Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Francisco José Moreno Martín, La arquitectura monástica hispana entre la Tardoantigüedad y la Alta Edad Media

Florian Gallon
p. 261-263
Référence(s) :

Francisco José Moreno Martín, La arquitectura monástica hispana entre la Tardoantigüedad y la Alta Edad Media, Oxford, British Archaeological Reports, International Series (2287), 2011, 716 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 30 novembre 2014.

1Ce beau livre est tiré de la thèse de doctorat de Francisco J. Moreno Martín, récemment soutenue à l’université Complutense de Madrid. L’auteur offre une synthèse aussi dense que nécessaire sur l’architecture cénobitique dans la péninsule Ibérique de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, et plus largement sur l’histoire du monachisme hispanique au cours de la même période. En affichant un rigoureux souci méthodologique de confronter les informations textuelles aux données architecturales et archéologiques, F. Moreno réexamine de façon systématique et critique un sujet qui souffre encore de la grande pauvreté des fouilles permettant l’étude matérielle des complexes monastiques. La vision qui en découle est d’une ampleur considérable : les analyses couvrent l’ensemble de l’espace péninsulaire pendant une période de six siècles, entre la fin du ive siècle et les alentours de l’an mille.

2L’ouvrage est divisé en dix chapitres. Après un tableau historiographique, puis une section consacrée aux origines du monachisme chrétien et à des problèmes terminologiques, le cœur du propos est formé par les chapitres iii à x. Aux chapitres iii à vi, l’auteur propose un parcours chronologique et spatial dans l’histoire du monachisme hispanique des origines jusqu’au xie siècle, fondé sur la documentation écrite et dégageant ponctuellement des textes les données utiles à l’étude des monastères dans leurs structures matérielles. Le chapitre iii constitue un état de nos maigres connaissances sur les monastères hispaniques au temps de leurs premiers développements, entre le ive et le vie siècle. De façon plus neuve, le chapitre v fait la synthèse d’une série de travaux qui ont renouvelé depuis une quinzaine d’années le traitement du rôle des monastères dans l’organisation spatiale des royaumes chrétiens ibériques nés après 711 ; le chapitre vi propose une vue d’ensemble inédite sur le phénomène monastique « mozarabe ».

3Les chapitres vii, viii et x forment une sorte de triptyque où résident les principaux apports de l’ouvrage. L’auteur y mène une étude à trois échelles : après l’analyse ciblée d’un ensemble de problèmes liés à la matérialité des monastères hispaniques et à leur inscription dans l’espace (chap. vii), il propose, dans ce qui constitue le plus long chapitre du livre (chap. viii), un traitement au cas par cas des principaux monastères hispaniques ayant fait l’objet d’études architectoniques et archéologiques. Les chercheurs disposeront là d’une précieuse base de données, complétée par la table analytique des pp. 473-488. Celle-ci recense les diverses traces matérielles d’un bâti auxquelles l’historiographie a attribué une origine monastique au cours de la période considérée. L’auteur tente prudemment d’évaluer la validité de telles attributions : sur les 79 cas qu’il recense, seuls 29 (37%) possèdent un haut degré de fiabilité. Dans le chapitre x, sur le fondement du catalogue dressé dans les chapitres précédents, l’auteur s’attache à « disséquer » l’architecture monastique et développe une analyse individualisée des différents éléments composant ou pouvant composer l’espace d’un monastère. Les conclusions principales sont les suivantes : rareté des structures monastiques conservées ou mises au jour ; impossibilité de définir un modèle de monastère hispanique systématiquement transposable en fonction d’éléments topographiques ; difficulté à dégager des critères valables permettant de qualifier un édifice ou ses vestiges comme typiquement monastiques, en l’absence de toute donnée textuelle. La présence dans les églises de chœurs séparés munis d’entrées propres pourrait cependant constituer un élément assez probant.

4La volonté témoignée par l’auteur de ne pas se borner au cas ibérique mérite d’être saluée : tenter de dépasser le Spain is different en portant son regard au-delà des frontières est une intention louable et légitime. L’auteur s’y emploie dans le long chapitre ix où il dresse un inventaire étendu de nos connaissances sur la forme et sur l’aspect des monastères dans des espaces aussi divers que l’Égypte, la Syrie, Constantinople, l’Italie, la Gaule ou l’Irlande pendant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. Les résultats, concernant l’objet de ce livre, ne sont peut-être pas à la hauteur de l’effort consenti : la pauvreté de l’information dont on dispose sur les aspects physiques des monastères hispaniques limite le jeu des comparaisons, même si l’auteur en tire quelques éléments concluants dans le chapitre x. L’intérêt principal de cet angle de vue comparatiste réside peut-être ailleurs : il permet de dresser une forme d’éventail des possibles doublé d’un bilan méthodologique auxquels pourront utilement s’alimenter de futures recherches.

5L’ampleur du propos explique sans doute certaines lacunes ou approximations. L’auteur omet ainsi de signaler les hypothèses les plus récentes mettant en doute les origines pannoniennes et le séjour oriental de Martin de Dume (pp. 63-64), fait d’Ebronanto le nom d’un dominus, alors que c’est celui du domaine sur lequel s’installe temporairement Valère du Bierzo après son passage à Castro Pedroso (p. 76), semble accepter sans réserve des documents dont l’authenticité est pour le moins suspecte, comme les deux premiers actes du Becerro Gótico de Valpuesta datés de 804 (pp. 91 et 96), ou fixe en 895 la fondation du monastère de Santiago de Peñalba, qu’aucune source n’autorise pourtant à dater avec une telle précision (p. 100). Il est regrettable que ne soit pas menée une analyse détaillée de l’œuvre « autobiographique » de Valère du Bierzo, laquelle est riche d’enseignements sur l’organisation spatiale et matérielle de la vie monastique dans le Bierzo du viie siècle. Plus généralement, on aurait souhaité davantage de systématisme dans le référencement des sources citées : le lecteur moyennement spécialiste peinera parfois à les identifier.

6On peut déplorer aussi certains choix éditoriaux. L’association des notes de bas de pages et d’un système de références abrégées oblige le lecteur à de constants va-et-vient entre le texte et la bibliographie, d’autant plus fastidieux que le volume est, par son format, d’un maniement malaisé — ou que l’on s’aperçoive, à la p. 63, qu’une référence abrégée (« Díaz Martínez, 2000 ») ne trouve pas son pendant en bibliographie… L’absence de couleur dans la riche annexe des illustrations et la qualité parfois médiocre de l’impression rendent certaines illustrations peu lisibles. Parmi les 328 figures que renferme cet appendice — cartes, plans, photographies, enluminures —, combien eût été appréciée une carte de localisation des principaux monastères hispaniques étudiés !

7Les quelques réserves formulées dans les lignes précédentes n’entachent pas la valeur de ce livre. L’ambition synthétique de l’auteur, la masse des informations brassées, la rigueur des analyses — quitte à déboucher sur le constat frustrant que les données disponibles et la prudence scientifique interdisent d’établir de trop fermes conclusions —, font de cette étude une référence pour les spécialistes de l’architecture et de l’archéologie, mais aussi pour les historiens du christianisme dans la péninsule Ibérique du haut Moyen Âge. Formulons le vœu que la multiplication de chantiers de fouilles permettra dans le futur d’en confirmer, d’en compléter et d’en nuancer les apports.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Gallon, « Francisco José Moreno Martín, La arquitectura monástica hispana entre la Tardoantigüedad y la Alta Edad Media », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 261-263.

Référence électronique

Florian Gallon, « Francisco José Moreno Martín, La arquitectura monástica hispana entre la Tardoantigüedad y la Alta Edad Media », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 30 août 2014. URL : http://mcv.revues.org/4720

Haut de page

Auteur

Florian Gallon

EHEHI, Casa de Velázquez.

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org