Navigation – Plan du site
Dossier. Les transferts de technologie au premier millénaire av. J.-C. dans le sud-ouest de l’Europe

La céramique tournée dans le domaine ibérique (vie-ier s. av. J.-C.) : une technologie sous influence ?

La cerámica torneada en el ámbito ibérico (siglos vi-i a.C.). ¿Una tecnología bajo influencia?
Wheel turned ceramics in the Iberian domain (6th-1st centuries BCE). A derivative technology?
Alexis Gorgues
p. 111-139

Résumés

Les transferts de technologie dans le monde ancien sont souvent perçus comme des processus à sens unique unissant un centre d’innovation technologique (le monde classique) à des zones marginales plus arriérées (le domaine protohistorique). Au travers de l’exemple de la production potière, cette idée est ici remise en question, par l’étude d’une part de la structure de la chaîne opératoire et d’autre part des processus sociaux qui structurent la circulation des idées techniques. Si des transferts techniques sont assurément à l’œuvre dans le cadre plus global des contacts coloniaux qui se nouent au cours de la première moitié du Ier millénaire av. J.-C., ceux-ci alimentent la culture technique indigène plus qu’ils ne la créent ex nihilo. Ces processus apparaissent comme non linéaires : les outils techniques imités sont adaptés et réinterprétés dans une nouveau cadre social. Par ailleurs, ces régions censément marginales sont aussi capables d’innover et de jouer un rôle actif dans la constitution des savoirs techniques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : les Ibères et leur céramique

  • 1 Cette recherche a été menée avec le soutien de la Région Aquitaine, dans le cadre du programme « Un (...)
  • 2 Sur l’usage de ce terme chez Polybe, une de nos sources les plus importantes concernant la zone géo (...)
  • 3 Sur ce problème, on pourra se reporter au bilan critique de Moret, 2005, pp. 273-275.
  • 4 Pour s’en convaincre, il suffit d’observer que la synthèse de Ruiz et Molinos, 1993, depuis traduit (...)

1La « culture ibérique » est l’appellation1, dérivée des textes anciens (principalement des textes grecs2), que l’on calque sur un faciès de culture matérielle et linguistique (ou plutôt épigraphique) typique des zones méditerranéennes de la péninsule Ibérique, du Roussillon et de la partie la plus méridionale du Languedoc (zones de Narbonne et Béziers)3. La céramique occupe une place centrale parmi les critères utilisés par les protohistoriens pour définir ce faciès, et plus généralement pour circonscrire l’aire de culture ibérique4. Une catégorie de poteries tournées à pâte claire et portant des décors peints en rouge est souvent considérée, du fait de la précocité de son apparition, de sa permanence et de son ubiquité (avec des variantes régionales) au sein du domaine ibérique, comme étant la plus emblématique de cet horizon culturel : elle est souvent désignée comme « céramique ibérique peinte ».

2La définition du faciès ibérique ne se fait évidemment pas que sur la base des aspects céramiques ou linguistiques. La morphologie de l’habitat (de pierre et d’adobe, surtout), les pratiques funéraires (avec l’omniprésence de la crémation comme procédé de traitement du cadavre) jouent aussi leur rôle. Mais le fait de vivre dans des maisons de pierre et de briques de terre crue et de brûler le corps des défunts ne constitue pas une nouveauté propre à cette époque : pratiques architecturales et funéraires s’ancrent au contraire solidement dans les époques précédentes, contrairement à la fabrication déjà évoquée de poteries au tour.

3Les principaux caractères de ce nouveau faciès de culture matérielle peuvent être observés dès les décennies médianes du vie siècle av. J.-C. sur une vaste aire couvrant, comme on l’a déjà évoqué, les régions littorales de la péninsule Ibérique ainsi que la Haute-Andalousie et la partie orientale de l’Aragon, et, au nord des Pyrénées, les régions les plus occidentales de la façade littorale de la France. Cependant, on n’a aucune preuve de l’utilisation de la langue ibère (attestée par le biais d’une écriture que l’on sait lire mais pas comprendre) avant la fin du ve siècle av. J.-C., d’abord dans le Pays Valencien, puis dans toute la zone ibérique.

4Autrement dit, la vision que nous avons de la culture ibérique (comme probablement de toute culture archéologique) apparaît comme quelque peu téléologique : nous analysons les origines du processus à l’aune de ce que nous savons de son devenir. Les traits de culture matérielle (ou linguistique) s’additionnent et se figent jusqu’à modeler l’image d’un monde ibérique classique, celui avec lequel interagirent les Romains et que décrivirent les historiens de l’expansion de Rome à l’époque républicaine. Le risque est dès lors de perdre de vue les dynamiques qui président à la constitution d’un faciès de culture matériel et la profondeur historique du processus archéologique au bénéfice de la recherche de permanences. Pour le dire autrement : il y a bien des façons et bien des raisons de produire de la céramique tournée à pâte claire et peinte en rouge. Si le produit reste à peu près identique tout au long des six siècles que dure l’époque ibérique, et s’il a grosso modo le même aspect partout (quoi qu’avec de très importantes nuances régionales), cela ne veut pas dire pour autant qu’il fut toujours, et partout, produit de la même manière et pour les mêmes raisons. S’interroger sur le cadre dans lequel s’est développée cette nouvelle technique de production, sur les motivations qui ont conduit à son développement et sur la façon dont ensuite s’est pérennisée sa maîtrise sous la forme d’un trait de culture technique à large diffusion revient à s’interroger sur les dynamiques sociales à la base de la constitution du faciès de la culture matérielle ibérique, et sur les conditions de son évolution postérieure.

Un monde en situation de dépendance technologique ?

  • 5 Gracia et alii, 2000, p. 51.
  • 6 Pour une présentation et une interprétation technique des pinakes : Cuomo Di Caprio, 1984.
  • 7 Sur l’atelier : Puig et Martín, 2006, pp. 513-544 (pp. 520-526 pour les fours). Voir aussi, pour un (...)

5L’élaboration de la céramique ibérique peinte, c’est-à-dire le développement de la technologie qui sera appelée à servir de support à sa production, est dans l’essentiel du discours archéologique présentée comme étant la conséquence d’un transfert depuis le monde méditerranéen classique (plutôt le monde phénicien). Les potiers ibériques auraient été à l’école de ceux du monde classique, et en auraient appris la technologie du tour, de même que celle du four à tirage vertical. Cette dépendance du domaine ibérique à ses « maîtres » méditerranéens s’exprime puissamment au travers de la représentation d’un four de potier ibérique réalisée par le brillant illustrateur Francesc Riart dans le cadre d’un ouvrage conçu en commun avec Francesc Gracia, Glora Munilla et Oriol García5. Le four présenté est en effet restitué sur le modèle des fours grecs figurant sur certaines pinakes corinthiennes (vie siècle av. J.-C.), en l’occurrence sur l’exemplaire MNB 2856 du musée du Louvre6 (fig. 1). Or, ce type de four à chambre de combustion bâtie hors sol n’est à ma connaissance connu en péninsule Ibérique préromaine que dans la colonie grecque de Rosas, au iiie siècle av. J.-C.7. Certes, des structures entièrement hors sol ont bien moins de chances de se conserver que des fours à la chambre de combustion excavée, de très loin les mieux représentés dans le répertoire archéologique. Il est d’ailleurs possible que les fouilles du Mas de Moreno (Foz-Calanda, Espagne, sous la direction de J. A. Benavente et A. Gorgues) aient livré les maigres vestiges d’un four de ce type, encore inédit. Mais sa présence n’est attestée que par des restes d’enduit réfractaire calciné plaqué au sol, des sources extrêmement limitées lorsqu’il s’agit de proposer une restitution de l’architecture du four. Le four présenté comme « ibérique » dans l’illustration précédemment évoquée est donc avant tout un four grec. Si on pose ce four en modèle, c’est parce qu’on présuppose que la technologie potière des Ibères était forcément dépendante de celles d’autres sociétés de la Méditerranée classique, considérées comme technologiquement plus avancées. Le transfert de technologie se fait avant tout dans l’esprit de l’archéologue.

Fig. 1. — Le transfert de technologie dans l’esprit de l’archéologue : le modèle grec

Fig. 1. — Le transfert de technologie dans l’esprit de l’archéologue : le modèle grec

a. Le pinax MNB 2856 du Louvre à la base de la technologie ibérique (d’après Cuomo Di Caprio, 1984, fig. 1, p. 78)
b. Restitution d’un four de potier indigène (d’après une illustration de Francesc Riart, dans Gracia et alii, 2000, p. 51)

  • 8 De ce point de vue, les découvertes de Huelva sont particulièrement explicites : González de Canale (...)

6Il convient toutefois de souligner que cette idée d’une production céramique dérivée de celles en vigueur dans la Méditerranée « classique » s’est bâtie sur une constatation réelle : alors que l’usage du tour à céramique était inconnu en péninsule Ibérique, des colons provenant de Phénicie et maîtrisant cette technologie s’y sont installés, apparemment très tôt dans le ier millénaire av. J.-C8. Ils y développèrent leurs productions, en fonction des traditions en vigueur en Méditerranée orientale, et y fabriquèrent des céramiques à engobe rouge et d’autres portant des décors peints en rouge, une tradition solidement ancrée dans l’Âge du Bronze final levantin.

7De fait, ces « propositions » issues du domaine phénicien rencontrèrent un succès réel : le décor rouge de même que des traits morphologiques très spécifiques à la céramique phénicienne devinrent des éléments fondamentaux sur lesquels allait s’appuyer le développement de la céramique ibérique. Cependant, il serait à mon avis simpliste de considérer le développement d’une céramique ressemblant à la céramique phénicienne comme un seul et unique transfert de technologie, un « package technique » adopté sans réelle modification par les indigènes, un processus qui aboutirait à l’adoption d’une chaîne opératoire allogène dans sa structure et sa technologie et qui, une fois adoptée, resterait statique jusqu’au ier siècle av. J.-C.

Le transfert de technologie, un processus non linéaire

Une première analyse de la chaîne opératoire

8En effet, comme tout produit manufacturé, la céramique est le résultat d’une série d’actions techniques articulées au sein d’une chaîne opératoire. À chacun des maillons de cette chaîne correspond donc un savoir-faire spécifique, et ce n’est que si tous les éléments de cette chaîne sont assimilés tels quels par les « récepteurs » du transfert de technologie que l’on peut estimer que celui-ci s’est fait de façon linéaire. Ce n’est alors plus l’esthétique du produit qui se diffuse, mais bien le procédé technique permettant sa mise en forme. Mais inversement, on peut imaginer des chaînes opératoires hybrides mêlant gestes, pratiques et recettes techniques des « émetteurs » du transfert de technologie comme des « récepteurs » de celui-ci. Dans ce cas, l’opérateur important une nouvelle technologie ne peut pas être considéré comme « passif » dans ce processus. Il s’empare de nouveaux outils pratiques et conceptuels et les remodèle par des apports issus de sa propre culture technique ; au-delà, il les met en œuvre dans un cadre social qui lui est propre. Il est alors un agent actif du transfert, tout autant, sinon plus, que celui qui exporte parfois malgré lui ses propres solutions techniques. Le transfert est dans ce cas non linéaire.

9Par ailleurs, et toujours dans le même registre, l’idée d’une culture céramique ibérique « statique » basée sur le fait que les grands critères de description des objets produits restent inchangés — on fabrique toujours de la céramique tournée à pâte claire à décors peints en rouge — doit être confrontée à la réalité des évolutions techniques concernant chacune des étapes de la chaîne opératoire : on peut fabriquer un même produit plus vite, ou en améliorant ses caractéristiques esthétiques ou mécaniques, si on procède à des ajustements sur un ou plusieurs « maillons ».

10Autrement dit, l’analyse des modalités exactes d’un transfert de technologie doit s’appuyer sur une observation segmentaire de la chaîne opératoire. Une telle approche peut n’apparaître que comme une succession de points de détail, mais c’est elle qui nous permettra de savoir si c’est vraiment une technologie qui est assimilée ou plutôt une esthétique, ce qui n’est pas anodin du point de vue de la circulation des idées.

  • 9 De ce point de vue, Gorgues, 2010 ne fait pas exception à la règle.

11De plus, il serait à mon sens erroné de considérer que ce transfert se serait effectué de façon strictement bilatérale, en opposant dans une dialectique artificielle un monde méditerranéen classique et un monde indigène réduit à une masse aussi informe qu’homogène, au sein de laquelle la technologie se diffuserait à la manière d’un virus, de proche en proche, affectant tous les secteurs de la société et « explosant » au moment où est franchi le seuil épidémique. On a souvent une vision réductrice de la diversité interne au monde indigène, que ce soit dans le domaine ibérique ou dans le reste du monde de l’Âge du Fer. On cherche à définir des formes d’organisation sociopolitiques et des modèles économiques qui auraient une portée universelle au sein des grandes cultures archéologiques que nous identifions9. Or, vu ce que l’on peut supposer de l’atomisation du domaine protohistorique, la réalité est probablement inverse : il devait s’agir d’une mosaïque d’entités de taille variable, aux structures politiques et économiques diversifiées, aux modes de construction de la parenté différents, etc.

Les acteurs des transferts

12Dans ce contexte, les acteurs du transfert de technologie peuvent de proche en proche occuper une place très différente au sein de la structure sociale et leurs motivations être très diverses. On peut de toute façon être sûr qu’il n’y avait pas un Phénicien derrière tout nouveau tourneur de céramique ibère. Dans le cas qui nous occupe, étudier les transferts de technologie, c’est donc aussi étudier les relations internes au domaine protohistorique.

13Les acteurs ibères de ces transferts techniques peuvent appartenir à deux grandes catégories qui, occasionnellement, se confondent.

  • 10 Rodríguez Vázquez, 2000, pp. 325-330.
  • 11 Godelier, 1969.

14Tout d’abord, il y a ceux, directement impliqués dans le processus de production, qui mettent en œuvre la technologie nécessaire à la fabrication des céramiques. On les qualifie souvent d’« artisans ». Sans écarter d’emblée cette dénomination, on la réservera pour un type très particulier de producteurs : ceux dont la position sociale est conditionnée par la nature de leur travail, et qui vivent exclusivement ou presque de celui-ci. Autrement dit, pour moi, l’artisan est synonyme de division sociale du travail. De façon plus générale, on peut retenir la notion de « spécialiste », qui ne préjuge pas de la nature de la structure sociale dans laquelle s’insère l’individu, et qui désigne tout individu possédant un savoir-faire spécifique sans que sa subsistance repose nécessairement exclusivement ou même de façon dominante sur celui-ci. Ce peut être le cas du potier paysan médiéval du nord de la péninsule Ibérique10, par exemple, mais aussi celui du faiseur de sel Baruya qu’a étudié M. Godelier11.

15Mais au-delà, il y a ceux qui impulsent le transfert de technologie : la « demande », pour le dire dans les termes de l’économie classique, d’une part ; et d’autre part, ceux qui ont accès à l’information, ceux dont les réseaux sociaux dépassent le cadre communautaire pour s’étendre à l’échelle régionale, voire continentale. Autrement dit, il y a ceux qui ont accès, ou veulent avoir accès à des produits nouveaux constituant des marqueurs de statut social, mais aussi ceux qui peuvent obtenir des informations sur les méthodes qui prévalent à la mise en forme de ces produits et diffuser celles-ci au sein de leur communauté.

16Ce sont les deux axes précédemment évoqués — l’analyse segmentaire de la chaîne opératoire d’une part et la détermination des acteurs du transfert d’autre part — qui structureront la suite de cette analyse. Ces thématiques seront développées selon deux optiques un peu différentes en fonction de la diversité de la documentation disponible. Notre approche ne se concentrera pas sur les horizons les plus méridionaux, où la proximité entre autochtones et colons est telle que l’on a parfois bien du mal à définir ce qui est dû aux uns ou aux autres. Retenons pour l’instant que cette région — correspondant pour l’essentiel à l’Andalousie — constitue sans doute l’espace où l’interpénétration des deux populations était la plus favorable à des échanges soutenus. En revanche, nous privilégierons surtout les régions plus septentrionales (la vallée de l’Èbre et la Catalogne), d’une part parce que, du fait de la distance géographique aux établissements coloniaux les plus précoces et les plus importants (ceux phéniciens du sud de la péninsule), la situation y est plus claire, et d’autre part parce que la documentation récente y apporte un éclairage particulier.

17Bien sûr, ce développement n’a aucune vocation à l’exhaustivité : celle-ci est hors de notre portée pour l’instant, ne serait-ce que du fait des différences de situation d’une région à l’autre.

La chaîne opératoire de la céramique tournée : propositions pour une analyse segmentaire

La préparation des argiles

18La préparation de l’argile est a priori la première des étapes dans la fabrication de la céramique qui nous soit accessible. La céramique phénicienne d’Occident présente souvent un abondant dégraissant gris à granulométrie assez fine et dont la répartition est homogène au sein de la pâte rougeâtre. Ce dégraissant est du schiste, le même que celui que l’on retrouvera plus tard dans la pâte des amphores Dressel 20.

  • 12 Sanmartí et alii,2000, pp. 160-166.
  • 13 Voir, entre autres, Moret et alii, 2006, pp. 237-238.
  • 14 Ibid., pp. 60-62.

19On a peu de données sur la structure des pâtes des premières productions ibériques. L’essentiel des observations en ce sens fut effectué par l’équipe de J. Sanmartí sur le site du Barranc de Gàfols, en Catalogne, où fut découvert un lot de céramiques tournées peintes en rouge (datées des alentours de ‑550) présentant des traits morphologiques proches de ceux de la poterie phénicienne, et confectionnées à l’aide d’une argile présentant un dégraissant assez dense12. Mais ce dégraissant, s’il est différent de celui employé pour la céramique phénicienne, est constitué de roches métamorphiques, alors que Gàfols est dans une région où de façon globale dominent les roches sédimentaires. Les auteurs attribuent donc ces poteries à des ateliers méridionaux (régions de Grenade et Murcie), et leur présence à Gàfols serait due aux échanges, ce qui n’a rien d’impossible pour l’époque : dès le viie siècle av. J.-C., des produits méridionaux remontent l’Èbre jusqu’au Bas-Aragon13. On serait tenté de voir dans ces modalités de préparation de la pâte l’adaptation de pratiques phéniciennes à un contexte géologique différent, d’autant plus que les premières céramiques ibériques du Bas-Aragon, apparemment de production régionale, présentent elles aussi un dégraissant de granulométrie et densité comparables (fig. 2a)14. Une autre possibilité, néanmoins, est que ces caractéristiques découlent des traditions céramiques régionales et de la préparation des pâtes des céramiques non tournées.

20Toujours est-il que cet aspect granuleux de la pâte ne fut pas appelé à marquer durablement la céramique ibérique, alors que la céramique commune punique le conserva. Dès le début de l’Ibérique Moyen, la tendance est au développement de pâtes extrêmement fines, jusqu’à ce que, vers 75-50 av. J.-C., le dégraissant devienne pour ainsi dire invisible à l’œil nu. Au Mas de Moreno de Foz-Calanda, la découverte de tessons crus a permis de montrer que cette caractéristique n’était pas due à la cuisson, mais reflétait la qualité des matières premières employées (fig. 2b).

Fig. 2. — Composition de l’argile

Fig. 2. — Composition de l’argile

a. Coupe d’un tesson de céramique fine peinte du Tossal Montañes (Valdeltormo)comportant un abondant dégraissant, principalement calcaire et datant de l’Ibérique Ancien (d’après Moret et alii, 2006, fig. 54, p. 63).
b. Tesson de poterie fine peinte non cuite des fouilles du Mas de Moreno de Foz-Calanda présentant un décor de bandes peintes, datant de l’Ibérique Récent (photo A. Gorgues)

La mise en forme des vases et leur décoration

21Les phases de mise en forme et de décoration sont évidemment celles qui trahissent le plus clairement le transfert de technologie, puisque c’est là qu’interviennent le tour de potier et la décoration à la peinture rouge (avant cuisson), deux techniques inconnues précédemment.

  • 15 Contreras et alii, 1983.
  • 16 Moret et alii, 2006, pp. 178-184.
  • 17 Gailledrat, 1997, p. 188.

22Il est difficile de dater avec exactitude ces transferts de technologie. Voyons d’abord le cas du tour, qui nous retiendra le plus ici. Au Cerro de los Infantes (Grenade), dès les années ‑600, on fabrique sur un site autochtone des amphores de typologie phénicienne en utilisant le tour rapide15. Le lot de céramiques du Barranc de Gàfols date des années ‑550 (fig. 3, p. 120), alors que les premières céramiques tournées du Bas-Aragon remontent apparemment au premier quart du siècle suivant (fig. 4, p. 121)16. Le tour fut donc adapté dans un premier temps au sud au viie siècle av. J-C., avant de voir son usage se généraliser au cours du vie siècle jusqu’au Languedoc, même si cette région occupe une place à part dans notre panorama, puisque l’influence technologique grecque y fut également forte17.

Fig. 3. — Les premières céramiques ibériques peintes, à l’Ibérique Ancien, au Barranc de Gàfols

Fig. 3. — Les premières céramiques ibériques peintes, à l’Ibérique Ancien, au Barranc de Gàfols

(d’après Sanmartí et alii, 2000, fig. 7 et 8, p. 160)

Fig. 4. — Une des deux céramiques ibériques peintes de l’Ibérique Ancien du Tossal Montañes

Fig. 4. — Une des deux céramiques ibériques peintes de l’Ibérique Ancien du Tossal Montañes

(d’après Moret et alii, 2006, fig. 52, p. 61)

  • 18 Pour le Bas-Aragon : Moret et alii, 2006, pp. 185-193.

23Reste que le tour semble, au moins au nord, d’abord cantonné à la fabrication de céramiques peintes. La céramique dite « commune » n’est alors pas encore fabriquée à l’aide de cet instrument. Il faudra attendre pour cela la seconde moitié du ve siècle av. J.-C.18. Le recours au tour apparaît donc limité à la catégorie céramique inspirée au plus près par les prototypes phéniciens. Mais cette technique fut assez rapidement assimilée. Le problème est de savoir sous quelle forme : tour à main, comme on l’utilise dans le monde grec à la même époque, ou tour à volant d’inertie bas, dont le type le plus commun est le tour à pied (dont l’invention est par ailleurs réputée plus tardive) ?

  • 19 Deberge et alii, 2009, pp. 68-71.

24Ce type d’outil fait largement appel aux matériaux périssables et laisse de ce fait peu de traces archéologiques, celles-ci se limitant le plus souvent aux structures de maintien de l’installation : fosses de calage, comme à Gondole (Puy-de-Dôme, ier siècle av. J.-C.)19, ou crapaudines servant à maintenir la base de l’axe du tour.

  • 20 Gran-Aymerich, 1990.

25À ma connaissance, l’élément de tour le plus précoce découvert en contexte ibérique provient des niveaux de destruction du célèbre site de Cancho Roano (Badajoz), interprété comme un « palais-sanctuaire » et dont l’occupation s’interrompt au ve siècle av. J.-C. (fig. 5a)20. Lors de sa publication en 1990, cet objet de pierre fut interprété comme une crapaudine de tour à main. Mais outre le fait qu’un tour à main ne nécessite pas obligatoirement que son axe soit ancré dans le sol, le lissage très régulier de la partie supérieure pourrait démontrer qu’un plateau de bois frottait à sa superficie. Un plateau placé aussi bas dans l’architecture du tour est plus vraisemblablement un volant bas qu’une girelle que l’on ferait tourner à la main au ras du sol.

Fig. 5. — Crapaudines de tour d’époque ibérique

Fig. 5. — Crapaudines de tour d’époque ibérique

a. L’exemplaire de Cancho Roano (ve siècle av. J.-C., d’après Gran-Aymerich, 1990, fig. 3 et 4, p. 99)
b. Un des deux exemplaires du Mas de Moreno (iiie-ier siècle av. J.-C., d’après Gorgues et Benavente, 2007, fig. 3, p. 298)

  • 21 Gorgues et Benavente, 2007, p. 98, fig. 3, pour l’une d’entre elles.

26Des objets comparables ont été découverts au Mas de Moreno de Foz-Calanda (Teruel) : en effet, on y a trouvé en position secondaire deux crapaudines de tour (dont une fragmentaire : fig. 5b), certes tardives (première moitié du ier siècle av. J.-C.)21. Leur face supérieure est très lisse, caractère résultant visiblement d’une abrasion régulière que l’on peut là encore imputer sans trop de doutes au frottement d’un plateau de bois. Or, l’aspect des faces extérieures des crapaudines démontre qu’elles étaient enfoncées dans le sol. Là encore, ce plateau pourrait donc être un volant d’inertie bas, plutôt qu’une girelle à main surbaissée.

  • 22 Pour une description générale du site, fouillé de 1970 à 1974 : Pritchard, 1978.
  • 23 Anderson, 1989, p. 48, fig. 10 p. 60, et fig. 17-18 p. 64.
  • 24 C’est d’ailleurs la restitution proposée par Anderson, 1989, fig. 10, p. 60.

27Ce tour à volant bas, qui apparemment marqua fortement les traditions potières ibériques, est-il adopté suite à un transfert de technologie ? À Sarepta (Liban), de très loin le site phénicien de production de céramiques le mieux connu22, plusieurs emplacements de tour ont été découverts. Tous se présentent sous la forme de fosses circulaires légèrement excavées (sur une dizaine de centimètres), aux parois souvent consolidées en pierre, et dotées d’une dépression centrale colmatée à l’aide de plâtre très induré ou d’un « matériau proche du ciment » (cement-like material). Ce noyau central induré est marqué par une cupule, destinée à recevoir soit une crapaudine de tour, soit l’axe du tour lui-même23. Le fait même que ces structures soient ancrées dans le sol plaide là encore pour l’existence d’un volant bas, dont l’emprise correspondrait à peu près à celle de la fosse. Seule la partie supérieure du volant, peut-être même sa face supérieure uniquement, devait en émerger (fig. 6)24. Il est donc difficile d’imaginer qu’il ait été propulsé à la main ; il est plus vraisemblable qu’il l’ait été au pied. Il devait donc s’agir d’un volant d’entraînement qui transmettait son mouvement rotatif à une girelle haute placée à l’autre extrémité de l’axe du tour, une restitution qui semble bien pouvoir s’appliquer aussi aux exemplaires ibériques cités ci-dessus. Autrement dit : les potiers ibères semblent bien avoir connu l’usage du tour à pied, dont ils ont originellement appris le maniement des Phéniciens.

Fig. 6. — Reconstitution des fosses servant à caler les tours de Sarepta

Fig. 6. — Reconstitution des fosses servant à caler les tours de Sarepta

(d’après Anderson, 1989, fig. 10, p. 60)

  • 25 Sur la caractérisation de la goethite : Frèrebeau, 2011. Sur les tessons crus découverts en fouille (...)

28En ce qui concerne la décoration, les remarques que l’on peut faire sont pour l’instant très succinctes. Il est évident que tant le fait de peindre la céramique en rouge que de construire un décor dominé par les bandes horizontales et les cercles concentriques rappelle des pratiques orientales, à tel point que Pierre Paris avait pu considérer que la céramique ibérique dérivait de prototypes mycéniens. L’esthétique du produit ibérique est donc proche de celle véhiculée par le prototype phénicien. Mais on sait en fait peu de chose sur les gestes techniques eux-mêmes (préparation des pigments sur le site ou ailleurs, dans des installations ad hoc, nature des pigments utilisés, des dilutions…). À partir de la fin du iiie siècle av. J.-C., on utilise au Mas de Moreno (Foz-Calanda, Teruel) deux oxydes de fer comme pigments : de l’hématite et de la goethite. Ces oxydes de fer sont travaillés sur place, comme le montre la dispersion d’éléments à différents niveaux de transformation dans la stratigraphie, et ils semblent avoir été extraits à proximité. La découverte de tessons crus a permis de montrer que la peinture obtenue à l’aide de ces pigments était apposée avant cuisson et présentait déjà une couleur rouge vif très proche de celle obtenue après cuisson (voir fig. 2b, p. 118)25. Mais nous ne savons pas si ces pratiques reflètent une habitude technique prise dès les premiers temps de fabrication de la céramique ibérique ou si, au contraire, elles constituent une évolution propre à l’Ibérique Récent ou encore une spécificité de l’atelier du Mas de Moreno.

La cuisson

  • 26 Sur cet aspect, et de façon plus large sur la technologie potière ibérique : Coll Conesa, 2000.

29Les fours de potiers sont le plus souvent, au sein d’un atelier, les seules structures permanentes bâties. De plus, leur visibilité en contexte archéologique est forte, tant du fait de l’induration des matériaux liée à l’action du feu que du fait de leur rubéfaction. La phase de cuisson est donc la plus facile à identifier et à étudier, archéologiquement parlant26.

  • 27 Pour le Bronze final III, l’exemple le plus connu est celui du four de Sévrier (Haute-Savoie), dont (...)

30Dans l’archéographie ibérique, la notion de « four de potier » se confond avec celle de « four de potier à flamme nue et à tirage vertical », un type de four constitué de la superposition de deux volumes séparés par une sole. L’alimentation en combustible se fait par le volume du bas (la chambre de combustion). De là, flammes, gaz de combustion et chaleur parviennent au travers des carneaux (des trous permettant la circulation de l’air) perçant la sole dans le volume du haut (le laboratoire) où sont rangées les céramiques à cuire. L’ensemble est fréquemment complété par un alandier, un couloir voûté mettant en communication l’extérieur du four et la chambre de combustion. C’est souvent dans cet alandier que se faisait le feu, voire juste devant (« zone foyère »), et de là le combustible enflammé était poussé dans la chambre de combustion. Il ne semble guère faire de doute, dans le discours archéologique, que le four de potier soit en lui-même d’origine phénicienne. C’est parfaitement possible, mais on peut aussi remarquer que l’adéquation souvent systématique entre fabrication de la céramique au tour et usage du four de potier à tirage vertical ne semble pas valable pour toute l’Europe occidentale protohistorique : ainsi, en France, des fours à tirage vertical existent de façon certaine depuis l’Âge du Bronze final, mais très probablement depuis au moins la fin de l’Âge du Bronze ancien27.

  • 28 Ces caractéristiques amènent Anderson, 1989, p. 42, à attribuer à la chambre de combustion de ces f (...)
  • 29 Anderson, 1989, pp. 41-47.

31Le problème est de définir, à l’origine, un type de four que l’on pourrait identifier comme « phénicien ». Un des sites les mieux connus de ce point de vue est celui, déjà évoqué, de Sarepta, au Liban, où l’on a fouillé vingt-quatre fours datables entre la fin de l’Âge du Bronze et l’époque perse. L’architecture des fours y est assez évolutive. La chambre de combustion est excavée. La sole percée de carneaux repose sur une languette. L’ensemble présente initialement (jusqu’au début de l’Âge du Fer phénicien, c’est-à-dire jusqu’à l’époque des colonisations) une forme assez allongée (fig. 7a, p. 126). Les deux compartiments de la chambre de combustion délimités par la languette centrale sont de forme ovoïde, et leur orientation peut être légèrement divergente28. Par la suite, la chambre de combustion deviendra circulaire, mais la languette centrale se maintiendra29.

Fig. 7. — Du modèle phénicien au four ibérique

Fig. 7. — Du modèle phénicien au four ibérique

a. Le four R de Sarepta dans son contexte (xie-xe siècle av. J.-C., d’après Anderson, 1989, fig. 7, p. 57)
b. Le four de Las Casillas del Cura (Valence, vers -500, d’après Martinez Valle et alii, 2000, fig. 1, p. 226)

  • 30 Delgado, 2008, p. 78.
  • 31 Vers -500 à Las Casillas del Cura (Venta del Moro, Valence : Martínez Valle et alii, 2000) ; à la C (...)

32Les fours du type ancien de Sarepta existent dans le contexte phénicien d’Espagne, au Cerro del Villar, près de Malaga, au début du viie siècle30. Par la suite, on les retrouve en contexte indigène principalement dans le Pays Valencien (fig. 7b, p. 126)31, mais aussi dans la province de Teruel et au nord jusqu’à Barcelone, pendant toute l’époque ibérique. Cette forme de four, assez différente de celles qui se développent ailleurs en Europe, y compris méditerranéenne, fait donc « souche » en péninsule Ibérique. Il est sans doute assez significatif que ce soit un type phénicien ancien qui serve d’inspiration aux fours indigènes : une fois cette technologie intégrée dans le domaine ibérique, elle acquiert une seconde vie, autonome, dans un nouveau contexte technique, qui assume dès lors le rôle de conservatoire de traditions techniques pourtant allogènes.

  • 32 Aubet, 1999, fig. 1, p. 53.
  • 33 Ramon Torres et alii, 2007, en particulier pp. 107-111.
  • 34 Cette typologie, dont l’utilité est surtout descriptive et ne s’applique qu’aux chambres de combust (...)
  • 35 Contreras et alii, 1983.
  • 36 López, 1994.
  • 37 Coll Conesa, 2000, pp. 201-202.

33Ce type de four ne sera d’ailleurs pas le seul à se développer en péninsule Ibérique, y compris en contexte phénico-punique, puisque le four du vie siècle av. J.-C. du Cerro del Villar32 ou ceux du ve siècle de Camposoto, à Cadix33, auront une forme assez différente : il s’agit de fours de plan circulaire (type Cuomo di Caprio 134), à la sole perforée, reposant souvent sur un pilier central circulaire ou elliptique (au Cerro del Villar et à Camposoto, four 4 ; il s’agit du type Cuomo di Caprio 1a). Ce type de four est assez canonique dans la Méditerranée de l’Âge du Fer (avec le four circulaire à languette, type Cuomo di Caprio 1b), et il est en péninsule Ibérique d’abord attesté en contexte indigène, au Cerro de los Infantes (Pinos Puente, Grenade), dès le viie siècle av. J.-C.35. On retrouvera ce type de four depuis les zones les plus méridionales de la péninsule jusqu’à la Catalogne, en particulier à Darró, près de Tarragone, au iiie siècle av. J.-C.36, en passant par la province d’Albacete37.

34Ce type de four est très répandu en Europe méditerranéenne. Ce fait n’est sans doute pas dû qu’au succès d’un outil mis au point dans le monde classique (on est bien obligé, dans ce cas et vu la zone de diffusion de ces fours, de penser au monde grec). En effet, les fours de cette forme, on l’a vu, s’ancrent dans les traditions de la Protohistoire ancienne de l’Europe. On peut donc aussi penser que cette méthode de construction des fours a fait l’objet d’une diffusion multilatérale, très progressive et très complexe, au travers de l’Europe continentale et méditerranéenne, et que cette diffusion aurait donné lieu à une série de « fossilisations » locales du modèle dans plusieurs régions de l’Europe ancienne, dont la péninsule Ibérique.

35Cette étude succincte de l’évolution des fours de potiers de l’Âge du Fer ibérique montre bien qu’à un modèle de transfert de technologie linéaire, il faut substituer un modèle dendritique de diffusion de traits de culture technique. Certes, la région d’élaboration d’une technologie spécifique peut parfois être identifiée avec netteté : c’est le cas pour les fours à chambre de combustion allongée et compartimentée par une languette centrale (mais pas pour les fours de plan circulaire). Mais même dans ce cas, on peut montrer que cette technologie, une fois intégrée dans une région donnée, va s’y diffuser de proche en proche, de façon assez chaotique, sans doute en fonction de réseaux d’apprentissage dont la nature et la portée géographique nous échappent largement.

36La convergence de plusieurs de ces réseaux dendritiques de diffusion des techniques en péninsule Ibérique finit par aboutir à un paysage technologique très diversifié, un trait distinctif de cette région à l’Âge du Fer.

  • 38 Bernal Casasola et alii, 2004, pp. 612-613.
  • 39 Dernière synthèse sur le sujet : Le Dreff, 2011.

37Le caractère multilatéral et dendritique de ces réseaux peut d’ailleurs expliquer certains faits surprenants : à San Fernando, en périphérie de Cadix, on a fouillé un four, datant du iiie siècle av. J.-C., à sole radiale et à pilier central38, un système de suspension de la sole très typique du domaine gaulois, en particulier du Sud-Ouest de la France39 (fig. 8).

Fig. 8. — Un modèle gaulois pour un four punique ?

Fig. 8. — Un modèle gaulois pour un four punique ?

a. Le four de La Milagrosa à Cadix (d’après Bernal Casasola et alii, 2004, fig. 7, p. 613)
b. Système de sole radiale de ce four, très proche de ceux préexistant dans le sud-ouest de la France (d’après Le Dreff, 2011, fig. 18, p. 40)

38Mais si le domaine ibérique est un espace de convergence de réseaux de diffusion technique, il n’y occupe pas une place passive. On y conçoit vers les années ‑200 ce que je pense être un nouveau type de four, jamais reconnu en tant que tel.

  • 40 Colominas Roca, 1920.
  • 41 Ruiz et Molinos, 1993, fig. 56.3, p. 173, qui reprend en fait l’interprétation originelle de Colomi (...)

39En effet, dès 1920, J. Colominas publiait le four de Fontscaldes (fig. 9a, p. 130). Celui-ci présente un plan rectangulaire et se distingue par une sole dépourvue de carneaux, alors que l’on observe des ouvertures pratiquées dans l’épaisseur des parois40. Jusqu’à une époque récente, on proposait pour ce four un fonctionnement à mon sens plutôt folklorique, avec des cheminées ramenant l’air vers le laboratoire après lui avoir fait faire un détour par la périphérie du four41.

Fig. 9. — À partir du iiie siècle av. J.-C., des fours d’un nouveau type en Catalogne méridionale et dans le Bas-Aragon

Fig. 9. — À partir du iiie siècle av. J.-C., des fours d’un nouveau type en Catalogne méridionale et dans le Bas-Aragon

a. Le four de la Coma, à Fontscaldes (relevé de fouilles, d’après Colominas Roca, 1915-1920, fig. 381, p. 603)
b. Le four 5 du Mas de Moreno, vu de l’ouest. Au premier plan, sa fosse-alandier ; au deuxième plan, la sole (à noter l’enduit conservé dans l’angle sud-est) dépourvue de carneau. Le matériau environnant est constitué par les vestiges de la couverture (cliché A. Gorgues)

  • 42 Déjà présentée pour le four 1 dans Gorgues et Benavente, 2007, pp. 308-310 ; et dans Gorgues, 2010, (...)
  • 43 Sur cette interprétation du four de Fontscaldes (avec des parallèles): Gorgues, 2010, pp. 171-174.
  • 44 Martin, 1996, fig. 16b, p. 19.

40Les fouilles du Mas de Moreno ont livré depuis 2005 des structures comparables, même si, dans ce cas, la sole est soutenue par un muret central partageant la chambre de combustion en deux et donnant aux fours un plan proche de ceux évoqués pour le pays valencien. Les campagnes 2010 et 2011 ont montré qu’un de ces fours au moins était doté d’une sole dépourvue de carneau (le four 5 : fig. 9b, p. 130). Par analogie, il semble qu’il en allait de même pour un autre four moins bien conservé (le four 1, fouillé au début des années 1980 : fig. 10a, p. 131). Les ouvertures permettant la circulation de l’air chaud semblent avoir donné directement au travers de la couverture des fours, composée d’un conglomérat réfractaire d’adobes et d’argile mélangées à du sable. Sans pouvoir revenir ici sur tous les aspects techniques qui m’amènent à cette conclusion42, je pense qu’il n’est possible d’expliquer ces particularités qu’en considérant que ces deux fours, ainsi que celui de Fontscaldes, étaient des fours à flamme mouflée43, d’un fonctionnement proche de celui observé pour un four de Montans du ier siècle ap. J.-C.44 (fig. 10b, p. 131). Autrement dit, le four à moufle serait une innovation ibérique, qui a sans doute inspiré le développement de structures comparables dans le monde romain à partir de ‑40.

Fig. 10. — Les fours bas-aragonais et leur postérité (d’après Martin, 1996, fig. 16b, p. 19)

Fig. 10. — Les fours bas-aragonais et leur postérité (d’après Martin, 1996, fig. 16b, p. 19)

a. Le four 1 du Mas de Moreno de Foz-Calanda
b. Un four à sigillée de Montans (Tarn, ier siècle ap. J.-C.)
Notez le système de cheminées latérales, très proches de celles observées sur le four 1 du Mas de Moreno et sur le four de Fontscaldes, et la structure de la chambre de combustion proche de celle de ce même four.

41On pourrait encore évoquer une particularité que partagent les fours de Foz-Calanda et ceux de San Fernando, à Cadix : la partie inférieure de la chambre de combustion est dénivelée par rapport à l’alandier. Elle est située environ un mètre plus haut. Ces particularités sont à coup sûr liées à la régulation du tirage des fours, et on peut se demander quels sont les processus qui amènent des potiers de deux horizons culturels différents, travaillant pour ainsi dire aux deux extrémités du domaine ibérique, à adopter au même moment une solution technique équivalente dans le cadre de productions radicalement différentes.

42Quoi qu’il en soit, s’attacher à la structure de la chaîne opératoire et non au seul produit fini permet de montrer que s’il y a bien un transfert de technologie à l’origine du développement de la céramique ibérique peinte, les potiers indigènes n’ont pas pour autant été des récepteurs passifs. Ils ont réinterprété des éléments importés dans le cadre de leur propre culture technique (qui a du coup évolué très rapidement), mais cette même culture technique a pu susciter des processus d’innovation complexes qui feront l’objet par la suite de transferts de technologie en direction du monde classique : c’est donc bien d’une culture technique active qu’il s’agit. Inversement, il semble clair que les Phéniciens et les Puniques de péninsule Ibérique ne se sont pas « sclérosés » autour des techniques qui leur étaient propres, mais bien au contraire les ont fait évoluer en fonction des propositions qui provenaient de leur environnement proche.

Les acteurs du transfert de technologie : une première approche

  • 45 Moret et alii, 2006, pp. 171-221.

43Comme on l’a dit, la réalité du fonctionnement social d’une communauté ibérique est sans doute très variable d’une région à l’autre, ce qui signifie qu’il n’y a probablement pas une unique mécanique sociale et culturelle du transfert de technologie dans le domaine ibérique. Aussi m’en tiendrai-je à une étude de cas portant sur le Bas-Aragon, basée sur les travaux que j’ai eu la chance de pouvoir mener aux côtés de P. Moret et J. A. Benavente sur la vallée du Matarraña45, complétés par le résultat de recherches plus récentes que je mène un peu plus à l’ouest, dans la vallée du Guadalopillo.

  • 46 Sanmartí et alii, 2000, pp. 160-166.

44Les premières céramiques ibériques peintes que l’on a pu identifier dans le Bas-Aragon ont été découvertes sur le site du Tossal Montañes (Valdeltormo), au sein d’une maison-tour aristocratique.. Elles sont datables des premières décennies de la seconde moitié du vie siècle av. J.-C., et sont donc postérieures d’environ un demi-siècle aux importations attestées à quelques dizaines de kilomètres de là, au Barranc de Gàfols46. En revanche, les exemplaires de Valdeltormo semblent de production locale.

  • 47 De fait, c’est dans le cadre de productions très standardisées que cet outil s’est développé, comme (...)

45Ces objets apparaissent dans un contexte où toutes les fonctions dévolues à des objets céramiques sont remplies par des poteries réalisées sans l’aide du tour. Cette céramique non tournée est d’excellente qualité et s’inscrit très bien dans le faciès régional de la fin du premier Âge du Fer. À mon sens, dans ce contexte où la seule céramique est la céramique non tournée, il faut abandonner l’idée, largement diffusée parmi les protohistoriens de la Méditerranée, que l’activité potière serait une activité domestique d’appoint, et qu’elle serait l’apanage des femmes. Une telle restitution est basée sur une sorte d’ethnographie régressive et un peu sélective : il y a bien des potières au Maghreb qui fabriquent et vendent de la céramique non tournée comme activité d’appoint. Mais ceci se fait dans un contexte où existe également la céramique tournée, voire industrielle. Pour les sociétés de l’Âge du Fer antérieures à l’introduction du tour, au regard de la qualité technique des pièces, je pense qu’il faut retenir l’existence de potiers spécialistes aux capacités techniques très pointues (sans préjuger de leur genre). À mon avis, c’est ce spécialiste qui va dans un premier temps intégrer le tour de potier. Dans le Bas-Aragon, il va utiliser cet outil pour produire peu d’objets se distinguant cependant par une qualité technique extrêmement aboutie : des pièces d’exceptions, qui ne représentent que deux individus sur les quatorze connus pour les niveaux d’occupation de la tour. On est loin de la production de masse de produits standardisés, généralement associée dans l’esprit des archéologues à l’usage du tour rapide47 : deux pièces de forme différente, isolées au sein d’un faciès céramique encore largement dominé par la céramique non tournée.

46La généralisation de l’usage du tour, dans cette région du Bas-Aragon moins touchée par les flux d’échanges que celles du littoral, sera très progressive. L’étude de l’évolution des faciès céramiques sur une durée de sept siècles nous a permis d’obtenir de ce point de vue des données dépourvues d’ambigüité. On a pu suivre ainsi les évolutions des répertoires morphologiques par grands domaines d’activité, et les résultats sont surprenants. Ainsi, pour ne prendre que quelques exemples, on s’aperçoit qu’en ce qui concerne la mise en forme des coupes, la forme liée à la présentation et à la consommation des mets par excellence, le tour n’est pas utilisé avant la fin du ve siècle av. J.-C., presque un siècle et demi après l’apparition des premières céramiques tournées. Le tour sert alors à fabriquer des coupes peu profondes à bord pendant dont la forme dérive sans nul doute de prototypes en céramique non tournée. La céramique tournée ne se substituera d’ailleurs pas radicalement à la céramique non tournée puisque les coupes à bord déversées non tournées perdurent encore au siècle suivant.

47En ce qui concerne les tasses à anse, également une forme fondamentale, le tour n’intervient qu’au iiie siècle av. J.-C., là encore en s’appuyant sur un répertoire solidement ancré dans la céramique non tournée.

48Les céramiques culinaires ne furent pas fabriquées au tour avant l’époque romaine. Il y a là bien évidemment un choix culturel : il semble que pour les Ibères du Bas-Aragon, le bon pot de cuisine était modelé, pas tourné. Mais au-delà, on voit bien une logique qui se dessine : le tour sert à produire mieux — d’un point de vue qualitatif — une forme qui préexistait. L’enracinement du répertoire morphologique de la céramique tournée dans celui de la céramique non tournée montre que potiers tourneurs et non tourneurs évoluent dans une même sphère ; ils sont sans doute profondément liés. C’est le potier spécialiste de la céramique non tournée qui a introduit le tour, qu’il n’utilise d’abord qu’exceptionnellement : il faut attendre le ive siècle pour que la céramique tournée domine quantitativement, et la fin du iiie pour qu’elle occupe toutes les niches fonctionnelles à l’exception notable de la cuisine. Ce n’est à mon sens qu’à ce moment-là que potiers tourneurs et modeleurs ont pu commencer à se différencier significativement.

49L’introduction du tour dans le Bas-Aragon ibérique est donc due à une préoccupation qualitative et non pas quantitative. Pour comprendre l’origine de celle-ci, revenons au contexte de découverte de ces premières céramiques tournées au Tossal Montañes. Les tessons des deux poteries concernées furent trouvés dans les niveaux bas des couches d’effondrement, et leur conservation différentielle prouve qu’elles étaient déjà fragmentées au moment de l’incendie qui a détruit la tour. Cette tour était sans doute le lieu de résidence d’un potentat local, une résidence aristocratique pour le dire dans les termes de la protohistoire continentale. Ce sont donc les élites qui fournissent l’impulsion (la « demande ») initiale nécessaire à l’introduction de cette nouvelle technologie, qui n’aurait à coup sûr pas pu être reçue si des spécialistes de la céramique ne lui avaient pas préexisté.

50Reste que ces élites ne se contentent pas à mon avis de réclamer aux spécialistes de leur communauté des produits spécifiques. La découverte dans le même contexte stratigraphique de moules de bronzier, associés à d’autres éléments moins significatifs, montre clairement que les élites de cette région jouaient un rôle important dans la structuration des activités productives non agricoles. Il est dès lors envisageable que ce soit elles qui relayaient l’information nécessaire au développement de nouvelles technologies, que ce soient elles qui constituaient doublement le moteur du transfert de technologie, tant par leur demande que par leurs réseaux leur permettant d’avoir connaissance des progrès technologiques accomplis dans d’autres régions.

  • 48 Sur ces aspects : Gorgues, 2009 a et b.

51Ce rôle structurant des élites dans la constitution de la culture technique de leur communauté fut fondamental tout au long de la période ibérique. Au ier siècle av. J.-C. encore, et pour reprendre l’exemple du Mas de Moreno de Foz-Calanda, l’épigraphie montre que ce sont des gens dotés d’un patrimoine important qui encadrent les ateliers de potiers, lesquels sont alors des foyers d’innovations48.

52Les élites apparaissent donc comme le creuset dans lequel se forme la culture technique ibérique du Bas-Aragon. Ce processus n’est peut-être pas uniquement lié au caractère moteur de leurs besoins spécifiques en biens à « valeur technique ajoutée ».

  • 49 Sur cet aspect, pour la période -250/-50 : Gorgues, 2010, pp. 88-148, 276-280 et 353-369.
  • 50 Ibid., pp. 145-148.

53Souvent, le lieu de résidence que l’on peut associer à ces segments dominants de la population apparaît comme un lieu de travail et de concentration de moyens de production à haut degré de complexité technique49. Traditionnellement, on suppose que ce fait est lié à la détention des moyens de production par des élites qui exploitent le savoir-faire et le travail des individus qu’elles dominent. Mais il est probablement temps de se demander s’il ne faut pas renverser notre point de vue et envisager que la maîtrise d’un savoir-faire complexe ainsi qu’un investissement conséquent dans les activités productives n’est pas un des caractères sur lesquels les élites protohistoriques, au moins par endroits, peuvent appuyer leur légitimité50.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, William P. (1989), « The kilns and workshops of Sarepta (Sarafand, Lebanon): remnants of a Phoenician ceramic industry », Berytus, 45, pp. 41-66.

Aubet, María Eugenia (1999), « La secuencia arqueo-ecológica del Cerro del Villar », dans Alfredo González Prats (éd.), La cerámica fenicia en Occidente: centros de producción y areas de comercio. Actas del I Seminario Internacional sobre Temas Fenicios (Guardamar de Segura, 21-24 de noviembre de 1997), Alicante, pp. 41-68.

Bernal Casasola, Darío, Díaz Rodríguez, José J., Expósito Álvarez, José A., Sáez Romero, Antonio, Lorenzo Martínez, Lourdes (2004), « Los hornos púnicos de praefurnium escalonado (ss. iii y ii a. C.). Reflexiones a raíz del alfar de la Milagrosa (San Fernando, Cádiz) », dans Dario Bernal Casasola et Lázaro Lagóstena Barrio (éd.), Figlinae Baeticae. Talleres alfareros y producciones cerámicas en la Bética romana (ss. ii a. C.-vii d. C.). Actas del Congreso Internacional (Cadiz, 12-14 de noviembre de 2003), Oxford, pp. 607-620.

Bocquet, Aimé, Couren, Jean-Pierre (1974), « Le four de potier de Sévrier, Haute-Savoie (Âge du Bronze Final) », Études Préhistoriques, 9, pp. 1-6.

Coll Conesa, Jaume (2000), « Aspectos de tecnología de producción de la cerámica ibérica », dans Consuelo Mata Parreño et Guillem Pérez Jordà (éd.), Ibers. Agricultors, artesans i comerciants. III reunió sobre Economia en el Món Ibèric, Valence, pp. 191-209.

Colominas Roca, Josep (1915-1920), « El forn ibèric de Fontscaldes », Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 6, pp. 602-605.

Contreras, Francisco, Carrion, Francisco, Jabaloy, Encarnación (1983), « Un horno de alfarero protohistórico en el Cerro de los Infantes (Pinos Puente, Granada) », Crónica del XVI Congreso Nacional de Arqueología, Saragosse, pp. 533-538.

Cuomo Di Caprio, Ninina (1979), « Updraught pottery kilns and tiles kilns in Italy in pre-Roman an Roman times », Acta prehistorica et archaeologica, 9/10, pp. 23-32.

Cuomo Di Caprio, Ninina (1984), « Pottery Kilns in pinakes from Corinth », dans Herman A. G. Brijder (éd.), Ancient Greek and Related Pottery. Proceedings of the International Vase Symposium (Amsterdam, 1984), Amsterdam, pp. 72-82.

Deberge, Yann, Cabezuelo, Ulysse, Cabanis, Manon, Foucras, Sylvain, Garcia, Magali, Gruel, Katherine, Loughton, Matthew, Blondel, François, Caillat, Pierre (2009), « L’oppidum arverne de Gondole (Le Cendre, Puy-de-Dôme). Topographie de l’occupation protohistorique (La Tène D2) et fouille du quartier artisanal : un premier bilan », Revue archéologique du Centre de la France, 48, pp. 33-130.

Delgado Hervás, Ana (2008), « Cerro del Villar, de enclave commercial a periferia urbana: dinámicas coloniales en la bahía de Málaga entre los siglos viii y vi a.C. », dans David Garcia i Rubert, Isabel Mereno Martínez et Francisco Gracia Alonso (éd.), Contactes. Indígenes i fenicis a la Mediterrània occidental entre els segles viii i vi a.n.e., Alcanar, pp. 69-88.

Duarte Martínez, Francesc, Garibo Bodí, Joan, Mata Parreño, Consuela, Valor Abad, Jeroni P., Vidal Ferrús, Xavier, « Tres centres de proudcció terrissera al territori de Kelin », dans Consuelo Mata Parreño et Guillem Pérez Jordà (éd.), Ibers. Agricultors, artesans i comerciants. III reunió sobre Economia en el Món Ibèric, Valence, pp. 231-239.

Frangipane, Marcella (éd.) [2004], Alle origini del potere. Arslantepe, la collina dei leoni, Milan.

Frèrebeau, Nicolas (2011), Innovation et transferts de technologie dans la vallée de l’Èbre à la fin de l’Âge du Fer : l’atelier de potiers du Mas de Moreno (Foz-Calanda, Teruel, iiie-ier s. av. J.-C.), mémoire de Master 2 en Matériaux du Patrimoine Culturel soutenu à l’université Bordeaux III (inédit).

Gailledrat, Eric (1997), Les Ibères de l’Ebre à l’Hérault, Montagnac.

Godelier, Maurice (1969), « La monnaie de sel des Baruya de Nouvelle-Guinée », L’Homme, 9, pp. 5-37.

González de Canales Cerisola, Fernando, Serrano Pichardo, Leonardo, Llompart Gómez, Jorge (2004), El emporio fenicio précolonial de Huelva (ca. 900-770 a. C.), Madrid.

Gorgues, Alexis (2009 a), « L’épigraphie dans l’atelier de potiers du Mas de Moreno (Foz-Calanda, Teruel) : la structure de la production à l’époque ibérique tardive (iie-ier s. a. C.) », dans Acta Palaeohispanica X, Actas do X colóquio internacional sobre línguas e culturas paleo-hispânicas (Lisboa, 26-28 de Fevereiro de 2009), Saragosse, pp. 481-500.

Gorgues, Alexis (2009 b), « La production textile dans le nord-est du monde ibérique (vie-ier s. av. J.-C.). Les spécificités d’une production domestique », Cahiers des thèmes transversaux d’ArScAn, Thème III. Journée d’étude « textiles », 9 (2007-2008), pp. 59-68.

Gorgues, Alexis (2010), Économie et société dans le nord-est du domaine Ibérique (iiie-ier s. av. J.-C.), Anejos de AEspA, 52, Madrid.

Gorgues, Alexis (à paraître), « L’atelier de potiers Ibérique Tardif du Mas de Moreno (iiie-ier s. av. J.-C.) : un bilan de six années de recherche », dans Maria Carme Belarte et alii (éd.), Iberos del Ebro. II Congreso internacional (Alcañiz – Tivissa, 16-19 Noviembre de 2011), Tarragone.

Gorgues, Alexis, Benavente Serrano, José Antonio (2007), « Les ateliers de potiers de Foz-Calanda (Teruel) aux iie et ier siècles avant notre ère », Mélanges de la Casa de Velázquez, 37 (1), pp. 295-312.

Gracia, Francesc, Munilla, Gloria, Riart, Francesc, García, Oriol (2000), El llibre dels Ibers. Viatge Illustrat a la culture Iberica, Barcelone.

Gran-Aymerich, José-Maria Jean (1990), « Pierre à pivot d’un tour de potier du ve s. av. J.-C. Fouilles de 1990 dans l’ensemble palatial orientalisant de Cancho Roano, Zalamea de la Serena, à Badajoz, Espagne », Rivista di Archeologia, 14, pp. 97-103, pl. 1.

Hernández Yllán, Manuel (1983), Yacimiento ibérico de Can Badell (Bigues-Riells del Fay, Vallès Oriental, Barcelone.

Le Dreff, Thomas (2011), « Fours et ateliers de potiers au Second Âge du Fer dans l’isthme gaulois », Aquitania, 27, pp. 19-59.

López Mullor, Alberto (1994), « Un horno con ánforas de tipo púnico-ebusitano hallado en Darró (Vilanova i la Geltrú, Barcelona », Coloquios de Cartagena, t. I : El Mundo Púnico. Historia, sociedad y cultura (Cartagena, 17-19 de noviembre de 1990), Murcie, pp. 443-464.

López Seguí, Eduardo (1997), « El alfar Ibérico », dans Manuel Olcina Domenech (éd.), La Illeta dels Banyets (El Campello, Alicante). Estudios de la Edad del Bronce y época Ibérica, Alicante, pp. 221-250.

López Seguí, Eduardo (2000), « La alfarería ibérica en Alicante. Los alfares de la Illeta dels Banyets, La Alcudia y el Tossal de las Manises) », dans Consuelo Mata Parreño et Guillem Pérez Jordà (éd.), Ibers. Agricultors, artesans i comerciants. III reunió sobre Economia en el Món Ibèric, Valence, pp. 241-248.

Marcigny, Cyril et Ghesquière, Emmanuel (dir.) (2003), L’île de Tatihou (Manche) à l’Âge du Bronze. Habitats et occupation du sol, Documents d’Archéologie Française, 96.

Martin, Thierry (1996), Céramiques sigillées et potiers gallo-romains de Montans, Montans.

Martínez Valle, Asunción, Castellano Castillo, Juan, Sáez Landete, Antonio (2000), « La producción de ánforas en el alfar ibérico de las Casillas del Cura (Venta del Moro, Valencia) », dans Consuelo Mata Parreño et Guillem Pérez Jordà (éd.), Ibers. Agricultors, artesans i comerciants. III reunió sobre Economia en el Món Ibèric, Valence, pp. 225-229.

Moret, Pierre (2003), « Sobre la polisemia de los nombres íber e Iberia en Polibio », dans Juan Santos Yanguas et Elena Torregaray (éd.), Polibio y la Península Ibérica, Vitoria-Gasteiz, pp. 279-306.

Moret, Pierre (2005), « Ibérisation archéologique, ibérisation linguistique : le cas du Bas Aragon », dans Actas del IX Coloquio sobre lenguas y culturas paleohispánicas (Barcelona, 20-24 de octubre de 2004), publié dans le nº 5 de la revue Palaeohispanica, Saragosse, pp. 273-294.

Moret, Pierre, Benavente Serrano, José Antonio, Gorgues, Alexis (2006), Iberos del Matarraña. Investigaciones arqueológicas en Valdeltormo, Calaceite, Cretas y La Fresneda (Teruel), publié dans le nº 11 de la revue Al-Qannis.

Pritchard, James B. (1978), Recovering Sarepta, a Phoenician City. Excavations at Sarafand, Lebanon, 1969-1974, by the University Museum of the University of Pennsylvania, Princeton.

Puig, Anna, Martín, Aurora (2006), La colònia grega de Rhodè (Roses, Alt Empordà), Gérone.

Ramon Torres, Joan, Sáez Espligares, Antonio, Sáez Romero, Antonio M., Muñoz Vicente, Ángel (2007), El taller alfarero tardoarcaico de Camposoto (San Fernando, Cádiz), Séville.

Ródriguez Vázquez, Ángela (2000), « Ayer y hoy en un centro de producción alfarera del norte de la Península Ibérica: Faro (Asturias). Proceso tecnológico y entorno social », dans Pierre Pétrequin, Philippe Fluzin, Jacques Thiriot et Paul Benoit (dir.), Arts du feu et productions artisanales. XXe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, pp. 323-336.

Ruiz, Arturo, Molinos, Manuel (1993), Los Iberos. Análisis arqueológico de un proceso histórico, Barcelone.

Sacilotto, Charlotte (2011), De l’argile à la terre cuite, le traitement des productions sur un atelier de poterie ibérique de la fin de l’Âge du Fer. Étude de l’atelier de potiers du Mas de Moreno (Foz-Calanda, Teruel, Espagne) des iie et ier s. a. C., mémoire de Master 2 en Recherche Archéologie soutenu à l’université Bordeaux III (inédit).

Sanmartí, Joan, Belarte, Maria Carme, Santacana, Joan, Asensio, David, Noguera, Jaume (2000), L’assentament del bronze final i primera edat del ferro del Barranc de Gàfols (Ginestar, Ribera d’Ebre), Barcelone.

Vicente Redon, Jaime, Herce San Miguel, Ana, Escriche Jaime, Carmen (1984), « Dos hornos de cerámica de época ibérica en “Los Vicarios” (Valdecebro, Teruel) », Kalathos, 3-4, pp. 311-372.

Vivó, David (1996), « Rhodè, arquitectura i urbanisme del barri hel.lenìstico », Revista d’Arqueologia de Ponent, 6, pp. 81-117.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été menée avec le soutien de la Région Aquitaine, dans le cadre du programme « Un artisanat en réseau : innovation et transferts de technologie dans le sud-ouest de l’Europe au Ier millénaire av. J.-C. ».

2 Sur l’usage de ce terme chez Polybe, une de nos sources les plus importantes concernant la zone géographique en question : Moret, 2003.

3 Sur ce problème, on pourra se reporter au bilan critique de Moret, 2005, pp. 273-275.

4 Pour s’en convaincre, il suffit d’observer que la synthèse de Ruiz et Molinos, 1993, depuis traduite en anglais, s’ouvre sur deux chapitres qui portent sur ce type de mobilier (pp. 23-99). Ce développement occupe environ 1/5e de l’ouvrage. Par ailleurs, quand E. Gailledrat (Gailledrat, 1997) discute le caractère « ibérique » des espaces compris entre l’Èbre et l’Hérault, c’est sur la céramique qu’il axe son raisonnement.

5 Gracia et alii, 2000, p. 51.

6 Pour une présentation et une interprétation technique des pinakes : Cuomo Di Caprio, 1984.

7 Sur l’atelier : Puig et Martín, 2006, pp. 513-544 (pp. 520-526 pour les fours). Voir aussi, pour une analyse de l’atelier se basant sur les observations de Vivó (Vivó, 1996), Gorgues, 2010, pp. 198-204 ; pour les fours des espaces B-II-2 et B-III-2 (d’après la nomenclature de Vivó, 1996), on se reportera en particulier à la p. 201.

8 De ce point de vue, les découvertes de Huelva sont particulièrement explicites : González de Canales et alii, 2004.

9 De ce point de vue, Gorgues, 2010 ne fait pas exception à la règle.

10 Rodríguez Vázquez, 2000, pp. 325-330.

11 Godelier, 1969.

12 Sanmartí et alii,2000, pp. 160-166.

13 Voir, entre autres, Moret et alii, 2006, pp. 237-238.

14 Ibid., pp. 60-62.

15 Contreras et alii, 1983.

16 Moret et alii, 2006, pp. 178-184.

17 Gailledrat, 1997, p. 188.

18 Pour le Bas-Aragon : Moret et alii, 2006, pp. 185-193.

19 Deberge et alii, 2009, pp. 68-71.

20 Gran-Aymerich, 1990.

21 Gorgues et Benavente, 2007, p. 98, fig. 3, pour l’une d’entre elles.

22 Pour une description générale du site, fouillé de 1970 à 1974 : Pritchard, 1978.

23 Anderson, 1989, p. 48, fig. 10 p. 60, et fig. 17-18 p. 64.

24 C’est d’ailleurs la restitution proposée par Anderson, 1989, fig. 10, p. 60.

25 Sur la caractérisation de la goethite : Frèrebeau, 2011. Sur les tessons crus découverts en fouille : Sacilotto, 2011.

26 Sur cet aspect, et de façon plus large sur la technologie potière ibérique : Coll Conesa, 2000.

27 Pour le Bronze final III, l’exemple le plus connu est celui du four de Sévrier (Haute-Savoie), dont la sole et le laboratoire amovibles ont été conservés : Bocquet et Couren, 1974. Mais dès les Âges du Bronze ancien et moyen, des fosses bilobées portant des traces de feu peuvent être interprétées comme la fosse d’accès, l’alandier et la chambre de combustion de fours de potiers : Marcigny et Ghesquières (dir.), 2003, pp. 57-61 pour l’exemple de Tatihou (Manche).

28 Ces caractéristiques amènent Anderson, 1989, p. 42, à attribuer à la chambre de combustion de ces fours la forme de « deux reins ».

29 Anderson, 1989, pp. 41-47.

30 Delgado, 2008, p. 78.

31 Vers -500 à Las Casillas del Cura (Venta del Moro, Valence : Martínez Valle et alii, 2000) ; à la Casa Guerra (Requena Valence : Duarte Martínez et alii, 2000), à l’Illeta dels Banyets (El Campello, Alicante : López Seguí, 1997 ; il s’agit du four 3), au Tossal de las Manises (Alicante ; López Seguí, 2000, p. 246), Can Badell (Bigues-Riells del Fay, Barcelone : Hernández Yllán, 1983) à l’Ibérique Moyen ; à Los Vicarios (Valdecebro, Teruel ; il s’agit du four 2 : Vicente Redon et alii, 1984) et à la Maralaga (Sinarcas, Valence : Duarte Martínez et alii, 2000) à l’Ibérique Récent.

32 Aubet, 1999, fig. 1, p. 53.

33 Ramon Torres et alii, 2007, en particulier pp. 107-111.

34 Cette typologie, dont l’utilité est surtout descriptive et ne s’applique qu’aux chambres de combustion, a été proposée pour la première fois par Cuomo di Caprio, 1979.

35 Contreras et alii, 1983.

36 López, 1994.

37 Coll Conesa, 2000, pp. 201-202.

38 Bernal Casasola et alii, 2004, pp. 612-613.

39 Dernière synthèse sur le sujet : Le Dreff, 2011.

40 Colominas Roca, 1920.

41 Ruiz et Molinos, 1993, fig. 56.3, p. 173, qui reprend en fait l’interprétation originelle de Colominas Roca, 1920.

42 Déjà présentée pour le four 1 dans Gorgues et Benavente, 2007, pp. 308-310 ; et dans Gorgues, 2010, p. 394. Pour une étude intégrant tous les fours : Gorgues, à paraître. Une récente étude en archéométrie apporte des éléments confirmant cette hypothèse : Frèrebeau, 2011.

43 Sur cette interprétation du four de Fontscaldes (avec des parallèles): Gorgues, 2010, pp. 171-174.

44 Martin, 1996, fig. 16b, p. 19.

45 Moret et alii, 2006, pp. 171-221.

46 Sanmartí et alii, 2000, pp. 160-166.

47 De fait, c’est dans le cadre de productions très standardisées que cet outil s’est développé, comme le montre l’exemple d’Arslantepe : Frangipane (éd.), 2004, pp. 50-55.

48 Sur ces aspects : Gorgues, 2009 a et b.

49 Sur cet aspect, pour la période -250/-50 : Gorgues, 2010, pp. 88-148, 276-280 et 353-369.

50 Ibid., pp. 145-148.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Le transfert de technologie dans l’esprit de l’archéologue : le modèle grec
Légende a. Le pinax MNB 2856 du Louvre à la base de la technologie ibérique (d’après Cuomo Di Caprio, 1984, fig. 1, p. 78)b. Restitution d’un four de potier indigène (d’après une illustration de Francesc Riart, dans Gracia et alii, 2000, p. 51)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 2. — Composition de l’argile
Légende a. Coupe d’un tesson de céramique fine peinte du Tossal Montañes (Valdeltormo)comportant un abondant dégraissant, principalement calcaire et datant de l’Ibérique Ancien (d’après Moret et alii, 2006, fig. 54, p. 63).b. Tesson de poterie fine peinte non cuite des fouilles du Mas de Moreno de Foz-Calanda présentant un décor de bandes peintes, datant de l’Ibérique Récent (photo A. Gorgues)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 3. — Les premières céramiques ibériques peintes, à l’Ibérique Ancien, au Barranc de Gàfols
Crédits (d’après Sanmartí et alii, 2000, fig. 7 et 8, p. 160)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 4. — Une des deux céramiques ibériques peintes de l’Ibérique Ancien du Tossal Montañes
Crédits (d’après Moret et alii, 2006, fig. 52, p. 61)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 5. — Crapaudines de tour d’époque ibérique
Légende a. L’exemplaire de Cancho Roano (ve siècle av. J.-C., d’après Gran-Aymerich, 1990, fig. 3 et 4, p. 99)b. Un des deux exemplaires du Mas de Moreno (iiie-ier siècle av. J.-C., d’après Gorgues et Benavente, 2007, fig. 3, p. 298)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 6. — Reconstitution des fosses servant à caler les tours de Sarepta
Crédits (d’après Anderson, 1989, fig. 10, p. 60)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 7. — Du modèle phénicien au four ibérique
Légende a. Le four R de Sarepta dans son contexte (xie-xe siècle av. J.-C., d’après Anderson, 1989, fig. 7, p. 57)b. Le four de Las Casillas del Cura (Valence, vers -500, d’après Martinez Valle et alii, 2000, fig. 1, p. 226)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 8. — Un modèle gaulois pour un four punique ?
Légende a. Le four de La Milagrosa à Cadix (d’après Bernal Casasola et alii, 2004, fig. 7, p. 613)b. Système de sole radiale de ce four, très proche de ceux préexistant dans le sud-ouest de la France (d’après Le Dreff, 2011, fig. 18, p. 40)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 9. — À partir du iiie siècle av. J.-C., des fours d’un nouveau type en Catalogne méridionale et dans le Bas-Aragon
Légende a. Le four de la Coma, à Fontscaldes (relevé de fouilles, d’après Colominas Roca, 1915-1920, fig. 381, p. 603)b. Le four 5 du Mas de Moreno, vu de l’ouest. Au premier plan, sa fosse-alandier ; au deuxième plan, la sole (à noter l’enduit conservé dans l’angle sud-est) dépourvue de carneau. Le matériau environnant est constitué par les vestiges de la couverture (cliché A. Gorgues)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 10. — Les fours bas-aragonais et leur postérité (d’après Martin, 1996, fig. 16b, p. 19)
Légende a. Le four 1 du Mas de Moreno de Foz-Calandab. Un four à sigillée de Montans (Tarn, ier siècle ap. J.-C.)Notez le système de cheminées latérales, très proches de celles observées sur le four 1 du Mas de Moreno et sur le four de Fontscaldes, et la structure de la chambre de combustion proche de celle de ce même four.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4854/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Gorgues, « La céramique tournée dans le domaine ibérique (vie-ier s. av. J.-C.) : une technologie sous influence ? », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-1 | 2013, 111-139.

Référence électronique

Alexis Gorgues, « La céramique tournée dans le domaine ibérique (vie-ier s. av. J.-C.) : une technologie sous influence ? », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/4854

Haut de page

Auteur

Alexis Gorgues

UMR 5607 (AUSONIUS, Bordeaux)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org