Navigation – Plan du site
Miscellanées

Seigneurie contre commune : recherches sur les fondements idéologiques du parti aragonais en Corse (xive-xve siècles)

Señorío contra comuna: investigaciones sobre los fundamentos ideológicos del partido aragonés en Córcega (siglos xiv-xv)
Lordship versus commune: research into the ideological underpinnings of the Aragonese party in Corsica (14th-15th centuries)
Vanina Marchi van Cauwelaert
p. 231-249

Résumés

La bulle pontificale du 4 avril 1297, par laquelle Boniface VIII inféode le royaume de Sardaigne et de Corse à Jacques II d’Aragon, engendre un long conflit entre la Couronne et la commune de Gênes. Jusqu’au milieu du xve siècle, la Sardaigne et la Corse deviennent le théâtre de l’affrontement indirect des deux puissances, pour la domination de la Méditerranée occidentale. En Corse, cet affrontement se traduit par l’opposition entre un gouvernement communal, soutenu par Gênes et un gouvernement seigneurial, soutenu par l’Aragon. Si l’idéologie communale génoise, fondée sur la haine du régime seigneurial, est bien éclairée par la documentation, les fondements idéologiques de l’alliance des seigneurs corses avec les souverains aragonais sont plus difficiles à cerner, et n’ont pas été étudiés jusqu’à ce jour. Or la confrontation des documents génois, aragonais et corses suggère que l’alliance reposait sur une idéologie seigneuriale, fondée sur le souvenir mythique de la conquête carolingienne de l’île.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet acte a été publié par Salavert y Roca, 1956, doc. 21, pp. 22-26.
  • 2 Voir Anatra, 1984, pp. 191-195.
  • 3 Voir Fodale, 1984, pp. 517-527.
  • 4 Sur ces questions, voir Dupré Theseider, 1955, pp. 91-101 ; Hillgarth, 1975, pp. 30-34 ; Sanna, 200 (...)
  • 5 Voir Del Treppo, 1969, pp. 259-300. Hillgarth, 1975, pp. 1-54.

1Le 4 avril 1297, Benoît VIII inféode le royaume de Sardaigne et de Corse au souverain Jacques II d’Aragon1. Cette bulle pontificale s’inscrit dans le contexte du traité d’Anagni, signé deux ans plus tôt, qui avait mis un terme à quinze années d’affrontements entre Jacques II et les Angevins, eux-mêmes alliés au parti guelfe italien2. Pour le pape, il s’agissait non seulement de rallier la flotte catalane à la cause guelfe, en vue de préparer une croisade vers Jérusalem, mais également de réaffirmer son pouvoir sur les deux îles3. De son côté, Jacques II y obtenait, outre une confirmation de son retour définitif dans l’ordre chrétien, une reconnaissance de sa politique méditerranéenne4. La bulle pontificale légitimait donc l’expansion catalane en Méditerranée occidentale5 et déclenchait du même coup un nouveau conflit entre Gênes et l’Aragon, pour la domination de la Sardaigne et de la Corse.

  • 6 Anatra, 1984, p. 194.

2Par sa position stratégique sur la route de l’Afrique du Nord, la Sardaigne était, au début du xive siècle, au cœur des stratégies commerciales catalanes. Dès le xiie siècle, la pénétration catalane y avait été encouragée par des alliances matrimoniales avec la noblesse sarde6, mais c’est après la conquête de la Sicile, à la fin du xiiie siècle, que l’île s’était véritablement insérée dans les routes commerciales catalanes. L’inféodation de la Sardaigne en 1297 marque donc un aboutissement, puisqu’elle offre au commerce catalan une source de légitimité politique, ouvrant la voie à la conquête de l’île. Cependant, dans un premier temps, Jacques II semble avoir privilégié l’expansion catalane en péninsule Ibérique et la bulle reste sans effet. Il faut en effet attendre l’année 1323 pour que l’infant Alphonse d’Aragon entreprenne la conquête de l’île. C’est dans ce contexte que la Corse entre dans les stratégies méditerranéennes des souverains aragonais, et que s’ouvre le conflit entre Gênes et l’Aragon.

  • 7 Désigné ci-après la Commune.
  • 8 Sur les conséquences de cette bataille en Corse, voir Cancellieri, 1984 b, pp. 569-583.
  • 9 Sur ce personnage, voir Cancellieri, 1989 ; Venturini, 2005 ; Franzini, 2006.
  • 10 Voir Petti Balbi, 1976, p. 14.

3Depuis le début du xiiie siècle, en effet, le gouvernement communal génois7 n’avait cessé de renforcer ses positions en Corse, au détriment des Pisans, définitivement évincés à la Meloria (1284)8. L’implantation génoise en Corse avait commencé dès 1133, date à laquelle le pape avait concédé à l’archevêque de Gênes la moitié des évêchés de l’île. En 1195, les Génois s’étaient emparés de la citadelle de Bonifacio, véritable verrou de la navigation sur la mer tyrrhénienne ; au xiiie siècle, la Commune avait encouragé l’implantation de seigneurs génois dans le cap Corse ; enfin, en 1278, Gênes avait pris le contrôle de Calvi, à laquelle elle avait accordé les mêmes privilèges qu’à la ville de Bonifacio. Toutefois, pendant tout le xiiie siècle, cette expansion s’était heurtée à la résistance du comte Giudice di Cinarca qui, avec le soutien de Pise, tenait l’intérieur de l’île9. Mais après la victoire de la Meloria en 1284, la position de Gênes n’avait cessé de se renforcer10 et, en 1304, la mort du comte de Corse avait mis un terme à cette résistance seigneuriale. Au début du xive siècle, le contexte insulaire était donc favorable à une conquête génoise, mais l’expédition de l’infant Alphonse en Sardaigne, en donnant une première réalité au regnum Sardinie et Corsicae allait modifier la situation.

Les conséquences insulaires de la lutte entre Gênes et l’Aragon

  • 11 Meloni, 2005, p. 168.
  • 12 Ibid., p. 169, note 5.
  • 13 En août 1325, Alphonse autorise le gouverneur Francesc Carroç à recevoir l’hommage féodal des seign (...)
  • 14 ACA, Cartas Reales, papeles por incorporar, Armario de Sardenya, n° 697.
  • 15 Sur Castruccio Castracani, voir Luzzati, 1979. Sur ses relations avec Jacques II, voir Meloni, 1995 (...)

4La conquête aragonaise de la Sardaigne, qui débute en 1323, se traduit l’année suivante par l’envoi dans l’île du premier gouverneur catalan, Filippo di Saluzzo, avec le titre de « gouverneur général de Sardaigne et de Corse11 ». Dès l’arrivée de Filippo di Saluzzo en Sardaigne, la Corse fait irruption dans les archives aragonaises : les seigneurs corses débarquent dans l’île pour prêter serment de fidélité au souverain aragonais, en échange de la confirmation de leurs biens12. Les seigneurs corses semblent donc avoir pris l’initiative des relations avec la couronne d’Aragon. L’installation d’un gouverneur catalan en Sardaigne, en facilitant les relations diplomatiques entre Corses et Aragonais, a ainsi rendu effective la bulle pontificale de 1297 : désormais, les seigneurs se considèrent comme les vassaux du souverain aragonais, et multiplient les ambassades en Sardaigne pour lui prêter l’hommage vassalique13. Si bien qu’en 1325, alors que la conquête de la Sardaigne n’est pas encore achevée, l’infant Alphonse envisage de conquérir la Corse. Très rapidement, les ambassades des seigneurs sont donc parvenues à susciter l’intérêt d’Alphonse pour la Corse. Malheureusement, ces ambassades ont laissé peu de traces dans les archives, et les quelques lettres parvenues jusqu’à nous ne permettent pas d’en reconstituer la teneur. Dans ce contexte, un rapport sur la Corse14 établi vers 1324 par le seigneur de Lucques, Castruccio Castracani15, est d’un très grand intérêt.

  • 16 Ibid.
  • 17 ACA, Canc., reg. 395, f° 200. Sur les giudicats de Sardaigne, voir Boscolo, 1979.

5Ce document, étudié par Maria Giuseppina Meloni, dresse la situation géopolitique de l’île au début du xive siècle16. À cette époque, les héritiers de Giudice di Cinarca, ses quatre fils bâtards, ses gendres et ses neveux, se disputent son héritage. Pour établir ce rapport, Castruccio Castracani s’est semble-t-il principalement fondé sur les informations livrées par le seigneur Arrigo di Litali, l’aîné des bâtards de Giudice, qui tenait la partie méridionale de l’île. Dès 1323, Arrigo di Litali s’était rapproché de la couronne d’Aragon, grâce à ses relations privilégiées avec le juge d’Arborea, qui était lui-même le principal allié de la Couronne en Sardaigne17. Cependant, outre Arrigo di Litali, le rapport évoque l’ensemble des seigneurs qui entretenaient des relations diplomatiques avec la Couronne. Nous pouvons donc le considérer comme le reflet des différentes ambassades des seigneurs corses en Sardaigne entre 1323 et 1324 : les seigneurs de Cinarca, Riniero, Arrigo et Oppicinello ; les seigneurs de Petra Larata, Guglielmo et Ugo ; les bâtards de Giudice, Arrigo di Litali dit Arrigo Strambo et Guglielmo Salinese d’Istria. Or tous ces seigneurs étaient rivaux et chacun d’entre eux voyait dans l’alliance aragonaise un moyen de s’imposer aux autres. Le but du rapport de Castruccio était donc d’aider le souverain à faire son choix, en évaluant précisément le rapport de force local, mais également en dressant le portrait moral des différents seigneurs. Or Castruccio était favorable au seigneur Arrigo di Litali, et son rapport traduit les principaux arguments mis en avant par ce dernier pour s’imposer à la tête de l’île : sa filiation directe avec le comte Giudice di Cinarca et ses capacités militaires.

  • 18 Voir Letteron, 1910, pp. 147-176.

6Les références au comte de Corse sont omniprésentes dans le rapport de Castruccio, ce qui témoigne qu’une génération après sa mort, la question de sa succession restait au cœur des relations entre les chefs corses. Seigneur naturel de l’extrême sud de l’île, Giudice avait conquis à la force de l’épée l’ensemble du « Delà des Monts », et avait ainsi donné naissance au « Stato cinarchese18 ». Sans procéder à un véritable partage, le comte avait ensuite réparti ses forteresses entre ses fils bâtards, ses neveux et ses gendres. À sa mort, Giudice laissait un fils légitime en bas âge, mais sa disparition rapide allait entraîner une crise de succession dans l’île. C’est semble-t-il afin de sortir de cette crise que les différents héritiers de Giudice se sont tournés vers la couronne d’Aragon. Nous remarquons en effet que tous les chefs corses sont présentés en fonction de leurs liens de parenté avec Giudice, comme si le comte restait la source unique de pouvoir.

  • 19 Meloni, 1995, p. 606.
  • 20 Ibid., p. 599. La même lettre avait été adressée à Arrigo et Opicinello di Cinarca, à Lupaciolo d’O (...)
  • 21 L’on ne trouve pas trace de cette accusation dans la chronique de Giovanni della Grossa, voir Lette (...)
  • 22 D’après Giovanni della Grossa, Salinese aurait livré son propre père aux Génois ce qui lui aurait v (...)

7Parmi les héritiers de Giudice, le document distingue trois « miles » : Arrigo, qui était son gendre ; Riniero, qui était le fils de l’une de ses filles légitimes ; Guglielmo Salinese d’Istria, qui était l’un de ses fils naturels. Les archives de la chancellerie témoignent qu’Arrigo et son frère Oppicinello étaient parvenus à obtenir de la couronne d’Aragon, outre la confirmation de leurs biens propres, celle du château d’Istria, théoriquement détenu par Salinese, et la Balagne19. Cela témoigne que les deux seigneurs s’étaient appuyés sur la Couronne pour exercer un pouvoir hégémonique sur l’île. De son côté, Riniero faisait partie des seigneurs auxquels l’infant avait annoncé la signature du traité de paix avec Pise, qui avait mis un terme provisoire à la conquête de la Sardaigne20. En 1324, Arrigo et Riniero di Cinarca, peut-être en raison de leur statut de « miles », figuraient donc parmi les plus proches alliés de la Couronne en Corse, et les informations livrées par Arrigo di Litali à Castruccio visaient à les discréditer. Ainsi le document affirme-t-il qu’Arrigo di Cinarca et son frère Opicinello étaient les meurtriers du fils légitime de Giudice21. De même, Riniero di Cinarca est présenté comme un seigneur tyrannique détesté par ses hommes. Quant au troisième « miles », Guglielmo Salinese, le document le présente comme un traître puisqu’il souligne qu’il combattait dans l’armée génoise contre son propre père22.

  • 23 Dans une lettre non datée (entre 1327 et 1336) Guglielmo Salinese demande l’appui de la couronne d’ (...)
  • 24 Privé de son château par Arrigo di Litali, Ugolino s’est ensuite exilé en Sardaigne, ACA, Cartas Re (...)
  • 25 ACA, Canc, reg. 395, f° 200.

8En contrepoint de ces portraits négatifs, le rapport est élogieux sur deux seigneurs : Lupaciolo d’Ornano et Arrigo di Litali. Lupaciolo est qualifié de « pulcher equitator », d’« homo cautus et sagax », de « sapiens homo » et de « magna vulpis », or il était allié avec Arrigo di Litali23. De son côté, le portrait d’Arrigo et de ses frères, Ugolinuccio24, Opicinello et Ladeoncello, met en avant les vertus héritées de leur père : « omnes filii Giudice sunt probi ». En insistant sur les liens du sang, Arrigo souhaitait sans doute souligner sa légitimité à succéder à son père à la tête de l’île. De la même manière, dans sa correspondance avec l’infant Alphonse, ce dernier se présente comme « filio primogenito di Giudice comites Cinarcam »25.

  • 26 Ce nombre est très proche des effectifs militaires dont dispose pour le même territoire, à la fin d (...)
  • 27 La contre-offensive génoise menée par Ottone Doria commence en 1329 avec le siège du château de Cin (...)
  • 28 Ce traité a été publié par Cancellieri, 1997, pp. 110-111.
  • 29 C’est dans ce même lieu que Giudice s’était fait élire comte de Corse. Sur le sens symbolique de ce (...)
  • 30 Letteron, 1910, p. 191.

9Le rapport de Castruccio Castracani était donc favorable à Arrigo di Litali qui, par l’intermédiaire du juge d’Arborea, cherchait à s’imposer comme le principal allié de la Couronne en Corse. Outre ses vertus morales qui tranchent avec le portrait noir de ses adversaires, le document souligne ses capacités militaires. Non seulement Arrigo di Litali pouvait amener en renfort 1000 fantassins et 100 cavaliers26 mais son territoire était limitrophe de Bonifacio et comptait deux bons ports (Porto-Vecchio et Saint-Cyprien). Ce projet de conquête de l’île tourne finalement court, du fait de la révolte de Sassari qui éclate en juillet 1325. Il reste que le rapport de Castruccio témoigne qu’au début du xive siècle, les seigneurs corses ne voyaient dans l’alliance aragonaise qu’un moyen de s’imposer à la tête de l’île. N’ayant pas obtenu le soutien qu’il escomptait contre ses rivaux27, Arrigo di Litali s’est tourné vers Gênes avec laquelle il signe un traité d’alliance28 en 1336. Cette nouvelle alliance lui permet de s’imposer à ses frères et de réaliser son ambition : succéder à son père à la tête de l’île. D’après le chroniqueur Giovanni della Grossa, Arrigo aurait alors suivi les traces de Giudice en allant se faire proclamer « governatore e signore di Corsica » à la Canonica de Mariana29. Mais, ayant atteint son but, le seigneur tomba malade et mourut huit jours plus tard. Cette mort est interprétée par le chroniqueur comme un châtiment divin parce que « un tal malo e sconcertinato cavallero e signore [non] dovesse governare gente di uno Regno, anchora che picolo30 ». Ce jugement moral, émis par un homme originaire de la seigneurie d’Arrigo di Litali, une centaine d’années après sa mort, témoigne du mauvais souvenir que ce dernier avait laissé dans la région, et apporte un démenti au portrait flatteur brossé par Castruccio Castracani.

  • 31 D’après Giovanni della Grossa, Guglielmo della Rocca était le petit-fils de Giudice, le fils d’Arri (...)
  • 32 Ibid., p. 192.
  • 33 La même année, les seigneurs Ugo Cortinchi et Lupo d’Ornano avaient envoyé une ambassade à Pierre I (...)
  • 34 Letteron, 1910, p. 192.
  • 35 Ibid., p. 199.

10La mort brutale d’Arrigo di Litali relançait du même coup la question de l’héritage politique de Giudice. D’après Giovanni della Grossa, un autre héritier du comte, Guglielmo della Rocca31 serait alors allé à Gênes pour solliciter l’aide de la Commune32. Comme Arrigo di Litali avant lui, en 1340 Guglielmo della Rocca se serait donc appuyé sur Gênes pour s’imposer à la tête de l’île. À cette époque, le gouvernement populaire génois avait tout intérêt à dominer la Corse qui lui offrait de nouveaux débouchés commerciaux, alors que de son côté la couronne d’Aragon était en proie à des difficultés avec le roi du Maroc33. La requête de Guglielmo fut donc accueillie favorablement à Gênes, et Gottifredo de Zoaglia fut envoyé dans l’île avec le titre de vicaire. Or, si l’on en croit le chroniqueur, le traité d’alliance prévoyait de rétablir le régime fiscal mis en place par Giudice di Cinarca, lors de son élection comtale34. L’alliance de Guglielmo della Rocca avec Gênes s’inscrivait donc pleinement dans l’héritage de Giudice. Il s’agissait en fait de s’appuyer sur la Commune pour désigner une autorité supérieure qui s’impose aux différents seigneurs. En 1264, Giudice avait eu recours à l’institution comtale pour s’imposer aux autres chefs corses, mais le titre de « comte de Corse » était, semble-t-il, incompatible avec l’idéologie communale génoise. C’est ainsi qu’Arrigo di Litali, tout en empruntant le rituel d’investiture comtale élaboré par son père, avait été nommé « gouverneur et seigneur » et non « comte » de Corse. En faisant le choix de l’alliance avec Gênes, Guglielmo della Rocca se privait à son tour du titre comtal, mais le résultat était le même puisque, au nom de la Commune, il gouvernait l’ensemble de l’île. C’est en tout cas ce que suggère le chroniqueur35.

  • 36 ACA, Canc., reg. 1013, f° 240, « Lettre de Pierre IV à Guglielmo della Rocca ». La même lettre a ét (...)
  • 37 Petti Balbi, 1976, p. 22.

11La situation de l’île durant la décennie 1340 est très difficile à étudier en raison de l’extrême rareté des sources. Toutefois, la confrontation des documents génois, aragonais et corses permet d’émettre quelques hypothèses. Il semble que durant cette période, Guglielmo della Rocca se soit efforcé de maintenir son pouvoir sur l’île en s’appuyant successivement sur Gênes et sur l’Aragon. C’est ainsi qu’en 1345, n’ayant pas obtenu des Génois l’aide nécessaire contre ses ennemis, Guglielmo della Rocca se tourne vers Pierre le Cérémonieux36. Ce dernier est en effet parvenu à consolider son pouvoir en péninsule Ibérique et à Majorque, et peut de nouveau s’intéresser à la Sardaigne et à la Corse. Ce regain d’intérêt pour les deux îles se traduit par l’envoi d’une expédition en Sardaigne en décembre 1346, afin de contrer l’action anti-aragonaise des Doria, soutenus par Gênes. De son côté, Gênes réagit en armant une quarantaine de galères, destinées à la fois à sécuriser les côtes de Corse, et à soutenir la résistance des Doria en Sardaigne. Parallèlement, la Commune parvient à renégocier l’alliance avec les principaux seigneurs et à les détourner de la couronne d’Aragon : le 28 avril et le 1er mai 1347, Guglielmo della Rocca et Orlando d’Ornano, qui deux ans auparavant avaient sollicité Pierre IV, prêtent finalement serment de fidélité à Gênes et s’engagent à la soutenir militairement sur terre et sur mer37.

  • 38 Voir ACA, Canc., reg. 1017, f° 150.
  • 39 Cette déclaration de guerre a été publiée par Duvergé, 1933, p. 243. Sur les relations entre Gênes (...)
  • 40 Letteron, 1910, p. 200.
  • 41 ACA, Cartas Reales, Pierre III, 5197rº. Le document a été transcrit par D’Arienzo, 1970, p. 213.
  • 42 Sur le gouvernement de la Couronne pendant cette expédition, voir Beauchamp, 2005.

12Au début de l’année 1348, la situation en Sardaigne tourne en faveur de la couronne d’Aragon qui parvient à libérer Sassari, assiégé par les Doria. Fort de cette victoire, Pierre IV semble avoir envisagé de conquérir la Corse en s’appuyant sur les juges d’Arborea38. Toutefois, peut-être en raison du soutien de Guglielmo della Rocca et d’Orlando d’Ornano à Gênes, le projet n’aboutit pas. À cette époque, Pierre IV voulait encore éviter d’entrer en conflit direct avec Gênes et la conquête de la Corse restait secondaire par rapport à la Sardaigne. La situation change en 1351 lorsque, fort de son alliance avec Venise, Pierre IV décide de déclarer la guerre à la Commune39. L’année suivante, les juges d’Arborea se révoltent et cherchent l’appui de Gênes. C’est dans ce contexte que se renoue l’alliance entre le souverain aragonais et les seigneurs corses. D’après Giovanni della Grossa, en effet, c’est l’écrasante victoire remportée en 1353 par Pierre IV à Alghero contre les forces génoises qui aurait conduit Guglielmo della Rocca à se rapprocher du souverain aragonais40. Une lettre du gouverneur de Majorque au capitaine de l’armée royale de Sardaigne, écrite au lendemain de la victoire d’Alghero, semble confirmer les dires du chroniqueur corse41. Le gouverneur y écrit avoir reçu la visite de Gottifredo della Rocca, qui portait une ambassade de son frère Guglielmo. Ce dernier s’engageait à aider le souverain à prendre possession de la Corse, en luttant contre les lieux rebelles à son autorité, et notamment la ville de Bonifacio. Lorsque Pierre le Cérémonieux prend la tête d’une expédition contre la Sardaigne42 en 1354, il peut donc compter sur le soutien en Corse de Guglielmo della Rocca. Mais si l’on en croit le chroniqueur, la même année, ce dernier aurait trouvé la mort lors d’un combat contre son voisin, le seigneur d’Istria. La mort de Guglielmo, qui tant bien que mal semble avoir dirigé la Corse pendant quatorze ans, engendre une situation d’anarchie féodale qui s’achève avec la révolte populaire de 1357. C’est dans ce contexte que les relations entre les seigneurs corses, la commune de Gênes et la couronne d’Aragon prennent un tour plus idéologique.

  • 43 Casanova, 1963-1967.
  • 44 Emmanuelli, 1975, pp. 5-50 ; Franzini, 2003, pp. 29-38.
  • 45 Petti Balbi, 1976, p. 33.
  • 46 Sur ce personnage, voir Cancellieri, 1989 ; Meloni, 1993, pp. 9-26 ; Petti Balbi, 1976, pp. 50-54.

13Dans la première moitié du xive siècle, à la faveur des troubles politiques qui suivent la crise de succession ouverte par la mort de Giudice di Cinarca, il semble qu’une nouvelle force « populaire » se soit développée dans l’île43. En 1357, cette force populaire parvient à renverser le régime seigneurial et se place sous l’autorité de Gênes en faisant acte de « deditio » l’année suivante44. Comme le souligne Giovanna Petti Balbi, cet événement marque un tournant dans les relations entre Gênes et la Corse : alors que jusque-là, la Commune s’était appuyée sur la force seigneuriale, elle choisit désormais de s’allier aux populaires corses contre les seigneurs45. Le rejet de la « féodalité » devient dès lors le ciment idéologique de l’alliance corso-génoise. Affaiblis, les seigneurs corses trouvent alors refuge en Sardaigne et, depuis cette île voisine, préparent la reconquête seigneuriale de la Corse, avec le soutien de la couronne d’Aragon. Menée par Arrigo della Rocca46 — le fils de Guglielmo —, cette reconquête se traduit en 1376 par la restauration du titre comtal qu’avait porté Giudice di Cinarca. Désormais, l’affrontement entre Gênes et l’Aragon se traduit donc localement par l’opposition entre un gouvernement communal philo-génois et un gouvernement comtal philo-aragonais.

  • 47 Sur ces événements, voir Petti Balbi, 1976, p. 50.
  • 48 Id., 1981, pp. 147-170.
  • 49 Sur la place de la Corse dans les relations entre Gênes et l’Aragon à la fin du xive siècle, voir S (...)
  • 50 Sur ce personnage, voir Ambrosi, 1911, pp. 5-64 ; Marongiu, 1935, pp. 481-501 ; Musso, 1989.
  • 51 Sur le parti aragonais à la mort d’Arrigo della Rocca, voir Ferrer i Mallol, 2001, pp. 65-88.

14D’après Giovanni della Grossa, Arrigo della Rocca serait retourné en Corse en 1372. À cette époque, l’île connaissait à nouveau une situation d’anarchie à la suite de l’assassinat du gouverneur populaire Tridano di Turri47. Le contexte était donc favorable à une reconquête seigneuriale. D’autant plus qu’Arrigo della Rocca pouvait compter sur le soutien de Pierre IV qui souhaitait s’appuyer sur les seigneurs corses pour lutter contre les révoltes de Sardaigne. Dès son arrivée en Corse, Arrigo convoque ses parents et alliés et avec leur soutien, il parvient à reconquérir le sud de l’île. Suivant le modèle de Giudice di Cinarca, il franchit ensuite les monts pour se faire élire comte de Corse en 1376. Arrigo parvient ainsi à imposer son autorité sur l’île et à rallier la force populaire. Comme au temps de Giudice, l’autorité de Gênes se trouve dès lors circonscrite aux seules villes de Bonifacio et de Calvi. En 1378, lassée des dépenses militaires que nécessite la conservation de la Corse, la Commune cède ses droits sur l’île à une compagnie privée, la Maona di Corsica, organisée sur le modèle de la Maona di Chio48. Dans le même temps, la Commune parvient à négocier la paix avec Pierre IV d’Aragon : Gênes s’engage à ne plus soutenir les rebelles de Sardaigne tandis que de son côté, Pierre IV promet de ne plus soutenir les seigneurs corses49. Mais, malgré ce traité, les deux parties continuent de s’affronter de manière indirecte en soutenant les révoltes en Corse et en Sardaigne. Les difficultés rencontrées par les souverains aragonais en Sardaigne expliquent que, malgré les succès d’Arrigo, ils n’aient pas véritablement entrepris la conquête de la Corse. À la fin du xive siècle, lorsque Vincentello d’Istria50 succède à son oncle, la situation de l’île reste incertaine : le comte Arrigo est parvenu à reconquérir le sud de l’île mais dans le Nord, son pouvoir s’est heurté à la force populaire, alliée à Gênes51.

  • 52 Voir Cirneo, De rebus corsicis, pp. 138-214.

15L’époque de Vincentello d’Istria marque l’apogée du parti aragonais en Corse. Nommé lieutenant de Martin I en 1404, Vincentello se fait élire comte de Corse en 1407, renouant ainsi avec la tradition ouverte par Giudice. Après avoir connu des difficultés dans les années 1410, Vincentello parvient à soumettre la totalité de l’île en 1420 et à menacer directement les villes génoises de Calvi et de Bonifacio. Pour la première fois, l’aide aragonaise se traduit par une intervention directe du roi Alphonse V le Magnanime, qui vient lui-même assiéger Bonifacio, tandis que Vincentello fait le siège de Calvi. Mais, dès le mois de janvier 1421, Alphonse V abandonne le siège pour aller secourir Jeanne de Naples contre Louis II d’Anjou. Ce retrait précipité d’Alphonse le Magnanime, associé à une résistance héroïque des Calvais et des Bonifaciens52, permet à Gênes de se maintenir dans l’île et de lutter contre le comte avec le soutien des populaires corses. Cependant, grâce à l’aide aragonaise, Vincentello d’Istria parvient à résister jusqu’en 1434, date à laquelle il est capturé et décapité par les Génois. Au milieu du xve siècle, après une ultime tentative menée par le comte Polo della Rocca, le rêve aragonais se brise définitivement sur l’affirmation de la Corse génoise. Cette victoire définitive de Gênes, en marquant le triomphe de l’idéologie anti-seigneuriale du parti populaire, semble avoir occulté le discours idéologique des seigneurs. Or plusieurs indices conduisent à penser que le parti aragonais en Corse, à partir du xve siècle, reposait bien sur une idéologie politique seigneuriale, dont le principal ciment semble avoir été le souvenir mythique de la conquête carolingienne de l’île.

Les fondements idéologiques du parti aragonais en Corse

  • 53 Sur l’existence d’un comté de Gênes à l’époque carolingienne, voir la mise au point de Polonio, 200 (...)
  • 54 Letteron, 1910, pp. 14-43.

16Le mythe de la conquête carolingienne de l’île semble avoir été au cœur de l’affrontement idéologique entre les seigneurs corses et le pouvoir Génois à la fin du Moyen Âge. D’un côté comme de l’autre, la victoire mythique des Chrétiens sur les Maures au ixe siècle est revendiquée comme source originelle du pouvoir politique. Les différentes versions de ce mythe, que l’on trouve dans les chroniques corses et génoises du xve siècle, s’incarnent dans l’évocation de deux personnages légendaires : le comte de Gênes Adémar53, qui aurait trouvé la mort lors d’une expédition en Corse en 806 ; le comte romain Ugo Colonna, qui après avoir libéré l’île aurait donné naissance à la féodalité locale au ixe siècle54.

  • 55 Eginhard, Annales, p. 56.
  • 56 Ibid., p. 59.

17Le personnage d’Adémar est mentionné dans les Annales d’Eginhard. Selon ce dernier, en 806, le comte de Gênes Adémar aurait trouvé la mort au large de la Corse lors d’un combat contre les Maures55. L’action d’Adémar est donc un échec et c’est seulement l’année suivante que les chrétiens emportent une victoire contre les Maures en Corse et en Sardaigne, sous la conduite de Burchard, connétable de Pépin56.

  • 57 Cirneo, De rebus corsicis, pp. 81-82.
  • 58 Sur cet humaniste génois, voir Musso (éd.), 1984. Sur sa vision de la Corse, voir Giustiniani, Desc (...)
  • 59 Id., Castigatissimi annali…, Livre I, chap. xxv, p. 79.

18Cette tradition est reprise dans la chronique corse de Pietro Cirneo, qui avait sans doute lu le texte d’Eginhard57. Mais dans la chronique génoise d’Agostino Giustiniani58, rédigée au début du xvie siècle, non seulement l’expédition d’Adémar devient victorieuse, mais encore ce succès fonde le pouvoir de Gênes sur la Corse59. Giustiniani, qui avait été évêque de Nebbio, a donc réécrit l’histoire des expéditions carolingiennes dans l’île, afin de créer une nouvelle source de légitimité pour la commune de Gênes, en exaltant son rôle dans la conquête carolingienne. En faisant de l’armée d’Adémar une armée génoise, et en fusionnant les deux récits d’Eginhard, Giustiniani parvient en effet à transformer l’échec du comte en victoire de Gênes. Ainsi, le personnage d’Adémar devient-il le héros légendaire de la conquête génoise de la Corse. Or si Giustiniani cherche à faire des Génois les vainqueurs des Sarrasins en Corse, c’est peut-être parce que les seigneurs corses eux-mêmes fondaient leur légitimité sur le mythe de la conquête chrétienne de l’île à l’époque carolingienne.

19Cette idéologie seigneuriale est rapportée par le chroniqueur Giovanni della Grossa, qui transcrit un certain nombre de traditions orales qui circulaient dans les seigneuries méridionales de l’île au xve siècle. Parmi ces traditions, une place particulière doit être faite à la légende du comte romain Ugo Colonna. D’après le chroniqueur, Ugo aurait été envoyé en Corse par le pape Étienne IV pour libérer l’île de la présence sarrasine. Une fois victorieux, Ugo aurait obtenu la Corse en fief et l’aurait ensuite transmise à ses héritiers dont seraient issus tous les seigneurs corses, à l’exception des seigneurs du cap Corse d’origine génoise. Les descendants d’Ugo se seraient en effet succédé à la tête de l’île jusqu’à l’avènement du comte Arrigo Bel Messer, personnage lui aussi légendaire, dont l’assassinat en l’an mille aurait ouvert une période d’anarchie féodale, qui se serait achevée au xiiie siècle avec la création d’un État seigneurial, sous la conduite de Giudice di Cinarca.

  • 60 Pour une vision globale, voir Sénac, 2000. Sur la tradition hispanique, voir Deswarte, 2003. Pour l (...)
  • 61 Voir Marchi van Cauwelaert, 2011, pp. 342-358.
  • 62 Sur la symbolique des lieux de vedute, voir Cancellieri, 2011, pp. 371-375.
  • 63 Le nom de l’autre fils bâtard de Giudice éclairé par la documentation Guglielmo Salinese d’Istria f (...)
  • 64 Ibid., pp. 31-32.

20Cette généalogie mythique rapportée par Giovanni della Grossa s’inscrit dans les différentes traditions relatives à l’expansion chrétienne en Méditerranée occidentale, entre le ixe et le xie siècle60. Reste à savoir si cette traduction insulaire du mythe de la conquête chrétienne est le fait de Giovanni della Grossa, qui aurait pu inventer l’histoire d’Ugo Colonna à partir des chansons de geste et des romans de chevalerie, ou bien s’il s’agit d’un mythe collectif que le chroniqueur n’aurait pas créé mais seulement retranscrit. Du point de vue strictement local, la légende d’Ugo Colonna permettait de rattacher la noblesse insulaire à l’hérédité prestigieuse des Carolingiens, mais également d’affirmer l’antériorité du pouvoir seigneurial sur le pouvoir génois. Elle a donc pu avoir une fonction de légitimation des nobles corses face aux ambitions de Gênes, qui se renforcent au xve siècle, précisément au moment où Giovanni rédige sa chronique61. Certains indices suggèrent que Giudice di Cinarca s’est lui-même appuyé sur ce mythe pour consolider son pouvoir. En premier lieu, Giudice di Cinarca s’était fait élire comte, ce qui témoigne de sa volonté de s’inscrire dans la tradition carolingienne. Mais le lieu de cette élection est encore plus significatif : la Canonica de Mariana qui, selon une tradition orale rapportée par le chroniqueur, aurait été fondée au lendemain de la victoire chrétienne, à proximité d’un des lieux mythiques de l’affrontement entre Chrétiens et Maures, le Lagu Benedettu62. En second lieu, les prénoms que Giudice a donnés à ses fils bâtards pourraient être l’indice de son intériorisation de la généalogie mythique des Cinarchesi : Arriguccio et Arrigo semblent faire référence au personnage d’Arrigo Bel Messere tandis qu’Ugolino pourrait évoquer la figure d’Ugo Colonna63. De manière plus générale, l’ensemble des seigneurs, au-delà de leurs dissensions, semble avoir intériorisé ce mythe collectif, comme l’atteste l’emploi du nom générique de Cinarchesi pour les désigner, qui paraît être formé sur celui de Cinarco, l’un des deux fils du légendaire Ugo Colonna. C’est également ce personnage de Cinarco qui semble avoir donné son nom à la forteresse principale du Stato cinarchese, Cinarca. Ce faisceau d’indices suggère que les seigneurs fondaient leur pouvoir sur l’imaginaire de la conquête carolingienne, or le récit de Giovanni della Grossa fait intervenir un autre acteur aux côtés d’Ugo Colonna et ses fils, le comte de Barcelone64, lui-même ancêtre des rois d’Aragon.

  • 65 Partie septentrionale de la Corse qui était sous la domination génoise.
  • 66 Sur cet historien espagnol, voir Canellas López, 1983, pp. 7-22. Sur la place de la lutte entre Chr (...)
  • 67 Zurita, Anales de la Corona de Aragón, Livre V, chap. lxi. Sur sa description de la Sardaigne voir (...)
  • 68 Ibid., Livre I, chap. iii.
  • 69 Sur ce personnage, voir ibid., 1977, Livre I, chap. iv, p. 24.
  • 70 Ibid., Livre V, chap. lxi, p. 651.
  • 71 Eginhard, Annales, p. 71. On trouve la même version de cette expédition dans la chronique de Cirneo(...)

21Dans son récit, Giovanni della Grossa associe étroitement le comte de Barcelone aux succès emportés par Ugo Colonna et ses fils contre les Sarrasins. Plusieurs hypothèses sont envisageables : soit cette référence au comte de Barcelone relève du seul Giovanni della Grossa, qui se serait fondé sur la littérature chevaleresque, soit il existait une tradition locale qui associait les ancêtres des seigneurs corses aux ancêtres des rois d’Aragon. La comparaison du récit de Giovanni avec celui de Pietro Cirneo apporte des éléments de réponse. Le texte de Pietro Cirneo, qui, à la différence de Giovanni della Grossa n’était pas originaire de l’enclave seigneuriale mais de la Terra di u Cumunu65, ne mentionne pas le personnage d’Ugo Colonna et semble assez proche du récit d’Eginhard, comme nous l’avons dit. Le fait semble confirmer l’origine seigneuriale de cette légende et son rôle dans la lutte des Cinarchesi contre Gênes. Cependant, la lecture des Annales de Zurita66 suggère que cette tradition était également liée à l’alliance des seigneurs corses avec la couronne d’Aragon. Avant d’entamer le récit de la conquête du royaume Sardinie et Corsicae par l’infant Alphonse, l’historien aragonais brosse un rapide tableau de l’histoire et de la géographie des deux îles67. S’appuyant lui aussi sur Eginhard, Zurita évoque l’expédition victorieuse de 807 mais il l’attribue uniquement aux forces conjointes des Sardes et des Corses, sans aucune référence aux personnages d’Adémar et de Burcard68. Par ailleurs, Zurita mentionne une autre expédition victorieuse en Sardaigne menée par le comte d’Ampurias Ermangaudo69, qui se serait vu confier la défense des îles par le roi d’Italie, Bernard, le petit-fils de Charlemagne70. L’on trouve mention de cette victoire dans le récit d’Eginhard selon lequel en 813 le comte d’Ampurias Ermangaudo se serait emparé d’une flotte maure au large de Majorque sur laquelle auraient été emprisonnés 500 Corses71. Mais comme Giustiniani avec l’expédition de 807, Zurita semble avoir transformé le récit d’Eginhard afin d’exalter le rôle du comte d’Ampurias dans la défense de la Sardaigne et de la Corse. Selon l’historien aragonais en effet, l’aide d’Ermangaudo aurait permis aux Sardes non seulement de se « libérer » mais également d’aller attaquer les Maures sur leurs propres terres. Le récit de Zurita suggère donc qu’il existait une tradition liant la victoire des Chrétiens contre les Maures en Sardaigne et en Corse à l’histoire des premiers comtes de Catalogne. De sorte que nous pouvons émettre l’hypothèse que le mythe de la conquête carolingienne de la Corse, tel qu’il a été fixé par Giovanni della Grossa, a pu se diffuser dans l’île depuis la Sardaigne catalane. Il pourrait en effet s’agir d’une tradition sardo-catalane qui aurait été introduite en Corse au xve siècle, dans le contexte de l’alliance des seigneurs avec les rois d’Aragon.

  • 72 ACA, Cartas reales, Alfonso V, f° 221rº, 242rº, 251 bis rº, 423rº.

22Les documents des archives aragonaises relatifs à la Corse que nous avons consultés ne nous permettent pas de reconstituer un discours idéologique justifiant l’alliance corso-aragonaise. Aussi bien dans les documents produits par la chancellerie que dans les lettres envoyées par les seigneurs corses, le ciment de l’alliance semble être la lutte contre les Génois. Dans le discours des rois d’Aragon, les Génois sont des « tyrans », qui occupent de manière illégitime la Corse, propriété de la Couronne depuis la donation pontificale de 1297. Dans le discours des seigneurs corses, et notamment dans les lettres de Vincentello d’Istria72, les Génois sont les ennemis communs. Cependant, nous avons dit que les seigneurs revendiquaient une autre légitimité que l’alliance aragonaise, celle de leur antériorité historique. Dans la mesure où le mythe de la conquête carolingienne était au cœur des revendications des Cinarchesi sur la Corse, le fait que Giovanni della Grossa mentionne dans son récit le comte de Barcelone pourrait ne pas être anodin. L’évocation d’une alliance originelle entre Ugo Colonna et le comte de Barcelone permettait en effet aux seigneurs corses de fonder leur soutien au roi d’Aragon sur une double légitimité : une légitimité politique, avec la donation pontificale de 1297 qui faisait du roi d’Aragon le seigneur légitime de la Corse ; une légitimité historique, avec le mythe d’une action commune de lutte contre les Maures aux temps carolingiens. Surtout, cela les plaçait en alliés plutôt qu’en vassaux, ce qui renforçait par conséquent leur autonomie politique.

  • 73 Giustiniani, Castagatissimi annali…, Livre V, paragraphe 192.
  • 74 Marchi van Cauwelaert, 2011, pp. 348-349.
  • 75 Sur l’historiographie dans la couronne d’Aragon, voir Hirel-Wouts, 2006.

23L’étude des armoiries des seigneurs corses alliés avec les Aragonais est, à ce titre, éclairante. Les premières armoiries seigneuriales connues en Corse sont celles d’Arrigo della Rocca qui comme nous l’avons vu, fut le grand allié de la couronne d’Aragon. D’après Giovanni della Grossa, Arrigo avait fait figurer sur sa bannière un griffon surmonté des armes aragonaises. Ce choix témoigne qu’Arrigo se concevait avant tout comme le vassal de l’Aragon, le griffon étant un symbole héraldique courant qui ne renvoyait à aucune tradition locale particulière. En revanche, son neveu, Vincentello d’Istria, lorsqu’il lui succède à la tête du parti aragonais, choisit un autre emblème héraldique. D’après Giovanni della Grossa qui avait été à son service, Vincentello avait fait peindre le château de Cinarca surmonté des armes aragonaises. Cette fois, le code héraldique traduit la double légitimité que revendiquait le seigneur corse : le mythe des origines carolingiennes avec l’évocation du personnage de Cinarco ; le service du roi d’Aragon, seigneur légitime de l’île. Il est possible que cette transformation héraldique se soit accompagnée de la diffusion du mythe de la conquête carolingienne dans la version fixée par Giovanni della Grossa. Ce mythe qui associait le comte de Barcelone à la conquête seigneuriale pourrait avoir alimenté la propagande de Vincentello d’Istria auprès des autres chefs corses. Selon cette hypothèse, l’alliance du seigneur corse avec le roi d’Aragon aurait été présentée comme la réactivation de l’alliance originelle qui avait permis la victoire contre les Maures. Son utilisation aurait permis à Vincentello de fédérer les Corses autour de lui et de les convaincre de résister à Gênes. Rappelons que Vincentello est l’un des rares seigneurs corses à être parvenu à unifier l’île sous son pouvoir et qu’il est celui qui incarne le plus haut degré de résistance à Gênes. Même Agostino Giustiniani, qui passe sous silence la plupart des révoltes survenues en Corse dans sa chronique, consacre plusieurs lignes à ce personnage73. Le souvenir du châtiment exemplaire auquel Vincentello a été condamné témoigne qu’aux yeux des Génois le seigneur incarnait à lui seul toutes les difficultés auxquelles s’était heurtée la commune de Gênes dans l’île, depuis le début du xiiie siècle. Du côté corse, la mémoire de Vincentello semble avoir été l’un des ressorts de la propagande anti-génoise. C’est ainsi qu’en 1487, le seigneur Giampaolo di Leca invoque le souvenir de Vincentello pour convaincre les autres chefs corses de s’allier avec lui contre Gênes74. Comme cela avait été le cas de Giudice di Cinarca au xive siècle, Vincentello d’Istria était devenu, à la fin du xve siècle, un héros. Or, comme son aïeul, Vincentello semble s’être appuyé sur le mythe de la conquête carolingienne pour fédérer l’ensemble des chefs corses autour de lui. Face au succès de cette propagande, les Génois pourraient avoir riposté, en invoquant la figure du comte Adémar. Des recherches complémentaires dans les chroniques et les archives catalanes et aragonaises seront nécessaires pour savoir si le mythe de la conquête carolingienne de la Sardaigne et de la Corse était également invoqué par la couronne d’Aragon pour justifier ses droits sur ces deux îles75. Il reste que les armoiries de Vincentello associaient la légende de Cinarco à l’emblème des rois d’Aragon, ce qui témoigne de la compatibilité des deux sources de légitimité.

  • 76 Voir Marchi van Cauwelaert, 2013 b (à paraître).
  • 77 Voir Id., 2013 a (à paraître).

24À la fin du xve siècle, l’évocation de Cinarca se retrouve sur l’ensemble des armoiries des seigneurs corses mais la référence au roi d’Aragon a disparu. Dans le contexte de l’affirmation du pouvoir génois dans l’île, cette référence aurait été un signe de révolte et nous comprenons aisément qu’elle ait été abandonnée. En revanche, il est plus étonnant que les seigneurs alliés à Gênes n’aient pas associé l’emblème de la Commune à celui de Cinarca sur leurs armoiries, comme l’avait fait Vincentello avec les armes aragonaises. Les Génois avaient en effet tenté de favoriser l’association de ces deux emblèmes, en les faisant reproduire sur leurs cadeaux diplomatiques76. Or, à la même époque, les rares seigneurs qui ont adopté les emblèmes génois ont abandonné toute évocation de Cinarca, comme si les deux symboles étaient incompatibles77. Cette incompatibilité pourrait démontrer que le mythe de la conquête carolingienne s’était avant tout construit par opposition à Gênes.

25Les relations entre la Corse et l’Aragon trouvent leur origine dans la bulle pontificale de 1297. À partir de 1323, l’envoi d’un gouverneur catalan en Sardaigne, en facilitant les relations diplomatiques entre les seigneurs corses et la Couronne, favorise l’émergence d’un parti aragonais dans l’île. Dans un premier temps, l’alliance avec la couronne d’Aragon ne semble avoir été perçue par les seigneurs corses que comme un moyen de s’imposer à la tête de l’île, et de succéder ainsi au comte Giudice di Cinarca en l’absence de règles institutionnelles clairement définies. Mais en 1357, la naissance d’une propagande anti-seigneuriale, ciment de l’alliance de Gênes avec les « populaires » corses, conduit les seigneurs à échafauder une réponse idéologique. Ces derniers ressuscitent alors l’institution comtale, qui commémore la conquête carolingienne de l’île, cet événement mythique qui fondait leur légitimité historique face à Gênes. Invoquée par Giudice di Cinarca dès le xiiie siècle, cette tradition carolingienne s’enrichit au xve siècle de nouveaux éléments qui lient la victoire dans l’île des Chrétiens sur les Maures à l’histoire des comtes de Catalogne, et devient ainsi le ciment idéologique du parti aragonais. Certains indices suggèrent que cette tradition a été introduite en Corse par l’intermédiaire de la Sardaigne catalane, mais des recherches complémentaires dans les archives aragonaises et sardes seront nécessaires pour en cerner plus précisément les contours, et évaluer ainsi le rôle de la couronne d’Aragon dans l’élaboration de ce mythe.

Haut de page

Bibliographie

Ambrosi, Ambroise (1911), « Un épisode de la guerre entre Gênes et Aragon au xve siècle : Vincentello d’Istria », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, 325, pp. 5-64.

Anatra, Bruno (1984), « La Sardegna nella guerra mediterranea dei centi anni », dans Giuseppe Galasso (éd.), La Sardegna medioevale e moderna, Turin, pp. 191-364.

Beauchamp, Alexandra (2005), Gouverner la Couronne d’Aragon en l’absence du roi. La lieutenance générale de l’Infant Pierre d’Aragon (1354-1355), thèse de doctorat soutenue à l’université Bordeaux III (inédite).

Boscolo, Alberto (1962), « Geronimo Zurita e i problemi mediterranei della Corona d’Aragona. II: Dal trattato di Agnani ai Martini », dans Jeronimo Zurita. La seva obra y l’extat general de la investigació històrica, VII congreso de historia de la Corona de Aragón, Barcelone, pp. 205-228.

Boscolo, Alberto (1969), « I cronisti catalano-aragonesi e la storia italiana del basso medioevo », dans Nuove questioni di storia medioevale, Milan, pp. 301-323.

Boscolo, Alberto (1979), La Sardegna dei Giudicati, Cagliari.

Cancellieri, Jean-André (1984 a), « Directions de recherche sur la démographie de la Corse médiévale (xiiie-xve siècles) », dans Rinaldo Comba, Gabriella Piccinni et Giuliano Pinto (éd.), Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, Naples, pp. 401-433.

Cancellieri, Jean-André (1984 b), « De la “Corse pisane” à la “Corse génoise” : remarques sur la portée structurelle insulaire de la bataille de la Meloria (1284) », dans Genova, Pisa e il Mediterraneo tra Due e Trecento, Atti della Società Ligure di Storia Patria (Genova, 24-27 ottobre 1984), Gênes, pp. 569-583.

Cancellieri, Jean-André (1989), « Sinucello della Rocca », dans Raffaele Romanelli (dir.), Dizionario biografico degli Italiani, Rome.

Cancellieri, Jean-André (1997), Bonifacio au Moyen Âge. Entre Gênes, Corse et Méditerranée, Ajaccio.

Cancellieri, Jean-André (2011), « Corse au Moyen Âge », dans Olivier Battistini et Jean-Dominique Poli (dir.), Dictionnaire des lieux et pays mythiques, Paris, pp. 371-375.

Canellas López, Ángel (1983), « El historiador Jeronimo de Zurita », dans Jeronimo de Zurita: su época y su escuela, Actos del coloquio (Zaragoza, 16-21 mayo de 1983), éd. Institución Fernando el Católico, Saragosse, pp. 7-22.

Casanova, Antoine (1963-1967), « Caporaux et communautés rurales aux xive et xve siècles », Corse historique, 9 (11).

Cirneo, Pietro, De Rebus Corsicis, éd. Lucien-Auguste Letteron, Bastia, 1884.

D’Arienzo, Luisa (1970), Carte reali diplomatiche di Pietro IV il Cerimonioso, re d’Aragona, riguardanti l’Italia, Padoue.

Del Treppo, Mario (1969), « L’espansione catalano-aragonese nel Mediterraneo », dans Nuove questioni di storia medioevale, Milan, pp. 259-300.

Deswarte, Thomas (2003), De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (viiie-xie siècles), Turnhout.

Dupré Theseider, Eugenio (1957), « Come Bonifacio VIII infeudò a Giacomo II il regno di Sardegna e di Corsica », dans Centro internazionale di studi sardi (éd.), Atti del VI Congresso Internazionale di Studi Sardi, Cagliari, t. I, pp. 91-101.

Duvergé, Suzanne (1933), « Le rôle de la papauté dans la guerre de l’Aragon contre Gênes (1351-1356) », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 50, pp. 221-249.

Eginhard, Annales, éd. François Guizot, Paris, 1824.

Emmanuelli, René (1975), « Le pacte de 1358 et la Commune de Corse », Études Corses, 4, pp. 5-50.

Ferrer i Mallol, Maria Teresa (2001), « Il partito filocatalano in Corsica dopo la morte di Arrigo della Rocca », dans Maria Giuseppina Meloni (éd.), La Corsica e il mondo mediterraneo nell’età medioevale, numéro spécial de la revue Medioevo. Saggi e rassegne, 24, pp. 65-88.

Fodale, Salvatore (1984), « Il regno di Sardegna e Corsica, feudo della chiesa di Roma (dalle origini al xiv secolo) », dans Genova, Pisa e il Mediterraneo tra Due e Trecento, Atti della Società Ligure di Storia Patria (Genova, 24-27 ottobre 1984), éd. Società Ligure di Storia Patria, pp. 517-567.

Franzini, Antoine (2003), « Les révoltes de 1357 en Corse : visite d’un événement politique », Études Corses, 56, pp. 29-38.

Franzini, Antoine (2006), « Giudice de Cinarca », dans Antoine-Laurent Serpentini (dir.), Dictionnaire historique de la Corse, Ajaccio.

Giustiniani, Agostino, Castigatissimi annali con la loro copioso tavolta della eccelsa et illustrissima Republica di Genoa, Gênes, 1537.

Giustiniani, Agostino (1993), Description de la Corse, éd. Antoine-Marie Graziani, Ajaccio, s. d.

Hirel-Wouts, Sophie (2006), Les origines du royaume d’Aragon dans l’historiographie de l’Est péninsulaire (1369-1499), thèse de doctorat codirigée par Georges Martin et Inés Fernández Ordóñez et soutenue à l’université Paris IV (inédite).

Jehel, Georges (2002), « Bonifacio et la Corse au temps de l’empereur Charlemagne et du comte Boniface », dans Michel Vergé-Franceschi (éd.), La Corse, île impériale, Actes des IIIe journées universitaires de Bonifacio (Bonifacio, 27-28 juillet 2001), Ajaccio, pp. 23-37.

Letteron, Lucien-Auguste (1910), Chroniche di Giovanni della Grossa e di Pier’Antonio Montegiani, Bastia.

Luzzati, Michele (1979), « Castruccio Castracani degli Antelminelli », dans Raffaele Romanelli (dir.), Dizionario Biografico degli Italiani, t. XXII, pp. 200-210.

Marchi van Cauwelaert, Vannina (2005), Rinuccio della Rocca (vers 1450-1511). Vie et mort d’un seigneur corse à l’époque de la construction de l’État moderne, Ajaccio.

Marchi van Cauwelaert, Vannina (2011), La Corse génoise. Saint Georges, vainqueur des « tyrans » (milieu xve-milieu xvie siècle), Paris.

Marchi van Cauwelaert, Vannina (2013 a), « Élites locales et coloniales en Corse à la fin du Moyen Âge. Éléments de sigillographie comparée », dans Jean-André Cancellieri (éd.), Actes de la IIIe tribune des jeunes chercheurs (Bastia, juillet 2011), Bastia.

Marchi van Cauwelaert, Vannina (2013 b), « Lettres authentiques et relations diplomatiques. L’exemple de la Corse génoise (fin xve-début xvie siècle) », dans Laurent Vissière et Bruno Dumézil (éd.), L’épistolaire politique au Moyen Âge. II : Authentiques et autographes (vie-xve siècles), Actes du colloque (Paris, 27-28 janvier 2012), Paris.

Marongiu, Antonio (1935), « La Corona d’Aragona e il Regno di Corsica », Archivio Storico di Corsica, 11 (4), pp. 481-501.

Meloni, Giuseppe (1971-1982), Genova e Aragona al epoca di Pietro il Cerimonioso, Padoue (3 vol.).

Meloni, Maria Giuseppina (1993), « Arrigo della Rocca: un nobile corso al servizio del re d’Aragona », Medioevo. Saggi e rassegne, 18, pp. 9-26.

Meloni, Maria Giuseppina (1995), « La corona d’Aragona e la Corsica attraverso una relazione di Castruccio Castracani signore di Lucca », dans La Corona d’Aragona in Italia (secc. xiii-xviii), Atti del XIVe congresso internazionale di storia de la Corona d’Aragona (Sassari-Alghero, 19-24 maggio 1990), Sassari, vol. II, t. II, pp. 595-628.

Meloni, Maria Giuseppina (2005), « Ufficiali della corona d’Aragona in Corsica (secoli xiv-xv) », dans Manuel Sanchez Martínez, Maria Teresa Ferrer i Mallol et Josefina Mutgé i Vives (éd.), La Corona catalanoaragonesa i el seu entorn mediterrani a la Baixa Edat Mitjana, Actes del seminari (Barcelona, 27-28 de noviembre 2003), Barcelone, pp. 167-184.

Musso, Gian Giacomo (dir.) [1984], Agostino Giustiniani annalista genovese ed i suoi tempi, Atti del convegno di studi (Genova, 28-31 maggio 1982), Gênes.

Musso, Ricardo (1989), « Vincentello d’Istria », dans Raffaele Romanelli (éd.), Dizionario Biografico degli Itagliani, Rome.

Péquignot, Stéphane (2010), « Le “premier voyage à Rome” de Jacques II d’Aragon (1296-1297) », dans Jean-Marie Moeglin (éd.), Relations, échanges, transferts en Europe dans les derniers siècles du Moyen Âge. Hommages en l’honneur de Werner Paravicini, Paris, pp. 135-164.

Petti Balbi, Giovanna (1976), Genova e la Corsica nel Trecento, Rome.

Petti Balbi, Giovanna (1981), « I Maonesi e la Maona di Corsica (1378-1407). Un esempio di aggregazione economica e soiale », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps modernes, 93 (1), pp. 147-170.

Polonio, Valeria (2003), « Nell’impero carolingio: affermazione di un identità genovese », dans Dino Puncuh (éd.), Storia di Genova. Mediterraneo, Europa, Atlantica, Gênes, pp. 120-122.

Ríos Saloma, Martín Federico (2011), La Reconquista : una construcción historiográfica (siglos xvi-xix), Madrid.

Salavert y Roca, Vicente (1956), Cerdeña y la expansion mediterranea de la Corona d’Aragón (1297-1314), II, Madrid, 1956.

Sanna, Mauro G. (2000), « Il Regnum Sardinie e Corsice », dans Mario Da Passano, Antonello Mattone, Francis Pomponi et Ange Rovere (éd.), Sardegna e Corsica: percorsi di storia e di bibliografia comparata, Sassari, pp. 214-230.

Sorgia, Giancarlo (1968), Sardenya i Corsega des de la infeudació fins a Alfons « el Magnànim », Barcelone.

Venturini, Alain (2005), « Giudice di Cinarca revisité », Cahiers Corsica, 218-219.

Zurita, Jerónimo (1977), Anales de la Corona de Aragón, éd. Ángel Canellas López, Saragosse, 1562-1579.

Haut de page

Notes

1 Cet acte a été publié par Salavert y Roca, 1956, doc. 21, pp. 22-26.

2 Voir Anatra, 1984, pp. 191-195.

3 Voir Fodale, 1984, pp. 517-527.

4 Sur ces questions, voir Dupré Theseider, 1955, pp. 91-101 ; Hillgarth, 1975, pp. 30-34 ; Sanna, 2000, pp. 214-230 ; Péquignot, 2010, pp. 135-164.

5 Voir Del Treppo, 1969, pp. 259-300. Hillgarth, 1975, pp. 1-54.

6 Anatra, 1984, p. 194.

7 Désigné ci-après la Commune.

8 Sur les conséquences de cette bataille en Corse, voir Cancellieri, 1984 b, pp. 569-583.

9 Sur ce personnage, voir Cancellieri, 1989 ; Venturini, 2005 ; Franzini, 2006.

10 Voir Petti Balbi, 1976, p. 14.

11 Meloni, 2005, p. 168.

12 Ibid., p. 169, note 5.

13 En août 1325, Alphonse autorise le gouverneur Francesc Carroç à recevoir l’hommage féodal des seigneurs corses et à leur confirmer leurs fiefs, ce qui suggère que les ambassades se sont multipliées, ibid.

14 ACA, Cartas Reales, papeles por incorporar, Armario de Sardenya, n° 697.

15 Sur Castruccio Castracani, voir Luzzati, 1979. Sur ses relations avec Jacques II, voir Meloni, 1995, pp. 595-599.

16 Ibid.

17 ACA, Canc., reg. 395, f° 200. Sur les giudicats de Sardaigne, voir Boscolo, 1979.

18 Voir Letteron, 1910, pp. 147-176.

19 Meloni, 1995, p. 606.

20 Ibid., p. 599. La même lettre avait été adressée à Arrigo et Opicinello di Cinarca, à Lupaciolo d’Ornano et à Arrigo di Litali.

21 L’on ne trouve pas trace de cette accusation dans la chronique de Giovanni della Grossa, voir Letteron, 1910, p. 176.

22 D’après Giovanni della Grossa, Salinese aurait livré son propre père aux Génois ce qui lui aurait valu d’être maudit avec l’ensemble de sa descendance. Ibid., p. 176.

23 Dans une lettre non datée (entre 1327 et 1336) Guglielmo Salinese demande l’appui de la couronne d’Aragon pour lutter contre Arrigo di Litali et Lupaciolo d’Ornano, ACA, Cartas Reales, Alfonso III, 3148rº.

24 Privé de son château par Arrigo di Litali, Ugolino s’est ensuite exilé en Sardaigne, ACA, Cartas Reales, Alfonso III, 3148rº.

25 ACA, Canc, reg. 395, f° 200.

26 Ce nombre est très proche des effectifs militaires dont dispose pour le même territoire, à la fin du xve siècle, le seigneur Rinuccio della Rocca : 1000 fantassins et 200 cavaliers, voir Marchi van Cauwelaert, 2005, p. 121. Le fait suggère une stagnation démographique dans cette partie de l’île du début du xive à la fin du xve siècle ; sur cette question, voir Cancellieri, 1984, pp. 401-433.

27 La contre-offensive génoise menée par Ottone Doria commence en 1329 avec le siège du château de Cinarca, considéré comme base aragonaise dans l’île. Voir Letteron, 1910, pp. 187-188. Le fait témoigne que malgré le rapport de Castruccio, les seigneurs de Cinarca étaient restés les principaux alliés de la Couronne en Corse.

28 Ce traité a été publié par Cancellieri, 1997, pp. 110-111.

29 C’est dans ce même lieu que Giudice s’était fait élire comte de Corse. Sur le sens symbolique de cette élection, voir Cancellieri, 2011, p. 373.

30 Letteron, 1910, p. 191.

31 D’après Giovanni della Grossa, Guglielmo della Rocca était le petit-fils de Giudice, le fils d’Arrigo della Rocca.

32 Ibid., p. 192.

33 La même année, les seigneurs Ugo Cortinchi et Lupo d’Ornano avaient envoyé une ambassade à Pierre IV d’Aragon pour qu’il prenne possession de la Corse, mais ce dernier avait répondu qu’il ne pouvait pas intervenir en raison de ses difficultés avec le roi du Maroc, voir ACA, Canc., reg. 1010, f° 190vº-192vº, cité par Sorgia, 1968.

34 Letteron, 1910, p. 192.

35 Ibid., p. 199.

36 ACA, Canc., reg. 1013, f° 240, « Lettre de Pierre IV à Guglielmo della Rocca ». La même lettre a été envoyée à Orlando d’Ornano, Ugolino Castellano, aux héritiers d’Arrigo Strambo, à Ristoruccio et ses frères de Cinarca, à Guglielmo de Petra Larata, aux héritiers d’Ugo Cortinchi, à Oppicinuccio Cortinchi, à Giovanni de Bagnaia, à Alberto de Bagnaia, à Bartolomeo et Giovannino Avogari, à Bartolomeo de Mari et à Babilano Avogari.

37 Petti Balbi, 1976, p. 22.

38 Voir ACA, Canc., reg. 1017, f° 150.

39 Cette déclaration de guerre a été publiée par Duvergé, 1933, p. 243. Sur les relations entre Gênes et l’Aragon à l’époque de Pierre le Cérémonieux, voir Meloni, 1971-1982.

40 Letteron, 1910, p. 200.

41 ACA, Cartas Reales, Pierre III, 5197rº. Le document a été transcrit par D’Arienzo, 1970, p. 213.

42 Sur le gouvernement de la Couronne pendant cette expédition, voir Beauchamp, 2005.

43 Casanova, 1963-1967.

44 Emmanuelli, 1975, pp. 5-50 ; Franzini, 2003, pp. 29-38.

45 Petti Balbi, 1976, p. 33.

46 Sur ce personnage, voir Cancellieri, 1989 ; Meloni, 1993, pp. 9-26 ; Petti Balbi, 1976, pp. 50-54.

47 Sur ces événements, voir Petti Balbi, 1976, p. 50.

48 Id., 1981, pp. 147-170.

49 Sur la place de la Corse dans les relations entre Gênes et l’Aragon à la fin du xive siècle, voir Sorgia, 1968, chap. ii.

50 Sur ce personnage, voir Ambrosi, 1911, pp. 5-64 ; Marongiu, 1935, pp. 481-501 ; Musso, 1989.

51 Sur le parti aragonais à la mort d’Arrigo della Rocca, voir Ferrer i Mallol, 2001, pp. 65-88.

52 Voir Cirneo, De rebus corsicis, pp. 138-214.

53 Sur l’existence d’un comté de Gênes à l’époque carolingienne, voir la mise au point de Polonio, 2003, pp. 120-123.

54 Letteron, 1910, pp. 14-43.

55 Eginhard, Annales, p. 56.

56 Ibid., p. 59.

57 Cirneo, De rebus corsicis, pp. 81-82.

58 Sur cet humaniste génois, voir Musso (éd.), 1984. Sur sa vision de la Corse, voir Giustiniani, Description de la Corse.

59 Id., Castigatissimi annali…, Livre I, chap. xxv, p. 79.

60 Pour une vision globale, voir Sénac, 2000. Sur la tradition hispanique, voir Deswarte, 2003. Pour la Corse, voir Jehel, 2001, pp. 23-37.

61 Voir Marchi van Cauwelaert, 2011, pp. 342-358.

62 Sur la symbolique des lieux de vedute, voir Cancellieri, 2011, pp. 371-375.

63 Le nom de l’autre fils bâtard de Giudice éclairé par la documentation Guglielmo Salinese d’Istria fait référence au père du comte, « Guglielmo martyre », qui doit son surnom à son assassinat par ses propres neveux, voir Letteron, 1910, p. 156.

64 Ibid., pp. 31-32.

65 Partie septentrionale de la Corse qui était sous la domination génoise.

66 Sur cet historien espagnol, voir Canellas López, 1983, pp. 7-22. Sur la place de la lutte entre Chrétiens et Maures dans son œuvre, voir Rios Saloma, 2011, pp. 81-86.

67 Zurita, Anales de la Corona de Aragón, Livre V, chap. lxi. Sur sa description de la Sardaigne voir Boscolo, 1962, pp. 205-230.

68 Ibid., Livre I, chap. iii.

69 Sur ce personnage, voir ibid., 1977, Livre I, chap. iv, p. 24.

70 Ibid., Livre V, chap. lxi, p. 651.

71 Eginhard, Annales, p. 71. On trouve la même version de cette expédition dans la chronique de Cirneo, De rebus corsicis, p. 86.

72 ACA, Cartas reales, Alfonso V, f° 221rº, 242rº, 251 bis rº, 423rº.

73 Giustiniani, Castagatissimi annali…, Livre V, paragraphe 192.

74 Marchi van Cauwelaert, 2011, pp. 348-349.

75 Sur l’historiographie dans la couronne d’Aragon, voir Hirel-Wouts, 2006.

76 Voir Marchi van Cauwelaert, 2013 b (à paraître).

77 Voir Id., 2013 a (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanina Marchi van Cauwelaert, « Seigneurie contre commune : recherches sur les fondements idéologiques du parti aragonais en Corse (xive-xve siècles) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-1 | 2013, 231-249.

Référence électronique

Vanina Marchi van Cauwelaert, « Seigneurie contre commune : recherches sur les fondements idéologiques du parti aragonais en Corse (xive-xve siècles) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/4949

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org