Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Jorge Maíz Chacón, Los judíos de Baleares en la Baja Edad Media (Economía y política)

Claire Soussen
p. 255-257
Référence(s) :

Jorge Maíz Chacón, Los judíos de Baleares en la Baja Edad Media (Economía y política), La Coruña, UNED, Netbiblo, 2010, 198 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 30 novembre 2014.

1Avec cet ouvrage, Jorge Maíz Chacón présente une étude de la population juive des Baléares sur la longue durée. La période analysée couvre en effet plus d’un siècle et demi (de 1229 date de la conquête de Majorque par Jacques Ier d’Aragon dit « le Conquérant », à 1391 année marquée par une vague d’émeutes anti-juives).

2Les sources exploitées pour cette étude conduisent l’auteur à choisir de consacrer son examen aux champs économique et politique, bien qu’en fait l’analyse mette en valeur essentiellement les dimensions économique et sociale. Ces sources, latines et vernaculaires, émanent pour l’essentiel des Archives de la Couronne d’Aragon à Barcelone dont on connaît la richesse, et des principaux dépôts des Baléares notamment les Archives du Royaume de Majorque à Palma. On peut regretter la vision unilatérale du sujet de l’étude, c’est-à-dire l’examen de l’entité juive à travers des sources uniquement chrétiennes, mais l’accès difficile aux sources hébraïques (pour beaucoup perdues, et pour celles conservées entravées par l’obstacle de la langue), explique que cette caractéristique soit partagée par de nombreux travaux consacrés aux juifs médiévaux.

3Après une présentation de « L’historio-graphie sur les juifs du Royaume de Majorque » (pp. 11-17) qui rappelle les principaux jalons qui ont marqué ces études depuis les travaux de J. Villanueva en passant par les sommes de Amador de Los Ríos, Y. Baer et A. Pons, jusqu’aux travaux récents de M. D. López Pérez, l’ouvrage se divise en 4 chapitres (5 en réalité avec « l’épilogue ») d’inégale importance.

4Le premier chapitre consacré à « L’établissement et la consolidation des groupes juifs dans le nouveau royaume chrétien » (pp. 21-78) est le plus long. Il analyse la présence juive aux Baléares de façon spatio-temporelle en passant en revue l’histoire du peuplement juif à Majorque, Minorque et Ibiza. Ce peuplement est caractérisé par trois groupes : des juifs originaires de Sijilmâsa venus avant la conquête chrétienne, des juifs présents du temps de la domination musulmane et des juifs ayant accompagné les troupes conquérantes. L’auteur rappelle les privilèges accordés aux juifs établis aux Baléares en contrepartie des services rendus dans l’administration de la conquête. Le propos, quelque peu linéaire, est enrichi par des indications chiffrées intéressantes de même que des mentions onomastiques qui rendent l’analyse concrète. Les sources utilisées éclairent les activités économiques des individus cités et mettent en évidence leur rôle dans le commerce et le prêt. Les lignes consacrées à la présence juive dans les campagnes et dans l’intérieur sont intéressantes, mais c’est sans doute l’affaire (connue au demeurant) de la conversion au judaïsme à Majorque en 1314 de deux chrétiens d’origine allemande et la confiscation des biens de l’ensemble de la communauté qui s’ensuivit qui est la plus intéressante (p. 73). De même l’évocation du droit de « citoyenneté » accordé aux juifs par Sanche de Majorque en 1326 constitue également une information notable.

5Le deuxième chapitre intitulé « L’organisation interne » (pp. 81-101) révèle la similitude des modalités de gestion interne des communautés juives dans l’ensemble de l’espace catalano-aragonais. L’auteur évoque l’importance de la synagogue à la fois comme lieu de culte et d’enseignement, organe de réunion et de décision des membres de la communauté. La hiérarchisation des communautés à l’échelle des Baléares est comparable à ce que l’on rencontre dans la Couronne d’Aragon avec le système des Collecta, qui structure les localités abritant des juifs en fonction de leur importance numérique autour d’une communauté plus importante, notamment pour faciliter la perception des impôts. On se rend compte qu’à Majorque comme ailleurs au cours de la période, l’entité juive est elle-même de plus en plus hiérarchisée et que ce sont les plus aisés qui confisquent les fonctions éminentes et les charges administratives au sein de l’aljama. L’auteur dresse ainsi le portrait de plusieurs personnages qui cumulent les fonctions honorifiques et le pouvoir économique sur leurs coreligionnaires. Enfin ce deuxième chapitre traite de « la justice juive » et de l’organisation de la fiscalité sur les juifs. Les aliments cachers (le vin et la viande) font là comme ailleurs l’objet d’une taxation particulière.

6Le troisième chapitre intitulé « Activités économiques de la communauté juive » (pp. 105-134) est sans doute le plus intéressant du livre. Il traite évidemment des « activités juives » emblématiques, le prêt et le commerce évoqués dès le début de l’ouvrage, mais surtout et de façon bien plus enrichissante des autres activités pratiquées. L’importance et la diversité de la présence juive dans l’artisanat, notamment dans le textile ou la cordonnerie, sont ainsi mises en évidence et les informations tirées de la documentation (pour l’essentiel les listes du Monedatge qui dressent l’inventaire des contribuables et de leurs biens) font l’objet d’une mise en séries et en graphiques fort utile. Les documents iconographiques qui illustrent ces pages constituent eux aussi un apport intéressant. Enfin le rôle des juifs de Majorque dans le commerce local (leur prépondérance dans le courtage notamment) mais aussi dans le commerce et les échanges méditerranéens fait l’objet de pages très intéressantes.

7Le quatrième chapitre consacré au « Rôle des femmes juives » (pp. 137-144) à Majorque laisse quelque peu perplexe. Outre que le dossier des sources est maigre comme le révèle le peu de pages qu’il permet de documenter sur cette question, l’analyse livrée par l’auteur n’apporte pas, semble-t-il, d’éléments vraiment nouveaux. Dans la société juive comme dans l’ensemble de la société médiévale, la femme existe peu dans la sphère publique. Elle n’y occupe aucune fonction décisionnaire, ne fait pas partie du conseil ou des assemblées représentatives, elle ne joue de véritable rôle que dans la sphère privée. Les femmes n’apparaissent dans les sources (alors essentiellement fiscales comme le révèle le Monedatge de la communauté juive de Majorque de 1350) que lorsqu’elles sont veuves. Elles constituent alors 25% des individus recensés, mais quasiment toujours sans activité mentionnée. Pourtant, les choses changent radicalement dans la documentation après les émeutes anti-juives de 1391. Les femmes apparaissent alors en nombre et notamment pour réclamer le remboursement de prêts accordés par leurs époux ou leurs pères. Par ailleurs, l’auteur évoque la présence dans les sources de plusieurs femmes actives dans l’artisanat. Il nous livre ainsi les noms de Rahela, Na Bonadona, Na Gracia, Bartomeua, actives dans le textile, le commerce des vivres, ou encore l’enseignement. D’autres travaillent aux côtés de leur époux. Mais ces quelques exemples de femmes surgies dans la documentation suffisent-ils à leur consacrer un chapitre ? Y-a-t-il réellement une spécificité de ces femmes comparées à leurs homologues ailleurs ? L’auteur estime lui-même que tel n’est pas le cas dans la conclusion de ces pages. De ce fait, on ne peut s’empêcher de penser qu’il sacrifie, en réalisant ce chapitre, à la vogue de l’histoire du genre.

8L’auteur consacre enfin une dernière partie intitulée « Épilogue. Du déclin à la conversion. L’automne du judaïsme baléare » (pp. 147-157) à l’aggravation de la situation des juifs dans l’espace baléare. Il évoque les circonstances qui conduisent aux émeutes de 1391 et à leurs conséquences dramatiques. Les tensions sont croissantes entre juifs et chrétiens en ville comme dans le monde rural, mais c’est le poids des dettes contractées par les chrétiens à l’égard des prêteurs juifs qui apparaît comme un facteur décisif dans le déclenchement des violences. Celles-ci se traduisent par l’assassinat ou la conversion forcée de nombre d’entre eux et marquent le début du déclin des communautés juives baléares à tous points de vue.

9Sans apporter d’élément réellement nouveau à l’étude des juifs, l’auteur produit avec ce livre une synthèse utile sur le judaïsme baléare.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Soussen, « Jorge Maíz Chacón, Los judíos de Baleares en la Baja Edad Media (Economía y política) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 255-257.

Référence électronique

Claire Soussen, « Jorge Maíz Chacón, Los judíos de Baleares en la Baja Edad Media (Economía y política) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4712

Haut de page

Auteur

Claire Soussen

université de Cergy-Pontoise.

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org