Navigation – Plan du site
Miscellanées

Redéfinition du projet impérial ou construction d’un réseau de clients ? Les étapes allemandes du voyage du prince Philippe aux Pays-Bas (1548-1552)

¿Redefinición del proyecto imperial o construcción de una red clientelar? Las etapas alemanas del viaje del príncipe Felipe a los Países Bajos (1548-1552)
Redefining the imperial project or building a clientelistic base? The German stages of Prince Felipe’s journey to the Low Countries (1548-1552)
Étienne Bourdeu
p. 183-200

Résumés

Le voyage du prince Philippe aux Pays-Bas, entre 1548 et 1551, n’est pas seulement un « grand tour » d’éducation nobiliaire ou un simple trajet qui l’amène à prendre possession des territoires flamands. Dans sa partie allemande, c’est également l’occasion pour Charles Quint de faire connaître son fils et d’envisager pour ce dernier la succession impériale. Enfin, et peut-être surtout, la traversée du Saint Empire par Philippe est la première possibilité qui lui est offerte de prendre contact avec des princes allemands et d’esquisser un premier réseau de fidélités dans l’espace impérial. Dans cette perspective, les actes de Philippe prennent une autre dimension : il s’agit de le présenter comme un prince apte à gouverner l’Empire. Ce projet échouera face au rejet des grands nobles allemands et à celui de Ferdinand et Maximilien de se voir exclus de la succession impériale. Néanmoins, il jette les bases de la possibilité d’une présence espagnole dans l’espace germanique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fernández Álvarez, 1975, t. II, pp. 13-14.
  • 2 Rodríguez Salgado, 1992, pp. 18-19.

1Les abdications de Charles Quint en 1556 posent à l’historien un certain nombre de questions, en particulier celles concernant la continuité ou la rupture réelle dans la pratique du pouvoir entre l’empereur et son fils, Philippe II. Pour Manuel Fernández Álvarez, par exemple, la continuité entre les deux souverains est indéniable et s’explique notamment par le fait qu’au cours des différentes périodes où Philippe exerce la régence dans la péninsule Ibérique (en 1539-1541 et en 1543-1548), son père l’entoure de conseillers dûment choisis et lui écrit des instructions précises1. Pour María Rodríguez Salgado, au contraire, il est nécessaire de se demander dans quelle mesure l’empire de Philippe a différé de celui de son père ; et d’après elle, « le transfert de pouvoir s’est avéré bien plus complexe et conflictuel » que ce qui était imaginable2. Dans ce questionnement sur la continuité ou la rupture entre les deux souverains, les instructions dont il vient d’être question ont été des documents souvent utilisés et cités, de même que le séjour du prince Philippe dans les Flandres (1549-1550) a été fréquemment étudié comme l’un des premiers actes de la passation du pouvoir entre Charles Quint et son fils, ce dernier recueillant les serments de loyauté des différents États constitutifs des Pays-Bas. D’ailleurs, le voyage qu’occasionne ce séjour dans les Flandres est un observatoire fréquemment choisi pour expliquer l’échec de Philippe à se faire accepter par ses sujets flamands, son rejet généralement constaté dans le Saint Empire et le revers de Charles Quint pour modifier la succession impériale en sa faveur.

2Précisément, le voyage de Philippe dans l’espace germanique peut se décomposer en quatre moments. Tout d’abord, il y a le trajet aller qui le fait entrer dans l’espace impérial à Trente le 24 janvier 1549 et l’en fait sortir aux environs de Sarrebruck le 17 mars de la même année. Le déplacement a un caractère très protocolaire et doit mettre en scène les rencontres de Philippe tant avec les populations du Saint Empire qu’avec les princes impériaux. Après un séjour de plus d’un an dans les Pays-Bas, Philippe reprend le chemin de la péninsule Ibérique : il quitte Bruxelles le 1er juin 1550 et remonte le Rhin, ne suivant pas exactement le même chemin que celui emprunté à l’aller. Cela lui permet de renforcer les liens avec des personnes rencontrées un an plus tôt (comme à Clèves ou à Mayence). Philippe arrive ensuite à Augsbourg où il séjourne un peu plus de dix mois (du 8 juillet 1550 au 25 mai 1551) dans le but de participer aux négociations familiales avec son père, son oncle Ferdinand, sa tante Marie de Hongrie et son cousin Maximilien au sujet de l’ordre de succession dans l’Empire. Enfin, il quitte Augsbourg et avance à un rythme soutenu puisque le 12 juillet 1551, il débarque à Barcelone, parcourant en un mois et demi une distance qu’il avait mis quatre mois à couvrir à l’aller.

3À y regarder de plus près, ce voyage, et plus particulièrement ses étapes germaniques, semble ouvrir davantage de possibilités qu’il n’apporte d’orientations ou de réorientations décisives. Il faut donc se demander dans quelle mesure la présence de Philippe dans l’espace du Saint Empire entre 1548 et 1551 contribue à tracer les lignes multiples d’un projet politique et/ou impérial à venir. Pour ce faire, il convient de réévaluer ce « grand tour » et de ne pas se contenter d’y voir par avance le revers annoncé. En effet, si les contacts noués avec les populations et les princes allemands à cette occasion le sont sous le signe d’une certaine réserve de part et d’autre, si les négociations d’Augsbourg pour faire de Philippe un héritier à plus ou moins longue échéance de la couronne impériale n’aboutissent pas, ce voyage n’en joue pas moins un rôle séminal dans ce qui sera par la suite la politique de Philippe II dans le Saint Empire. Dans cette perspective, il convient aussi de comprendre comment ce voyage, au fur et à mesure du détournement progressif de ses objectifs initiaux, ceux d’introduire Philippe dans le Saint Empire et de l’initier à la situation politique européenne, pose les jalons d’une nouvelle présence espagnole dans l’espace germanique. Cette démarche suppose d’articuler deux approches, deux échelles d’analyse bien distinctes : d’une part, la prise en compte de la situation à la fois de l’Empire et de la Monarchie Catholique, deux ensembles distincts mais dotés d’un même souverain qui se rencontrent alors ; d’autre part, la rencontre d’un prince espagnol appelé à régner dans la péninsule Ibérique avec des princes impériaux, non pas totalement souverains mais dotés d’une forte autonomie. En définitive, une idée domine cette réflexion, celle que le passage de Philippe dans l’Empire forme un ensemble cohérent avec la suite de son règne, ensemble qui doit être analysé pour mieux comprendre ce qui a été la politique espagnole dans le Saint Empire.

4Pour ce faire, un corpus documentaire bien connu sera mis œuvre : il s’agit des récits du voyage de Philippe faits par Juan Cristóbal Calvete de Estrella et par Vicente Álvarez. Mis en relation avec les lettres de Charles Quint envoyées à son fils au même moment, ils permettent de saisir la signification que recouvre ce « grand tour » pour le successeur de l’empereur dans les territoires ibériques. En privilégiant de manière exclusive ce point de vue hispanique, il est alors possible de mettre en relief les attentes et les stratégies espagnoles déployées dans le Saint Empire au moment où se prépare la succession de Charles Quint.

Le voyage de Philippe d’Espagne dans le Saint Empire et les Pays-Bas (1549-1550)

Le voyage de Philippe d’Espagne dans le Saint Empire et les Pays-Bas (1549-1550)

Le Saint Empire à la fin des années 1540

5Le voyage du prince Philippe se déroule dans un contexte qu’il faut tout d’abord rappeler, notamment pour ce qui touche à la situation du Saint Empire à la fin des années 1540. La victoire de Charles Quint sur les princes protestants germaniques à Mühlberg (24 avril 1547) inaugure une séquence chronologique durant laquelle l’empereur, fort d’une position en apparence hégémonique, s’essaie à une réforme du Saint Empire et, plus largement, amorce un infléchissement dans le gouvernement de ses territoires.

  • 3 Rabe, pp. 48-55.
  • 4 Lutz, pp. 130-135.

6En premier lieu, il faut envisager l’ensemble des profondes mutations politiques, sociales et économiques que connaît alors l’espace impérial. Il ne s’agit pas ici d’apporter des éléments nouveaux, mais de retracer à grands traits une évolution bien connue, trop souvent déconnectée des questionnements propres à l’histoire des relations internationales. Dans ce cadre, le premier élément à prendre en compte est le morcellement politique et territorial du Saint Empire. En effet, l’unité de mesure, si l’on peut parler ainsi, n’est pas tant celle d’un hypothétique État impérial plus ou moins centralisé, à l’autorité incontestable, que celle des principautés territoriales plus restreintes le constituant et jouissant d’une grande autonomie à l’intérieur de leurs frontières. Il en résulte certes un morcellement d’ensemble mais quelques principautés territoriales ont acquis, aux alentours de 1550, une masse critique suffisante pour peser sur l’ensemble du « corps » impérial (Saxe, Brandebourg, États patrimoniaux des Habsbourg centrés sur l’actuelle Autriche, Bavière…) ; remarquons même que ces territoires se trouvent en situation de périphérie par rapport au cœur traditionnel de l’Empire, la région du Rhin. À cela s’ajoute une tendance également de plus long terme, commencée à la fin du xve siècle et touchant l’ensemble de l’Europe : depuis cette période, on constate d’une part un affaiblissement de la petite noblesse, lié entre autre à l’expansion d’une économie monétaire entraînant à son tour une dévalorisation des rentes seigneuriales payées dans une monnaie qui se déprécie peu à peu et, d’autre part, le renforcement des couches plus élevées de la noblesse qui ont la possibilité soit d’étendre leurs domaines, soit de revoir en leur faveur les baux fonciers (Leibrecht de la région bavaroise, par exemple). Le premier phénomène s’observe surtout dans l’ouest de l’Empire, alors que le second se développe surtout en Bavière et à l’est de l’Elbe où il aboutit bientôt à la mise en place de ce que l’on appelle la Gutsherrschaft3. L’important est ici de retenir que les anciens territoires centraux du Saint Empire sont affaiblis par rapport aux principautés ayant déjà atteint une masse critique et que ces dernières sont à leur tour renforcées par cette évolution4.

  • 5 Voir Elton, 1970, pp. 5-9 et 18-24 ; Vogler, 2003, pp. 289-295, 314-316 et 323-324.

7Ce rapide tableau serait incomplet si l’on omettait d’évoquer le rôle qu’a joué la Réforme dans le transfert de propriétés ecclésiastiques : l’un des enjeux non négligeables du changement confessionnel est de permettre au pouvoir temporel de mettre la main sur les biens sécularisés des anciens évêchés et monastères, le dotant en retour d’un pouvoir politique plus cohérent et de ressources financières accrues. Une des questions qui se posent alors à un certain nombre de princes germaniques est de savoir comment se maintenir face à la puissance grandissante de certaines principautés territoriales de l’Empire ; ce problème est rendu plus aigu encore pour toute une petite chevalerie d’Empire dont l’un des rares débouchés prestigieux est constitué par les principautés ecclésiastiques électorales (Mayence, Trèves, Cologne, Wurtzbourg…), par ailleurs marginalisées par l’évolution d’ensemble duxvie siècle5.

8Le Saint Empire est donc travaillé par de puissantes tensions qui font insensiblement évoluer son fonctionnement et les rapports entre ses différentes parties. À ce titre, même un événement aussi célébré que la bataille de Mühlberg (24 avril 1547) s’inscrit dans cette trame. Ainsi, malgré les précautions prises par Charles Quint pour passer des alliances avec des princes luthériens comme Maurice de Saxe ou le margrave Albert Alcibiade de Brandebourg-Kulmbach, le conflit engagé contre la ligue de Smalkalde au début de l’année 1546 vise moins à rendre effective la décision impériale de proscription du duc de Saxe Jean-Frédéric et du landgrave Philippe de Hesse qu’à en finir avec la capacité de nuisance du parti protestant. Comme semble en être conscient l’empereur, l’apparence de bonne volonté de ceux qui ont « dévié de la foi » ne peut constituer une assurance :

  • 6 Fernández Álvarez, 1975, lettre de Charles Quint au prince Philippe, 17-III-1546, pp. 457-458 : « P (...)

Mais, comme de nombreuses fois ils ont fait mine de désirer [la concorde sur les questions religieuses] et qu’après ils sont demeurés plus obstinés que jamais, nous ne pourrions en cette affaire nous fier à plus que ce que nous verrons ; mais tout ce qui est possible sera fait pour accomplir une œuvre si sainte, si elle peut être menée à bien. Ce dont nous doutons fort6.

  • 7 Ibid. : « Será temiendo los desviados la fuerza, sin lo cual no se debe tener esperanza ninguna de (...)
  • 8 Kohler, 2001, pp. 319-323 et Komatsu, 2001, pp. 109-128.

9Charles Quint mène sa réflexion jusqu’à son terme en estimant que la force seule peut encore inspirer quelque vertu aux protestants7. Il est encouragé en cela par l’attitude du pape Paul III qui consent à lui fournir des troupes et surtout par le succès qu’il vient de remporter dans la Gueldre contre le duc de Clèves Guillaume. S’engage alors une campagne qui s’achève par une victoire au printemps 1547 dans les brumes de l’Elbe, victoire que Charles Quint travaille à rendre plus éclatante encore : le duc de Saxe, puis le landgrave de Hesse sont faits prisonniers et l’empereur s’attache à ne leur montrer aucune clémence ; dans le même temps, il songe à une vaste réforme du Saint Empire, connue sous le nom de « ligue impériale »8.

  • 9 Kohler, 2001,p. 319.

10Pour l’empereur et ses conseillers, celle-ci doit consister en une alliance formelle de douze ou quinze ans, voire plus, réunissant les possessions patrimoniales des Habsbourg (en Autriche, aux Pays-Bas, en Franche-Comté, en Basse-Autriche…) et les États qui voudront l’intégrer ; son but est d’une part de maintenir la paix dans le Saint Empire et d’autre part de le préserver de toute intervention étrangère, notamment française ou turque. Serait également interdite toute autre forme de ligue dans l’Empire. L’objectif ainsi poursuivi est moins, semble-t-il, de mettre en place une « réforme monarchique de l’Empire »9 que de travailler à une intégration plus poussée des territoires des Habsbourg gravitant dans l’orbite impériale. En effet, la mise en place d’une telle ligue reviendrait à assurer une aide automatique à ces régions de la part du reste de l’Empire. Mais en faisant une telle proposition aux différents États de la diète impériale réunie à Augsbourg en juillet 1547, Charles Quint ignore ou feint d’ignorer qu’elle ne peut que mécontenter une majorité des membres de cette diète.

  • 10 Komatsu, 2001, pp. 116-117.
  • 11 Bourdieu, 2002, pp. 13-20.

11Les raisons du refus ou des réticences recouvrent un large spectre. Cela va de la simple incrédulité de la part du frère de Charles Quint, Ferdinand, vis-à-vis d’une alliance trop étendue et qui, pour cette raison, ne pourra fonctionner efficacement, à une opposition des villes d’Empire à qui les expériences passées ont enseigné que l’essentiel des charges financières leur incombait. Il faut ajouter à cela le problème confessionnel : si la ligue ne comprend que des catholiques, les protestants la verront comme un instrument tourné contre eux et constitueront en retour leur propre alliance, ruinant la démarche unificatrice de l’empereur ; dans le cas contraire, l’intégration des luthériens et des calvinistes suppose qu’un accord global sur la paix religieuse dans l’Empire soit auparavant trouvé, ce qui est loin d’être le cas au moment où s’ouvre la diète d’Augsbourg. Plus significative encore est l’opposition au projet des princes électeurs : aussi bien les électeurs ecclésiastiques que lePalatin (la Saxe et le Brandebourg ne sont pas encore représentés au moment des premières discussions du projet) sont réticents à voir leur autorité se délayer et à constituer une assemblée commune avec les autres princes de l’Empire. S’ils envisagent une réforme, elle doit s’inscrire dans les institutions impériales déjà existantes et sur le modèle des cercles d’Empire et de la diète, où un collège séparé leur assure une prééminence sur les autres composantes du Saint Empire10. L’opposition au projet de ligue impériale transcende donc les simples clivages confessionnels et fait davantage jouer la volonté de maintien d’un statu quo fondé sur une tradition qui assure un fonctionnement collégial de l’Empire. Ferdinand, pour sa part, s’oppose au projet de son frère dans la mesure où il préfère voir assurés ses droits dynastiques sur la partie proprement autrichienne des possessions des Habsbourg, donnant ainsi cours à une conception patrimoniale de sa présence dans l’Empire, à rebours du projet de Charles Quint qui la conçoit davantage comme un pôle possible d’articulation et d’intégration politique. L’important est ici de remarquer que tout un champ, au sens sociologique du terme c’est-à-dire un espace social structuré de positions11, se constitue alors, quoique de manière encore informelle, pour empêcher une mise en place d’un Empire intégré autour d’un centre déterminé.

12C’est au cours de la diète d’Augsbourg proprement dite (1547-1548) qu’il devient évident que la ligue impériale ne verra pas le jour : en inscrivant de manière très officielle le projet de ligue à l’ordre du jour, les différents collèges de la diète prennent le temps de discuter et d’enterrer, dans le même mouvement, la proposition de l’empereur. Pour tirer d’une manière ou d’une autre quelque bénéfice de sa victoire à Mühlberg, ce dernier doit se contenter de faire accepter des éléments isolés de son plan, dès lors dépourvu de l’articulation d’ensemble qu’il esquissait.

Le prince Philippe dans le Saint Empire

13Au moment où il songe à modifier en profondeur l’organisation du Saint Empire Romain Germanique, Charles Quint planifie le voyage et le séjour de son fils Philippe aux Pays-Bas, voyage qui commence en octobre 1548 et qui s’achève en juillet 1551 avec le retour dans la péninsule Ibérique. On a beaucoup dit, et avec raison, qu’il s’agissait là d’un « grand tour » d’éducation politique et d’un moment décisif dans la forme que vont revêtir la cour et le gouvernement espagnols au contact des territoires de l’ancien duché de Bourgogne. Mais il est impossible de faire abstraction de l’épisode germanique qui occupe une place particulière durant ce voyage. En effet, non seulement le prince Philippe traverse les territoires impériaux à deux reprises, à l’aller et au retour de son voyage aux Pays-Bas, mais il séjourne également un peu plus de dix mois à Augsbourg pour suivre les négociations qui s’y déroulent à propos de la succession de Charles Quint dans l’Empire. Sans forcer le trait, on peut même dire que c’est à cette occasion que prend corps une présence espagnole assumée dans l’espace germanique et que s’ébauchent les lignes élémentaires de la politique ibérique à venir dans le Saint Empire.

  • 12 Calvete de Estrella, 2001, p. 102.
  • 13 Álvarez, 2001, pp. 630 et 633.
  • 14 Fernández Álvarez, 1977, lettre de Philippe à Charles Quint, 2-III-1549, doc. CDXXX, pp. 100-101 : (...)

14À en croire les chroniqueurs officiels de ce périple, Calvete de Estrella et Álvarez, le trajet de Philippe dans le Saint Empire, de son entrée par les terres de Trente à la fin janvier 1549 à sa sortie par le Luxembourg en mars de la même année, est une illustration des bons agissements d’un souverain et du chaleureux accueil qui lui est prodigué par des sujets putatifs. Le prince évolue dans un espace multiconfessionnel et il est amené à fréquenter des protestants ; il affiche une volonté réelle de se rapprocher de ceux qui l’entourent, comme en atteste l’épisode durant lequel il fait descendre sa table de l’estrade où elle est située pour se trouver à la même hauteur que les autres convives12. De la même façon, il force son naturel pour essayer de s’adapter aux pratiques locales, comme celle de boire de l’alcool en quantité, ce qui n’est pas dans ses habitudes au dire de Vicente Álvarez qui revient à deux reprises sur cet effort13. Quelle qu’en soit la portée réelle, ces actes sont ceux d’un individu qui cherche sinon à intégrer un groupe, du moins à s’en faire accepter, en rendant manifeste le fait qu’il respecte et partage les mêmes valeurs que lui. Philippe lui-même semble penser que les manifestations de joie dont il est l’objet sont des marques d’attachement, ainsi qu’il l’écrit à deux reprises au moins à son père14.

15Enfin, dans un registre où se mêlent à la fois célébrations politiques et préoccupations dynastiques, il faut mentionner la visite de la cathédrale de Spire évoquée par Calvete de Estrella avec une grande minutie :

  • 15 Calvete de Estrella, 2001, p. 117 : « Salió el siguiente día a missa a la yglesia mayor, que se cel (...)

Le jour suivant, [Philippe] alla à l’église principale entendre la messe, très solennelle et pontificale, célébrée par l’évêque Philippe de Flershein, vieux serviteur de l’empereur Maximilien, et par les dignitaires de cette église […]. C’est une église très ancienne, de grande majesté et qui sert de chapelle impériale, où sont enterrés huit empereurs avec leurs épouses […]. Il s’agit de l’empereur Conrad II et de l’impératrice Gisèle, son épouse, fondateurs de l’église ; Henri III, fils de Conrad, et l’impératrice Agnès, son épouse ; Henri IV et l’impératrice Berthe, son épouse ; Henri V, qui a épousé Mechtilde, fille d’Henri, roi d’Angleterre ; Philippe, duc de Souabe et roi des Romains, ainsi que Rodolphe, Adolphe, Albert, fils d’Adolphe, et Béatrice, mère du roi Philippe et épouse de l’empereur Frédéric Barberousse15.

16Dans ce passage, se jouent sans doute l’évocation et la réappropriation d’une mémoire dynastique : les quatre premiers empereurs nommés, de la dynastie franconienne (xie-xiie siècles), sont les fondateurs et les premiers donateurs de la cathédrale. Les cinq personnages suivants sont particulièrement intéressants ; parmi ceux-ci, le deuxième nom cité est celui de Rodolphe de Habsbourg, premier membre de cette famille à être élu roi des Romains en 1273, à la suite de l’interrègne provoqué par la mort de Frédéric II de Hohenstaufen. Il s’agit donc d’un lointain ancêtre de Charles Quint et de Philippe. Autre allusion significative, celle à Philippe de Souabe, fils de Frédéric Ier Barberousse et de Béatrice de Bourgogne. Il y a là une insistance discrète sur l’empereur Hohenstaufen dont les Habsbourg ont été à la fois les serviteurs et les successeurs. Au-delà du simple récit d’une visite d’un monument chrétien, il faut comprendre cet épisode comme une réactivation de la mémoire impériale germanique au profit de Philippe présenté à la fois comme l’héritier naturel de Rodolphe Ier et, d’une certaine façon, comme l’éventuel continuateur de la politique de Barberousse en Italie, politique rendue possible depuis que Philippe s’est vu confier le duché de Milan en 1541. Il y a donc là une volonté bien établie d’inscrire le prince espagnol comme un continuateur de ces empereurs.

17Pourtant, malgré ces éléments d’appréciation positive du voyage de Philippe dans le Saint Empire, le prince et ses chroniqueurs espagnols ne paraissent pas relever que les échanges entre la noblesse allemande et le prince espagnol tournent fréquemment au dialogue de sourds : là où Álvarez voit un effort gracieux pour boire comme les Allemands, ceux-ci ne perçoivent que les effets d’une mauvaise grâce forcée. Par ailleurs, le fait de ne pas maîtriser la langue allemande est un obstacle réel, bien que le cardinal de Trente, Cristoforo Madruzzo, serve d’interprète. À Heidelberg,

  • 16 Ibid., p. 115 : « Aviéndose apeado el Príncipe en palacio, salió a le recibir la Condesa Palatina c (...)

le prince ayant démonté au palais, la comtesse palatine sortit l’accueillir dans une grande salle basse avec beaucoup de ses dames. Ils s’échangèrent de nombreuses politesses et de paroles bienveillantes, le cardinal de Trente faisant office de traducteur16.

  • 17 Fernández Álvarez, 1975, lettre de Charles Quint à Philippe, 4-V-1543, doc. CCLI, p. 99 : « Pienso, (...)

18Sans doute le chroniqueur est-il ici davantage soucieux de rappeler que le comte palatin s’est montré un partisan fidèle de Charles Quint durant la guerre de Smalkalde et que son épouse, Dorothée, est une nièce de l’empereur, et donc une cousine de Philippe. Toutefois, dans un territoire de langue allemande où la Réforme vient d’être introduite, il est pour le moins maladroit de s’en remettre à un haut dignitaire catholique pour assurer la fonction d’interprète et de révéler ainsi qu’un échange direct est impossible. De fait, Philippe contrevient à un conseil pressant de son père, qui avait bien saisi l’importance de l’usage des langues comme instrument politique, lui recommandant de comprendre ses sujets et d’en être compris17.

19Plus sensible encore est la prise de position de Philippe dans les questions confessionnelles qui marquent l’espace germanique. Alors qu’un des objectifs du voyage est de lui faire fréquenter des princes protestants pour qu’il en soit connu et apprécié, le jeune prince adopte une attitude catholique résolue et militante : il ne se contente pas d’assister à des messes célébrées selon la liturgie romaine, comme à Augsbourg ou à Spire, il procède également à des dons au profit d’églises, cibles d’actes iconoclastes. C’est particulièrement le cas à Ulm :

  • 18 Calvete de Estrella, 2001, p. 113 : « Allí mandó el Príncipe reparar y dar ornamentos y cálices par (...)

Là, le prince ordonna de réparer et de donner des ornements et des calices pour une chapelle et un tabernacle où se trouvait le Saint Sacrement, avec la propreté et la révérence qui lui sont dues car même s’il y a quelques catholiques, ceux-ci ne le conservent pas avec l’honneur et la décence qui lui sied, par peur des luthériens18.

20Une fois de plus, Calvete de Estrella, tout à sa charge de chroniqueur espagnol, omet ou ignore le fait que l’introduction de la Réforme dans la ville wurtembergeoise s’est accompagnée d’une vague d’iconoclasme qui a touché la plupart des édifices religieux de la cité et que celle-ci dans son ensemble a adhéré très précocement (1531) au culte luthérien. Il s’agirait donc d’une prise de position à la fois maladroite, car elle méconnaît la situation locale, mais sans équivoque, car elle s’affirme dans un acte public.

  • 19 Christin, 1991, pp. 177-238.
  • 20 Ibid., p. 185.

21Toutefois, il semble qu’il faille davantage interpréter ce geste commeun acte légal et comme une « recharge sacrale », pour reprendre un concept forgé par Olivier Christin et désignant le système des réparations mis en place par les autorités catholiques lors de la vague iconoclaste dans la France du milieu du xvie siècle19. Cette recharge sacrale peut être définie comme une « restauration de l’ordo rerum […] selon un ensemble de cérémonies et de rites, dans un ordre strict, qui vise à restituer une légitimité pleine au culte des images »20. En effet, dans le contexte de l’Intérim d’Augsbourg imposé par Charles Quint et destiné à rapprocher les confessions catholique et luthérienne, Philippe applique ici un des articles de l’Intérim qui vise à rétablir le culte catholique. De plus, face à la dégradation et à la désacralisation d’un lieu de culte catholique, celui qui est appelé à hériter des couronnes ibériques de Charles Quint, autrement dit du titre de Roi Catholique, se pose en restaurateur de la foi romaine et de l’ordre religieux traditionnel, y compris dans le Saint Empire. Quant à savoir quelle interprétation les populations allemandes ont donné à ce geste, la question reste entière et peut avoir eu son importance dans le rejet ou l’acceptation de Philippe.

Le réseau espagnol des fidélités dans le Saint Empire

22Si les étapes germaniques du voyage de Philippe semblent sujettes à des appréciations aussi diverses, allant du succès public dont témoignent à la fois le prince et ses chroniqueurs aux maladresses, voire aux échecs annoncés en direction des confessions hétérodoxes, c’est sans doute que la traversée de l’espace impérial vise un objectif tout autre : non pas apparaître comme un souverain en titre (ce dont témoigne suffisamment l’absence d’arcs de triomphe de Trente à Luxembourg) mais construire et mobiliser un réseau de clientèles et de fidélités. Il ne s’agit que de l’application d’un autre précepte de Charles Quint, donné dans ce que l’on nomme souvent son testament politique :

  • 21 Fernández Álvarez, 1975, lettre de Charles Quint à Philippe, 18-I-1548, doc. CCCLXXIX, p. 575 : « L (...)

La raison et l’expérience du passé ont montré que si l’on ne regarde pas et que l’on ne prend pas soin de comprendre le cours des choses publiques dans les autres principautés et États, et que l’on ne possède pas des amitiés et des correspondances en tout lieu, il serait difficile et comme impossible de vivre sans inquiétude ou d’empêcher, prévoir et remédier à ce qui pourrait être entrepris contre vous et vos royaumes, États et seigneuries21.

23Toute la mise en scène autour de Philippe doit donc apporter la preuve qu’il est le nouveau patron de vastes réseaux de clients.

  • 22 Calvete de Estrella, 2001, p. 112: « Fue palacio las casas de Antonio Fúcar ».

24À la lecture du récit que fait Calvete de Estrella du passage de Philippe dans le territoire du Saint Empire, une hiérarchie implicite des liens est mise en place. En premier lieu, il faut distinguer les personnes qui accompagnent le prince sur une partie du trajet et qui, de ce fait, ont un contact durable avec lui. Leur nombre est logiquement restreint : il s’agit des cardinaux de Trente et d’Augsbourg, respectivement Cristoforo Madruzzo et Otto Truchsess von Waldburg, du duc Maurice de Saxe et d’Albert, fils du duc de Bavière Guillaume IV. Ces personnages ont en commun d’avoir tous été des soutiens indéfectibles de l’empereur : les deux dignitaires ecclésiastiques ont figuré parmi les très rares défenseurs du projet de ligue impérialede Charles Quint ; la maison bavaroise des Wittelsbach, après des années d’hostilité à la politique et à la présence des Habsbourg à proximité de ses domaines, s’est finalement rapprochée de l’empereur et a fait montre d’une neutralité plus que bienveillante durant la guerre de Smalkalde, ce rapprochement ayant par ailleurs été confirmé par le mariage du duc Guillaume avec une nièce de Charles Quint, Anne ; le tout récent duc de Saxe, Maurice, quoique de confession luthérienne, s’est lui aussi montré un allié ferme de l’empereur qu’il a soutenu militairement durant la dernière guerre, en échange de quoi il a reçu le duché et la dignité électorale de Saxe. Après ce premier cercle vient celui des personnes qui sont les hôtes du prince en voyage et que ce choix distingue. Les personnes ainsi citées par le chroniqueur espagnol sont le duc Guillaume de Bavière, Antoine Fugger dont les « maisons ont servi de palais » à Augsbourg et le comte palatin Frédéric22. Une fois encore, certains de ces liens sont renforcés par des alliances matrimoniales que Calvete de Estrella ne manque pas de rappeler : le comte palatin a épousé une nièce de Charles Quint, Dorothée, issue du mariage entre Christian III de Danemark et Isabelle d’Autriche. Enfin, dernier cercle, celui des personnes qui viennent à la rencontre de Philippe pour une visite relativement brève : les archevêques de Mayence et de Trèves Sebastian von Heusenstamm et Johann von Isenburg, les barons d’Empire Sigismond de Thun et Guillaume von Truchsess (ainsi que son père) et le duc de Clèves-Juliers, Guillaume.

  • 23 Fernández Álvarez, 1977, lettre de Philippe à Charles Quint, 20-I-1549, doc. CDXV, pp. 63-64 : « El (...)

25Mais cette hiérarchie des liens, si elle est incontournable, n’est pas à elle seule significative. Ce qui lui apporte un sens décisif est la façon dont la présence du prince est mise à profit, aussi bien par l’empereur que par les nobles allemands. C’est par exemple le moment de donner un contenu concret aux relations interpersonnelles entre l’empereur et ses vassaux, en montrant ostensiblement le lien direct entre un prince allemand et le fils de l’empereur. À ce titre, la présence de Philippe est désirée, voire sollicitée de manière parfois pressante : « Le [duc] de Bavière voulait envoyer le duc Albert, son fils, pour me demander de passer par ses terres »23. C’est une situation que Philippe et Charles Quint s’empressent de saisir pour donner de nouveau corps, physiquement, au rapprochement entre les maisons de Habsbourg et de Wittelsbach :

  • 24 Ibid., lettre de Charles Quint à Philippe, 1-II-1549, doc. CDXXII, pp. 82-83 : « En lo de vuestra v (...)

En ce qui concerne votre venue en Bavière, je vous ai déjà écrit qu’il me semblait que vous deviez passer par là et cela d’autant plus que maintenant le duc aura envoyé son fils vous le demander. En effet, il est juste de lui donner cette satisfaction et d’agir avec amour envers tous24.

  • 25 Ibid., lettre de Philippe à Charles Quint, 20-II-1549, doc. CDXV, pp. 63-64 : « Bien creo que esta (...)
  • 26 Ibid., lettre de Philippe à Charles Quint, 2-III-1549, doc. CDXXX, pp. 100-101. 
  • 27 Kettering, 1986, pp. 3-11.

26Il est encore d’autres cas où Philippe sert d’intermédiaire entre son père et la noblesse impériale : la présence de Maurice de Saxe à ses côtés ne s’explique pas par sa volonté de voir les massifs alpins des Dolomites et du Tyrol et les chaînes hercyniennes du piémont allemand ; son objectif est autrement plus concret puisqu’il demande à Philippe d’intercéder auprès de l’empereur en faveur du landgrave Philippe de Hesse emprisonné aux Pays-Bas à la suite de la guerre de Smalkalde25. Ce n’est pas la seule occasion où le prince espagnol se voit demander d’infléchir un membre de sa famille puisque les conseillers du duc de Wurtemberg le prient aussi d’intervenir auprès de son père pour qu’il rende trois places prises au duc Ulrich et qu’il fasse preuve de clémence envers le comte Georges, frère du duc ; Philippe doit enfin intervenir auprès deson oncle Ferdinand pour que le duc Ulrich entre de nouveau dans les bonnes grâces du roi des Romains26. Il est ici intéressant de constater que la pyramide des fidélités qui structure les relations à l’intérieur du Saint Empire intègre au cours de ce voyage le prince Philippe qui lui était jusqu’à présent étranger. Il n’en est pas le sommet, puisque ce rôle est dévolu à l’empereur, mais il en est l’intercesseur le plus élevé ; à ce titre, il agit moins comme un patron que comme un broker27. Son rôle, à terme, doit lui permettre de tirer des bénéfices personnels comme protecteur d’un réseau couvrant alors la partie occidentale et surtout rhénane de l’Empire. Mais en l’absence de tout titre impérial officiel, ce rôle demeure pour l’instant informel et imprécis.

La tentative de réorganisation territoriale de Charles Quint

  • 28 Fernández Álvarez, 1977, lettre de Philippe à Maximilien, 12-VI-1550, doc. CDLXVII, p. 204.
  • 29 Braudel, 1990, pp. 231-238, Rodríguez Salgado, 1992, pp. 69-71;Kohler, 2001, pp. 349-356.
  • 30 Kohler, 2003, pp. 286-289.

27Le voyage de Philippe vers les Pays-Bas est donc une première occasion de mettre en place un réseau de fidélités à son profit au sein de l’espace impérial. Les liaisons de ce réseau sont d’ailleurs parfois rapidement confirmées puisque lors du retour vers l’Espagne, Philippe se rend à Clèves et à Mayence28. Mais surtout, cela semble ouvrir de nouvelles possibilités pour la famille Habsbourg, en précisant davantage l’ordre de succession à la couronne impériale. Étrangement, cette tentative de modification de la succession a depuis longtemps été étudiée sans toutefois être mise en relation avec l’ensemble du contexte dans lequel elle s’insère. Ce sont d’ailleurs davantage les dernières années du règne de Charles Quint qui sont scrutées que la mise en place d’un « Teilssystem » (ou système de gouvernement partagé) au sein de la dynastie des Habsbourg et des fondations des règnes de Philippe II et Ferdinand Ier. Dans cette perspective, il importe sans doute moins de savoir que Charles Quint a voulu mettre en place un système d’alternance pour la couronne impériale entre sa descendance et celle de son frère Ferdinand : ce dernier aurait succédé à son frère comme empereur ; Philippe aurait ensuite été élu roi des Romains, ce qui lui aurait assuré la dignité suprême, et Maximilien, le fils de Ferdinand, ou un de ses descendants, lui aurait succédé29. Le plus important semble être qu’à cette occasion se déploie de nouveau la coalition des intérêts de la très grande noblesse impériale, reproduisant d’une certaine façon ce qui était arrivé au sujet du projet de ligue impériale de 1548 ; les adversaires du nouveau dessein de Charles Quint ont également une solution de repli et une proposition concrète à défendre : ils s’opposent certes au plan de « succession espagnole » et donc à celui de « monarchie universelle » mais ils n’ont néanmoins rien contre l’idée d’une succession à l’intérieur de la maison des Habsbourg. Ferdinand et sa nombreuse descendance incarnent l’autre terme de l’alternative, terme qui permet aux princes électeurs de conserver leur importance et leur capacité à peser sur le destin du Saint Empire, en choisissant tel ou tel fils de Ferdinand pour lui succéder30.

  • 31 Ibid., p. 288.

28De manière assez paradoxale, la cristallisation du rejet de Philippe a été possible en raison de la proximité qu’a permis sa présence dans l’Empire en 1549 : sa méconnaissance de l’allemand et des coutumes germaniques, sa froideur apparente, tout est venu renforcer l’idée que remettre la couronne impériale à une personne aussi marquée par la culture et les intérêts castillans serait préjudiciable au bon fonctionnement de l’Empire. Charles Quint ne parvient donc pas à faire prévaloir sa vision de l’organisation de ses domaines et du Saint Empire et sa tentative de réorganisation est une fois de plus rejetée ou plutôt, comme à Augsbourg en 1548, enterrée sans mot dire. Même si Ferdinand s’est en apparence rangé à la volonté de son frère, il semble se prévaloir d’une « reservatio mentalis », comme le dit élégamment Alfred Kohler, dont il pourrait jouer le moment venu31. Mais au-delà de l’échec de ce plan, ce qui semble avoir importé pour l’empereur, c’est d’avoir mis en place une possibilité légale, celle que Philippe puisse un jour monter sur le trône impérial ; ménager un tel droit revient certes à fragiliser Ferdinand et ses descendants mais il permet surtout de maintenir ouvertes certaines possibilités et de ne pas diminuer l’héritage à transmettre à Philippe. C’est en outre un trait caractéristique de la politique patrimoniale des Habsbourg qui n’ont jamais hésité, Charles Quint le premier, à forcer les clauses légales de succession pour s’approprier un territoire.

  • 32 Wartenberg, 1997, p. 142 : « Viehischen spanischen servitut ».
  • 33 Kohler, 1992, pp. 13-37.
  • 34 Komatsu, 2001, pp. 129-159.

29Le projet de l’empereur est définitivement mis en échec au cours de l’année 1552. En effet, il a suscité contre lui une résistance à l’intérieur de l’Empire et plusieurs princes, dont le moindre n’est pas Maurice de Saxe, s’allient pour mettre fin à la « brutale servitude espagnole » que représentent Charles Quint et la possibilité que Philippe lui succède32. L’épisode de la fuite de Charles Quint d’Innsbruck au printemps 1552 pour éviter d’être fait prisonnier par Maurice de Saxe illustre de manière presque trop évidente la déroute de l’empereur ; tout aussi limpide est le rôle que joue alors le roi des Romains, Ferdinand : c’est avec lui que traitent les princes protestants à la fois pour maintenir le statu quo confessionnel mais aussi pour régler formellement la prochaine élection impériale. Le parti protestant, c’est-à-dire trois électeurs sur sept (le comte palatin, le duc de Saxe et le margrave de Brandebourg), s’engage à soutenir la candidature de Ferdinand qui est lui-même roi de Bohême et donc possiblement électeur. Le traité de Passau (2 août 1552), qui est la finalisation de ces transactions, est à bien des égards un signe de la légitimité retrouvée de Ferdinand et de son fils Maximilien à devenir empereurs à leur tour. Cette année est donc un des jalons du passage d’un système global (Gesamtssystem) à un système partiel (Teilssystem) du gouvernement de l’empire des Habsbourg : l’idée de monarchie universelle, autre rêve perdu de la Renaissance caressé par Charles Quint, laisse désormais place nette à la coexistence de deux ensembles territoriaux distincts, chacun d’eux régi par une branche différente de la famille33. Deux nouveaux projets de ligue se font alors jour qui marquent cette dichotomie : l’empereur souhaite mettre en place une ligue pour la partie occidentale de l’espace germanique, regroupant le duché de Wurtemberg, le duché de Bavière et d’autres puissances de la région (projet de ligue de Memmingen), quand son frère négocie avec Maurice de Saxe pour maintenir la paix dans la partie orientale de l’Empire et faire face aux attaques turques qui reprennent sur la frontière hongroise (projet de ligue d’Eger)34.

30La rupture du système global de gouvernement dans les dernières années du règne de Charles Quint impose d’inventer de nouvelles formes de présence dans l’Empire, notamment pour l’Espagne dont les relais au sein de l’espace germanique peuvent se trouver marginalisés dans la restructuration du pouvoir impérial qui s’annonce alors. S’opère ainsi une forme de retour aux principes édictés en 1548 par Charles Quint qui conseillait à son fils :

  • 35 Fernández Álvarez, 1975, instructions de Charles Quint à Philippe, 18-I-1548, doc. CCCLXXIX, p. 575 (...)

De même, il sera bien que, avec la bonne amitié et l’étroite correspondance du roi [des Romains], mon frère, vous ayez aussi soin d’entretenir l’amitié des électeurs et des princes d’Allemagne, ce qui ne peut que convenir, et cela se fera au sujet de ce que vous posséderez, particulièrement en Italie et vers les Flandres35.

31Les intérêts espagnols vis-à-vis du Saint Empire sont ici clairement identifiés : il s’agit d’utiliser au mieux à la fois les relations familiales et les relations politiques pour conserver les territoires sous domination ibérique mais qui, d’un point de vue juridique, gravitent dans l’orbite du Saint Empire, à savoir le nord de la péninsule Italienne, qui demeure au moins nominalement un fief impérial, et les Pays-Bas. Plus largement, c’est avant tout la partie occidentale du Saint Empire qui intéresse la monarchie hispanique puisque pour la première fois se pose la question de la continuité territoriale de domaines aussi divers que le Milanais, la Franche-Comté, le Luxembourg ou les Pays-Bas. Comment établir un lien, un chemin entre ces régions ? Le problème n’est pas résolu dans l’immédiat et nécessite tout une série de tâtonnements pour lui trouver une issue.

  • 36 Guttenberg, 1953, p. 163.
  • 37 Ibid., p. 163 : « Fürstlichen Mordbrenner ».
  • 38 Brandi, 1943, p. 501.

32En effet, pour pouvoir se traduire dans les faits, ce pragmatisme, contraint, doit rencontrer celui d’autres princes allemands. Les événements de l’année 1552 en fournissent l’occasion. À la suite de la prise d’armes des princes protestants aux lendemains des négociations d’Augsbourg, le margrave de Brandebourg-Kulmbach, Albert Alcibiade, rançonne et dévaste les évêchés de Bamberg, Wurtzbourg, la ville de Nuremberg et certaines terres des archevêchés de Trèves et de Mayence36. Face à ce « distillateur princier de mort », les princes ecclésiastiques ne disposant pas de leurs ressources aussi librement que les autres souverains temporels de l’Empire, dont les territoires sont en plein développement, doivent se tourner vers un protecteur qui peut agir de manière décisive37. Après une première demande de secours de l’électeur de Mayence auprès de Marie de Hongrie en mars 155238, la gouvernante des Pays-Bas s’inquiète auprès de son empereur de frère de la fragilité des principautés ecclésiastiques rhénanes face aux troupes du margrave et du danger que cela représente pour la sûreté des Pays-Bas :

  • 39 Fernández Álvarez, 1977, lettre de Marie de Hongrie à Charles Quint, 14-VII-1552, doc. DXLVIII, pp. (...)

J’aurai beaucoup de mal à faire défendre vos terres contre eux [les soldats d’Albert Alcibiade et ceux d’Henri II] puisqu’il ne m’est pas possible de résister comme il le conviendrait à la force du margrave : il vient de cette partie du Rhin où il trouvera bien peu de résistance, particulièrement des électeurs ecclésiastiques39.

33Il y a là la une évidente conjonction d’intérêts communs. Dans l’immédiat, elle ne trouve pas d’expression concrète : le roi de France apprenant la nouvelle d’une paix signée entre Maurice de Saxe et Ferdinand s’empresse de regagner ses États, le margrave Albert Alcibiade est à son tour défait par Maurice en 1553 et un traité de paix plus durable et concernant l’ensemble de l’Empire est trouvé lors de la diète d’Augsbourg de 1555. Mais, malgré l’absence d’aboutissement, cette première expérience est riche d’enseignements pour les Espagnols. Ils ont pris conscience de la vulnérabilité des Pays-Bas qui ne peuvent se défendre par eux-mêmes face à des attaques sur de multiples fronts ; ils savent également que certains membres du Saint Empire sont désormais prêts à se tourner vers eux en cas de nécessité et que pour cela il est nécessaire d’adopter à leur égard une attitude consensuelle. Ce dernier aspect instaure même une nouvelle rupture avec les pratiques antérieures de Charles Quint qui avait essayé de mettre en œuvre une certaine complémentarité entre ses différents domaines, sans que ceux-ci y trouvent forcément un intérêt immédiat hormis celui du prince. Il faut maintenant que les représentants du Roi Catholique s’adaptent à ce nouvel état de fait et recentrent leurs actions vers des questions acceptables par leurs différents partenaires. C’est en cela que la présence espagnole dans le Saint Empire s’inscrit dorénavant dans un système partiel, polycentrique.

34Alors qu’au lendemain de la bataille de Mühlberg, Charles Quint fondait de grands espoirs pour modifier en profondeur le fonctionnement de son empire, les surlendemains se révèlent bien plus difficiles. Il ne parvient pas à imposer une solution au problème confessionnel qui déchire le Saint Empire, des tropismes différents semblent affecter les différents pôles de ses domaines, au risque de l’éclatement, et, last but not least, il échoue dans sa tentative de réorganiser le Saint Empire sur un modèle dynastique.

  • 40 Fernández Álvarez, 1975, pp. 13-14 ; Elton, 1970, pp. 243-244.

35Dans ce contexte, le voyage de Philippe prend différents sens. À l’aller, quand il pouvait encore prétendre coiffer un jour la couronne impériale, il fait montre d’une attitude ambiguë, à la fois conciliante, puisqu’il tente tant bien que mal de s’adapter aux usages locaux, et militante, comme le montre son attitude à Ulm. L’interprétation de cette partie du voyage est donc pour le moins ouverte et elle ne trouve un sens véritable que dans l’ensemble des potentialités qu’elle esquisse : c’est un moment de rencontres, de prises de contact avec un espace et des personnes jusqu’alors inconnus. C’est en cela que l’on peut dire que le voyage de Philippe dans le Saint Empire joue un rôle séminal dans l’élaboration de sa politique à venir. C’est aussi un moment décisif qui semble lui faire comprendre que dans cet espace, gouverné selon d’autres principes que ses États héréditaires, il est difficile, voire impossible, de faire se recouper de manière absolue les clivages politiques et les clivages confessionnels : ils se recoupent parfois, mais ne coïncident jamais parfaitement. L’exemple du luthérien Maurice de Saxe est là pour le démontrer. Enfin, et peut-être surtout, c’est une démonstration par l’exemple que dans le Saint Empire pèse d’un poids décisif un certain nombre de principautés qui n’ont d’autre objectif que le maintien du statu quo confessionnel et institutionnel impérial puisqu’il leur assure une importance politique disproportionnée, rapportée à la taille de leurs territoires. C’est notamment le cas des électeurs ecclésiastiques dont la marge de manœuvre est pour le moins réduite. Ces intérêts rencontrent, au moins en partie, ceux de la monarchie ibérique puisqu’elle fait au même moment l’expérience de l’isolement de certains de ses domaines. Il y a sans doute quelque paradoxe à reconnaître qu’au moment où la monarchia universalis de Charles Quint se brise, l’importance hispanique dans l’espace européen se fait décisive40. Mais cette nouvelle projection européenne a précisément été rendue possible par le voyage de Philippe dans le Saint Empire Romain Germanique.

Haut de page

Bibliographie

Álvarez, Vicente (2001), Relación del camino y buen viaje que hizo el Príncipe de España don Phelipe, José de Francisco Olmos et Paloma Cuenca (éd.), Madrid, 1549.

Bourdieu, Pierre (2002), « Quelques propriétés du champ », dans Id., Questions de sociologie, Paris, pp. 113-120, 1984.

Brandi, Karl (1943), Carlos v. Vida y fortuna de una personalidad y de un imperio mundial, Madrid.

Braudel, Fernand (1990), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris (1re éd., 1949).

Calvete de Estrella, Juan Christóval (2001), El felicíssimo viaje del muy alto y muy poderoso Príncipe don Phelippe, éd. Paloma Cuenca, Madrid, 1552.

Christin, Olivier (1991), Une Révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la révolution catholique, Paris.

Elton, Geoffrey Rudolph (dir.) [1970], Historia del mundo moderno, t. II : La Reforma, 1520-1559, Madrid.

Fernández Álvarez, Manuel (éd.) [1973-1981], Corpus documental de Carlos V, t. II (1975), t. III (1977) [5 vol.], Salamanque.

Guttenberg, Erich von (1953), « Albrecht Alkibiades », dans Neue Deutsche Biographie, t. I, p. 163.

Kettering, Sharon (1986), Patrons, Brokers, and Clients in Seventeenth-Century France, Oxford.

Kohler, Alfred (1992), « Vom habsburgischen Gesamtssystem Karls V. zu den Teilssystemen Philipps II. und Maximilians II. », dans Friedrich Edelmayer et Alfred Kohler (dir.), Kaiser Maximilian II. Kultur und Politik im 16. Jahrhundert, Munich, pp. 13-37.

Kohler, Alfred (2001), Karl V. 1500-1558 : eine Biographie, Munich.

Kohler, Alfred (2003), Ferdinand I. 1503-1564. Fürst, König und Kaiser, Munich.

Komatsu, Guido (2001), Landfriedensbünde im 16. Jahrhundert. Ein typologischer Vergleich, Göttingen.

Lutz, Heinrich (1983), Das Ringen um deutsche Einheit und kirchliche Erneuerung. Von Maximilian I. bis zum Westfälischen Frieden. 1490 bis 1648, Berlin.

Rabe, Horst (1989), Reich und Glaubensspaltung. Deutschland 1500-1600, Munich.

Rodríguez Salgado, Mia J. (1992), Un imperio en transición. Carlos v, Felipe ii y su mundo, Barcelone.

Vogler, Günter (2003), Europas Aufbruch in die Neuzeit. 1500-1650, Stuttgart.

Wartenberg, Günther (1997), « Moritz Herzog von Sachsen », dans Neue Deutsche Biographie, t. XVIII, p. 141-143.

Haut de page

Notes

1 Fernández Álvarez, 1975, t. II, pp. 13-14.

2 Rodríguez Salgado, 1992, pp. 18-19.

3 Rabe, pp. 48-55.

4 Lutz, pp. 130-135.

5 Voir Elton, 1970, pp. 5-9 et 18-24 ; Vogler, 2003, pp. 289-295, 314-316 et 323-324.

6 Fernández Álvarez, 1975, lettre de Charles Quint au prince Philippe, 17-III-1546, pp. 457-458 : « Pero como muchas veces han mostrado quererlo y después han sido más pertinaces que antes, no podríamos prometer Nos más en esto de lo que veremos, pero no faltará de hacerse todo lo posible para conseguir tan sancta obra, si se puede endereszar ; de lo cual dubdamos mucho ».

7 Ibid. : « Será temiendo los desviados la fuerza, sin lo cual no se debe tener esperanza ninguna de virtud ni bondad ».

8 Kohler, 2001, pp. 319-323 et Komatsu, 2001, pp. 109-128.

9 Kohler, 2001,p. 319.

10 Komatsu, 2001, pp. 116-117.

11 Bourdieu, 2002, pp. 13-20.

12 Calvete de Estrella, 2001, p. 102.

13 Álvarez, 2001, pp. 630 et 633.

14 Fernández Álvarez, 1977, lettre de Philippe à Charles Quint, 2-III-1549, doc. CDXXX, pp. 100-101 : « Han mostrado mucho amor él [le duc Maurice de Saxe] y todos los desta provincia por donde he passado. Y en Ulma me recibieron con mucha alegría » etlettre de Philippe à Charles Quint, 10-III-1549, doc. CDXXXII, p. 103 : le comte palatin et son épouse « hanme hospedado muy bien y con mucha demostración de amor ».

15 Calvete de Estrella, 2001, p. 117 : « Salió el siguiente día a missa a la yglesia mayor, que se celebró por el Obispo Philippo de Flershein, criado viejo del Emperador Maximiliano, y Dignidades d’ella muy solene y de pontifical […]. Es la yglesia antiquíssima y de gran magestad y Capilla Imperial, donde están sepultados ocho Emperadores con sus mugeres […]. Son los Emperadores […] el Emperador Conrrado Segundo y la Emperatriz Gisela, su muger, fundadores de la yglesia ; Enrrico Tercio, hijo de Conrrado, y la Imperatriz Ygnes, su muger ; Enrrico Quarto y la Emperatriz Berta, su muger ; Enrrico Quinto, que fue casado con Mechtilde, hija de Enrrico, Rey de Inglaterra ; Philippo, Duque de Suevia y Rey de Romanos, y Rodolpho, y Adolpho y Alberto, hijo de Adolpho y Beatriz, madre del Rey Philippo y muger del Emperador Federico Barbaroxa ».

16 Ibid., p. 115 : « Aviéndose apeado el Príncipe en palacio, salió a le recibir la Condesa Palatina con muchas de sus damas en una sala grande baxa. Passaron entre sí muchas cortesías y palabras de benevolencia, siendo intérprete el Cardenal de Trento ».

17 Fernández Álvarez, 1975, lettre de Charles Quint à Philippe, 4-V-1543, doc. CCLI, p. 99 : « Pienso, hijo, que a vos más que a nadye, porque veys quantas tierras haueys y quereys gozar, es forçoso ser dellos entendidos y entenderlos ».

18 Calvete de Estrella, 2001, p. 113 : « Allí mandó el Príncipe reparar y dar ornamentos y cálices para una capilla y sagrario en la sacristía donde estuviesse el Santíssimo Sacramento de la Eucharistía con la limpieza y reverencia que se debe, porque aunque ay algunos católicos, por temor de los luteranos no lo tenían con el ornamento y decencia que convenía ».

19 Christin, 1991, pp. 177-238.

20 Ibid., p. 185.

21 Fernández Álvarez, 1975, lettre de Charles Quint à Philippe, 18-I-1548, doc. CCCLXXIX, p. 575 : « La razón y spiriencia de lo pasado, han mostrado que sin mirar y tener cuidado de entender los andamientos de los otros potentados y estados de las cosas públicas, y tener amistades e inteligencia en todas partes, sería difícil y como imposible poder vivir descansadamente, ni obviar, proveer ni remediar lo que se podría emprender contra vos y vuestros reinos, Estados y señoríos ».

22 Calvete de Estrella, 2001, p. 112: « Fue palacio las casas de Antonio Fúcar ».

23 Fernández Álvarez, 1977, lettre de Philippe à Charles Quint, 20-I-1549, doc. CDXV, pp. 63-64 : « El de Bauiera quería embiar al duque Alberto, su hijo, a rogarme que vaya por su casa ».

24 Ibid., lettre de Charles Quint à Philippe, 1-II-1549, doc. CDXXII, pp. 82-83 : « En lo de vuestra venida en Bauiera ya os escriui que me parescía que deuíades pasar por allí, y tanto más agora que el Duque haurá embiado a pedíroslo con su hijo, porque es justo darle este contentamiento y tratar con amor a todos los otros ».

25 Ibid., lettre de Philippe à Charles Quint, 20-II-1549, doc. CDXV, pp. 63-64 : « Bien creo que esta venida del duque Mauriçio es por hablarme para que interçeda con V. Md. por el Lanzgraue », pp. 63-64.

26 Ibid., lettre de Philippe à Charles Quint, 2-III-1549, doc. CDXXX, pp. 100-101. 

27 Kettering, 1986, pp. 3-11.

28 Fernández Álvarez, 1977, lettre de Philippe à Maximilien, 12-VI-1550, doc. CDLXVII, p. 204.

29 Braudel, 1990, pp. 231-238, Rodríguez Salgado, 1992, pp. 69-71;Kohler, 2001, pp. 349-356.

30 Kohler, 2003, pp. 286-289.

31 Ibid., p. 288.

32 Wartenberg, 1997, p. 142 : « Viehischen spanischen servitut ».

33 Kohler, 1992, pp. 13-37.

34 Komatsu, 2001, pp. 129-159.

35 Fernández Álvarez, 1975, instructions de Charles Quint à Philippe, 18-I-1548, doc. CCCLXXIX, p. 575 : « Ansí será bien que, con la buena amistad y estrecha inteligencia del rey, mi hermano, tengáis también cuidado de entretener la amistad de los Electores, príncipes y potentados desta Germania, que es cosa que no puede sino convenir, y será al propósito del que ternéis, señaladamente en la parte de Italia, y hacia Flandes ».

36 Guttenberg, 1953, p. 163.

37 Ibid., p. 163 : « Fürstlichen Mordbrenner ».

38 Brandi, 1943, p. 501.

39 Fernández Álvarez, 1977, lettre de Marie de Hongrie à Charles Quint, 14-VII-1552, doc. DXLVIII, pp. 460-462 : « Yo tendré harto que hazer de defender contra ellos vuestras dichas tierras, no me siendo possible de poder resistir, como conuendría contra la fuerça del dicho Marqués, viniendo de la parte del Ryn, adonde hallará bien poca resistençia, specialmente de los Electores Eclesiásticos ».

40 Fernández Álvarez, 1975, pp. 13-14 ; Elton, 1970, pp. 243-244.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le voyage de Philippe d’Espagne dans le Saint Empire et les Pays-Bas (1549-1550)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4664/img-1.png
Fichier image/png, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Bourdeu, « Redéfinition du projet impérial ou construction d’un réseau de clients ? Les étapes allemandes du voyage du prince Philippe aux Pays-Bas (1548-1552) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 183-200.

Référence électronique

Étienne Bourdeu, « Redéfinition du projet impérial ou construction d’un réseau de clients ? Les étapes allemandes du voyage du prince Philippe aux Pays-Bas (1548-1552) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 05 mai 2016. URL : http://mcv.revues.org/4664

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org