Navigation – Plan du site
Dossier. Les transferts de technologie au premier millénaire av. J.-C. dans le sud-ouest de l’Europe

Présentation

Laurent Callegarin et Alexis Gorgues
p. 9-18

Texte intégral

  • 1 Ces journées s’inscrivent également parmi les réalisations d’un programme de recherche, porté par l (...)

1Ce dossier résulte des travaux menés lors des journées d’étude qui se sont déroulées à Pau les 20 et 21 janvier 2011, organisées conjointement par la Casa de Velázquez (Madrid), le centre Ausonius (Bordeaux) et le laboratoire de recherche ITEM (Pau), avec le soutien de la région Aquitaine1. Le thème développé durant ces journées portait sur les transferts de technologie au premier millénaire av. J.-C. dans le sud-ouest de l’Europe, pour lequel la péninsule Ibérique constitue un lieu privilégié où s’articulent les domaines méditerranéen, atlantique et continental.

La nécessité d’une contextualisation archéologique et historique

  • 2 Alvar, 1990 entre autres.
  • 3 Garcia et Meeks, 1997 ; Pomey, 2009.
  • 4 Bruneau, 1984-1985, p. 140.

2Alors que la thématique des interactions culturelles, notamment centrées autour du concept d’acculturation, a été largement débattue en ce qui concerne les relations entre le monde méditerranéen classique et sa périphérie occidentale2, celle des transferts de technologie n’a été abordée que ponctuellement, dans le cadre d’études spécialisées portant sur une catégorie précise d’objet ou de matériau3. Or, ce problème constitue un angle d’approche privilégié des relations Orient-Occident, bien éloigné des schémas de diffusion directe du type « centre > périphérie ». Les différents travaux conduits à ce jour font apparaître clairement le caractère non linéaire (tant d’un point de vue chronologique que géographique) des transferts de technologie, ainsi que la diversité des acteurs qui peuvent y prendre part. Ils montrent également le risque de s’en tenir à de fausses analogies extérieures : des objets de même forme peuvent avoir été fabriqués de façon radicalement différente. L’adhésion à une forme esthétique ne s’accompagne pas forcément d’une adoption des modalités techniques qui lui sont originellement associées. Et si tant est que ce soit le cas, intervient alors la notion d’influence, dont le maniement sans retenue peut s’avérer dangereux. En effet, cette notion n’est efficiente, comme le souligne Ph. Bruneau, que si l’on parvient à établir un « constat de similitude entre A et B, l’antériorité de A sur B ou de B sur A [et] l’existence d’un vecteur d’échange entre A et B4 ». Si les preuves manquent, le concept d’isotechnie s’impose alors, sans que la dynamique de transfert ne puisse être invoquée.

  • 5 Rouillard et alii, 2007. Voir le compte rendu qu’en a fait Catherine Sabinot (Sabinot, 2007) ; Merg (...)
  • 6 Voir par exemple Wateau et Rouillard (coord.), 2010.
  • 7 Voir la mise en garde de Jean Andreau (Andreau, 2010, pp. 12-22).

3Le thème du transfert de technologie connaît un regain d’intérêt auprès non seulement des archéologues et des historiens, mais également des ethnologues, anthropologues, ergonomes ou économistes5. La plupart des écrits replacent l’artefact au centre de l’étude6, avec une prédilection pour une approche diachronique (de la préhistoire à nos jours), qui autorise le dégagement de permanences dans les mécanismes de transmission et dans les logiques de l’appropriation des savoirs, et qui permet surtout de saisir le rapport intime que l’homme entretient avec l’objet. Les orientations de la réflexion sont essentiellement tournées vers les mouvements des hommes, de leurs objets et de leurs idées, vers les raisons de ces mouvements ou « non-mouvements », vers les stratégies de transfert et de « non-transfert » de savoirs et de savoir-faire. Mais certaines entreprises se sont heurtées à une limite discursive, à un obstacle infranchissable, inhérent à la pluridisciplinarité, à savoir l’abolition des échelles d’analyse, qu’elles soient spatiales, temporelles, ou sociologiques. Ne pas contextualiser historiquement la réflexion, en cherchant seulement à définir une base comportementale commune des actions humaines et à décortiquer les mécanismes en jeu, aboutit à l’énoncé de concepts, souvent anachroniques, qui peuvent vite se révéler inopérants, voire stériles, devant la réalité des faits matériels7. En outre, la recherche des logiques internes liées aux phénomènes de diffusion et d’adoption écarte bien souvent le jeu des réseaux de solidarité et d’alliances qui peut expliquer l’acceptation par une communauté humaine de telle ou telle proposition, matérielle ou technologique, faite par une autre communauté.

4Pour les périodes anciennes, durant lesquelles l’écrit est absent ou quasi-inexistant, le champ archéologique est le seul à pouvoir nous éclairer sur la culture matérielle des peuples, sur laquelle agissent avec une évidente acuité les phénomènes d’évolution technique et de transfert de technologie ; ces phénomènes contribuent d’une certaine manière à façonner une identité culturelle. Ainsi, sans tourner le dos aux autres sciences humaines, il importe de développer sur la base des données matérielles des méthodes d’analyse et des modèles rendant compte des spécificités des sociétés antiques qui, de fait, trouvent peu, voire pas, de parallèles satisfaisants dans les sociétés non industrielles contemporaines ou subcontemporaines.

  • 8 Guilaine, 2003, pp. 103-112.

5Les évolutions de l’archéologie permettent d’aller au-delà de la simple constatation de l’apparition d’un nouveau savoir-faire. En effet, nous avons appris à mieux regarder et à mieux analyser les objets et les structures de production, et même les déchets. Les progrès des analyses archéométriques permettent de pénétrer des réalités jusque-là inaccessibles ou au contraire de cesser de nous attacher à de fausses évidences reposant pour l’essentiel sur des préjugés. D’autre part, la maîtrise du contexte archéologique permet à la fois de mieux cerner la dynamique de constitution des vestiges appréhendés, et d’approcher la situation socioculturelle dans lequel se cristallisent les changements observés. En outre, la maîtrise d’un cadre chronologique toujours plus précis permet de définir des rythmes de diffusion, ou au contraire des arythmies, pour reprendre le mot de J. Guilaine8. Enfin, les approches archéologiques actualistes — l’ethnoarchéologie et l’archéologie expérimentale — sont des supports fondamentaux pour la validation de nos modèles, pour appréhender des pans de réalité qui sans cela nous échapperaient.

6La proposition, méthodologiquement limitée au strict domaine archéologique, qui est faite ici s’inscrit dans des cadres géographique et chronologique relativement étroits, à savoir une zone à l’interface entre aires méditerranéenne, atlantique et continentale, à une époque — du Bronze final à la fin de l’âge du Fer — où les phénomènes d’expansion coloniale et les conquêtes militaires redessinent une carte de l’Europe occidentale intégrant des populations de cultures extrêmement diversifiées, interagissant avec une intensité jamais atteinte auparavant. C’est une approche à la fois sectorielle et globale qui est développée : sectorielle, car la réflexion est découpée par domaine archéologique ; globale, car elle se situe à l’échelle de sociétés contemporaines connectées entre elles et produisant des artefacts dans tous les domaines retenus.

Définition et mise en perspective de l’objet d’étude

  • 9 Le mot technology, non inventé mais systématisé par Jacob Bigelow grâce à son ouvrage Elements of t (...)

7La technologie est un terme qui se réfère à tout ce qui concerne l’état de l’art dans tous les domaines des savoir-faire pratiques et d’utilisation des outils. Il inclut donc l’art, l’artisanat, les métiers et les connaissances9. Par extension, il peut aussi se référer au processus global de création qui va de l’extraction de la matière première au produit qui en résulte, en passant par les différentes chaînes opératoires. Se trouvent donc réunis sous le terme « technologie » à la fois les procédés, les méthodes, les outils et les machines employés dans les arts et les techniques pour créer un artefact.

  • 10 Cette idée, issue des philosophies progressistes du xviiie siècle, n’est pas toujours opérante dans (...)
  • 11 Voir les travaux d’A. Leroi-Gourhan sur cette question : Leroi-Gourhan, 1943 ; Id., 1945.
  • 12 Voir les écrits d’Aristote (Éthique à Nicomaque, V, 8 et Politique, I, 9-10) sur la mise en place d (...)
  • 13 Feugère, 2007, p. 22.
  • 14 Ellul, 1977.

8Le développement technologique, par essence, se conçoit comme un progrès bénéfique10, comme un gain (quel que soit le domaine et la forme qu’il adopte) pour la société qui mise sur la nouveauté, et en assume les éventuels risques. Nombre d’adoptions technologiques influencent non seulement le domaine culturel en rénovant l’offre et en enrichissant les pratiques traditionnelles11, mais aussi les valeurs morales de la société réceptrice ; les nouveautés technologiques provoquent des réflexions sur de nouvelles questions d’ordre éthique12. La diversification des techniques est également un processus constitutif de la sociabilité, un moteur puissant dans les relations entre les hommes et entre les cultures13. Mais, comme le souligne Jacques Ellul, la technique est porteuse de modification à la seule condition de s’accompagner de changements structurels dans la société et son organisation sociopolitique14.

9Réfléchir sur les transferts de technologie, c’est mettre en mouvement plusieurs thématiques imbriquées qui transparaissent au fil des articles.

10Premièrement, c’est s’interroger sur le déplacement des hommes, sur les motivations de leur mobilité et sur les contacts qu’elle engendre. La quête de ressources ou d’échanges — colonisations phénicienne et grecque —, la pression ethnique — migrations celtiques — ou encore l’activité guerrière — mercenariat ibérique, conquête romaine — sont des motifs de migration qui ont un impact sur les communautés qui se déplacent et sur celles qui accueillent les migrants.

  • 15 Perlès, 2007, p. 325.

11Deuxièmement, c’est envisager scientifiquement les immobilismes et les conservatismes, ou le maintien d’archaïsmes. Sur cette question, il importe de distinguer le « refus » (d’adopter une technologie pourtant reconnue comme bénéfique), véritable décision consciente, pour des raisons qui peuvent renvoyer au politique, au symbolique, à l’identité ou simplement au souci de se doter d’une spécialisation artisanale ou artistique autonome15, du simple « non-emprunt » qui, lui, peut résulter d’une simple indifférence ou d’une impossibilité technique.

  • 16 Voir les travaux de Michel Bats, notamment Bats, 2006.
  • 17 Dhennequin, 2007.

12Troisièmement, c’est travailler sur l’imitation, c’est-à-dire sur la copie, en comprenant ou non l’intention prêtée à l’activité, en dehors d’une possible charge symbolique originelle liée au geste reproduit ou à l’objet imité. L’innovation n’est acceptée que si elle apporte une valeur ajoutée, de quelque nature que ce soit. La dialectique en jeu demeure bien souvent une proposition, et non une imposition, technologique et/ou morphologique émanant d’une culture face à une réception active — qui se manifeste par le tri, la sélection et l’adoption — d’une autre culture16. À côté de l’imitation pure, des métissages, touchant les domaines technique et/ou morphologique, sont repérables : 1) les modifications, après emprunt, peuvent porter sur quelques traits seulement de l’objet considéré ou sur son ensemble ; 2) certains éléments exogènes peuvent être recombinés à des critères locaux et aboutir soit à une mobilité morphologique (malgré un « immobilisme » des traditions techniques), soit à une mobilité technologique (tout en affichant un « immobilisme » morphologique), soit les deux17. Dans tous les cas, la pratique locale ne peut être jugée ni comme statique, ni comme inférieure face à la nouveauté.

13Quatrièmement, c’est également raisonner sur les notions d’expression et de communication. La diffusion de l’innovation technologique ne présente une homogénéité ni chronologique ni géographique, mais semble concerner en premier lieu les artefacts connotés positivement, c’est-à-dire ceux qui sont tournés vers l’extérieur. Les phénomènes de transmission ou d’imitation des objets sont liés à la charge sociale que la communauté réceptrice place en eux. Cette charge renvoie aux notions à la fois de prestige et d’usage que revêt l’objet, déconnectés des modalités portant sur sa confection.

  • 18 Feugère, 2007, p. 28.

14Cinquièmement, c’est surtout réfléchir sur l’objet fabriqué et son contexte. L’artefact, comme l’écrit très justement Michel Feugère, « apparaît comme le réceptacle d’informations issues de sources multiples : certaines reflètent, comme malgré lui, l’état des connaissances des artisans de son temps ; d’autres traces sont imprimées par l’utilisateur. Ces deux couches, technique et anthropologique, forment comme des strates de sens qui se cumulent dans l’objet en contexte, celui dont les choix humains ont conditionné le dépôt dans le sol. Ces dimensions sont encore démultipliées dans le cadre de séries stratigraphiées à partir desquelles on peut observer non plus seulement la situation à un moment donné, mais l’évolution des données sur une échelle chronologique. L’étude du mobilier archéologique, au sens large, ne peut se comprendre qu’au regard de l’éclairage indispensable qu’elle apporte à l’approche d’un site ou d’une culture donnée18 ».

  • 19 Villeneuve, 2002.

15On le pressent, le transfert complet ou partiel, direct ou indirect, se fait ou ne se fait pas, non seulement pour des raisons techniques, mais aussi pour des raisons d’identité qui renvoient à des processus sociaux et à des valeurs culturelles. Réussir à discerner les motivations permet de mettre en évidence les axes prioritaires en fonction desquels se construisaient les économies du passé, et ainsi d’approcher la réalité du fonctionnement social des peuples. Cette approche doit garder à l’esprit le fait que les sociétés anciennes sont souvent profondément inégalitaires, et l’accès aux nouvelles technologies peut ne pas être ouvert simultanément à tous. Un transfert de technologie dans le monde ancien ne met pas seulement en relation des entités territoriales différentes, comme c’est le cas de nos jours dans les sociétés industrialisées, il peut très bien se faire également à l’intérieur de ces entités entre différentes strates sociales. Autrement dit, les transferts de technologie introduisent des frontières culturelles qui construisent une communauté de pratiques19.

Avancées et nouveautés : l’apport des travaux retenus

16Le résultat des journées d’étude reflète bien la dynamique de la recherche archéologique et montre qu’au-delà des spécialisations respectives sur des catégories de matériels spécifiques il est possible de fédérer les approches autour d’une problématique commune qui touche à tous les domaines du fonctionnement des sociétés du passé.

17Les contributions ont été organisées en trois ensembles chrono-thématiques. Le premier concerne les débuts du Ier millénaire — fin de l’âge du Bronze et période orientalisante —, qui voient l’arrivée de populations orientales en Extrême-Occident, et porte sur les objets issus soit du travail du métal, soit de la transformation de matières organiques naturelles dures. Le deuxième groupe d’articles s’interroge sur l’évolution des techniques dans la production céramique durant le second âge du Fer dans les sociétés ibériques et aquitaines. Le troisième, enfin, s’intéresse à l’adoption et à l’adaptation de nouvelles pratiques dans les domaines de l’écriture et de la machinerie durant la République romaine.

18Plutôt que de présenter une à une les contributions, au risque de sous-entendre une évolution chronologique qui serait purement conjecturelle, il semble plus pertinent de procéder par approche thématique.

  • 20 Ndiaye, 2003, p. 1.
  • 21 Dans ce même ordre d’idée, voir le récent ouvrage Money and Coinage in the ancient Mediterranean (G (...)

19Le constat général est que les modèles de transfert ne sont pas linéaires. Comme l’écrit très justement P. A. Ndiaye, « l’histoire ne relève pas d’un modèle linéaire qui autoriserait la prédictibilité, mais plutôt d’une impossibilité de modèle générée par des discontinuités, des ruptures, parmi lesquelles l’innovation technique est une des plus essentielles20 ». La progression de l’innovation n’est ni homogène, ni concomitante ; elle fluctue en fonction des contextes régionaux, sans qu’il n’y ait pour autant de conflits ou de concurrences entre les pratiques. La connaissance d’une innovation n’implique pas nécessairement son application. Cette idée est développée dans l’article de François Réchin à propos du tour de potier. L’immobilisme est ici présenté comme un choix de société. Ce qui a longtemps été perçu comme un blocage technique est aujourd’hui interprété comme une démarche réfléchie et volontaire de la part des sociétés réceptrices, qui n’éprouvent pas le besoin, ni la nécessité d’adopter la nouveauté21. L’introduction du tour de potier en Aquitaine vers la fin du ive et le début du iiie siècle av. J.-C. découle de l’arrivée de populations exogènes. Il en résulte que se mettent en place deux circuits de production parallèles dans le même espace : celui des artisans locaux produisant une céramique modelée et celui des artisans étrangers fabriquant une céramique tournée. Outre cette présence nécessaire de spécialistes pour créer l’impulsion novatrice, Alexis Gorgues prolonge cette réflexion en mettant en exergue le rôle joué par les élites locales dans la circulation de l’information technique et l’intérêt qu’ils ont à ce que l’innovation technologique soit au service d’un conservatisme sociopolitique. Prolongeant ces constats, Michel Pernot propose d’expliquer en partie les évolutions technologiques dans le domaine de la métallurgie du cuivre par la transformation de la fonction sociale des artisans. En effet, de fabricants des attributs du pouvoir, ceux-ci deviennent, durant les trois derniers siècles du millénaire, des producteurs de séries pour une vaste consommation, révélant de profonds changements du fonctionnement économique des sociétés.

  • 22 Ndiaye, 2003, p. 1.

20La dimension essentielle de mobilité se retrouve également dans l’étude de Raquel Vilaça. L’auteure met en avant le fait que les premiers fers ont été retrouvés au Portugal dans des contextes du Bronze final, importés en tant qu’objets de prestige servant en partie à légitimer le pouvoir en place. La possession de la nouveauté consolide la position sociale de l’acquéreur autant qu’elle pérennise les réseaux d’échanges. Néanmoins, l’innovation technologique peut naître en dehors des grands déplacements méditerranéens ou continentaux. La coexistence de deux traditions technologiques et de deux styles, atlantiques, au sein d’un même objet est illustrée par l’article de Barbara Armbruster. Le torque de Sintra (Lisbonne) est le fruit de la rencontre des types Sagrajas-Berzocanas et Villena-Estrenoz et témoigne de la capacité des orfèvres de la fin de l’âge du Bronze à digérer l’innovation pour créer un artefact singulier. Néanmoins, les grandes mutations, aussi bien technologiques que stylistiques, que connaît l’orfèvrerie péninsulaire durant la période orientalisante proviennent des apports techniques des Orientaux, apports que les sociétés péninsulaires étaient prêtes à accueillir et à adapter à leurs usages. Cette dernière considération renvoie à la définition même de l’innovation technologique qui, « à la fois […] ouvre un nouvel horizon des possibles et […] enveloppe un potentiel implicite, imprédictible dans les tenues et les figures de la culture où elle apparaît22 ». Cette ouverture, et l’échange technologique qui en résulte, est particulièrement bien montrée au travers de la contribution d’Hélène Le Meaux. L’historienne de l’art montre l’existence de fortes interactions entre divers artisanats de la péninsule Ibérique — ivoire et os, ivoire et terre cuite, ivoire et toreutique, coquilles d’œufs et pierre ou terre cuite. La mobilité technologique, en liant différents corps de métiers, participe à la formation d’une communauté d’art aux viie-vie siècles av. J.-C.

  • 23 Belkaïd et Guerraoui, 2003, p. 126.

21L’intégration de l’élément technologique résulte d’une rencontre entre deux cultures, d’un contact entre deux systèmes de pensée et de pratiques. À côté de ses potentialités fonctionnelles, les modalités de transmission apparaissent ici capitales pour expliquer la propagation de l’innovation. Par ailleurs, l’objet en tant que produit social permet d’aller au-delà de la réflexion basée sur des critères strictement physiques et d’aborder la dimension d’identité culturelle qu’il véhicule. D’un point de vue anthropologique, « l’intégration d’un objet se réalise […] au prix de sa nécessaire transformation, dans un double mouvement d’assimilation et de différenciation »23. Il serait donc vain d’étudier l’innovation technologique indépendamment des êtres qui la portent et d’établir ainsi des modèles de transfert rigide : différentes stratégies se mettent en place autour des processus de réception et d’émission de la nouveauté, ce qui contribue à sans cesse renouveler l’identité culturelle du récepteur, jusqu’à éventuellement la faire disparaître. C’est ce que montre l’analyse de Nathalie Barrandon portant sur les écritures paléohispaniques et sur leurs supports. L’intégration civique à l’époque tardorépublicaine romaine, qui passe par la latinisation des pratiques scripturales, sonnera le glas des usages préromains.

Haut de page

Bibliographie

Alvar, Jaime (1990), « El contacto intercultural en los procesos de cambio », Gerión,8, pp. 11-27.

Andreau, Jean (2010), L’économie du monde romain, Paris.

Barré, Philippe (2011), « Les dynamiques de construction des règles de transferts de technologies université – industrie », Revue Interventions économiques, 43, <http://interventionseconomiques.revues.org/1364> (publié le 01 mai 2011 et consulté le 19 janvier 2012).

Bats, Michel (2006), « L’acculturation et autres modèles de rencontres de cultures en protohistoire européenne », dans Celtes et Gaulois : l’archéologie face à l’histoire. Les civilisés et les barbares. Actes de la table ronde internationale de Budapest (Budapest, 17-18 mai 2005), Glux-en-Glenne, pp. 29-41.

Belkaïd, Nadia, Guerraoui, Zohra (2003), « La transmission culturelle : le regard de la psychologie interculturelle », Empan, 51, pp. 124-128.

Bruneau, Philippe (1984-1985), « L’histoire de l’archéologie : enjeux, objet, méthode », Ramage, 3, pp. 129-162.

Dhennequin, Laurent (2007), « Modélisation de la circulation des épées en bronze du premier âge du Fer à partir de leur étude technique », dansPierre Rouillard, Catherine Perlès et Emmanuel Grimaud (éd.), Mobilités, immobilismes : l’emprunt et son refus, Paris, pp. 109-118.

Dumontier, Patrice, Convertini, Fabien (2009), « Origine du mobilier céramique du Bronze ancien et moyen de la sphère des Pyrénées nord-occidentales », Bilan scientifique de la région Aquitaine, pp. 210-211.

Ellul, Jacques (1977), Le système technicien, Paris.

Feugère, Michel (2007), « Techniques, production, consommations : les sens des objets », Facta, 1, pp. 21-30.

Garcia, Dominique, Meeks, Dimitri (1997), Techniques et économie antiques et médiévales. Le temps de l’innovation. Actes du colloque d’Aix-en-Provence (Aix-en-Provence, 21-23 mai 1996), Paris.

García-Bellido María Paz, Callegarin Laurent, Jimenez Diéz Alicia (éd.) [2011], Barter, money and coinage in the ancient Mediterranean (10th –1st centuries BC), Anejos de Anuario Español de Archeología (cité plus loin AEspA), 58, Madrid.

Guilaine, Jean (2003), De la vague à la tombe. La conquête néolithique de la Méditerranée, Paris.

Leroi-Gourhan, André (1943), L’homme et la matière, Paris.

Leroi-Gourhan, André (1945), Milieu et techniques, Paris.

Merger, Michèle (dir.) [2006], Transferts de technologie en Méditerranée, Paris.

Ndiaye, PapaAmadou(2003), « Signification culturelle de l’innovation technologique », Éthiopiques, 62, pp. 1-4.

Perlès, Catherine (2007) « Diffusions, emprunts, refus d’emprunt : les acteurs humains », dans Pierre Rouillard, Catherine Perlès et Emmanuel Grimaud (éd.), Mobilités, Immobilismes. L’emprunt et son refus, Paris, pp. 319-326.

Pomey, Patrice (éd.) [2009], Transferts technologiques en architecture navale méditerranéenne de l’Antiquité aux temps modernes : identité technique et identité culturelle. Actes de la Table Ronde Internationale d’Istanbul (Istanbul, 19-22 mai 2007), Paris.

Quilliec, Bénédicte (2005), « Échanges et circulation des techniques en Europe atlantique à l’âge du Bronze : une modélisation à partir des données archéologiques recueillies sur les épées », M@ppemonde, 4,  <http://mappemonde.mgm.fr/num8/articles/art05405.html>.

Rouillard, Pierre, Perlès, Catherine, Grimaud, Emmanuel (éd.) [2007], Mobilités, immobilismes : l’emprunt et son refus, Paris.

Sabinot, Catherine (2007), « Mobilités, immobilismes. Imitation, transfert et refus d’emprunt » (compte rendu de colloque, Nanterre, 8-9 juin 2006), Natures Sciences Sociétés, 15, pp. 432-434.

Villeneuve, François (2002), « Frontières et transferts culturels. Quelques notes d’un antiquisant », Hypothèses, Paris, pp. 213-220.

Wateau, Fabienne, Rouillard, Pierre (coord.) [2010], « L’objet de main en main », dossier publié dans le nº 40 (1) des Mélanges de la Casa de Velázquez, pp. 9-145

Haut de page

Notes

1 Ces journées s’inscrivent également parmi les réalisations d’un programme de recherche, porté par l’université de Bordeaux III (responsable : Alexis Gorgues) et financé par la région Aquitaine, qui s’intitule Un artisanat en réseaux. Innovation et transferts de technologie au Ier millénaire av. J.-C. dans le sud-ouest de l’Europe.

2 Alvar, 1990 entre autres.

3 Garcia et Meeks, 1997 ; Pomey, 2009.

4 Bruneau, 1984-1985, p. 140.

5 Rouillard et alii, 2007. Voir le compte rendu qu’en a fait Catherine Sabinot (Sabinot, 2007) ; Merger, 2006. Ce phénomène nourrit une réflexion contemporaine dans le cadre étroit de la Recherche & Développement dans nos sociétés post-industrielles et dans celui plus vaste de la mondialisation (Barré, 2011).

6 Voir par exemple Wateau et Rouillard (coord.), 2010.

7 Voir la mise en garde de Jean Andreau (Andreau, 2010, pp. 12-22).

8 Guilaine, 2003, pp. 103-112.

9 Le mot technology, non inventé mais systématisé par Jacob Bigelow grâce à son ouvrage Elements of technology (1829), suggère la convergence entre les arts (tekhnê) qui, empiriques, s’inscrivent davantage dans une tradition, et les savoirs scientifiques et techniques (logos).

10 Cette idée, issue des philosophies progressistes du xviiie siècle, n’est pas toujours opérante dans le domaine de la culture matérielle. Voir, à titre d’exemple, l’introduction de la chamotte dans la fabrication des vases dans l’aire pyrénéenne à la fin du Néolithique, introduction qui n’implique pas une amélioration de la production d’après les premiers résultats des travaux de l’équipe dirigée par P. Dumontier et F. Convertini (Dumontier et Convertini, 2009).

11 Voir les travaux d’A. Leroi-Gourhan sur cette question : Leroi-Gourhan, 1943 ; Id., 1945.

12 Voir les écrits d’Aristote (Éthique à Nicomaque, V, 8 et Politique, I, 9-10) sur la mise en place de la monnaie frappée.

13 Feugère, 2007, p. 22.

14 Ellul, 1977.

15 Perlès, 2007, p. 325.

16 Voir les travaux de Michel Bats, notamment Bats, 2006.

17 Dhennequin, 2007.

18 Feugère, 2007, p. 28.

19 Villeneuve, 2002.

20 Ndiaye, 2003, p. 1.

21 Dans ce même ordre d’idée, voir le récent ouvrage Money and Coinage in the ancient Mediterranean (García-Bellido et alii, 2011) dans lequel différents auteurs, dont Ma P. García-Bellido ou R. M. S. Centeno, reviennent sur la coexistence des pratiques prémonétaires et monétaires dans la péninsule Ibérique durant le second âge du Fer.

22 Ndiaye, 2003, p. 1.

23 Belkaïd et Guerraoui, 2003, p. 126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Callegarin et Alexis Gorgues, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-1 | 2013, 9-18.

Référence électronique

Laurent Callegarin et Alexis Gorgues, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/4767

Haut de page

Auteurs

Laurent Callegarin

Articles du même auteur

Alexis Gorgues

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org