Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Álvaro Chaparro Sainz, Educarse para servir al Rey: El Real Seminario Patriótico de Vergara (1776-1804)

Jean-Pierre Dedieu
p. 271-274
Référence(s) :

Álvaro Chaparro Sainz, Educarse para servir al Rey: El Real Seminario Patriótico de Vergara (1776-1804), Bilbao, Universidad del País Vasco, 2011, 421 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 30 novembre 2014.

1Il s’agit de la thèse de l’auteur, dirigée par José María Imízcoz. L’ouvrage s’inscrit dans le programme de recherche que dirige ce dernier sur le rôle des élites basques et navarraises dans la Monarchie espagnole du xviiie siècle, et constitue un apport important à celui-ci. Il a, par ce biais, des implications notables sur la conception que l’on peut se faire des Lumières espagnoles.

2Le Seminario Patriótico était, rappelons-le, une institution d’éducation privée fondée à Vergara par la Real Sociedad Bascongada de los Amigos del País en 1776. En 1804, date de la fin de l’étude, la Real Sociedad en perdit le contrôle. Réservé aux parents proches des membres de la Société — enfants, neveux et petits-enfants —, il visait à dispenser un enseignement moderne, propre à fournir des élites qui feraient passer dans la pratique l’idéologie de la compagnie, notamment en matière de développement économique. Pour cette dernière, en effet, c’est par l’économie, et une économie axée sur la production, que passait le développement régional et le bonheur des peuples, les deux fins principales qu’elle se proposait. Il s’agissait donc d’assurer aux élèves un enseignement général, propre à les aider à tenir leur rang : danse, armes, équitation, connaissance minimale du latin et des humanités ; mais aussi des connaissances spéciales susceptibles de les armer pour faire face à la mission de développement de qui les attendait. Les deux aspects étaient liés : leur position sociale dotait les élèves de leur capacité à réformer.

3L’enseignement spécial est l’aspect qui jusqu’ici avait retenu surtout l’attention de l’historiographie. Il accordait en effet une importance capitale aux matières scientifiques et pour l’assurer le Séminaire avait engagé quelques-uns des meilleurs scientifiques européens de son temps. C’est dans ses laboratoires que les frères Elhuyar isolèrent en 1783 le tungstène ; c’est à Vergara que le français Joseph Louis Proust commença une carrière espagnole qui devait le mener à la direction du Laboratoire royal de sciences naturelles de Madrid. Vergara s’inscrivait donc dans le mouvement général de réforme de l’éducation qui accompagnait les Lumières, au même titre que l’Académie des ingénieurs militaires de Barcelone, brillamment étudiée en son temps par Horacio Capel, Joan Eugeni Sánchez et Omar Moncada (De Pallas a Minerva. La formación científica y la estructura institucional de los ingenieros militares en el siglo xviii, Barcelona, SERBAL-CSIC, 1988), l’Académie d’artillerie de Ségovie, ou l’Académie des Gardes marines. À la différence de ces institutions, qui étaient d’État et visaient à satisfaire les besoins propres de l’État, le Collège de Vergara témoignait de la pénétration des idées réformatrices dans la société civile. Se greffait sur ce courant dominé par l’histoire de la culture, un courant d’histoire régionale qui voyait dans la localisation du collège et de l’institution qui lui avait donné naissance une preuve de la spécificité des Provinces basques et de leur caractère avancé face au reste d’une Monarchie qui restait pour l’essentiel soumise à l’obscurantisme traditionaliste.

4Cette spécificité est mise en doute par l’ouvrage. Il ne la nie pas, il la déplace. Il se livre pour cela à une étude des 542 élèves internes qui ont suivi les cours de l’établissement de sa fondation à 1804. Il y avait aussi des externes et des « hôtes », élèves qui avaient dépassé les 18 ans et restaient au Séminaire jusqu’à trouver une position — deux catégories dont l’ouvrage ne nous dit malheureusement à peu près rien (p. 98). Il se fonde sur des registres d’inscriptions, la correspondance de l’institution avec les parents d’élèves. Il replace aussi les familles dans leur contexte social grâce à une abondante documentation issue d’autres sources que les archives du Séminaire, notamment celle recueillie dans la base de données Fichoz, dont on rappellera au passage qu’elle fut conçue dans le cadre d’un programme de recherche de la Casa de Velázquez. Sur ce plan, l’ouvrage est un modèle, car il montre l’importance qu’il y a à situer socialement les acteurs : comme nous le verrons, c’est de cette mise en contexte qu’il tire ses conclusions principales. Il montre aussi à quel point les grandes bases de données informatisées sont indispensables pour ce résultat et l’urgence qu’il y a, non seulement à les constituer, mais encore à les mettre à la disposition de la communauté scientifique. Il montre enfin l’évolution du concept de prosopographie que permettent ces instruments. Étude d’un groupe d’individus préalablement identifié, certes ; mais non plus étude du groupe fermé sur lui-même, bien plutôt étude des connexions que chacun de ses membres entretient en dehors du groupe, groupe fondé par la coïncidence de ses membres à un instant de leur biographie, sans que cela implique aucun conclusion préalable quant au reste de leur parcours de vie. Changement d’esprit qu’encore une fois seule la technique rend possible, et profonde rénovation des résultats.

5Vergara coûtait cher. Comptez au minimum 3 000 réaux par an et par tête, entre pension, inscriptions et frais annexes (p. 102). Les familles font l’effort, car elles accordent depuis toujours une importance capitale à la formation des jeunes pour la reproduction de leur groupe social. Les lettres des parents marquent à suffisance cet intérêt dans le souci qu’elles apportent au suivi des résultats, des progrès et des difficultés de leur progéniture. On marquera ici un regret : nous apprenons beaucoup sur ces jeunes gens ; nous aurions aimé connaître aussi le destin de leurs frères et sœurs, de façon à mieux situer le rôle de Vergara dans un dispositif d’élevage des jeunes dont le Séminaire ne constitue à l’évidence qu’une partie : quid de la place des universités traditionnelles, quid de la formation cléricale, quid de ceux qui restent à la maison sans études ou se contentent d’un apprentissage sur le tas, dans l’entreprise de leur père ou, plus vraisemblablement, de leur oncle ?

6Le collège en effet n’est qu’une pièce parmi d’autres dans un dispositif éducatif, et il n’en est pas la pièce dominante, il ne réussit pas à imposer sa logique face à d’autres considérations auxquelles les familles accordent plus d’importance. L’auteur montre ainsi combien le calendrier des études est dominé par des contraintes extra-scolaires : moins de 20% des élèves commencent leurs études à Vergara un mois d’octobre, 18% seulement quittent définitivement l’établissement un mois de juillet, dates normales du début et de la fin des cours (pp. 88-89). Il en va de même des âges d’entrée, dont la moyenne (9,5 ans) ne signifie rien, car ils s’échelonnent entre 7 et 14 ans (p. 92) ; pour la durée des séjours, la moyenne est presque exactement trois ans, mais les chiffres varient en fait entre quelques mois et neuf ans (p. 89). Bien souvent, la famille profite d’un temps mort dans la formation pour placer l’enfant au collège afin d’acquérir un vernis utile ; on l’en retire dès qu’on lui a trouvé une position, soit comme successeur d’un parent décédé, soit comme officier dans la marine ou dans l’armée, soit comme page dans la Maison du roi. Ici aussi nous marquerons un regret : l’auteur n’aurait-il pu mieux distinguer les différentes logiques éducatives à l’œuvre, isoler ceux qui font à Vergara un cursus complet et suivre plus précisément leur destin ? Ce sont hélas les moins bien documentés : seuls ceux qui bougent laissent des traces ; mais peut-être l’accumulation rapide des données sur la société basque de l’époque permettra-t-elle bientôt d’aller plus loin…

7Nous en arrivons ainsi à ce qui constitue l’apport principal de l’ouvrage : l’insertion du Séminaire dans les stratégies familiales. Premier point, seul un petit tiers des internes (qu’en est-il des externes ?) est originaire des trois provinces basques ; 15 % viennent d’Andalousie ; 18 % d’Amérique ; 8 % de Madrid (pp. 160-161). En fait, créoles et andalous appartiennent presque tous à des familles qui peuvent se revendiquer basques. Il faut replacer le phénomène dans le cadre, bien connu maintenant grâce aux travaux de J. M. Imízcoz, d’une émigration qui, loin de couper les liens avec le tronc d’origine au pays, le dote plutôt d’extensions dans l’Empire tout entier ; extensions qui continuent à fonctionner en système avec lui. Le centre les alimente en hommes, facilitant leur reproduction biologique, gère leurs ressources relationnelles locales, assure la fourniture des marqueurs de noblesse pertinents — habits des ordres et autres preuves de noblesse —, qui exigent ratification par la communauté d’origine. Il profite largement en retour des subventions que les branches lui envoient (dons, constructions de « palais » majestueux qui marquent encore aujourd’hui le paysage, restauration de maisons anciennes, contributions à l’éducation des enfants) et des réseaux d’influence qu’elles ont tissés à l’extérieur pour prendre la direction de la société locale en déplaçant les anciennes élites économiques et politiques qui n’ont pas pris le tournant de l’émigration. Vergara est un révélateur. Le poids des familles y est immense, dès que l’on définit la famille autrement que sur une base nucléaire, comme un groupe de parentèle lié par des liens matrimoniaux répétés. Un seul groupe familial, les Munibe — la famille de l’un des fondateurs, il est vrai, fournit à lui seul 38 des 542 élèves répertoriés (p. 381). Le Séminaire recrute en fait dans un milieu restreint, où la communauté d’institution éducative se surajoute à des solidarités fortes préexistantes (p. 118).

8La deuxième conclusion principale de l’ouvrage malmène la légende selon laquelle Vergara agirait comme un séparateur de la société basque du reste de l’Espagne. L’auteur montre à quel point l’institution est intégrée à la Monarchie. La fondation du Séminaire a été conditionnée par l’appui du monarque (pp. 31-86), dont l’approbation était nécessaire pour en faire de qu’il était, c’est-à-dire une antichambre du service du roi. Plus de 40% des parents d’élève que nous pouvons connaître détenaient une charge dans l’administration royale ou une fonction dans l’armée (p. 169) ; 240 élèves devinrent officiers dans l’armée ou la marine (pp. 291-295), 38 exercèrent des charges importantes dans l’administration royale, 35 autres devinrent dirigeants municipaux ou provinciaux (p. 290). Cinq seulement, autant que nous sachions, entrèrent dans le clergé (pp. 300-301). Le nombre des cas non documentés est suffisamment faible pour ne pouvoir remettre en cause le sens général de ces chiffres, que confirme par ailleurs l’étude des correspondances. Vergara est avant tout perçu par sa clientèle comme une propédeutique (voir le programme éducatif) qualifiante (approuvée par le roi) aux branches du service royal n’exigeant pas d’études de droit ou de théologie ; un domaine au demeurant en plein développement quantitatif et qui fournit des hommes sur lesquels le souverain s’appuie de plus en plus pour des tâches de politique générale. Des Lumières, oui ; mais au service et pour le service du souverain. Que les exigences de la Monarchie aient abouti à équiper ses propres serviteurs de la culture nécessaire pour se passer du roi ne change rien à l’affaire. En Espagne, la monarchie est bien au cœur du processus d’implantation des Lumières ; en dialogue constant avec des dynamiques familiales qui fournissent le terrain nécessaire.

9Un livre riche donc, encore qu’incomplet — nous avons plusieurs fois regretté ses silences — et parfois maladroit : graphiques peu lisibles, cartographie du même phénomène en des cartes d’échelles différentes (pp. 375-380). Dans les limites que nous avons marquées, cependant, des conclusions bien assurées. Bref, un point de repère qu’il faudra toujours prendre en compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dedieu, « Álvaro Chaparro Sainz, Educarse para servir al Rey: El Real Seminario Patriótico de Vergara (1776-1804) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 271-274.

Référence électronique

Jean-Pierre Dedieu, « Álvaro Chaparro Sainz, Educarse para servir al Rey: El Real Seminario Patriótico de Vergara (1776-1804) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/4732

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dedieu

université Lyon II, CNRS, LARHRA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org