Navigation – Plan du site
Dossier. Les transferts de technologie au premier millénaire av. J.-C. dans le sud-ouest de l’Europe

Transferts de technologie en Aquitaine méridionale à la fin du second Âge du Fer et au début de l’époque romaine : l’exemple des céramiques communes

Transferencias de tecnología en Aquitania meridional a finales de la segunda Edad de Hierro y a comienzos de la época romana: el ejemplo de las cerámicas comunes
Technology transfers in southern Aquitaine at the end of the Second Iron Age and the beginning of the Roman era: the example of common ceramics
François Réchin
p. 141-172

Résumés

L’étude des céramiques communes constitue une approche privilégiée des transferts de technologie durant l’Âge du Fer et l’époque romaine car elle permet de repérer avec un certain degré de précision chronologique et spatial l’introduction de nouveaux procédés de fabrication qui touchent à un secteur basique de la production artisanale. En Aquitaine méridionale, l’utilisation du tour, puis la cuisson en atmosphère oxydante, constituent en la matière deux étapes décisives. Une première question se pose de savoir si l’on peut relier ces tournants à ceux que l’on identifie dans d’autres sphères des sociétés concernées — contact avec les mondes celtique et romain, mutations urbaines, transformation des campagnes, etc. Une seconde question touche à la manière dont les transferts se sont concrètement effectués. Les comparaisons avec d’autres domaines de la production potière mieux connus et les acquis de l’« ethnoarchéologie » semblent indiquer le rôle important d’acteurs exogènes dans ces transformations.

Haut de page

Texte intégral

1Repérer la trace des transferts de technologie qui ont pu marquer l’espace sud-aquitain à la fin de l’Âge du Fer et au début de l’époque romaine touche à des enjeux fondamentaux pour la compréhension de l’état des sociétés de ce secteur de la Gaule. Cette question permet en particulier d’aborder la part respective que l’on peut attribuer aux dynamiques internes à ces groupes humains face aux stimuli externes, premièrement dans un contexte d’acculturation diffuse au contact du monde celtique, de l’Hispanie citérieure et de la Transalpine voisines, puis de conquête romaine à partir de César.

2Dans ce cadre, il n’est sans doute pas inutile de préciser d’emblée les acceptions des termes de « technologie » et de « transfert de technologie » qui seront utilisées ici. Pour « technologie » nous acceptons la définition suivante : « ensemble de méthodes et techniques autour de réalisations industrielles formant un tout cohérent1 ». Le « transfert de technologie » sera entendu comme la mise à disposition d’un acquéreur, pour qui c’est une innovation, d’un savoir-faire technique détenu par un propriétaire qui le maîtrise déjà.

3Du point de vue méthodologique, il faut aussi signaler deux séries de difficultés.

4La première tient aux sources que nous solliciterons ici, principalement des poteries communes issues de fouilles d’habitats :

    • 2 À cet égard, l’apport des papyri se révèle particulièrement précieux lorsque l’on peut en disposer, (...)

    nous ne disposons d’aucun point de repère épigraphique ou texte contractuel qui puisse nous éclairer sur l’identité des potiers, leur parcours ou leur organisation, comme peuvent en bénéficier les chercheurs dans d’autres régions de l’Empire romain2 ;

  • les origines exactes des objets dont il sera fait état ici ne sont pas toujours déterminées de façon formelle. Paradoxalement, ce sont les céramiques communes tournées, objets des transferts de technologie les plus marquants et des plus forts investissements en technologie et en capital, qui sont les moins bien connues. À l’inverse, les céramiques communes non tournées découvertes dans les mêmes contextes archéologiques peuvent bénéficier d’analyses pétrographiques aptes à réduire les incertitudes qui pèsent sur leurs origines, et leur typologie, plus segmentée, permet de réaliser des études de diffusion plus aisées ;

    • 3 Fouille programmée sous la direction de P. Dumontier (GAPO).

    nos connaissances portant sur les poteries de la fin de l’Âge du Fer ne reposent en fait que sur trois établissements reconnus depuis plus de vingt ans déjà (Bordes dans les Pyrénées-Atlantiques, Hastingues et Sanguinet dans les Landes), auxquels on ne pourra ajouter que les niveaux contemporains de la grotte de Làa à Arudy (Pyrénées-Atlantiques), fouillés plus récemment3.

5La seconde série d’embûches réside dans les préjugés qui touchent au concept d’innovation, dans le cadre de nos conceptions d’hommes du xxie siècle, évoluant dans des sociétés urbaines, au sein d’économies libérales de marché.

6Une première idée, manifestement peu valide pour les sociétés préindustrielles, voudrait qu’une nouvelle technique, une fois disponible, fasse immanquablement l’objet d’un transfert et d’une large diffusion. Ce mouvement conduirait assez rapidement à rendre obsolètes les techniques utilisées auparavant, les anciennes pratiques étant forcément condamnées sur le plan économique par l’évidente supériorité des nouvelles. Cette notion, encore très vivace, considère naïvement le progrès technique comme un mouvement linéaire ou exponentiel, sans accrocs, dont l’époque romaine constituerait une étape décisive.

  • 4 Parmi les mises au point les plus récentes à ce sujet, on retiendra celles de J.-P. Brun à propos d (...)

7Une seconde idée, pendant de la précédente, postule un véritable blocage technique des sociétés antiques, plus ou moins lié aux mentalités d’élites méprisant les applications pratiques et à un système esclavagiste sclérosant. Dans cette perspective, la circulation des savoir-faire ne peut que s’avérer contrainte et limitée. Les découvertes archéologiques de ces vingt dernières années et de nouvelles lectures des textes antiques ont fait justice de ces dernières affirmations4.

8Ces deux vues opposées offrent ainsi des statuts très différents au transfert de technologie dont l’étendue est probablement outrée dans un cas et exagérément minorée dans l’autre. On tentera donc ici de tenir la barre droite entre ces deux écueils.

9La substance de cette contribution provient d’Aquitaine méridionale, future Novempopulanie (fig. 1), zone au sein de laquelle je focaliserai souvent mon attention sur le bassin de l’Adour, espace qui présente un surcroît de cohérence et de spécificité, permettant ainsi d’obtenir des assemblages céramiques particulièrement révélateurs. Ce choix se justifie avant tout par l’homogénéité de ce cadre, du point de vue géographique et culturel. On ne manquera toutefois pas de souligner que cet espace est structurellement très tronçonné, et de façon plus marquée encore à l’approche du relief pyrénéen. En même temps, il reste très ouvert, au sud vers la péninsule Ibérique et, au nord comme à l’est, vers un sillon garonnais ouvert à la fois en direction du monde celte et des espaces méditerranéens. La notion d’isolement géographique, parfois plaquée sur ce secteur de la Gaule, doit donc être nuancée à l’extrême.

Fig. 1. — L’Aquitaine méridionale dans son cadre territorial de la fin de l’Antiquité et les établissements les plus fréquemment cités dans le texte (réalisation F. Réchin, d’après Maurin, 2004, p. 360, fig. 1)

Fig. 1. — L’Aquitaine méridionale dans son cadre territorial de la fin de l’Antiquité et les établissements les plus fréquemment cités dans le texte (réalisation F. Réchin, d’après Maurin, 2004, p. 360, fig. 1)
  • 5 Lescar, le Lanusse ; Hastingues (installations de la première moitié du ier siècle ap. J.-C.), Sarr (...)

10Quatre séries d’assemblages protohistoriques et huit d’époque augustéenne ou augusto-tibérienne5 ont été prises en compte comme point de départ de cette étude et examinées de près sous les angles typologique et statistique. Ces lots ont été sélectionnés dans un panel d’établissements sociologiquement variés et répartis sur presque toute la superficie de la future Novempopulanie, même si la partie orientale de cette région est probablement sous-représentée en raison de la faiblesse des études consacrées au mobilier céramique. On sollicitera aussi plus ponctuellement un échantillonnage plus étendu de lots issus de l’ensemble du territoire sud-garonnais, afin de tracer des perspectives chronologiques et géographiques plus larges lorsque ce sera nécessaire.

11Nous tenterons de tirer le meilleur parti possible de ces données, quelles que soient leurs imperfections, afin d’analyser à la fois les vecteurs des transferts de technologie et les freins qui pouvaient exister dans cette sphère matérielle, au sein de populations que d’aucuns jugent parfois assez rétives en la matière.

12L’accent sera tout d’abord mis sur le repérage factuel des indices de transferts de technologie. Je tenterai ensuite de donner un sens à ces observations, tout d’abord en les replaçant dans le contexte régional sud-aquitain, ensuite en élargissant les horizons de mes analyses à d’autres secteurs de la production céramique antique et à ce que peuvent apporter les études ethnoarchéologiques, sans doute plus pertinentes dans ce domaine par leur dimension factuelle que toutes les (re)constructions fondées en fait davantage sur nos projections mentales que sur de véritables constatations scientifiques.

Le difficile repérage des transferts : façonnage et cuisson

13Il est sans doute deux domaines techniques privilégiés qui permettent de prendre la mesure de l’adoption de nouveaux savoir-faire en matière de production potière et d’établir leur chronologie. Il s’agit d’abord de l’utilisation du tour, dont nous verrons qu’elle ne va pas forcément de soi, et ensuite de la cuisson en atmosphère oxydante, qui n’est pas non plus le traitement partout privilégié dans la région qui nous occupe.

L’adoption du tour

14À la fin de l’Âge du Fer, les céramiques communes tournées, et non pas simplement finies, pour certaines de leurs parties comme le bord ou le peignage sur un objet à rotation lente, prennent uniquement la forme de produits à pâte grise, parfois beige-jaunâtre, cuits en atmosphère oxydante-réductrice. Ces vases, le plus souvent assez micacés et finement tournés, ne sont apparemment jamais engobés. Leur répertoire morphologique semble d’abord très majoritairement de tradition celtique et s’ouvre progressivement à des influences méditerranéennes, sous la forme principale de dérivés de types campaniens tardifs et de sigillées précoces. La question se pose tout d’abord de savoir à quelle époque ils ont été introduits dans les assemblages céramiques sud-aquitains.

  • 6 Réchin, 1987, groupe III, p. 205 ; p. 207, fig. 2, nos 5-7 et 10-13 ; p. 201, fig. 4, nos 31-32.

15Deux difficultés spécifiques ne facilitent pas leur étude. Tout d’abord, leur typologie, parfaitement alignée sur les standards généraux de l’époque, ne permet guère, pour le moment, de distinguer un faciès spécifique, différent par exemple de celui qui peut être établi dans le Toulousain, et de repérer ainsi une filière de fabrication sud-aquitaine clairement définie. À cela s’ajoute le fait que les pâtes de ces vases, très finement dégraissées, interdisent de fait l’utilisation des méthodes pétrographiques destinées à en déterminer la provenance. Seule la présence assez systématique de mica permet de présumer une origine point trop éloignée des Pyrénées. Il n’est donc pas aisé de savoir si cette production est issue d’ateliers locaux, ce qui peut impliquer un transfert de technologie, ou d’échanges réguliers, lesquels n’impliquent aucune transmission de procédés de fabrication. L’homogénéité, sur chaque site archéologique, des caractères physiques et typologiques des vases, la régularité des découvertes et les proportions notables prises par ces poteries dans certains assemblages, permettent cependant de penser qu’une proportion majoritaire de ces poteries a été fabriquée localement. Ainsi en est-il probablement du site fortifié de Bordes (Pyrénées-Atlantiques, iie-ier siècles av. J.-C.) où 21 % des poteries appartiennent au groupe des céramiques communes tournées à pâte grise fine et où de véritables séries typologiques ont pu être définies6.

  • 7 Maurin, 1998, p. 105.
  • 8 Ibid., p. 83 et 94.
  • 9 Mobilier en cours d’étude, direction P. Dumontier.

16Les contextes de découverte ne permettent pas de fixer l’apparition des céramiques tournées avant la charnière des ive et iiie siècles av. J.-C. À cet égard, les contextes d’habitat, certes peu nombreux, fournissent des points de repère intéressants. Il en est ainsi des installations du lac de Sanguinet (Landes), bien datées grâce aux nombreux pieux de bois qui y ont été découverts. En effet, l’établissement du Put Blanc (viie-ive siècles av. J.-C.7) n’a livré à notre connaissance aucune céramique commune tournée, alors qu’elles sont présentes sur celui de l’Estey du Large (ve-ier siècle av. J.-C.)8. La grotte de Làa à Arudy (Pyrénées-Atlantiques) fournit de son côté une succession stratigraphique particulièrement intéressante, grâce à une série d’éboulis périodiquement aménagés par de petits groupes d’occupants. Les recherches en cours valident une datation tout à fait comparable à celles de Sanguinet9.

  • 10 Les fouilleurs de la région ont en effet assez tôt systématisé ces datations. Voir une première app (...)
  • 11 Mohen, 1980, p. 168, pp. 217-219 et pl. 1-40.
  • 12 Ibid., pp. 219-220. Une étude comme celle que consacra Y. Marcadal aux céramiques du premier Âge du (...)
  • 13 Blanc et alii, 1997, p. 58 ; Dumontier et Blanc, 1984, pp. 66-69 (par exemple sépulture 16) ; Escud (...)

17Les contextes funéraires, bien plus nombreux et souvent étalonnés par des datations par le 14C10, offrent un éventail d’arguments décisifs. Au sein du phasage élaboré pour l’Âge du Fer aquitain par J.-P. Mohen, pour l’essentiel à partir des structures funéraires, aucune céramique tournée n’apparaît, même durant la phase finale V qui marque le début du second Âge du Fer aquitain, à partir des années 330 av. J.-C.11. Pour cet auteur, non encore démenti sur ce plan-là, il faut attendre le iiie siècle av. J.-C. pour discerner l’arrivée d’objets ou de véritables influences celtiques dans le domaine sud-aquitain, sans pour autant qu’il mentionne explicitement les céramiques tournées parmi ces nouveautés12. Des opérations archéologiques plus récentes confirment les évolutions que J.-P. Mohen définissait en 1980. Ainsi, en l’état de nos connaissances, aucun tertre funéraire de la zone sous-pyrénéenne occidentale ne semble avoir livré de céramique tournée, y compris ceux dont on peut encore dater l’utilisation vers la fin du ive et au début du iiie siècle av. J.-C., comme c’est le cas à Ibos (Hautes-Pyrénées)13.

  • 14 Réchin, 1987, p. 207, fig. 2, nos 11 et 12.
  • 15 Id., 1994, pp. 327-329 et fig. 4.151, type 305a et b, fig. 4.152, type 305c.
  • 16 Sauf, peut-être, certains vases non tournés des tertres funéraires d’Asson ou de Bougarber dans les (...)
  • 17 Par exemple : Brunaux et alii, 1985, p. 19, fig. 8d ; Jacques et Rossignol, 1996, p. 33, fig. 14a p (...)
  • 18 Rancoule, 1982, p. 216, fig. 6, nos 3, 4, 5 (fin du iie siècle av. J.-C.) et fig. 7 (ier siècle av. (...)

18Des arguments plus strictement typologiques permettent de préciser les enseignements tirés de contextes bien datés. Il en est ainsi pour les bols carénés tournés à pâte grise (fig. 2 et 3, pp. 148-149), assez fréquents à Arudy et à Bordes14 au second Âge du Fer et qui perdurent ensuite, sous des aspects un peu différents aux ier et iie siècles ap. J.-C. dans la plupart des établissements de la région15. Si ces formes peuvent être comparées, sous certains angles, à quelques séries de vases ouverts fréquents au premier Âge du Fer pyrénéen, ils n’en sont pas moins très différents16. Que l’on recherche des références dans le nord de la Gaule17 ou dans le Sud18, les parallèles les plus proches apparaissent assez tardivement, en général à partir de La Tène moyenne.

Fig. 2. — Bols carénés tournés à pâte grise (groupe A1, type 305, d’après Réchin, 1994, pp. 327-329 et fig. 4.151 ; type 305a et b, fig. 4.152, type 305c, d’après Réchin, 1994) [échelle 1/3]

Fig. 2. — Bols carénés tournés à pâte grise (groupe A1, type 305, d’après Réchin, 1994, pp. 327-329 et fig. 4.151 ; type 305a et b, fig. 4.152, type 305c, d’après Réchin, 1994) [échelle 1/3]

— 1-3 : Fortification de Bordes (Pyrénées-Atlantiques), iie-ier siècle av. J.-C.
— 4 : Grotte d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques), ier siècle av. J.-C.
— 5-7 : Campement d’Hastingues (Landes) ; 5-6 : iie-ier siècle av. J.-C. ;
7 : Première moitié du ier siècle ap. J.-C.

Fig. 3. — Bols et écuelles tournés à pâte grise (groupe A1) [échelle 1/3]

Fig. 3. — Bols et écuelles tournés à pâte grise (groupe A1) [échelle 1/3]

— 8-10 : bols carénés tournés à pâte grise (groupe A1, type 305, d’après Réchin, 1994, pp. 327-329 et fig. 4.151, type 305a et b, fig. 4.152, type 305c).
8 et 9 : Villa de Saint-Sever (Landes, Haut-Empire) ; 10 : agglomération urbaine de Lescar (Pyrénées-Atlantiques), première moitié du iie siècle ap. J.-C.
— 1-4 : écuelles tronconiques tournées à pâte grise (groupe A1, type 202a, d’après Réchin, 1994, pp. 321-324 et fig. 4.148). 1 et 2 : Bordes, iie-ier siècle av. J.-C. ; 3 et 4 : agglomération urbaine de Saint-Bertrand-de-Comminges (3 : contexte des années 40/30-15 av. J.-C. ; 4 : contexte des années 15 av. J.-C.-15 ap. J.-C.)

  • 19 Réchin, 1987, p. 207, fig. 2, nos 5, 6, 7.
  • 20 Id., 1994, pp. 321-324 et fig. 4.148.
  • 21 Brunaux et alii, 1985, p. 17, fig. 6a, n° 7.
  • 22 Vaginay et Guichard, 1984, pp. 197-198 et 217, fig. 11, nos 6 à 10.
  • 23 Pour Auterive (Haute-Garonne) : Latour, 1970, pp. 36 et 38, pl. 14a, datables des années 140-80 et (...)

19Les écuelles tournées à pâte grise, tronconiques et à encolure incurvée vers l’intérieur (fig. 3, p. 149), sont elles aussi présentes, mais en assez petites quantités, dans les niveaux du second Âge du Fer à Arudy et Bordes19, puis à l’époque romaine, où elles ne semblent toutefois guère dépasser la période augusto-tibérienne sous leur forme originelle20. L’absence de ces types est patente durant la majeure partie du premier Âge du Fer, tant en Gaule celtique qu’en Aquitaine. Il faut attendre la fin du Hallstatt et le début de La Tène, dans certaines régions de la Gaule du Centre-Est, pour voir apparaître les prototypes de ces vases21. Ensuite, ils peuvent devenir très nombreux à partir de La Tène moyenne comme dans le centre de la Gaule22, attestés néanmoins dès La Tène ancienne, ou le Languedoc occidental23.

  • 24 Sireix, 1994, p. 96.
  • 25 Id., 1989, pp. 10-14 et 16-19.
  • 26 Boudet, 1987, p. 175.
  • 27 Ibid., pp. 176-177.
  • 28 Ibid., p. 199.

20Il serait possible de compléter ce court bilan par nombre de références supplémentaires, il demeure qu’il fait apparaître un certain retard dans l’apparition des céramiques tournées à l’intérieur du domaine sud-aquitain. Si peu d’ateliers du début du second Âge du Fer sont connus sur la rive droite de la Garonne, la plupart sont datables de la fin du second Âge du Fer24, l’atelier des « Grands-Vignes » à Sainte-Florence (Gironde) atteste toutefois clairement la fabrication de céramiques tournées à pâte grise au début du ive siècle av. J.-C., soit au moins un siècle avant ceux des pays de l’Adour25. Il faut toutefois souligner que les rythmes de cette évolution ont pu être très variables d’une microrégion à une autre. Autour de l’estuaire de la Garonne, R. Boudet proposait en effet de placer l’apparition de vases lissés et probablement tournés — ou plutôt façonnés sur une tournette ? — durant sa période 2 correspondant à la fin de la période V de J.-P. Mohen26. Dans ce secteur, les vases assurément tournés ne se répandent vraiment qu’à partir du iiie siècle27 et même à certains endroits plus tardivement encore, comme à Grayan-et-L’Hôpital où « le tour apparaît au iie siècle avant notre ère, mais son usage reste très limité. C’est au ier siècle que son emploi se généralise28 ».

Maîtrise de la cuisson en atmosphère oxydante

  • 29 Picon, 1973 et 2004.

21Le contrôle de la cuisson, dans le dessein de produire des vases d’une couleur voulue, bien répartie sur la totalité de la surface de l’objet résulte de savoir-faire finalement assez complexes dont la transmission peut prêter à débat29. Examinons sommairement la situation pour le domaine géographique qui nous intéresse.

Durant l’Âge du Fer

  • 30 Id., 1973, pp. 59-70.

22À cette époque, la totalité des poteries dont on peut supposer une origine sud-aquitaine sont cuites selon le mode B défini par M. Picon30. Il s’agit généralement d’une cuisson conduite tout d’abord en atmosphère oxydante, suivie d’une post-cuisson réductrice plus ou moins contrôlée qui donne des couleurs sombres.

23Les céramiques tournées (fig. 2-3, pp. 148-149 et fig. 4) arborent parfois un noir bleuté assez profond et plus souvent un gris souris de qualité, bien réparti. Toutefois, une partie minoritaire de ces objets montre une pâte et une surface beige clair dont on ne sait si elle résulte d’une véritable volonté ou d’un contrôle approximatif de la post-cuisson.

Fig. 4. — Pots tournés à pâte grise (groupe A1) [échelle 1/3]

Fig. 4. — Pots tournés à pâte grise (groupe A1) [échelle 1/3]

— 1-2 : pots tournés à pâte grise (groupe A1) à corps ovoïde et encolure cylindrique ou légèrement tronconique basse. 1 : Lescar, contexte du ier siècle ap. J.-C., type 705a (d’après Réchin, 1994, pp. 332-334 et fig. 4.155) ; 2 : Saint-Bertrand-de-Comminges, contexte des années 15 av. J.-C.-15 ap. J.-C., type 705a (d’après Réchin, 1994, pp. 332-334 et fig. 4.155)
— 3-6 : pots tournés à pâte grise (groupe A1) à corps ovoïde et encolure tronconique haute, type 706 (d’après Réchin, 1994, pp. 334-336 et fig. 4.155). 3 : Saint-Bertrand-de-Comminges, contexte des années 40/30-15 av. J.-C. ; 4 : Hastingues, contexte de la première moitié du ier siècle ap. J.-C. ; 5 : Lescar, contexte du ier siècle ap. J.-C. ; 6 : Tarbes, contexte d’époque flavienne-première moitié du iie siècle ap. J.-C.

24Les céramiques culinaires non tournées, quoique généralement d’assez bonne qualité, ne semblent pas avoir bénéficié de la même attention au moment de la cuisson car leurs teintes sont généralement plus variées, parfois dans une même série typologique. Les couleurs peuvent ainsi aller du blanc cassé au noir pour les vases culinaires, alors que les poteries de conserve présentent plus uniformément une surface extérieure couleur cuir à orangé et une pâte grise assez uniforme. Les tonalités obtenues pour ces céramiques communes non tournées ne sont en fait guère différentes de celles qui marquaient la plupart des vases appartenant au même type de fabrication au premier Âge du Fer.

25Ces constatations indiquent que de véritables fours à sole et à flamme nue ont été introduits en même temps que la technique du tour, constituant ainsi une véritable panoplie technique, utilisée par des opérateurs avertis. Il est patent que les conditions de cuisson — outils disponibles et procédures — de ces vases sont très différentes de celles, probablement très rudimentaires, qui dominaient jusqu’ici et qui semblent avoir perduré pour la fabrication des céramiques non tournées.

À l’époque romaine

  • 31 Barat et alii, 1995.
  • 32 Réchin, 1994, pp. 374-375 et fig. 4.180 et 4.181. Voir aussi dans cet article la fig. 6, pp. 156-15 (...)

26Incontestablement, la majorité des vases tournés qui paraissent fabriqués dans la région reste à pâte grise durant le début du Haut-Empire. Il faut attendre l’époque flavienne, dans les zones les plus septentrionales (Labastide d’Armagnac, Séviac) et orientales (ateliers bigourdans de la plaine de Tarbes, Saint-Bertrand-de-Comminges, atelier de Pointis-Inard en Haute-Garonne31) de la future Novempopulanie pour constater de véritables changements dans les modes de cuisson. Ce mouvement, amorcé au même moment qu’ailleurs dans les pays de l’Adour (Lescar et Oloron, Lalonquette, etc.), semble aboutir un peu plus tard dans ce secteur, sans doute seulement dans la première moitié du iie siècle. Ce mouvement d’ensemble n’est donc pas univoque et d’ailleurs, il semble que des tentatives ponctuelles précoces de fabrications à pâte claire aient émergé en certains endroits, comme à Saint-Bertrand-de-Comminges dès l’époque augustéenne32.

  • 33 Voir dans cet article la fig. 9b, p. 166.
  • 34 Id., 2008 b, pp. 333-334.

27Il faut en conséquence souligner que, si le passage des pâtes grises aux pâtes claires est acquis à partir de la première moitié ou du milieu du iie siècle en Aquitaine méridionale33, cette situation semble assez tardive au regard de beaucoup de régions de la Gaule romaine. Les poteries tournées à pâte grise sont en effet très tôt absentes du pourtour méditerranéen, mais aussi de la vallée du Rhône et, plus tard, de façon plus contrastée, elles prennent une part très réduite de la vaisselle dans bien des secteurs de la Gaule, comme en Belgique34. Mais ce changement n’implique nullement l’utilisation de fours différents de ceux qui existaient déjà — puisqu’on peut indifféremment produire des poteries sombres ou claires dans des fours à flamme nue. Il résulte donc davantage d’une orientation différente des savoir-faire de producteurs attentifs aux nouveaux goûts de leur clientèle que de l’adoption d’un nouvel outillage.

Poteries et contexte régional : quelques étapes

28Il n’est donc jamais aisé, en l’absence de vestiges d’ateliers, de définir les modifications formelles qui pourraient témoigner de transferts technologiques. Dans ces conditions, tenter de restituer la chaîne des événements qui conduisent à ces changements est un exercice encore plus complexe qui repose entièrement sur l’analyse de mobiliers rejetés par leurs utilisateurs. Je tenterai toutefois de replacer l’évolution de ces poteries dans le cadre des mutations globales qui touchent les espaces sud-aquitains de la fin de la Protohistoire et du Haut-Empire, de façon à répondre le mieux possible aux questions qui restent en suspens une fois que les tendances générales de l’évolution du mobilier ont été définies.

La fin du ive et le début du iiie siècle av. J.-C.

  • 35 J’emploie ici le terme « culture matérielle » au sens où V. G. Childe l’entendait : « a certain typ (...)
  • 36 Mohen, 1980, pp. 217-220 ; Boudet, 1991, p. 61.

29L’adoption du tour dans les pays de l’Adour et des Landes est difficile à mettre directement en phase avec un mouvement de « celtisation » de l’Aquitaine méridionale dont on peine encore à définir l’ampleur et la chronologie précise, confirmant encore la difficulté que tout chercheur éprouve à confronter les changements qui touchent la « culture matérielle »35 et les mouvements de peuples attestés par les sources littéraires ou l’ethnonymie36.

  • 37 Ibid., p. 61.
  • 38 Fabre et Lescarret, 1975.

30Il demeure que l’adoption de la technique du tour et le contrôle plus affirmé de la cuisson grâce à des fours plus élaborés s’accompagnent de l’introduction d’un répertoire formel typiquement laténien qui laisse peu de doute quant à la provenance de ces nouvelles techniques. Ici, l’influence méditerranéenne ne semble pas encore directement marquer les techniques de fabrication des objets et leur typologie, de même que les apports de mobiliers sont encore très limités en nombre à cette époque37. Comme en bien d’autres endroits, il faut en effet attendre au moins le iie, voire le ier siècle av. J.-C., pour discerner les échanges plus significatifs avec le bassin méditerranéen dont témoignent en particulier les découvertes d’amphores Dr. 138.

  • 39 La recherche en géographie culturelle (Claval, 2003, p. 102), confirmée sur certains plans par l’et (...)

31Il n’est donc pas interdit de relier chronologiquement et typologiquement ces faits avec le contact appuyé avec le monde celtique auquel l’« Aquitaine ethnique » est alors confrontée à partir de la fin du ive et au début du iiie siècle av. J.-C., même si l’arrivée concrète de groupes exogènes plus ou moins importants semble, en l’état des connaissances, difficile à établir formellement et doit être plutôt proposée à titre d’hypothèse. Il est au moins probable que des conditions favorables à l’établissement d’une intercommunication linguistique et culturelle plus poussée, propre à faciliter la diffusion d’un corpus relativement cohérent de pratiques techniques, se sont alors mises en place dans le sud-ouest de la Gaule, pris au sens large du terme39.

Le début du Haut-Empire

32À cette époque, le profil sud-aquitain des céramiques communes n’est pas aussi ébranlé que pourraient le laisser penser les événements politiques et les changements matériels liés à la conquête. La gamme des poteries tournées grises s’enrichit simplement un peu en intégrant quelques profils inspirés de la vaisselle de table italique, essentiellement des céramiques campaniennes tardives et parfois des sigillées du service 1 d’Haltern (fig. 5). Mais l’essentiel du répertoire typologique demeure presque inchangé depuis le second Âge du Fer (écuelles à bord incurvé vers intérieur ou pots ovoïdes à col cylindrique ou tronconique, fig. 2-3, pp. 148-149 et 4, p. 151). À peine peut-on soupçonner quelques productions peu diffusées de vaisselle à pâte claire, comme à Saint-Bertrand-de-Comminges et peut-être à Oloron (fig. 6-7, pp. 156-159). Les véritables nouveautés résident dans l’arrivée de quantités de sigillées tout à fait conformes à ce que l’on rencontre dans la plupart des régions de la Gaule, et d’un modeste pourcentage de céramique commune tournée à pâte claire exogène (céramiques à engobe interne rouge pompéien et mortiers).

Fig. 5. — Assiettes tournées à pâte grise (groupe A1) [échelle 1/3]

Fig. 5. — Assiettes tournées à pâte grise (groupe A1) [échelle 1/3]

— 1-3 : assiettes tournées à pâte grise (groupe A1), corps tronconique caréné à encolure plus ou moins incurvée vers l’extérieur, lèvre continue, type 105a à 105f (d’après Réchin, 1994, pp. 315-318 et fig. 4.147). 1 : Arudy, contexte du ier siècle av. J.-C. ; 2 : Lescar, contexte des années 10-30 ap. J.-C. ; 3 : Saint-Bertrand-de-Comminges, contextes d’époque augustéenne.
— 4 et 5 : assiettes tournées à pâte grise (groupe A1), corps tronconique caréné à encolure incurvée vers le bas, lèvre pendante en biseau, type 104 (Réchin, 1994, p. 314 et fig. 4.146) :
4 : Saint-Bertrand-de-Comminges, contexte des années 15 av. J.-C.-15 ap. J.-C. ;
5 : Lescar, contexte des années 10-30 ap. J.-C.
— 6 : assiettes tournées à pâte grise (groupe A1), corps arrondi, encolure redressée au profil triangulaire, type 102 (d’après Réchin, 1994, pp. 313-314 et fig. 4.102), Saint-Bertrand-de-Comminges, contexte des années 15 av. J.-C.-15 ap. J.-C.

Fig. 6. — Céramiques tournées à pâte orangée, un peu micacée, marquée par quelques grains blancs assez fins, dispersés (groupe A3), sans doute fabriquées à Saint-Bertrand-de-Comminges ou dans les environs immédiats à l’époque augustéenne (d’après Réchin, 1994, pp. 374-375 et fig. 4.180-4.181) [échelle 1/3]

Fig. 6. — Céramiques tournées à pâte orangée, un peu micacée, marquée par quelques grains blancs assez fins, dispersés (groupe A3), sans doute fabriquées à Saint-Bertrand-de-Comminges ou dans les environs immédiats à l’époque augustéenne (d’après Réchin, 1994, pp. 374-375 et fig. 4.180-4.181) [échelle 1/3]

Fig. 7. — Céramiques tournées à pâte blanchâtre à beige, parfois grise et engobe irrégulier, rouge-orange à brun, dégraissant fin isolé (groupe A3), sans doute fabriqué à partir du ier siècle ap. J.-C. (époque augustéenne ?) à Oloron ou dans les environs immédiats (d’après Réchin, 1994, pp. 375-376 et fig. 4.182). Lot de mobilier d’époque flavienne (Oloron-Sainte-Marie, quartier Bourt-Paillassar). [échelle 1/3]

Fig. 7. — Céramiques tournées à pâte blanchâtre à beige, parfois grise et engobe irrégulier, rouge-orange à brun, dégraissant fin isolé (groupe A3), sans doute fabriqué à partir du ier siècle ap. J.-C. (époque augustéenne ?) à Oloron ou dans les environs immédiats (d’après Réchin, 1994, pp. 375-376 et fig. 4.182). Lot de mobilier d’époque flavienne (Oloron-Sainte-Marie, quartier Bourt-Paillassar). [échelle 1/3]

Fig. 8. — Céramiques tournées à pâte rayable à l’ongle, beige, parfois rouge pâle, quelquefois gris clair marquée par quelques paillettes de mica brillant très fin (d’après Réchin, 1994, pp. 378-387 et fig. 4.185 à 4.190 ; d’après Réchin, 2008, fig. 16-18). Mobilier issu de contextes flaviens et de la première moitié du iie siècle ap. J.-C. (échelle 1/3)

Fig. 8. — Céramiques tournées à pâte rayable à l’ongle, beige, parfois rouge pâle, quelquefois gris clair marquée par quelques paillettes de mica brillant très fin (d’après Réchin, 1994, pp. 378-387 et fig. 4.185 à 4.190 ; d’après Réchin, 2008, fig. 16-18). Mobilier issu de contextes flaviens et de la première moitié du iie siècle ap. J.-C. (échelle 1/3)

Fig. 9. — Évolution de la vaisselle céramique dans les villes et les villae d’Aquitaine méridionale

Fig. 9. — Évolution de la vaisselle céramique dans les villes et les villae d’Aquitaine méridionale

a. Évolution quantitative des différents groupes de fabrication dans les villes et les villae d’Aquitaine méridionale
b. Évolution des quantités respectives de céramiques communes à pâte grise (A1) et à pâte claire (A3) dans les villes et les villae d’Aquitaine méridionale

L’époque flavienne

  • 40 Par exemple, en milieu indigène, dans la région de Nîmes, l’utilisation de céramiques communes tour (...)
  • 41 Réchin, 2008 b, pp. 332-334.
  • 42 Ibid., pp. 328-332.

33On observe alors que les coloris clairs qui règnent depuis bien longtemps dans le monde méditerranéen40 commencent véritablement et progressivement à s’imposer au sein de la vaisselle de table tournée41 (voir fig. 9b, p. 166). Il est important de souligner que ce mouvement s’accompagne d’un changement de gamme assez radical parmi les produits qui changent de teinte. Dans les ateliers de la région, les pichets et des cruches, absents jusque-là du répertoire local, remplacent progressivement les pots de taille équivalente de tradition celtique ; les profils de formes ouvertes abandonnent elles aussi les standards fixés depuis des lustres au profit de formes nouvelles42.

  • 43 Réchin et Convertini et alii, 2003.
  • 44 Réchin, 2008 b, fig. 16-18.
  • 45 Voir par exemple Unzu Urmeneta, 1979 ; Sesma et García, 1994.
  • 46 Réchin, 1994, pp. 375-376, fig. 4.182.

34Il faut aussi attendre cette période pour identifier des groupes de fabrication suffisamment cohérents dans leurs caractéristiques et assez densément et exclusivement diffusés dans la région pour pouvoir y inférer l’existence d’ateliers. Dans le cas des officines de la plaine de Tarbes, les installations ont même été localisées avec précision. À côté de céramiques grises tournées de table de tradition laténienne, et d’amphores vinaires, celles-ci réalisent une vaisselle à pâte claire d’inspiration méditerranéenne bien diffusée chez les Bigerri et, dans une moindre mesure, dans le reste des pays de l’Adour43. D’autres productions ont pu être définies, sans que l’on puisse toutefois localiser leur origine précise. Il en est ainsi d’un groupe de fabrication cohérent, à pâte souvent très fine, beige-jaunâtre, manifestement en provenance d’un même atelier ou nébuleuse d’ateliers et destiné à une diffusion considérable puisqu’il a gagné progressivement les deux versants occidentaux des Pyrénées et leurs piémonts au Bas-Empire44 (fig. 8). Au même moment, les contextes archéologiques du territoire d’Oloron livrent des proportions bien plus élevées qu’auparavant de poteries engobées à pâte claire (fig. 7, pp. 158-159), comparables dans leurs caractères physiques, et parfois typologiques, aux « céramiques pigmentées » du nord de la péninsule Ibérique45, traduisant ainsi la nouvelle faveur dans laquelle sont tenus ces ustensiles46.

35Ce mouvement accompagne une modification significative du peuplement et des activités de la région que l’on peut situer avec maintenant un certain degré de certitude vers la fin du ier siècle et dans la première moitié du iie siècle ap. J.-C.

  • 47 Id., 2008 a, pp. 150-153.
  • 48 Bouet et Tobie, 2003, pp. 163-164
  • 49 Wozny et Réchin, à paraître.
  • 50 Bouet et Tobie, 2003, p. 164 ; Réchin et Roudier, à paraître.

36Ce moment est en effet caractérisé, en ses débuts (années 60-70), par des remaniements urbains assez notables. Ceux-ci se manifestent, par exemple à Lescar, par des reconstructions de demeures urbaines et des rechapages importants de rues47. À Saint-Jean-le-Vieux-Imus Pyrenaeus, les thermes sont remaniés après les années 30-40 et avant 75-80 ap. J.-C.48. À Oloron, les derniers résultats archéologiques évoquent également un second souffle urbain au début de l’époque flavienne49. Mais cette embellie est toutefois rapidement suivie par une crise urbaine assez sensible repérable, dès la fin du ier et au début du iie siècle ap. J.-C., par le délaissement de quartiers entiers des agglomérations de Lescar-Beneharnum et d’Oloron-Iluro. En même temps, dans ces deux agglomérations, ainsi qu’à Saint-Jean-le-Vieux-Imus Pyrenaeus, les bains publics sont abandonnés50.

  • 51 Un tableau complet de la situation générale dans Plana-Mallart, 2006.
  • 52 Gugole, 2006, pp. 51-54.
  • 53 Réchin, à paraître.

37À la campagne, en revanche, des signes très nets de développement apparaissent. Il en est ainsi de la viticulture dont les progrès sont illustrés par la construction d’un chai dans la villa de Lalonquette et par la fabrication de quantités importantes d’amphores dans les ateliers de la plaine de Tarbes51. De même, si l’on en juge par les cas de Lalonquette ou de Séviac52, bien des villae du secteur s’étendent et entament une évolution qui aboutit bien plus tard dans leur palatialisation de la fin de l’Antiquité. Mais ce mouvement s’accompagne d’un renoncement apparemment total à certaines formes de mise en valeur traditionnelle des campagnes si l’on en croit l’abandon des campements pastoraux et sites artisanaux qui ponctuaient le paysage, notamment les zones de landes depuis parfois au moins l’Âge du Bronze53.

  • 54 Dans le domaine des céramiques culinaires c’est à cette époque que se mettent en place des assembla (...)

38Si l’on ne saisit pas encore très clairement tous les tenants et aboutissants de ces métamorphoses, il apparaît au moins clairement que cette période voit la mise en place de nouveaux équilibres socio-économiques, voire culturels, qui perdurent, dans bien des domaines, jusqu’à la fin de l’Antiquité. Les poteries participent naturellement à ce mouvement d’adoption de nouveaux modes d’existence54.

Archéologie et modèles « ethnoarchéologiques » : des démarches complémentaires

  • 55 Même dans le domaine des céramiques communes, la documentation épigraphique n’est pas inexistante e (...)

39Pour la région considérée, nous ne disposons malheureusement d’aucun témoignage de première main, littéraire ou épigraphique55, qui puisse indiquer comment se sont effectués les transferts de technologie qui ont été décrits en première partie. Toutefois, dans ce domaine, des pistes de recherche peuvent être fournies par les observations effectuées dans d’autres sphères de la production céramique gallo-romaine renseignées par l’archéologie ou, lors de périodes plus récentes, par une démarche ethnologique appliquée à des productions pour lesquelles existe une documentation écrite et orale parfois significative.

Des acteurs de transferts technologiques parfois repérés par l’archéologie

40Les exemples de transferts de technologie documentés par l’archéologie, sans être très nombreux, ne manquent pas et témoignent du rôle décisif des apports exogènes lorsqu’une étape qualitative décisive est franchie dans le domaine de la production céramique. Quelques cas bien connus en font foi.

  • 56 Rancoule, 1982.
  • 57 Passelac, 1986, pp. 37-38 ; Id., 1996, pp. 16-17 ; Id., 2001, p. 154.

41Les présigillées de Bram (Aude) sont apparues dans un secteur particulièrement romanisé de la Narbonnaise où, depuis longtemps, les céramiques communes tournées de table et de cuisine sont courantes56. Pourtant, l’étude des estampilles de potiers réalisée par M. Passelac semble soutenir l’hypothèse selon laquelle, lorsqu’il s’est agi de lancer la fabrication d’une vaisselle de table engobée avec soin préfigurant les sigillées vernies, c’est une main d’œuvre exogène, d’origine italienne, qui est impliquée57.

  • 58 Picon et Garmier, 1974 ; Picon et Widemann, 1997 ; Picon et Lasfargues, 1974 ; Picon, 1995.
  • 59 Hoffman et Picon, 1990-1991.
  • 60 Fiches et alii, 1979, p. 260 ; Bourgeois, 1995, pp. 104-105.

42Il en est de même pour les ateliers de « véritables » sigillées comme celui de Lyon, où le rôle déterminant des potiers italiens est prouvé58. À la Graufesenque, où sont attestées des estampilles locales d’Ateius et de Perennius, un processus équivalent est tout aussi possible59, même s’il est délicat d’interpréter la présence de ces signatures60.

  • 61 Mauné et alii, 2006, pp. 164-165, 174-175 et 185-186.

43L’atelier créé ex nihilo à Aspiran (Hérault), manifestement par un italien, montre aussi le rôle original rempli par le potier Laetus. Celui-ci, d’abord fabricant d’amphores de type Pascual I en Léétanie, est ensuite embauché en Narbonnaise dans des conditions dont nous ignorons le détail, afin de démarrer une production qui prend tout d’abord l’aspect de ces conteneurs déjà éprouvés61.

  • 62 Morel, 1992, p. 289.

44Si nous ne sommes pas les victimes d’effets de source répétés, il apparaît donc qu’à maintes reprises, au début de l’Empire, les technologies céramiques les plus novatrices ont été introduites en Gaule par des potiers formés en Italie ou en Hispanie, immédiatement opérationnels et aptes à transmettre leurs savoir-faire à des acteurs locaux réceptifs qui évoluaient dans des milieux où la fabrication de poteries tournées très soignées était déjà une réalité ancrée. Ce modèle est d’autant plus vraisemblable qu’à l’époque romaine, les artisans étaient beaucoup plus mobiles qu’on ne l’imagine encore parfois62. Aucune certitude semblable ne s’impose pour ce qui est des évolutions technologiques définies pour le sud de l’Aquitaine, mais ces indications offrent au moins un modèle d’analyse qui doit être pris en compte.

Des potiers observés par les ethnologues

  • 63 Hodder, 1981, notamment pp. 217-220.

45Si la démarche est bien conduite, enrichir les acquis de ces comparaisons archéologiques par les observations effectuées par l’ethnologie ne revient pas à superposer un schéma explicatif anachronique au registre archéologique. Cela conduit plutôt à distinguer, dans le cadre précis de chaque société, parmi les hypothèses formulées, les plausibles des plus irréalistes, à l’aune de situations réelles, observées dans des contextes technologiques préindustriels comparables à ceux qui nous occupent ici63. Dans le cas présent, cela permet de relever concrètement, à l’époque contemporaine, des processus approchants de sauts technologiques, liés à l’arrivée de spécialistes venus de l’extérieur des zones de production qui les mettent en œuvre.

  • 64 Pétrequin et Monnier, 2002, pp. 163-166.

46L’un des cas les mieux étudiés est celui des ateliers de Nermier (Jura) actifs au xixe siècle64. On y remarque tout d’abord que l’apprentissage de la céramique tournée est un long processus qui ne peut se réaliser qu’auprès de potiers expérimentés, surtout dans les sociétés traditionnelles où les transmissions de savoir-faire ne s’effectuent généralement pas par l’écriture. De ce fait, la transformation du statut de paysan en celui de potier prend au moins deux générations. Ensuite, la transition d’une technique à une autre n’est généralement possible que par l’arrivée de potiers extérieurs possédant déjà les savoir-faire nécessaires. À Nermier, le passage de la fabrication de la tuile et des poteries traditionnelles à celle de la faïence a nécessité l’arrivée de potiers bressans, puis savoyards, qui ont progressivement transmis leurs techniques. Enfin, une fois assimilés les savoir-faire, les produits voient leur qualité se dégrader ou leur décoration se simplifier considérablement si les conditions locales ne sont pas réunies pour entretenir la demande et les compétences nécessaires.

  • 65 Rice, 1984, p. 272.
  • 66 Roux, 1990, p. 150.
  • 67 Ibid., pp. 41-53 et 77.
  • 68 Balfet, 1952, 1965, 1973, 1984.

47Les enquêtes ethnologiques montrent aussi que les céramiques tournées et non tournées se rattachent à deux sphères de fabrication habituellement bien séparées. Ainsi, P. M. Rice signale qu’au moment de la conquête de l’Amérique du sud, les Espagnols qui désiraient trouver des poteries tournées adaptées à leurs besoins ont préféré faire apprendre la poterie à des indigènes qui ne la pratiquaient pas, plutôt que de confier cette tâche à des spécialistes locaux, trop difficiles à reconvertir65. V. Roux fait état de la même difficulté qu’ont les potiers traditionnels à changer de répertoire de vase ou à passer de la céramique non tournée à la céramique tournée66. Il ressort aussi de l’enquête que cette dernière a menée auprès des potiers indiens des faubourgs de New Delhi qu’une césure très nette sépare les circuits de fabrication des céramiques communes non tournées et des céramiques communes tournées67. Les travaux d’H. Balfet ont aussi établi à quel point l’adoption de la céramique tournée n’est pas une donnée d’évidence, dès lors que les conditions ne sont pas réunies pour franchir ce cap technologique, car elle implique une organisation sociale et même une acceptation culturelle très différentes de celles qui président à la fabrication des céramiques non tournées68.

48Compte tenu de ce qui a été dépeint en première partie, il n’est pas exclu qu’au début du second Âge du Fer sud-aquitain les opérateurs qui travaillaient déjà à fabriquer des céramiques communes non tournées n’aient pas été impliqués dans la nouvelle fabrication de céramiques communes tournées qui apparaît à cette époque. Le fait qu’aucune phase de transition n’ait été repérée clairement et qu’aucune volonté de faire évoluer des formes non tournées vers des types de vases tournés ne semble devoir être signalée est éloquent à cet égard.

49Il n’a pas dû en être très différemment à l’époque romaine lorsque, par exemple, les ateliers de potiers tarbais apparaissent brusquement pour fabriquer des amphores de type Dr. 2/4, sans antécédents et maladroitement démarqués des modèles catalans, ainsi que des céramiques communes tournées à pâte claire de type méditerranéen, elles aussi inédites.

  • 69 Van der Leew, 1994.

50Il apparaît donc que le niveau de transfert effectivement accepté par les sociétés sud-aquitaines en matière de production potière a été particulièrement significatif, la radicalité des modifications techniques et formelles liées à l’introduction puis aux modifications des poteries tournées en fait foi. Mais l’analyse archéologique et l’apport des études ethnoarchéologiques poussent à percevoir ces transferts initiaux de technologie comme étant le résultat de l’arrivée d’acteurs exogènes maîtrisant les nouvelles techniques en question ou/et un processus de mise en contact particulièrement poussé. Malheureusement, aucune source ne documente encore l’identité exacte ni l’importance numérique de ces groupes, et encore moins le cadre précis de leurs interventions. Si les éléments d’inertie, particulièrement forts dans cette région, montrent que le changement — ici dans le domaine de la technologie — ne constitue pas une donnée établie allant de soi, la situation aquitaine illustre assez bien le propos de S. Van der Leew pour qui « transformer et innover étant aussi une question de reproduction sociale (la société ne peut surmonter avec succès les aléas de son environnement qu’en s’adaptant), la compétition (qui est finalement attachée au processus d’innovation) existe également. La reproduction du comportement social et technique ne peut donc être à l’identique69 ».

  • 70 Réchin, 2008 b, pp. 133-181.

51L’exemple sud-aquitain indique aussi que les transferts de technologie n’affectent pas immanquablement toutes les fractions de la production artisanale, ni même toutes les branches d’un même secteur dès lors qu’ils sont théoriquement possibles. Il faut probablement voir aussi les transferts de technologie comme le résultat d’un dialogue (et de rapports de force ?) à l’intérieur de ces sociétés, à l’issue duquel chaque groupe détermine le degré d’acceptabilité de chacun des transferts technologiques potentiels, en fonction de ceux qui assurent le mieux leur pérennité ou/et leur domination. Dans ce cadre, les permanences qui affectent bien des domaines de la production artisanale sont probablement aussi porteuses d’informations sur les conditions qui les ont déterminées que les transferts de technologie eux-mêmes. Ainsi, en Aquitaine méridionale, l’essentiel de la vaisselle de stockage et de cuisine reste-t-elle, durant toute la Protohistoire et l’Antiquité, composée de poteries non tournées70 (fig. 9, p. 166).

  • 71 Pumain et Saint-Julien, 2010, p. 182. Voir également Spratt, 1989, pp. 246-253 et fig. 12.1.

52Il en résulte que la forme prise par la diffusion spatiale et chronologique de l’innovation ne relève manifestement pas d’un modèle « linéaire » ou « exponentiel », mais plutôt de celui que les géographes, rejoints par certains théoriciens de l’archéologie, désignent sous le nom de modèle « logistique ». Rapporté à une courbe chronologique de diffusion, celui-ci présente un profil en S où « le taux de pénétration augmente lentement, puis de plus en plus vite, pour décroître ensuite rapidement, puis de plus en plus lentement au fur et à mesure qu’on se rapproche d’une situation de saturation, quand l’ensemble des récepteurs potentiels a été touché »71.

Haut de page

Bibliographie

Andreau, Jean (2010), L’économie du monde romain, Paris.

Balfet, Hélène (1952), « Problèmes relatifs à la condition sociale de la potière », Comptes rendus sommaires des séances de l’Institut français d’anthropologie, 6, pp. 20-22.

Balfet, Hélène (1965), « Ethnological observations in North Africa and archaeological interpretation. The pottery of Maghreb », dans Frederick R. Matson (éd.), Ceramics and man, Chicago, pp. 161-177.

Balfet, Hélène (1973), « À propos du tour de potier. L’outil et le geste technique », dans L’homme, hier et aujourd’hui, recueil d’études en hommage à A. Leroi-Gourhan, Paris, pp. 109-122.

Balfet, Hélène (1984), « Methods of Formation and the Shape of Pottery », dans Allison C. Pritchard et Sander Ernst van der Leeuw (éd.), The Many Dimensions of Pottery. Ceramics in archaeology and anthropology, Amsterdam, pp. 171-197.

Barat, Gérard, Duchein, Michel, Zegaa, Salima (1995), « Une officine de potiers du premier siècle à Pointis-Inard (Haute-Garonne) », Revue de Comminges, 110, pp. 13-21.

Bats, Michel (1986), « Le vin italien en Gaule aux iie-ie s. av. n. è. Problèmes de chronologie et de distribution », Dialogues d’Histoire ancienne, 12,pp. 391-430.

Blanc, Claude (1986), « Première synthèse des datations au carbone 14 pour le Béarn (P. A.) : du Néolithique à l’Âge du Fer », Archéologie des Pyrénées Occidentales, 6, pp. 115-140.

Blanc, Claude, Marembert, Fabrice, Escudé-Quillet, Jean-Marie (1997), « Les tumulus en Béarn », dans Georges Fabre (éd.), Archéologie en Béarn, Actes du IVe Colloque d’Arzacq, Biarritz, pp. 15-75.

Boudet, Richard (1987), L’Âge du Fer récent dans la partie méridionale de l’estuaire girondin (du ve au ier siècle avant notre ère), Périgueux.

Boudet, Richard (1991), « Le iiie siècle avant notre ère dans le Sud-Ouest de la France : état des recherches », dans Actes du IXe Congrès International d’Études Celtiques (Paris, 8-12 juillet 1991), Études Celtiques, 28, pp. 48-64.

Bourgeois, Ariane (1995), « L’empreinte de Rome dans les Gaules : l’apport de La Graufesenque (Millau, Aveyron) », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 6, pp. 103-138.

Braudel, Fernand (1979), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, t. I : Les structures du Quotidien, Paris.

Brun, Jean-Pierre (2005), « L’énergie hydraulique durant l’Empire romain : quel impact sur l’économie agricole ? », dans Elio Lo Cascio (éd.), Innovazione tecnica e progresso economico nel mondo romano : atti degli Incontri capresi di storia dell’economia antiqua (Capri, 13-16 aprile 2003), Bari, pp. 101-130.

Brunaux, Jean-Louis, Meniel, Patrice, Poplin, François (1985), Gournay I, les fouilles sur le sanctuaire et l’oppidum (1975-1984), numéro spécial de la Revue archéologique de Picardie.

Claval, Paul (2003), Géographie culturelle. Une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Paris.

Cockle, Helen (1981), « Pottery manufacture in Roman Egypt », Journal of Roman Studies, 81, pp. 87-97.

Degoy-Thotakura,Laure (2003/2004), « Technique et identité : le cas du façonnage de la poterie en Andhra Pradesh », Cahier ArScAn V, Table ronde – Des techniques de fabrication aux fonctions des céramiques : méthodes d’approche. Thème 7, pp. 233-240.

Fabre, Georges, Lescarret, Jean-Pierre (1975), « Découvertes archéologiques sur l’oppidum de Bordes », Revue de Pau et du Béarn, 3, pp. 7-24.

Fiches, Jean-Luc, Cablat, André, Freises, André (1979), « Formule latine sur un vase sigillé. Découverte d’un fragment inscrit, appartenant à la coupe Drag. 29 de Balaruc-le-Vieux », Revue archéologique de Narbonnaise, 12, pp. 255-263.

Gallimore, Scott (2010), « Amphora Production in the Roman World. A View from the Papyri », The Bulletin of the American Society of Papyrologists, 47, pp. 155-184.

Gellibert, Bernard et Merlet, Jean-Claude (2005), « Le tumulus Grand Tauzin n° 1 des landes d’Agès à Monségur, Landes », Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, 24, pp. 117-127.

Gugole, Jean (2006), « La villa gallo-romaine de Séviac à Montréal-du-Gers (Gers), architecture de la partie résidentielle », dans François Réchin (éd.), Nouveaux regards sur les villae d’Aquitaine : bâtiments de vie et d’exploitation, domaines et postérités médiévales. Actes de la Table Ronde du GRA (Pau, 24-25 novembre 2000), hors-série nº 2 de la revue Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, Pau, pp. 49-66.

Hodder, Ian (1981), « Pottery, Production and Use: a Theorical Discussion », dans Hilary Howard et Elaine L. Morris (éd.), Production and Distribution: a Ceramic View-Point, Oxford, pp. 215-220.

Hoffmann, Bernard, Picon, Maurice (1993), « Ateius à La Graufesenque », Annales de Pegasus, 1990-1991 (1), pp. 3-12.

Jacques, Alain, Rossignol, Patrick (1996), « La céramique laténienne en Artois : premiers résultats des fouilles des années 1990-1995 », Revue archéologique de Picardie, 3-4, pp. 23-39.

Dumontier, Patrice, Blanc, Claude (1984), Un tertre funéraire de l’Âge du Fer, Pau (P. A.), numéro spécial du Cahier du Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales, 4.

Escudé-Quillet, Jean-Marie (1993), Étude des vestiges de l’Âge du Fer et chronotypologie du tumulus T.A64.I d’Ibos, Travail d’étude et de recherche présenté à l’université de Toulouse-le Mirail (inédit).

Mangnez, Jean-Jacques, Riuné-Lacabe, Sylvie (1986), « Fouille de sauvetage d’un tumulus sur l’autoroute A64 (Ibos, Hautes-Pyrénées) », Archéologie des Pyrénées Occidentales, 6, p. 212.

Mangnez, Jean-Jacques et Riuné-Lacabe, Sylvie (1987), « Fouille de sauvetage du tumulus T.A64.I. Les hommes et leurs sépultures », Archéologie des Pyrénées Occidentales, 7, pp. 81-86.

Marcadal, Yves (1974), « La céramique du premier Âge du fer en Aquitaine », Revue Historique et Archéologique du Libournais, 62 (152), pp. 43-62.

Mauné, Stéphane, Bourgaut, Roman, Lescure, Julie, Carrato, Charlotte, Santran, Cédric (2006), « Nouvelles données sur les productions céramiques de l’atelier de Dourbie à Aspiran (Hérault) [première moitié du ier s. ap. J.-C.] », dans Lucien Rivet etSFECAG (éd.), Actes du Congrès de Pézenas, Marseille, 2006, pp. 157-188.

Maurin, Bernard (1998), 3000 ans sous les eaux. Vingt ans de fouilles archéologiques dans le lac de Sanguinet, Landes, Paris.

Maurin, Louis (2004), « Jeu des Neuf Peuples », dans Claudine Auliard et Lydie Bodiou (éd.), Au jardin des Hespérides. Histoire, société et épigraphie des mondes anciens. Mélanges offerts à Alain Tranoy, Rennes, pp. 357-377.

Mohen, Jean-Pierre (1980), L’Âge du Fer en Aquitaine, du viiie au iiie siècle avant Jésus-Christ, Paris.

Morgen, Marie-Louise, Roualet, Pierre (1975), « Le cimetière gaulois de l’Argentelle à Beine (Marne)», Mémoires de la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne, 90, pp. 7-44.

Morgen, Marie-Louise, Roualet, Pierre (1976), « Le cimetière gaulois de l’Argentelle à Beine (Marne) », Mémoires de la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne, 91, pp. 7-52.

Morel, Jean-Paul (1992), « L’artisan », dans Andrea Giardina (éd.), L’homme romain, Paris, pp. 267-302.

Passelac, Michel (1986), « Les premiers ateliers », dans Colette Bémont et Jean-Paul Jacob, La terre sigillée gallo-romaine, Paris, pp. 35-38.

Passelac, Michel (1996), « Premières céramiques gallo-romaines en Languedoc occidental », Les dossiers de l’Archéologie, 215, pp. 10-17.

Passelac, Michel (2001), « Deux fours de potiers augustéens du Vicus Eburomagus (Bram, Aude) », dans Fanette Laubenheimer (éd.), 20 ans de recherches à Sallèles d’Aude, Besançon, pp. 143-162.

Picon, Maurice (1973), Introduction à l’étude technique des céramiques sigillées de Lezoux, Dijon.

Picon, Maurice (1995), « Études en laboratoire et production des officines d’Ateius : bilan et perspective », dans Ateius e le sue fabbriche. La produzione di sigillata ad Arezzo, a Pisa e nella Gallia meridionale, dossier du nº 25 (1-2) des Annali della Scuola Normale superiore di Pisa, pp. 271-461.

Picon, Maurice (2004), « Étude des techniques céramique et histoire des techniques », dans Lucien Rivet etSFECAG (éd.), Actes du Congrès de Vallauris, Marseille, pp. 277-287.

Picon, Maurice, Lasfargues, Jacques (1974), « Transfert de moules entre les ateliers d’Arezzo et ceux de Lyon », Revue archéologique de l’Est, 25 (1), pp. 60-69.

Picon, Maurice, Garmier, Joëlle (1974), « Un atelier d’Ateius à Lyon », Revue archéologique de l’Est, 25 (1), pp. 71-76.

Picon, Maurice, Widemann, François, Asaro, Frank, Michel, Helen V., Perlman, Isadore (1997), « A Lyons’ branch of the Pottery-making Firm of Ateius », Archeometry, 17, p. 45-49.

Plana-Mallart, Rosa (2006), « Les campagnes gallo-romaines », dans Rosa Plana-Mallart, Claude Blanc et Marjolaine de Muylder (éd.), De la Préhistoire à la fin de l’Antiquité, 25 ans d’archéologie en Béarn et en Bigorre, hors-série nº 1 de la revue Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, Pau, pp. 73-79.

Pumain, Denise, Saint-Julien, Thérèse (2010 a), Analyse spatiale. Les interactions, Paris.

Py, Michel (1990), Culture, économie et société protohistoriques dans la région nîmoise (2 vol.), Paris-Rome.

Rancoule, Guy (1982), « Observations sur la céramique tournée du deuxième Age du Fer dans l’Aude », dans Estat actual de la recerca arqueologica a l’istime pirinenc: homenatge al Dr. Miquel Oliva Prat, 4 col.loqui internacional d’arqueologia (Puigcerda, 23-25 Octubre de 1980), Puigcerda, pp. 205-217.

Rice, Prudence M. (1984), « Change and Conservatism in Pottery-Produicing Systems », dans Sanders E. Van der Leew et Allison C. Pritchard (éd.), The Many Dimensions of Pottery. Ceramics in Archaeology and Anthropology, Amsterdam, pp. 231-293.

Réchin, François (1987), « Les céramiques communes de l’Oppidum de Bordes (P.A.). Fin iie-ier s. av. J. C. », Aquitania, 5, 1987, pp. 203-211.

Réchin, François (1994), La vaisselle commune d’Aquitaine méridionale à l’époque romaine. Contexte céramique, typologie, faciès de consommation, thèse soutenue à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (inédite).

Réchin, François (2008 a), « Le paysage urbain de Lescar-Beneharnum (Pyr.-Atl.) durant l’Antiquité », dans Dany Barraud et François Réchin (éd.), Lescar-Beneharnum ville antique. Entre Pyrénées et Aquitaine. Actes du Colloque tenu à Lescar (14 et 15 janvier 2005), hors-série nº 3 de la revue Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, Pau, pp. 121-190.

Réchin, François (2008 b), Espaces et sociétés en Aquitaine méridionale à l’époque romaine. Structuration des territoires et clivages socioculturels, mémoire d’Habilitation à diriger des recherches soutenu à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (inédit).

Réchin, François (à paraître) « Les céramiques non tournées d’Aquitaine méridionale. État de la question et perspectives de recherche », dans Martine Joly et Jean-Marc Séguier (éd.), La céramique non tournée en Gaule romaine. Actes du colloque (Paris, 25-26 Novembre 2010), Paris.

Réchin, François, Convertini, Fabien (coord.), avec la collaboration de Guédon, Frédéric, Rousset, Dominique, Sabathié, Jean (2003), « Amphores et vignobles dans le piémont occidental des Pyrénées. Étude préliminaire », dans Sébastien Lepetz et Véronique Matterne (éd.), Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine, matières premières et produits transformés. Actes du VIe Colloque de l’association AGER (Compiègne, Oise, 5-7 juin 2002), dossier publié dans le nº 1 (2) de la Revue archéologique de Picardie, Amiens, pp. 347-369.

Réchin, François, Roudier, Mathieu (coord.), avec la collaboration de Pichonneau, Jean-François (à paraître), « Les thermes publics de Lescar-Beneharnum et d’Oloron-Iluro (Pyrénées-Atlantiques). Découvertes récentes », dans Jean-Pierre Bost (éd.), L’eau : usages, risques et représentations dans le sud-ouest de la Gaule et le nord de la péninsule Ibérique (iie s. av. J.-C.-vie ap. J.-C.). Actes du colloque international (Dax, 25-26 septembre 2009).

Réchin, François, Wozny, Luc, avec la collaboration de Pichonneau, Jean-François, (à paraître), « L’évolution du paysage urbain d’Iluro durant l’Antiquité », dans Dany Barraud et François Réchin (éd.), D’Iluro à Oloron-Sainte-Marie. Un millénaire d’Histoire.

Roux, Valentine, avec la collaboration de Corbetta, Daniela (1990), Le tour du potier, spécialisation artisanale et compétences techniques, Paris.

Sesma, Jesús, García, María Luisa (1994), « Coscojal. Una villa suburbana y su taller de cerámica común y pigmentada en el valle del Aragón (Navarra) », Cuadernos de Arqueología de la Universidad de Navarra, 2, pp. 219-260.

Sireix, Christophe (1986), « L’officine de potiers du site gaulois de Lacoste à Mouliets-et-Villemartin », dans Lucien Rivet (éd.), Les céramiques fines non sigillées. Actualité des recherches céramiques en Gaule. Actes du congrès de la SFECAG (Toulouse, 9-11 mai 1986), Marseille, pp. 85-91.

Sireix, Christophe (1989), « Le site des Grands-Vignes II à Sainte-Florence (Gironde) », Aquitania, 7, pp. 5-24.

Sireix, Christophe (1994), « Officines de potiers du Second Âge du Fer dans le sud-ouest de la Gaule : organisation, structures de cuisson et de production », Aquitania, 12, pp. 95-109.

Sireix, Christophe, Maurin, Louis (2000), « Potiers de Vayres (Gironde) », dans Lucien Rivet (éd.), Actes du Congrès de la SFECAG (Libourne, 1-4 juin 2000), Marseille, pp. 11-28.

Spratt, David A. (1989) : « Innovation theory made plain », dans Sanders E. Van der Leew et Robin Torrence (éd.), What’s new ? A closer look at the process of innovation, Londres, pp. 245-257.

Unzu Urmeneta, Mercedes (1979), « Cerámica pigmentada romana en Navarra », Trabajos de Arqueologia Navarra, 1, pp. 251-279.

Vaginay, Michel, Guichard, Vincent (1984), « Une fosse de la Tène Moyenne du site de Goincet (Poncins, Loire) », Revue archéologique de l’Est, 34, pp. 191-226.

Van der Leew, Sanders E. (1994) : « La dynamique des innovations », Alliage, 20-21, <http://www.tribunes.com/tribune/alliage/20-21/content.htm>.

Haut de page

Notes

1 Voir <http://www.techno-science.net/definition>.

2 À cet égard, l’apport des papyri se révèle particulièrement précieux lorsque l’on peut en disposer, comme en Égypte. Voir par exemple : Cockle, 1981, et en dernier lieu Gallimore, 2010.

3 Fouille programmée sous la direction de P. Dumontier (GAPO).

4 Parmi les mises au point les plus récentes à ce sujet, on retiendra celles de J.-P. Brun à propos de l’énergie hydraulique (Brun, 2006, pp. 101-103) et de J. Andreau (Andreau, 2010, pp. 35-39).

5 Lescar, le Lanusse ; Hastingues (installations de la première moitié du ier siècle ap. J.-C.), Sarrance, grotte d’Apons ; Saint-Bertrand-de-Comminges, marché ; Lescar, fouilles de l’ADAPEI, Lalonquette, villa ; Guéthary, atelier de salaison (fig. 1).

6 Réchin, 1987, groupe III, p. 205 ; p. 207, fig. 2, nos 5-7 et 10-13 ; p. 201, fig. 4, nos 31-32.

7 Maurin, 1998, p. 105.

8 Ibid., p. 83 et 94.

9 Mobilier en cours d’étude, direction P. Dumontier.

10 Les fouilleurs de la région ont en effet assez tôt systématisé ces datations. Voir une première approche aujourd’hui dépassée par l’accumulation des données, malheureusement non encore synthétisées, dans Blanc, 1986.

11 Mohen, 1980, p. 168, pp. 217-219 et pl. 1-40.

12 Ibid., pp. 219-220. Une étude comme celle que consacra Y. Marcadal aux céramiques du premier Âge du Fer en Aquitaine montre le peu de cas que l’on a longtemps fait de la technologie appliquée aux poteries domestiques protohistoriques de cette région (Marcadal, 1974).

13 Blanc et alii, 1997, p. 58 ; Dumontier et Blanc, 1984, pp. 66-69 (par exemple sépulture 16) ; Escudé-Quillet, 1993. Il semble bien en être de même en Chalosse, voir Gellibert et Merlet, 2005, pour la seconde moitié du ve siècle av. J.-C.

14 Réchin, 1987, p. 207, fig. 2, nos 11 et 12.

15 Id., 1994, pp. 327-329 et fig. 4.151, type 305a et b, fig. 4.152, type 305c.

16 Sauf, peut-être, certains vases non tournés des tertres funéraires d’Asson ou de Bougarber dans les Pyrénées-Atlantiques. Voir Mohen, 1980, pl. 75, n° 1 et pl. 118, n° 2 et 5.

17 Par exemple : Brunaux et alii, 1985, p. 19, fig. 8d ; Jacques et Rossignol, 1996, p. 33, fig. 14a pour la seconde moitié du iie siècle av. J.-C., et surtout p. 34, fig. 15b, seconde moitié du ier siècle av. J.-C. ; Vaginay et Guichard, 1984, p. 218, fig. 12, seconde moitié du iie siècle av. J.-C.

18 Rancoule, 1982, p. 216, fig. 6, nos 3, 4, 5 (fin du iie siècle av. J.-C.) et fig. 7 (ier siècle av. J.-C.).

19 Réchin, 1987, p. 207, fig. 2, nos 5, 6, 7.

20 Id., 1994, pp. 321-324 et fig. 4.148.

21 Brunaux et alii, 1985, p. 17, fig. 6a, n° 7.

22 Vaginay et Guichard, 1984, pp. 197-198 et 217, fig. 11, nos 6 à 10.

23 Pour Auterive (Haute-Garonne) : Latour, 1970, pp. 36 et 38, pl. 14a, datables des années 140-80 et 130-80 d’après Bats, 1986, pp. 426-427.

24 Sireix, 1994, p. 96.

25 Id., 1989, pp. 10-14 et 16-19.

26 Boudet, 1987, p. 175.

27 Ibid., pp. 176-177.

28 Ibid., p. 199.

29 Picon, 1973 et 2004.

30 Id., 1973, pp. 59-70.

31 Barat et alii, 1995.

32 Réchin, 1994, pp. 374-375 et fig. 4.180 et 4.181. Voir aussi dans cet article la fig. 6, pp. 156-157.

33 Voir dans cet article la fig. 9b, p. 166.

34 Id., 2008 b, pp. 333-334.

35 J’emploie ici le terme « culture matérielle » au sens où V. G. Childe l’entendait : « a certain type of remains — pots, implements, ornaments, burial rites, houses forms-constantly recurring together. Such a complex of regularly associated traits we shall term a ‘cultural group’ or just a ‘culture’ » (Childe, 1929, pp. v-vi). Terme parfois confondu avec celui de « civilisation matérielle » défini par Braudel, 1979, p. 8.

36 Mohen, 1980, pp. 217-220 ; Boudet, 1991, p. 61.

37 Ibid., p. 61.

38 Fabre et Lescarret, 1975.

39 La recherche en géographie culturelle (Claval, 2003, p. 102), confirmée sur certains plans par l’ethnologie (Degoy-Thotakura, 2003-2004), insiste sur l’importance de ces facteurs dans la diffusion des compétences techniques.

40 Par exemple, en milieu indigène, dans la région de Nîmes, l’utilisation de céramiques communes tournées à pâte claire d’origine italique ou locale commence aux environs de 200 av. J.-C. et devient courante dès le milieu du iie siècle av. J.-C. (Py, 1990, p. 587-588 et doc. 181, p. 585)

41 Réchin, 2008 b, pp. 332-334.

42 Ibid., pp. 328-332.

43 Réchin et Convertini et alii, 2003.

44 Réchin, 2008 b, fig. 16-18.

45 Voir par exemple Unzu Urmeneta, 1979 ; Sesma et García, 1994.

46 Réchin, 1994, pp. 375-376, fig. 4.182.

47 Id., 2008 a, pp. 150-153.

48 Bouet et Tobie, 2003, pp. 163-164

49 Wozny et Réchin, à paraître.

50 Bouet et Tobie, 2003, p. 164 ; Réchin et Roudier, à paraître.

51 Un tableau complet de la situation générale dans Plana-Mallart, 2006.

52 Gugole, 2006, pp. 51-54.

53 Réchin, à paraître.

54 Dans le domaine des céramiques culinaires c’est à cette époque que se mettent en place des assemblages fonctionnels qui ont survécu jusqu’à la fin de l’Antiquité.

55 Même dans le domaine des céramiques communes, la documentation épigraphique n’est pas inexistante et peut apporter des enseignements marquants (pour Vayres, Gironde, voir Maurin et Sireix, 2000).

56 Rancoule, 1982.

57 Passelac, 1986, pp. 37-38 ; Id., 1996, pp. 16-17 ; Id., 2001, p. 154.

58 Picon et Garmier, 1974 ; Picon et Widemann, 1997 ; Picon et Lasfargues, 1974 ; Picon, 1995.

59 Hoffman et Picon, 1990-1991.

60 Fiches et alii, 1979, p. 260 ; Bourgeois, 1995, pp. 104-105.

61 Mauné et alii, 2006, pp. 164-165, 174-175 et 185-186.

62 Morel, 1992, p. 289.

63 Hodder, 1981, notamment pp. 217-220.

64 Pétrequin et Monnier, 2002, pp. 163-166.

65 Rice, 1984, p. 272.

66 Roux, 1990, p. 150.

67 Ibid., pp. 41-53 et 77.

68 Balfet, 1952, 1965, 1973, 1984.

69 Van der Leew, 1994.

70 Réchin, 2008 b, pp. 133-181.

71 Pumain et Saint-Julien, 2010, p. 182. Voir également Spratt, 1989, pp. 246-253 et fig. 12.1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — L’Aquitaine méridionale dans son cadre territorial de la fin de l’Antiquité et les établissements les plus fréquemment cités dans le texte (réalisation F. Réchin, d’après Maurin, 2004, p. 360, fig. 1)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4869/img-1.png
Fichier image/png, 264k
Titre Fig. 2. — Bols carénés tournés à pâte grise (groupe A1, type 305, d’après Réchin, 1994, pp. 327-329 et fig. 4.151 ; type 305a et b, fig. 4.152, type 305c, d’après Réchin, 1994) [échelle 1/3]
Légende — 1-3 : Fortification de Bordes (Pyrénées-Atlantiques), iie-ier siècle av. J.-C.— 4 : Grotte d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques), ier siècle av. J.-C.— 5-7 : Campement d’Hastingues (Landes) ; 5-6 : iie-ier siècle av. J.-C. ; 7 : Première moitié du ier siècle ap. J.-C.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4869/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3. — Bols et écuelles tournés à pâte grise (groupe A1) [échelle 1/3]
Légende — 8-10 : bols carénés tournés à pâte grise (groupe A1, type 305, d’après Réchin, 1994, pp. 327-329 et fig. 4.151, type 305a et b, fig. 4.152, type 305c).8 et 9 : Villa de Saint-Sever (Landes, Haut-Empire) ; 10 : agglomération urbaine de Lescar (Pyrénées-Atlantiques), première moitié du iie siècle ap. J.-C.— 1-4 : écuelles tronconiques tournées à pâte grise (groupe A1, type 202a, d’après Réchin, 1994, pp. 321-324 et fig. 4.148). 1 et 2 : Bordes, iie-ier siècle av. J.-C. ; 3 et 4 : agglomération urbaine de Saint-Bertrand-de-Comminges (3 : contexte des années 40/30-15 av. J.-C. ; 4 : contexte des années 15 av. J.-C.-15 ap. J.-C.)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4869/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 4. — Pots tournés à pâte grise (groupe A1) [échelle 1/3]
Légende — 1-2 : pots tournés à pâte grise (groupe A1) à corps ovoïde et encolure cylindrique ou légèrement tronconique basse. 1 : Lescar, contexte du ier siècle ap. J.-C., type 705a (d’après Réchin, 1994, pp. 332-334 et fig. 4.155) ; 2 : Saint-Bertrand-de-Comminges, contexte des années 15 av. J.-C.-15 ap. J.-C., type 705a (d’après Réchin, 1994, pp. 332-334 et fig. 4.155)— 3-6 : pots tournés à pâte grise (groupe A1) à corps ovoïde et encolure tronconique haute, type 706 (d’après Réchin, 1994, pp. 334-336 et fig. 4.155). 3 : Saint-Bertrand-de-Comminges, contexte des années 40/30-15 av. J.-C. ; 4 : Hastingues, contexte de la première moitié du ier siècle ap. J.-C. ; 5 : Lescar, contexte du ier siècle ap. J.-C. ; 6 : Tarbes, contexte d’époque flavienne-première moitié du iie siècle ap. J.-C.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4869/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 5. — Assiettes tournées à pâte grise (groupe A1) [échelle 1/3]
Légende — 1-3 : assiettes tournées à pâte grise (groupe A1), corps tronconique caréné à encolure plus ou moins incurvée vers l’extérieur, lèvre continue, type 105a à 105f (d’après Réchin, 1994, pp. 315-318 et fig. 4.147). 1 : Arudy, contexte du ier siècle av. J.-C. ; 2 : Lescar, contexte des années 10-30 ap. J.-C. ; 3 : Saint-Bertrand-de-Comminges, contextes d’époque augustéenne.— 4 et 5 : assiettes tournées à pâte grise (groupe A1), corps tronconique caréné à encolure incurvée vers le bas, lèvre pendante en biseau, type 104 (Réchin, 1994, p. 314 et fig. 4.146) : 4 : Saint-Bertrand-de-Comminges, contexte des années 15 av. J.-C.-15 ap. J.-C. ; 5 : Lescar, contexte des années 10-30 ap. J.-C.— 6 : assiettes tournées à pâte grise (groupe A1), corps arrondi, encolure redressée au profil triangulaire, type 102 (d’après Réchin, 1994, pp. 313-314 et fig. 4.102), Saint-Bertrand-de-Comminges, contexte des années 15 av. J.-C.-15 ap. J.-C.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4869/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 6. — Céramiques tournées à pâte orangée, un peu micacée, marquée par quelques grains blancs assez fins, dispersés (groupe A3), sans doute fabriquées à Saint-Bertrand-de-Comminges ou dans les environs immédiats à l’époque augustéenne (d’après Réchin, 1994, pp. 374-375 et fig. 4.180-4.181) [échelle 1/3]
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4869/img-6.png
Fichier image/png, 143k
Titre Fig. 7. — Céramiques tournées à pâte blanchâtre à beige, parfois grise et engobe irrégulier, rouge-orange à brun, dégraissant fin isolé (groupe A3), sans doute fabriqué à partir du ier siècle ap. J.-C. (époque augustéenne ?) à Oloron ou dans les environs immédiats (d’après Réchin, 1994, pp. 375-376 et fig. 4.182). Lot de mobilier d’époque flavienne (Oloron-Sainte-Marie, quartier Bourt-Paillassar). [échelle 1/3]
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4869/img-7.png
Fichier image/png, 194k
Titre Fig. 8. — Céramiques tournées à pâte rayable à l’ongle, beige, parfois rouge pâle, quelquefois gris clair marquée par quelques paillettes de mica brillant très fin (d’après Réchin, 1994, pp. 378-387 et fig. 4.185 à 4.190 ; d’après Réchin, 2008, fig. 16-18). Mobilier issu de contextes flaviens et de la première moitié du iie siècle ap. J.-C. (échelle 1/3)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4869/img-8.png
Fichier image/png, 133k
Titre Fig. 9. — Évolution de la vaisselle céramique dans les villes et les villae d’Aquitaine méridionale
Légende a. Évolution quantitative des différents groupes de fabrication dans les villes et les villae d’Aquitaine méridionaleb. Évolution des quantités respectives de céramiques communes à pâte grise (A1) et à pâte claire (A3) dans les villes et les villae d’Aquitaine méridionale
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/4869/img-9.png
Fichier image/png, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Réchin, « Transferts de technologie en Aquitaine méridionale à la fin du second Âge du Fer et au début de l’époque romaine : l’exemple des céramiques communes », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-1 | 2013, 141-172.

Référence électronique

François Réchin, « Transferts de technologie en Aquitaine méridionale à la fin du second Âge du Fer et au début de l’époque romaine : l’exemple des céramiques communes », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/4869

Haut de page

Auteur

François Réchin

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org