Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

María del Pilar Carceller Cerviño, Beltrán de la Cueva el último privado. Monarquía y nobleza a fines de la Edad Media

François Foronda
p. 265-267
Référence(s) :

María del Pilar Carceller Cerviño, Beltrán de la Cueva el último privado. Monarquía y nobleza a fines de la Edad Media, Madrid, Sílex, 2011, 334 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 30 novembre 2014.

1Une thèse suffit-elle à faire un livre d’histoire ? Abrupte, la question mérite cependant d’être ainsi posée à la lecture de l’ouvrage de M. P. Carceller Cerviño. Revenons à la thèse soutenue en 2006 et publiée en ligne dès 2007 (http://eprints.ucm.es/​7374/​) pour tenter de comprendre ce qui relève à mon sens du raté éditorial. L’auteure y disait vouloir d’abord étudier la trajectoire d’un des privados d’Henri IV de Castille, don Beltrán de la Cueva, qui fut accusé par les opposants de ce roi d’être le père de sa fille et héritière, doña Juana la Beltraneja, que sa tante Isabelle la Catholique empêcha finalement de monter sur le trône en 1474. S’ajoutait ensuite une perspective plus lignagère et patrimoniale, laquelle avait ou venait d’être appliquée à d’autres lignages (Manrique et Mendoza par exemple) de cette noblesse rénovée dont l’aristocratisation fut consacrée pour certains par l’obtention de la grandesse en 1520. Pour les De la Cueva, elle était attachée au duché d’Alburquerque, obtenu par don Beltrán en 1464, juste au début de la guerre civile — il faudrait d’ailleurs corriger la date de 1474 indiquée en quatrième de couverture !

2La combinaison de ces objectifs donna un plan en deux parties : la première, chronologique, retraçait la trajectoire du lignage et insistait beaucoup sur l’évolution de sa fortune territoriale — rappelons sur cette question les travaux d’Alfonso Franco Silva —, la seconde, thématique, envisageait des questions telles que l’intégration politico-courtisane du lignage, son réseau d’alliances et sa clientèle, son patronage culturel. Discutable, ce plan avait néanmoins l’avantage de laisser à la première partie un rôle introductif, posant les bases d’un mouvement plus analytique et réflexif. Mais de ce second mouvement, en partie publié dans d’autres travaux, il ne reste rien dans un livre qui ne retient de la thèse que le gros de sa première partie et un morceau de sa conclusion générale, et fait passer ce bloc historisant pour la biographie d’un privado.

3Pour la produire vraiment, l’auteure aurait dû combiner les perspectives signalées, casser et même oublier son texte initial — n’était-il pas publié après tout ? — et prendre enfin toute la mesure de la bibliographie publiée sur la privanza depuis le début des années 2000. Qu’elle n’ait été que partiellement prise en compte dans un mémoire soutenu en 2006, cela est compréhensible, mais dans un livre publié en 2012, cela vire à la faute professionnelle. Le problème ne tient d’ailleurs pas seulement à la stricte question de la privanza. Sur bien d’autres sujets pourtant au cœur de la réflexion, les titres manquent — sur le pouvoir informel, la négociation, les entourages princiers, la trahison, les complots, la rumeur, les émotions, les langages politiques, les procès politiques, les coups d’état, l’espace public, le contractualisme, les clientèles et la société politiques… — dans une bibliographie inchangée depuis 2006 (seulement 6 titres sont postérieurs à cette date, dont 4 de l’auteure) et presque toujours en espagnol. Ce reprint dissimulé est une occasion manquée d’un point de vue historiographique. C’est regrettable.

4Revenons à don Beltrán de la Cueva, dont la figure est à évaluer à l’aune d’une mise en série de profils similaires et de l’évolution d’un système de gouvernement. Depuis la fin du xiiie siècle, la privanza représente le choix de l’affinité contre la parenté. Si ce choix explique encore la mission d’un don Álvaro de Luna jusqu’en 1445, il n’est plus si pertinent ensuite, même si la question de la parenté royale se repose avec le schisme monarchique de 1465 puis la succession d’Henri IV. Sous son règne, une politique d’ouverture et de stabilisation contractuelle du régime de privanza s’engage, qui a pour effet de le constitutionnaliser et de conférer à ses tenants un statut de jure. C’est là comme la résorption d’un système. Si cette politique bloque un temps du côté de la noblesse le recours au rituel du séquestre du roi, elle grippe dans le même temps, du côté du pouvoir royal, la procédure du coup de grâce qui permettait habituellement de lancer ou de confirmer un privado. En témoigne ce que j’ai pu appeler ailleurs la « désorbitation » de don Miguel Lucas de Iranzo en 1458, dont la mission semble avoir été de contrebalancer le pouvoir des Pacheco, c’est-à-dire de don Juan, le marquis de Villena — deux biographies sont à signaler sur ce personnage, celle assez inutile de Nancy F. Marino en 2006 et celle nettement plus pertinente d’Alfonso Franco Silva en 2011 — et de son frère don Pedro Girón.

5Cet échec oblige le pouvoir royal à revoir ses méthodes. Dans le cas de Beltrán de la Cueva, le lancement est plus lent et, surtout, prière est faite aux Mendoza, après qu’il soit parvenu à les intégrer au grand gouvernement aristocratique des especiales servidores en 1461, d’accueillir ce satellite dans l’orbe de leur lignage, ce qui est chose faite par son mariage en 1462 avec une fille du marquis de Santillane. Nul privado n’avait bénéficié avant Beltrán de la Cueva de cette forme de parachutage lignager. Cette nouveauté explique d’ailleurs ses deux vies : sous Henri IV, comme privado, de seconde zone toutefois par rapport à un Pacheco qui lui ravira finalement la maîtrise de l’ordre de Santiago que le roi voulait lui octroyer en 1464, mais aussi peut-être par rapport à Pedro González de Mendoza, son beau-frère, le futur Grand Cardinal, leur ticket remplaçant en 1462 le duumvirat formé par Pacheco et l’archevêque Carrillo ; et puis, sous les Rois Catholiques, comme fondateur d’un lignage finalement distingué par la grandesse. C’est donc principalement entre le trône et les Mendoza que se joue la « trajectoire vitale » du personnage, entre ces deux horizons qu’il s’agissait d’interpréter sa privanza mais aussi sa fortune territoriale, son réseau d’alliance, son mécénat culturel et d’appréhender son éventuelle autonomisation par rapport à cet entre-deux. Il ne me semble pas avoir trouvé trace de cette problématique structurante dans l’ouvrage.

6Pour finir, j’aimerais simplement enchaîner deux remarques, sur la critique et la lecture des sources. Le point de départ de la réflexion de l’auteure est constitué par une littérature généalogique dont elle ne précise pas vraiment les conditions de production. Une critique minimale aurait dû conduire à l’envisager davantage en conclusion, comme le signe d’un passé refoulé et donc recomposé, mais d’une certaine manière normalisé en raison de l’investissement du même ordre réalisé alors par d’autres de ces grands lignages castillans à l’improbable passé. Si un discours sur les origines devait être ici mis en avant — pourquoi pas commencer ainsi après tout — il aurait été autrement plus judicieux de mettre en avant celui sur leur absence plutôt, autrement dit le thème de l’homo novus dont Beltrán de la Cueva ne fut certes pas le seul à faire les frais parmi les privados du xve siècle, mais avec une intensité particulière. Ce thème et bien d’autres — en particulier la fameuse rumeur sur la paternité de l’héritière d’Henri IV attribuée à don Beltrán — invitaient d’ailleurs à juger de l’évolution des thématiques de la diffamation du privado et du roi sous Henri IV, et à poursuivre dans la voie d’une anthropologie déjà bien amorcée de la privauté.

7Enfin, lorsque l’auteure évoque les prérogatives d’un vice-roi (p. 190), elle indique qu’il peut y compris commettre des crimes de lèse-majesté. Rassurons-nous, le document qu’elle cite pour préciser ces prérogatives (n. 33), un pouvoir in solidum concédé en 1469 à Rodrigo Pimentel, Beltrán de la Cueva et Pedro de Velasco afin de leur permettre de pacifier certaines régions après la guerre civile, se contente de leur accorder la faculté de les pardonner. Espérons que cette erreur de lecture, indiquée dans la thèse, répétée dans un article d’une revue espagnole d’histoire médiévale et reprise encore dans ce reprint ne sera plus répétée dans un nouveau copier-coller du même texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Foronda, « María del Pilar Carceller Cerviño, Beltrán de la Cueva el último privado. Monarquía y nobleza a fines de la Edad Media », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 265-267.

Référence électronique

François Foronda, « María del Pilar Carceller Cerviño, Beltrán de la Cueva el último privado. Monarquía y nobleza a fines de la Edad Media », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 30 août 2014. URL : http://mcv.revues.org/4725

Haut de page

Auteur

François Foronda

université Paris I.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org