Navigation – Plan du site
Dossier. Les transferts de technologie au premier millénaire av. J.-C. dans le sud-ouest de l’Europe

Des ivoires et des œufs : réflexions sur l’interaction art/technologie dans le contexte orientalisant de la première moitié du Ier millénaire avant J.-C. en péninsule Ibérique

Marfiles y huevos. Reflexiones sobre la interacción entre arte y tecnología en el contexto orientalizante de la primera mitad del primer milenio a.C en la Península Ibérica
Of ivories and eggs. Considerations on the interaction of art and technology in the orientalising context of the first half of the 1st millennium BCE in the Iberian Peninsula
Hélène Le Meaux
p. 85-110

Résumés

Les ivoires et les coquilles d’œufs d’autruche, matériaux exotiques par excellence, se trouvent au centre des échanges qui s’opèrent dans le bassin méditerranéen au début du Ier millénaire. Le terme transfert sous-tend des paramètres géographiques, chronologiques, ethniques qui peuvent se combiner. Nous étudions ici l’origine de chacune des composantes des objets archéologiques : matière première, forme de l’objet et techniques mises en œuvre. De leurs associations se dégagent des caractéristiques artistiques. À l’échelle péninsulaire, nous avons pu mettre en relation divers artisanats — ivoire et os, ivoire et terre cuite, ivoire et toreutique, coquilles d’œufs et pierre ou terre cuite —, recréant une communauté d’art aux viiie-vie siècles avant J.-C.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gras et alii, 1995, pp. 138-146.

1En écho aux deux paragraphes du chapitre sur le phénomène orientalisant intitulés « Ivoires et scarabées » et « Des coquilles et des œufs » dans l’ouvrage de référence L’univers phénicien1, cet article s’efforce de faire le point sur la connaissance des arts et techniques de l’ivoire et des coquilles d’œufs d’autruche dans la péninsule Ibérique.

2C’est tout d’abord dans l’optique de préciser les interactions technologiques qui se tissent à travers le bassin méditerranéen à la période dite orientalisante, traditionnellement comprise entre le viiie et le début du vie siècle, que nous centrerons notre champ d’étude sur l’origine de ces deux matières premières animales, sur l’origine des formes des objets réalisés dans ces matériaux et sur l’origine des techniques mises en œuvre pour leur élaboration. Circulation et importations, de matières premières d’une part et d’objets manufacturés d’autre part, seront ainsi mises en évidence. La recherche d’une origine implique une mise au point chronologique qui n’est pas toujours évidente dans le cas péninsulaire où les œuvres ont souvent été datées sur la base de l’analyse stylistique.

3Cette recherche a pour seconde finalité de dégager des caractéristiques péninsulaires des arts de l’ivoire et de la coquille. De l’élaboration d’un modèle théorique appliqué aux différentes composantes entrant dans la fabrication de l’objet — support, typologie, techniques — se dégageront des préférences, des éléments de continuité, des modifications ou ruptures à travers le temps, l’espace et les milieux de création et de diffusion.

4Enfin, à l’échelle péninsulaire, les réflexions établies à partir des arts de l’ivoire et de la coquille d’œuf d’autruche, révèleront des interactions techniques, élargissant ainsi le sujet à divers artisanats — ivoire et os, ivoire et terre cuite, ivoire et toreutique, coquilles d’œufs et pierre ou terre cuite —, dans le but de reconstituer une communauté d’art aux viiie-vie siècles avant J.-C.

Ivoires et coquilles d’œufs : deux matières premières importées vers la péninsule Ibérique

5Le caractère oriental de l’art péninsulaire se révèle de manière évidente à travers l’utilisation de matières premières importées de plus ou moins lointaines contrées méridionales et/ou orientales. Les exemples les plus parlants étant certes l’ivoire d’éléphant ou d’hippopotame mais aussi les coquilles d’œufs d’autruche, se pose la question de leur provenance.

  • 2 Chamon Fernández et alii, 2008 a.
  • 3 Schuhmacher et alii, 2009 ; Banerjee et alii,sous presse.

6Les objets étiquetés « ivoire2 » dans les musées et catalogues ne bénéficient pas souvent d’une identification précise de la matière. Qui dit « ivoire » pense à éléphant et pense logiquement à l’Afrique ou à l’Asie. Qu’en est-il dans la péninsule Ibérique ? Le corpus des objets en ivoire découverts en Espagne antérieurs au début du Ier millénaire est constitué de plaquettes, prismes, pendentifs, bracelets et peignes. De récentes études menées par l’Institut archéologique allemand de Madrid sur les ivoires préhistoriques ont mis en évidence l’usage de l’ivoire d’éléphant d’Afrique des steppes, de l’éléphant d’Asie et de l’Elephas antiquus d’Europe pour les produits campaniformes, chalcolithiques et du IIe millénaire3. L’utilisation de l’hippopotame et du cachalot s’avère beaucoup plus rare. Il semblerait que jusqu’au Bronze final, le pourcentage d’éléphant d’Afrique de steppes augmente parallèlement à une diminution du pourcentage des ivoires d’éléphants d’Asie et antiquus.

  • 4 Roldán Bernal et alii, 1995 ; Mederos Martínet Ruiz Cabrero, 2004.
  • 5 Nos d’inventaire : 1531, 1532 et 1539. Nous remercions R. Azuar, ancien directeur de ARQUA (Museo n (...)

7Pour l’âge du Fer, comme en témoigne la découverte de treize défenses d’éléphants de l’épave phénicienne de Bajo de la Campana (Carthagène, Murcie) datée du vie siècle, l’ivoire était transporté à l’état brut4. Quelques-unes des défenses de cette cargaison présentent des graffitis en phénicien mentionnant les divinités Melqart et Astarté, données épigraphiques confirmant une provenance orientale, voire punique. Cette embarcation était peut-être en transit, depuis les côtes africaines, vers la Méditerranée orientale, mais on peut aussi penser que la matière première était directement destinée au monde péninsulaire qui a livré plusieurs ensembles d’ivoires travaillés dont les deux plus importants, datés entre les viiie et vie siècles, proviennent des tombes indigènes des Alcores de Carmona (Séville) et de la nécropole de Medellin en Estrémadure. S’il semble logique qu’il s’agisse, dans cette épave, d’éléphant d’Afrique, seules des analyses d’ADN permettraient de définir l’origine exacte de ces pachydermes. Toutefois, les études d’I. Rey (Museo de Ciencias Naturales, CSIC) sur les échantillons prélevés sur trois défenses de cette embarcation5 n’ont malheureusement pas donné de résultats concluants.

  • 6 Chamon Fernandez et alii, 2008 b.
  • 7 Iborra Eres, 2001, pp. 200-201 et 229.
  • 8 Nous remercions L. Callegarin de nous avoir fourni cette information : Oueslati, à paraître.

8Quant à l’analyse réalisée selon la technique de spectrométrie par transformée de Fourier sur une plaque de la nécropole de Medellin6, elle fait pencher en faveur d’une provenance africaine de l’ivoire. De plus, les études archéozoologiques attestent la présence réelle de l’éléphant sur la côte nord-africaine, et non seulement de ses défenses, notamment dans la vallée du fleuve Loukkos au nord du Maroc : deux fragments d’un métacarpe d’éléphant (Loxodonta africana) ont en effet été mis au jour dans un niveau phénicien de Lixus7 ; on en trouve également des restes à Rirha (Sidi Slimane) dans les niveaux préromains8.

  • 9 Savio, 2004, pp. 50-90.
  • 10 Savio, 2004, p. 29 ; Caubet, 2007.
  • 11 Torres Ortiz, 1999, pp. 62, 72, 75 et 157.

9À l’instar des ivoires, les coquilles d’œufs d’autruche présentent le même caractère exotique et la liste d’œufs décorés, peints ou incisés découverts dans la Péninsule, est longue, tant dans des contextes orientaux — phéniciens et puniques —, qu’indigènes — tartessiens et orientalisants péninsulaires9. Le commerce phénicien qui connaît et apprécie les œufs travaillés sous la forme de vases, de coupes ou encore de masques10 a pu les répandre dans la Méditerranée occidentale par diverses voies : depuis l’Orient pour certains, de Carthage pour d’autres, depuis Gouraya en Algérie, jusqu’à Villaricos et Ibiza dont les tombes ont livré les deux ensembles les plus importants de la péninsule Ibérique. Même si aux viie et vie siècles les coquilles d’œufs sont rares dans le mobilier funéraire, leur occurrence au sein de l’orientalisant tartessien dans les tombes dites « princières » d’Andalousie — tombe 18 de La Joya (Huelva), tombe 1 de Santa Lucía (Mairena del Alcor, Sevilla) et tumulus G d’El Acebuchal (Carmona, Sevilla) — témoignerait de l’adoption ou de l’adaptation de rites funéraires phéniciens par les indigènes11. La présence des coquilles décorées sera plus fréquente dans les contextes sous influence punique aux ve et ive siècles.

  • 12 Poplin, 1995 ; Id., 2000.

10Les œufs d’autruche sont de deux types : avec une coquille naturellement lisse au Proche et Moyen-Orient, ainsi qu’au Sahara, et avec une coquille grenue en Afrique subéquatoriale. Cette nuance qui dépend en fait des espèces animales donne la possibilité de mettre en évidence la circulation des matières premières12, même s’il est difficile, voire impossible, de distinguer à l’œil nu les coquilles naturellement lisses des coquilles devenues lisses après polissage.

Le travail de l’ivoire et de la coquille : les techniques mises en œuvre sur les exemplaires de la péninsule Ibérique

  • 13 Mallowan et Davies, 1970 ; Mallowan et Herrmann, 1974 ; Herrmann, 1986 ; Id.,1992 ; Thureau-Dangin (...)
  • 14 Ciafaloni, 1995.

11Dans le cas de l’artisanat de l’ivoire, il est courant d’opposer les techniques du champ levé, du découpé et de l’insertion aux techniques plus simples de la gravure et de la ciselure. La polychromie, quant à elle, est constitutive du raffinement chromatique des productions d’ivoires phéniciens du Ier millénaire av. J.-C., connues essentiellement par les découvertes faites dans les palais de Nimrud (Kalhu, Iraq), Arslan Tash (Hadatu, Syrie) et Samarie (Israël)13. L’exubérance décorative est, en effet, créée par l’insertion de verre polychrome ou de gemmes selon la technique du cloisonné qui trouve ses parallèles les plus proches dans les techniques d’orfèvrerie, en particulier égyptienne14.

  • 15 Aubet, 1979, p. 43 : bas-relief.
  • 16 Id., 1980, pp. 35-37 : découpage et bas-relief.
  • 17 Ibid., pp. 41-43 : découpage et bas-relief.
  • 18 Almagro-Gorbea, 2008, pp. 470-472.
  • 19 Ibid., p. 474.
  • 20 Aubet, 1979, pp. 22, 30 et 35.
  • 21 Chamon Fernandez et Criado Portal, 2008.

12Du corpus des ivoires mis au jour dans les contextes orientalisants de la péninsule Ibérique ressort une homogénéité technique liée à l’utilisation de la gravure. Cependant, dans les tombes tartessiennes des Alcores de Carmona, quelques peignes et palettes en ivoire de La Cruz del Negro15, Acebuchal16 et Alcantarilla17, et, dans la nécropole de Medellín, quelques plaques décorées d’un œil oudjat18 (fig. 1) ou encore un minuscule fragment de palmette19 témoignent de la pratique par les artisans de la Péninsule, comme en Orient, des techniques du léger bas-relief, du découpage et de l’insertion. La polychromie y est également attestée puisque, quand M. E. Aubet étudia en 1979 trois fragments de La Cruz del Negro, ceux-ci présentaient encore des restes de couleurs rouge, bleue et jaune20. Toutefois les analyses physico-chimiques restent rares, et sur l’une des plaques de Medellín a été mis en évidence du rouge de cinabre altéré ou bien un ocre d’hématite ; il semble que le pigment soit également composé de chaux et de sable21.

Fig. 1. — Plaque en os décorée d’un œil oudjat, Medellin, viie s. av. J.-C.

Fig. 1. — Plaque en os décorée d’un œil oudjat, Medellin, viie s. av. J.-C.

(d’après Almagro-Gorbea, 2008, p. 471, fig. 582)

  • 22 Garrido Roiz et Orta García, 1978, pp. 64, 106-110.
  • 23 Aranegui, 2000, p. 162.
  • 24 Almagro-Gorbea, 2008, pp. 476-478.
  • 25 Belen Deamos et alii, 1997, pp. 173-174.
  • 26 PremierLivre des Rois (1R 22:39).

13Incrustation, polychromie mais aussi technique de la ronde bosse, comme sur les ivoires phéniciens et syriens. Le coffret de la tombe 17 dite « princière » de La Joya avec ses personnages masculins égyptisants22, le protomé canin de la Cruz del Negro23, quelques fragments de Medellin24 et les quatre pattes de cervidés de la « Casa Palacio del Marques de Saltillo25 » (Carmona) sont les seuls exemples péninsulaires de rondes-bosses en ivoire aujourd’hui connus, éléments bien maigres si on les compare aux trônes des tombes de Salamine de Chypre, aux statuettes et groupes statuaires, aux coupes soutenues par des caryatides, aux manches de sceptre, de flabellum, de parasols décorés si caractéristiques de l’Orient et de l’orientalisant méditerranéen sans même évoquer la maison construite par le roi Achab à Samarie26.

  • 27 Almagro-Gorbea, 2008, p. 412.

14Pour expliquer la prédominance de l’emploi de la gravure sur les ivoires péninsulaires, M. Almagro-Gorbea27, au sujet du style dérivé de l’école nord-syrienne qualifiée de Flame and Frond, avance que les artistes péninsulaires devaient s’adapter à la finesse des pièces contrairement aux artistes au service des rois syriens et assyriens qui eux travaillaient avec une matière première beaucoup plus abondante. Nuançons tout de même cette affirmation : aux viiie et viie siècles, la gravure fine devient aussi l’une des caractéristiques de certains ivoires de Nimrud et la stylisation — quelques traits vifs — tout comme le caractère très naturaliste — avec la présence de détails — des ivoires assyriens et andalous pourraient être la conséquence de ce choix technique. Inversement, le goût pour des sujets et un style plus vif peuvent avoir entraîné la prédominance de la gravure, créant en effet plus de jeux de lignes que de volumes. S’il reste impossible de savoir qui de la technique ou du choix iconographique a influencé l’autre, il est néanmoins important de mettre en relation ces deux faits.

  • 28 Fernandez Jurado, 1988-1989, p. 241.
  • 29 Gonzales de Canales et alii, 2004.
  • 30 Gras et alii, 1995, p. 138.

15Quoi qu’il en soit, la gravure, réalisée avec plus ou moins d’habileté, se trouve systématisée dans la péninsule Ibérique ; elle a d’ailleurs parfois fait penser à une production en série28. Même si à Huelva, dans des niveaux stratigraphiques des ixe et viiie siècles, ont été mises au jour des chutes de taille qui attestent l’activité d’une industrie de tabletterie29, la question des ateliers reste vague et, malgré les minutieuses réflexions stylistiques qui ont pu être faites à partir des corpus des Alcores et de Medellín, la personnalité et l’origine des artisans s’avère difficile à cerner30.

Fig. 2. — Fragment de coquille d’œuf d’autruche décorée, Ibiza, vie s. av. J.-C.

Fig. 2. — Fragment de coquille d’œuf d’autruche décorée, Ibiza, vie s. av. J.-C.

(d’après Savio, 2004, p. 125, pl. 5-3)

  • 31 Poplin, 1995, pp. 127-129.

16Dans le cas de l’artisanat de la coquille d’œuf d’autruche, deux techniques sont repérables sur les exemplaires mis au jour dans la Péninsule : d’une part celle de la peinture très affirmée en milieu punique, notamment sur les masques et les coupes de Carthage, et d’autre part celle de l’attaque à l’acide avec réserve à la cire ou à la résine que Fr. Poplin désigne sous le nom de technique Gouraya, en raison de sa prédominance sur le site punique algérien Gunugu31 (fig. 2). Qu’elles soient lisses ou grenues, les coquilles sont revêtues d’une cuticule imperméable, épaisse de quelques dixièmes de millimètres dont la fonction est d’empêcher l’évaporation du contenu. Il faut donc pour décorer ces œufs, soit utiliser une peinture adhésive, soit supprimer cette couche superficielle par abrasion mettant ainsi à nu le corps de la coquille fait d’un calcaire blanc très pur auquel les pigments adhèrent alors sans problème.

  • 32 M. Astruc relate, dès 1951, les questions posées par le décor des coquilles, en particulier la conf (...)
  • 33 Madrid, Musée archéologique national, 1935/4 VILL/T 7383 XIII/1.p.
  • 34 Le réexamen des coquilles montre également des divergences par rapport aux publications, voir Caube (...)

17En raison des milieux de conservation péninsulaires, ces pigments ne sont aujourd’hui que rarement visibles à l’œil nu et seul un examen à la lumière ultraviolette permet de repérer l’application de la peinture avant ou après abrasion. En examinant ainsi ces œufs, la différence apparaît évidente entre les coquilles naturellement lisses proche et moyen-orientales ou sahariennes, et les coquilles grenues sub-équatoriales qui ont été polies : le vernis naturel donne une fluorescence rose alors que le corps de la coquille poli ressort de couleur bleue. Les limites de la documentation se révèlent évidentes sans étude approfondie32. Sur un œuf à la surface lisse découvert à Villaricos33, la peinture semble avoir été appliquée en direct, sans abrasion préalable, attestant l’utilisation d’un pigment qui adhère sur une coquille d’origine orientale ou saharienne. Cette méthode d’observation à la lumière ultraviolette donne aussi souvent de bons résultats quant à la restitution de motifs. Par exemple, l’examen de l’œuf d’Ibiza du Musée archéologique national de Madrid (Inv. 35 937) décoré de motifs phytomorphes et de guilloches rouges a permis de repérer la suite du décor dans la partie supérieure. L’observation des œufs révèle également les interventions des restaurateurs : grattages et excisions ainsi que ravivages de couleurs perceptibles notamment sur les cassures anciennes34.

18Les traces d’outils sont également très importantes, repérables entre autres au niveau de la découpe des parties supérieures des coquilles (fig. 3). Les ouvertures s’obtiennent par fracture ou bien sciage suivant la technique d’une usure à pans. Cette dernière question nous conduit à évoquer les formes et donc la typologie des objets.

Fig. 3. — Schéma des découpes de bordures et des formes des coquilles d’œufs d’autruche découvertes dans la péninsule Ibérique

Fig. 3. — Schéma des découpes de bordures et des formes des coquilles d’œufs d’autruche découvertes dans la péninsule Ibérique

(d’après San Nicolas Pedraz, 1975, p. 81, pl. 3 et p. 78, pl. 2)

Réflexions sur les formes

19Si des techniques utilisées dans la Péninsule se font l’écho de techniques développées dans le monde oriental, les formes des objets en ivoire, en particulier les peignes et les palettes, certes dérivés du corpus d’ivoires orientaux, semblent néanmoins caractéristiques du contexte ibérique dans lequel ils se créent et se diffusent.

20Les peignes péninsulaires en ivoire sont de deux types (fig. 4) :

  • type I : peigne aux bords rectilignes et bordures parallèles ;

  • type II : peigne avec découpage concave latéral et bordure qui suit le contour de l’objet.

21Les palettes quant à elles se répartissent de la façon suivante (fig. 5) :

  • type I : palette trapézoïdale symétrique avec une cupule centrale ;

  • type II : palette rectangulaire avec une cupule centrale.

Fig. 4. — Typologie des peignes orientalisants péninsulaires en ivoire

Fig. 4. — Typologie des peignes orientalisants péninsulaires en ivoire

Fig. 5. — Typologie des palettes orientalisantes péninsulaires en ivoire

Fig. 5. — Typologie des palettes orientalisantes péninsulaires en ivoire

22Par leur rangée de dents unique et, pour certains d’entre eux, la découpe de leurs bordures, les peignes découverts dans la Péninsule se distinguent des exemplaires proche-orientaux qui sont à double rangée de dents, notamment à Meggido. Cette catégorie d’objets n’est pas des plus courantes dans le monde oriental, peut-être en raison des contextes de découverte essentiellement palatiaux. Les palettes, quant à elles, empruntent le schéma de l’organisation de part et d’autre d’un cuilleron central que l’on trouve rarement dans le corpus des ivoires phéniciens et syriens, mais un peu plus souvent dans le monde punique.

  • 35 Aubet, 1981-1982, pp. 236-241.
  • 36 Ibid., pp. 254-256, fig. 7.

23À ces deux catégories d’objets péninsulaires liés à la toilette et au monde funéraire orientalisant s’ajoutent les cuillères ainsi que les placages en ivoire qui constituaient la décoration d’objets mobiliers en bois aujourd’hui disparus. Des indications techniques, tels que les trous de fixation ou les éléments de charnière, associées à l’apparente logique iconographique des scènes représentées proposent, en plus des rares référents d’origine orientale, comme le coffret non décoré d’une tombe phénicienne de Trayamar, quelques indices en vue de ce travail de restitution. M. E. Aubet a proposé une restitution du coffret du tumulus de Bencarrón35 à partir de l’analyse des six plaques gravées, en le rapprochant du coffret aux montants décorés de palmettes de type chypriote découvert dans le « palais-sanctuaire » de Cancho Roano36 (Zalamea la Serena, Badajoz).

24À la différence des ivoires qui, du point de vue typologique, se révèlent péninsulaires, aucune forme spécifiquement locale ne se dégage des coquilles d’œufs d’autruche découvertes dans la Péninsule : on y trouve, comme dans les univers phénicien et punique, carthaginois, sarde, sicilien et étrusque, des coupes, des vases et, en moins grand nombre cependant, des masques décorés de deux yeux, d’une bouche et de pommettes rondes. Les perles de colliers ou de pendentifs, largement attestées dans les contextes funéraires phéniciens et puniques, ne semblent en revanche pas fréquentes en péninsule Ibérique. Rappelons toutefois que la parure n’a pas toujours été précisément étudiée et que des confusions ont pu être réalisées avec d’autres matières dures animales telles que l’os ou l’ivoire, autre limite de la documentation non négligeable qui invite à une révision générale du mobilier funéraire et du corpus de la parure.

25De la comparaison des corpus d’ivoires de la Péninsule, se dégagent des préférences dans le choix de certaines catégories d’objets et, au sein de ces objets liées à la toilette, des adaptations et des créations par rapport aux corpus orientaux. Pour les coquilles d’œufs, la préférence est aux vases et aux coupes.

À propos des transferts de l’Orient vers la Péninsule : modélisation et application

26Cette approche des matériaux et des techniques liées à la conception des objets en ivoire et en coquille d’œufs d’autruche découverts dans la péninsule Ibérique invite à préciser les transferts technologiques considérés comme l’une des caractéristiques de l’ambiance orientalisante. Pour analyser les mécanismes d’adoption et d’adaptation, nous suivrons un schéma heuristique dont les paramètres sont les matériaux, les formes des objets ainsi que les techniques mises en œuvre dans leur fabrication et, éventuellement, dans leur décoration.

27Puisque nous avons choisi de nous concentrer sur deux matériaux importés, la question des transferts, ou encore le balancement entre les origines orientales au sens très large — phénicien, araméen, syrien, punique — et les origines locales, ici péninsulaires, ne concerne que les techniques et la typologie des objets. Par conséquent quatre cas de figures se dessinent :

  • des techniques orientales et des formes orientales ;

  • des techniques orientales et des formes péninsulaires ;

  • des techniques péninsulaires et des formes orientales ;

  • des techniques péninsulaires et des formes péninsulaires.

  • 37 Le Meaux, 2010, pp. 137-142.

28Ce tableau peut se complexifier à l’envi si l’on y ajoute des paramètres tels que les données iconographiques mais cela nous éloignerait de ce dossier technologique37. La composante iconographique sera néanmoins prise en compte avant de conclure à des importations d’objets manufacturés.

  • 38 Astruc, 1951.

29Si le premier cas présente un apport unilatéral, il est néanmoins des plus importants dans le cadre du questionnement sur l’oriental et l’orientalisant puisqu’il met en avant le problème des importations et des vecteurs d’échanges. Les vases en coquille d’œuf d’autruche découverts dans les quelque 2 000 tombes de la nécropole phénicienne de Villaricos38 (Almeria) illustrent parfaitement ce premier cas. Les coquilles les plus récentes datées du ve siècle av. J.-C. sont entières, seulement percées d’un trou d’évidement et sans décor, telles qu’elles devaient être importées d’Orient ou des régions sahariennes, puisqu’il semble s’agir de coquilles naturellement lisses. Les plus anciennes, datées du viie siècle, sont quant à elles taillées en forme de coupes semi-hémisphériques et de vases découpés dans la partie supérieure. Décorés essentiellement de motifs végétaux et géométriques suivant les deux techniques précédemment citées de la peinture adhésive et de la solution abrasive, les œufs de Villaricos trouvent effectivement leurs parallèles dans l’ensemble du monde méditerranéen phénicisé et punicisé.

  • 39 Ibid., pl. LXXXVIII.

30Ces vases en coquille de Villaricos, si l’on se rapportait exclusivement à leur typologie et aux techniques de polissage, de peinture adhésive et de champ-levé, pourraient être considérés comme des produits importés. Cette conclusion s’applique de manière assurée aux exemplaires aniconiques les plus récents. En revanche, une analyse iconographique et stylistique du corpus des coquilles décorées invite à envisager un ou des ateliers locaux, péninsulaires, travaillant sous influence orientale, à partir de motifs géométriques, phytomorphes, zoomorphes et symboliques. De plus, les bordures soigneusement égalisées, unies, biseautées ou dentelées suivent différents schémas, certains d’ailleurs des plus recherchés39. Des nuances sont cependant relevées au sein du corpus péninsulaire puisque, par exemple, les techniques mises en œuvre pour tailler les vases semblent de meilleure qualité à Villaricos qu’à Gouraya, ce qui invite à replacer le travail de la découpe, tout comme celui du décor, dans les ateliers péninsulaires.

  • 40 Cintas, 1976, p. 374.
  • 41 Belen Deamos et alii, 1997, pp. 173-180.

31Dans cette même première catégorie s’intègrent les quatre cuillères en ivoire de la « Casa Palacio del Marques de Saltillo » (Carmona) avec une nuance cependant puisque, si cette forme de patte de cervidé en ronde bosse est attestée à Carthage dans des contextes puniques40, leur association, elle, semble un unicum41. Cette originalité du cas orientalisant andalou répond certainement à une recherche et une volonté iconographique puisqu’il s’agit des membres antérieurs et postérieurs d’un cervidé mâle du type cervus elaphus.

  • 42 Aubet, 1980, pp. 35-37, 41-43.

32Du second cas de figure — technique orientale et forme péninsulaire —, nous avons retenu les palettes des tumuli des Alcores de Carmona et des nécropoles d’Acebuchal et d’Alcantarilla42. Découpées dans les plaques d’ivoire, elles sont décorées, suivant la technique du bas-relief, de scènes inspirées de l’Orient : animaux passant dans un décor de fleurs de lotus, défilé de personnages égyptisants ou encore scène de char tiré par des chevaux (fig. 6). Ces trois palettes à cosmétiques provenant toutes d’un contexte indigène et datées stylistiquement du viie siècle sont caractéristiques de l’art orientalisé qui associe un matériau importé, une iconographie inspirée de l’art phénicien et une forme péninsulaire adaptée à un usage ou à une esthétique péninsulaire.

Fig. 6. — Palettes en ivoire d’Alcantarilla et d’El Acebuchal (Carmona, Séville), viie s. av. J.-C.

Fig. 6. — Palettes en ivoire d’Alcantarilla et d’El Acebuchal (Carmona, Séville), viie s. av. J.-C.

(d’après Aubet, 1980, fig. 12 et 14)

  • 43 Jimenez Avila, 2002, p. 177, fig. 121.

33Il s’avère plus complexe, dans le cas des deux matières premières ici retenues, d’illustrer le troisième cas pour lequel coexistent une typologie d’origine orientale et des techniques péninsulaires. En revanche, issus de l’art de la toreutique, certains thymiatères en bronze conviennent parfaitement à ce schéma : comme l’a démontré J. Jiménez Avila leur technique d’assemblage se révèle caractéristique de la Péninsule43. Cette forme de brûle-parfums aux boutons de lotus inversés, dont l’origine est indéniablement phénicienne et cultuelle, se décline dans l’ensemble du bassin méditerranéen suivant des matériaux et des formes variés, se retrouvant dans des contextes funéraires indigènes, notamment dans la riche nécropole de La Joya (Huelva).

  • 44 Almagro-Gorbea, 2008, pp. 437-444 pour un récapitulatif des peignes précoloniaux et hispano-phénici (...)
  • 45 Freyer-Schauenburg, 1966.
  • 46 Hérodote, IV, 152.

34Le quatrième cas de figure théorique, associant quant à lui techniques et formes péninsulaires, est pleinement démontré par les peignes en ivoire44 attestés dans des contextes funéraires et domestiques aussi bien dans les Alcores de Carmona (fig. 7) qu’à Llanete de los Moros (Montoro, Cordoue), Cerrillo Blanco (Porcuna), Cerro del Salto ou Medellin à tel point que les quatre exemplaires découverts dans l’Héraion de Samos45 sont considérés comme des importations tartessiennes et mis en parallèle avec le voyage du grec Colaios46. Les deux types de peignes péninsulaires sont décorés exclusivement suivant la technique de la gravure fine offrant un décor homogène, linéaire, composé de thèmes iconographiques zoomorphes, anthropomorphes, religieux auxquels s’associent des bordures géométriques.

Fig. 7. — Peigne gravé en ivoire de La Cruz del Negro (Carmona, Séville), viie s. av. J.-C.

Fig. 7. — Peigne gravé en ivoire de La Cruz del Negro (Carmona, Séville), viie s. av. J.-C.

(d’après Aubet, 1979, fig. 2)

35Cette étude analytique, tout en précisant les composantes orientalisées, laisse entrevoir que les objets en ivoire et en coquille d’œufs d’autruche caractéristiques des contextes orientalisants, sans toutefois tenir compte des éléments de parure, seraient réalisés dans des ateliers locaux à partir de supports importés d’Afrique pour les premiers, d’Orient ou des régions sahariennes pour les seconds.

36Cette recherche de transferts artistiques menée à l’échelle méditerranéenne peut être complétée à l’échelle péninsulaire de manière inter-technique.

Quelques cas de transferts au sein de l’art péninsulaire à partir de l’ivoire et de la coquille d’œuf d’autruche

37Les transferts concernent, suivant les cas, des points différents, et adoptent divers mécanismes à l’origine de toute la complexité et la richesse du sujet : de la stricte copie formelle et iconographique, accompagnée de variations de matériaux plus ou moins proches des originaux orientaux aux influences entre deux artisanats, en passant par des adaptations.

38Par souci de clarté, nous avons choisi de dissocier les cas en fonction des matières premières plutôt que de considérer le problème d’un point de vue purement théorique. Pour cette raison, nous présentons dans un premier temps les transferts repérables à partir de l’ivoire puis dans un second temps le cas des coquilles d’œufs.

  • 47 Aubet, 1979, p. 37. Les fragments de coquillage de la Hispanic Society se distingue par leur surfac (...)
  • 48 Les parallèles iconographiques entre le corpus des tridacnes découverts dans le bassin méditerranée (...)

39Les récents travaux de restauration des ivoires des Alcores conservés à la Hispanic Society ont révélé des distinctions de matériaux au sein du corpus qualifié d’ivoire depuis la publication parue en 1928 à New York sous le titre explicite Early Engraved Ivories in the Collection of the Hispanic Society from Excavations of Georges Edward Bonsor. Les plaques du coffret de Bencarrón décorées de scènes de chasse et de lutte, deux exemplaires de la Cruz del Negro gravées de palmettes, ainsi que des plaquettes rectangulaires gravées de cadres concentriques ont ainsi été identifiées comme étant de l’os tandis que les fragments d’une pyxide de la Cruz del Negro décorée d’un personnage féminin ailé semblent être en coquillage47. D’ailleurs, tant du point de vue technique que du point de vue iconographique, dès 1965, dans son article intitulé « Orientalia », Antonio Blanco avait mis en parallèle les ivoires andalous avec les coquilles de tridacnes gravées. Toutefois, contrairement à Assur, Smyrne, Samos, Rhodes, Naucratis et Vulci, aucune coquille décorée de tridacne n’a été répertoriée dans la péninsule Ibérique48. Bien qu’en raison de l’exposition aux intempéries l’ivoire et l’os soient d’apparence très proche, la texture du premier reste plus dense, son grain plus lisse par rapport au second, caractérisé lui par son caractère fibreux.

  • 49 Aubet, 1979, p. 53.
  • 50 Almagro-Gorbea, 2008, pp. 465-468, en particulier M22, M26 et M27 en os.
  • 51 Ibid., 2005, p. 487.
  • 52 Herrmann, 1992, p. 58 ; Herrmann, 1986, pl. 322.
  • 53 Cintas, 1976, pp. 295, 299, 301 et 410 ; Delattre, 1921, p. 96 ; Lancel, 1983, p. 689.
  • 54 Moscati, 1987, p. 43.
  • 55 Almagro-Gorbea, 2008, p. 469.
  • 56 Nous tenons à remercier B. Armbruster qui nous a fait cette remarque et suggestion à l’issue de not (...)
  • 57 Fernandez Jurado, 1988-1989, p. 241.
  • 58 Ibid., p. 242.

40On pourrait se demander si une logique se profile dans l’utilisation d’un matériau par rapport à un autre en fonction, par exemple, de la forme même de l’objet, comme cela a pu être démontré pour les pyxides taillées dans la base des défenses d’éléphant à Ugarit en Syrie. Il semble que non. Prenons le cas des plaques incisées de rectangles encastrés les uns dans les autres (fig. 8). Les neuf fragments de La Cruz del Negro49 sont apparemment tous en os, ceux de Medellin50 en ivoire et en os, celui de La Fonteta51 (Guardamar del Segura, Alicante) en ivoire ; les exemplaires similaires de Nimrud52, Carthage53 et Tharros54 sont quant à eux publiés en tant qu’ivoire. Dans le cas des découvertes des tombes de Medellin, parmi les douze plaques de ce type, M. Almagro-Gorbea note une évolution de la facture de plus en plus grossière entre le vie et le ve siècles, évolution qu’il met précisément en parallèle avec l’apparition de l’utilisation de l’os dans le mobilier funéraire péninsulaire55. Comme il s’avère impossible, dans le cas des fouilles des Alcores, d’établir des différences chronologiques de manière absolue, on ne peut partir du principe que l’usage de l’os succède de manière systématique à celui de l’ivoire. En revanche, les plaques en os de Bencarrón et de la Cruz del Negro témoignent de manière évidente des transferts formel, technique et iconographique entre ces deux matériaux d’origine animale. Mais au-delà de cette constatation se pose la question de l’apprentissage56. L’os étant plus facilement accessible et certainement moins onéreux que l’ivoire, on peut en effet imaginer l’initiation, l’entraînement et les essais des artisans sur des plaques en os. Il faudrait étudier plus précisément le matériel des fouilles de Huelva afin de se rendre compte de l’usage de l’os et de l’ivoire dans les chutes de taille. Une plaque d’os découverte dans le niveau IV du « Puerto 6 » de Huelva et décorée de deux palmettes superposées, gravées de manière peu profonde, a été attribuée à une main peu expérimentée57. Toutefois, cette petite plaque en os coexiste avec un montant également en os de très belle facture décoré de frises de palmettes58, ce qui contraint à ne pas reléguer l’os au rang des objets de basse qualité.

Fig. 8. — Plaques rectangulaires en ivoire et en os, Medellin, vie s. av. J.-C.

Fig. 8. — Plaques rectangulaires en ivoire et en os, Medellin, vie s. av. J.-C.

(d’après Bendala et alii [éd.], 2008)

  • 59 Ruano Ruiz, 1992, p. 52.
  • 60 Karageorghis, 1967.
  • 61 Canciani et von Hase, 1979.

41Il en est de même pour le bois. Le travail des bois durs est en effet techniquement proche de la tabletterie et, même si le mobilier a en grande partie disparu, ces matériaux peuvent être complémentaires et simultanés dans leurs emplois59. Ainsi le montrent les fragments du coffret égyptisant de la tombe 17 de La Joya (Huelva), les plaques du coffret de Bencarrón (fig. 9), d’autres plaques aujourd’hui isolées à resituer sur des meubles de plus ou moins grandes dimensions et dont l’iconographie atteste l’existence. Rien d’aussi évident toutefois que dans les nécropoles de Salamine de Chypre60 ou de Praeneste61.

Fig. 9. — Plaque gravée en os, Bencarron (Carmona, Séville), viie s. av. J.-C.

Fig. 9. — Plaque gravée en os, Bencarron (Carmona, Séville), viie s. av. J.-C.

(d’après Bendala et alii [éd.], 2008)

  • 62 Marcos Pous, 1987.

42Dans une optique chronologique, émergent les questions de persistance et d’imitation avec toutes leurs nuances. La forme rectangulaire avec un cuilleron central de la palette en calcaire provenant d’Alcurrucén62 (Cordoue) dérive sans ambiguïté des palettes en ivoire andalouses du type d’Alcantarilla. Imitation dans une pierre blanche tendre d’une palette en ivoire orientalisante ? Sa décoration est géométrique sur l’une des faces, figurée sur l’autre, organisée en quatre métopes rectangulaires de part et d’autre de la cupule centrale, elle-même inscrite dans un rectangle aux angles occupés par des oiseaux. Les cadres sont ornés d’animaux se regardant : taureaux, sphinx et lions. Cette répartition en métopes contraste cependant avec les frises continues des palettes du viie siècle. Il s’agit soit d’une palette ancienne réutilisée dans un contexte plus tardif du ve ou du ive siècle, soit de la persistance des motifs orientalisants sur une palette ibérique, auquel cas cet objet constituerait un intéressant exemple de pastiche archaïsant des ivoires avec un transfert de la forme et de l’iconographie associé à un changement de matériau. La question de son authenticité s’est d’ailleurs posée.

  • 63 Blázquezet alii, 1979, pp. 171-172, fig. 66.
  • 64 Londres, The British Museum, Inv. WA 1181157.
  • 65 Le Meaux, 2010, pp. 54-60.

43Il existe un autre cas de figure de transferts technologiques liés aux arts de l’ivoire et de la terre cuite. Un tesson de céramique grise incisée, provenant de Cabezo de San Pedro63 (Huelva), site indigène du viie siècle, présente dans un cadre rectangulaire un griffon de profil, la patte antérieure gauche et la tête levées, les ailes dirigées vers l’arrière. On serait là en présence de l’adoption sur un bol en céramique grise locale, et suivant une technique non moins locale, du motif du griffon oriental dans « l’attitude de l’extase », schéma caractéristique des scènes iconographiques symétriques qui se développent sur les ivoires phéniciens et syriens, dont l’exemplaire le plus connu de Nimrud est daté du viiie siècle64. La gravure employée sur ce tesson rapproche l’hybride de l’art de l’ivoire péninsulaire des exemplaires ornant les ivoires orientalisants péninsulaires qui, si pour certains d’entre eux, notamment à La Cruz del Negro ou à Bencarrón, lèvent une patte avant, ne reproduisent cependant pas à l’identique ce schéma oriental65. Notons que le thème du griffon se décline de manière différente, en peinture, sur la céramique orientalisante péninsulaire au vie siècle.

  • 66 Blázquez, 1956.

44Une « pinax » d’Ibiza66 décorée d’un sphinx est peut-être un exemple encore plus évident de l’interaction de la coroplastie et la tabletterie des points de vue typologique et iconographique (fig. 10). Comment, en effet, ne pas penser aux plaques en ivoire de Nimrud ou d’Arslan-Tash devant cette plaque de terre cuite moulée découverte dans la nécropole ibicéenne punique de Puig des Molins et datée du vie siècle ? L’hybride ailé égyptisant coiffé de la double couronne de Haute et Basse Égypte, la patte avant droite levée sur une composition de palmettes de type chypriote interprétée comme « l’arbre de vie », occupe au maximum l’espace intérieur de cette plaque rectangulaire. Comme les plaques d’ivoire associées les unes aux autres sur le mobilier, cette « pinax » pouvait être combinée avec une autre plaque symétrique recréant ainsi le motif des animaux en position héraldique de part et d’autre d’une composition végétale, suivant un schéma caractéristique de l’iconographie phénicienne. Mise à part la gravure, la terre cuite et l’ivoire ne peuvent recevoir le même traitement technique et, plus que d’un transfert technologique, nous parlerons dans ce cas, comme pour la palette de Cordoue, de transferts formel et iconographique.

Fig. 10. — Plaque moulée en terre cuite de Puig des Molins (Ibiza), vie s. av. J.-C.

Fig. 10. — Plaque moulée en terre cuite de Puig des Molins (Ibiza), vie s. av. J.-C.

(photo Museo Arqueológico Nacional, Madrid)

45De la même façon, c’est d’un point de vue iconographique que les ivoires et les coquilles d’œufs d’autruche peuvent être rapprochés. Il n’y a, en effet, ni transfert de la gravure des ivoires aux coquilles, ni transfert de la peinture des œufs à l’ivoire. Le répertoire orientalisant essentiellement végétal fleurit abondamment sur les vases et les coupes en coquille, tandis que sur les ivoires il occupe le plus souvent les espaces laissés libres par les motifs zoomorphes ou anthropomorphes, exception faite des plaques verticales entièrement décorées de palmettes de type chypriote.

  • 67 Fernández Gómez, 1989.
  • 68 La comparaison des ivoires et des bronzes péninsulaires fait ressortir de fortes similarités. Les t (...)
  • 69 Garrido Roiz et Orta García, 1978, p. 64.

46Comme nous l’avons évoqué, la simplification des traits et l’importance donnée à la ligne seraient en partie une conséquence de l’emploi de la technique de la gravure. Comme le montrent le plat ovale en bronze d’El Gandul (Cordoue)67 et l’exemplaire de La Joya (Huelva), toreutique et tabletterie apparaissent très proches68 : dans un décor gravé de rosettes et de palmettes, les sphinx et les lions ailés défilent ou se font face, alternant avec des motifs floraux. Ce rapprochement inter-technique est d’ailleurs confirmé par l’existence d’ouvrages utilisant une technique mixte : le coffret fabriqué en ivoire, en argent et en bronze, le miroir composé d’un disque en bronze et d’un manche en os ou encore les deux couteaux en fer aux manches recouverts de plaques en ivoire fixées par des clous en argent découverts dans la tombe 17 de La Joya69.

  • 70 Winter, 1973.
  • 71 Jimenez Avila, 2002, pp. 51 et 61.

47Dans le nord de la Syrie, la présence d’une école d’artisans spécialistes de la technique du repoussé, de la ciselure sur bronze et de la taille de l’ivoire montre les relations directes entre ces deux arts70. Une œnochoé en ivoire provenant de Nimrud présente la palmette caractéristique de la base de l’anse des œnochoés en bronze orientalisantes attestant ainsi la complémentarité et les similitudes entre l’art du métal et la tabletterie, complémentarité et similitudes qui s’étendent d’ailleurs à l’art de la céramique puisque ces vases ont également été copiés en terre cuite avec leur palmette, en particulier à Chypre et à Rhodes71. La fonction technique de la palmette qui sur les œnochoés en bronze a pour finalité première de renforcer l’attache de l’anse devient purement décorative sur les jarres en céramique et en ivoire.

  • 72 Maluquer de Motes, 1957, pp. 242-243, fig. 1 ; García y Bellido, 1969.
  • 73 Lopez Ambite, 2008, pp. 516-520.
  • 74 García y Bellido, 1956.

48Ce phénomène d’interaction technique-iconographie est illustré par la technique du découpage et son association au motif des palmettes superposées. Ainsi découpées, les boucles de ceinture bipartites en bronze provenant des contextes orientalisants péninsulaires de Sanchorreja72, Medellin73 et Niebla74 sont caractérisées par un axe de symétrie, jonction logique entre les deux plaques ; le motif s’apprécie alors dans sa totalité quand la boucle est fermée. Les thèmes — motifs animaliers au milieu d’un cadre végétal ou bien superpositions de palmettes dérivées du type chypriote — semblent choisis en fonction de la technique du découpage et de l’assemblage. On peut mettre en parallèle cet art de la toreutique avec les plaques en ivoire phéniciennes qui représentent un cervidé paissant ou bien un griffon au milieu d’une grille végétale. Le réseau continu créé entre les animaux et le monde végétal trouve dans les deux cas, ivoire et bronze, une explication technique : le découpage fabrique le thème et impose par là même des règles ou des impératifs iconographiques.

49Les techniques mises en œuvre dans la fabrication des objets en coquille d’œuf sont bien particulières. Il conviendrait néanmoins d’étendre cette étude en examinant les autres catégories de matériels — céramique, vases métalliques, autres matériaux traitables à l’acide —auxquelles ces mêmes techniques pouvaient être appliquées, afin de déceler d’éventuels transferts technologiques.

  • 75 San Nicolas Pedraz, 1975, pp. 96-97.
  • 76 Maña de Angulo, 1947.

50Les combinaisons de divers matériaux mettant en œuvre la coquille d’œuf ne sont pas très courantes et, à ce jour, aucun exemplaire d’origine péninsulaire ne s’ajoute aux œnochoés d’Abydos et d’Étrurie à la panse en coquille. Des pieds et supports ont parfois été ajoutés, en céramique à Villaricos75, en métal à Vulci76, mais aussi des couvercles comme dans la tombe carthaginoise 186 de Dermech.

  • 77 Fletcher, 1952-53, p. 9.

51Sans que ce soit un transfert technologique, notons également quelques copies d’œufs d’autruche répertoriées dans la péninsule Ibérique. Deux petits œufs taillés dans la pierre ont été mis au jour dans un contexte cultuel à Cancho Roano (Badajoz). Dans un autre registre matériel, selon D. Fletcher77, les vases ibériques en céramique à bords dentelés que l’on trouve dans les nécropoles ibériques de Tutugi (Galera, Grenade) et Cabecito del Tesoro (Verdolay, Murcia) seraient dérivés des vases en coquille d’œuf d’autruche. Ces vases ont une faible diffusion temporelle et spatiale et sont tardifs puisqu’ils datent du iiie siècle av. J.-C. Ce n’est donc pas, dans ce cas, le matériau qui est retenu mais la forme de l’œuf, voire une particularité dans la découpe du bord des œufs. Ces objets en pierre ou en terre cuite deviennent une image de l’œuf, même si les imitations péninsulaires sont aniconiques.

  • 78 Astruc, 1954, p. 23.
  • 79 Olaria de Gusi, 1972, p. 164.
  • 80 Torelli, 1965, pl. LXXV.

52Selon M. Astruc78, au sujet des œufs de Gunugu (ancienne Gouraya), ce n’est pas la production céramique contemporaine qui donnera la clef de l’origine de tels décors. Sur les vases en terre cuite d’un usage vraisemblablement plus courant que les coquilles de ce site punique, rien n’est aussi compliqué. Le cas est à nuancer dans la Péninsule. C’est en effet au niveau du décor que se situe le transfert entre l’art des coquilles d’œufs et de la céramique dans le cas de deux amphores peintes découvertes dans la nécropole de Villaricos79. La céramique contemporaine des vases funéraires en coquille d’œuf d’autruche est généralement dépourvue d’ornements mais, sur ces deux amphores, le peintre a semble-t-il expérimenté en s’inspirant du répertoire des œufs. Là encore, l’influence des coquilles sur l’art de la terre cuite incite à suggérer un regroupement d’artisans dans des ateliers pluridisciplinaires ou bien à des artisans eux-mêmes polytechniciens. Il s’est opéré le même transfert dans le monde étrusque80.

  • 81 Herrera Gonzalez, 1977.
  • 82 Moscati, 1996.

53Il semble que les coquilles aient reçu une décoration propre correspondant à chaque lieu de découverte, ce qui milite en faveur d’ateliers locaux et non d’importations décorées. Si, comme l’a démontré M. Astruc, les corpus se révèlent relativement homogènes du point de vue iconographique, l’occurrence à Villaricos d’un seul exemplaire gravé de manière figurée d’une autruche et d’un cerf81 sur un ensemble de 700 œufs décorés de motifs végétaux et géométriques montrerait la relation entre le sud de l’Espagne et Gouraya. Villaricos est devenu un centre de haute spécialisation dans cet artisanat avec un style bien particulier82, défini par des conventions techniques et iconographiques. Pour expliquer le développement de l’iconographie complexe sur les coquilles, on fait souvent appel aux amulettes égyptisantes en verre, ivoire, faïence ou pierre découvertes dans les contextes funéraires. Cette école reste caractérisée par des lignes internes, ce qui est tout à fait compréhensible quand on pense à la fonction spécifiquement funéraire de l’œuf.

54Sans ignorer le concept et l’éventuel fait d’isotechnie, sans transfert ni vecteur, ainsi que le péril de s’en tenir à de fausses analogies si l’on ne procède pas à de minutieuses analyses technologiques, cet article met en évidence le jeu des interactions artistiques.

55Nous avons pu remarquer qu’il est souvent difficile de préciser la provenance de l’ivoire et de la coquille d’œuf d’autruche. Les analyses physico-chimiques de ces matières dures animales restent rares et parfois sans résultat concluant comme dans le cas des défenses d’éléphant de l’épave de Bajo de la Campana, même si l’on peut supposer une provenance africaine. Les œufs quant à eux semblent importés à l’état brut, depuis les régions sahariennes ou orientales vers le sud de la Péninsule.

56Dans ces deux artisanats, l’hypothèse d’une réalisation sur place, au sein d’ateliers péninsulaires, usant de techniques d’origine orientale ou non, développées dans un contexte indigène, se voit confortée par la systématisation et l’homogénéité des formes et de la décoration, dessinant une tradition et une constance artistique.

57Parallèlement, de fortes similitudes techniques et/ou formelles et/ou iconographiques entre des productions de nature diverse recréent, à l’échelle péninsulaire, une communauté d’art orientalisante, communauté qui n’est pas toujours évidente a priori. À partir de là, il est possible de développer de nouvelles réflexions sur les ateliers, en s’interrogeant sur leur caractère pluridisciplinaire, leur organisation et leur composition, et par conséquent sur l’artisan et sa ou ses spécialité(s).

58Une telle démarche analytique systématique s’avère fondamentale pour une définition stylistique suivant des paramètres chronologiques, géographiques et ethniques. Dans le cas particulier du phénomène orientalisant, elle aidera à la distinction des arts orientalisants péninsulaire, grec, étrusque, etc.

  • 83 Bruneau, 2001, p. 128.

59Dans ce contexte des échanges, il faudrait aussi pousser plus loin la réflexion en dissociant les fins et les procédés83. Les procédés ou « manières de faire » et les fins ou « visées fonctionnelles » qui se conjoignent dans la conception d’un objet, ne sont pas toujours simultanément affectées par l’échange ce qui invite là encore à « décortiquer » en profondeur chacun des objets orientalisés en relation avec sa fonction.

Haut de page

Bibliographie

Almagro-Gorbea, María José (1980), Corpus de las terracotas de Ibiza, Madrid.

Almagro-Gorbea, Martín (2008), « Objetos de marfil y hueso »,dans Martín Almagro-Gorbea, Javier Jiménez Ávila, Alberto J. Lorrio, Alfredo Mederos et Mariano Torres (éd), La necrópolis de Medellín, Madrid, t. II, pp. 401-512.

Aranegui, Carmen (éd.) [2000], Argantonio, rey de Tartessos, Madrid.

Astruc, Myriam (1951), La nécropole de Villaricos, Madrid.

Astruc, Myriam (1954), « Supplément aux fouilles de Gouraya », Lybica, 2, pp. 1-43.

Aubet, María Eugenia (1979), Marfiles fenicios del Bajo Guadalquivir, t. I : Cruz Del Negro, Valladolid.

Aubet, María Eugenia (1980), Marfiles fenicios del Bajo Guadalquivir, t. II : Acebuchal y Alcantarilla, Valladolid.

Aubet, María Eugenia (1981-82), « Marfiles fenicios del Bajo Guadalquivir III. Bencarrón, Santa Lucía y Setefilla », Pyrenae, 17-18, pp. 231-279.

Banerjee, Arun, López Padilla, Juan A, Schuhmacher, Thomas X. (éd.) [sous presse], Marfil y Elefantes en la Península Ibérica y el Mediterráneo. Internationale Tagung Museo Arqueológico de Alicante (Alicante, 26-27 November 2008), dossier à paraître dans le nº 16 (1) de Iberia Archaeologica.

Belen Deamos, María, Escacena Carrasco, José Luis, Anglada Curado, Rocío, Jiménez Hernández, Alejandro, Lineros Romero, Ricardo, Rodríguez Rodríguez, Isabel (1997), Arqueología en Carmona (Sevilla), Excavaciones en la Casa-Palacio del Marqués de Saltillo, Séville.

Bendala, Manuel, Álamo, Constancio del, Celestino, Sebastián, Prados, Lourdes (éd.) [2008], El tesoro arqueológico de la Hispanic Society of America (catalogue d’exposition), Madrid.

Blanco, Antonio (1965), « Orientalia. Estudios de objectos fenicios y orientalizantes en la Península », AEspA, 29, pp. 3-51.

Blázquez, José María (1956), « Pinax fenicio con esfinge y árbol sagrado », Zephyrus, 7, pp. 217-228.

Blázquez, José María, Ruiz Mata, Diego, Remesal, José, Ramírez, José Luis, Clauss, Karl (1979), Excavaciones en el Cabezo de San Pedro (Huelva). Campaña de 1977, Madrid.

Bruneau, Philippe (2001), « L’échange d’art », RAMAGE, 14, pp. 123-132.

Canciani Fulvio, von Hase, Friedrich-Wilhem (1979), La tomba Bernardini di Palestrina, Rome, t. II.

Caubet, Annie (1995), « Documents puniques : les œufs d’autruche de Gouraya », dans M’hamed Hassine Fantar et Mansour Ghaki (éd.), IIIe congrès international des études phéniciennes et puniques (Tunis, 1991), Tunis, t. I, pp. 253-259.

Caubet, Annie (2007), « Les œufs d’autruche » dans Elisabeth Fontan et Hélène Le Meaux (éd.), La Méditerranée des Phéniciens. De Tyr à Carthage (catalogue d’exposition), Paris, pp. 225-227.

Chamón Fernández, Jorge, Criado Portal, Antonio José (2008 a), « Análisis de un fragmento de placa de marfil 86G/spA-16 con pigmento de ocre rojo », dans Martín Almagro-Gorbea, Alberto J. Lorrio, Alfredo Mederos et Mariano Torres (éd.), La necrópolis de Medellín, Madrid, t. III, pp. 864-868.

Chamón Fernández, Jorge, Mederos Martín, Alfredo, García Sánchez, Laura, Criado Portal, Antonio José (2008 b), « Caracterización y procedencia de una placa de marfil de Medellín (Badajoz) mediante espectroscopía infrarroja por transformada de Fourier (FTIR) », dans Martín Almagro-Gorbea, Alberto J. Lorrio, Alfredo Mederos et Mariano Torres (éd.), La necrópolis de Medellín, Madrid, t. III, pp. 858-863.

Ciafaloni, David (1995), « Avori fenici e pettorali egiziani », dans Atti III Congresso Internazionale di Studi Fenici e Punici (Roma, 11-16 novembre 1991), Rome, t. I, pp. 260-270.

Cintas, Pierre (1976), Manuel d’archéologie punique, t. II, Paris.

Crowfoot, John Winter, Crowfoot, Grace M. (1938), Early Ivories from Samaria, Londres.

Delattre, Alfred-Louis (1921), « Tombeaux puniques de la colline de Junon à Carthage (1900-1921) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, pp. 95-100.

Fernández Gómez, Fernando (1989), « La fuente orientalizante de El Gandul (Alcalá de Guadaira, Sevilla) », AEspA, 62, pp. 199-225.

Fernandez Jurado, Jesús (1988-1989), Tartessos y Huelva,Huelva.

Fletcher Valls, Domingo (1952-53), « Sobre el origen y cronología de los vasos ibéricos de borde dentado », Saitabi, 9 (39-42), pp. 1-10.

Freyer-Schauenburg, Brigitte (1966), « Kolaios und die Westphönischen Elfenbeine », Madrider Mitteilungen, 7, pp. 89-108.

García y Bellido, Antonio (1956), « Materiales de Arqueología hispano-púnica. Jarros de bronce », AEspA, 29, pp. 85-104.

García y Bellido, Antonio (1969), « Los bronces tartésicos », dans Tartessos y sus problemas. Actas del V Symposium Internacional de Prehistoria Peninsular (Jerez de la Frontera, Septiembre 1968), Barcelone, pp. 164-172.

Garrido Roiz, Juan Pedro, Orta García, Elena María (1978), Excavaciones en la necrópolis de La Joya (Huelva) II (3, 4 y 5 campañas), Madrid.

Gonzáles de Canales Cerisola, Fernando, Serrano Pichardo, Leonardo, Llompart Gómez, Jorge (2004), El emporio fenicio precolonial de Huelva (ca. 900-770 a.C.), Madrid.

Gras, Michel, Rouillard, Pierre, Teixidor, Javier (1995), L’univers phénicien, Paris (1ère édition 1989).

Hérodote, Histoires. Livre IV. Melpomène, texte établi et trad. par Philippe-Ernest Legrand, Paris, 1945.

Herrera González, María Dolores (1977), « El cascaron de avestruz de la sepultura n° 100 de Villaricos », Cuadernos de Prehistoria y Arqueología, 4, pp. 49-67.

Herrmann, Georgina (1986), Ivories from Nimrud (1949-1963), fasc. IV : Ivories from Room SW 37 Fort Shalmaneser, Londres, t. II, vol. 1.

Herrmann, Georgina (1992), Ivories from Nimrud (1949-1963), fasc. V : The small Collections from Fort Shalmaneser, Londres.

Iborra Eres, María Pilar (2001), « Gestión de recursos y economía. Estudio faunistico » dans Carmen Aranegui Gascó (éd.), Lixus: colonia fenicia y ciudad púnico-mauritana. Anotaciones sobre su ocupación medieval, 4e supplément à la revue Saguntum, pp. 191-230.

Jiménez Ávila, Javier (2002), La toréutica orientalizante en la Península Ibérica, Madrid.

Karageorghis, Vassos (1967), Salamis, vol. 3. Excavations in the Necropolis of Salamis, t. I, Nicosie.

Lancel, Serge (1983), « Ivoires phénico-puniques de la nécropole archaïque de Byrsa, à Carthage », dans Atti del I Congresso internazionale di Studi Fenici e Punici (Roma, 5-10 novembre 1979), Rome, t. III, pp. 687-692 et pp. cxxv-cxxx.

Le Meaux, Hélène (2010), L’iconographie orientalisante de la péninsule Ibérique. Questions de styles et d’échanges (viiie-vie siècles av. J.-C.), Madrid.

López Ambite, Fernando (2008), « Objetos de bronce y hierro », dans Martín Almagro-Gorbea, Alberto J. Lorrio, Alfredo Mederos et Mariano Torres (éd.), La necrópolis de Medellín, Madrid, t. II, pp. 513-535.

Mallowan, Max Edgar Lucien et Davies, Lerry Glynne (1970), Ivories from Nimrud (1949-1963), fasc. II : Ivories in Assyrian Style, Londres.

Mallowan, Max Edgar Lucien et Herrmann, Georgina (1974), Ivories from Nimrud (1949-1963), fasc. III : Furniture from SW. Fort Shalmanaser, Londres.

Maluquer de Motes, Juan (1957), « El Castro de Castillejos de Sanchorreja. Un interesante lote de bronces », Zephyrus, 8, pp. 251-256.

Maña de Angulo, José Maria (1947), « Huevos de avestruz cartagineses con decoración grabada o pintada », MMP, 8, pp. 45-53.

Marcos Pous, Alejandro (1987), « Una paleta de tocador tardoorientalizante del Museo Arqueológico de Córdoba », AEspA, 60, pp. 209-210.

Mederos Martín, Alfredo, Ruiz Cabrero, Luis Alberto (2004), « El pecio fenicio del bajo de la Campana (Murcia, España) », Zephyrus, 57, pp. 263-281.

Moscati, Sabatino (1987), Le officine di Tharros, Rome.

Moscati, Sabatino (1996), « La “scuola di Villaricos” », Rivista di studi Fenici, 24 (1), pp. 57-66.

Olaria de Gusi, Carmen (1972), « A propósito de dos ánforas pintadas de Villaricos », Pyrenae, 8, pp. 159-166.

Oueslati, Tarek (sous presse), « L’exploitation des ressources animales sur le site de Rirha de l’époque maurétanienne à l’époque médiévale », dans Laurent Callegarin, Mohamed Kbriri Alaoui, Abdelfattah Ichkhakh et Jean-Claude Roux (éd.), Le site antique et médiéval de Rirha (Sidi Slimane, Maroc), Madrid.

Pisano, Giovanna (1993), « Una sfinge in osso da Cadice », supplément 21 à la Rivista di studi Fenici, pp. 63-73 et pl. VII.

Poplin, François (1995), « Sur le polissage des œufs d’autruche en archéologie », dans Hijlke Buitenhuis et Hans Peter Uerpmann (éd.), Archaeozoology of the near East, Leiden, t. II, pp. 126-139.

Poplin, François (2000), « Œufs d’autruches décorés grecs et étrusques. Technique et diffusion », dans Arthur Muller (éd.), L’artisanat en Grèce ancienne : les productions, les diffusions. Actes du Colloque de Lyon (décembre 1998), Lille, pp. 127-142.

Roldán Bernal, Blanca, Martín Camino, Miguel, Pérez Bonet María Ángeles (1995), « El yacimiento submarino del Bajo de la Campana (Cartagena, Murcia). Catálogo y estudio de los materiales arqueológicos », Cuadernos de Arqueología Marítima, 3, pp. 11-61.

Ruano Ruiz, Encarnación (1992), El mueble ibérico, Madrid.

San Nicolás Pedraz, MaríaPilar (1975), « Las cáscaras de huevo de avestruz fenicio-punico en la Península Ibérica y Baleares », CuPAUAM, 2, pp. 75-104.

Savio, Gigliola (2004), Le uova di struzzo dipinte nella cultura punica, Madrid.

Schuhmacher, Thomas X., Cardoso, João Luís, Banerjee, Arun (2009), « Sourcing African ivory in Chalcolithic Portugal », Antiquity, 83, pp. 983-997.

Stucki, Rulf (2007), « Les tridacnes à décor gravé », dans Elisabeth Fontan et Hélène Le Meaux (éd.), La Méditerranée des Phéniciens. De Tyr à Carthage (catalogue d’exposition), Paris, pp. 219-223.

Thureau-Dangin, François, Barrois, Augustin, Dossin, Georges, Dunand,Maurice (1931), Arslan-Tash, Paris.

Torelli, Mario (1965), « Un uovo di struzzo dipinto conservato nel Museo di Tarquinia », Studi Etruschi, 33, pp. 329-365 et pl. LXXV.

Torres Ortiz, Mariano (1999), Sociedad y mundo funerario en Tartessos, Madrid.

Winter, Irene (1973), North Syria in the Early First Millenium B.C. with Special Reference to Ivory Carving, Columbia.

Haut de page

Notes

1 Gras et alii, 1995, pp. 138-146.

2 Chamon Fernández et alii, 2008 a.

3 Schuhmacher et alii, 2009 ; Banerjee et alii,sous presse.

4 Roldán Bernal et alii, 1995 ; Mederos Martínet Ruiz Cabrero, 2004.

5 Nos d’inventaire : 1531, 1532 et 1539. Nous remercions R. Azuar, ancien directeur de ARQUA (Museo nacional de Arqueología subacuatica, Cartagena) de nous avoir mis en contact avec la restauratrice M. Buendia Ortuño, qui a fourni ces informations sur les analyses effectuées en 2006-2008 lors du processus de conservation et de restauration de ces défenses à l’Instituto de Patrimoino Cultural de España (IPCE).

6 Chamon Fernandez et alii, 2008 b.

7 Iborra Eres, 2001, pp. 200-201 et 229.

8 Nous remercions L. Callegarin de nous avoir fourni cette information : Oueslati, à paraître.

9 Savio, 2004, pp. 50-90.

10 Savio, 2004, p. 29 ; Caubet, 2007.

11 Torres Ortiz, 1999, pp. 62, 72, 75 et 157.

12 Poplin, 1995 ; Id., 2000.

13 Mallowan et Davies, 1970 ; Mallowan et Herrmann, 1974 ; Herrmann, 1986 ; Id.,1992 ; Thureau-Dangin et alii, 1931 ; Crowfoot et Crowfoot, 1938.

14 Ciafaloni, 1995.

15 Aubet, 1979, p. 43 : bas-relief.

16 Id., 1980, pp. 35-37 : découpage et bas-relief.

17 Ibid., pp. 41-43 : découpage et bas-relief.

18 Almagro-Gorbea, 2008, pp. 470-472.

19 Ibid., p. 474.

20 Aubet, 1979, pp. 22, 30 et 35.

21 Chamon Fernandez et Criado Portal, 2008.

22 Garrido Roiz et Orta García, 1978, pp. 64, 106-110.

23 Aranegui, 2000, p. 162.

24 Almagro-Gorbea, 2008, pp. 476-478.

25 Belen Deamos et alii, 1997, pp. 173-174.

26 PremierLivre des Rois (1R 22:39).

27 Almagro-Gorbea, 2008, p. 412.

28 Fernandez Jurado, 1988-1989, p. 241.

29 Gonzales de Canales et alii, 2004.

30 Gras et alii, 1995, p. 138.

31 Poplin, 1995, pp. 127-129.

32 M. Astruc relate, dès 1951, les questions posées par le décor des coquilles, en particulier la confusion entre la peinture et la technique de la gravure : Astruc, 1951, pp. 125-126.

33 Madrid, Musée archéologique national, 1935/4 VILL/T 7383 XIII/1.p.

34 Le réexamen des coquilles montre également des divergences par rapport aux publications, voir Caubet, 1995, p. 255.

35 Aubet, 1981-1982, pp. 236-241.

36 Ibid., pp. 254-256, fig. 7.

37 Le Meaux, 2010, pp. 137-142.

38 Astruc, 1951.

39 Ibid., pl. LXXXVIII.

40 Cintas, 1976, p. 374.

41 Belen Deamos et alii, 1997, pp. 173-180.

42 Aubet, 1980, pp. 35-37, 41-43.

43 Jimenez Avila, 2002, p. 177, fig. 121.

44 Almagro-Gorbea, 2008, pp. 437-444 pour un récapitulatif des peignes précoloniaux et hispano-phéniciens.

45 Freyer-Schauenburg, 1966.

46 Hérodote, IV, 152.

47 Aubet, 1979, p. 37. Les fragments de coquillage de la Hispanic Society se distingue par leur surface blanche opaque et leur apparence calcaire. De prochaines analyses permettront d’en indiquer les espèces animales.

48 Les parallèles iconographiques entre le corpus des tridacnes découverts dans le bassin méditerranéen et les ivoires orientalisants sont pourtant évidents (Stucki, 2007).

49 Aubet, 1979, p. 53.

50 Almagro-Gorbea, 2008, pp. 465-468, en particulier M22, M26 et M27 en os.

51 Ibid., 2005, p. 487.

52 Herrmann, 1992, p. 58 ; Herrmann, 1986, pl. 322.

53 Cintas, 1976, pp. 295, 299, 301 et 410 ; Delattre, 1921, p. 96 ; Lancel, 1983, p. 689.

54 Moscati, 1987, p. 43.

55 Almagro-Gorbea, 2008, p. 469.

56 Nous tenons à remercier B. Armbruster qui nous a fait cette remarque et suggestion à l’issue de notre communication, prenant l’exemple du travail de l’ivoire et de son apprentissage en Afrique noire.

57 Fernandez Jurado, 1988-1989, p. 241.

58 Ibid., p. 242.

59 Ruano Ruiz, 1992, p. 52.

60 Karageorghis, 1967.

61 Canciani et von Hase, 1979.

62 Marcos Pous, 1987.

63 Blázquezet alii, 1979, pp. 171-172, fig. 66.

64 Londres, The British Museum, Inv. WA 1181157.

65 Le Meaux, 2010, pp. 54-60.

66 Blázquez, 1956.

67 Fernández Gómez, 1989.

68 La comparaison des ivoires et des bronzes péninsulaires fait ressortir de fortes similarités. Les taureaux et les lions en sont les exemples les plus évidents. Le bovidé de la frise découpée du couvercle du thymiaterion de La Lagartera est en effet très proche de ceux qui défilent sur un peigne de Medellin ; de plus, son association avec le thème du lion n’est pas sans rappeler l’iconographie des plaques de Bencarrón. De même, les félins ailés ou non du plat en bronze d’El Gandul correspondent au mélange des lions de la Cruz del Negro et de Bencarrón. Leur crinière est losangée ou hachurée, leur corps élancé, leur sexe clairement visible (ce qui n’est pas le cas sur les ivoires), leurs dents ne sont signalées que par un ou deux crocs et leur gueule est ourlée. De plus, leurs ailes sont analogues à celles des oiseaux du peigne de La Cruz del Negro. La différence entre les lions aptères des ivoires et les lions ailés du plat en bronze s’estompe d’autant plus que le lion de cet ivoire andalou est surmonté d’un volatile ; l’aile se trouve donc, par ce biais, associée au félin.

69 Garrido Roiz et Orta García, 1978, p. 64.

70 Winter, 1973.

71 Jimenez Avila, 2002, pp. 51 et 61.

72 Maluquer de Motes, 1957, pp. 242-243, fig. 1 ; García y Bellido, 1969.

73 Lopez Ambite, 2008, pp. 516-520.

74 García y Bellido, 1956.

75 San Nicolas Pedraz, 1975, pp. 96-97.

76 Maña de Angulo, 1947.

77 Fletcher, 1952-53, p. 9.

78 Astruc, 1954, p. 23.

79 Olaria de Gusi, 1972, p. 164.

80 Torelli, 1965, pl. LXXV.

81 Herrera Gonzalez, 1977.

82 Moscati, 1996.

83 Bruneau, 2001, p. 128.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Plaque en os décorée d’un œil oudjat, Medellin, viie s. av. J.-C.
Crédits (d’après Almagro-Gorbea, 2008, p. 471, fig. 582)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2. — Fragment de coquille d’œuf d’autruche décorée, Ibiza, vie s. av. J.-C.
Crédits (d’après Savio, 2004, p. 125, pl. 5-3)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3. — Schéma des découpes de bordures et des formes des coquilles d’œufs d’autruche découvertes dans la péninsule Ibérique
Crédits (d’après San Nicolas Pedraz, 1975, p. 81, pl. 3 et p. 78, pl. 2)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 4. — Typologie des peignes orientalisants péninsulaires en ivoire
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 5. — Typologie des palettes orientalisantes péninsulaires en ivoire
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 6. — Palettes en ivoire d’Alcantarilla et d’El Acebuchal (Carmona, Séville), viie s. av. J.-C.
Crédits (d’après Aubet, 1980, fig. 12 et 14)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 7. — Peigne gravé en ivoire de La Cruz del Negro (Carmona, Séville), viie s. av. J.-C.
Crédits (d’après Aubet, 1979, fig. 2)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 8. — Plaques rectangulaires en ivoire et en os, Medellin, vie s. av. J.-C.
Crédits (d’après Bendala et alii [éd.], 2008)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 9. — Plaque gravée en os, Bencarron (Carmona, Séville), viie s. av. J.-C.
Crédits (d’après Bendala et alii [éd.], 2008)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 10. — Plaque moulée en terre cuite de Puig des Molins (Ibiza), vie s. av. J.-C.
Crédits (photo Museo Arqueológico Nacional, Madrid)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4839/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Le Meaux, « Des ivoires et des œufs : réflexions sur l’interaction art/technologie dans le contexte orientalisant de la première moitié du Ier millénaire avant J.-C. en péninsule Ibérique », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-1 | 2013, 85-110.

Référence électronique

Hélène Le Meaux, « Des ivoires et des œufs : réflexions sur l’interaction art/technologie dans le contexte orientalisant de la première moitié du Ier millénaire avant J.-C. en péninsule Ibérique », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/4839

Haut de page

Auteur

Hélène Le Meaux

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org