Navigation – Plan du site
Dossier. Les transferts de technologie au premier millénaire av. J.-C. dans le sud-ouest de l’Europe

Les techniques de l’orfèvrerie orientalisante : un cas de transfert technologique au début de l’Âge du Fer

Las técnicas de la orfebrería orientalizante. Un caso de transferencia de tecnología a comienzos de la Edad de Hierro
Orientalising gold- and silver-working techniques. A case of technology transfer in the early Iron Age
Barbara Regine Armbruster
p. 65-83

Résumés

La technologie de l’orfèvrerie orientalisante de l’Âge du Fer en péninsule Ibérique se développe sur la base solide des traditions atlantiques des ors de l’Âge du Bronze final. Elle s’enrichit dans un premier temps par des innovations indigènes et se transforme finalement sous les fortes influences exogènes venant de Méditerranée. La présente étude retrace les origines et les évolutions du savoir-faire technique du travail de l’or à une époque marquée par d’intenses échanges culturels et par d’importants changements affectant les sociétés et les identités. L’objectif poursuivi est de mettre en exergue les mécanismes de transfert des connaissances technologiques, artistiques et artisanales entre orfèvres de deux traditions et de deux identités culturelles différentes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Arruda, 2002 ; Celestino Pérez et Jiménez Avila, 2005.
  • 2 Aubet, 2001 ; Perea, 2005.
  • 3 Correia, 2005 ; Celestino Pérez et Blanco Fernández, 2006.
  • 4 Fernandez Flores et Rodriguez Azogue, 2007.
  • 5 Perea et Armbruster, 2008 ; Nicolini, 1990.
  • 6 Armbruster et Perea, 2009.

1La période orientalisante commence dans la péninsule Ibérique à partir du ixe siècle av. J.-C., soit à la fin de l’Âge du Bronze, avec l’arrivée des commerçants étrangers sur les côtes méditerranéennes et atlantiques1. Des Phéniciens venant de la Méditerranée orientale s’installèrent entre Cadix et Almeria dès le ixe siècle av. J.-C. pour mener des échanges avec les indigènes ; quant aux Grecs, ils s’implantèrent à partir du vie siècle av. J.-C. essentiellement sur la côte catalane2. Bien que les installations phéniciennes sur les côtes méridionales et orientales de l’Espagne, ainsi que dans la vallée du Guadalquivir, soient archéologiquement les plus connues, les Phéniciens s’établirent également sur le territoire actuel du Portugal et possiblement dans les terres intérieures de l’Estrémadure, comme en témoignent des objets de prestige en or3. La présence de ces colons méditerranéens est liée à l’exploitation des importants gisements métallifères de la péninsule Ibérique, riches en or, en argent, en cuivre, en étain et en plomb. Ils apportaient avec eux leurs savoir-faire, leurs coutumes et leurs rites religieux. Le légendaire « royaume de Tartessos » en Andalousie est le fruit du phénomène orientalisant et des échanges entre indigènes et exogènes4. Le trafic des métaux et des autres biens de valeur prit de l’ampleur et connut un accroissement continu durant tout le millénaire. Tout au long de la phase de colonisation, les étrangers jouèrent un rôle primordial dans le développement de l’expression culturelle et artistique. Les produits de l’orfèvrerie de la période orientalisante, phase qui s’achève avec la naissance de la culture ibérique à partir du vie siècle, sont un indicateur sensible, reflétant les changements induits par les influences culturelles externes5. Les aspects morphologiques et technologiques des parures en or permettent de retracer les origines et les étapes du long processus d’évolution qui débute dans une tradition et une identité atlantiques de l’Âge du Bronze, et qui aboutit à l’orfèvrerie ibérique de tradition orientalisante porteuse d’une identité méditerranéenne6.

Les traditions atlantiques : les ors du Bronze final de la péninsule Ibérique

2L’orfèvrerie de l’Âge du Bronze final en Espagne et au Portugal (environ 1300-700 av. J.-C.) est caractérisée par des bijoux massifs de deux types principaux : les torques et bracelets massifs du type Sagrajas/Berzocana, et les bracelets et bagues du type Villena/Estremoz. Ces deux types se distinguent technologiquement, puisque le premier comporte des objets issus des techniques de la déformation plastique, alors que le second se base sur la technique de la coulée à la cire perdue et l’utilisation du tour.

  • 7 Armbruster, 2000, p. 141, pl. 33, 1.

3Le type Sagrajas/Berzocana est désigné ainsi d’après deux dépôts de torques : l’ensemble de Sagrajas (Badajoz), composé d’un double torque pourvu d’un système de fermeture encastré, de quatre bracelets de section circulaire non décorés et d’un torque de section quadrangulaire, et le dépôt de Berzocana (Cáceres), qui comprend deux torques ouverts qui reposaient dans une coupe en bronze7. Ces bijoux sont caractérisés par une forme d’anneaux de section circulaire, un décor géométrique incisé et, pour certains exemplaires, un système de fermoirs encastré (fig. 1). Les aspects technologiques spécifiques des torques et bracelets de type Sagrajas/Berzocana reposent sur des techniques de la déformation plastique, comme le martelage pour la mise en forme et la ciselure pour le décor.

Fig. 1. — Exemples des deux types prédominants de l’Âge du Bronze final en péninsule Ibérique, S/B et V/E

Fig. 1. — Exemples des deux types prédominants de l’Âge du Bronze final en péninsule Ibérique, S/B et V/E

a. Le torque à fermoir encastré d’Evora (Portugal)
b. et c. Les bracelets de Torrecilla (Espagne) et d’Estremoz (Portugal)

(photos B. Armbruster)

  • 8 Armbruster et Perea, 1994.

4Le deuxième type de bijoux dominant du Bronze final du sud-ouest de l’Europe est nommé type Villena/Estremoz, d’après deux découvertes phares. Le trésor espagnol de Villena (Alicante) réunit des bijoux, dont 28 bracelets, et de la vaisselle, dont 11 coupes, 2 bouteilles en or et 3 autres en argent. L’ensemble est constitué de 9 kg d’or, d’un demi-kilo d’argent, d’ambre, et d’objets en fer qui comptent parmi les premiers fers de la péninsule Ibérique. Le bracelet d’Estremoz (Evora), est un bracelet de forme cylindrique parfaite, d’un poids remarquable (978 g) et d’une finesse d’exécution de très haut niveau (fig. 1c). Les caractéristiques des bijoux du type Villena/Estremoz sont une forme cylindrique et un relief complexe, parfois combiné avec des séries de perforations8. Les particularités technologiques de ce type sont la coulée à la cire perdue et l’application du tour dans le façonnage du modèle en cire.

  • 9 Armbruster, 2004.

5Le tour est l’un des premiers dispositifs complexes dans l’artisanat des métaux précieux9. L’utilisation du mouvement rotatif peut être considérée comme le début du développement de la mécanisation dans la production artisanale. Le tour à mouvement alternatif est mis en rotation à l’aide d’un arc ou d’une corde. Pendant le mouvement rotatif de va-et-vient, un outil coupant qui, tenu à la main, repose sur un support, façonne le noyau en argile, puis le modèle en cire. L’archéologie expérimentale, les recherches ethnoarchéologiques, ainsi que les représentations graphiques apportent de nombreuses et précieuses informations qui permettent une meilleure compréhension du fonctionnement du tour, et qui autorisent un développement des modèles d’explication du contexte de production. Le tour appliqué à l’orfèvrerie est un phénomène particulier qui caractérise les parures atlantiques du Bronze final dans la péninsule Ibérique.

Le phénomène d’hybridation de l’orfèvrerie à l’aube de l’Âge du Fer : innovations indigènes, influences exogènes et persistance des traditions locales

6Un changement profond s’annonce dans l’orfèvrerie atlantique dès la fin de l’Âge du Bronze final et pendant la phase de transition Bronze/Fer (vers 800-700 av. J.-C.). Se développant en plusieurs étapes, ce long processus de mutation débute avec la création d’objets de culte et de parures hybrides, combinant plusieurs pièces d’orfèvrerie de types et de techniques différents. On peut considérer cette phase comme une période d’expérimentation, aussi bien sur le plan technique que morphologique et symbolique.

  • 10 Armbruster et Parreira, 1993, pp. 140-143.

7Le premier cas d’hybridation, qui va vers une diversification technologique et typologique par le rapprochement des deux aires technologiques atlantiques — Sagrajas/Berzocana et Villena/Estremoz —, se manifeste dans des bijoux complexes (fig. 2a). Le triple torque de Sintra (Lisbonne) et le bracelet de Cantonha (Braga) sont des exemples de bijoux composites hybrides. Du point de vue technique, cette hybridation est basée sur l’assemblage par la coulée secondaire de bijoux auparavant fabriqués et portés séparément. Des torques ou bracelets massifs du type Sagrajas/Berzocana, issus du martelage, sont combinés avec des éléments coulés à la cire perdue du type Villena/Estremoz. Dans le cas du bracelet complexe de Cantonha, un fragment de type Villena/Estremoz se trouve placé entre deux bracelets du type Sagrajas/Berzocana10. En ce qui concerne le torque de Sintra, c’est un fragment de bracelet de type Villena/Estremoz qui est transformé en fermoir. Qui plus est, quatre éléments coulés et tournés en forme de coupelles à décor concentrique sont fixés par rivetage. Il s’agit dans les deux cas d’une innovation indigène, qui mélange des éléments stylistiques et technologiques atlantiques.

Fig. 2. — Exemples portugais d’orfèvrerie hybride à la fin de l’Âge du Bronze final

Fig. 2. — Exemples portugais d’orfèvrerie hybride à la fin de l’Âge du Bronze final

a. Le triple torque de Sintra ;
b. et c. La paire de bracelets de Torre Vã

(photos B. Armbruster)

  • 11 Perea et alii, 2003.

8Le deuxième cas d’hybridation a un lien direct avec le type Villena/Estremoz et l’utilisation du tour, et montre le mariage entre la technologie atlantique et de nouvelles formes d’objets rituels méditerranéens. Le dépôt tartessien de Lebrija (Séville) consiste en six grands objets en forme de bâtons cannelés creux, surnommés « candélabres », destinés à la pratique d’un culte oriental (fig. 3). Des nécessités, correspondant à une nouvelle situation sociale et religieuse, imposaient une adaptation de la population locale aux nouvelles croyances. Malgré leur fonction au sein d’un culte méditerranéen, ces œuvres d’orfèvrerie ont été réalisées avec une technologie de tradition atlantique, notamment la cire perdue avec un dispositif rotatif évoquée plus haut pour les bracelets du type Villena/Estremoz11. Des côtes régulières de ces longs bâtons ont été fabriquées à l’aide d’un tour usinant le modèle en cire. La coulée à la cire perdue a été effectuée sur un noyau. Tous les « candélabres » de l’ensemble de Lebrija ont été conçus en deux morceaux creux, fabriqués séparément. Pour être plus précis, la deuxième moitié est modelée en cire sur un embout de l’autre moitié déjà coulé en or. Le joint se fait donc à la coulée secondaire. La nécessité de cet assemblage est dictée à la fois par la grande taille (70 cm de hauteur) et par le poids considérable (un peu plus d’1 kg) de chacune des pièces, difficilement réalisables en une seule coulée. Ces produits issus d’une ancienne technologie indigène, employée au service d’une nouvelle typologie et d’un nouveau culte, introduits par des colons phéniciens, témoignent d’une interaction entre artisans et autorités atlantiques et méditerranéennes. Ainsi, les derniers reflets des traditions atlantiques, comme la coulée à la cire perdue et la technologie du tour, se manifestent dans les objets du dépôt de Lebrija. Ils sont paradigmatiques d’une adéquation technologique comme réponse à de nouvelles conditions socio-économiques qui ne permettent pas une utilisation généreuse de la matière première comme c’était le cas pour la production des bijoux massifs et lourds de l’Âge du Bronze final. Malgré l’impression de massivité que donnent les « candélabres », ceux-ci sont coulés en creux.

Fig. 3. — Les « candélabres de Lebrija », Espagne

Fig. 3. — Les « candélabres de Lebrija », Espagne

(D-DAI-MAD-WIT-DMF-825, photo P. Witte, d’après Archäologischer Kalender, 2003, Z/abernverlag, Mainz)

Nouvelles technologies méditerranéennes de la soudure, de la granulation et du filigrane : acculturation et transfert du savoir-faire

  • 12 Wolters, 1986 ; Id., 1987.

9À la fin de la période d’expérimentation, qui applique la technique de la coulée secondaire pour composer plusieurs éléments, l’innovation technologique exogène de la soudure est introduite. Cette dernière est une technique d’assemblage à chaud avec un apport métallique. La soudure utilisée dans la péninsule Ibérique est un alliage d’or avec un pourcentage d’argent ou de cuivre légèrement plus élevé que celui des pièces à assembler. En conséquence, la soudure possède un point de fusion plus bas et fond plus tôt que le métal à souder. Dans cette étape d’hybridation, qui prépare la voie à un profond changement culturel, on note la rencontre de deux aires technologiques : les productions de l’extrême sud-ouest de l’Europe se transforment au contact d’une technologie et/ou d’une morphologie venant de l’est. Les influences méditerranéennes impliquent une nouvelle conception du bijou qui se présente alors composé d’éléments en fines tôles d’or, plus légers, moins gourmands en matière première. Le nouveau style de formes et de décors orientalisants est basé sur des nouvelles technologies. L’introduction de la soudure comme moyen d’assemblage permet aux orfèvres de construire de nouveaux objets, creux, complexes, légers ; le filigrane et la granulation12, deux techniques employées en Méditerranée orientale depuis le IIe millénaire av. J.-C., autorisent le développement d’une décoration novatrice.

  • 13 Armbruster et Parreira, 1993, pp. 74-83.

10Parmi les premiers objets péninsulaires fabriqués à l’aide de la soudure, figurent deux torques à fermoirs encastrés du trésor d’Álamo (Beja) [fig. 4]13. Ils correspondent morphologiquement par leur forme, leur décor et leur langage symbolique aux torques massifs du type atlantique de Sagrajas/Berzocana, pourtant leur fabrication est déjà basée sur la nouvelle technologie méditerranéenne d’assemblage. Dans ce cas précis, il s’agit de tubes en tôle d’or de section circulaire facilitant la production, à moindre coût, d’objets creux d’apparence massive. On peut même parler de trompe-l’œil ou d’une sorte d’imitation. Leur décor est réalisé par ciselure, comme sur les torques massifs. L’un des deux objets, le triple torque, est constitué de trois tubes et de deux rubans intermédiaires décorés avec des éléments de filigrane de facture grossière. La technique de décor du filigrane utilise comme éléments ornementaux des segments de fils, arrangés sur la surface métallique et fixés par soudure. Torques creux, d’apparence atlantique, et correspondant clairement à un savoir-faire technique méditerranéen, ce sont des prototypes pour la transmission d’une nouvelle technè et pour une utilisation économique du métal précieux sans véritable transmission de nouveau style.

Fig. 4. — Le trésor d’Alamo, avec des détails du fermoir encastré portant un décor de filigrane

Fig. 4. — Le trésor d’Alamo, avec des détails du fermoir encastré portant un décor de filigrane

(photos B. Armbruster)

11Les premiers bijoux à la soudure montrent qu’un transfert technologique par un échange direct entre artisans indigènes et exogènes, avec transmission du savoir technologique et une transformation dans l’artisanat local, a eu lieu. L’apparition des premières soudures signale en conséquence un véritable contact entre individus orientaux et occidentaux, et conduit à un bouleversement technologique et stylistique dans l’orfèvrerie de la péninsule Ibérique.

  • 14 Armbruster et Parreira, 1993, p. 209, fig. 155.
  • 15 Wolters, 1986.

12Tandis que les premiers vestiges de filigrane apparaissent sur le triple torque d’Álamo, les premiers bijoux portant un décor de granulation proviennent également de la région de Beja, notamment du site de Torre Vã (fig. 2b et 2c, p. 68). Les deux bracelets de Torre Vã sont composés d’un corps creux coulé à la cire perdue, d’embouts comparables à des éléments décoratifs du triple torque de Sintra, caractéristiques de l’Âge du Bronze final, et d’un décor en granulation. Ils présentent les stigmates d’assemblage par soudures pour fixer les éléments des extrémités, ainsi que pour l’application des grandes granules en or. Il semble que cette granulation grossière soit une première tentative locale pour réaliser des bijoux ressemblant aux productions méditerranéennes14. La technique de décor de la granulation consiste en la fixation par soudure de petites granules d’or rangés sur la surface, en motif géométrique ou figuratif15.

  • 16 Perea et Armbruster, 1998.

13Le dépôt d’El Carambolo (Séville) est un témoignage caractéristique de l’orfèvrerie tartessienne16. Cet ensemble complexe est constitué de 21 bijoux richement décorés, dont un collier, des plaques rectangulaires, des pectoraux en forme de peau de bœuf et des brassards. Les grands brassards d’El Carambolo, composés de multiples pièces assemblées par soudure, sont des exemples de la nouvelle conception du bijou orientalisant (fig. 5a). Ces bijoux rappellent certains éléments morphologiques des lourds bracelets cylindriques du Bronze final. Ils ont en commun avec le type Villena/Estremoz des séries de pointes coniques, ressemblant aux pointes massives des parures anciennes, mais ici elles sont creuses et élaborées dans un ruban en tôle. Les cylindres en tôle sont entièrement couverts d’appliques décoratives, de séries de petites calottes, de suites de pointes coniques, de tôles à motif floral et des fils de filigrane (fig. 5b). La reproduction de multiples éléments décoratifs identiques en grande série est rendu possible par l’emploi de matrices. Tous ces éléments conduisent à une utilisation raisonnée de la matière précieuse et à une certaine standardisation dans l’orfèvrerie de l’Âge du Fer.

Fig. 5. — Brassard du trésor d’El Carambolo (Espagne), composé d’un grand nombre d’éléments

Fig. 5. — Brassard du trésor d’El Carambolo (Espagne), composé d’un grand nombre d’éléments

(a.), dont des petites tôles décoratives en relief, travaillées sur des matrices (b.)

[photos B. Armbruster]

  • 17 Celestino Pérez et Blanco Fernández, 2006.
  • 18 Perea et alii, 2010, pp. 84-104.

14Le riche ensemble de parures en or orientalisant d’Aliseda (Cáceres) a été découvert en contexte funéraire et daté de la fin du viie siècle av. J.-C.17. Il est composé, entre autres, d’un grand plat et de parures en or, dont des bracelets, des bagues, des colliers articulés, un torque, une ceinture et des pendentifs d’oreille. Une partie des bijoux est amplement décorée de filigrane, de granulation et d’incrustations de pierres (fig. 6a)18. Les autres sont réalisés en creux à partir de pièces en tôles dépourvues de décor. La ceinture rubanée, composée de multiples plaques, porte sur les tôles en relief une remarquable ornementation en granulation. Contrairement à la majorité des motifs en granulation, les motifs floraux et figuratifs sont dans ce cas dans le relief de la tôle et dépourvus de granules, tandis que l’arrière-plan est couvert de granulation (fig. 6b). Le héros combattant un lion, un griffon ou un sphinx, est un motif ibérique très répandu.

Fig. 6.

Fig. 6.

a. Ensemble funéraire d’Aliseda. b. Détail de la granulation de la ceinture

(photos B. Armbruster)

  • 19 Ferreira da Silva, 1991.

15Le trésor de Baião (Porto) est un exemple portugais de l’orfèvrerie tartessienne de la période orientalisante. Il est constitué d’un collier, de pendentifs d’oreille, d’appliques discoïdales et d’éléments décoratifs rectangulaires19. Les boucles d’oreille, nommées arracadas, et le collier à multiples pendentifs en forme de glandes s’intègrent dans le répertoire de parures orientalisantes. L’orfèvrerie tartessienne témoigne d’un début de rupture avec les traditions atlantiques. L’abandon de ces traditions est le résultat d’interactions entre le monde indigène et les colons phéniciens.

  • 20 Perea, 1997, p. 61 ; Almagro-Gorbea, 1989, p. 75.

16L’orfèvrerie ibérique, aboutissement de l’évolution de l’orfèvrerie orientalisante, conduit à un changement complet d’orientation et à l’intégration de la péninsule Ibérique au monde méditerranéen entre le milieu du vie et la fin du iie siècle av. J.-C. La granulation, le filigrane et le travail des tôles minces en relief sont dès lors les techniques prédominantes dans la production de l’or. Le diadème à extrémités triangulaires de l’ensemble de Jávea (Alicante), daté de la fin du ve-début du ive siècle av. J.-C., est un modèle caractéristique de cette époque (fig. 7)20.

Fig. 7. — Le diadème de Javéa (Espagne), avec le détail du filigrane

Fig. 7. — Le diadème de Javéa (Espagne), avec le détail du filigrane

(photos B. Armbruster)

  • 21 Meeks, 2011 ; Perea et Armbruster, 2011 b.

17La fibule de guerrier de Braganza, datée du iiie siècle av. J.-C., est notre dernier exemple de l’Âge du Fer dans la péninsule ibérique. Combinant une iconographie ibérique avec un armement typique de l’époque de La Tène, elle est composée de multiples éléments fabriqués individuellement selon plusieurs techniques puis assemblés par soudure (fig. 8)21. Cette fibule raconte une histoire d’initiation d’un jeune guerrier ibérique ou céltibère qui doit combattre un animal mythique. Sont représentés le personnage casqué, la bête mythique, trois têtes de chien et une tête de sanglier. Le décor non figuratif de cette fibule consiste en un décor de filigrane de fils de section circulaire, perlé ou torsadé, et d’émail. L’arc creux de la fibule est issu de la coulée à la cire perdue. Les jointures des différents éléments sont en grande partie réalisées par la coulée secondaire, bien que la soudure ait été employée à certains endroits. Les techniques de décoration comprennent également la ciselure. Il s’agit donc d’une œuvre d’orfèvrerie fortement symbolique, d’une complexité remarquable tant au niveau technologique que stylistique.

Fig. 8. — La fibule de guerrier de Braganza, Portugal

Fig. 8. — La fibule de guerrier de Braganza, Portugal

(photos B. Armbruster)

L’outillage de l’orfèvre

  • 22 Armbruster et alii, 2003.

18Les ateliers de fabrication de l’orfèvrerie de l’Âge du Bronze final et du début de l’Âge du Fer, notamment de la période orientalisante, sont mal connus. Les quelques outils de cette époque, découverts en Espagne et au Portugal, ne reflètent pas la haute technicité et l’importante quantité de la production en or22. Les abondantes parures des âges des métaux dans la péninsule Ibérique témoignent indirectement de l’habileté technique des orfèvres et suggèrent un riche équipement spécialisé pour le travail de l’or.

  • 23 Perea et Armbruster, 2011 a.
  • 24 Uroz Rodriguez, 2006.

19En provenance de la nécropole ibérique de Cabezo Lucero (Alicante), il existe néanmoins un ensemble exceptionnel d’outils exhumés dans la tombe d’un orfèvre et guerrier datant du ive siècle av. J.-C. Cette tombe 100 contenait, outre l’équipement d’armes en fer du guerrier, des outils en bronze, caractéristiques d’une grande partie de l’équipement d’un atelier d’orfèvre de l’Âge du Fer (fig. 9)23. Les instruments de mesure sont présents sous la forme d’un poids perforé (9,36 g) et de deux plateaux de balance. On recense également un marteau et une enclume à douille servant au martelage de tôles et de fils, des poinçons et des ciselets utilisés pour la ciselure, ainsi que 31 matrices présentant des motifs géométriques et figuratifs24. Les matrices portent un relief qui s’imprime, à l’aide d’une pointe arrondie, dans des tôles fines utilisées dans les compositions complexes des parures de l’Âge du Fer. On retrouve l’un des thèmes caractéristiques de la période orientalisante, à savoir la lutte du héros guerrier et du monstre. Deux autres catégories d’outils, une pince en tôle de bronze pour plier les fils de filigrane, et deux embouts de chalumeau coulés en bronze, utilisés dans la soudure, sont pour la première fois attestées dans un contexte funéraire de l’Âge du Fer (fig. 10).

Fig. 9. — Une matrice de la tombe d’un guerrier et orfèvre ibérique de Cabezo Lucero, Alicante, Espagne

Fig. 9. — Une matrice de la tombe d’un guerrier et orfèvre ibérique de Cabezo Lucero, Alicante, Espagne

(photo B. Armbruster)

Fig. 10. — Les embouts en bronze de deux chalumeaux utilisés pour diriger la flamme lors de la soudure

Fig. 10. — Les embouts en bronze de deux chalumeaux utilisés pour diriger la flamme lors de la soudure

(photo B. Armbruster)

20Les éléments des parures et les petites appliques décoratives des bijoux orientalisants, comme les brassards d’El Carambolo, les pendentifs d’oreille de l’ensemble d’Aliseda ou les diadèmes articulés, sont des exemples d’application des matrices. La découverte de cette boîte à outils ibérique est inaccoutumée à la fois par le nombre élevé d’outils, notamment de matrices, et par l’association d’outils bien connus avec des instruments jamais documentés auparavant. Relevons qu’il manque dans cet ensemble l’outillage de la fonderie.

21Sur la base de cette découverte de Cabezo Lucero et des traces d’outils sur les objets, l’équipement d’un atelier d’orfèvre de l’Âge du Fer peut être hypothétiquement reconstitué. La balance et les poids, ainsi qu’une pierre de touche étaient les instruments du contrôle du métal — pesée et appréciation qualitative et quantitative de l’or. Un compas, une règle et une pointe à tracer servaient à mesurer et à dessiner les motifs et les contours. L’outillage des techniques du feu, comme la fonderie, le recuit et la soudure, se traduisait par un four muni d’un soufflet, des chalumeaux, des creusets, des pinces et des moules de coulée. La cire et moules en terre cuite ont été nécessaires pour la coulée à la cire perdue. Parmi l’outillage pour la déformation plastique, qui concerne les travaux à froid, figuraient des marteaux et des enclumes, des ciseaux pour découper, ainsi que des poinçons, des ciselets et le ciment du ciseleur. Les matières essentielles pour la finition, tels les acides pour le décapage des oxydes ou des pierres et matières abrasives pour le polissage, ont elles peu de chance d’être découvertes lors des fouilles archéologiques.

La technologie de l’or comme « culture matérielle active »

  • 25 Armbruster et Guerra, 2003.

22La méthodologie appliquée dans l’étude des aspects technologiques d’objets métalliques est interdisciplinaire, combinant les approches des sciences humaines et celles des sciences des matériaux25. En sciences humaines, l’archéologie et l’histoire de l’art, par l’étude du style, de la forme, du décor et de la fonction, interviennent dans l’examen direct de l’objet original. L’étude optique des traces d’outils et de l’état de surface de l’artefact joue un rôle primordial dans l’évaluation des techniques de la fabrication. Les analogies issues de l’iconographie, de l’ethnologie, de l’archéologie expérimentale et des sources écrites apportent des informations précieuses pour établir des modèles d’explication de la production artisanale. La radiographie, l’analyse de composition élémentaire, la microscopie électronique à balayage (MEB) et la tribologie sont des méthodes des sciences « dures » appliquées dans le domaine des recherches sur les technologies.

23Le regard croisé de ces différentes approches apporte de nouvelles connaissances sur l’orfèvrerie ancienne. La documentation des aspects technologiques des objets métalliques requiert l’usage de la macro et de la microphotographie, du dessin, du cliché radiographique et des images du microscope électronique à balayage.

24Dans la recherche archéologique, les analyses typologiques et théoriques sont particulièrement valorisées au détriment de l’approche technologique souvent regardée comme purement fonctionnelle. La technologie est trop souvent considérée comme partie intégrante des sciences dures, et par conséquent laissée aux scientifiques des matériaux, tandis que l’archéologie est considérée comme appartenant aux sciences humaines. Le clivage, créé par les scientifiques eux-mêmes, entre l’artefact d’un côté et la technologie et l’artisan de l’autre relève d’une dichotomie arbitraire, voire aberrante, totalement absente à l’Âge du Bronze.

  • 26 Inker, 2000.

25Le terme technologie (τεχνολογία - technología) signifie le traitement systématique de l’art, de la technique et de la science. L’expression technique (τέχνη - technē) désigne un mode spécifique et l’habileté d’utiliser la technologie pour manufacturer un objet particulier. La technologie et la technique font partie d’un concept qui possède un fort ancrage social. Les produits techniques constituent également les témoins matériels et archéologiquement tangibles d’une culture. La technologie des métaux peut alors être considérée comme une culture matérielle active, un facteur clef pour la compréhension du contexte social de la fabrication. La technologie matérialise des concepts humains en leur donnant une substance physique26. Le terme τεχνίτες nomme de la même façon les artisans et les artistes sans distinction.

26La technique, l’esthétique et les fonctions pratique et sociale sont directement et réciproquement liées, et interdépendantes. La technologie a été une composante signifiante de la culture matérielle des âges des métaux. À ce titre, les recherches sur les techniques des métaux apportent des connaissances substantielles au service de l’histoire et de l’archéologie visant à une meilleure compréhension des cultures sans écriture.

Épilogue

27L’objectif de cette étude était de retracer le développement de l’orfèvrerie orientalisante de la péninsule Ibérique, en mettant en exergue les apports des recherches sur la technologie des métaux et sur l’histoire des savoir-faire.

28L’émergence de cet art des métaux précieux est le résultat des influences et des interactions entre trois aires technologiques différentes : les deux aires atlantiques de Sagrajas/Berzocana et de Villena/Estremoz et l’aire méditerranéenne. Les mécanismes en action dans ces phénomènes de changements culturels, technologiques et identitaires peuvent être récapitulés de la manière suivante.

29Tout commence avec une orfèvrerie d’identité atlantique issue des traditions de l’Âge du Bronze final de la péninsule Ibérique que caractérisent les bijoux du type Sagrajas/Berzocana, torques massifs obtenus par martelage, et du type Villena/Estremoz, bracelets coulés à partir d’un modèle en cire tourné. L’innovation indigène à la fin du Bronze final et durant la transition Bronze/Fer consiste en la réalisation d’objets hybrides composés des deux types unis par la coulée secondaire. L’hybridation et le changement technologique et stylistique se manifestent comme conséquences de l’introduction à la fois d’une technologie « méditerranéenne », comme la soudure, et d’un style orientalisant. Une persistance d’éléments technologiques ou typologiques de l’Âge du Bronze demeure dans la culture de Tartessos. L’interaction entre artisans se lit au travers d’objets d’influence orientalisante fabriqués selon une technologie atlantique de l’Âge du Bronze. On constate un transfert du savoir-faire technique. La fin de ce développement est marquée par la rupture avec les traditions atlantiques. L’adaptation et l’intégration des influences méditerranéennes durant les périodes orientalisante et ibérique sonnent le glas de l’ascendance atlantique tout en révélant un profond changement culturel et l’émergence d’une nouvelle identité.

30Nonobstant leur exclusivité et leur rareté, les biens de prestige, comme les produits de l’orfèvrerie, sont porteurs de précieuses informations relatives aux traditions, aux influences ou à la symbolique, pouvant ainsi apprécier l’évolution des sociétés. La production de l’or se révèle comme l’un des marqueurs de l’histoire particulièrement parlant quand il s’agit de mesurer les interactions entre deux cultures, dont l’une, plus complexe, prendra le dessus sur l’autre au fil du temps. On peut constater que l’étude des œuvres d’orfèvre dévoile l’origine du savoir-faire technique des artisans de la péninsule Ibérique — domaine atlantique ou domaine méditerranéen —, ainsi que leur niveau technologique élevé. Les recherches sur la technologie de l’or apportent des connaissances non seulement sur les fortes traditions locales, sur les innovations indigènes ou les influences étrangères, mais aussi sur l’introduction de nouvelles croyances et pratiques rituelles, sur l’établissement de nouvelles relations sociales et le transfert d’une technologie avancée, avant l’abandon des traditions artisanales anciennes. Les aspects technologiques et stylistiques des objets de prestige ouvrent sur la dimension sociale, incluant l’adoption et l’intégration d’une nouvelle identité. Ils débouchent également sur un panorama de compétences et de spécialisation de haut niveau des orfèvres des âges des métaux dans la péninsule Ibérique.

Haut de page

Bibliographie

Almagro-Gorbea, Martín (1989), « Orfebrería orientalizante », dans Juan Antonio García Castro (éd.), El oro en la España prerromana, supplément nº 4 de la Revista de Arqueología, Madrid, pp. 68-81.

Armbruster, Barbara Regine (2000), Goldschmiedekunst und Bronzetechnik. Studien zum Metallhandwerk der Atlantischen Bronzezeit auf der Iberischen Halbinsel, Montagnac.

Armbruster, Barbara Regine (2004), « Le tournage dans l’orfèvrerie de l’Âge du Bronze et du premier Âge du Fer en Europe atlantique », dans Michel Feugère et Jean-Claude Gérold (éd.), Le tournage des origines à l’an mil. Actes du colloque de Niederbronn (octobre 2003), Montagnac, pp. 53-70.

Armbruster, Barbara Regine, Parreira, Rui (1993), Inventário do museu nacional de arqueologia. Colecção de ourivesaria , t. I : Do Calcolítico à Idade do Bronze, Lisbonne.

Armbruster, Barbara Regine, Perea, Alicia (1994), « Tecnologia de herramientas rotativas durante el Bronce Final Atlántico. El depósito de Villena », Trabajos de Prehistoria, 51 (2), pp. 69-87.

Armbruster, Barbara Regine, Comendador Rey, Beatriz, Perea, Alicia, Pernot, Michel(2003), « Tools and tool marks. Gold and bronze metallurgy in Western Europe during the Bronze and Early Iron Ages », dans Proceedings of the International Conference « Archaeometallurgy in Europe » (Milano, 24-26 September 2003), Milan, t. I, pp. 255-265.

Armbruster, Barbara Regine, Guerra, María Filomena (2003), « L’or archéologique, une approche interdisciplinaire », Techné, 18, pp. 57-62.

Armbruster, Barbara Regine, Perea, Alicia (2009), « Évolution des formes et des techniques dans l’orfèvrerie à la fin de l’Âge du Bronze atlantique et au début de l’Âge du Fer dans la péninsule Ibérique », dans Marie-Jeanne Roulière-Lambert, Alain Daubigney, Pierre-Yves Milcent, Marc Talon et Joël Vital (éd.), De l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer en France et en Europe occidentale (xe-viie siècle av. J.-C.) ; la moyenne vallée du Rhône aux Âges du Fer. Actes du XXXe colloque international de l’Association française pour l’étude de l’Âge du Fer (Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006), 27e supplément à la Revue archéologique de l’Est, pp. 441-452.

Arruda, Ana (2002), Los fenicios en Portugal. Fenicios y mundo indígena en el centro y sur de Portugal (siglos viii-vi a. C.), dossier publié dans le nº 5-6 des Cuadernos de Arqueología Mediterránea, Barcelone.

Aubet, María Eugenia (2001), The Phoenicians and the West. Politics, colonies and trade, Cambridge.

Celestino Pérez, Sebastián, Jiménez Avila, Javier(éd.) [2005], El periodo orientalizante. Actas del III Simposio Internacional de Arqueología de Mérida. Protohistoria del Méditerraneo Occidental, Anejos de AEspA, 35.

Celestino Pérez, Sebastián, Blanco Fernández, José Luis (2006), La joyeria en los origenes de Extremadura: el espejo de los dioses, Mérida.

Correia, Virgilio (2005), « A presença orientalizante a norte do Tejo e a ourivesaria arcaica do território português », dans Sebastián Celestino Pérez et Javier Jiménez Avila (éd.), El periodo orientalizante. Actas del III Simposio Internacional de Arqueología de Mérida. Protohistoria del Mediterráneo Occidental, Anejos de AEspA, 35, pp. 1215-1224.

Fernandez Flores, Alvaro, Rodriguez Azogue, Araceli (2007), Tartessos desvelado. La colonisazion Fenicia del suroeste peninsular y el origen y ocaso de Tartessos, Séville.

Ferreira da Silva, Armando Coelho (1991), « O Tesouro de Baião », Bayan, 2, pp. 42-52.

Inker, Peter (2000), « Technology as active material culture: The Quoit-brooch style », Medieval Archaeology, 44, pp. 25-52.

Meeks, Nigel (2011), « The Braganza fibula. Scientific investigation and technology », dans Alicia Perea (éd.), La fíbula de Braganza, Madrid, pp. 37-96.

Nicolini, Gérard (1990), Techniques des ors antiques. La bijouterie ibérique du viie au ive siècle, Paris (2 vol.).

Perea, Alicia (1997), « La véritable histoire de l’or ibérique », Dossiers d’Archéologie, 228, pp. 58-63.

Perea, Alicia (2005), « Relaciones tecnológicas y de poder en la producción y consumo de oro durante la transición bronce final-hierro en la fachada atlántica peninsular », dans Sebastián Celestino Pérez et Javier Jiménez Avila (éd.), El periodo orientalizante. Actas del III Simposio Internacional de Arqueologia de Mérida. Protohistoria del Méditerraneo Occidental, Anejos de AEspA, 35, pp. 1077-1088.

Perea, Alicia, Armbruster, Barbara Regine (1998), « Cambio tecnológico y contacto entre Atlántico y Mediterráneo: el depósito de El Carambolo, Sevilla », Trabajos de Prehistoria, 55 (1), pp. 121-138.

Perea, Alicia, Armbruster, Barbara Regine, Demortier, Guy, Montero, Ignacio (2003), « Tecnología atlántica para dioses mediterráneos. Los “candelabros” de oro tipo Lebrija », Trabajos de Prehistoria, 60 (1), pp. 99-114.

Perea, Alicia, Armbruster, Barbara Regine (2008), « Tradición, cambio y ruptura generacional. La producción orfebre de la fachada atlántica durante la transición bronce-hierro de la península Ibérica », dans Sebastián Celestino Pérez, Núria Rafel et Xosé-Lois Armada (éd.), Contacto cultural entre el Mediterráneo y el Atlántico (siglos xii-viii a.n.e.). La precolonización a debate, Madrid, pp. 509-520.

Perea, Alicia, García Vuelta, Óscar, Fernández Freire, Carlos (2010), El proyecto Au: estudio arqueométrico de la producción de oro en la Península Ibérica, Madrid.

Perea, Alicia, Armbruster, Barbara Regine (2011 a), « Tomb 100 at Cabezo Lucero: new light on goldworking in the fourth-century BC Iberia », Antiquity,85, pp. 158-171.

Perea, Alicia, Armbruster, Barbara Regine (2011 b), « Un desafío tecnológico: la fíbula de Braganza », dans Alicia Perea (éd.), La fíbula de Braganza, Madrid, pp. 97-108.

Uroz Rodriguez, Héctor (2006), El programa iconográfico religioso de la «tumba del orfebre» de Cabezo de Lucero (Guardamar del Segura, Alicante), Murcie.

Wolters, Jochem (1986), Die Granulation. Geschichte und Technik einer alten Goldschmiedekunst, Munich.

Wolters, Jochem (1987), « Filigran », dans Karl-August Wirth (éd.), Reallexikon zur Deutschen Kunstgeschichte, Munich, t. VIII, pp. 1062-1184.

Haut de page

Notes

1 Arruda, 2002 ; Celestino Pérez et Jiménez Avila, 2005.

2 Aubet, 2001 ; Perea, 2005.

3 Correia, 2005 ; Celestino Pérez et Blanco Fernández, 2006.

4 Fernandez Flores et Rodriguez Azogue, 2007.

5 Perea et Armbruster, 2008 ; Nicolini, 1990.

6 Armbruster et Perea, 2009.

7 Armbruster, 2000, p. 141, pl. 33, 1.

8 Armbruster et Perea, 1994.

9 Armbruster, 2004.

10 Armbruster et Parreira, 1993, pp. 140-143.

11 Perea et alii, 2003.

12 Wolters, 1986 ; Id., 1987.

13 Armbruster et Parreira, 1993, pp. 74-83.

14 Armbruster et Parreira, 1993, p. 209, fig. 155.

15 Wolters, 1986.

16 Perea et Armbruster, 1998.

17 Celestino Pérez et Blanco Fernández, 2006.

18 Perea et alii, 2010, pp. 84-104.

19 Ferreira da Silva, 1991.

20 Perea, 1997, p. 61 ; Almagro-Gorbea, 1989, p. 75.

21 Meeks, 2011 ; Perea et Armbruster, 2011 b.

22 Armbruster et alii, 2003.

23 Perea et Armbruster, 2011 a.

24 Uroz Rodriguez, 2006.

25 Armbruster et Guerra, 2003.

26 Inker, 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Exemples des deux types prédominants de l’Âge du Bronze final en péninsule Ibérique, S/B et V/E
Légende a. Le torque à fermoir encastré d’Evora (Portugal) b. et c. Les bracelets de Torrecilla (Espagne) et d’Estremoz (Portugal)
Crédits (photos B. Armbruster)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2. — Exemples portugais d’orfèvrerie hybride à la fin de l’Âge du Bronze final
Légende a. Le triple torque de Sintra ; b. et c. La paire de bracelets de Torre Vã
Crédits (photos B. Armbruster)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 3. — Les « candélabres de Lebrija », Espagne
Crédits (D-DAI-MAD-WIT-DMF-825, photo P. Witte, d’après Archäologischer Kalender, 2003, Z/abernverlag, Mainz)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 4. — Le trésor d’Alamo, avec des détails du fermoir encastré portant un décor de filigrane
Crédits (photos B. Armbruster)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 5. — Brassard du trésor d’El Carambolo (Espagne), composé d’un grand nombre d’éléments
Légende (a.), dont des petites tôles décoratives en relief, travaillées sur des matrices (b.)
Crédits [photos B. Armbruster]
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 6.
Légende a. Ensemble funéraire d’Aliseda. b. Détail de la granulation de la ceinture
Crédits (photos B. Armbruster)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 7. — Le diadème de Javéa (Espagne), avec le détail du filigrane
Crédits (photos B. Armbruster)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 8. — La fibule de guerrier de Braganza, Portugal
Crédits (photos B. Armbruster)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 9. — Une matrice de la tombe d’un guerrier et orfèvre ibérique de Cabezo Lucero, Alicante, Espagne
Crédits (photo B. Armbruster)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 10. — Les embouts en bronze de deux chalumeaux utilisés pour diriger la flamme lors de la soudure
Crédits (photo B. Armbruster)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4821/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Regine Armbruster, « Les techniques de l’orfèvrerie orientalisante : un cas de transfert technologique au début de l’Âge du Fer », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-1 | 2013, 65-83.

Référence électronique

Barbara Regine Armbruster, « Les techniques de l’orfèvrerie orientalisante : un cas de transfert technologique au début de l’Âge du Fer », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/4821

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org