Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Lectures croisées

Gabriela Cano, Mary Kay Vaughan, Jocelyn Olcott (comps.), Género, poder y política en el México posrevolucionario | Gabriela Cano, Se llamaba Elena Arizmendi

Miguel Rodriguez
p. 297-299
Référence(s) :

Gabriela Cano, Mary Kay Vaughan, Jocelyn Olcott (comps.), Género, poder y política en el México posrevolucionario, trad. de Rossana Reyes, México, Fondo de Cultura Economica, 2010, 500 p.

Gabriela Cano, Se llamaba Elena Arizmendi, México, Tusquets, coll. « Centenarios », 2010, 259 p.

Texte intégral

1Parmi les innombrables ouvrages parus à l’occasion du Centenaire de la Révolution mexicaine — qui commence « officiellement » en 1910 —, il faut saluer ce livre collectif dirigé par la Mexicaine Gabriela Cano et deux spécialistes nord-américaines. Plutôt que son titre original, Sex in Revolution, celui de la version en espagnol rend mieux compte de la période chronologique traitée (en fait, la « longue Révolution mexicaine », comme le dit une des auteures de l’ouvrage, qui de fait recouvre tout le xxe siècle) ainsi que d’une problématique qui dépasse largement l’histoire des femmes, à propos de laquelle Gabriela Cano a coordonné déjà plusieurs ouvrages collectifs, de véritables sommes.

2Du Mexique post-révolutionnaire, on garde volontiers les images de Frida Kahlo : si aujourd’hui elle est devenue une source d’identification féminine, surtout hors du Mexique, on oublie le plus souvent comment elle fut de son temps soumise à la dépendance du peintre Diego Rivera, son mari. Des années de combats révolutionnaires, il nous reste les clichés représentant des soldaderas dans des bivouacs ou à la descente d’un train, ces paysannes qui suivirent leurs compagnons soldats, moins combattantes que femmes indispensables, mobilisées selon les aléas de la guerre. Mais, comme le souligne dans sa préface à l’ouvrage le regretté Carlos Monsivaisles, les femmes dans la Révolution signifient peu — à peine sont-elles un fond de décor ou un fonds de réserve —, l’historiographie de la Révolution restant une affaire de mâles. Gabriela Cano elle-même introduit dans le travail collectif qu’elle coordonne un cas exemplaire : celui d’Amelia Robles qui, en faisant la guerre, passe « transgenre » en Amelio Robles, sans pour autant questionner les modèles du masculin qu’elle/il affectionne.

3D’autres articles du volume concernent les enjeux de la représentation de genres : les pelonas étudiées par A. Rubenstein, ces garçonnes du Mexico des années vingt qui doivent faire face autant à d’autres femmes moins enclines aux valeurs de la modernité qu’au credo farouchement nationaliste des révolutionnaires au pouvoir. Un autre texte (de J. Tunon) traite de la construction dans le cinéma du célèbre Emilio Fernandez, d’un Mexique indianisé autant que féminisé, mythe étranger à la modernisation du pays, forcément masculine, menée par les gouvernements post-révolutionnaires. « La culture révolutionnaire dans les corps » : voilà donc comment se regroupent les textes sur lesquels s’ouvre cette somme de travaux innovateurs.

4Dans l’ouvrage viennent ensuite deux parties qui analysent des aspects du vécu des femmes, d’abord dans la sphère domestique — la poussée des lois favorisant le divorce au Yucatan, un des états les plus progressistes des années vingt (S. Smith) ; ou les enjeux de l’adoption et de la maternité comme politiques d’Etat à la fin des années trente (A. Blum). Ensuite, dans une perspective plus classiquement nourrie par l’histoire sociale, on passe en revue les capacités d’organisation et les mobilisations de certains groupes socioprofessionnels, dont la diversité témoigne précisément de l’évolution du pays lui-même : les tortilleras (qui façonnent les galettes de maïs, nourriture de base des Mexicains) dans le contexte local de Guadalajara ; les ouvrières agricoles du Veracruz ; la main-d’œuvre féminine dans l’industrie textile de Puebla (M. T. Fernandez-Aceves, H. Fowler-Salamini et S. Gauss, respectivement). Une quatrième partie qui termine en épilogue porte sur la participation politique des femmes, là encore à des moments différents du siècle, qui permettent de déceler une nette évolution : l’activisme des catholiques des classes moyennes qui mène, pendant les années de la Christiade, à des espaces proprement féminins (K. Boylan) ; les stratégies des femmes dans l’organisation des structures de l’État sous Cardenas (J. Olcott) ; enfin (L. Stephen), les mobilisations dans les campagnes pendant les décennies plus récentes (on connaît le rôle d’avant-garde des Indiennes néo-zapatistes). Combattantes ou femmes au foyer, ouvrières ou paysannes, le large spectre adopté par les auteures donne une vision riche et contrastée de ce que la Révolution a été pour les rapports entre les hommes et les femmes dans un pays censé être la Mecque du machisme.

5Le livre reprend en effet une intuition de Monsivais : bien au-delà de sa violence, des viols et des destructions que comme toute guerre civile elle suscita, la Révolution mexicaine fut une très grande mobilisation « érotique » ; en tout cas une profonde modernisation dans tous les aspects de la vie, privée et publique. Mais si l’arsenal juridique issu de la lutte armée — à savoir la Constitution de 1917 et la législation qui en découle — suppose de nettes avancées pour les droits sociaux des femmes, leurs droits politiques restent clairement en retrait. Des métiers orientés vers l’assistanat et le service sont devenus l’apanage du « deuxième sexe », alors que la fonction maternelle, sublimée et glorifiée, devint aussi un espace d’acquisition du pouvoir pour les Mexicaines, y compris chez les si nombreuses mères célibataires (p. 54).

6Il convient de souligner comment cet ouvrage collectif, fruit d’une longue expérience de ses auteures — toutes d’éminentes universitaires nord-américaines —, qui traite de questions si diverses, pose toujours la plus importante, celle des enjeux de pouvoir, symboliques et/ou économiques, qui marquent les rapports entre les genres, et non pas, évidemment, entre les « sexes ». Il ne s’agit pas seulement de répertorier les nouveaux espaces octroyés aux femmes — ou gagnés par elles — mais d’articuler leur présence publique à l’évolution d’une société complexe en voie de modernisation et à sa réorganisation à la sortie de la guerre civile et du chaos. Dans un chapitre de réflexions finales (« Género, caos y autoridad en tiempos revolucionarios »), T. Kaplan ouvre la thématique à une perspective plus large, même si la formulation militante du discours n’est pas des plus heureuses : « al igual que los revolucionarios rusos y chinos, las autoridades mexicanas intentaron periodicamente poner un fin a la revuelta social reordenando los acuerdos de género o introduciendo nuevas formas de patriarcado » (p. 408). En effet, en comparant avec les autres grandes révolutions du siècle et en renvoyant à bien d’autres travaux parmi la production américaine la plus récente, ce volume — outre une série d’excellentes études féministes, nourries par l’approche culturelle du politique — donne un aperçu sur les tendances innovantes de l’historiographie des révolutions.

7Gabriela Cano, dans un autre ouvrage paru récemment, présenté explicitement comme une biographie, nous donne à voir le parcours d’une femme exemplaire qui participe à la Révolution et s’en détache pour mener une vie indépendante : Se llamaba Elena Arizmendi.Ce titre s’inspire d’une courte mais innovante étude biographique (signée José Joaquin Blanco) qui, dans les années 1970, s’est intéressée à l’une des grandes figures intellectuelles de la post-Révolution, Se llamaba Vasconcelos. Dans ses romans autobiographiques, le célèbre ministre de l’éducation du début des années vingt, José Vasconcelos, donne une vision aussi personnelle que tendancieuse d’une de ses maîtresses, dont le véritable nom fut effacé par celui du personnage romanesque, « Adriana » : en fait, « se llamaba Elena Arizmendi ». De même que Frida ou que la mécène Antonieta Rivas Mercado — encore une amoureuse de Vasconcelos —, toutes des femmes au destin tragique, Arizmendi vit à l’ombre de cet intellectuel si controversé. Elle le rencontre pendant les premiers temps de la Révolution, lorsqu’elle participe aux combats comme une courageuse infirmière dans la mouvance de Madero. Si, fuyant les violences et les aléas du conflit, elle vit ensuite aux États-Unis une relation passionnée et passionnante avec Vasconcelos, elle finira par se détacher de lui pour y poursuivre, pendant des décennies, une vie indépendante des hommes et du Mexique, où elle ne revient qu’à la fin des années trente. Comment survit une Mexicaine à New York ? En s’occupant d’une pension, en donnant des cours de musique, en proposant des piges à divers journaux…

8Si les besoins de l’enquête mènent l’historienne à la recherche de correspondances variées — de l’Uruguay jusqu’au Texas — et à des échanges avec des survivants, le point de départ de la biographie reste, pour son auteure, le récit du grand homme. Pour le resituer et le contrecarrer, elle a redécouvert le seul écrit publié par Arizmendi à New York, Vida incompleta (dont une étude plus fouillée est menée par Cano dans une réédition récente de Conaculta). Derrière ce roman, il y a certes une tentative de la femme, quelque peu dépitée, pour réfuter le récit presque misogyne de l’écrivain. Il faut le situer aussi dans le contexte des activités des féministes aux États-Unis (l’ouvrage a pour sous-titre Mujeres en la vida real). Elena, qui travaille au centre d’une communauté hispanophone fort active dans le New York des années vingt, participe largement à l’organisation d’activités féministes en même temps qu’« hispanoaméricanistes » : la Liga de Mujeres de la Raza, la revue Feminismo Internacional, par exemple,qui s’interrogent en tant que latino-américaines sur les acquis des femmes états-uniennes dans les grandes métropoles. Le travail de Cano est un apport à de nouveaux chantiers historiographiques : l’exil et l’immigration, les influences intellectuelles et les transferts culturels entre l’Amérique du nord et le monde hispanique, une lecture « genrée » des relations internationales.

9Ces contributions importantes à l’histoire centenaire de la Révolution mexicaine donnent d’une part un aperçu inédit sur un pan délaissé par l’historiographie, d’autre part modulent l’analyse des conflits et des réaccommodements entre les genres, changements vastes et continus qui ne se limitent pas aux temps de l’explosion révolutionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miguel Rodriguez, « Gabriela Cano, Mary Kay Vaughan, Jocelyn Olcott (comps.), Género, poder y política en el México posrevolucionario | Gabriela Cano, Se llamaba Elena Arizmendi », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-1 | 2013, 297-299.

Référence électronique

Miguel Rodriguez, « Gabriela Cano, Mary Kay Vaughan, Jocelyn Olcott (comps.), Género, poder y política en el México posrevolucionario | Gabriela Cano, Se llamaba Elena Arizmendi », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 43-1 | 2013, mis en ligne le 17 mai 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/5003

Haut de page

Auteur

Miguel Rodriguez

Université Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org