Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

José Ramón Diaz de Durana, Anonymous Noblemen. The Generalisation of Hidalgo status in the Basque Country (1250-1525)

Béatrice Leroy
p. 267-269
Référence(s) :

José Ramón Diaz de Durana, Anonymous Noblemen. The Generalisation of Hidalgo status in the Basque Country (1250-1525), prologue de José Ángel García de Cortazar, Turnhout, Brepols, 2011, 277 p. (dont 17 d’index général et 32 de sources et bibliographie) + 10 cartes.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 30 novembre 2014.

1José Ramón Díaz de Durana donne en une suite de dix chapitres une synthèse de nombreux travaux menés par lui-même et ses collaborateurs de l’université du Pays Basque, sur le Hidalgo (fils de quelqu’un ? ou vassal fidèle d’un grand noble ?) et sur l’ensemble de la Hidalguía dans les trois provinces de l’actuel Pays Basque, l’Álava, la Biscaye et le Guipúzcoa, appartenant au Moyen Âge au royaume de Castille. Dans ces deux dernières provinces, au xvie siècle, la Hidalguía est généralisée à l’ensemble de la population, tandis qu’en Álava, elle représente 26 % de la population. La proportion est forte lorsqu’en pense qu’en Castille la noblesse représente alors 11 %, et dans l’ensemble de l’Europe 2 % de la démographie générale. Reste à en définir exactement les contours, les composantes, soit la terminologie elle-même de cette noblesse moyenne ou autre, dans ces provinces basques ; c’est ce qu’accomplit l’auteur, s’aidant de très nombreux travaux portant sur la noblesse espagnole (dont ceux de Marie-Claude Gerbet après ceux de Salvador de Moxo) et sur la noblesse du Nord de l’Espagne (dont ceux de José Ángel García de Cortazar après ceux de José María Lacarra) ; et s’aidant des publications de la plupart des provinces et des multiples articles, livres, thèses, actes des colloques parus à foison depuis une vingtaine d’années.

2Il a donc fallu cerner de façon très nuancée la Hidalguía, et l’auteur y parvient en montrant ce qui constitue ce groupe (très vaste, très hétérogène) de tous ceux qui se disent nobles depuis leurs ancêtres, distincts de tous les autres habitants, grâce à des concessions de Fueros aux villes, villages, vallées, parce qu’ils sont exempts des impositions, qu’ils vivent en se liant entre eux par des obligations de dépendance sociale vis-à-vis de grands nobles, les ricombres de l’Álava, les Parientes Mayores ou chefs de clan dans les deux provinces de la côte. En fait, cette Hidalguía est l’ensemble de la petite noblesse rurale ; mais ses cadets se sont infiltrés en lignages dans les conseils urbains ; beaucoup de paysans libres parviennent à l’exemption fiscale en se glissant dans les rangs hidalgos. Dans la Navarre voisine, qui relève d’un autre domaine politique, mais dont le parallèle est nécessaire, le Hidalgo est synonyme de l’Infanzon, soit le noble exempt de taxes, tenant un fief et accomplissant un service militaire.

3Dans l’Álava, une grande égalité noble était reconnue dans la Cofradía de Arriaga datant de 1258, donnant la Hidalguía à tout le monde du centre de la province, autour de Vitoria ; mais la Cofradía est abrogée en 1332 par la Couronne, et c’est alors que les véritables Hidalgos (qui peuvent le prouver par les critères d’ancienneté et d’exemption, au terme de procès souvent très compliqués) sont individualisés, hiérarchisés, privilégiés officiellement ; à leur tête se rangent de grands nobles, les ricombres, qui servent la couronne de Castille par des offices de gouvernement et leurs capacités militaires, et qui possèdent de vastes seigneuries, tels les Áyala, les Hurtado de Mendoza, les Guevara et les Velasco. Dans le Guipúzcoa et la Biscaye, une série d’ordonnances royales aux xive et xve siècles tente de définir et de pacifier à la fois les lignages de Hidalgos, dans ces régions où de nombreuses nouvelles villes sont fondées au xiiie siècle (les ports), avec des Fueros exemptant tel ou tel, moyennant services et fonctions, ce qui donne argument à beaucoup de ces bénéficiaires de se déclarer abusivement Hidalgos. Les Parientes Mayores, qui dominent des hiérarchies de fidèles, les lancent dans d’incessantes luttes de clans, les Bandos, tels les Oñacinos contre les Gamboínos, qui eux-mêmes regroupent des sociétés entières de Hidalgos liés par des contrats bipartites semblables aux Indentures anglaises de ces siècles. La couronne de Castille doit lutter contre eux, surtout à partir de 1469, à la fin du règne de Henri IV et pendant celui des Rois Catholiques, en suscitant la formation de groupes armés par les rois et ne relevant que des rois, les Hermandades etles Juntas. Les maisons-tours, symboles de ces chefs de clan, sont démolies, les chefs sont exilés en Andalousie où ils doivent faire la guerre de Grenade à leurs frais et, à leur retour, ils prêtent hommage à la Couronne ; au xvie siècle, s’ils existent encore, ils sont rentrés dans le rang, leur seul chef étant le souverain.

4Ces Hidalgos sont dits « seigneurs sans seigneurie », du moins en principe, car ils ne possèdent pas de territoires. Mais ils en possèdent réellement les hommes, en levant des taxes sur leurs récoltes et leur bétail ; ils ont les droits de patronage sur les églises où ils nomment les desservants ; ils ont les mines de fer et les fonderies de ces provinces ; en ville, où ils sont installés, ils dirigent les conseils et lèvent les taxes sur les activités des ports et du commerce (Bilbao, Guetaria, Saint-Sébastien, Fontarrabie). À l’occasion, et ils sont nombreux à le faire, ils sont corsaires ou pirates. Enfin, beaucoup obtiennent des offices dans l’administration royale. Les plus faméliques se sont enrôlés dans les armées de Navarre, et sont payés par le roi par des fiefs de bourse.

5C’est dire si la société de la Hidalguía est hétérogène, entre le petit noble d’une paroisse rurale, qui vit de la vente des fromages et du cidre, et le chancelier de Castille Pedro López de Áyala. Mais on en revient toujours à une tradition : le Hidalgo, quel qu’il soit, vers 1350, 1450, 1500, est le membre d’un ancien lignage noble, et il est exempté des impositions. Or, ces principes sont contrebattus dans la réalité. Beaucoup de paysans se sont fait reconnaître la Hidalguía, et les procès et les cas particuliers de l’Álava, présentés par l’auteur, abondent et sont très révélateurs de ces secousses internes comme de la morale de la Hidalguía ; et la plupart, dans toutes les provinces analysées, paient les impôts demandés par la couronne de Castille, centralisés et transmis au Trésor royal par les Juntas des provinces. Les Hidalgos sont soucieux de se distinguer des laboureurs, des gens du commun ; ils sont tout de même tentés par la révolte des Comuneros du début du xvie siècle. Mais le Fuero Nuevo de 1526 donne la Hidalguía en Biscaye et en Guipúzcoa (en Álava, la distinction est faite depuis 1332 et revient aux mêmes conclusions) à tous les gens de vieux sang catholique, de bonne réputation morale, exemptés des vieilles taxes traditionnelles pesant sur les roturiers. C’est un statut de « pureté de sang », qui donne des serviteurs militaires à la couronne de Castille.

6La synthèse de José Ramón Díaz de Durana est très bienvenue. Certes, rien n’est très nouveau dans tout ce qui est exposé, puisque les publications de Vitoria, Bilbao, Saint-Sébastien, sont abondantes sur ce thème. Mais c’est la loi du genre de la synthèse anglaise que d’exposer ainsi clairement et de façon bien accessible ces composantes diffuses de la noblesse basque espagnole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Leroy, « José Ramón Diaz de Durana, Anonymous Noblemen. The Generalisation of Hidalgo status in the Basque Country (1250-1525) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 267-269.

Référence électronique

Béatrice Leroy, « José Ramón Diaz de Durana, Anonymous Noblemen. The Generalisation of Hidalgo status in the Basque Country (1250-1525) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 17 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4727

Haut de page

Auteur

Béatrice Leroy

université de Pau et des Pays de l’Adour.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org