1173-ca. 1270, Léon.

Rucquoi, Adeline (2000 a), « Les Cisterciens dans la péninsule Ibérique », dans Unanimité et diversité cisterciennes : filiations, réseaux, relectures du xiie au xviie siècle. Actes du 4e colloque international du C.E.R.C.O.R. (Dijon, 23/25-X-1998), Saint-Étienne, pp. 487-523.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rucquoi, Adeline (2000 b), « La royauté sous Alphonse VIII de Castille », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 23, pp. 215-241.
DOI : 10.3406/cehm.2000.920

Sirantoine, Hélène (2009), L’imperium hispanique médiéval (ixe s.-1230) : recherches sur les idéologies monarchiques dans la péninsule Ibérique médiévale, thèse de doctorat soutenue à l’université Bordeaux III (inédite).

Suárez Bilbao, Fernando et Suárez Fernández, Luis (1993), « Historia política del reino de León (1157-1230) », dans El reino de León en la alta Edad Media, t. iv : Monarquía (1109-1230), Léon, pp. 215-350.

Suárez González, Ana (1997), Los códices III.1, III.2, III.3, IV y V : Biblia, Liber capituli, Misal, Léon.

Tock, Benoît-Michel (1991), « Auteur ou impétrant ? Réflexions sur les chartes des évêques d’Arras au xiie siècle », Bibliothèque de l’École des Chartes, 149(2), pp. 215-248.

Valcarce, María Amparo (1985), El Dominio de la real colegiata de San Isidoro de León hasta 1189, Léon.

Valdés Ferñandez, Manuel (2001), « El Panteón real de la Colegiata de San Isidoro de León », dans Bango Torviso etIsidro Gonzalo (éd.), Maravillas de la España medieval: tesoro sagrado y monarquía, Valladolid, pp. 73-84.

Viñayo Gonzalez, Antonio (1988), « El scriptorium medieval del monasterio de san Isidoro de León y sus conexiones europeas », dans Coloquio sobre circulación de códices y escritos entre Europa y la Península en los siglos viii-xiii, Saint-Jacques-de-Compostelle, pp. 209-238.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire de Saint-Isidore au Moyen Âge central, voir : Pérez Llamazares, 1982 ; Colombás, 1982 ; McCluskey, 1994 (une vision très synthétique mais plus intéressante). L’historiographie et l’hagiographie des xiie-xiiie siècles soulignaient déjà l’attachement qu’eut cet illustre souverain pour le monastère ; voir notamment Henriet, 1999. Sur la politique monastique de Ferdinand Ier : Henriet, 2007.

2 Ce règne mériterait des examens à nouveaux frais, comme moment charnière dans le passage d’une tradition politique castillano-léonaise à léonaise. En attendant : Suárez Bilbao et Suárez Fernández, 1993 ; et le toujours très utile : González, 1943. Si les rapports qu’entretient ce souverain avec l’Église séculière ont fait l’objet de quelques enquêtes (dernièrement : de Ayala Martínez, 2010 ; voir aussi le très stimulant article de Sánchez-Oro Rosa, 1998), ceux avec le monde régulier restent méconnus. On complètera la bibliographie au fil des notes.

3 Des références seront données au fil des notes.

4 Récemment, Amaia Arizaleta a souligné l’importance de la propagande royale dans la production diplomatique royale en Castille, en mettant en exergue le passage vers une écriture narrative dans cette documentation. Voir Arizaleta, 2010.

5 Ce décompte se fonde sur le regeste établi par Lucas Álvarez, 1993. Il a été complété voire corrigé le cas échéant grâce à Recuero Astray et alii (éd.), 2000, édition plus récente mais partielle puisqu’elle ne concerne que la Galice. Pour les documents concernant Saint-Isidore : Martín López (éd.), 1995 a.

6 La confirmation royale des propriétés de l’Ordre de Santiago, en mars 1181, constitue un bel exemple (Recuero Astray et alii [éd.], 2000, doc. 188). On y trouve le fréquent exorde « Catholicorum igitur regum est sancta loca et religiosas personas diligere… », ainsi que le motif « ob remedium anime mee et parentum meorum […] et pro bono seruicio quod Deo et mihi facitis… ».

7 Pour la terminologie propre à la diplomatique, voir Guyotjeannin et alii, 2006, p. 216 notamment.

8 Ce résultat diffère du nombre total de diplômes royaux adressés à des institutions ecclésiastiques (434), avancé par Manuel Lucas Álvarez, du fait des sélections évoquées. Lucas Álvarez, 1993, p. 381.

9 Les établissements ont été identifiés en utilisant le dictionnaire d’Aldea Vaquero et alii, 1972. Bon nombre d’informations ont été ajoutées ou actualisées grâce à une série de monographies et d’articles, parmi lesquels : Bériou, Chartrain et alii (éd.), 2009 ; Calderón Medina, 2009 ; Reglero de La Fuente, 2008 ; Rucquoi, 2000 a.

10 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 65, 67, 72, 85, 88, 89, 90, 93, 94, 95, 97, 99, 105, 114, 117, 125, 127, 128, 130, 133, 135, 137, 138. Si le document 137 nous semble très douteux, car tiré d’une notice de Lucas de Tuy, sa présence dans ce relevé se justifie par le fait que dans le regeste, figure ce type de documents pour les autres établissements. Qu’il nous soit permis d’insister : l’étude que nous proposons ne vise nullement à l’exhaustivité, elle se base sur des données indicatives.

11 Lucas Álvarez, 1993 : doc. 6, 123, 145, 200, 285, 309, 312, 313, 348, 378, 379, 406, 423, 557, 575, 597, 612. Le document n° 10 a été écarté car, contrairement à ce qui est annoncé dans ce regeste, il s’agit d’une confirmation royale d’un acte de l’archevêque de Compostelle (Recuero Astray et alii [éd.], 2000, doc. 8).

12 Lucas Álvarez, 1993, doc. 286, 287, 367, 426, 455, 468, 471, 500, 528, 529, 546, 558, 563, 565, 588.

13 Ibid. Pour Santa María de Meira : doc. 41, 122, 227, 292, 526, 527, 543, 577, 616. Pour Santa María de Lapedo : doc. 22, 100, 111, 112, 129, 136, 241, 307, 308. Pour Santa María de Melón : doc. 30, 58, 165, 248, 298, 375, 381, 544 ; le document 611 contenu dans le regeste correspond finalement au document 298 (Recuero Astray et alii [éd.], 2000, doc. 130).

14 Les données du regeste de Lucas Álvarez ont été corrigées grâce à une édition récente des documents de ce monastère : Domínguez Sánchez, 2001. Seuls les documents 218, 297, 306, 314, 330, 346, 447 ont été retenus, auxquels il faut ajouter le document 60 de cette dernière édition.

15 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 65, 69, 72, 105. Par exemple, dans le document 65, le roi concède cet acte aux « fratribus uestris cunctisque successoribus uestris in ordine beati Augustini degentibus usque in perpetuum ».

16 Recuero Astray et alii (éd.), 2000, doc. 4, 14, 17, 19, datés entre 1157 et 1159.

17 En 1162, alors même que le monastère Santa María d’Armenteira vient d’être réformé selon des coutumes cisterciennes, un privilège royal qui lui est accordé n’en dit rien. Recuero Astray et alii (éd.), 2000, doc. 41. Ce document est rédigé par le notaire Pierre, dit infant du roi, qui s’est occupé d’une grande part des autres documents contenant la mention de la règle.

18 Lucas Álvarez, 1993. Pour Santa María de Agui(l)ar, on ne retient que les documents postérieurs à sa réforme canoniale en 1169 : doc. 333, 342, 578, 579. Santa María de Arbas : doc. 164, 234, 349, 562. San Miguel de Escalada : doc. 34, 485. Les deux diplômes adressés aux « Prémontrés de Ciudad Rodrigo » sont inscrits au regeste aux numéros 606 et 607.

19 La tâche d’identifier et de faire l’histoire des collégiales régulières, en Castille et Léon en particulier, demeure d’actualité : Calleja Puerta, 2009 et Jaspert, 2006.

20 Calleja Puerta, 2009.

21 Ces monastères cisterciens constituent le quart des établissements identifiés et captent à eux seuls le tiers des actes favorables (78 au total).

22 Lucas Álvarez, 1993, doc. 333, 342, 578, 579.

23 Ibid., doc. 87 (daté de 1162), puis 150, 226, 351.

24 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 88 : « …do Deo et monasterio Sancti Hisidori et uobis abbati, domno Martino, et dilecto nostro priori Pelagio et omnibus canonicis… ».

25 On trouvera plusieurs exemples dans : Rucquoi, 2000 b.

26 Martín López, 1995 b.

27 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 117 : « …concedo, ob remedium animae maeae (sic) et parentum meorum, et pro bono seruicio quod mihi fecistis ».

28 Lucas Álvarez, 1993, pp. 390 sq. On trouvera des exemples d’affaires politiques aboutissant à des privilèges royaux adressés à des clercs qui s’en sont chargés dans : Suárez Bilbao, Suárez Fernández, 1993.

29 La bibliographie sur l’Infantado se renouvelle activement. Voir en premier lieu : Henriet, 2000. Plus récemment, l’historiographie s’est, entre autre, penchée sur le rôle des infantes : Boto Varela, 2010 ; Henriet, 2008 ; Martin, 2008.

30 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 43.

31 Ibid., doc. 44 : en cas d’absence d’infante, « rex terrae quod ipsa deberet eis supplere ».

32 Voir Henriet, 2000, particulièrement pp. 198-200. Nous suivons la proposition de cet historien, plus argumentée dans l’état actuel des sources que l’indication selon laquelle l’Infantado disparaît à la fin du règne de Ferdinand II, dans Valcarce, 1985, p. 8.

33 Sur les vingt-trois actes accordés par la royauté à la collégiale, je distingue quatre cas : Martín López (éd.), 1995 a, doc. 65 (cas également repéré par Suárez Bilbao, Suárez Fernández, 1993, p. 237, n. 27), 72, 125, 128.

34 Suárez Bilbao, Suárez Fernández, 1993, p. 237 pour l’année 1159. 1175-1176 se distinguent également comme des années de nécessité aurifère pour le roi ; voir par exemple Recuero Astray et alii(éd.),2000, doc. 146, 149, 150.

35 Campos Sánchez-Bordona, Pérez Gil (éd.), 2006, particulièrement pp. 35-57.

36 Cavero Domínguez, 2009.

37 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 77 et 85.

38 Ce que rappelle un document de l’époque : ibid., doc. 66 : « In una uero festiuitatum Sancti Hisidori que sunt in anno, uidelicet Transitus, Translationis et Dedicacionis ecclesie… ».

39 Ibid., doc. 65, 72, 89, 105, 125.

40 On trouve la formule la plus signifiante à cet égard dans les motifs d’un privilège de 1168 (ibid., doc. 89) : « Ecclesie Beati Ysidori quae ipsius gloriossimi corpore insignata esse dinoscitur utiliter prouidere uolens [rex]». Cette formule est unique. Le préambule de la charte, en revanche, est si courant qu’il est difficile, sur le seul critère des formules, de pencher pour une rédaction par la chancellerie ou par le scriptorium de Saint-Isidore.

41 Ibid., doc. 24 et 61.

42 Une lecture rapide des diplômes accordés par Ferdinand II à des établissements galiciens suffit à le démontrer. Voir, par exemple, Recuero Astray et alii (éd.), 2000, doc. 26, 29, 38, 44…

43 González, 1944, t. I, p. 419.

44 En ces dix années de règne, on dénombre sept donations d’Alphonse VII : Martín López (éd.), 1995 a, doc. 44, 48, 54, 57, 58, 59, 61. 

45 Pascua Echegaray, 1989. Malheureusement, l’auteur ne précise pas les archives qu’il a consultées : mieux vaut donc considérer sa recension des donations royales aux évêchés et aux monastères comme indicative.

46 Sur cette question, la référence essentielle reste Linehan, 1994 ; en dernier lieu : Cavero Domínguez, 2009.

47 Voir la Chronica Adefonsi imperatoris, dans : Falque Rey et alii (éd.), 1990.

48 Pascua Echegaray, 1989, p. 410.

49 On pourra se référer aux premières pages de : Herráez Ortega, Cosmen Alonso, 2001.

50 Lucas Álvarez, 1993 : doc. 68, 97, 157, 162, 202, 222, 238, 264, 273, 276, 353, 377, 393, 450, 457, 461, 492, 502, 507, 514, 533, 534, 535, 538.

51 Seuls 21 diplômes de Ferdinand II ont été approuvés à Salamanque, en 9 occasions, contre 101 à Léon, quasiment chaque année. Ces informations sont tirées de la lecture de l’ensemble du regeste : Lucas Álvarez, 1993.

52 Suárez Bilbao, Suárez Fernández, 1993, p. 266.

53 Lucas Álvarez, 1993 : doc. 86, 127, 158, 125, 256, 269, 318, 371, 389, 475, 555, 596, 516, 522, 556, 600, soit seize actes « seulement ». Voir aussi ibid.,pp. 382-383.

54 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 76. La lettre exécutoire, sans date, fait explicitement référence aux « prières royales » (« regis precibus »).

55 Ibid., doc. 89.

56 Suárez González, 1997 ; Viñayo Gonzalez, 1988.

57 Lucas Álvarez, 1993, p. 335.

58 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 95.

59 Recuero Astray et alii (éd.), 2000.

60 Pour la reconstitution des très nombreuses sépultures royales, d’infantes ou comtales, dans ce panthéon du xe au xiie siècle, voir Carriedo Tejedo, 2006, en particulier p. 22 (je remercie Patrick Henriet qui me fit connaître l’ensemble de ces travaux sur le panthéon, peu référencé par ailleurs). Sur le panthéon en général, la littérature est abondante ; signalons, outre ce qui a déjà été mentionné : Valdés Ferñandez, 2001 ; García Martínez, 2004.

61 Martín López (éd.), 1995 a, doc. 72, 105, 114. On peut ainsi reconstituer le préambule de 1162, qui forme l’archétype : « Regiam decet dignitatem loca religiosorum virorum diligere manutenere defendere atque possessionibus et honoribus ampliare, maxime uero ea que a patribus regu[m sunt instituta] et in quibus eorum corpora per successiones sepeliuntur. Cupiens dilatare [monasterio sancti Ysidori Legionensis ciuitatis ubi corpora parentum meorum]. Ea propter, ego… ».

62 On trouvera l’ensemble des exordes des diplômes de Ferdinand II dans : Lucas Álvarez, 1993, pp. 383-387. S’agissant de la formule qui nous intéresse, une confusion apparaît. Pour l’une de ses trois occurrences, l’auteur renvoie au doc. 3330 dans le regeste de Julio González (González, 1943.). En fait, il faut lire : doc. 332. En conséquence, Manuel Lucas Álvarez ne précise pas que cette formule ne s’emploie que dans le cadre des relations diplomatiques entre la chancellerie royale et Saint-Isidore.

63 Sur les véritables rédacteurs des diplômes, on lira avec profit : Tock, 1991.

64 Martín López, 1995, doc. 59, 89, 90, 97.

65 En dernier lieu, Sirantoine, 2009, pp. 655-656.

66 Voir le très bel article de Fletcher, 1977.

67 À partir de 1177, le roi accorde 12 actes favorables à cet ordre, contre 8 pour Saint-Isidore. Lucas Álvarez, 1993, doc. 426, 455, 468, 471, 500, 528, 529, 546, 558, 563, 565, 588.

68 Hypothèse formulée par Manuel Lucas Álvarez au vu de l’uniformité de plus en plus forte des formules diplomatiques ; ibid., pp. 336-337.

69 On pourra se référer, par exemple, à une donation du roi à la cathédrale compostellane en avril 1183, dans laquelle la révérence envers les reliques de saint Jacques est mise en relief. Voir Recuero Astray et alii (éd.), 2000, doc. 203. Il s’agit du notaire en charge également de la rédaction des documents isidoriens pour la même époque.

70 Lucas Álvarez, 1993, pp. 382-383.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie de las Heras, « Ferdinand II et Saint-Isidore-de-Léon : enjeux d’une « politique de faveurs » (1157-1188) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 163-181.

Référence électronique

Amélie de las Heras, « Ferdinand II et Saint-Isidore-de-Léon : enjeux d’une « politique de faveurs » (1157-1188) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 28 août 2016. URL : http://mcv.revues.org/4642

Haut de page

Auteur

Amélie de las Heras

E.H.E.H.I., Casa de Velázquez

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org