Navigation – Plan du site
Miscellanées

Colonia, entre appropriation et rejet : la naissance d’un concept (de la fin des années 1750 aux révolutions hispaniques)

«Colonia», entre apropiación y rechazo: el nacimiento de un concepto (de finales de los años 1750 a las revoluciones hispánicas)
Colony, betwixt assumption and rejection: the birth of a concept (from the late 1750s until the Hispanic revolutions)
Philippe Castejon
p. 251-271

Résumés

Dans la seconde moitié du xviiie siècle, le mot « colonia » s’enrichit d’une pluralité de sens qui finit par le transformer, au moment des révolutions hispaniques, en arme politique. Partant d’une acception démographique, le mot acquiert une dimension économique chez les élites impliquées dans les réformes économiques. Son spectre d’utilisation reste cependant limité, pendant longtemps, aux seuls serviteurs de la Monarchie qui en font un outil d’analyse à usage interne destiné à saisir l’espace américain. Les débats suscités par la diffusion des œuvres de Raynal ou de Robertson, qui critiquent la colonisation espagnole, contribuent à la banalisation du mot après la Guerre d’Indépendance américaine. Pourtant, ce sont les révolutions hispaniques qui, créant un nouveau contexte politique, transforment le mot en concept politique. Dans cette phase intense de politisation, le mot est alors instrumentalisé pour capter la fidélité des Américains.

Haut de page

Texte intégral

Vosotros habéis sido colonos, y vuestras Provincias han sido colonias y factorías miserables: se ha dicho que no; pero esta infame calidad no se borra con bellas palabras, sino con la igualdad perfecta de privilegios, derechos y prerrogativas…1

  • 2 Guerra, 1992, pp. 146-147.
  • 3 Hanisch Espíndola, 1970, revient sur les origines intellectuelles du texte et les différentes influ (...)

1Au cours de l’été 1810 circula à Santiago du Chili le Catecismo político cristiano de José Amor de la Patria. Ce brûlot anonyme apportait une réponse radicale aux déclarations du Conseil de Régence du 14 février 18102 sur l’égalité entre Espagnols américains et européens. Se fondant sur la théorie du pacte, selon laquelle les liens entre le roi et les possessions américaines étaient personnels, l’auteur niait toute légitimité au Conseil de Régence qui entendait suppléer le roi déchu. La disparition du souverain avait rompu toute la chaîne de l’autorité et la souveraineté devait maintenant revenir au peuple. L’argument était traditionnel3. Plus novateur était, en revanche, son regard sur la période de domination espagnole. Toute l’histoire de l’Amérique était revisitée sous l’angle de la domination coloniale. Les Espagnols avaient privé les Américains du commerce avec les autres nations, interdit les manufactures en Amérique afin qu’elles ne concurrencent pas celles de l’Espagne, privé les créoles de l’accès aux magistratures et envoyé des serviteurs uniquement motivés par le lucre. L’auteur du Catecismo político cristiano présentait une lecture originale des rapports entre l’Espagne et l’Amérique, prenant l’exploitation pour fil conducteur. L’Espagne apparaissait comme la métropole et les Indes (Amérique espagnole) étaient une colonie. Il reprenait cette catégorie de colonie en l’instrumentalisant.Le passé colonial permettait ainsi de justifier l’indépendance. La stratégie de construction d’un passé colonial était bien une innovation dans le discours politique et le mot « colonia » devenait alors une arme politique destinée à favoriser l’émergence d’une autre identité, voire d’une autre Nation.

  • 4 Voir la traduction de Fernández Torres de l’introduction au Dictionnaire des concepts historiques f (...)

2Cette instrumentalisation du mot colonie tranche pourtant radicalement avec l’utilisation qui en est faite en Espagne dans la seconde moitié du xviiie siècle. Partant d’un sens démographique, le mot devient polysémique au cours des années 1760. Il est alors un outil pour penser les réformes économiques. Ce n’est qu’avec les crises hispaniques qu’il se transformera en une arme politique. Nous tâcherons de suivre sur près d’un demi-siècle les processus qui ont amené ce mot à se transformer en « concept historique fondamental4 ».

Las Indias no eran colonias

  • 5 Prost, 1996, chap. vi, « Les concepts ».
  • 6 Lempérière, 2004.

3La publication, en 1951, de Las Indias no eran colonias a déclenché un débat passionné sur la nature des liens qui unissaient l’Espagne à ses possessions américaines avant les indépendances. Dans cet essai, l’historien argentin Ricardo Levene se refusait à assimiler les territoires américains de la monarchie espagnole à des colonies ; l’égalité juridique entre Européens et créoles, ainsi que l’absence du mot colonia dans la législation des Indes en constituaient, selon lui, les preuves irréfutables. L’auteur postulait, implicitement, qu’il existait une adéquation entre colonia en tant que catégorie d’historien5 — qui suppose la domination d’un territoire étranger — et le mot utilisé par les hommes du xviiie siècle. En fait, l’usage du terme à la fin de l’époque moderne se révèle complexe, et les deux catégories précédemment citées ne coïncident qu’imparfaitement en espagnol. La notion, réifiée par les historiens6, est en pleine recomposition dans la seconde moitié du xviiie siècle. L’archéologie du mot révèle la coexistence de différentes strates sémantiques qui ne se recouvrent qu’imparfaitement. L’acception démographique originelle du mot et ses champs d’utilisation forment cette première strate.

Une stabilité sémantique apparente

  • 7 Voir l’édition numérisée sur le site de la Real Academia Española (RAE), t. II, pp. 419-420. L’édit (...)
  • 8 Éditions du dictionnaire de la RAE de 1780, 1783, 1791 et 1803 consultables sur le site de la RAE : (...)
  • 9 « Cierta porción de gente que se envía de orden de algún príncipe o república a establecerse en otr (...)

4Les dictionnaires permettent de saisir l’apparente stabilité sémantique du mot colonia. Tout au long du xviiie siècle, ce terme conserve en espagnol une acception migratoire, héritage d’une définition plus ancienne. Colonia apparaît déjà dans le Tesoro de la lengua castellana o española de Sebastián de Covarrubias (1611) avec une définition mettant l’accent sur l’aspect migratoire et une autre mentionnant la dimension historique lorsque le mot est employé au pluriel ; il fait alors explicitement référence à la colonisation romaine. Cette définition est la matrice sur laquelle ont été moulées toutes les définitions du xviiie siècle. Les deux acceptions sont reprises, parfois au mot près, dans le Diccionario de autoridades de 17297. Les éditions suivantes8 de la Real Academia maintiennent cette acception migratoire9. À partir de l’édition de 1780, le terme semble cependant ne plus s’appliquer à la seule histoire antique, mais être devenu d’usage courant. De même, et c’est l’un des apports de cette édition, l’action de coloniser est associée à des acteurs (un prince ou une république). Le mot renvoie ainsi tant au processus qu’à son résultat : la définition de 1729 s’enrichit. Jusqu’en 1808, les dictionnaires offrent donc l’image d’une continuité linguistique qui met de façon constante l’accent sur la dimension migratoire de la fondation coloniale.

  • 10 BPRM (Bibliothèque du Palais Royal de Madrid), II/2829 fos 134rº-213rº.

5La confrontation à l’usage de la langue montre que tout au long de cette période de nombreux auteurs utilisent le terme de colonia dans son acception traditionnelle. Le lieutenant de vaisseau, Francisco Millau y Mirabal dans sa Descripción de la Provincia del Río de la Plata y de sus poblaciones (1772)10 ou Félix de Azara dans sa Geografía, física y esférica de las provincias del Paraguay y misiones guaraníes (1790), pour ne prendre que deux exemples, utilisent le mot comme un synonyme de población. Par ailleurs, le mot est loin de s’appliquer à la seule réalité américaine. Il désigne tout établissement de population :

  • 11 Rodríguez de Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industria popular, chap. xvii, note 1, pp. (...)

En nuestras Colonias de Sierra-morena y Andalucía se va estableciendo esta industria popular en las familias de labradores11.

  • 12 Il est à noter que « colonial » et « colonizar » n’apparaissent que dans l’édition de 1837 de la RA (...)
  • 13 Le Corpus Diacrónico del Español (CORDE) est un ensemble de textes permettant d’étudier l’usage d’u (...)

6Le dictionnaire en tant qu’outil normatif livre néanmoins une « image » figée de la langue. Il ne fait qu’intégrer, avec un décalage souvent important, les apports lexicaux12 et les transformations de sens. L’utilisation de la base de données CORDE13, tout en confirmant la persistance de cette dimension démographique du mot dans les textes publiés, permet cependant de dégagerde nouveaux sens ainsi qu’une plus grande fréquence du terme dans le dernier tiers du xviiie siècle. L’analyse lexicologique des textes concernant l’Amérique trahit alors une véritable « stratégie d’évitement ».

  • 14 Synonyme de población, le mot renvoie à des espaces au peuplement lâche comme la colonia del Nuevo (...)
  • 15 Voir partie « Le modèle colonial » de cet article (pp. 257-258) sur le sens économique du mot qui s (...)

7L’occurrence colonia est peu fréquente dans le corpus juridique américain (Leyes de Indias)14. Le mot colonia n’est pas utilisé pour désigner les possessions américaines espagnoles. Dans la correspondance officielle des principaux serviteurs de la monarchie (vice-rois, capitaines-généraux, intendants) ou encore les reales ordenes, qui restituent le dialogue entre le pouvoir et une autorité, ce sont les termes de reinos, dominios ou provincias qui sont utilisés pour nommer les espaces américains15. Ces termes s’inscrivent dans la relation entre le roi et ses vasallos. Ils relèvent davantage de l’imaginaire politique que de la réalité juridique (virreinato, capitanía general, gobernación, audiencia). Jusqu’aux indépendances, ces expressions constituent la norme utilisée tant par les Américains que par le pouvoir espagnol.

8La diffusion de l’économie politique française dans la seconde moitié du xviiie siècle a contribué à apporter un nouveau répertoire sémantique ainsi qu’un regard décentré sur la Monarchie. Le diptyque métropole/colonie fait partie de ces apports. Par analogie avec le français, metrópoli et colonia forment une cooccurrence dont le champ d’utilisation s’inscrit dans la sphère économique. Chez les proyectistas, l’expression metrópoli implique presque mécaniquement l’utilisation de colonia. Cet outil permettant de penser l’empire de façon binaire, avec un centre et une périphérie, est alors adapté lorsqu’il est utilisé par les serviteurs de la Monarchie les plus impliqués dans les réformes fiscales. L’intendant du Venezuela, José de Ábalos (1777-1783) utilise le terme de métropole en substituant à colonia les mots provincia ou América :

  • 16 AGI (Archivo General de Indias), Caracas, leg. 477, n° 66, lettre d’Ábalos à Gálvez du 25 septembre (...)

… pero en la América, son sin comparación muy diferentes las circunstancias porque la lejanía de la Metrópoli…16

  • 17 L’édition critique de ce texte est en cours.

9Cette « stratégie d’évitement » est également perceptible chez l’économiste catalan Francisco Roma y Rosell. Promu régent de l’audience de Mexico en 1776, il rédige, quelques mois avant son départ, les Apuntes sucintos, y prácticos de la América Española17dans lesquels il livre ses réflexions sur les réformes économiques à entreprendre en Amérique, ainsi qu’une analyse de la situation. L’expression metrópoli n’est pas associée à colonia, elle fait alors écho à une forme traditionnelle (dominios). Ces absences sont révélatrices de tension. L’utilisation du terme de colonia permet de mettre sur le même plan les différents territoires conquis par les Européens. Ces auteurs sont convaincus que la nature des possessions espagnoles est différente de celle des autres Européens, tout en étant conscients que les processus d’intégration économiques sont les mêmes.

10Notre éclairage est confirmé par le Diccionario geográfico-histórico de las Indias Occidentales d’Antonio de Alcedo y Herrera, publié entre 1786 et 1789. Dans ce dictionnaire de l’espace américain, le mot colonia n’a pas d’entrée spécifique. Au fur et à mesure de la lecture des entrées, une ligne de séparation distingue très clairement les possessions espagnoles et portugaises, qui y apparaissent désignées par le terme de reinos, tandis que les autres possessions européennes sont qualifiées de colonias. Cette distinction est révélatrice de la perception que les élites espagnoles ont de leur espace. Considérant implicitement que la nature de leurs possessions est différente, ils définissent celles-ci en les assimilant à des structures politiques, alors que les possessions des autres puissances européennes (Portugal excepté) ne sont que de simples colonias.

  • 18 L’expression apparaît dans le traité de paix de 1681 traduit en espagnol et en portugais.

11En revanche, dans ce même dictionnaire, San Gabriel et Sacramento, espaces disputés entre les deux puissances ibériques, apparaissent bien comme des colonias. Pour les élites espagnoles de la seconde moitié du xviiie siècle la « Colonia » renvoie généralement à l’établissement portugais fondé en 1678 au large de Buenos Aires, sous le nom de Nova Colônia do Santíssimo Sacramento communément nommé Colonia de(l) Sacramento18. Tout comme le territoire de San Gabriel, Sacramento est défini non pas comme une partie du Brésil, mais comme une coloniaque tenían los Portugueses en la Provincia y Gobierno de Buenos Aires. Or, le fort de la Colonia se double rapidement d’un comptoir commercial qui devient la place la plus importante de la contrebande anglaise à destination de l’empire espagnol. Le dictionnaire d’Alcedo y Herrera traduit, par conséquent, la représentation des élites espagnoles qui ont le sentiment d’une double illégitimité, territoriale — puisque les Portugais apparaissent comme des usurpateurs au même titre que les Français, les Anglais ou les Hollandais dans les Caraïbes —, mais également économique — car la Colonia del Sacramento devient le paradigme territorial de la contrebande étrangère en Amérique.

La colonia : une manière de désigner l’autre

12Ainsi, l’utilisation du terme colonia est d’emblée paradoxale. Le mot est refusé pour désigner les possessions espagnoles, car leur singularité interdit toute assimilation à des colonies. Dans son Proyecto Económico, rédigé en 1762, Bernardo Ward formule cette répulsion lexicale, tout en mettant en avant les avantages économiques pour l’Espagne :

  • 19 Ward, Proyecto económico, discours préliminaire, p. xiii : « Discurso preliminar. Sobre las ventaja (...)

En América tiene una posesión, que consiste, no en Islas y Colonias, sino en Reinos e Imperios, vastísimos, las minas más abundantes, y los frutos más preciosos del mundo19.

  • 20 Tous les auteurs de la décennie 1740 tels que Campillo y Cossío ou Bernardo de Ulloa, et avant eux (...)

13En revanche, le mot désigne systématiquement les possessions étrangères20. Les Espagnols reprennent exactement le terme qu’utilisaient Anglais et Français pour nommer leurs propres possessions. Il apparaît dans les traités bilatéraux dès la première moitié du xviiie siècle. Les traductions espagnoles semblent ignorer la polysémie existante en français et en anglais, pour faire de colonias extranjeras une expression consacrée, systématiquement utilisée pour désigner les territoires des autres nations.

  • 21 Voir par exemple la correspondance du capitaine général O’Reilly (AGI, Santo Domingo, leg. 2533).

14Par analogie, la Colonia désigne également une possession récente, celle de la Louisiane. Devenue espagnole après le traité de 1763, la Louisiane est qualifiée par les serviteurs de la Monarchie en Amérique de Colonia21. La singularité de sa situation — le territoire abrite une population essentiellement francophone — incite les autorités espagnoles à reprendre les catégories des autorités françaises. Dans les correspondances croisées bilingues entre gouverneur français et gouverneur espagnol, le mot a une acception politico-territoriale et devient synonyme de provincia. Jusqu’en 1800, ce territoire espagnol est systématiquement qualifié de Colonia même dans les cédules royales :

  • 22 AGI, Santo Domingo, leg. 2533, cédule royale du 22 janvier 1782.

La Provincia de la Luisiana ha merecido particularmente mis reales atenciones desde que se agregó a mi Corona, y mi paternal amor hacia los habitantes de aquella Colonia se ha interesado desde entonces en darles repetidas pruebas de que no ha padecido alteración alguna su felicidad con la mudanza de dominación, y que les miro como una porción distinguida de mis dominios22.

Le modèle colonial, un moyen de penser les Indes occidentales pour les serviteurs de la Monarchie

15Dans la seconde moitié du xviiie siècle, le mot colonia, tout en conservant sa dimension migratoire, s’enrichit progressivement d’une dimension économique qui finit par devenir prééminente à la veille des indépendances américaines. La diffusion de ce néologisme de sens a un parcours singulier. Le mot apparaît dans le sillage de la guerre de Sept Ans et commence alors à circuler dans le cercle restreint des ministres prônant des réformes fiscales et commerciales. Il devient un outil pour penser l’empire ainsi que le symbole d’un nouveau langage, celui de la réforme économique.

Le modèle colonial : un outil d’analyse à destination des cercles du pouvoir

16La guerre de Sept Ans constitue à bien des égards un point de départ. Les occupations en 1762 de La Havane et de Manille par les Anglais, qui préfiguraient dans l’imaginaire politique espagnol celle de la Nouvelle-Espagne puis de toutes les possessions américaines, ont été à l’origine d’une intense réflexion sur l’espace américain. La défense ainsi que le développement de ces espaces ont constitué les deux pans de projets réformateurs qui cherchaient à la fois à saisir les raisons de la supériorité anglaise et les moyens à mettre en œuvre pour faire de l’Espagne une puissance comparable à l’Angleterre ou à la France. Par le biais d’une démarche comparatiste, induite par la réflexion sur la notion de puissance, ces auteurs ont apporté un regard profondément neuf sur l’espace américain.

  • 23 BPRM, II, manuscrit 2869, fos 289-300 et copie également à l’AHN (Archivo Histórico Nacional), Esta (...)
  • 24 Delgado Ribas, 2007, p. 30.
  • 25 Le père Gumilla parle de « colonias americanas » dans El Orinoco ilustrado (1741) mais il donne au (...)

17Le Discurso sobre la utilidad que la España pudiera sacar de la pérdida de La Habana23 (1762), de Francisco Craywinckel, marque peut-être un tournant24. Ce proche de Campomanes livre son analyse de la notion de puissance au secrétaire d’État Ricardo Wall. Refusant tout déterminisme sur la décadence espagnole, il cherche, par la comparaison avec l’Angleterre, à identifier les facteurs de la puissance. La population (nombre des habitants et richesse), le territoire (situation, proximité de la mer, maîtrise de l’espace), les conditions naturelles (fertilité du sol et climat), la production manufacturière ainsi que la puissance militaire (armée et flotte) sont autant d’éléments qui lui permettent de mettre en place une grille d’analyse des critères de la puissance. Il y adjoint également les colonias ultramarinas25. Les possessions espagnoles, qualifiées de colonias americanas sont ainsi comparées aux colonies anglaises :

  • 26 BPRM, II, manuscrit 2869, fo 294.

Pero en la que mira a las producciones de sus colonias, tiene ciertamente la superioridad: porque además de todos los frutos, que se crían en las Inglesas, rinden la grana, el añil, el cacao, y otros que no se encuentran en ellas; y también el oro, y la plata que producen sus minas, aunque no se deban fundar en estas sus mayores ventajas.26

18Rompant avec la vision traditionnelle d’une « monarchie composite » dans laquelle le roi assure le lien entre les différents territoires, Francisco Craywinckel pense les territoires américains par le prisme de l’économie politique. Les possessions américaines deviennent alors, un « objet économique ». Dans cette approche systémique, induite par le diptyque métropole/colonie, l’espace américain apparaît à la fois comme un marché et un espace de production, comparable à la Jamaïque ou à Saint-Domingue.

  • 27 Le manuscrit a été exhumé par Vincent Llombart qui en a fait une édition commentée (Llombart, 2004) (...)
  • 28 Rodríguez de Campomanes, Reflexiones sobre el comercio español a Indias, pp. 354-355.

19Craywinckel n’est pas une exception. D’autres serviteurs de la Monarchie partagent les mêmes idées que lui. Dans ses « Reflexiones sobre el comercio español a Indias27 » (1762), Pedro Rodríguez Campomanes, procureur (fiscal) du Conseil de Castille, après avoir dressé un panorama des possessions des Européens en Amérique, prend position en faveur de l’abrogation du monopole commercial de Cadix. Il y reprend à son tour le diptyque métropole/colonie en l’appliquant aux possessions espagnoles. La notion d’utilité pour la métropole est au cœur de son analyse de la domination économique. Les intérêts des colonies ne doivent à aucun moment entrer en concurrence avec ceux de la métropole28.

  • 29 Une des meilleures formulations du modèle colonial est celle de François Véron de Forbonnais dans l (...)

20Dans son acception nouvelle, la notion de colonia permet tout d’abord de sortir du cadre de l’exception espagnole et de comparer les Indes avec les colonies européennes. Elle permet également aux acteurs des réformes économiques de repenser les rapports entre l’Espagne et l’Amérique sous l’angle de l’utilité et de la domination économique propres au modèle colonial29.

La diffusion du modèle colonial parmi les serviteurs de la Monarchie

  • 30 Pour le processus menant à la constitution de la junta du commerce libre voir Delgado Ribas, 2007, (...)
  • 31 Le président de la junta, le marquis de los Llamos, est secrétaire du Conseil des Finances, Ortíz d (...)
  • 32 Astigarraga, 2011.
  • 33 De même le Reglamento y aranceles para el comercio libre de España a Indias (1778) qui étendait le (...)

21De nombreux acteurs reprennent à leur compte cet outil d’analyse. Le point commun de tous ces personnages est leur attachement à la mise en place du « commerce libre ». Certains font partie de la junta30 chargée en 1764 de réfléchir à l’élaboration d’un nouveau système commercial. Réunie à l’initiative du secrétaire d’État, le marquis de Grimaldi, la junta se compose d’officiers de finance31 ainsi que de commerçants proches du pouvoir (Aragorri32 ou Goosens). La notion de colonia se diffuse au sein de ce petit groupe très impliqué dans les réformes commerciales. Néanmoins, comme le montre le décalage entre le rapport final remis par la junta et le règlement du commerce libre publié en 1765, la notion de colonia n’a pas vocation à toucher le public. Elle reste un instrument à l’usage « interne » des serviteurs de la Monarchie33 confirmant ainsi l’ambivalence de l’utilisation du mot.

22La lecture critique de la correspondance des principaux officiers nous permet de suivre de manière privilégiée l’utilisation du mot colonia en Amérique. Le dépouillement de la correspondance des vice-rois, des capitaines généraux, des présidents d’audience et des visiteurs généraux montre la très faible diffusion du terme à l’époque de Charles III. Lorsqu’il apparaît dans la correspondance officielle (vía reservada), colonia est la plupart du temps utilisé par des acteurs chargés de réformer le système fiscal américain.

  • 34 Navarro García, 1995, pp. 39-77.
  • 35 AHN, Estado, leg. 2314. Dans son Instrucción para el establecimiento de un Gobierno y Comandancia G (...)

23Le premier acteur envoyé en Amérique à utiliser le diptyque est le visiteur général de Nouvelle-Espagne José de Gálvez34. Il élabore, conjointement avec le marquis de Croix, un projet de création d’intendances35. Dès les premières pages, il rappelle :

  • 36 Navarro García, 1959, p. 165. Informe y plan de intendencias para el reino de Nuevo España. Lettre (...)

… pues aunque varias veces se pensó en uniformar el gobierno de estas grandes Colonias con el de su Metrópoli, se opusieron los muchos que se interesan en la anarquía y el desorden…36

24L’auteur maîtrise le langage de la modernité économique. Cependant, il reprend dans son discours les formes plus traditionnelles de dominios ou de reinos pour désigner les possessions américaines. Ce projet, novateur par son contenu, doit en effet convaincre des autorités réticentes (secrétaire d’État et Conseil des Indes).

25Une dizaine d’années plus tard — José de Gálvez est alors secrétaire d’État des Indes depuis 1776 — le terme se diffuse auprès d’autres agents de sa politique américaine. Tous ont une caractéristique commune : ils ont la confiance du ministre. Le vice-roi de Nouvelle-Grenade Caballero y Góngora, les intendants du Venezuela (Ábalos puis Saavedra), les visiteurs généraux (Areche, Escobedo ou Gutiérrez de Piñeres) ou encore le régent Herrera ont utilisé à des moments bien précis le terme de colonia pour désigner les possessions espagnoles. Ils le font souvent dans des lettres reservadas (prioritaires et secrètes), dans lesquelles, quittant la gestion des affaires courantes, ils se livrent à des considérations plus générales sur la réforme des Indes. Le mot n’apparaît jamais dans la sphère publique et d’une manière générale demeure rare, sauf chez Areche.

26Ces acteurs, qui ont des compétences en matière de finances, utilisent le terme dans une optique économique le plus souvent associée à l’idée d’utilité. On observe chez eux une transformation des raisons invoquées pour justifier les réformes. Ils passent progressivement d’un diptyque unissant les intérêts du roi et des vassaux à un triptyque mêlant les intérêts du roi, de la métropole et des vassaux :

  • 37 AGI, Caracas, leg. 478, n° 20, lettre reservada du 28 juin 1784 de l’intendant Saavedra à José de G (...)

… debo asegurarle con todo mi corazón que el objeto de mis desvelos y de mis combinaciones son la felicidad del país, las ventajas de la Metrópoli, y la conservación y aumento de los intereses del Rey37.

27Le mot métropole n’apparaît pas toujours de façon aussi claire dans les documents. Il est souvent remplacé par Espagne ou Nation, mais cette nouvelle structure introduit clairement de nouveaux rapports de domination entre l’Espagne et les espaces américains.

Les vecteurs de la diffusion de la notion

  • 38 Même en français ce sens d’« établissement » semble être assez récent. Le terme au pluriel est util (...)
  • 39 AGI, Caracas, leg. 906, lettre à Gálvez du 7 mai 1777. L’intendant du Venezuela Ábalos, dans une re (...)
  • 40 Joyeux, 2002. La notion de transfert culturel suppose un mouvement d’objets, de personnes, de mots, (...)

28La notion de colonia s’insère au début des années 1760 dans le champ conceptuel de l’économie politique espagnole. Colonia est alors inséparable de ses cooccurrences metrópoli,matriz,tierra-madre ou patria madre. Ce réseau notionnel possède également sa « tête de pont » avec establecimiento38. Le mot, moins bien défini, se substitue parfois à colonia39, lorsque celui-ci semble poser problème. Ces mots sont des néologismes de sens, voire des néologismes de forme (patria madre). Sous l’influence du français et indirectement de l’anglais, ils ont acquis un nouveau sens en espagnol. Le transfert culturel40 n’est pas uniquement sémantique, il est également notionnel puisque ces mots sont porteurs de conceptions économiques. La diffusion et l’appropriation de la notion de colonie s’intègrent dans cette démarche de transfert culturel entre la France des Lumières et la Monarchie espagnole.

  • 41 Solano, 1981. 18 % de la bibliothèque de Gálvez est composée de titres en français dont L’esprit de (...)
  • 42 Rodríguez de Campomanes, Reflexiones sobre el comercio español a Indias, chap. xxii, p. 359.

29Plusieurs éléments permettent d’expliquer la réussite. La circulation d’une notion d’une langue à l’autre s’appuie le plus souvent sur la traduction. Ce connecteur culturel, défini comme un outil permettant le transfert, a ici un rôle moins important pour les élites de gouvernement. À en juger par le poids des ouvrages en français dans les bibliothèques de certains personnages comme Campomanes ou Gálvez41, la traduction n’est pas un passage obligatoire. Le français, véritable lingua franca, est dominé par ces élites. Les Reflexiones sobre el comercio español a Indias (1762) de Campomanes permettent de reconstituer, partiellement, le transfert culturel. Dans ce manuscrit, le terme colonia est sur-utilisé. Il y apparaît plus de 700 fois, alors que metrópoli y est employé à peine une trentaine de fois. L’auteur utilise le mot soit pour nommer les possessions étrangères, soit pour gloser ou citer des auteurs étrangers, soit enfin pour désigner lui-même les possessions espagnoles. Campomanes recourt également aux formes traditionnelles (dominios, reinos ou provincias) mais dans une proportion moindre. Dominio(s), par exemple, n’est utilisé qu’une vingtaine de fois pour désigner les possessions espagnoles. Dans ce texte, au fond atypique par sa sur-utilisation du terme colonia, Campomanes glose ou cite les auteurs qui ont inspiré ses réflexions. Montesquieu joue un rôle considérable en tant que source d’inspiration. Admiratif, Campomanes traduit en espagnol de larges passages de L’Esprit des Lois portant sur l’analyse du commerce de l’Espagne avec ses colonias. Il reprend à son compte certaines des analyses de l’auteur français. Parmi les autres auteurs cités par Campomanes, l’Anglais Child a une place particulière puisqu’il est pour Campomanes l’auteur étranger qui a le mieux saisi les colonies espagnoles42. Child n’est pas traduit en espagnol. Le français agit ici comme un médiateur culturel puisque Campomanes lit Josiah Child par le biais de la traduction/adaptation de Vincent de Gournay du Traité sur le commerce (1754).

30La pensée économique espagnole a également agi comme le substrat ayant permis l’adoption des théories des économistes français ou anglais. Des auteurs tels qu’Ustaritz, Ward, Campillo y Cossío ou encore Bernardo de Ulloa ont commencé à voir dans les Indes occidentales un « objet économique » et ont amorcé la réflexion sur l’utilité de l’espace américain. Cette convergence entre penseurs espagnols et économistes anglais et français a facilité l’adoption du diptyque métropole/colonie par les élites de gouvernement.

Un concept en tension

  • 43 Fernández Torres, 2009, p. 98.

31Au cours de la décennie qui suit la guerre de Sept Ans, l’utilisation du terme colonia reste cantonnée dans les cercles du pouvoir. Pourtant, entre la fin des années 1770 et le début des années 1780, le spectre social de son usage s’élargit. La diffusion des écrits de l’abbé Raynal, de Cornelius de Pauw ou de William Robertson contribue à propager la notion de colonia auprès d’un public bien plus large. La critique du système de domination espagnol qu’elles véhiculent assure à ces œuvres une incroyable publicité, et ce malgré la censure qui les a frappées. Entre rejet et acceptation, ces œuvres sont au cœur d’un débat passionné. La notion de colonia entre alors dans un processus de banalisation. Les tensions sont également observables au sein même des élites. L’ambivalence de leur discours — elles n’emploient pas le mot colonia dans les œuvres publiques — est un des signes les plus visibles de ces tensions. La perception des Indes devient équivoque, elle varie en fonction du prisme, politique ou économique, utilisé pour en faire l’analyse. Cette tension finit par apparaître au grand jour au moment de la crise politique de 1808. Le mot colonia, devenu concept, entre alors dans une phase de politisation43.

La banalisation du mot et de la conception

  • 44 La première édition de 1770 est rapidement censurée. Une partie de l’œuvre est traduite par le comt (...)
  • 45 Une première traduction a circulé au sein de la Real Academia de la Historia avant la guerre d’Indé (...)

32Les publications de l’Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes (1770) de l’abbé Raynal44,des Recherches philosophiques sur les Américains (1771)de Cornelius de Pauw puis de l’Histoire de l’Amérique (1778)de William Robertson45 sont le catalyseur de la diffusion du mot. Malgré leur interdiction en Espagne, ces œuvres connaissent un énorme succès. Dès 1782, le pouvoir organise une réponse idéologique à ces écrits. À l’initiative de José de Gálvez, l’œuvre du jésuite espagnol Juan Nuix est traduite de l’italien à cet effet. Les Reflexiones imparciales sobre la humanidad de los Españoles en las Indias se présentent comme une réfutation des assertions de ces auteurs. De même, en 1785, Antonio Sánchez Valverde, un créole membre de la Sociedad económica matritense de amigos del país, publie son Idea del valor de la Isla Española, y utilidades que de ella puede sacar su monarquía dans laquelle il attaque, à son tour, les œuvres de Cornelius de Pauw, de l’abbé Raynal ou de Weuves. Paradoxalement, ces défenseurs de l’image de l’Espagne ont contribué à la diffusion de la notion de colonie. En effet, ils reprennent l’expression à leur compte pour qualifier les possessions espagnoles et intègrent dans leur discours le diptyque métropole/colonie. Tout en réfutant le tableau de l’Amérique espagnole dressé par Raynal, par Pauw ou par Robertson, ils adoptent leur modèle de pensée fondé sur une représentation binaire.

  • 46 Il publie dans le Semanario del Nuevo Reino de Granada (janvier et février 1808), mais l’article es (...)

33Par ailleurs, indépendamment de la notion qu’il véhicule, le mot devient plus fréquent dans les publications. Son utilisation ne reflète pas nécessairement l’adhésion à une nouvelle conception économique. Dans le seul volume achevé de la très officielle Historia del Nuevo Mundo (1793)du cosmographe des Indes Juan Bautista Muñoz, le terme apparaît près de 70 fois en moins de 400 pages, le plus souvent comme un équivalent de población. Il reprend donc un sens traditionnel, mais sa fréquence illustre le processus de banalisation qui est à l’œuvre. Le mot se diffuse également en Amérique, où il ne semble pas présenter de connotation particulièrement négative. Le scientifique, et futur révolutionnaire, Francisco José de Caldas publie46, au début de l’année 1808, un article intitulé « Estado de la geografía del virreinato de Santa Fe de Bogotá con relación a la economía y al comercio ». Le mot figure dès l’introduction :

El Semanario, consagrado principalmente a la felicidad de esta Colonia, no puede abrirse de una manera más digna que presentando el cuadro de nuestros conocimientos geográficos.

34Ensuite, le mot colonia apparaît tout au long du texte. Il est utilisé comme un équivalent de la vice-royauté de Nouvelle-Grenade. Le mot n’est pas porteur de valeur péjorative. Pour ce personnage influencé par les « Lumières », il apparaît, tout au contraire, comme une manière plus moderne de désigner cet espace.

  • 47 Gerbi, 1955, ainsi que Cañizares-Esguerra, 2001.
  • 48 Koselleck, 1990, pp. 108-109, et Fernández Torres, 2009, p. 101.

35Les débats autour de la « disputa del Nuovo Mondo47» ont contribué à la banalisation du mot colonia. Sa polysémie lui permet de s’insérer dans différents discours, tout en cultivant l’ambiguïté (démographique, économique, voire politique). C’est une des conditions préalables pour que le mot puisse devenir un concept48. Pourtant, à aucun moment, le terme ne suscite de rejet public, ni en Espagne ni en Amérique. Ce n’est qu’avec le choc des abdications qu’il devient une arme politique.

Surmonter les contradictions

  • 49 De 1762 à 1791, il fut procureur puis gouverneur du conseil de Castille.
  • 50 Muñoz Perez, 1953.

36La notion de colonia n’est pas exempte de contradictions chez les auteurs qui l’utilisent. Les sources ne permettent pourtant de saisir ces contradictions que ponctuellement. Le comte de Campomanes49 est l’un des rares auteurs et acteurs à réfléchir sur les colonies sur une période de près de 30 ans. Ce passeur de cultures, fortement marqué par l’économie politique française, s’intéresse dès 1761 aux possessions espagnoles. Il est l’un des premiers à utiliser le néologisme de sens ainsi que le concept de métropole/colonie (1762). Pourtant, en scrutant l’œuvre de ce serviteur de la Monarchie, nous observons une ambivalence du discours. Il existe en effet une ligne de séparation entre les ouvrages qu’il a publiés en tant que penseur et les documents produits en tant que ministre. Dans ses livres, il évite d’assimiler les possessions espagnoles à des colonies50.

37Dans le Discurso sobre el fomento de la industria popular (1774), Campomanes désigne les possessions espagnoles par le terme de « dominios ». Le terme colonia est utilisé dans un sens démographique (« colonias de Sierra-morena ») ou désigne les possessions des autres puissances européennes. La « stratégie d’évitement » est d’autant plus perceptible qu’à une occasion il utilise le terme de métropole dans une optique commerciale en le dissociant de sa cooccurence colonia :

  • 51 Rodríguez de Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industria popular, pp. 444-445.

Las Islas de Barlovento, y península de Yucatán, van prosperando en su comercio libre con la metrópoli51.

  • 52 Muñoz Perez, 1953, p. 226.
  • 53 Ezquerra, 1962.

38L’usage qu’il fait du mot est différent dans les documents destinés à rester dans les arcanes du pouvoir. En 1788, il adresse au secrétaire d’État, Floridablanca, ainsi qu’à l’un des deux secrétaires d’État des Indes, Valdés, ses Apuntaciones relativas al comercio de las Indias52. Le Président de la Real Academia de la Historia entend apporter une profondeur historique au débat sur l’extension du « commerce libre » à la Nouvelle-Espagne. Il cherche également à cerner la nature des possessions européennes en Amérique. Il distingue trois types de colonias. Les premières sont celles des Celtes, des Romains, des Goths et des Arabes. Ce sont des colonies militaires. Il rattache à ce groupe les possessions espagnoles et portugaises. Le deuxième groupe autour des Phéniciens, des Grecs et des Carthaginois est celui des colonies commerçantes. Il y inclut les colonies anglaises et françaises. Les Treize colonies américaines forment enfin un dernier groupe. Ces dernières sont pour lui un exemple. Cette typologie, se fondant sur des exemples issus du passé, semble être empruntée à l’historien écossais William Robertson53. Aux yeux de Campomanes, les colonies militaires sont « odieuses » :

  • 54 BPRM, II/2816B, fos 13-14.

Odiosas las primeras [les colonies militaires], como instituidas para privar de su libertad a las naciones y pueblos libres: estimables las segundas [les colonies commerçantes], que sin privar a las gentes de sus derechos naturales, daban salida a sus frutos y las instruían en el comercio y navegación con utilidad recíproca54.

39L’élaboration de cette typologie lui permet d’expliquer le retard économique de l’Espagne et d’affiner sa propre analyse des colonies. Les colonies espagnoles, tout comme celle des Portugais, se singularisent par la domination politique.

  • 55 Konetzke, 1950, pp. 45-47.

40La réflexion de Campomanes sur les colonies s’est façonnée progressivement depuis le début des années 1760. Elle présente une grande cohérence. Tout en conservant les mêmes lignes directrices, elle n’est pourtant pas exempte de tension. Dans un contexte d’urgence — celui de l’agitation liée à l’expulsion des jésuites en Nouvelle-Espagne — Campomanes et le futur comte de Floridablanca élaborent un véritable plan de réforme de l’Amérique (1768) à l’attention du Conseil de Castille55. Le plan proposé s’articule autour d’un volet économique et d’un volet politique. À côté de la mise en place du « commerce libre » généralisé à l’ensemble de l’Amérique, ils proposent une politique visant à associer davantage les Espagnols américains à la Monarchie (provision de charges pour des Américains en Espagne et représentation aux Cortes des territoires américains). Dans cette optique, la notion de colonie apparaît, pour la première fois, comme un repoussoir :

  • 56 AGI, Mexico, leg. 2778, Informe du 5 mars 1768 des deux procureurs du Conseil de Castille.

¿Cómo pueden amar a un gobierno a quien increpan, imputándole que principalmente trata de sacar de allí ganancias y utilidades, y ninguna le promueve para que les haga desear o amar a la Nación, y que todos los que van de aquí no llevan otro fin que el de hacerse ricos a costa suya? No pudiendo mirarse ya aquellos países como una pura colonia, sino como unas provincias poderosas y considerables del Imperio español56.

  • 57 Catalans et Aragonais, après la disparition de leurs fueros, avaient reçu une représentation aux Co (...)
  • 58 Les Cortes n’ont quasiment aucun rôle à la fin de l’Ancien Régime.

41Colonia, associée à la prédation économique et à l’injustice, est donc opposée à provincia, une structure politique. Dans le discours des deux procureurs, le mot colonia renvoie à un « objet économique » sans organisation politique. Les mesures politiques visent donc à intégrer les possessions espagnoles à la Nation. En prolongeant la pensée de ces auteurs, nous pouvons penser qu’ils ne considéraient pas que les Indes — malgré leur organisation politique (vice-royauté, audiences, corpus juridique spécifique) — étaient une partie intégrante de la Nation. L’absence de représentation politique aux Cortes de Castille les singularisait au sein de la Monarchie57 en les excluant ainsi d’une communauté politique plus imaginaire que réelle58.

  • 59 « C’est que les Souverains ne comptent guère les colons au nombre de leurs sujets. Le dirai-je ? Ou (...)
  • 60 Fernández Sebastián (dir.), 2009, voir les différents articles sur la « Nación ».
  • 61 AGS, Estado, Francia, livre 180, fos 89rº à 93rº, lettre d’Aranda à Floridablanca du 22 janvier 178 (...)

42À l’ancienne conception de la Monarchie composée des Indes et de l’Espagne, vassales toutes les deux d’un même roi, on pourrait opposer un face-à-face, celui de la Nation et de l’espace d’outre-mer59. Le terme de colonie a contribué à singulariser l’espace, avant de le rejeter hors de la Nation60. Alors que le statut politique des Indes occidentales à la fin de l’Ancien régime fait débat61 parmi les élites de gouvernement, la « tentation coloniale » de certaines élites espagnoles a favorisé la mise à distance de ces espaces.

La construction d’un repoussoir : la colonia au moment de la réunion de la Junte suprême de gouvernement

  • 62 Koselleck, 1990.
  • 63 Guerra, 1992, pp. 134-135.

43Les abdications royales (1808) et l’invasion de l’Espagne par les troupes napoléoniennes constituent un moment de crise sans précédent. Dans le but de s’opposer au pouvoir napoléonien, des juntes provinciales puis une Junte suprême de gouvernement s’érigent en contre-pouvoir. L’enjeu est de taille : il s’agit de gagner ou de garder le contrôle des espaces américains. La compétition entre ces deux autorités crée les conditions nécessaires à l’émergence du concept62 de colonia. Colonia s’inscrit alors dans le langage politique et devient une arme redoutable. Le concept s’insère dans une stratégie discursive visant à s’assurer la fidélité des possessions américaines. Dans ce contexte de lutte politique, la promulgation du real orden du 22 janvier 1809 par la Junte suprême de gouvernement revêt une importance fondamentale63. D’emblée, ses auteurs livrent les raisons qui justifient la mise en place d’un système de représentation politique des Américains :

  • 64 Real orden de la Junta Suprema Central Gubernativa del Reino organizando la representación de los d (...)

… considerando que los vastos y precisos dominios que España posee en las Indias no son propiamente colonias o factorías como las de las otras naciones, sino una parte esencial e integrante de la monarquía española64.

44Ce texte est doublement novateur. Il l’est tout d’abord par la mesure « concédée ». C’est la première fois que les espaces américains reçoivent réellement une représentation politique. L’innovation est également « idéologique » puisque les législateurs affirment que les Indes occidentales sont la propriété non plus du roi — qui est absent —, mais de l’Espagne. Ne pouvant asseoir leur légitimité sur la personne du roi, ils lui substituent donc l’Espagne. Tout en évitant d’utiliser le terme colonia, les auteurs reprennent le modèle binaire du diptyque métropole/colonies dans lequel l’Espagne domine ses colonies, mettant ainsi de côté la vision traditionnelle dans laquelle le souverain assurait le lien entre les différents territoires.

  • 65 Persistance du même sens dans les dictionnaires de la RAE de 1732 à 1817. Le terme de factoría est (...)

45Le concept de colonia est construit par les membres de la Junte comme un repoussoir. La notion est tout d’abord rejetée comme une réalité non-espagnole. Cette notion économique ne peut se plaquer à la réalité des possessions américaines. L’association entre colonias et factorías65 contribue à reléguer davantage les colonies dans la sphère économique. Le mot factoría apparaît ici pour dénigrer celui de colonia en créant, par glissement de sens, une image plus réductrice du mot, insultante lorsqu’elle qualifie les possessions espagnoles. Elles sont alors quasiment assimilées à des comptoirs.

  • 66 Des systèmes représentatifs ont existé dans les 13 colonies ou à Saint-Domingue.

46L’utilisation du mot colonia par les membres de la Junte relève du processus de politisation défini par R. Koselleck c’est-à-dire de la transformation de concepts en armes de combat linguistique. D’outil pour penser l’espace à l’époque de Charles III, colonia devient dans le système argumentatif de la Junte une réalité sans nuances66 et un repoussoir pour des élites espagnoles en quête de légitimité. La colonie est redéfinie comme un simple espace de production ou d’échange et s’oppose à une conception de la Nation incluant l’Espagne et l’Amérique.

  • 67 Camilo Torres le rappelle dans la Représentation du cabildo de Santa Fe (Torres, Memorial de agravi (...)

47La définition de la Junte peut paraître cohérente. Et pourtant, trois mois auparavant, les membres de la même Junte utilisaient de façon positive le mot colonia pour qualifier les espaces américains67 :

… nuestras relaciones con nuestras colonias, serán estrechadas más fraternalmente y, por consiguiente, más útiles.

  • 68 Martiré, 2000.
  • 69 Le mot colonia a été retiré du texte initial. Seul subsiste metrópoli à deux reprises.

48Pourquoi un tel changement dans un temps aussi court ? En fait, l’utilisation ou plutôt la non-utilisation de colonia est entre-temps devenue un enjeu politique entre deux groupes qui s’opposent. La Constitution napoléonienne de Bayonne du 6 juillet 1808 reconnaît68, en effet, l’égalité juridique entre les deux composantes de la Monarchie et accorde une représentation politique aux Indes. Les représentants américains ont obtenu, après négociation, que le mot colonia disparaisse de la constitution de Bayonne69. Les membres de la Junte ont donc été obligés de redéfinir leurs positions. Les deux textes se font écho. La négation de la conception et le rejet du mot pour désigner les possessions espagnoles par les élites espagnoles illustrent cette première phase de la politisation du concept de colonia. Loin d’être un aboutissement, cela n’est qu’une étape : le concept passe alors en Amérique et devient une arme utilisée par les révolutionnaires américains. Il entrera alors dans la seconde phase de sa politisation.

Conclusion : du concept à l’expression réifiée

  • 70 Voir Guerra, 1992, pour une définition de la « Modernité ».
  • 71 Voir Koselleck et alii (dir.), 1972-1997.
  • 72 Fernández Torres, 2009.

49La création puis la diffusion de concepts politiques et sociaux, à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, marquent l’entrée dans la « Modernité70 ». Partout, leur apparition correspond à une attente d’intelligibilité de réalités nouvelles et complexes. Cette dynamique, analysée de façon privilégiée pour la France ou l’Empire71, est également observable dans le monde hispanique; la transformation du mot colonia en « concept fondamental72 » relève de ce processus.

50L’analyse diachronique des significations de colonia montre la progressive élaboration d’un concept polysémique et équivoque. Jusqu’aux révolutions hispaniques, l’acception démographique originelle perdure. Dès le début des années 1760, la conjonction entre une volonté de réformer l’espace américain et l’impact de l’économie politique française et anglaise dans les cercles du pouvoir permet de comprendre la transformation du mot colonia en notion économique. Son spectre social d’utilisation reste cependant limité, pendant longtemps, aux seuls serviteurs de la Monarchie qui en font un outil d’analyse destiné à saisir l’espace américain. L’utilisation de la notion n’est alors pas exempte de tensions. Les colonias americanas ont-elles la même place au sein de la Monarchie et au sein de la Nation ? Les espaces d’outre-mer n’ont-ils pas vocation à être rejetés hors de la Nation ?

51Après la guerre d’Indépendance américaine, les débats suscités par la « disputa del Nuovo Mondo » ont contribué à la banalisation du mot. Sa polysémie lui permet de s’insérer dans différents discours, tout en demeurant équivoque. Cependant, le choc des abdications de 1808 et l’invasion napoléonienne créent un nouveau contexte dans lequel le mot colonia se transforme en concept. Instrumentalisé pour capter la fidélité américaine, le terme est alors reconstruit comme un repoussoir afin de susciter l’adhésion au projet de la Junte suprême de gouvernement.

  • 73 Lempérière, 2004.

52Loin de constituer une fin en soi, la politisation du concept connaît un nouvel avatar en Amérique. Pour les révolutionnaires, le concept devient alors une arme politique permettant une nouvelle lecture de l’histoire des rapports entre l’Espagne et l’Amérique : le « passé colonial » justifie l’indépendance des nouvelles nations. Le mot, reconstruit dans un contexte de combat politique, pénètre durablement le vocabulaire politico-social latino-américain. Réifiée73, « l’Amérique coloniale » finit alors par renvoyer chez les historiens à une « expérience historique », celle de la domination espagnole.

53À cette réification s’oppose toute la dynamique du concept dans son rapport au temps. Le concept est porteur de trois temporalités. L’acception démographique se rapporte pendant longtemps à l’Histoire, celle de la colonisation antique. Devenu une notion économique, le mot permet d’observer le présent et de comparer l’espace économique américain. Enfin, le concept lorsqu’il met en avant les rapports de domination permet une nouvelle lecture de l’Histoire avec une projection dans le futur, celui de l’indépendance.

Haut de page

Bibliographie

Sources

— Ouvrages :

Alcedo y Herrera, Antonio de, Diccionario geográfico-histórico de las Indias Occidentales (5 vol.), Madrid, 1786-1789.

Azara, Félix de, Geografía, física y esférica de las provincias del Paraguay y misiones guaraníes, Montevideo,1904 (rédigé en 1790).

Catecismo político cristiano de José Amor de la Patria, Santiago du Chili (libelle), 1810.

Covarrubias Sebastián de, Tesoro de la lengua castellana o española, Madrid, 1611.

Gumilla, José, El Orinoco ilustrado, Madrid, 1741.

Millau y Mirabal, Francisco, Descripción de la Provincia del Río de la Plata y de sus poblaciones, 1772 (manuscrit).

Raynal, Guillaume-Thomas François, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, Amsterdam, 1784 (1re éd. 1770).

Rodríguez de Campomanes, Pedro, Discurso sobre el fomento de la industria popular, Madrid, 1774.

Rodríguez de Campomanes, Pedro, Discurso sobre la educacion popular de los artesanos, y su fomento, Madrid, 1775.

Rodríguez de Campomanes, Pedro, Reflexiones sobre el comercio español a Indias, éd. Vicente Llombart Rosa, Madrid, manuscrit de 1762 (1e éd. 1988).

Torres, Camilo, Memorial de agravios, Séville, 1809, <http://www.banrepcultural.org/node/45488> (consulté le 5 juin 2012).

Ward, Bernardo, Proyecto económico: en que se proponen varias providencias, dirigidas a promover los intereses de España con los medios y fondos necesarios para su planificación, Madrid, 1779.

— Archives :

AGI (Archivo General de Indias), Caracas, legajo 477.

AGI, Caracas, legajo 478.

AGI, Caracas, legajo 906.

AGI, México, legajo 2778.

AGI, Santo Domingo, legajo 2533.

AHN (Archivo Histórico Nacional), Estado, legajo 2314.

AHN, Estado, legajo 2927.

BPRM (Bibliothèque du palais royal de Madrid), II, manuscrit 2816B.

BPRM, II, manuscrit 2829.

Bibliographie

Artola, Miguel (1969), « América en el pensamiento español del siglo xviii », Revista de Indias, 29(115-118), pp. 51-78.

Astigarraga, Jesús (2011), « Las “Reflexiones sobre el estado actual del comercio de España” (1761) de Simón de Aragorri: contenido, estudio de fuentes y primera interpretación », DT-AEHE, 1109, <http://econpapers.repec.org/paper/ahedtaehe/1109.htm> (consulté le 30 septembre 2012).

Cañizares-Esguerra, Jorge (2001), How to write the history of the New World: histories, epistemologies, and identities in the eighteenth-century Atlantic world, Stanford.

Delgado Ribas, Josep Maria (2007), Dinámicas imperiales (1650-1796): España, América y Europa en el cambio institucional del sistema colonial español, Barcelone.

Ezquerra Abadia, Ramón (1962), « La crítica española de la situación de América en el siglo xviii », Revista de Indias, 22 (87-88), pp. 159-287.

Fernández Sebastián, Javier (dir.) [2009], Diccionario político y social del mundo iberoamericano: la era de las revoluciones, 1750-1850, Madrid.

Fernández Torres, Luis (2009), « Un texto fundacional de Reinhart Koselleck: introducción al “Diccionario” histórico y conceptos político-sociales básicos en lengua alemana », Revista anthropos: Huellas del conocimiento, 223, pp. 92-105.

Gerbi, Antonello (1955), La disputa del Nuovo Mondo: Storia di una polemica, 1750-1900, Milan-Naples.

Guerra, François-Xavier (1992), Modernidad e independencias: ensayos sobre las revoluciones hispánicas, Madrid.

Hanisch Espíndola, Walter (1970), El catecismo político-cristiano: las ideas y la época, 1810, Santiago du Chili.

Joyeux, Béatrice (2002), « Les transferts culturels », Hypothèses, 1, pp. 149-162.

Koselleck, Reinhart (1990), Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, Paris.

Koselleck, Reinhart, Conze, Werner, Brunner, Otto (dir.) [1972-1997], Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland [Les Concepts fondamentaux de l’histoire. Dictionnaire historique du langage politique et social en Allemagne] (9 vols.), Stuttgart.

Konetzke, Richard (1950), « La condición legal de los criollos y las causas de la Independencia », Anuario Estudios Americanos, 5, Séville, pp. 31-54.

Lempérière, Annick (2004), « La “cuestión colonial” », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, <http://nuevomundo.revues.org/437> (consulté le 9 mars 2012).

Levene, Ricardo (1951), Las Indias no eran colonias, Buenos Aires.

Llombart, Vicent (2004), « Traducciones españolas de economía política (1700-1812): catálogo bibliográfico y una nueva perspectiva », Cromohs, 9 (1-14), <http://www.cromohs.unifi.it/9_2004/llombart.html> (consulté le 9 mars 2012).

Martiré, Eduardo (2000), La constitución de Bayona entre España y América, Madrid.

Muñoz Perez, José (1953), « La Idea de América en Campomanes », Anuarios de Estudios Americanos, 10, pp. 209-65.

Navarro García, Luis (1959), Intendencias en Indias, Séville.

Navarro García, Luis (1995), Las reformas borbónicas en América: el plan de intendencias y su aplicación, Séville.

Navarro García, Luis (1998), La política americana de José de Gálvez según su « Discurso y reflexiones de un vasallo », Málaga.

Prost, Antoine (1996), Douze leçons sur l’histoire, Paris.

Solano, Francisco de (1981), « Reformismo y cultura intelectual. La biblioteca privada de José de Gálvez, Ministro de Indias », Quinto Centenario, 2, Madrid. pp. 1-100.

Stein, Stanley Julian, Stein Barbara H. (2005), El apogeo del Imperio: España y Nueva España en la era de Carlos III, 1759-1789, Barcelone.

Haut de page

Notes

1 Catecismo político cristiano, f° 23. Consulté le 11 avril 2012 sur <http://www.memoriachilena.cl/temas/documento_detalle.asp?id=MC0005049>.

2 Guerra, 1992, pp. 146-147.

3 Hanisch Espíndola, 1970, revient sur les origines intellectuelles du texte et les différentes influences de Platon à Montesquieu.

4 Voir la traduction de Fernández Torres de l’introduction au Dictionnaire des concepts historiques fondamentaux de Reinhart Koselleck, présentée dans Fernández Torres, 2009, pp. 93-94, ainsi que dans Koselleck, 1990, pp. 99-118.

5 Prost, 1996, chap. vi, « Les concepts ».

6 Lempérière, 2004.

7 Voir l’édition numérisée sur le site de la Real Academia Española (RAE), t. II, pp. 419-420. L’édition de 1729 ajoute une nouvelle acception : celle d’un ruban de soie.

8 Éditions du dictionnaire de la RAE de 1780, 1783, 1791 et 1803 consultables sur le site de la RAE : http://www.rae.es.

9 « Cierta porción de gente que se envía de orden de algún príncipe o república a establecerse en otro país. »

10 BPRM (Bibliothèque du Palais Royal de Madrid), II/2829 fos 134rº-213rº.

11 Rodríguez de Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industria popular, chap. xvii, note 1, pp. 131-132.

12 Il est à noter que « colonial » et « colonizar » n’apparaissent que dans l’édition de 1837 de la RAE. Pourtant le comte d’Aranda utilise l’adjectif en 1783 dans sa correspondance officielle avec Floridablanca.

13 Le Corpus Diacrónico del Español (CORDE) est un ensemble de textes permettant d’étudier l’usage d’un mot à une époque grâce aux textes publiés. Cette base de données devrait permettre à la RAE, à terme, de constituer un Diccionario histórico de la lengua española. L’absence de nombreux textes politico-économiques pour le xviiie siècle ne permet pas une analyse exhaustive. En revanche, CORDE nous permet de reconstituer, dans une certaine mesure, l’usage d’un mot.

14 Synonyme de población, le mot renvoie à des espaces au peuplement lâche comme la colonia del Nuevo Santander.

15 Voir partie « Le modèle colonial » de cet article (pp. 257-258) sur le sens économique du mot qui se diffuse dans les années 1770 auprès des officiers en poste en Amérique.

16 AGI (Archivo General de Indias), Caracas, leg. 477, n° 66, lettre d’Ábalos à Gálvez du 25 septembre 1781. Voir également celle du 24 septembre 1781 dans le même legajo.

17 L’édition critique de ce texte est en cours.

18 L’expression apparaît dans le traité de paix de 1681 traduit en espagnol et en portugais.

19 Ward, Proyecto económico, discours préliminaire, p. xiii : « Discurso preliminar. Sobre las ventajas y atrasos de España ».

20 Tous les auteurs de la décennie 1740 tels que Campillo y Cossío ou Bernardo de Ulloa, et avant eux Macanaz, utilisent l’expression.

21 Voir par exemple la correspondance du capitaine général O’Reilly (AGI, Santo Domingo, leg. 2533).

22 AGI, Santo Domingo, leg. 2533, cédule royale du 22 janvier 1782.

23 BPRM, II, manuscrit 2869, fos 289-300 et copie également à l’AHN (Archivo Histórico Nacional), Estado, leg. 2927, n° 271, lettre à Ricardo Wall datée du 12 novembre 1762.

24 Delgado Ribas, 2007, p. 30.

25 Le père Gumilla parle de « colonias americanas » dans El Orinoco ilustrado (1741) mais il donne au terme un sens démographique.

26 BPRM, II, manuscrit 2869, fo 294.

27 Le manuscrit a été exhumé par Vincent Llombart qui en a fait une édition commentée (Llombart, 2004). Voir également les commentaires de Delgado Ribas, 2007, pp. 219-228.

28 Rodríguez de Campomanes, Reflexiones sobre el comercio español a Indias, pp. 354-355.

29 Une des meilleures formulations du modèle colonial est celle de François Véron de Forbonnais dans l’article « Colonie » de L’Encyclopédie. Il y décrit le système mis en place entre la métropole et sa colonie basé sur la domination économique et politique. De la notion d’utilité pour la métropole découlent l’Exclusif et les contraintes imposées aux colonies. Cette définition du modèle colonial circula également en Espagne par le biais de la traduction d’un de ses ouvrages, Éléments du commerce. Initialement publié en français en 1754, il fut traduit en espagnol en 1765. Le modèle colonial circula également par le biais de la traduction, en 1768, de l’ouvrage de Butel de Dumont, Histoire et commerce des colonies angloises dans l´Amérique Septentrionale.

30 Pour le processus menant à la constitution de la junta du commerce libre voir Delgado Ribas, 2007, pp. 235-277. Il y suit les auteurs et analyse le texte de la junta de 1765. Voir également Stein et Stein, 2005, pp. 71-81.

31 Le président de la junta, le marquis de los Llamos, est secrétaire du Conseil des Finances, Ortíz de Landázuri est le contador general du Conseil des Indes, et Francisco Craywinckel est membre de la Junta de Comercio.

32 Astigarraga, 2011.

33 De même le Reglamento y aranceles para el comercio libre de España a Indias (1778) qui étendait le nouveau système commercial à l’Amérique méridionale (Pérou, Chili, vice-royauté de la Plata) évitait d’utiliser le terme de colonia pour qualifier les possessions espagnoles. La seule exception, dans ce texte publié par l’imprimeur Pedro Marin et qui connut une très large diffusion, concerne la Louisiane (p. 57).

34 Navarro García, 1995, pp. 39-77.

35 AHN, Estado, leg. 2314. Dans son Instrucción para el establecimiento de un Gobierno y Comandancia General en las Provincias de la Nueva Vizcaya, Sonora, Sinaloa y Californias, il y qualifie l’Espagne de métropole.

36 Navarro García, 1959, p. 165. Informe y plan de intendencias para el reino de Nuevo España. Lettre datée du 15 janvier 1768 adressée au ministre des Indes, Julián de Arriaga. Voir également Navarro García, 1995, pp. 39-77, sur le plan de réforme des intendances en Nouvelle-Espagne. La seconde occurrence du mot colonia est plus claire puisque le mot est associé à la contrebande.

37 AGI, Caracas, leg. 478, n° 20, lettre reservada du 28 juin 1784 de l’intendant Saavedra à José de Gálvez.

38 Même en français ce sens d’« établissement » semble être assez récent. Le terme au pluriel est utilisé dans le sens colonial en français depuis 1723. Le sens d’« establecimiento » est très particulier : « ley, ordenanza, estatuto ». Il faut peut-être imaginer un néologisme qui tirerait son sens de establecer (fundar, instituir).

39 AGI, Caracas, leg. 906, lettre à Gálvez du 7 mai 1777. L’intendant du Venezuela Ábalos, dans une représentation qu’il fait sur l’exportation du cacao vers Veracruz et la concurrence préjudiciable de Guayaquil, utilise le terme de métropole, mais pas celui de colonie. Le terme d’establecimiento qui lui est préféré, désigne tant les possessions espagnoles que les colonies des autres Européens.

40 Joyeux, 2002. La notion de transfert culturel suppose un mouvement d’objets, de personnes, de mots, d’idées ou de concepts entre deux espaces culturels.

41 Solano, 1981. 18 % de la bibliothèque de Gálvez est composée de titres en français dont L’esprit des Lois de Montesquieu, L’Encyclopédie, ou L’Histoire de l’Amérique de Robertson.

42 Rodríguez de Campomanes, Reflexiones sobre el comercio español a Indias, chap. xxii, p. 359.

43 Fernández Torres, 2009, p. 98.

44 La première édition de 1770 est rapidement censurée. Une partie de l’œuvre est traduite par le comte d’Almodóvar et est publiée entre 1784 et 1790. Cependant, les volumes concernant les colonies espagnoles ne furent jamais traduits.

45 Une première traduction a circulé au sein de la Real Academia de la Historia avant la guerre d’Indépendance américaine. Le livre original a été publié en 1777 en anglais et a été traduit dès l’année suivante en français.

46 Il publie dans le Semanario del Nuevo Reino de Granada (janvier et février 1808), mais l’article est daté du 8 décembre 1807.

47 Gerbi, 1955, ainsi que Cañizares-Esguerra, 2001.

48 Koselleck, 1990, pp. 108-109, et Fernández Torres, 2009, p. 101.

49 De 1762 à 1791, il fut procureur puis gouverneur du conseil de Castille.

50 Muñoz Perez, 1953.

51 Rodríguez de Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industria popular, pp. 444-445.

52 Muñoz Perez, 1953, p. 226.

53 Ezquerra, 1962.

54 BPRM, II/2816B, fos 13-14.

55 Konetzke, 1950, pp. 45-47.

56 AGI, Mexico, leg. 2778, Informe du 5 mars 1768 des deux procureurs du Conseil de Castille.

57 Catalans et Aragonais, après la disparition de leurs fueros, avaient reçu une représentation aux Cortes.

58 Les Cortes n’ont quasiment aucun rôle à la fin de l’Ancien Régime.

59 « C’est que les Souverains ne comptent guère les colons au nombre de leurs sujets. Le dirai-je ? Oui puisque je le pense ; c’est qu’une invasion de la mer qui engloutirait cette portion de leur domaine, les affecterait moins que la perte qu’ils en feraient par l’invasion d’une puissance rivale. Il importe peu que ces hommes meurent ou vivent, pourvu qu’ils n’appartiennent pas à un autre ». Raynal, L’Histoire philosophique et politique, t. VI, p. 132.

60 Fernández Sebastián (dir.), 2009, voir les différents articles sur la « Nación ».

61 AGS, Estado, Francia, livre 180, fos 89rº à 93rº, lettre d’Aranda à Floridablanca du 22 janvier 1786, cité par Delgado Ribas, 2007, p. 523 : « dos reinos diferentes, cando la nación es la misma, y el soberano también ».

62 Koselleck, 1990.

63 Guerra, 1992, pp. 134-135.

64 Real orden de la Junta Suprema Central Gubernativa del Reino organizando la representación de los dominios de las Indias en ella, 22 janvier 1809. Guerra, 1992, p. 135.

65 Persistance du même sens dans les dictionnaires de la RAE de 1732 à 1817. Le terme de factoría est rarement utilisé pour désigner les Indes, sauf au début du xixe siècle.

66 Des systèmes représentatifs ont existé dans les 13 colonies ou à Saint-Domingue.

67 Camilo Torres le rappelle dans la Représentation du cabildo de Santa Fe (Torres, Memorial de agravios, p. 3).

68 Martiré, 2000.

69 Le mot colonia a été retiré du texte initial. Seul subsiste metrópoli à deux reprises.

70 Voir Guerra, 1992, pour une définition de la « Modernité ».

71 Voir Koselleck et alii (dir.), 1972-1997.

72 Fernández Torres, 2009.

73 Lempérière, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Castejon, « Colonia, entre appropriation et rejet : la naissance d’un concept (de la fin des années 1750 aux révolutions hispaniques) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-1 | 2013, 251-271.

Référence électronique

Philippe Castejon, « Colonia, entre appropriation et rejet : la naissance d’un concept (de la fin des années 1750 aux révolutions hispaniques) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/4966

Haut de page

Auteur

Philippe Castejon

Université Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org