Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Francisco Javier Martínez Antonio, Irene González González (éd.), Regenerar España y Marruecos. Ciencia y educación en las relaciones hispano-marroquíes a finales del siglo xix

Mimoun Aziza
p. 289-291
Référence(s) :

Francisco Javier Martínez Antonio, Irene González González (éd.), Regenerar España y Marruecos. Ciencia y educación en las relaciones hispano-marroquíes a finales del siglo xix, Madrid, CSIC, 2011, 496 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 30 novembre 2014.

1Un ouvrage intéressant vient de s’ajouter à la bibliographie espagnole sur le Maroc, intitulé « Regenerar España y Marruecos. Ciencia y educación en las relaciones hispano-marroquíes a finales del siglo xix». C’est le troisième ouvrage collectif publié par la collection de « Estudios Árabes e Islámicos» du Conseil supérieur de recherches scientifiques à Madrid. C’est une somme de contributions traitant essentiellement la dernière période du xixe siècle en Espagne et au Maroc ; il s’agit d’une phase importante dans les relations des deux pays voisins. Les deux coordinateurs de l’ouvrage sont d’éminents spécialistes : Francisco Javier Martínez Antonio, historien en sciences et spécialiste reconnu sur les questions de la médecine, de la santé et des maladies dans les relations hispano-marocaines durant les xixe et xxe siècles ; et Irene González González, historienne spécialiste des questions de l’éducation et de l’enseignement dans la zone du Protectorat espagnol au Maroc.

2Les contributions portent sur des domaines nouveaux qui n’ont pas encore attiré l’attention de nombreux chercheurs. Il s’agit de la place et du rôle de l’éducation et de la science dans l’action coloniale espagnole au Maroc. L’importance de ce thème est d’ailleurs l’une des raisons qui ont motivé les éditeurs à concevoir cet ouvrage.

3Comme l’expliquent parfaitement les coordinateurs, l’ouvrage propose un nouveau regard sur les idéologies, les pratiques et les acteurs de l’africanisme espagnol dans la première phase de la Restauration. Il a le mérite d’être le premier livre consacré à ce thème et permet d’ouvrir de nouvelles pistes de recherches. Jusque-là, la recherche espagnole sur les relations hispano-marocaines s’intéressait principalement à des thèmes politiques, diplomatiques et militaires relatifs à l’époque coloniale. Celle-ci, comme on le sait, occupe la part du lion dans la production historiographique espagnole et marocaine.

4L’ouvrage est innovant sur plusieurs plans. D’abord par son approche pluridisciplinaire car, en plus des historiens, l’apport des politologues, des archivistes, des géographes et des arabisants est d’une importance éminente. Ensuite, par la thématique abordée, puisque c’est la première fois qu’on aborde d’une manière approfondie le rôle de la science et de l’éducation dans les relations hispano-marocaines. L’ouvrage vient combler une lacune en matière de recherche sur le rôle de la science et de l’éducation dans le processus de modernisation en Espagne comme au Maroc.

5Cependant, nous regrettons la faible participation des historiens marocains. En effet, une seule contribution de Youssef Akmir traite de la question du processus de modernisation au Maroc à la fin du xixe siècle. L’implication des historiens marocains aurait éventuellement pu compléter l’analyse faite par leurs collègues ibériques basée essentiellement sur les sources espagnoles. Il convient aussi de signaler que les sources marocaines relatives à cette période sont assez riches, et les travaux des historiens marocains concernant le xixe siècle dépassent de loin les études consacrées à la période du Protectorat par exemple.

6En plus de l’introduction, l’ouvrage comprend seize articles répartis autour de trois axes. L’introduction aborde la question générale de la modernisation en Espagne et au Maroc et son lien avec le modèle colonial élaboré pour Cuba au cours de la deuxième moitié du xixe siècle. Un bilan de la recherche historique sur le Maroc y est présenté également.

7Le premier axe intitulé « Régénération hispanique, réformes marocaines » situe cette question dans son contexte espagnol, marocain et international. La question de la réforme au Maroc est mise en lien avec la renaissance culturelle dans le monde arabe connue sous le nom de « Nahda » (Azaola Piazza et Hernando de Larramendi). Martín Corrales aborde la participation de quelques secteurs de la société catalane à l’expansion coloniale en Afrique et plus particulièrement au Maroc. Tambuirini et Albert Salueña analysent les réformes militaires au Maroc et l’aide apportée par l’Espagne et l’Italie dans ce domaine. Ferrera Cuesta met en lumière un personnage important du mouvement « réformiste » espagnol, il s’agit de Segismundo Moret.  

8Dans le deuxième axe intitulé « Éducation, langue et culture », González González analyse minutieusement la question de la politique éducative espagnole dans le nord du Maroc. L’Espagne a fourni d’énormes efforts afin d’introduire les écoles espagnoles au Maroc. Jusqu’à la fin du xixe siècle, la création des écoles se faisait grâce à des initiatives privées, cependant, à partir du début du xxe siècle, l’État espagnol intervient directement en créant des « écoles hispano-arabes », imitant en cela le système éducatif instauré par la France en Algérie. La question de l’apprentissage de la langue arabe comme moyen de communication avec les Marocains est décortiquée par Manuela Marín. Bernabé López García, quant à lui, démontre d’une manière explicite l’implication des arabisants espagnols dans les affaires du Maroc au début du xxe siècle, à travers l’étude d’un cas particulier qui est celui de Julian Ribero. L’étude de María Rosa de Madariaga nous renvoie à l’importance que revêt l’éducation pour l’élite du Maroc du Nord, à travers un cas très significatif qui est celui de M’Hammed Ben Abd-el-Krim El Jattabi. Ce dernier a en effet bénéficié d’une bourse de l’État espagnol afin de suivre des études dans la péninsule Ibérique.

9Le troisième axe porte sur le thème : science, technologie et médecine. Il regroupe des études relatives à des institutions et des personnages représentatifs de l’africanisme espagnol de la Restauration. Leur action s’est matérialisée dans des champs comme la science, la technologie et la médecine. Les textes de Luis Urteaga et José Luis Villanova mettent en relief le rôle joué par la géographie et la cartographie dans l’action coloniale espagnole au Maroc. Quant à José Luis Barceló, il analyse la personnalité et le parcours de Celestino García Fernández, médecin espagnol installé à Ceuta et qui vit partagé entre deux mondes : le Maroc et l’Espagne. Une analyse de l’expérience de l’africanisme dans le panorama culturel espagnol est présentée par Cañete Jiménez. Marchán Gustems passe en revue le projet colonial de Joaquín Costa au Maroc, fondé sur l’importance des relations commerciales et sur la migration espagnole vers le Maroc.

10L’ouvrage constitue une contribution fondamentale pour l’analyse de la question de la réforme dans les deux pays. Il est à notre sens incontournable pour mieux comprendre l’histoire des relations hispano-marocaines dans le dernier quart du xixe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mimoun Aziza, « Francisco Javier Martínez Antonio, Irene González González (éd.), Regenerar España y Marruecos. Ciencia y educación en las relaciones hispano-marroquíes a finales del siglo xix », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42-2 | 2012, 289-291.

Référence électronique

Mimoun Aziza, « Francisco Javier Martínez Antonio, Irene González González (éd.), Regenerar España y Marruecos. Ciencia y educación en las relaciones hispano-marroquíes a finales del siglo xix », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2 | 2012, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 19 avril 2014. URL : http://mcv.revues.org/4748

Haut de page

Auteur

Mimoun Aziza

université de Mekhnès.

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org